Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Centenaire de l’École normale (1795-1895)

Première partie. Les boursiers de Louis-Le-Grand. L'école normale de l'an III

Chapitre VII. Le choix des élèves dans les districts

Texte intégral

  • 1 A Corbeil, par conséquent à la porte de Paris, ce fut seulement le 19 brumaire que l’agent nationa (...)
  • 2 Je dois adresser ici mes remerciements à MM. les archivistes départementaux qui ont bien voulu fai (...)

1La loi du 9 brumaire fut communiquée aux districts par les agents nationaux avec le numéro 79 du Bulletin des Lois, collationné sur les originaux le 12. Ce Bulletin n’arriva naturellement pas dans tous les districts à la même date, et l’exécution de la loi ne commença au plus tôt qu’au bout d’une décade1. Les premières nominations d’élèves que je connaisse sont celles du district de Boulogne-sur-Mer, qui eurent lieu le 19 brumaire. Sur les deux cent douze arrêtés de nomination qui m’ont été communiqués2, vingt-cinq sont des derniers jours de brumaire, cent cinquante-sept de frimaire, vingt-cinq de nivôse, quatre de pluviôse, un de ventôse. Il est évident, d’après ces chiffres, que les districts tinrent en général compte de la prescription du décret qui convoquait les élèves à Paris pour la fin de frimaire, et il faut en conclure que la grande majorité des élèves, les six septièmes environ, se trouvaient à Paris dès le commencement de nivôse, ou y arrivèrent dans le courant de ce mois, pendant que se prolongeait entre les comités le conflit qui retarda l’ouverture de l’École.

2Cet empressement à exécuter la loi dans les délais prescrits suffirait à prouver que les districts se rendirent compte de son importance. Les considérants de certains arrêtés de nomination en fournissent un témoignage direct : le conseil général du district d’Angers « a mûrement réfléchi pour un choix aussi important et d’où dépend le bonheur de la société et de la génération actuelle et future » (26 brumaire) ; celui de Baugé s’est rendu compte que « le succès de l’établissement et les résultats qu’en attendent la Convention nationale et la République entière dépendent en grande partie du bon choix des élèves » (27 brumaire) ; celui de Saint-Céré (Lot) recommande aux citoyens qu’il choisit « l’étude la plus active et le travail le plus assidu, afin qu’ils puissent promptement répandre dans le district l’instruction républicaine dont on les aura nourris » (6 frimaire) ; à Lassay (Mayenne), un membre du directoire commente avec véhémence les considérants du décret : « Citoyens, le peuple français fait respecter au dehors par la force de ses armes la constitution républicaine fondée sur les principes éternels de l’égalité ; mais il ne peut la maintenir au dedans que par l’ascendant de la raison, et ce n’est que par une instruction solide et vraie qu’elle se fortifie. Mise à la portée du peuple, l’instruction devient pour lui le moyen le plus puissant de régénération et de gloire. C’est un levier d’une force immense qui, placé dans ses mains, lui sert à renverser à jamais les monuments de l’erreur » (25 frimaire). Le district de Troyes rédige le 13 frimaire une circulaire qu’il fait afficher dans toutes les communes et envoyer à tous les instituteurs de l’arrondissement ; c’est aussi un appel très chaleureux, dont voici la péroraison : « O vous, âmes généreuses et brûlantes de patriotisme, qui voulez contribuer à rendre durable la prospérité de la République, qui connaissez la disette d’instruction qui se fait sentir sur tous les points de la France ; vous qui, par vos talents et vos connaissances, serez appelés à l’École des hautes sciences, vous écouterez la voix de la patrie qui vous appelle pour remplir le plus sacré des devoirs ; vous saurez sacrifier quelques mois à la chose publique, vous ne dédaignerez pas de redevenir élèves, et, de retour dans le district de votre domicile, vous y transmettrez la méthode d’enseignement qu’il est important de rendre uniforme dans toute la République. Il ne sera pas dit que, parmi une population de près de 60000 individus, et parmi les habitants d’un chef-lieu de district où les établissements d’instruction publique étaient si multipliés, il ne se sera pas trouvé trois sujets assez zélés pour le bien de la patrie, pour se vouer à la régénération de l’instruction publique ! »

3Il est curieux de voir paraître dans cette circulaire l’École des hautes sciences, dont la pensée obsédait au même moment Garai, et cela tient peut-être à ce que le rapport qui avait précédé l’adoption du décret était connu du directoire de Troyes ; mais il faut observer en même temps que, s’en tenant au texte de la loi, le rédacteur de la circulaire n’a perdu de vue ni le caractère temporaire de la future école, ni le lien nécessaire entre elle et les écoles normales secondes qui devaient lui succéder, entre le séjour des élèves à Paris et leur retour dans les districts. C’est cette combinaison, en effet, qui devait frapper tout d’abord les esprits dans les assemblées de district ; aussi a-t-elle été visée expressément par beaucoup d’arrêtés : à Saint-Florent (Maine-et-Loire), l’élève choisi est invité « à rentrer après la clôture de l’École sur le territoire du district et à y ouvrir, dans les chefs-lieux qui seront désignés par l’administration, une École normale, pour transmettre aux citoyens qui se voueront à l’instruction publique la méthode d’enseignement qu’il aura acquise dans l’École normale de Paris ». Le directoire de Saint-Aignan (Loir-et-Cher) stipule de même que son élève, « sitôt la clôture du cours normal, sera tenu de rentrer dans le district pour ouvrir un nouveau cours normal ». On a déjà constaté cette préoccupation dans l’arrêté du district de Saint-Céré et dans le discours prononcé à Lassay.

  • 3 Les archives de Seine-et-Oise possèdent la liste complète des candidats présentés par es sections (...)
  • 4 Ceci est en outre une preuve que le décret du 29 frimaire an II sur l’instruction primaire avait d (...)

4Au reste, nombre de districts employèrent pour le recrutement des élèves un procédé qui excluait presque à coup sûr les visées trop ambitieuses : avant de décider leur choix, ils s’adressèrent aux communes, pour les prier de présenter des candidats : ainsi, à Bar-sur-Seine, à Nogent-sur-Seine, à Évron, à Ernée, à Château-Salins, à Saint-Omer, à Versailles3 ; ailleurs, dans les districts de la Rochelle et de Bernay, par exemple, ce furent les sociétés populaires que l’on consulta ; ailleurs encore (Château-Salins), des candidats furent demandés à la fois aux communes et aux sociétés populaires. De cette façon, la loi descendait jusqu’aux couches profondes de la nation, où elle aurait perdu tout sens si elle n’avait pas paru uniquement une loi créatrice de l’enseignement primaire. Aussi un grand nombre d’instituteurs furent-ils désignés : sur deux cent cinquante élèves dont les arrêtés de nomination que je connais indiquent l’état ou les fonctions antérieures, il y en a soixante-quinze, c’est-à-dire environ le tiers, qui étaient des instituteurs primaires4.

  • 5 Voici, donnée par la Décade du 30 brumaire an III (p. 383), le texte de l’arrêté pris par le dépar (...)

5Il n’en fut pas de même dans les districts où l’on se borna à ouvrir des registres d’inscription en faisant directement appel aux citoyens, comme à Laval, à Thonon, à Marseille, à Troyes. Encore avons-nous vu que le district de Troyes eut la sagesse de s’adresser spécialement aux instituteurs. Mais d’autres instituèrent de véritables concours : ainsi Gonesse, Thonon, Marseille. A Marseille, le jury d’examen fut composé de trois administrateurs du district, et des trois membres du jury d’instruction qui avaient été nommés en exécution de la loi du 27 brumaire ; il en fut de même à Paris5. Tandis que l’autre procédé favorisait les simples instituteurs, celui-ci, au contraire, devait presque sûrement les écarter au profit de candidats plus brillants, fournis par l’innombrable légion des professeurs de collège en disponibilité. C’est ainsi qu’à Paris furent nommés Mahérault, Crouzet, les deux Guéroult, de Wailly.

  • 6 Avis de la commission exécutive au district de Carhaix (Arch. nat., D xxxviii. 1).

