Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Centenaire de l’École normale (1795-1895)

III. L’enseignement

E. Desjardins

Camille Jullian

Texte intégral

1C’est de 1850 que datent les premiers travaux de M. Ernest Desjardins sur l’antiquité. — Le romantisme avait fait tort pendant longtemps à l’étude de l’archéologie classique : mais elle commençait alors à prendre sa revanche. En France, où il s’était assoupi, le goût du passé romain se réveillait ; en Italie et en Allemagne, où il était demeuré fort vivant, il se transformait en une vraie passion : la science et l’amour de l’antiquité allaient valoir à ces deux pays les éléments les plus purs de leur gloire. A Rome, l’Institut de Correspondance archéologique prospérait, sous une direction énergique et habile. Boeckh et Borghesi avaient des héritiers plus heureux et aussi grands qu’eux, Henzen, Mommsen, de’ Rossi, Renier, Waddington. Il s’était formé, dans le domaine des études archéologiques, une association de travail international, où chacun s’attribuait une tâche et l’accomplissait sans exagérer le patriotisme ni l’amour-propre. Le Recueil général des Inscriptions latines se préparait avec l’aide de tous. La France avait fourni l’idée ; l’Allemagne donnait à l’œuvre la discipline et les chefs.

2C’est avec cette génération qu’a grandi M. Desjardins, et c’est elle qui l’a formé. Professeur dans des lycées de province, il a été séduit par ce renouveau des choses romaines. Il les enseignait dans les textes, il voulut les voir sur les monuments. Il se laissa entraîner sans peine par ce vigoureux élan de travail, qui ressuscitait en quelques années la Rome du Palatin et celle des Catacombes. On eût dit qu’il racontait une émouvante épopée, lorsqu’il nous parlait de ces temps presque héroïques, où les ruines surgissaient de toutes parts, où les luttes des nations n’avaient pas encore brisé les efforts des chercheurs, et où, comme disait Renan, l’Europe entendait encore l’écho des oracles que Borghesi avait prononcés sur son rocher de Saint-Marin.

3Grâce à M. Desjardins, à ses travaux, à son enseignement, l’École, où il fut appelé de bonne heure (1861), allait se rattacher à ce grand mouvement de travail archéologique.

4Il représentait dans ce mouvement la science alors la plus dédaignée et d’apparence la plus humble, la géographie historique. Sa principale thèse pour le doctorat (1855) est relative à la topographie du Latium. C’est sa Géographie de la Gaule Romaine qui a occupé ses dernières années ; il y travaillait encore quelques jours avant sa mort (1886), et le quatrième volume de l’ouvrage, paru il y a peu de semaines (1893), est venu apporter à ses élèves et à ses amis une pieuse joie. Sans doute il a laissé de nombreux travaux d’histoire et d’épigraphie romaines. Mais il ne renonçait jamais longtemps à ses études préférées : tout l’y ramenait, ses voyages, la précision de ses recherches, l’amour du sol qui faisait de lui un vrai géographe, les traditions de son enseignement dans les lycées. Aussi a-t-il précisément donné à l’érudition de son temps les livres qui lui manquaient. Surtout, c’était une science bien française qu’il remettait en honneur. Il se disait seulement l’élève de d’Anville, de Valois, de Samson, nos grands géographes d’autrefois ; mais il était surtout leur héritier. M. Desjardins aura eu à cet égard un rare bonheur : la science qu’il a restaurée a conservé après lui le prestige que lui ont valu ses efforts. Le Collège de France a reçu depuis peu une chaire de géographie historique : l’enseignement créé à l’École par M. Desjardins a obtenu ainsi sa consécration officielle.

5Le souvenir de Valois s’impose quand on parle de M. Desjardins. Pour tous deux, la géographie historique était une science fort compliquée ; M. Desjardins eût volontiers dit d’elle, comme M. Fustel de Coulanges le disait de l’histoire, que c’était la plus difficile des sciences. Il voulait d’abord connaître en géographe, presque en géologue, la structure du sol, les déplacements des fleuves et des rivages, le déboisement des montagnes : il refaisait l’histoire des mouvements physiques avant celle des révolutions politiques. Son premier volume sur la Gaule est consacré aux transformations du sol français depuis les origines, et, si quelques-uns de ses résultats sont discutés, son travail n’en demeure pas moins le point de départ et souvent l’inspirateur de toutes les recherches qui ont suivi. — Après l’histoire physique du sol, venaient son histoire politique, sa topographie administrative. Pour étudier l’une et l’autre, M. Desjardins ne négligeait aucune des ressources que lui offrait la science de l’antiquité et du moyen âge : textes, ruines, monuments figurés, médailles, inscriptions surtout. C’est de cette manière qu’il est devenu épigraphiste, et de premier ordre. Ajoutons qu’il n’excluait pas de la géographie la connaissance des races, des langues, des mœurs ; ce savant modeste qui ne s’avouait que géographe devenait ainsi l’initiateur le plus heureux de la vie de l’antiquité. Nul plus que lui ne se rendait mieux compte de l’étroite solidarité qui unit entre elles toutes les sciences historiques.

