Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Sens de la musique (1750-1900), vol. 2

Cinquième partie. Vers le refus de l’expression

Debussy, 2e Arabesque, 1891

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

2e Arabesque

Image img01.jpg

Debussy, 2e Arabesque, 1891.

Le titre Arabesques est une référence évidente aux débats concernant l’expressivité de la musique : depuis Kant (voir vol. I, p. 179-183), l’arabesque représente l’image d’une forme libre en mouvement, sans autre signification qu’elle-même. Cependant, si la première des deux Arabesques de Debussy peut être écoutée dans cette perspective d’abstraction, la seconde pose problème par son incipit, car le compositeur attribue ici à l’interprète une intention expressive en lui demandant de jouer scherzando, « en plaisantant ».

Des phrases éparses prises dans les écrits de Debussy permettent de situer sa pensée autour de quelques mots-clés : impression, arabesque, expression, sentiment, représentation musicale.

Revue blanche, 1er avril 1901, cité in Monsieur Croche et autres écrits, édition de François Lesure, Paris, Gallimard, 1987, p. 23.

[Pour qualifier la nature de ma critique] que l’on veuille bien s’en tenir au mot « impressions », auquel je tiens ...

© Éditions Rue d’Ulm, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540