6Il y eut enfin un troisième procédé plus expéditif et plus hasardeux : ce fut le choix immédiat et direct par les administrations de district. Il faut reconnaître que dans beaucoup d’endroits il ne fut pas possible de procéder autrement. Souvent les candidats manquèrent : dans l’arrondissement de Bar-sur- Seine, la plupart des communes répondirent à la circulaire du district qu’elles n’avaient personne à inscrire sur la liste ; la commune de Bar-sur-Seine, en particulier, fit remarquer que « les sujets propres à prendre utilement les leçons de l’École normale avaient été enlevés par le service de la République dans les armées ». Ailleurs les candidats désignés, ceux mêmes qui s’étaient inscrits tout d’abord, firent défaut et refusèrent de partir, les uns pour raison de santé, les autres en invoquant leur indigence, d’autres pour ne pas désorganiser les services auxquels ils étaient attachés, d’autres en attestant qu’ils étaient impropres à la tâche qu’on voulait leur confier. Ceux de Blois ne consentirent à partir qu’après qu’on leur eut garanti une place à leur retour. A Versailles, pas un des élèves élus par le district sur la liste dressée par les communes n’accepta sa nomination. Certains districts, comme ceux de Carhaix et de Beausset, où le même fait se produisit, consultèrent la commission exécutive pour savoir ce qu’ils devaient faire ; elle leur donna avis de faire un nouveau choix, mais, comme en même temps elle refusait à ce choix le caractère d’une réquisition6, la difficulté dut se renouveler souvent. Non seulement il y eut un grand nombre de districts qui prirent deux arrêtés de nomination, mais quelques-uns en ont pris trois et même quatre, celui de la Tour-du-Pin par exemple.

  • 7 Toutefois, pour certains districts, d’autres pièces d’archives montrent que l’arrêté avait certain (...)

7Ceci rend très probable que la bonne volonté des administrations de district ne suffit pas partout pour assurer l’exécution de la loi. Cette bonne volonté fit même quelquefois défaut : quand on parcourt les registres de Pontoise, on ne s’explique pas par d’autre raison que la négligence pourquoi le district n’a nommé ses deux élèves que le 24 pluviôse et le 12 ventôse. Et la négligence dut aller dans certains cas jusqu’à l’abstention : un assez grand nombre de registres de district ne donnent en effet aucun arrêté de nomination7. Dans un des discours que Thibault prononça, lorsqu’il proposa à la Convention, le 27 germinal, la fermeture de l’École, il assura « que tous les districts n’avaient pas envoyé autant d’élèves qu’il en fallait », et il avait certainement raison.

  • 8 Histoire générale des sciences pendant la Révolution, p. 64.
  • 9 Aperçu de ce que pourrait coûter l’instruction publique organisée dans rois degrés pour toute la F (...)

8Quel fut le nombre des élèves envoyés à l’École ? Biot donne le chiffre de 1 2008 : je le crois trop faible. Dans le procès-verbal du 4 pluviôse, on voit que le comité fit faire un tirage supplémentaire de 1 500 exemplaires de l’Annuaire du cultivateur de Romme, « dont 200 pour être remis au citoyen Romme, et le surplus distribué aux élèves de l’École normale » ; on évaluait donc, au moment où les cours commencèrent, le nombre des élèves à 1 300. C’était à ce chiffre d’ailleurs qu’on arrivait, en prenant au pied de la lettre l’article du décret qui fixait le nombre des élèves à un par vingt mille habitants9. Mais la rédaction du décret sur ce point était beaucoup trop concise et demandait une interprétation. Ramel, dont l’avis prévalut sur celui du comité, avait proposé « que chaque district envoyât un élève ; ensuite que les districts dont la population excéderait vingt mille âmes en envoyassent deux ; ceux qui auraient plus de quarante mille âmes trois, et ainsi du reste ». Pour abréger la rédaction on s’était contenté de fixer la base proportionnelle à un par vingt mille habitants, et de la sorte le décret semblait n’accorder deux élèves qu’aux districts où la population atteindrait quarante mille habitants, trois à ceux où elle en atteindrait soixante, etc. Suivant cette interprétation, le chiffre de 1 300 représentait le maximum qu’on pût atteindre. Mais elle se trouvait en contradiction manifeste avec les considérants qui avaient fait adopter l’article ; aussi le comité reçut-il à ce sujet un assez grand nombre de questions. Le 28 frimaire, on lit aux minutes du procès-verbal, d’abord un brouillon ainsi rédigé : « Le comité autorise le citoyen Lakanal à présenter à la Convention nationale un projet de décret pour répondre aux difficultés que trouvent les districts dans le nombre des élèves à envoyer à l’École normale » ; puis un texte définitif qui semble indiquer que, pour supprimer ces difficultés, Lakanal avait proposé de revenir tout simplement à la rédaction du projet qu’il avait défendue sans succès, le 9 brumaire, devant la Convention : « Le comité autorise le même membre à proposer un projet de décret tendant à fixer le nombre des élèves à envoyer par district à l’École normale ». Je ne sais pourquoi Lakanal n’usa jamais de cette autorisation : le procès-verbal de la Convention, non plus que le Moniteur, ne porte aucune trace d’une proposition de ce genre. Il n’en est pas moins certain que, le texte du décret n’étant pas suffisamment clair, Lakanal et le comité durent penser soit à fixer de nouveau un nombre uniforme d’élèves par district, comme ils l’avaient proposé tout d’abord, soit à déterminer avec plus de précision, et conformément aux indications de Ramel, la base proportionnelle d’après laquelle chaque administration de district déciderait elle-même.

  • 10 A trois élèves par district, il y aurait eu plus de 1 600 élèves.
  • 11 Arch. nat, F4 . 1020.

9Ce fut à ce dernier parti qu’on s’arrêta, et le chiffre de 1 300 fut dépassé : on trouve des estimations indirectes qui vont à 1 400 et même à 1 50010. Lorsqu’on acheta la Logique de Condillac et la Philosophie chimique de Fourcroy, pour les distribuer aux élèves, on en prit 1 400 exemplaires11 ; ce chiffre de 1 400 fut aussi celui que donna Daunou, dans son rapport à la Convention qui décida la suppression de l’École.

10Il est très difficile d’opter en pleine connaissance de cause entre ces différents chiffres, puisqu’on sait que les nominations ou ne furent pas complètes, ou ne furent pas suivies partout d’effet. Mais en outre il y eut, après l’ouverture de l’École, des nominations supplémentaires faites soit par les districts, soit par les représentants du peuple auprès de l’École.

  • 12 Il avait été nommé très tardivement, le 18 pluviôse.

11Ainsi, le 2 floréal, le comité arrêta qu’un citoyen Campou envoyé par le district de Marseille12 serait reçu à l’École. Le 6, il décida qu’un citoyen François Seyvon, nommé par le district de Romans adjoint aux élèves précédemment envoyés, toucherait le traitement à partir du jour où il avait été présenté à la commission exécutive.

  • 13 Arch. nat., F 17. 10102. « Pour mon collègue Lakanal. — J’ai parlé à mon collègue Lakanal d’un can (...)
  • 14 Jamais ce décret ne fut proposé.

