Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Centenaire de l’École normale (1795-1895)

II. Les directeurs

Guigniaut

Jules Simon

Texte intégral

1Je crois bien que M. Guigniaut a été le plus professeur des professeurs, et le plus savant de nos savants. Il a été certainement le plus normalien des normaliens. Il n’a pas la renommée qu’il devrait avoir, parce qu’il n’a pas vécu à son temps et à sa place. Il aurait dû vivre dans une université allemande vers la fin du xve siècle.

2Il était né à Paray-le-Monial, en pleine légende catholique, le 15 mai 1794, au lendemain de l’année terrible, à laquelle 1870 a volé son nom. Sa famille l’envoya à Paris pour être médecin ; mais il ne pouvait être que professeur, et professeur de grec. Il entra à l’Ecole normale, qu’on venait de fonder pour être une pépinière de professeurs. Il est de la seconde promotion, la promotion de 1811, qui a produit tant d’hommes célèbres. Cousin, qui était de la promotion de 1810, fut son camarade d’école.

3Ces élèves de l’Ecole normale avaient quelque analogie avec les théologiens de l’ancienne Université. C’étaient, comme les théologiens, des vétérans de philosophie, qui redoublaient leurs études de rhétoriciens, en y joignant quelques recherches plus approfondies. Ils étaient censés avoir pour maîtres les professeurs de la Sorbonne et du Collège de France ; on ne leur donnait à l’école que des répétitions. Les répétitions étaient confiées à des jeunes gens, qui prenaient le titre de maîtres de conférences, et qui étaient en même temps professeurs dans un collège de Paris. Ils recevaient une très faible indemnité, qui, dans ces temps où l’Université était fort modeste et se ressentait de ses origines quasi monacales, rendait leur position très enviable.

4Joseph-Daniel Guigniaut fut, en sortant de l’École, professeur d’humanités au collège Charlemagne. Il fut nommé maître des conférences d’histoire à l’École en 1818, à l’âge de vingt-quatre ans.

5La Restauration s’était attachée à modifier l’esprit de l’Université impériale. Le même Grand-Maître qui lui avait appris à être impérialiste se chargea de la rendre royaliste. Elle eut pour chefs des légitimistes renforcés, des prêtres, des évoques ; on y introduisit un grand nombre de professeurs ecclésiastiques. Elle n’en restait pas moins suspecte ; on lui trouvait des allures indépendantes et libérales ; on était surtout inquiet de l’École normale. Ces jeunes gens étaient uniquement préoccupés de leurs études ; ils se soumettaient exactement à la règle ; les idées qu’ils émettaient étaient correctes ; mais il y avait en eux, à leur insu peut-être, une sève libérale qui ne demandait qu’à s’épancher. On les catéchisa ; on les confessa ; on ne parvint pas à en faire, comme on le désirait, des auxiliaires de l’Église. On prit le parti de dissoudre l’École. C’était en 1822. Cette première période du professorat de M. Guigniaut avait duré quatre ans.

6Il fut mis en disponibilité. En 1826, comme on ne pouvait se passer de maîtres, et que le seul moyen d’en avoir était d’en faire, l’École fut rétablie. On ne lui rendit pas son nom d’École normale, qui était malsonnant. Il fallut pour cela la révolution de 1830. Elle reparut sous le nom d’École préparatoire. M. Guigniaut y rentra aussitôt comme maître des conférences de littérature grecque. Il eut, en 1828, les fonctions de directeur des études.

7Qu’était-ce en réalité qu’un directeur des études de l’École normale ? Ce n’était pas, malgré l’analogie du nom, un censeur des études comme les censeurs de collège. Le censeur, dans un collège, est presque uniquement chargé de la discipline. Ce n’était pas non plus un directeur responsable de l’enseignement. Cette haute direction était exercée par un conseiller titulaire de l’Université, dont le directeur des études était l’auxiliaire et le subordonné. Il participait un peu du censeur et du directeur. Ses fonctions étaient ce qu’il en faisait lui-même, et ce que le conseiller lui permettait d’en faire.

