Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Indices Librorum

 | 
François Dolbeau
, 
Pierre Petitmengin

Introduction

Texte intégral

  • 1 (*) Cette publication multigraphiée est diffusée gratuitement par la Bibliothèque de l'École normal (...)

1Il n'est sans doute pas inutile d'expliquer comment chaque année depuis 1977 nous avons établi notre Répertoire des catalogues de manuscrits en écriture latine antérieurs à 1600(1*), source de ce premier volume d'Indices librorum et peut-être des suivants.

2La documentation de base est fournie par les livres ou les revues qui arrivent aux quatre institutions « fondatrices », le Département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale (BN), les Bibliothèques de l'École des Chartes (EC), de l'École normale supérieure (EN) et de l'Institut de Recherche et d'Histoire des Textes (IT).

3Beaucoup de fascicules et de volumes sont fournis automatiquement ; cependant un plus grand nombre doit être demandé ou commandé d'après les annonces faites par les éditeurs et les libraires spécialisés, ou encore d'après les renseignements fournis par des bibliographies courantes, auxquelles on se plaît à rendre ici hommage :

  • Gazette du Livre Médiéval. – Paris : Éditions CEMI, à partir de 1982.
  • Medioevo Latino. Bollettino bibliografico della cultura europea dal secolo vi al xiii, a cura di Claudio Leonardi. – Spoleto : Centro italiano di Studi sull'alto medioevo.

4[spécialement les sous-sections « Biblioteche medievali », « Storia del testo e filologia » et « Cataloghi di manoscritti », dont l'emplacement a varié dans les premiers volumes]

  • Newsletter of it the SCONUL (Standing Conference of National and University Libraries) Advisory Committee on Manuscripts, edited by Jenny Stratford and Rowan Watson. – London, SCONUL Secretariat (102 Euston Street, London NW1 2HA), à partir de 1978.
  • Revue d'Histoire Ecclésiastique. – Louvain : Université Catholique de Louvain, Katholieke Universiteit Leuven.

5[spécialement les sections I.2. A : Sciences Auxiliaires, Bibliographies, Inventaires et catalogues ; et III.3.E : Travaux historiques proprement dits, Histoire des sciences et des lettres, Archives et bibliothèques – Histoire du livre]

6Ces publications ont l'avantage de sortir vite, mais ne fournissent pas de comptes rendus critiques. Ceux-ci paraissent, après un certain délai, dans des revues comme Scriptorium (avec son Bulletin codicologique), Analecta Bollan-diana (à l'intérieur de la série « Catalogues récents de manuscrits »), La Biblio-filia, Bibliothèque de l'École des Chartes, Deutsches Archiv für Erforschung des Mittelalters, etc.

7Nombre de renseignements supplémentaires proviennent de ce réseau amical auquel on garde parfois le nom de « République des Lettres ». Les « voyages littéraires », c'est-à-dire la visite d'autres bibliothèques, parisiennes, provinciales ou étrangères, ont été aussi l'occasion d'abondantes moissons. Toutefois, pour ne pas donner à ce répertoire une ampleur qui aurait risqué d'en altérer le caractère amical, on n'a pas renvoyé à d'autres collections, même si l'on se plaît à reconnaître une dette particulièrement importante envers la Bibliothèque de la Sorbonne et envers les Départements des Imprimés et des Périodiques à la Bibliothèque nationale.

Quels catalogues ont été réellement vus ?

8Les listes originales comprenaient beaucoup de données imprécises, qu'il s'agisse de titres à paraître ou de documents connus seulement de seconde main. Nous avons essayé de consulter nous-mêmes tous les catalogues répertoriés dans cette bibliographie. Le lecteur peut être sûr que ceux pour lesquels on donne une localisation ou que l'on commente par quelques mots entre crochets carrés ont été décrits de première main.

9Malheureusement certaines contributions n'ont été disponibles que fort tard, après la numérotation, d'où quelques erreurs dans le plan – ainsi deux collections bien vivantes, l'une de Madrid (n° 553a) et l'autre d'Upsal (n° 611) ont été rangées parmi les bibliothèques « dispersées ou détruites » – et la présence de plusieurs « indésirables », par exemple un livre que nous croyions publié en 1983 et qui date en fait de 1973 (n° 63) ou un article qui en fin de compte ne recense que des imprimés (n° 237).

10D'autres documents, une soixantaine sur un total de 875 numéros, nous sont pour le moment restés inaccessibles. Il aurait fallu indiquer alors notre source, mais cette précision faisait souvent défaut dans nos relevés primitifs : elle sera donnée à l'avenir, si ce volume a une suite.

Quels catalogues ont été retenus ?

11En principe, tous les catalogues de collections, anciennes ou modernes, contenant des manuscrits en écriture latine antérieurs à 1600. On n'a pas retenu en revanche :

  • les catalogues qui répertorient seulement des imprimés ou des manuscrits postérieurs à 1600, excepté s'ils appartiennent à des séries qu'on s'attend à trouver dépouillées ici, comme les Inventari dei manoscritti delle Biblioteche d'Italia ;
  • les catalogues commerciaux de manuscrits microfilmés ;
  • les catalogues de vente, sauf lorsqu'ils constituent l'ultime témoignage sur une collection (ou une fraction importante de collection) aujourd'hui dispersée ;
  • les catalogues de reliures, même de manuscrits médiévaux ;
  • certains catalogues d'exposition qui se limitent à reprendre, en les simplifiant, des descriptions antérieures (la qualité des illustrations nous a parfois amenés à nous montrer moins stricts) ;
  • les descriptions d'un ou deux manuscrits isolés, à moins qu'elles n'attirent l'attention sur un dépôt mal connu ;
  • les préfaces d'éditions critiques et les études d'histoire des textes qui emploient des manuscrits sans en donner le catalogue (en revanche, on a relevé des listes visant à répertorier tous les manuscrits d'un auteur ou d'une œuvre, même si la description y est sommaire).