12D’autre part, les hommes qui avaient la haute main sur l’École normale ne se gênèrent pas pour remplacer de leur propre autorité les élèves qui manquaient. Thibault le dit à la Convention, le 27 germinal, et cette assertion est confirmée par les documents. Il semble que ce soit surtout après l’ouverture des cours, que les représentants du peuple auprès de l’École aient été investis à cet égard d’une sorte de pouvoir discrétionnaire que n’avait nullement prévu la loi. Le 30 nivôse, la veille de la première séance, on avait proposé au comité de compléter le nombre des élèves ; il passa à l’ordre du jour, en se fondant sur les pouvoirs accordés par la Convention aux représentants du peuple. Jamais la Convention ne leur avait expressément accordé une prérogative pareille : ils étaient chargés de surveiller l’exécution de la loi, et la loi fixait rigoureusement le mode de nomination des élèves. Lakanal et Deleyre ne s’en trouvèrent pas moins maîtres d’admettre à l’École qui bon leur semblait. Il y a aux Archives nationales un billet d’un député de l’Aveyron pour recommander à Lakanal un candidat déjà recommandé par les députés de la Lozère13. C’est le seul conservé ; il ne fut probablement pas le seul écrit. Lorsque le comité de marine demanda au comité d’instruction publique de nommer des élèves pour les colonies, c’est encore aux représentants du peuple que l’affaire fut renvoyée, le 10 pluviôse : ils furent chargés de se concerter avec les députés des colonies pour présenter un projet de décret à la Convention14. Le 28 pluviôse, un citoyen Mangar, auteur d’un dictionnaire manuscrit sur l’ancien langage, ayant obtenu d’être porté sur la liste des récompenses nationales, le comité décida en outre que deux de ses membres feraient les démarches nécessaires pour le faire admettre au nombre des élèves de l’École normale. Ces démarches ne pouvaient évidemment être faites qu’auprès de Lakanal et de Deleyre. Le 17 germinal, un élève du district du Puy, nommé Sigot, obligé de quitter Paris, exprima au comité le désir d’être remplacé par le citoyen Larigot, professeur au collège d’Harcourt ; le comité renvoya encore cette demande aux représentants du peuple. Il ne statua lui-même qu’une seule fois, le 2 floréal, pour décider l’admission des élèves envoyés de Belgique par les représentants du peuple en mission dans les pays conquis.

13Je ne sais s’il est absolument vrai, comme Thibault l’affirma, que tous ces élèves nommés après coup se contentèrent de toucher leurs appointements sans jamais assister au cours, si bien que l’École normale put être comparée à un chapitre de chanoines prébendés. L’exiguïté de l’amphithéâtre du Muséum donne à penser que cette accusation était en partie exacte, et, en tout cas, loin de compléter le nombre des élèves, il aurait fallu se réjouir que les districts n’en eussent pas envoyé autant qu’on en attendait, puisqu’il était impossible de les recevoir tous dans la salle des cours. On n’avait pas même l’excuse de rester dans l’esprit du décret, puisqu’il n’y avait aucune chance pour que les élèves nommés sur place s’en allassent ensuite dans les districts ouvrir des Écoles normales secondes. Par contre on entrait ainsi davantage encore dans les idées de Garat : du moment que l’École normale devenait une école de haute culture, et qu’au point de vue pédagogique elle se détachait progressivement des écoles primaires pour se rattacher aux écoles centrales, il n’y avait plus de raison pour s’en tenir rigoureusement au mode de nomination fixé par la loi : les portes pouvaient s’en ouvrir devant tous ceux qu’attiraient ou la science elle-même, ou le désir de professer dans les écoles centrales. A cet égard l’évolution était si bien accomplie deux mois après l’ouverture des cours que, le 6 germinal, les professeurs du collège de Vendôme ayant demandé au comité d’instruction publique d’être appelés à partager les instructions de l’École normale, un membre proposa de généraliser la mesure et de l’étendre à tous les collèges de la République. La première section fut chargée de présenter un rapport à ce sujet, mais n’en eut pas le temps : avant la fin du mois ce fut de la suppression de l’École qu’elle eut à s’occuper.

  • 15 J’ai pu, avec les arrêtés de nomination que m’ont communiqués MM. les archivistes départementaux, (...)

14De tout ce qui précède, il résulte qu’il faut s’en tenir pour le nombre des élèves de l’École à une estimation approximative, et que, entre le minimum de 1 300 et le maximum de 1 500 fournis tous deux par des documents officiels, le plus sage est d’adopter la moyenne de 1 400 donnée par Daunou à la Convention15.

  • 16 Pour l’École centrale des travaux publics, les limites d’âge étaient seize et vingt ans
  • 17 Loi du 23 août 1793. Art. 8. « La levée sera générale : les citoyens non mariés ou veufs sans enfa (...)

15Il est aussi difficile d’arriver à une conclusion précise sur l’âge moyen que sur le nombre des élèves. Une seule chose est sûre, c’est que le terme de jeunes gens, employé par Romme dans son discours sur l’École normale du 27 germinal, n’est pas juste. La loi avait voulu que les élèves de l’École fussent des hommes faits. C’est pour cela qu’aucune limite d’âge supérieure n’avait été établie, et que la limite d’âge inférieure avait été fixée à vingt et un ans16. Mais en réalité ce minimum même ne pouvait être atteint que par exception : la réquisition militaire prescrite par les décrets du 19 février et du 23 août 1793 avait envoyé aux armées ou retenu pour elles tous les citoyens de dix-huit à vingt-cinq ans non mariés ou veufs sans enfants17. Les administrations de district pouvaient donc bien trouver quelques candidats de vingt et un à vingt-cinq ans mariés ou veufs avec enfants, mais leur choix devait se porter le plus souvent sur des citoyens de plus de vingt-cinq ans.

  • 18 Loi du 23 août 1793 : « De ce moment jusqu’à celui où les ennemis auront été chassés du territoire (...)
  • 19 Papiers du comité de salut public (Arch. nat., AF ii. 67).
  • 20 Procès-verbaux du comité d’instruction publique, 24 frimaire. « Le comité arrête qu’il sera écrit (...)
  • 21 Ibid. 26 frimaire. « Le comité arrête qu’il sera écrit au comité de salut public pour l’inviter à (...)
  • 22 Papiers du comité de salut public (Arch. nat., AF ii. 67). « Les délégués à l’École normale demand (...)
  • 23 Ibid. « Le 14 pluviôse, l’administration du district de Langogne écrit au citoyen Bertrand que la (...)
  • 24 Procès-verbaux du comité d’instruction publique, 4 fructidor. « Le comité, ouï le rapport de la co (...)
  • 25 Archives de la Vendée.
  • 26 Archives de l’Orne.
  • 27 Archives de l’Isère.
  • 28 Archives de la Côte-d’Or.
  • 29 Archives de Maine-et-Loire.

16Il y eut néanmoins un certain nombre de jeunes gens de la réquisition qui furent choisis par les districts. Les administrations s’y crurent sans doute autorisées par le silence de la loi du 9 brumaire, qui n’avait pas prévu le cas. Il faut dire, pour leur excuse, que les circonstances18 d’où étaient expressément issues les lois de 1793 avaient pris fin le 3 vendémiaire, lorsque Fourcroy était venu apporter à la Convention, au nom du comité de salut public, les lettres de Dugommier et de Delbrel annonçant la prise de Bellegarde sur les Espagnols. Depuis la deuxième sans-culottide de l’an II, il n’y avait plus un seul ennemi sur le territoire de la République, et si l’on s’en tenait au texte de la dernière loi de réquisition, elle avait dû perdre à la même date son caractère rigoureusement impératif. Il n’est donc pas surprenant que plusieurs soldats, en se fondant sans doute sur leurs occupations antérieures, ou sur leurs relations personnelles, ou sur leurs amitiés politiques, aient dangers de la vie militaire contre un séjour de quatre mois à Paris, aux frais de la République, avec l’espoir d’obtenir ensuite une fonction dans l’instruction publique. C’est ainsi que des hommes en activité de service, appartenant à la première réquisition, furent choisis par les districts de Tulle et de Gaillac19 ; un chasseur à cheval du 5e régiment par le district de Saint-Pol20 ; un chasseur à cheval du 13e régiment par le district d’Évreux21 ; un dragon du 7e régiment et un chasseur à cheval du 6e régiment par le district de Saint-Quentin22 ; un gendarme par le district de Langogne23 (Lozère). Le district de Corbeil nomma un secrétaire de l’état-major de l’armée du Nord qui se trouvait alors à Anvers24 ; celui de Fontenay-le-Comte, un sergent-major à l’armée des Pyrénées-Orientales25 ; celui d’Alençon, un adjudant général à l’armée du Nord26 ; celui de Grenoble, un chasseur à cheval du 6e régiment27 ; celui de Châtillon-sur-Seine, un dragon en garnison à Noyon28 ; celui de Saint-Florent, un quartier-maître dans le bataillon soldé d’Angers qui tenait alors campagne contre les chouans29.

