Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Centenaire de l’École normale (1795-1895)

Première partie. Les boursiers de Louis-Le-Grand. L'école normale de l'an III

Chapitre XI. Dépenses et résultats

Paul Dupuy.

Texte intégral

  • 1 J’en excepte celui de M. l’abbé Allain, dans son livre sur l’Œuvre scolaire de la Révolu-lion fran (...)
  • 2 Le Courrier universel (et cela ne fait pas honneur à son jugement) s’égaye beaucoup sur le compte (...)

1Le jour où fut close l’École normale, le Courrier universel publia à ce propos un article extrêmement dur, d’où procèdent la plupart des jugements sommaires qui ont été portés sur elle jusqu’à ce jour1. Il débutait par ces mots : « Cette sublime institution a coûté, dit-on, de douze à quinze millions », et finissait par ceux-ci : « Que résultera-t-il de ce rassemblement grotesque de professeurs et d’élèves ? Avons-nous fait quelques pas de plus vers cet état de perfection dont la perspective consolait Condorcet dans sa retraite ? Hélas ! non. L’esprit humain rétrograde au lieu d’avancer. La génération actuelle s’appauvrit de jour en jour ; celle qui nous suit s’élève sous les auspices de la plus crasse ignorance. Encore une représentation des Écoles normales, encore quelques belles découvertes comme le télégraphe2, encore..., et notre France ne sera plus habitée que par des Goths et des Vandales. »

2Examiner et discuter cette assertion et cette critique d’un contemporain, contrôler la première à l’aide des documents officiels conservés, la seconde en cherchant si les événements l’ont confirmée ou infirmée, telle sera la conclusion de mon étude.

3A première vue, l’estimation sur la dépense que donne le Courrier universel est très exagérée. Pendant sa dernière année, la Convention n’a mis en tout que treize millions à la disposition de la commission exécutive de l’instruction publique. Comment celle-ci en aurait-elle dépensé douze ou quinze pour la seule École normale ? L’examen des documents conservés permet d’ailleurs d’affirmer que cette dépense n’a pas dépassé trois millions et demi. Ces documents sont, il est vrai, très incomplets, faits de pièces isolées, dispersées dans les cartons des Archives nationales, si bien qu’il n’est pas possible de dresser un tableau après lequel on soit assuré de n’avoir rien omis. Mais enfin le montant des dépenses principales a été prévu et est connu ; pour les autres, on peut les évaluer. Or, quelque large que soit cette évaluation, c’est à peine si l’on arrive au chiffre que je viens d’indiquer.

4Les dépenses connues doivent être réparties en cinq sections : l’installation, l’administration, l’enseignement, les élèves, le journal sténographique.

  • 3 Le décret du 8 germinal an III sur le système métrique, ayant remplacé le nom de livre, pour l’uni (...)

5Pour l’installation, la plus forte dépense fut celle des travaux de la Sorbonne. En l’absence des comptes de liquidation, il faut accepter le devis de prévision d’Hubert. Il est vrai que les travaux sur place n’ont pas été achevés, et que, si les travaux exécutés à domicile par les entrepreneurs l’ont été presque entièrement, il n’y a jamais eu de frais de transport ni de pose ; par contre, il a fallu plus tard remettre l’église de la Sorbonne en bon état. On est donc à peu près sûr, en acceptant l’estimation de 600 000 francs3, de ne laisser de côté aucun des frais imputables à cette entreprise. Il faut noter en outre que, au moment où le Courrier universel publiait son article, on était loin d’avoir dépensé ces 600 000 francs.

  • 4 Arch. nat., F4. 1020.
  • 5 Ibid.

6L’installation de l’École au Muséum a dû coûter fort peu de chose : l’amphithéâtre était prêt ; il n’y manquait que les peintures, et il aurait toujours fallu les faire, quand bien même il n’aurait jamais servi pour les séances de l’École normale. On ne peut donc compter, de ce côté, que de menus frais d’appropriation passagère. Le 8 nivôse, la commission exécutive en avait chargé provisoirement le directoire du Muséum d’histoire naturelle, qui présenta le 6 germinal une note de 1 380 francs4. J’ai trouvé en outre5 une note de paillassons s’élevant à 633 francs, et un mémoire de poêlier-fumiste, réglé par l’architecte, de 2 815 francs. Les dépenses d’installation connues s’élèvent donc à 604 828 francs.

7Pour l’administration, il y a un arrêté du comité d’instruction publique du 26 prairial, rendu sur la proposition de Deleyre, qui attribue une somme de 692 francs à un sieur Troussel pour avoir rempli pendant deux mois les fonctions de secrétaire près l’École normale. Doublons la somme, en supposant que Troussel ait eu pendant les deux autres mois un prédécesseur ou un successeur : cela donne 1 384 francs.