6Son érudition était de bon aloi. Il a toujours voulu voir par lui-même ce dont il parlait ; il a mis à l’épreuve ses instruments de travail : il a voyagé, il a exploré, il a copié les inscriptions et les a reproduites. Il se contentait malaisément des lectures faites par d’autres : il tenait à voir l’estampage, et à le montrer à ses élèves. Quand il a publié des textes, il en a donné le plus souvent des fac-similés. — Ce qui a fait la puissance de l’enseignement de M. Fustel de Coulanges, c’était l’énergique appel qu’il faisait au texte, lu et directement analysé. M. Desjardins appartenait à la même école et nous astreignit à une discipline aussi rigoureuse. « Ne croyez que vos yeux », disait-il en parlant des inscriptions, comme M. Fustel de Coulanges répétait sans cesse : « Lisez les textes ». Avec une humeur et un esprit bien différents, ces deux maîtres ont pu collaborer à former la même génération d’élèves.

7Entre tous les pays de civilisation latine, c’est la Gaule que M. Desjardins a préférée dans les quinze dernières années de sa vie. Il a commencé sa carrière scientifique par le Latium ; il l’a finie par la Gaule. Comme M. Fustel de Coulanges, il se laissa amener par l’histoire romaine à l’histoire de notre pays. — Tous deux furent en cela dirigés par leur patriotisme : l’amour de la patrie vaincue leur inspira le désir d’étudier ses origines. Au lendemain des désastres, l’un et l’autre voulurent faire, de la bonne manière, leur devoir de patriote. Qu’on relise la préface de la Gaule romaine de M. Desjardins : on verra que ce livre est fait autant d’amour que de science.

8Mais son patriotisme, comme celui de M. Fustel de Coulanges, ne fut point aveugle. Tous deux ne demandèrent pas à l’histoire de fournir à tout prix des héros de l’indépendance. Ils n’y cherchaient point des armes de combat, mais des leçons de travail. M. Fustel de Coulanges a été sévère pour les Gaulois, et ne compte avec eux que du jour de leur défaite. M. Desjardins parlait dans le même sens : il ne voulait pas non plus que le travail historique se fît l’agent du chauvinisme. Il raillait volontiers ceux qui dataient de Vercingétorix le patriotisme français, et qui, inconsolables de la prise d’Alésia, répudiaient avec colère le souvenir de la conquête romaine.

9M. Desjardins était en effet, et ce fut peut-être sa qualité dominante, le moins exclusif des maîtres. Tout l’intéressait : sa tâche historique contribuait, avec son propre tempérament, à lui donner la curiosité de toutes choses, à lui faire aimer et comprendre toutes les recherches. Il avait vécu auprès des savants les plus dissemblables d’humeur et de carrière ; il avait connu Borghesi, de’ Rossi, Henzen, Mariette : chacun d’eux à son tour l’avait enthousiasmé. Il eût voulu les aider tous dans leurs travaux. Il eut un jour à faire une conférence publique sur Mariette, qu’il avait beaucoup aimé. Ce fut avec une passion vibrante qu’il parla de la découverte du Sérapéum, des longues attentes de Mariette, de ses angoisses, et de sa joie suprême lorsqu’il aperçut enfin l’entrée du sanctuaire. Mariette, disait Desjardins, n’avait pas seulement la vigueur de l’esprit qui fait un grand savant : il avait cette volonté physique et morale qui fait les héros. M. Desjardins a jusqu’à la fin de sa vie gardé pour ces héros de la science un culte juvénile.