17Aucune de ces nominations ne pouvait être suivie d’effet que si, par un arrêté spécial de réquisition, le comité de salut public autorisait ces soldats à quitter leur corps pour venir à Paris. Les intéressés ne se firent pas faute, comme on pense bien, de demander ces arrêtés. Eux ou leurs districts écrivirent au comité d’instruction publique, et les lettres de ce genre durent être assez nombreuses pour que, le 26 frimaire, il se soit décidé, sur la proposition de Lakanal, à écrire au comité de salut public afin d’obtenir la mise en réquisition de tous les jeunes gens nommés élèves de l’École normale qui se trouvaient compris dans la première réquisition.

  • 30 Maure en particulier n’était pas du tout ennemi de l’École normale, comme le prouve son interventi (...)
  • 31 Papiers du comité de salut public (Arch. nat., AF ii. 67).

18Le moment était mal choisi pour une pareille démarche. Dans la journée même, Richard avait lu à la Convention le rapport du comité de salut public sur un projet de décret communiqué la veille par Dubois-Crancé, qui levait les congés accordés aux militaires et défendait d’en accorder de nouveaux. Cette mesure devait être exécutée d’autant plus rigoureusement qu’elle dispensait d’appeler aux armées, comme la proposition en avait été faite, les jeunes gens qui, depuis la loi du 25 août 1795, avaient atteint dix-huit ans. Et il était d’autant plus difficile d’accorder aucune exemption pour les élèves de l’École normale, que Maure et Duhem étaient intervenus avec violence pour protester contre toutes les exceptions qui avaient été faites depuis dix-huit mois. Maure avait même laissé échapper un de ces mots de passion qui dépassaient certainement la pensée réelle des Jacobins, mais dont on s’est tant servi pour les accuser d’avoir haï la science et le talent30 : « Avant le danger de la patrie, tous les jeunes gens ne songeaient pas à s’occuper de sciences exactes ; il y a assez de savants dans la République. » Roux-Fazillac enfin avait assuré à la Convention que, pendant ses quinze mois de mission, il avait constaté que la loi de réquisition était très mal exécutée : « Il n’y a pas de subterfuges que les messieurs, que les plumitifs n’emploient pour se soustraire à la réquisition, et ils trouvent une protection singulière dans les autorités constituées. » Avec un peu de complaisance, on pourrait croire que ces critiques s’appliquaient à tous ceux des élèves de l’École, âgés de moins de vingt-cinq ans, qui étaient arrivés à Paris avant le 26 frimaire. Combien n’auraient-elles pas été justifiées en tout cas, si le comité de salut public avait permis à des soldats de quitter leur régiment pour venir à l’École normale, au moment même où la Convention lui ordonnait de faire exécuter strictement la loi. La démarche que Lakanal suggéra le 26 frimaire au comité d’instruction publique n’est donc qu’une maladresse de plus à son compte ; elle eut le succès qu’il fallait attendre : le comité de salut public refusa la réquisition qui lui était demandée ; il rendit même, le 12 nivôse, un arrêté décidant « qu’aucun militaire en activité de service ne pourrait être choisi par les districts pour l’École normale ». Cet arrêté ne pouvait avoir qu’un effet rétroactif, puisque tous les districts avaient déjà fait leur choix, et, comme toutes les mesures rétroactives, il a rencontré une vive résistance. Le 19 nivôse, le comité d’instruction publique revint à la charge à propos des soldats nommés par le district de Saint-Quentin ; mais Dubois-Crancé fit maintenir le refus31.

  • 32 Il y a des lettres de lui datées de Paris, dans les Archives de la Vendée. (Voir chap. x.)
  • 33 Papiers du comité de salut public (Arch. nat., AF ii. 67).

19Malgré cela, il est certain que plusieurs militaires trouvèrent le moyen de profiter de leur nomination à l’École normale : ainsi le sergent-major de l’armée des Pyrénées-Orientales, Poupeau, puisque sa signature figure sur une adresse des élèves à la Convention conservée aux Archives nationales32 ; le secrétaire de l’état-major de l’armée du Nord, Gallet, a suivi les cours jusqu’au bout, puisqu’il obtint en fructidor une indemnité pour rejoindre son poste. Le gendarme nommé par le district de Langogne est aussi venu à Paris, puisque la commission de l’organisation et du mouvement des armées de terre voulut le faire rappeler à ses fonctions. Le comité de salut public, sur l’avis de Carnot, ne jugea pas cette rigueur nécessaire : il avait fait ce qu’il avait pu pour que la nomination des élèves de l’École ne jetât pas de trouble dans l’armée ; il ne voulut pas non plus jeter le trouble dans l’École en annulant les nominations déjà faites, et, pour couper court à toute réclamation nouvelle de la commission de l’organisation et du mouvement des armées de terre, il prit, le 1er ventôse, toujours à propos du gendarme, un arrêté portant « que les élèves de l’École normale ne pourraient être détournés de l’emploi auquel ils avaient été appelés, ni astreints à d’autre service33 ».

20En résumé, on peut dire que la limite d’âge inférieure fut moins celle qu’avait prescrite la loi de brumaire que celle qu’imposait la réquisition militaire. Les arrêtés de nomination dans les districts donnent rarement l’âge des élèves : je ne l’ai trouvé que pour soixante d’entre eux, et parmi eux il n’y en a que deux de vingt et un ans, deux de vingt-trois, six de vingt-quatre et cinq de vingt-cinq. En se fondant sur ces chiffres, on devrait donc supposer que les trois quarts des élèves de l’École normale avaient plus de vingt-cinq ans. C’en serait assez pour que l’expression de jeunes gens leur convînt médiocrement ; mais lorsqu’on sait qu’il y en avait près de la moitié âgés de trente à soixante ans, on trouve qu’elle ne leur convient plus du tout, et l’on s’étonne de la rencontrer dans le discours d’un homme aussi exact que Romme l’était ordinairement.

21L’impossibilité pour les districts d’envoyer à l’École, sinon par exception, des élèves de moins de vingt-cinq ans résultait des événements extérieurs qui obligeaient la Convention et le comité de salut public à préparer énergiquement la campagne du printemps de l’an III, afin qu’elle fût décisive : il ne leur était pas permis encore de laisser se détendre les lois militaires révolutionnaires. A l’intérieur, la crise n’était pas moins décisive, et il était impossible qu’elle n’eût pas, elle aussi, son contre-coup sur les nominations. Outre le nombre et l’âge, la loi fixait certaines conditions de choix : des mœurs pures, un patriotisme éprouvé ; expressions, semble-t-il, bien simples et bien claires. Mais rien n’est simple ni clair en temps de révolution, et dans la bataille acharnée que se livraient alors la réaction et le jacobinisme, il était plus difficile que jamais aux partis exaspérés de s’entendre sur la pureté des mœurs et la valeur du patriotisme.

  • 34 Militaire, de salut public, de sûreté générale, de législation.

22Il faut rappeler ici que, la veille du jour où elle avait décrété l’École normale, la Convention avait réglé la procédure à suivre contre ceux de ses membres qui seraient l’objet d’une dénonciation, et nommé la première commission des vingt et un, pour décider si Carrier serait mis en accusation ; que le rapport de celte commission fut lu le 21 brumaire par Romme, et Carrier mis immédiatement en arrestation chez lui ; que le lendemain, 22 brumaire, un arrêté des quatre comités de gouvernement34 ferma les Jacobins. C’étaient là les coups décisifs qui se frappaient à Paris. Jusqu’alors la réaction était loin d’avoir triomphé partout dans les départements : comme toujours, en de semblables circonstances, beaucoup d’administrations attendaient l’événement qui déciderait si elles resteraient jacobines ou si elles deviendraient modérées ; nombre de sociétés populaires, affiliées aux Jacobins, employaient ce qui leur restait de prestige et de pouvoir à retarder l’exécution de la loi du 7 vendémiaire, qui avait prescrit l’épuration des autorités constituées dans un délai d’une décade. La fermeture des Jacobins de Paris termina enfin toutes les indécisions, et, en détruisant la puissante organisation qui avait survécu au 9 thermidor, donna le signal du bouleversement administratif. Coïncidant avec lui, le choix des élèves de l’École normale ne pouvait pas ne pas s’en ressentir, soit qu’il fût fait par des administrations nouvelles, toutes chaudes de leur nomination récente, soit qu’il appartînt encore à des administrations anciennes, attaquées et dénoncées par leurs adversaires, et d’autant plus passionnées qu’elles se sentaient plus menacées.