  • 6 Le comité d’instruction publique siégeait à l’hôtel de Brionne, sur le Carrousel, en face du Palai (...)
  • 7 Arch. nat., F4. 1020.

8Le procès-verbal du comité (6 floréal) nous apprend encore qu’une gratification de 600 francs fut accordée au citoyen Lallemand, cocher de la commission exécutive, pour avoir fait pendant l’hiver le service des deux représentants du Carrousel6 au Muséum. J’ai trouvé7 deux notes d’avances du concierge, dont les mandats furent délivrés le 5 floréal et le 3 prairial, s’élevant en tout à 308 fr. 70 ; — deux comptes de menues dépenses approuvés par Deleyre le 3 et le 29 ventôse et s’élevant à 148 francs ; — soit en tout 456 fr. 70 de menus frais, que je quadruple, en supposant que chaque mois en exigea autant. C’est donc 1 826 fr. 80 à ajouter aux 1 384 comptés plus haut, et en tout 3 210 fr. 80 de dépenses administratives connues.

9Pour l’enseignement, il faut compter les appointements des professeurs et les frais de cours.

10Le comité avait d’abord (20 brumaire) attribué aux professeurs 500 francs par mois. Mais le 28 nivôse, de concert avec le comité des finances, il avait doublé la somme, et décidé que le traitement serait payé à partir du jour de la nomination, sous prétexte que, dès le mois de frimaire, les professeurs s’étaient occupés de préparer l’organisation intérieure de l’École.

  • 8 Rapport du chef du contentieux à la Commission exécutive du 2 ventôse (Arch. nat., F4. 1020).
  • 9 Le Procès verbal de la Convention donne la nomination de Buache le 19 ; le Moniteur ne la donne pa (...)

11La liste des professeurs nommés le 19 brumaire comprenait douze noms. Mais Bonnet était mort, Thouin resta dans les pays conquis, Hallé opta pour l’École de santé, Garat, commissaire de l’instruction publique, et Berthollet, commissaire de l’agriculture et des arts, ne reçurent pas de traitement pour leur cours de l’École8. Restaient donc 7 professeurs qui devaient toucher à la fin de pluviôse les appointements de 5 mois et 11 jours. Il fallait y ajouter Buache, nommé le 20 brumaire9, Laplace le 10 nivôse, La Harpe le 16. Il y eut en tout 30 000 francs de traitements payés à la fin de pluviôse.

  • 10 Il était seulement indiqué avec Buache pour la géographie par le règlement du 24 nivôse, signé de (...)

12En ventôse, il y eut les dix mêmes professeurs à payer, plus Vandermonde pour les 11 derniers jours du mois. Mais le mandat de ventôse tint compte de Mentelle, qui n’avait pas de nomination de la Convention10 : il fut rédigé pour 11 366 fr. 67. L’irrégularité dut être relevée par la trésorerie, car elle ne se renouvela pas en germinal, et le mandat de ce mois, établi pour 11 000 francs, porta en observation que Buache et Mentelle remplissaient la même fonction. Il est probable qu’il en fut de même en floréal. La somme totale attribuée aux professeurs pour leurs quatre mois d’enseignement s’éleva donc à 63 366 fr. 67.

  • 11 Voici, tiré des manuscrits mêmes de Bernardin de Saint-Pierre, le texte de la lettre de Grandjean, (...)

13Il y eut toutefois un petit supplément : le vertueux Bernardin de Saint-Pierre, profilant de l’immoralité que le gouvernement d’alors apportait jusque dans les plus petites choses, trouva moyen de se faire donner son traitement jusqu’en brumaire an IV, vendémiaire et brumaire étant payés double : il toucha ainsi un supplément de 8 000 livres11.

14Ajoutons à cela 1 000 francs qu’un arrêté du comité d’instruction accorda le 12 nivôse à Volney, pour son voyage de Nice à Paris. Les professeurs ont donc touché en tout 72 366 fr. 67.

  • 12 Rapport du chef du contentieux du 1er floréal (Arch. nat., F4. 1020).
  • 13 Ibid,

15A côté des professeurs il y eut un conservateur des collections qui n’existaient pas. Il fut nommé le 26 frimaire : c’était Ferlus, ci-devant professeur d’éloquence au collège de Bordeaux. Il resta en fonctions jusqu’au 30 pluviôse, et toucha pour cette sinécure de deux mois 1 083 francs12. Supposons que son successeur Eymar13 ait touché 1 500 francs pour ventôse, germinal et floréal : ce sera 2 583 francs à ajouter au traitement des professeurs.