8La révolution de 1830 fut l’avènement de l’Université, qui resta sage dans son triomphe, un peu par timidité, un peu par habileté. M. Cousin devint le pape de la philosophie ; il enseigna, dans tous les collèges, par ses délégués, sa philosophie, qui fut, à partir de ce moment, une philosophie d’État. Il eut pour séminaire l’École normale. Il en fut officiellement le chef, comme délégué du Conseil royal, dont il était membre. Il se chargea d’y faire une conférence de philosophie, une fois par semaine, le dimanche. Il n’y paraissait guère que ce jour-là. Il lui arrivait pourtant, de très loin en très loin, de visiter l’École et de causer avec les élèves à l’heure de la récréation. On disait aussi quelquefois : « M. Cousin est chez M. Guigniaut ». Ces mots avaient quelque chose de solennel. On était dans l’anxiété tant que la visite durait. M. Cousin, comme tous les grands hommes, avait des caprices. L’idée lui vint une fois de nous supprimer le congé du jeudi. Ce fut une date considérable dans notre histoire. Les élèves en appelèrent, de la décision de leur conseiller, à l’autorité du Conseil tout entier, qui jugea que cette journée de repos, ou plutôt cette demi-journée, car le congé ne commençait qu’à midi, leur était nécessaire. M. Cousin ne fut battu que cette fois-là. Il faisait ce qu’il voulait de l’École et de son règlement.

9L’École avait repris son nom, et M. Guigniaut était resté à sa tête, mais avec le titre de directeur. Ce changement semblait indiquer une augmentation d’attributions ; en fait, il n’en fut rien. M. Guigniaut remplit comme directeur les mêmes fonctions qu’il avait remplies comme directeur des études ; il était sous l’autorité de M. Cousin qui voyait tout et ne souffrait aucune contradiction. Il en résulta une lutte sourde qui se termina par la démission de M. Guignaut en 1835. Son successeur, M. Viguier, n’eut plus que le titre de directeur des études. M. Cousin croyait rehausser sa dignité en abaissant celle de son auxiliaire.

10Je suis entré à l’École normale en 1833 ; M. Guigniaut a été deux ans mon directeur. Je puis donner quelques détails sur l’organisation de l’École à cette époque ; mais je n’ai vu que ce que pouvait voir un élève, c’est-à-dire l’extérieur des choses, sans en pénétrer le secret. Je suppose que mes collaborateurs auront négligé ces menus détails, qui pourtant peuvent avoir leur intérêt.

11A l’époque dont je puis parler comme témoin oculaire, l’Ecole avait repris son nom depuis trois ans. Elle était située rue de La Harpe, dans un bâtiment qui faisait partie du collège Louis-le-Grand. C’était une longue maison à deux étages, parallèle au Collège de France qui était devant elle. Ce corps de logis principal était flanqué de deux ailes, dont l’une donnait sur la rue Saint-Jacques. Une porte cochère, ouvrant aussi sur la rue, donnait accès dans une longue cour, plantée d’arbres chétifs dans une partie de sa longueur, entourée de trois côtés par les bâtisses dont j’ai parlé, et de l’autre par une ennuyeuse et interminable muraille qui nous séparait du Collège de France. C’est là que nous prenions nos récréations. Cette partie du collège Louis-le-Grand avait été autrefois le collège Du Plessis. On y plaça la Faculté des lettres à l’époque de sa création, je ne m’explique pas bien comment ; car la maison ne contenait que des pièces carrées sans profondeur ni élévation. Il y avait trois étages : au rez-de-chaussée, la salle de conférences de première année, le laboratoire de chimie et le réfectoire ; au premier, la salle de conférences de seconde année, une salle d’étude où les élèves de première année et de seconde année travaillaient en commun, le cabinet de physique et la bibliothèque ; au second étage, le dortoir, et de petites chambres, au nombre de cinq, qui servaient de salles d’étude aux cinq sections de la troisième année ; il y en avait quatre pour la philosophie, l’histoire, les lettres et la grammaire ; la cinquième appartenait aux élèves des sciences. Le tambour était remplacé par une cloche. Quand le maître de conférences arrivait, le portier sonnait quelques coups de cloche, et criait ensuite à haute voix : « M. Michelet ! » ou : « M. Ampère ! » Aussitôt on se rendait dans la salle des conférences. Toutes les salles étaient meublées de tables de sapin et de chaises de paille.