12Pour faciliter l'accès aux collections, nous avons signalé aussi des publications qui ne constituent pas des catalogues, notamment :

  • des guides ou histoires de bibliothèques, si les fonds anciens y font l'objet d'une attention spéciale ;
  • des travaux sur l'exploitation et le catalogage des fonds manuscrits ;
  • des études sur l'origine paléographique et la provenance des volumes médiévaux.

13Si nous pouvons espérer être raisonnablement complets en ce qui concerne les catalogues de collections actuelles, la modestie s'impose aux rédacteurs (et la prudence aux lecteurs) quand il s'agit d'anciens inventaires et d'études thématiques. La matière est trop vaste pour que nous n'ayons pas péché, ici et là, par omission ou manque de jugement, sans oublier les accidents matériels qui ont fait disparaître par exemple la première de nos « collections dispersées », celle de la famille Albani, reconstituée par François Fossier, en 1980, dans un bel article du Journal des Savants.

Comment s'orienter dans le répertoire ?

14Il est divisé en trois grandes sections, chacune classée dans l'ordre alphabétique :

  • Collections actuelles (et leur histoire)
  • II. Collections anciennes, aujourd'hui détruites ou dispersées
  • III. Auteurs antiques et médiévaux, et catalogues thématiques

15En cas d'hésitation sur la place à donner à une notice, on a préféré le classement géographique des collections actuelles (série I). Ainsi une étude sur les manuscrits de Lucain conservés à Wolfenbüttel sera classée sous cette ville ; mais on trouvera évidemment un renvoi sous le nom de l'auteur. Seule exception à ce principe : la rubrique « Aristoteles latinus » regroupe les nombreux catalogues consacrés aux traductions latines d'Aristote, fruit d'une recherche internationale.

16Une collection ancienne, si elle est entièrement passée dans une bibliothèque actuelle, sera classée avec celle-ci, mais le premier possesseur figurera dans l'index des bibliophiles.

17Un même lieu peut figurer dans les trois séries – pour une bibliothèque existante (I), pour une collection disparue (II) et pour une étude thématique (III) –, ainsi que dans le Supplément (IV). L'index géographique permettra de faire aisément un dénombrement complet et de regrouper ainsi des renseignements dispersés.

18En ce qui concerne les grandes bibliothèques, les notices se présentent dans l'ordre suivant :

  • Guide ou histoire générale du fonds
  • Catalogue général
  • Catalogue des nouvelles acquisitions
  • Expositions (tirées uniquement ou principalement de ce fonds)
  • Catalogues spécialisés et études sur les provenances.

19Les notices bibliographiques indiquent la présence d'un index et de listes d'incipits (inc.) et, quelquefois, d'explicits (expl.). Des notes placées entre crochets droits précisent au besoin le contenu du volume. On s'y est abstenu de tout jugement de valeur, mais on regrette de ne pas y avoir signalé les comptes rendus qui apportaient réellement du neuf.

Comment avoir accès au document ?

20On a indiqué la cote de tout document qui se trouvait, à la date d'achèvement du manuscrit (31 XII 1986), dans une ou plusieurs des bibliothèques fondatrices :

21BN : Bibliothèque nationale, Cabinet des manuscrits

22EC : École nationale des Chartes

23EN : École normale supérieure

24IT : Institut de Recherche et d'Histoire des Textes

25On espère que les lacunes les plus criantes seront bientôt comblées. A chaque lecteur de reporter sur son exemplaire les cotes de la bibliothèque qu'il fréquente.

26Les collections les plus riches et les plus utilisées méritent quelques mots de présentation.

27Cabinet des manuscrits

28Ne sont en libre accès que les Usuels de la salle de consultation. Il faut demander, par bulletin, tous les autres documents qui sont conservés dans les magasins du Cabinet des manuscrits sous les cotes : C(atalogues), C(atalogues de) V(ente), Facs(imilés), Impr(imés), P(ériodiques), Pièces.

29On peut aussi faire venir à la salle de lecture des catalogues qui seraient conservés dans d'autres Départements de la Bibliothèque nationale, comme celui des Imprimés ou celui de la Musique.

30Institut de Recherche et d'Histoire des Textes

31On n'a pas indiqué la cote des documents, mais l'endroit où ils se trouvent : soit la Bibliothèque, soit la section concernée (latine, grecque, hébraïque, romane ; de codicologie ; de l'humanisme). La mention « Orléans » signifie que le document est conservé au Centre Augustin-Thierry, branche orléa-naise de l’I.R.H.T. ; il peut aussi être consulté à Paris, moyennant un certain délai.

En guise de conclusion

32Certaines absences surprendront peut-être nos savants lecteurs. Les unes tiennent à nos ignorances ; d'autres en revanche sont voulues, bien que regrettées. Notre objectif était en effet de recenser catalogues, listes et inventaires de manuscrits. Bien des études de première qualité sur le livre médiéval ou les anciennes bibliothèques ne rentrent pas dans ce genre littéraire, et nous avons jugé plus sage de les omettre pour rester fidèles à notre propos.

Notes de fin

1 (*) Cette publication multigraphiée est diffusée gratuitement par la Bibliothèque de l'École normale supérieure.

© Éditions Rue d’Ulm, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540