  • 14 Ibid

16Comme frais de cours, je n’ai trouvé14 qu’une note de Goujon, marchand de cartes, datée du 22 ventôse, et s’élevant à 868 francs, et une note de 315 francs d’avances faites par Haüy pour les expériences de son cours, note dont le mandat fut délivré le 27 floréal ; soit 1 283 francs, que je quadruple comme les frais d’administration, en supposant que chaque mois en ait exigé autant. C’est donc 5 132 francs à ajouter aux 2 583 des conservateurs et aux 72 366 fr. 67 des professeurs, ce qui porte le total des dépenses pour l’enseignement à 76 232 fr. 67.

17Elèves. — On sait déjà que le décret du 10 nivôse avait fixé à 1 200 francs la somme totale que chaque élève aurait à loucher jusqu’à la fin de floréal. Pour 1 400 élèves, cela fait un total de 1 680 000 francs. Encore est-il certain que les élèves qui quittèrent Paris tout de suite après le décret du 7 floréal, ne touchèrent pas les appointements du dernier mois, puisque le comité par son arrêté du 19 décida que ces appointements seraient payés dans les premiers jours de la dernière décade du mois. Aux 1 200 francs d’appointements il faut ajouter l’indemnité de voyage, de 10 livres par poste, accordée par la Convention le 23 et le 27 floréal. Admettons que cette indemnité se soit élevée en moyenne à 300 francs et que les 1 400 élèves l’aient tous touchée : soit 420 000 francs, qui, s’ajoutant aux appointements, font une dépense totale de 2 100 000 francs.

  • 15 .Mandats de la commission exécutive de l’instruction publique sur celle de la trésorerie : 35 livre (...)
  • 16 Ibid.
  • 17 Arrêté du comité du 26 pluviôse. Coût : 2 100 livres.
  • 18 Arrêté du comité du 6 ventôse. Coût : 4 900 livres. Aucun arrêté du comité n’indique que les lettr (...)
  • 19 Arrêté du comité du 4 pluviôse.
  • 20 Arrêté du comité du 22 ventôse.
  • 21 Arrêté du comité du 10 floréal.
  • 22 Arrêté du comité du 16 floréal.
  • 23 Arrêté du comité du 5 prairial.

18Comme le décret du 27 floréal prescrivait que les frais de route déjà touchés seraient remboursés, il n’y a pas à tenir compte des payements de ce genre faits en nivôse, et dont la trace se retrouve aux Archives15. Mais on a fait pour eux d’autres dépenses dont nous connaissons le montant. Le programme distribué quelques jours avant l’ouverture a coûté 5 976 francs16. La Convention, sur la proposition de Lakanal, autorisa le 19 pluviôse la commission exécutive à prélever 30 000 francs sur les fonds mis à sa disposition, pour distribuer aux élèves les livres qui leur étaient nécessaires. Ce crédit permit de leur donner la Logique de Condillac17, la Philosophie chimique de Fourcroy18 ; il servit à leur distribuer l’Annuaire du cultivateur de Romme19 et le rapport sur les écoles centrales20 ; à fournir aux élèves maîtres de conférences dix mètres qu’ils avaient demandés pour la démonstration du système des poids et mesures ; à prélever pour les élèves21 1 400 exemplaires du Tableau historique des progrès de l’esprit humain, sur les 3 000 dont la Convention décréta la distribution sur toute la surface de la République « de la manière la plus utile à l’instruction » (12 germinal) ; à leur donner à tous, avant le départ, une canne métrique pour hâter la vulgarisation des nouvelles mesures dans les départements22 ; enfin, à remettre à chacun des dix élèves maîtres de conférences une somme de 300 francs pour leur permettre d’acheter des livres selon leurs goûts et leurs besoins23. Peut-être aussi a-t-on donné aux élèves la traduction de Bacon que Lakanal fit décréter par la Convention le 25 brumaire. Tout cela ne fait assurément pas 30 000 francs ; il faut néanmoins les porter entièrement au compte de l’École. L’ensemble des dépenses faites pour les élèves s’élève ainsi à 2 135 976 francs.

  • 24 Rapport du chef du contentieux du 14 ventôse (Arch. nat., F4. 1020).
  • 25 Arrêté du comité du 8 prairial.
  • 26 Arrêté du comité du 12 messidor.