10C’était cette jeunesse de sentiments et d’expressions qui faisait l’intérêt et la bonne humeur de son enseignement. Il ne séparait jamais l’étude des monuments de l’histoire de leur découverte et de celle de leurs aventures. Il leur refaisait une vie. — En cela, il y avait une opposition absolue entre la méthode de M. Fustel de Coulanges et celle de M. Desjardins. Le premier lisait et commentait le texte, et ne parlait que du texte. M. Desjardins ne l’isolait pas du monde contemporain : il aimait à grouper autour de ses documents les hommes qui les avaient retrouvés et qui leur avaient dû la gloire, les événements scientifiques qui s’étaient agités autour d’eux. A propos du monument d’Ancyre, il parlait avec émotion des voyageurs qui ont beaucoup risqué pour le lire. L’inscription phénicienne de Marseille l’amenait à raconter des anecdotes, que nous jugions surtout amusantes, et qui avaient pourtant leur intérêt scientifique, Renan l’a bien montré depuis. Les balles de fronde romaines l’occupaient fort ; il nous rappelait à leur sujet les querelles des antiquaires et des archéologues, dont quelques-uns étaient des dupes et d’autres des imposteurs. A l’abri de l’antiquité, M. Desjardins refaisait un chapitre d’histoire contemporaine.

11Cette méthode avait son mérite. D’abord, le texte des inscriptions ne doit pas être séparé de l’histoire du monument : c’est une vérité désormais acquise à l’épigraphie. — Puis, pour beaucoup d’entre nous, les noms que prononçait M. Desjardins, ceux de Borghesi, Mommsen, Henzen, de’ Rossi, étaient entièrement nouveaux. Il nous les révélait d’une manière un peu brusque, mais vivante, nous mettant en plein dans l’œuvre et dans la vie de ces hommes. Quelques-uns d’entre nous, gagnés par la contagion de l’ambition, rêvèrent peut-être de prendre leur place parmi ces travailleurs puissants, qui retrouvaient l’histoire du monde et dont la gloire nous paraissait alors si pure. M. Desjardins était de ceux qui donnent de longues espérances et de saintes audaces.

12Il a été, plus tard, mal jugé par quelques-uns des savants qu’il nous faisait connaître : les uns l’ont trompé ; d’autres ont abusé, pour le combattre, des droits que donne l’habitude du latin. Ils ont manqué, à le faire, de charité scientifique et, sans s’en douter, de reconnaissance. Si ceux qui l’ont attaqué sont devenus en France si connus et si justement populaires, c’est un peu à M. Desjardins qu’ils le doivent, à ses écrits, à ses leçons, à son admiration persuasive. Il lui plaisait que ses élèves étudiassent même auprès des professeurs de l’étranger qui lui étaient hostiles. Il nous parlait de ses amis et de ceux qui ne l’étaient pas avec le même respect et la même justice. On ne l’entendit jamais médire d’un collègue, d’un adversaire moins que de tout autre.

13Car il était dans ses leçons ce qu’il était dans la vie, la bonté, la gaieté même : l’enseignement était pour lui une joie de plus. Il avait, en parlant, une bonhomie spirituelle qui faisait de ses conférences la plus instructive des conversations. Il nous traitait en amis, et, à de certains jours, en jeunes collègues. Il aimait à nous laisser sa place en nous donnant la parole. L’esprit n’était jamais trop tendu à suivre les cours qu’il faisait : mais ce qu’il apprenait restait en long souvenir, comme un gain fait pour toujours.

14M. Desjardins n’était point sorti de l’École normale. Personne ne s’en doutait : il sut si bien en comprendre le passé et en partager les tendances et les allures. Il lui donna son fils, qui y fut tout de suite comme s’il y était né. M. Desjardins réussit admirablement à faire accepter d’elle les détails un peu techniques de la science qu’il représentait. Il l’adapta à l’esprit de l’École : il communiquait à l’archéologie ce caractère vivant, expressif, vraiment littéraire, qui était dans sa propre nature et dans les traditions de notre maison. Et enfin il aima profondément ses élèves. Dès les examens d’entrée, il s’attachait à eux, et étudiait leur caractère. En dehors des leçons, il devenait leur ami, sans cesser d’être un maître utile. Il cherchait d’avance, parmi eux, ceux qu’il gagnerait au service de la science : sa maison de Passy était pour ceux-là un séminaire amical, où le travail se continuait dans une familiale gaieté.

15Il avait trop peu d’orgueil pour se dire qu’il faisait école. Cependant la plupart d’entre nous doivent à ses leçons le goût du passé et le souvenir des meilleures heures que l’étude de l’antiquité puisse valoir.

© Éditions Rue d’Ulm, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540