12La partie de la maison la plus voisine de la porte d’entrée était occupée par M. Guigniaut. Je n’en connaissais que le salon, ou le cabinet, dans lequel il recevait les chefs de sections, ou caciques, quand ils avaient quelque réclamation ou quelque pétition à lui porter. Si je m’en souviens bien, cette pièce n’était pas plus élégamment meublée que le reste de la maison. Même il y avait au milieu un poteau mal équarri qui servait à soutenir le plafond. Je suis allé souvent dans ce cabinet, quand j’ai été maître de conférences, et je n’ai pas souvenir qu’il ait été embelli. M. Guigniaut n’avait de vue que sur notre cour. Il n’y avait pas d’économe ; l’économe de Louis-le-Grand était en même temps celui de l’École, ce qui s’expliquait d’autant mieux que nous étions nourris et habillés par le collège. M. Guigniaut avait, en tout, deux auxiliaires, M. Jumel, qui portait le titre de sous-directeur, et deux maîtres d’études. Joignez à cela deux garçons de salle et le portier, et vous connaîtrez tout le personnel de l’École en 1835.

13Je ne sais pas où l’on avait découvert M. Jumel, qui portait le titre de sous-directeur de l’École normale. Il était peut-être bachelier, ce qui prouve que les examinateurs n’étaient pas exigeants. Il avait assez l’air d’un chef d’atelier ou d’un contremaître de bas étage. C’était du reste un excellent homme, qui faisait observer rigoureusement la consigne, mais qui nous aimait et que nous aimions. Le maître d’études de la section des lettres était un ignorant, assez grossier et désagréable, qui aspirait à être économe en province. J’irai, si vous le permettez, jusqu’à vous dire que les maîtres de conférences avaient un traitement de 2 400 francs. M. Jumel, le sous-directeur, avait 1 800 francs, les maîtres d’études, 1 000 francs, et M. Guigniaut, 5 000 francs. L’État ne se ruinait pas pour nous. M. Cousin, conseiller-directeur, n’avait pas de traitement ; il avait un préciput. Pourquoi préciput, et non pas traitement ? Il est difficile de le savoir. Cela devait tenir à quelque loi sur le cumul qu’on avait trouvé le moyen d’éviter. Le préciput de M. Cousin était de 3 000 francs. Il était avec cela professeur à la Sorbonne, où il avait un beau logement, et conseiller au Conseil royal avec un traitement de 12 000 francs. Vous savez que c’était un gros personnage, pair de France, conseiller d’État en service extraordinaire, membre de l’Académie française et de l’Académie des sciences morales et politiques. M. Guigniaut était un bien petit citoyen vis-à-vis de son ancien camarade.

14Notre École, ainsi dépourvue de toute splendeur matérielle, se relevait singulièrement par la qualité de ses maîtres : Cousin, Jouffroy, Damiron, Ampère, Nisard, Michelet. Je ne parle que de la section des lettres. Les sciences avaient aussi leurs grands noms. Cousin était l’oracle de l’École, Michelet en était l’idole. Nous n’aimions pas M. Nisard, qui avait le tort à nos yeux de n’être ni Sainte-Beuve, ni Victor Hugo. Sainte-Beuve, Victor Hugo avaient sollicité la succession de J.-J. Ampère quand il passa au Collège de France ; ce fut Nisard qui l’emporta. Nous ne pûmes jamais le lui pardonner. Je pense qu’il s’arrangea mieux avec nos successeurs. J’ai eu l’occasion de parler ailleurs avec quelques détails de l’enseignement de M. Cousin et de M. Michelet. Je vais dire un mot de celui de M. Guigniaut.

15Je ne vous parlerai que de sa forme extérieure. Je n’entrerai pas dans les analyses qu’il faisait de Frédéric-Auguste Wolff, ni dans ses recherches savantes sur les aèdes intermédiaires, sur l’histoire de l’Iliade, et sur la réalité de l’existence d’Homère. Il devait faire un cours d’histoire de la littérature grecque : mais il savait tant de choses, et il savait si peu s’arrêter, que, quoiqu’il fût également prêt sur toutes les questions, il ne pouvait jamais sortir de la première qu’il s’était posée. S’il avait été chargé de faire le dictionnaire de l’Académie, il aurait fait plusieurs volumes sur la lettre A, et ne serait jamais arrivé à la lettre B.

16Nous avions besoin, pour les examens que nous devions subir à la Sorbonne, d’avoir étudié tout le programme. Nous ne cessions de le lui rappeler et de le supplier d’être moins savant et moins abondant. Il avouait ses torts de bonne grâce ; il nous promettait de s’amender dès le lendemain : mais il y avait un chapitre si curieux de Frédéric-Auguste Wolf, et une si belle dissertation de M. Boissonade, et une note si précieuse de M. Hase, qu’il renonçait à se hâter, et nous à le supplier.