19Reste enfin la dépense du Journal. Les frais de sténographie, de copie et de distribution étaient directement supportés par la commission exécutive. Elle avait constitué un bureau spécial pour recueillir et rédiger les cours24 ; quatre sténographes à 500 francs par mois, six copistes à 333,33, un distributeur à 250, un à 200, cinq garçons de bureau à 150, en tout une dépense mensuelle de 5 200 francs, qui commença le 1er pluviôse. Bien que le rapport d’où sont extraits ces chiffres, daté du 14 ventôse, ne fasse aucune allusion au décret du 4 pluviôse, qui accorda des suppléments de traitement provisoires à tous les fonctionnaires et employés des administrations civiles, je veux croire que ceux de ce bureau en ont profilé, et d’après les proportions établies par ce décret, je compte 600 francs de plus par mois pour les sténographes, 900 pour les copistes, 240 pour les distributeurs et 525 pour les garçons de bureau, en tout 2 265. J’obtiens ainsi la certitude que ce bureau ne coûta pas plus de 7 465 francs par mois. Ses fonctions furent prolongées jusqu’au 30 prairial25, et tous les employés reçurent en gratification le traitement de messidor26. La durée totale de son existence financière fut donc de six mois, et la dépense s’éleva au maximum à 44 790 francs.

  • 27 Rue de Richelieu actuelle.
  • 28 750 pour la Convention, 30 pour le comité, 1 400 pour les élèves, 30 pour les professeurs, 20 pour (...)
  • 29 Arrêté de la commission exécutive du 0 nivôse (Arch. nat., F4. 1020).

20L’impression avait été confiée à l’éditeur Reynier, le libraire de la Bouche de fer, 4, rue de la Loi27. Il s’était engagé à fournir 3 000 exemplaires28, au prix de 19 francs les 90 feuilles29. Chaque feuille d’impression tirée à 3 000 exemplaires devait donc coûter 633 fr. 33, et comme il y en eut 150 environ, la dépense totale aurait été de 95 000 francs, si le renchérissement progressif du papier n’avait pas obligé la commission exécutive à accorder des augmentations à l’imprimeur : 11 fr. 50 le 14 ventôse, puis 13 et 18 le 1er germinal. Pour simplifier, doublons la dépense et portons-la en chiffres ronds à 200 000 francs, en y comprenant 2 879 fr. 25 accordés pour les faux frais de la mise en train.

  • 30 Arch. nat., F4. 1020.
  • 31 Arch. nat., F17. 1139.

21Ajoutons à cela la dépense des planches de géométrie descriptive que le cours de Monge nécessita en assez grand nombre, et dont la commission déchargea l’éditeur par un arrêté du 27 ventôse. Le 8 germinal, un premier mémoire de 1 040 francs fut payé au graveur Delettre, un second de 1 281 francs le 1er prairial, en tout 2 321 francs30. Le tirage des planches déjà gravées et non publiées se poursuivit après la fermeture de l’École, avec la publication du journal. Delettre présenta un mémoire où le prix du millier d’épreuves passait de 35 et 40 francs qu’il avait été payé en germinal et prairial à 8 000 francs. Il réclama une somme totale de 108 000 francs et j’admets qu’elle lui ait été payée : cela porterait les frais de gravure à 110 321 livres, et les frais du journal pour la sténographie, la copie, l’impression, la gravure et la distribution à 355 111 francs.31

22Récapitulant les dépenses connues, largement comptées, je trouve :

23Que peut-il manquer à ce compte pour qu’il soit le plus près possible de la vérité ? La dépense du chauffage ; sans doute elle serait énorme, si l’on tenait compte du prix marchand que le bois atteignit dans l’hiver de l’an III, mais nous savons, par les feuilles décadaires de la commission exécutive, que celle-ci avait demandé l’approvisionnement de l’École à la commission du commerce : les bois dont cette commission disposait, provenaient soit de réquisitions, soit des forêts domaniales, et il serait inadmissible d’accepter pour eux des prix de spéculation comme ceux de l’île Louviers ou du port de la Tournelle, après la suppression du maximum. Il manque aussi la dépense du bureau spécial que le comité avait établi dans sa première section pour l’École normale à partir du 2 brumaire. Ce bureau ne dut pas coûter beaucoup plus cher que celui de la sténographie et de la distribution. Il manque enfin les frais d’impression des cartes d’identité et des autres paperasses relatives à l’École.

24Mais ces trois articles réunis ne dépassent certainement pas 325 000 francs, et je demeure autorisé à dire qu’au lieu des 12 ou 15 millions du Courrier universel, c’est tout juste si l’École normale a coûté 3 millions et demi. Voilà pour le premier point.

