Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Sens de la musique (1750-1900), vol. 2

Cinquième partie. Vers le refus de l’expression

Formalisme et autonomie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

EDOUARD HANSLICK (1825-1904)

Originaire de Prague, élève de Tomasek, professeur à l’université de Vienne et critique musical à la plume acerbe, Edouard Hanslick propose dans Du beau dans la musique (1854), dix fois réédité en cinquante ans et traduit en français par Jean-Jacques Nattiez en 1986, une théorie de la musique « pure » qui exclut toute possibilité de représentation. Dans la question du rapport de la musique aux mots, il affirme que la valeur de la musique repose sur ses relations formelles et non sur l’expressivité des mots. C’est un refus farouche de l’esthétique.

Cependant, sa vigueur polémique occulte souvent la profondeur de son propos. La lecture de ses critiques fait apparaître un personnage beaucoup plus nuancé, défendant la possibilité d’existence de la symphonie contre le poème symphonique, même s’il accorde à ce dernier le droit de produire de grandes œuvres. En particulier, il ne repousse pas du tout l’idée que la symphonie peut être le lieu d’expression de senti...

© Éditions Rue d’Ulm, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540