17Il avait un autre défaut, qui provenait de la même cause : c’était de prolonger sa conférence outre mesure. Elle commençait à dix heures et demie, et devait finir à midi, qui était l’heure du dîner : elle ne finissait jamais qu’à une heure. Il avait le ventre creux, comme nous, mais il n’était pas homme à s’en apercevoir. Nous imaginâmes je ne sais quelle raison pour lui démontrer combien il était utile de commencer sa conférence à huit heures du matin, comptant bien, puisqu’il parlait toujours trois ou quatre heures, qu’il aurait fini à midi. Il vint à huit heures, et il resta, comme auparavant, jusqu’à une heure.

18Si nous n’avions pas été aussi ignorants que nous l’étions en histoire et en philologie, il est probable que nous aurions partagé son enthousiasme, et que M. Jumel aurait été obligé d’invoquer le règlement contre le directeur, pour lui faire finir sa leçon.

19En toute autre matière, M. Guigniaut était l’esclave du règlement et l’exemple de la ponctualité. Il ne souffrait aucune irrégularité dans les autres ; la maison était réglée comme une pendule ; tout était fait par tout le monde à l’heure dite. Il n’avait pas besoin de lever le petit doigt. Il nous avait habitués à considérer le règlement comme inviolable. Il était bien rare qu’il infligeât une punition. Il n’avait à sa disposition que des privations de sortie partielle ou totale. Mais on craignait un mot de blâme venu de sa bouche. On faisait tout pour l’éviter.

20Il avait avec nous une gravité imperturbable. C’est à peine si, en deux ans, je l’ai vu une ou deux fois sourire. Il parlait beaucoup, mais tout seul ; il n’aimait pas les dialogues. Son langage était toujours solennel ; nous en faisions secrètement des parodies. Devant lui, nous étions en soumission et en respect.

21Nous avions une admiration sans bornes pour son érudition qui, réellement, était immense. Nous le vénérions pour son attachement à tous ses devoirs, pour le zèle avec lequel il défendait nos intérêts en toute occasion, pour sa vie entièrement vouée à la science. Nous savions qu’il était au fond libéral, qu’il avait donné des preuves de courage. Nous lui savions gré de sa qualité d’ancien collaborateur du Globe et de son intimité avec Benjamin Constant et Fauriel. Je ne puis pas ajouter que nous l’aimions ; ses manières avec nous étaient trop compassées pour laisser place à l’amitié et à la confiance.

22Chose assez singulière, nous l’avons aimé par réflexion, après l’avoir perdu. Il n’y a pas un de ses anciens élèves qui ne l’ait aimé tendrement dix ans après l’avoir quitté. Tant qu’il était là, il représentait trop le règlement. Absent, il nous parut ce qu’il était, dévoué à chacun de nous comme il l’était à l’École elle-même. Cette froideur n’était qu’un masque dont il croyait devoir se couvrir. Au fond, il était le plus doux et le plus bienveillant des hommes.

23Je résiste au désir que j’aurais de vous conter des anecdotes qui ne conviendraient pas à la gravité de ce recueil. Je ne vous dirai plus qu’un mot sur sa sortie de l’École.

24Elle peut s’expliquer tout naturellement. Il avait toujours aimé l’enseignement adressé au grand public du haut d’une chaire de faculté. Il avait suppléé tour à tour M. Hase et M. Boissonade au Collège de France et à la Faculté des lettres. La chaire de géographie étant devenue vacante à la Sorbonne, il était tout naturel qu’il désirât l’occuper. Il se soumit, à son âge et dans sa situation de directeur de l’École, à l’obligation de subir le doctorat, tarde ac præpostere candidatus, comme il le dit lui-même dans la dédicace de sa thèse latine aux élèves de l’École normale. Il se montra professeur assidu et infatigable. Appelé au Collège de France comme chargé de cours, après la démission forcée de Michelet, il mena de front les deux cours pendant plusieurs années sans paraître éprouver de fatigue. Je le répète, rien n’est plus simple et plus intelligible que cette histoire ainsi entendue. Je crois pourtant qu’il fallut autre chose que l’éclat de l’enseignement public pour déterminer M. Guigniaut à quitter une école où il était entré en 1811 comme élève, en 1818 comme maître, et qu’il dirigeait depuis 1828 d’abord comme directeur des études et ensuite comme directeur. Je suis persuadé que la véritable cause de son départ fut un dissentiment de plus en plus profond avec Cousin.