25Pour le second, sans rien retrancher de mes critiques, il me sera permis de n’accepter celles du Courrier universel que sous bénéfice d’inventaire. Je les trouve à la fois incomplètes et injustes : incomplètes parce qu’elles ne portent pas sur les points précis sur lesquels elles devraient porter, injustes parce qu’elles ne tiennent aucun compte du bien qui ne pouvait pas ne pas résulter d’une pareille institution même mal organisée, d’une pareille réunion de professeurs même mal dirigée, d’une pareille réunion d’élèves même mal recrutés. C’est de la polémique de journaliste, ce n’est pas de l’histoire. Le rapport de Daunou est au contraire un document historique dans toute la force du terme : c’est à lui qu’il faut se reporter si l’on veut rendre un jugement exact. Nous le savons déjà pour les critiques, qui résument admirablement tout ce que nous a montré l’étude des documents, des circonstances et des hommes ; il reste à voir si les éloges n’ont été destinés, comme on l’a dit, qu’à décorer la condamnation prononcée par la Convention contre elle-même en supprimant les écoles normales secondaires, et en reconnaissant par là que l’École normale de Paris n’avait pas répondu à son attente. Pour moi, dans les éloges comme dans les critiques, Daunou a jugé avec la même sincérité et la même fermeté de bon sens. Il n’est d’ailleurs pas le seul à avoir jugé ainsi : les mêmes appréciations se retrouvent dans la bouche d’autres juges très différents. Le premier qu’il faut invoquer est ce La Harpe auquel le Courrier universel réservait ses tendresses. Le jour même où paraissait l’article du journal, il prononçait la leçon de clôture, et quinze jours après (15 prairial), il la fit précisément paraître dans le Courrier comme une sorte de réparation. Lui aussi avait ses haines et les exprimait ; pour lui le bien essentiel que pouvait avoir accompli l’École devait nécessairement résulter de ses propres leçons et de ses violences morales ; il n’en reconnaissait pas moins que « le seul rassemblement d’un auditoire tel que celui de l’École, et la réunion de maîtres aussi célèbres était déjà un service rendu à l’instruction publique, une preuve qu’on ne voulait pas l’anéantir ». C’est là un premier fait, et Daunou l’avait constaté après Géruzez. Un secon fait, reconnu également par Daunou, était l’enthousiasme qu’avait excité l’École à son origine, non pas seulement l’enthousiasme des élèves pour des maîtres illustres, mais l’enthousiasme du pays pour une institution bienfaisante ; peu importe que quelques districts n’aient pas nommé d’élèves, ou que d’assez nombreux élèves désignés n’aient point accepté leur nomination : la France républicaine n’en avait pas moins espéré et cru qu’on allait répandre sur elle la lumière de l’instruction primaire, et là est le point de départ précis, visible, du long mouvement qui a abouti à l’établissement de cette instruction primaire nationale.

26La façon même dont l’École normale a manqué à la noble destination qu’avait rêvée pour elle le grand comité de salut public n’a pas été sans justifier dans une large mesure le bien qu’a dit Daunou. Échappant par bonheur à l’étroite direction philosophique que prétendait lui imposer Garat, elle a donné pour la première fois le spectacle des sciences installées dans des chaires officielles, uniquement soucieuses de leurs vérités propres. Cela aussi est un fait capital, celui qui a empêché sous l’Empire le retour complet aux traditions scolaires et universitaires de l’ancien régime : l’Université impériale s’est constituée, treize ans plus tard, sur un concordat entre ces traditions anciennes et les exemples de l’École normale conservés par les écoles centrales.

  • 32 Mémoires de l’Institut. Académie des sciences, XIV (1838), p. lxxxii et suiv. L’éloge a été pronon (...)

27Arago, dans un éloge académique, a dit de Fourrier32 que, s’il l’avait osé, le titre d’élève de l’ancienne École normale eût été sans aucun doute celui dont il se serait paré de préférence :

C’est à l’École normale conventionnelle, ajoutait-il, qu’il faut inévitablement remonter, quand on veut trouver le premier enseignement public de la Géométrie descriptive...C’est de là qu’elle est passée, presque sans modifications, à l’École polytechnique, dans les usines, dans les manufactures, dans les plus humbles ateliers. De l’École normale date aussi une véritable révolution dans l’étude des mathématiques pures. Alors des démonstrations, des méthodes, des théories importantes enfouies dans les collections académiques, parurent pour la première fois devant les élèves, et les excitèrent à refondre sur de nouvelles bases les ouvrages destinés à l’enseignement.

28Arago aurait pu ajouter que les sciences avaient acquis par là, dans l’enseignement public un droit de cité qui ne fut plus jamais prescrit.