  • 35 Moniteur, reimpr., XXI, p. 384.
  • 36 Décret complémentaire de celui du 30 vendémiaire.

23La principale question politique qui se posa à l’occasion du choix des élèves de l’École, fut celle-ci : « Les prêtres et les nobles pouvaient-ils y être envoyés ? » Dans les premiers jours qui avaient suivi le 9 thermidor35, la Convention les avait formellement exclus des fonctions publiques et avait rapporté (15 thermidor) le décret qui donnait au comité de salut public le droit de les mettre en réquisition. A la fin de l’an II, Borie, après avoir donné des renseignements sur l’action des prêtres dans la Lozère depuis le 9 thermidor, avait fait décréter (2e sans-culottide) que, le premier jour de l’an III, le comité de salut public ferait un rapport sur l’exécution du décret du 15 thermidor. Mais ce rapport n’avait jamais été apporté à la Convention, et la tendance contraire à celle qu’indiquaient les décrets précédents s’était déjà clairement manifestée, lorsque, le 18 fructidor, après le rappel des soixante-treize, la Convention avait annulé la loi de Saint-Just, la loi de police générale du 26 germinal qui interdisait aux nobles le séjour de Paris, « Nous ne connaissons plus de noblesse en France », s’était écrié Bourdon de l’Oise. Ce que ne connaissait plus la Convention, les administrations de district pouvaient-elles le connaître encore ? Elles avaient bien pour se guider les lois qui avaient été votées jusque-là sur l’instruction publique. Aucune ne laissait place au doute. Le décret du 7 brumaire an II sur le placement des premières écoles36 portait expressément (art. 12) qu’aucun ci-devant noble, aucun ecclésiastique et ministre d’un culte quelconque ne pourrait être élu instituteur public. La loi du 29 frimaire an II, tout en décrétant la liberté de l’enseignement, obligeait (section I, art. 3) les instituteurs et les institutrices « à produire un certificat de civisme et de bonnes mœurs, signé de la moitié des membres du conseil général de la commune ou de la section du lieu de leur résidence, et par deux membres au moins du comité de surveillance de la section, ou du lieu de leur résidence, ou du lieu qui en était le plus voisin ». A cette époque, en entourant de pareilles précautions le choix des instituteurs, il était inutile de rappeler qu’on en avait précédemment exclu les nobles et les prêtres. D’ailleurs la loi la plus récente, celle du 27 brumaire an III, semblait l’avoir fait implicitement en disant (chap. III, art. 7) que « tous ceux qui rempliraient l’honorable mission d’instruire les enfants de la République seraient placés au rang des fonctionnaires publics ». Ainsi tous les textes de loi sur la matière, pour peu qu’on s’en souvînt et qu’on les rapprochât les uns des autres, ne laissaient place à aucune hésitation. Mais convenait-il de se souvenir de tous ces textes au moment où les contradictions de la Convention trahissaient ses tendances réelles ? Comme on pouvait croire qu’en se taisant sur les militaires en activité de service la loi du 9 brumaire permettait de les nommer, ne pouvait-on croire aussi qu’en n’interdisant pas expressément de nommer des nobles et des prêtres, elle le permettait ?

  • 37 Il n’avait pas encore été question de demander des réquisitions pour les soldats nommés élèves de (...)
  • 38 Le 18 frimaire est la date où le décret figure dans le procès-verbal de la Convention. Je ne sais (...)

24Ainsi fut nommé par le district d’Amboise le célèbre Saint-Martin, ci-devant noble. La preuve que sa nomination n’était pas d’une régularité certaine, c’est que l’agent national du district demanda au comité d’instruction publique la réquisition dont Saint-Martin avait besoin pour que sa nomination fût valable. Le 6 frimaire, le comité d’instruction publique écrivit à ce sujet au comité de salut public : il obtint la réquisition, puisque Saint-Martin fut élève de l’École et s’y signala par son opposition à Garat ; mais ce ne fut probablement pas sans difficulté, car, quatre jours après, il décida qu’il ne solliciterait plus aucune réquisition pour rester ou venir à Paris, sous quelque prétexte que ce fût. Comme la demande de réquisition pour Saint-Martin est la seule mentionnée jusqu’alors par le procès-verbal, comme les demandes pour les militaires n’arrivèrent que plus tard37, il n’est pas possible de douter que cette décision du comité ait été prise parce qu’on n’osait pas violer encore ouvertement les lois sur les prêtres et les nobles. A travers le laconisme du procès-verbal on devine que ce fut le sujet d’une discussion importante dans le comité, et qu’on chercha le moyen de tourner la loi en ayant l’air de la respecter : dans cette même séance où fut pris l’arrêté contre les réquisitions, le comité décida que Lakanal proposerait à la Convention un projet de décret « tendant à faire admettre aux Écoles normales tous les sujets qui, à un civisme bien reconnu, réuniraient la probité et les lumières ». Les mots de noble et de prêtre ne sont pas écrits, mais ils sont sous les lignes. La date même de la décision le dit ; sans cela on ne s’expliquerait pas la nécessité du décret : celui du 9 brumaire demandait des mœurs pures, un patriotisme éprouvé, les dispositions nécessaires pour recevoir et pour répandre l’instruction ; ce n’était pas la peine d’en faire un nouveau pour demander un civisme bien reconnu, de la probité et des lumières. On ne voit pas ce que le texte de la loi gagnait en précision et en clarté. La vérité est qu’il ne s’agissait pas d’en éclaircir les termes, mais d’en confirmer le silence. Avec la même réserve expressive et prudente que la proposition fut faite au comité, elle fut portée à la Convention le 18 frimaire38. Voici les paroles que le Moniteur met dans la bouche de Lakanal :

Citoyens, votre comité d’instruction publique, consulté par différentes administrations de district sur les difficultés que présente dans son exécution la loi d’organisation des Écoles normales, a cru devoir répondre à toutes les demandes qui lui ont été adressées par le projet de décret qu’il m’a chargé de vous présenter : La Convention nationale, ouï le rapport de son comité d’instruction publique, décrète que les seules conditions nécessaires pour être admis en qualité d’élève à l’École normale sont d’être âgé au moins de vingt et un ans, et de réunir à des lumières un patriotisme éprouvé et des mœurs irréprochables.

  • 39 Arch. nat., D xxxviii. 1.
  • 40 La même chose se passa pour l’exécution de la loi du 27 brumaire sur les écoles primaires. On lit (...)
  • 41 Le 14 pluviôse an III, la Convention renvoya à son comité des finances une proposition de Léonard (...)
  • 42 A son retour en France, il a nié avoir reçu les ordres. Mais comment, s’il n’eût pas été prêtre, a (...)
  • 43 Il avait pourtant signé le rapport où Garat avait proclamé nécessaire l’exclusion de tous les memb (...)
  • 44 Outre Plassiard, j’ai trouvé deux autres vicaires épiscopaux : Daguin d’Alençon et Dellard de Caho (...)