25Cousin, qui sentait sa supériorité, qui peut-être se l’exagérait, et qui peut-être n’était pas fait pour apprécier à sa valeur un savant de l’ordre de M. Guigniaut, avait le commandement rude. Il fallait parfois livrer bataille pour conserver sa dignité dans les rapports qu’on avait avec lui. Il lui arrivait de froisser les autres sans même le savoir ; parfois aussi il le savait et le voulait ; il avait des mots à l’emporte-pièce qu’on admirerait beaucoup dans un grand écrivain, mais dont on ne pouvait se voir cingler sans indignation. Je l’ai vu traiter avec un dédain inqualifiable le bon et respecté J.-Victor Le Clerc, qui, lui aussi, était un savant de premier ordre. Cousin avait pris goût à la science allemande ; mais il l’admirait en quelque sorte du dehors ; il n’y avait pas pénétré comme M. Guigniaut ; il ne se l’était pas comme lui assimilée ; il ne l’avait pas, comme lui, surpassée. Il poussait ses philosophes dans la voie de l’érudition, mais toujours en tenant la doctrine beaucoup plus haut que la philologie. Il adorait le talent et tenait surtout à le développer, le talent de penseur et d’écrivain, qui tire beaucoup de l’étude des maîtres, et beaucoup plus de son propre fond. Il y avait loin de là au savant du xvie siècle qui était l’idéal de M. Guigniaut. Les deux tendances ne pouvaient aller qu’en s’accentuant l’une et l’autre, et du dissentiment dans les opinions devait naître à la longue une impossibilité d’agir en commun dans la direction d’une école d’un ordre aussi élevé que l’École normale. M. Guigniaut dut se retirer, et sans doute il ne le fit pas sans d’amers regrets.

26Il continua d’aimer l’École, dont il défendait les intérêts au conseil de l’Université, et les élèves de l’École qu’il retrouvait dans l’exercice de ses fonctions d’examinateur à la Faculté des lettres. Je regarde aussi comme rendus à l’École tous les services qu’il n’a cessé de prodiguer à l’École française d’Athènes, dont la prospérité est en partie son ouvrage.

27Je n’ai pas à parler ici des travaux personnels de M. Guigniaut. Tout le monde connaît de nom sa traduction de l’ouvrage de Kreutzer sur la symbolique, et tout le monde sait que cette traduction est une reconstruction. Il a traduit d’abord, puis commenté, puis complété. Cette encyclopédie de l’antiquité, commencée en 1825, n’a été terminée qu’en 1851. Elle ne comprend pas moins de dix volumes. Je dis que personne n’ignore l’existence de ce grand ouvrage, et je puis ajouter que personne n’en connaît le contenu. Il est nécessaire d’être déjà un savant, rien que pour le lire. Acquérir une masse si énorme de connaissances diverses, les discuter avec tant de sagacité, les classer dans son propre esprit de manière à les retrouver quand on en a besoin, à les comparer, à montrer par quels liens elles s’enchaînent, passer ainsi sa vie dans le commerce de l’antiquité sans se détourner un instant de sa tâche, la pousser jusqu’au bout par un travail continuel et persévérant, c’est un exemple que M. Guigniaut laisse à la science française, qui sera peu imité, qui ne sera jamais assez admiré. Je ne trouve à citer à côté de lui pour la persévérance dans le travail que M. Barthélemy-Saint Hilaire, qui a consacré quarante-neuf ans à la traduction d’Aristote.

28M. Guigniaut a donné sa démission de secrétaire perpétuel de l’Académie des inscriptions en 1873. Il avait succédé à M. Naudet. Il a eu pour successeur M. Wallon. J’aime à rapprocher ces trois noms qui me sont chers et qui honorent si profondément l’érudition française et l’Académie.

29Nous avons perdu M. Guigniaut le 12 mars 1876.

Table des illustrations

Légende GUIGNIAUT
URL http://books.openedition.org/editionsulm/docannexe/image/1630/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M

Auteur

© Éditions Rue d’Ulm, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540