29Il a insisté très justement sur un autre point qui n’est pas moins important : c’est que l’École normale a montré pour la première fois, au moins officiellement, les premiers savants du pays chargés de l’enseignement public :

A part quelques rares exceptions, les savants en possession de faire avancer les sciences formaient jadis en France une classe totalement distincte de celle des professeurs. En appelant les premiers géomètres, les premiers physiciens, les premiers naturalistes du monde au professorat, la Convention jeta sur les fonctions enseignantes un éclat inaccoutumé, et dont nous ressentons encore les heureux effets. Aux yeux du public, un titre qu’avaient porté les Lagrange, les Laplace, les Monge, les Berthollet, devint avec raison l’égal des plus beaux titres.

30Et ici encore Arago aurait pu ajouter que l’Ecole normale, malgré sa courte durée, a fondé une tradition que l’Université recueillit, qui l’a sauvée sous la Restauration, qui devait la sauver encore sous le second Empire, et qui par là même a eu sur l’histoire du libéralisme en France une influence décisive.

  • 33 Leçons, I, p. 173.
  • 34 P. 63.
  • 35 Par une erreur qu’il a reconnue spontanément, M. de Lapparent avait appliqué ce passage de Biot à (...)

31La Harpe avait dit dans sa première leçon que la Convention avait, en fondant l’École, voulu allumer dans la capitale un foyer dont la chaleur et les rayons pussent se répandre dans toutes les parties de la République33. Il faisait allusion à l’espoir d’une prochaine diffusion de l’enseignement élémentaire : cet espoir fut déçu ; mais la métaphore resta juste en un autre sens, et, huit ans plus tard, Biot la reprit dans son Histoire générale des sciences pendant la Révolution34, en comparant l’École normale de l’an III à une vaste colonne de lumière sortie tout à coup et pour un instant seulement du pays désolé, mais si haute que son éclat immense couvrit la terre entière et éclaira l’avenir35. A trente ans de distance, Biot et Arago, dont les tendances étaient si différentes, ont donc porté un jugement semblable sur la première École normale, et c’est celui qu’il convient d’accepter. Révolutionnaire elle a été, non par une action immédiate comme l’avait voulu le comité de salut public, mais par le trouble et la fièvre de son existence, par un puissant bouillonnement de sève où se sont élaborés dans l’écume de riches germes d’avenir.

  • 36 Voir Villemain, Souvenirs contemporains d’histoire de la littérature, ch. xiii.

32Ce sont là des souvenirs que l’École normale actuelle peut à bon droit être fière de voir attachés à son nom. L’étroit et mesquin séminaire organisé sous ce nom en 1810 dans les combles du collège du Plessis, et où se ralluma, bien humble encore, pas assez faible toutefois pour que l’œil perçant de Napoléon ne l’ait pas un jour aperçue, la flamme de la curiosité libre36, a bien été une imitation lointaine de la réunion de boursiers que le Parlement avait essayé de former à Louis-le-Grand, pour fournir des agrégés à l’Université de Paris ; mais il a été aussi une transposition dans le ton de l’Empire de ce que l’École de l’an III avait été passagèrement, et de ce que ses professeurs désiraient qu’elle devînt définitivement dans le ton de la Révolution. En fait, nombre de professeurs des écoles centrales avaient passé par l’École normale de l’an III ; leur enseignement a été tout imprégné du sien ; elles ont grâce à elle, comme le constatait Biot en l’an IX, changé la face de l’enseignement des sciences ; n’est-ce point là un rôle exactement semblable à celui que les fondateurs de l’Université impériale ont assigné à l’École normale de 1810 à l’égard des lycées ? l’échange qui s’est établi entre les lycées et l’École n’est-il pas celui-là même que Vandermonde souhaitait entre les écoles centrales et l’École normale ? L’idée réalisée par Napoléon et Fontanes n’était donc pas seulement celle du recteur Dumonstier, du président Rolland et de l’abbé Pélissier, elle était aussi celle des savants illustres qui avaient enseigné à l’École de l’an III, et qui, le 28 germinal, au lendemain du réquisitoire de Romme, demandaient que l’École normale fût réorganisée franchement pour fournir des professeurs aux écoles centrales.

33Le centenaire que l’École normale célèbre cette année est donc plus que le centenaire de son nom : il est celui de l’institution même sous sa première forme. J’espère ne point attendre le centenaire de 1808 ou de 1810 pour raconter comment le souvenir et l’idée de l’École de l’an III survécurent jusqu’en 1808, et pour montrer d’une façon plus complète le rapport de filiation qui existe entre l’École de la Convention et celle de Napoléon.

Notes

1 J’en excepte celui de M. l’abbé Allain, dans son livre sur l’Œuvre scolaire de la Révolu-lion française. M. l’abbé Allain a étudié consciencieusement le sujet, mais sans jamais l’éclairer du dehors. Il ne s’est pas aperçu du caractère révolutionnaire spécial que le premier comité de salut public avait imprimé à l’idée d’École normale ; il n’a pas reconnu que c’est précisément le ‘J thermidor qui a déterminé un changement d’orientation ; il ne se doute pas de l’influence de Garat sur ce changement ; il n’a pas un mot sur la famine à Paris. En un mot, il s’est trop borné aux documents tout secs, sans toutefois les mettre à contribution aussi amplement qu’il eût été possible.

2 Le Courrier universel (et cela ne fait pas honneur à son jugement) s’égaye beaucoup sur le compte de Vandermonde parce qu’il a dit que le télégraphe, en abrégeant les distances, rendrait la démocratie possible en France. Le Courrier universel n’épargne que La Harpe. « Il n’y a que ce pauvre M. de la Harpe qui n’ait pas gratifié le public de quelque belle découverte. Il s’est contenté de développer avec clarté les vrais principes de l’art oratoire, de détruire quelques préjugés d’école, et de montrer par des exemples ce que c’est que la véritable éloquence. On applaudit un homme qui se contente d’être utile, en indiquant la grande route qu’ont suivie tous les grands hommes de tous les siècles, qu’il a suivie lui-même, au lieu de chercher à se faire honneur en découvrant quelques nouveaux petits sentiers. » De toutes les critiques du journal, une seule porte vraiment, c’est celle qui vise Garat. Le journaliste prétend qu’il reproduit sans la plus légère altération les expressions mêmes dont le « badin commissaire de l’instruction publique » s’est servi pour parler d’un certain sixième sens « qu’il parait avoir beaucoup cultivé ». La leçon à laquelle il est fait allusion ne figure pas dans le journal sténographique, et je ne saurais reproduire à mon tour le texte donné par le Courrier universel.

3 Le décret du 8 germinal an III sur le système métrique, ayant remplacé le nom de livre, pour l’unité des monnaies, par celui de franc, j’emploie tout de suite et pour simplifier l’expression de franc pour tous les comptes de l’École normale, et j’arrondis les chiffres pour tous ceux où entrent des deniers et des sous.

4 Arch. nat., F4. 1020.

5 Ibid.

6 Le comité d’instruction publique siégeait à l’hôtel de Brionne, sur le Carrousel, en face du Palais national.

7 Arch. nat., F4. 1020.

8 Rapport du chef du contentieux à la Commission exécutive du 2 ventôse (Arch. nat., F4. 1020).

9 Le Procès verbal de la Convention donne la nomination de Buache le 19 ; le Moniteur ne la donne pas. Le document d’archives donne raison au Moniteur contre le Procès-verbal.

10 Il était seulement indiqué avec Buache pour la géographie par le règlement du 24 nivôse, signé de Lakanal et de Deleyre.

11 Voici, tiré des manuscrits mêmes de Bernardin de Saint-Pierre, le texte de la lettre de Grandjean, chef du contentieux de la Commission exécutive, qui révèle ce détail :
Paris, le 19 brumaire, l’an 4e de la République une et indivisible.
égalité liberté.
Citoyen,
La commission exécutive de l’instruction publique a reçu votre lettre du 11 brumaire avant que celle que vous m’aviez fait l’amitié de m’écrire m’ait été rendue. Je m’occupais déjà néanmoins de tout ce que vous voulez bien recommander à mes soins, lorsque le citoyen Ginguené m’a communiqué la lettre à laquelle il désirait répondre d’une manière satisfaisante pour vous.
Quoique aucun de nos professeurs des Écoles centrales ne s’occupe aussi utilement que vous pour la chose publique des éléments de leurs cours particuliers, qui peut-être ne s’ouvriront pas avant que le temple de Janus soit refermé, leurs traitements leur sont exactement payés chaque mois, d’après un arrêté du comité d’instruction, tandis que la commission est à chercher par quel moyen elle pourra ordonnancer votre traitement.
Aucun des professeurs de l’École normale n’a rien reçu depuis la cessation des cours ; il est vrai que quelques-uns ou bien touchent un autre traitement à raison de quelque fonction plus avantageuse, ou autrement reçoivent comme professeurs nommés aux Écoles centrales. Le citoyen Ginguené en était donc à cet embarras, quand j e lui ai présenté d’une part l’arrêté du comité d’instruction qui vous a chargé avant la création des Écoles normales de composer des Éléments de morale, et de l’autre la loi du mois de floréal qui a chargé les professeurs de terminer leurs travaux après la cessation des cours.
Cet arrêté et cette loi ont donc servi de base à mon rapport pour faire ordonnancer à votre nom : 1° 3 000 francs pour votre traitement des mois de prairial, messidor et thermidor, 2° 1 000 francs pour le mois de fructidor, 3° 4 000 francs pour vendémiaire et brumaire, vous faisant en cela participer à l’arrêté du comité des finances du 28 fructidor dernier, selon son dernier arrêté du 3 brumaire. Vous aurez donc 8 000 livres à recevoir sur ledit mandat de notre commission qui ne signe plus qu’à la date du 13 brumaire parce que le ministre de l’intérieur a notifié sa nomination le 14.
Vous voudrez bien me faire savoir de suite si vous pourrez venir toucher vous-même cette somme ; autrement il vous faudrait donner procuration notariée au citoyen Didot ou à tout autre, parce que la trésorerie ne se contenterait pas d’une autorisation sous seing-privé.
J’ignore si depuis le 11 de ce mois vous avez reçu les denrées en nature qui vous ont été promises, mais j’ai invité l’agent particulier de la commission à faire les démarches nécessaires pour s’en assurer auprès de l’agence....
Au moment où cette lettre était écrite, le louis d’or de 24 francs valait environ 3 000 francs papier. Les 8 000 francs en assignats que Bernardin dut toucher représentaient donc 64 francs d’or seulement. Le fait n’en est pas moins intéressant à ajouter au dossier du professeur de morale. On savait déjà par le procès-verbal du comité (19 et 24 fructidor an III) qu’il avait demandé, bien que retiré à Essonnes, à être considéré comme un fonctionnaire attaché à la capitale, et à recevoir en conséquence les denrées de première nécessité suivant un certain tarif. La lettre de Grandjean nous apprend que cette faveur lui a été accordée et qu’elle ne lui a pas suffi.

12 Rapport du chef du contentieux du 1er floréal (Arch. nat., F4. 1020).

13 Ibid,

14 Ibid

15 .Mandats de la commission exécutive de l’instruction publique sur celle de la trésorerie : 35 livres pour Gsey, 44 pour Colin, 38 pour Villemin. (Ibid.)

16 Ibid.

17 Arrêté du comité du 26 pluviôse. Coût : 2 100 livres.

18 Arrêté du comité du 6 ventôse. Coût : 4 900 livres. Aucun arrêté du comité n’indique que les lettres d’Euler aient été distribuées, comme Lakanal l’avait annoncé à la Convention. L’arrêté du comité du 6 ventôse prescrivait que Prony s’entendrait avec Lagrange et Laplace pour faire une réduction de son travail sur les logarithmes, qui serait imprimée et distribuée aux élèves : cela n’a jamais été exécuté.

19 Arrêté du comité du 4 pluviôse.

20 Arrêté du comité du 22 ventôse.

21 Arrêté du comité du 10 floréal.

22 Arrêté du comité du 16 floréal.

23 Arrêté du comité du 5 prairial.

24 Rapport du chef du contentieux du 14 ventôse (Arch. nat., F4. 1020).

25 Arrêté du comité du 8 prairial.

26 Arrêté du comité du 12 messidor.

27 Rue de Richelieu actuelle.

28 750 pour la Convention, 30 pour le comité, 1 400 pour les élèves, 30 pour les professeurs, 20 pour la commission exécutive, 600 pour les administrations de district, 100 pour les ministres étrangers résidant à Paris. Reynier tirait aussi pour la vente : il inséra une réclame dans le Moniteur du 2 pluviôse.

29 Arrêté de la commission exécutive du 0 nivôse (Arch. nat., F4. 1020).

30 Arch. nat., F4. 1020.

31 Arch. nat., F17. 1139.

32 Mémoires de l’Institut. Académie des sciences, XIV (1838), p. lxxxii et suiv. L’éloge a été prononcé le 18 novembre 1833.

33 Leçons, I, p. 173.

34 P. 63.

35 Par une erreur qu’il a reconnue spontanément, M. de Lapparent avait appliqué ce passage de Biot à l’École polytechnique, dans les articles du Correspondant qu’il a publiés en 1894, à propos du centenaire de cette école.

36 Voir Villemain, Souvenirs contemporains d’histoire de la littérature, ch. xiii.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionsulm/docannexe/image/1559/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 110k

Auteur

© Éditions Rue d’Ulm, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540