25Ainsi pas un mot ne semble avoir été dit qui ait pu donner prise aux attaques des derniers montagnards : la nouvelle loi passa sans encombre, et servit de réponse à toutes les demandes qui furent faites par les districts, non pas sur de vagues difficultés d’exécution, mais sur ce point précis : peut-on nommer des prêtres et des nobles ? Dans les feuilles décadaires de la commission exécutive que j’ai déjà citées39, on voit que, le 8 frimaire, le district d’Argenton avait demandé si les ex-prêtres étaient admissibles à l’Ecole normale, et que la commission exécutive répondit, le 1er nivôse, que les seules qualités pour être admis à cette École étaient d’avoir des connaissances, un patriotisme éprouvé et des mœurs irréprochables. C’était avec les termes du décret du 9 brumaire que l’on répondait, et cela achève bien de prouver que celui du 18 frimaire était inutile, mais c’était cette date du 18 frimaire que l’on mettait entre parenthèse, en ajoutant : « Pareille décision à toutes les demandes de ce genre ». Le 28 frimaire, le district de Mont-de-Marsan écrivit « qu’ayant choisi un ex-noble, il attendait que le comité ratifiât son choix » ; la commission répondit « que la loi ne faisait pas d’exception40 ». Cette interprétation permit au district d’Avranches d’envoyer à l’École le célèbre navigateur Bougainville, alors âgé de soixante-six ans, qui fut le doyen des élèves. Elle était d’ailleurs nécessaire pour faciliter l’admission des membres de l’ancien enseignement, qui, las de la misérable situation où ils se trouvaient depuis que, malgré la loi, leurs appointements avaient cessé d’être payés41, se portèrent en foule candidats à l’École. Tous n’étaient point prêtres : il y en avait de mariés et de pères de famille ; mais c’était, comme on sait, le petit nombre, et la plupart des professeurs de l’ancien régime étaient, à des degrés divers, engagés dans les ordres. Si les prêtres avaient été écartés de l’École normale, Laromiguière n’y eût pas été envoyé. On conçoit aisément que Lakanal, ancien prêtre de la Doctrine42 comme Laromiguière, ait favorisé des mesures propres à ramener à l’instruction publique nouvelle les hommes dont il avait été le collègue avant la Révolution43. Il y avait en outre à côté de lui au comité quelqu’un qui réagissait de toutes ses forces contre l’exclusion des prêtres : Grégoire, dont le propre vicaire épiscopal, Plassiard, fut envoyé à l’École normale par le district de Blois. Les professeurs de collège et les prêtres furent donc nommés en grand nombre. Sur deux cent cinquante élèves dont j’ai pu connaître les qualités, il y a une trentaine de prêtres et une soixantaine de professeurs de collège, parmi lesquels beaucoup sans doute étaient prêtres aussi. Cette catégorie aurait donc formé à elle seule les deux cinquièmes des élèves44.

  • 45 Histoire générale des sciences pendant la Révolution, p. 67. — « Lorsque les élèves furent convoqu (...)

26En même temps que beaucoup de professeurs et de prêtres, il y eut beaucoup de fonctionnaires envoyés à l’École. J’en ai compté cinquante sur deux cent cinquante, soit un cinquième : deux administrateurs de département, dix administrateurs de district, treize employés dans des bureaux de district, deux agents nationaux de district, trois secrétaires d’agents nationaux, trois maires ou membres de municipalités, six employés de municipalités, six juges et trois greffiers. Si l’on en croyait Biot45, la plupart de ces gens-là auraient été des terroristes, qui auraient saisi une occasion avantageuse pour quitter les places dont ils craignaient d’être chassés. Il assure que ce fut une des causes de la suppression de l’École. Cette assertion est tout à fait exagérée.

27On sait combien furent nombreuses et ardentes pendant la réaction thermidorienne les dénonciations contre les Jacobins. Si vraiment il y a eu à l’École normale autant de Jacobins que le prétend Biot, comment se fait-il qu’on ne trouve que quatre dénonciations dans les procès-verbaux du comité d’instruction publique ? Voici le résumé de ces quatre affaires, dont deux sont antérieures à l’ouverture de l’École ; la troisième en est contemporaine, et la quatrième est très voisine de la suppression.

  • 46 D’après les minutes. Le registre ne donne cela qu’à la séance du 28.
  • 47 C’est le Bulletin institué par l’article 31 du décret du 7 fructidor an III sur l’organisation des (...)

28Le 26 frimaire46 on lut au comité une adresse d’un juge au tribunal de district de Saint-Maixent, par laquelle il dénonçait le choix fait par l’administration du district du citoyen Viannez. Le comité chargea Lakanal de se concerter avec les représentants des Deux-Sèvres pour prendre des renseignements ; si les députés se trouvaient d’accord pour appuyer la dénonciation, il en devait faire rapport à la Convention, et, dans le cas contraire, en référer au comité. Cette décision, si l’on en juge par les ratures du brouillon de la minute, ne fut pas prise sans une vive discussion. Le comité avait d’abord arrêté qu’on écrirait au district pour le rappeler à l’ordre, lui représenter le vice de son choix et lui ordonner d’en faire un autre. Puis un membre avait demandé que cet arrêté fût inséré dans le Bulletin des arrêtés qui devaient être considérés comme obligatoires par les autorités constituées47 ; un autre, renchérissant encore, avait voulu que l’arrêté fût inséré dans le Bulletin de la Convention ; un troisième enfin avait proposé que Lakanal portât l’affaire à la tribune. Ainsi une partie du comité avait été d’avis tout d’abord que, par une démarche plus ou moins éclatante, on interdît une fois pour toutes des nominations analogues à celle du citoyen Viannez. Mais, comme à propos des nobles et des prêtres, on avait fini par s’accorder pour procéder avec prudence et ne point risquer un éclat devant la Convention.

29Deux représentants des Deux-Sèvres, Lecointe-Puyraveau et Jard-Panvillier, confirmèrent la dénonciation. Cependant Viannez était parti pour Paris et avait immédiatement trouvé des défenseurs dans deux députés montagnards, qui ne représentaient pas, il est vrai, les Deux-Sèvres, mais des départements voisins : Ingrand de la Vienne, et Ruamps de la Charente-Inférieure. Le 22 nivôse, il demanda à se justifier devant le comité : celui-ci le convoqua avec les quatre députés à sa séance du 24. Ruamps manqua, et le comité, « considérant qu’il y avait contre la nomination du citoyen Viannez des réclamations de la part de plusieurs communes et de la députation des Deux-Sèvres, qu’en outre il paraissait que ce citoyen ne jouissait pas de la confiance publique si nécessaire à un instituteur, arrêta qu’il ne pouvait être compris au nombre des élèves de l’École normale ».

30La loi du 9 brumaire n’avait pas prévu le moins du monde que l’opinion des administrateurs de district sur les mœurs et le patriotisme des élèves devrait être confirmée par celle des représentants du département, et que, en cas de désaccord, le comité d’instruction publique serait juge ; mais, du moment qu’on invoquait le silence de la loi pour autoriser le choix des nobles et des prêtres, il allait de soi, comme mesure complémentaire, qu’on suppléât à ce même silence pour empêcher le choix de Jacobins.

31Le 4 nivôse, un élève nommé par le district de Saint-Girons fut à son tour dénoncé par la députation de l’Ariège : Lakanal, membre de cette députation, lut la lettre au comité, et profita assez maladroitement de cette occasion où il était juge et partie, pour proposer qu’on l’autorisât à se concerter avec les différentes députations sur toutes les dénonciations du même genre. Mais le comité, malgré l’arrêté par lequel il avait décidé six jours avant que les représentants du peuple près l’Ecole normale connaîtraient directement tout ce qui s’y rapporterait, préféra se réserver à lui-même la décision : il renvoya à sa première section la lettre des députés de l’Ariège, et arrêta « qu’il serait demandé en son nom à la Convention un décret qui l’autorisât à prononcer définitivement sur toutes les dénonciations portées contre les élèves de l’École normale, après avoir consulté les différentes députations ». La nomination faite par le district de Saint-Girons fut annulée ; quand et comment ? je n’en sais rien, car l’arrêté ne figure ni au procès-verbal, ni au registre des arrêtés du comité ; il est dit seulement, le 22 pluviôse, que le comité renvoie à la commission d’instruction publique un extrait du procès-verbal du district de Saint- Girons, qui nomme à l’École normale le citoyen J. Claire Pagès, à la place du citoyen Bardin rejeté par arrêté du comité. Ceci est déjà assez singulier ; ce qui l’est davantage encore, c’est que jamais le projet de décret n’ait été porté à la Convention ; ce qui ne l’est pas moins, c’est qu’à la première occasion du même genre le comité, changeant encore une fois d’avis, au lieu de retenir l’affaire, l’ait renvoyée à Lakanal et à Deleyre. On lit en effet au procès-verbal du 2 pluviôse : « Un membre de la députation du Mont-Blanc dépose au comité un mémoire signé par plusieurs de ses collègues, par lequel ils invitent le comité d’instruction publique à exclure de l’École normale les citoyens Jacquier et Sommelier, nommés élèves à cette école par les districts de Cluses et d’Arc, ci-devant membres de l’administration du département dont ils ont été destitués ; ils joignent plusieurs pièces à l’appui de leur demande. Le comité en arrête le renvoi aux représentants du peuple près l’École normale. »

32Ces trois cas sont intéressants, parce qu’ils nous montrent une transformation de la loi, sous l’influence des circonstances politiques qui coïncidaient avec son exécution ; mais ils sont tout à fait insuffisants pour confirmer l’assertion de Biot. Je sais bien qu’on ne peut se fier entièrement au procès-verbal du comité pour connaître toutes les affaires qui lui furent soumises. Lorsque Lakanal demanda à la Convention le décret du 18 frimaire, il allégua que le comité avait été consulté par beaucoup d’administrations du district : or il n’est question au procès-verbal, avant cette date, que de la demande du district d’Amboise relative à Saint-Martin. Ou Lakanal n’a pas dit vrai, ou le procès-verbal ne dit pas tout. Il faudrait, pour le vérifier ou le compléter, connaître les papiers du bureau spécial institué pour l’École normale, et posséder ceux de la commission exécutive. Or il n’en a survécu qu’une très petite partie, et notamment les feuilles décadaires ont disparu, sauf de très rares exceptions ; il est donc impossible de donner à Biot un démenti formel ; cependant il faut convenir que toutes les vraisemblances sont contre lui. Si, en effet, beaucoup de Jacobins étaient entrés à l’École sans être dénoncés avant l’ouverture des cours, comment admettre qu’après le 12 germinal, au moment où la chasse aux terroristes se fit avec fureur, les dénonciations ne soient pas arrivées au comité, nombreuses et pressantes ; et si l’on suppose qu’il en ait reçu, comment admettre que, dans l’état d’exaspération où les esprits se trouvaient montés, il ne se soit occupé que d’une seule ?

  • 48 Probablement l’ancienne École militaire des Bénédictins, où Fourrier avait été élève et professeur (...)

33Il n’y a en effet, dans les procès-verbaux du comité, qu’une seule affaire de ce genre postérieure au 12 germinal, mais plus intéressante encore que les trois précédentes, parce qu’on y voit impliqué le grand géomètre Fourrier. Il avait été choisi par le district de Mont-Armance (Saint-Florentin), et il remplissait à l’École les fonctions de directeur de conférences, lorsque, le 22 germinal, un commissaire de la commune d’Auxerre vint lire au comité une adresse votée à la Convention nationale le 30 ventôse précédent par les sections de cette commune, pour demander l’épuration de l’École normale. Deux élèves étaient désignés : Balme, directeur de l’école d’Auxerre48, envoyé par le district d’Auxerre, et Fourrier. Le comité renvoya cette adresse au représentant du peuple Mailhe, en mission dans la Côte-d’Or et dans l’Yonne. Mailhe écrivit que Balme et Fourrier avaient figuré en première ligne parmi les auteurs de la tyrannie qui avait pesé sur la commune d’Auxerre. Le comité renvoya la lettre de Mailhe au comité de sûreté générale, et, le 26 floréal, arrêta que les commissaires de la trésorerie nationale seraient invités à suspendre le payement des indemnités dues à Balme et à Fourrier. Ce n’était pas très grave pour eux, puisque les cours de l’École finissaient : ils n’en firent pas moins intervenir aussitôt leurs députés Maure et Villetard, qui réussirent le 28 à faire rapporter l’arrêté du 26. L’affaire suivit cependant son cours au comité de sûreté générale : nous en avons la preuve, au moins pour Balme, dans le procès-verbal du comité d’instruction publique du 20 vendémiaire an IV : Balme réussit à réfuter les inculpations dirigées contre lui, et le comité de sûreté générale autorisa son réarmement. Mais à Auxerre, l’administration du département lui avait enlevé la direction de l’école, si bien qu’il n’avait pu bénéficier du décret du 26 floréal, par lequel la Convention avait décidé que les élèves de l’École normale reprendraient les fonctions qu’ils occupaient auparavant. Balme aurait dû sans doute y renoncer définitivement, si les journées de Vendémiaire ne lui avaient fourni une occasion favorable de prouver son dévouement à la Convention. Dès le 18, il envoya une pétition au comité d’instruction publique pour être réintégré dans sa place, et produisit à l’appui le témoignage de quatre députés de l’Yonne sur sa conduite dans les journées du 12, du 13 et du 14. Le comité fit droit à sa réclamation le 20. A ce moment l’audace et la force croissante du parti royaliste avaient obligé la Convention à enrayer pour sa propre défense la réaction à laquelle elle avait cédé.

  • 49 Les procès-verbaux du comité permettent de soupçonner une autre affaire sur le sens de laquelle il (...)

34Cette affaire de Fourrier et de Balme49 est en réalité la seule que fournissent les procès-verbaux du comité à l’appui de l’assertion de Biot, puisque, des trois autres, les deux premières sûrement, et la dernière probablement, ont abouti à l’annulation des choix incriminés. Cela est d’autant plus curieux qu’après avoir dénoncé celte grande affluence de Jacobins à l’École normale Biot ajoute qu’ils y portèrent l’ignorance qui leur était propre. Or le cas de Fourrier et de Balme, insuffisant pour confirmer la première partie du propos, infirme directement la seconde. On n’aurait pas besoin d’autre chose pour taxer le témoignage de Biot d’exagération passionnée et pour lui refuser créance. Mais on peut encore trouver contre lui d’autres arguments dans les procès-verbaux et papiers du comité d’instruction publique.

  • 50 Procès-verbaux du comité, 24 frimaire an III. « Un membre donne lecture d’une adresse du citoyen D (...)
  • 51 Arch. nat., F17. 10102.
  • 52 Lettre de Burger au comité d’instruction publique (8 germinal an III) : « La position dans laquell (...)
  • 53 Voir au Moniteur la séance du 30 floréal an III (Réimpr., XXIV, p. 493).

35Il semble en effet qu’aucun des autres fonctionnaires politiques envoyés comme élèves à l’École normale, et dont le comité eut à s’occuper, n’ait été jacobin, bien au contraire. Si le citoyen Duplaquet avait été un jacobin, est-il probable qu’au moment où le district de Saint-Quentin le choisissait, à défaut de son cuirassier et de son chasseur, les représentants du peuple Lacoste et Ducos l’auraient nommé administrateur du district de Valenciennes50 ? Si Merlin jeune avait été jacobin, est-il probable que le district de Sauveterre aurait prétendu le garder après l’avoir nommé, sous prétexte qu’il était indispensable à l’administration51 ? Si Burger avait été un jacobin, est-il probable qu’avant même la suppression de l’École il aurait été rappelé à ses fonctions d’administrateur du Bas-Rhin52 ? Et enfin, y a-t-il l’ombre d’un doute sur Vieil-lard-Boismartin qui fut l’orateur de la députation de l’École à la Convention, le 17 floréal ? Ancien avocat au Parlement de Rouen sous l’ancien régime, il avait acquis une certaine célébrité en défendant une servante deux fois condamnée à mort ; depuis la Révolution il avait été président de la municipalité de Saint-Lô et il remplissait ces fonctions en brumaire an II, au moment où était passé à Saint-Lô le représentant du peuple Laplanche, en mission à l’armée des côtes de Cherbourg. Quelques jours après la fin des cours, il fut admis à la barre de la Convention53 et y accusa ce représentant de vols commis dans la maison où il avait été logé. A lire la réponse très précise et très détaillée de Laplanche, il ne semble pas que l’accusation ait été fondée, et en tout cas, de la déclaration d’un député qui intervint dans le débat, il résulte très clairement que Vieillard-Boismartin s’occupait assidûment de politique à Paris : « Je dois dire un mot sur le pétitionnaire ; il se prétend élève de l’Ecole normale ; je le crois un intrigant. J’étais, il y a quelques décades, avec un de mes collègues qu’il aborda. « Vous êtes représentant, me dit-il ; vous avez « bien des coquins parmi vous. » Il m’en nomma un qu’il devait dénoncer ; ce représentant le fut quelques jours après : je ne sais si c’est par le pétitionnaire que je vois à la barre, car je n’étais pas à la séance ; mais enfin je le vois en dénoncer un autre aujourd’hui ; j’en conclus qu’il doit dénoncer tous ceux qui ont été en mission. » Pour Vieillard, la certitude est donc à peu près complète. Il n’était peut-être pas un intrigant : Hardy et Delleville, deux députés rentrés à la Convention depuis thermidor, témoignèrent pour lui ; mais il semble bien que cet avocat administrateur soit venu à Paris, moins pour s’y préparer à l’enseignement que pour y représenter ses opinions politiques, et y apporter les revendications de ceux de ses compatriotes qui avaient souffert du régime de la Terreur.

  • 54 Procès-verbal de la Convention, LVIII, p. 45. (Voir le texte de ces adresses, page 143, notes 1 et (...)

36Jusqu’à nouvel ordre il est donc impossible d’admettre, avec Biot, que la coïncidence du choix des élèves avec la réaction thermidorienne ait eu pour résultat d’envoyer à l’École normale une foule de Jacobins ; le contraire est infiniment plus vraisemblable, et, sans affirmer que beaucoup se soient fait nommer pour poursuivre à Paris des vengeances particulières comme Vieillard-Boismartin, il est permis de croire que l’adresse par laquelle, le 8 pluviôse, les élèves félicitèrent la Convention du 9 Thermidor, et celle par laquelle ils lui offrirent le 5 germinal de lui faire un rempart de leurs corps54 « contre les ennemis de l’ordre et les scélérats », représentèrent bien l’opinion politique dominante à l’École normale. Il n’y eut pas, nous le verrons plus loin, pendant les quatre mois que durèrent les cours, un seul fait de nature à confirmer l’assertion de Biot.

37En résumé, voici sur le recrutement des élèves les points que cette étude semble mettre hors de doute : le plus grand nombre des districts exécutèrent la loi dans le délai prescrit ; le plus grand nombre des élèves choisis avaient plus de vingt-cinq ans ; là où les districts firent leur choix d’après les propositions des communes ou des sociétés populaires, ils nommèrent en grand nombre des instituteurs primaires ; là où ils ouvrirent des registres d’inscriptions, beaucoup de prêtres et d’anciens professeurs de collège furent choisis ; là enfin où ils firent directement leur choix, celui-ci tomba surtout sur des fonctionnaires. Ainsi les élèves de l’École normale se composèrent de trois catégories très distinctes et à peu près égales : les sentiments politiques seuls leur donnèrent de la cohésion, et ces sentiments étaient conformes à ceux qui entraînaient alors la Convention. Mais, au point de vue pédagogique, cette réunion d’éléments disparates, s’ajoutant à la combinaison des idées de Garat avec celles de la Convention, acheva de compromettre le succès ; elle ne pouvait pas plus convenir à la simple école de pédagogie, conçue autrefois par le comité de salut public, qu’à l’école de hautes sciences et de culture philosophique imaginée par Garat.

Notes

1 A Corbeil, par conséquent à la porte de Paris, ce fut seulement le 19 brumaire que l’agent national lut au district le numéro du Bulletin des Lois qui donnait le décret du 9.

2 Je dois adresser ici mes remerciements à MM. les archivistes départementaux qui ont bien voulu faire pour moi des recherches dans les registres des districts. Grâce à eux, j’ai eu entre les mains des renseignements plus ou moins complets sur l’exécution de la loi dans une cinquantaine de départements. En les rapprochant de ceux que j’ai trouvés aux Archives nationales, j’ai pu établir avec un degré de certitude suffisant les diverses appréciations qui composent ce chapitre. Qu’il me soit permis de nommer ces collaborateurs bénévoles : MM. Brossard (Ain), Isnard (Basses-Alpes), l’abbé Guillaume (Hautes-Alpes), Laurent (Ardennes), Pasquier (Ariège), Bloch (Aude), Lempereur (Aveyron), Bénet (Calvados), de Bichemond (Charente-Inférieure), Boyer (Cher), Garnier (Câtc-d’Or), Tempier (Côtes-du-Nord), Villepelet (Dordogne), Lecoq (Eure), Luzel (Finistère), Baudoin (Haute- Garonne), Parfouru (Ille-el-Vilaine), de Grandmaison (Indre-et-Loire), Prudhomme (Isère), Libois (Jura), Soyer (Loir-et-Cher), de Fréminville (Loire), Combarieu (Lot), Saché (Lozère), Célestin Port (Maine-et-Loire), Pélicier (Marne), de Martonne (Mayenne), Duvernoy (Meurthe-et-Moselle), Estienne (Morbihan), Finot (Nord), Roussel (Oise), Duval (Orne), Loriquet (Pas-de-Calais), Rouchon (Puy-de-Dôme), Desplanque (Pyrénées-Orientales), Guigue (Rhône), Eckel [Haute-Saône), Lex (Saône-et-Loire), Bruchet (Haute-Savoie), Hugues (Seine-et-Marne), de Beaurepaire (Seine-Inférieure), Couard (Seine-et-Oise), Barbaud (Vendée), Portai (Tarn), Mireur (Var), Bichard (Vienne), Leroux (Haute-Vienne). Mes camarades Girbal et Guiraud, professeurs au lycée de Marseille, Bessières, professeur au lycée d’Aurillac, Léon-G. Pélissier, professeur à la Faculté des lettres de Montpellier, Gosselin, professeur au lycée d’Angers, Hauser, professeur à la Faculté des lettres de Clermont, Émile Leroy et Albert Lévy, élèves à l’École, ont fait pour moi des recherches fructueuses dans les archives des Bouches-du-Rhône, du Cantal, de l’Hérault, de Maine-et-Loire, du Puy-de-Dôme, de l’Yonne, de l’Aube. Je suis également l’obligé de plusieurs érudits provinciaux : M. Veuclin, de Bernay ; M. Thénard, de Versailles ; M. Le Coq, d’Ernée. M. Le Coq est le petit-fils d’un élève de l’École normale : il m’a communiqué plusieurs documents intéressants qui lui appartiennent. M. Maréchal, de Laval, M. Esquilat, notaire à Pampelonne (Tarn), notre camarade M. Hanriot, fils et petit-fils de normaliens de l’an III, ont bien voulu me faire part des souvenirs conservés dans leur famille.

3 Les archives de Seine-et-Oise possèdent la liste complète des candidats présentés par es sections de la ville et les communes du district de Versailles, avec le vote par lequel e district fit son choix.

4 Ceci est en outre une preuve que le décret du 29 frimaire an II sur l’instruction primaire avait déjà reçu un très sérieux commencement d’exécution.

5 Voici, donnée par la Décade du 30 brumaire an III (p. 383), le texte de l’arrêté pris par le département de Paris sur l’exécution de la loi du 9 brumaire :
Extrait du registre des délibérations du département de Paris, du 17 brumaire.
Le département, délibérant sur l’exécution de la loi du 9 brumaire, relative à l’établissement des écoles
normales ;
Convaincu que le succès de cet établissement, dont les résultats heureux doivent répandre dans toute la République les principes de morale et d’instruction, si nécessaires au maintien de la liberté et à la restauration des mœurs, dépend en grande partie du bon choix des élèves qui vont être désignés ;
L’agent national entendu dans son réquisitoire, Arrête :
1° Il sera ouvert au secrétariat du département un registre pour y recevoir les noms et demeures des candidats qui se présenteront.
2° Les candidats déposeront, en venant se faire inscrire, leurs actes de naissance et les certificats attestant leur bonne conduite et leur patriotisme.
3° Ils y joindront un mémoire ou déclaration signée d’eux, des fonctions qu’ils ont exercées des travaux auxquels ils se sont livrés, du genre de connaissances qu’ils ont acquis.
4° Ce registre sera clos le 15 frimaire prochain.
5° Les candidats inscrits seront convoqués à jours fixes, à dater du 15 frimaire, pour être examinés, afin de juger ceux qui réuniront les qualités morales et politiques, les dispositions nécessaires pour être admis au nombre des élèves. Cet examen se fera par deux administrateurs et quatre citoyens nommés par le département.
6° Le nombre des élèves sera déterminé par le département, d’après les tableaux de population qui seront mis sous ses yeux.
7° Le présent arrêté sera imprimé avec la loi du 9 brumaire, relative à l’établissement des écoles normales, affiché et envoyé aux 48 sections, pour être lu à la prochaine assemblée décadaire.
Signé : