Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Sens de la musique (1750-1900), vol. 2

Cinquième partie. Vers le refus de l’expression

La synthèse impossible

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

HUGO RIEMANN (1849-1919)

Professeur de musicologie à Hambourg et Leipzig, Hugo Riemann s’interroge sur l’évolution des formes et des styles musicaux, tentant de systématiser une théorie de la tonalité. Ses écrits ont une influence considérable en France autour des années 1880.

La musique est, à ses yeux, un art non naturel, qui ne relève pas de l’imitation et n’a aucun modèle dans la nature, et en cela, Riemann suit Hanslick. Mais il cherche le fondement de la musique dans le chant humain : c’est l’élément dynamique des émotions.

Die Elemente der musikalischen Æsthetik, Berlin, Spemann, 1900 (Les Éléments de l’esthétique musicale, traduction de Georges Humbert, Paris, Alcan, 1906, p. 251-270).

L’œuvre d’art purement musicale ne nous incite pas à lui chercher un sens en dehors de la musique, pour autant du moins qu’un titre spécial ou une désignation particulière ne dirigent pas notre attention dans un sens précis. Il va de soi qu’un prélude de choral exclut, comme tel, certaines allures...

© Éditions Rue d’Ulm, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540