Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Sens de la musique (1750-1900), vol. 2

Quatrième partie. De l’expression à la suggestion

Liszt, Harmonies poétiques et religieuses, 1834

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

HARMONIES POÉTIQUES ET RELIGIEUSES

Image img01.jpg

Liszt, Harmonies poétiques et religieuses, première version, 1834.

Dans ses poèmes symphoniques, Liszt va jusqu’à défendre l’idée que la musique peut être non seulement narrative, mais philosophique et spirituelle, ce que révèle le choix du mot « poème » pour une œuvre de musique purement instrumentale. C’est pour lui l’occasion d’écrire une musique où la partition porte la trace d’une extrême volonté expressive, avec une surabondance de signes et de commentaires divers. Le lien à la littérature, par la reprise du titre des Harmonies poétiques et religieuses (1834-1850) de Lamartine, révèle une sorte de manifeste poétique, ce que prolonge la préface au 4e poème symphonique, Orphée.

Préface d’Orphée, 1854-1856.

Nous eûmes un jour à diriger l’Orphée de Gluck. Pendant les répétitions, il nous fut comme impossible de ne pas abstraire notre imagination du point de vue, touchant et sublime dans sa simplicité, dont ce grand maître a envisagé son sujet, pour n...

© Éditions Rue d’Ulm, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540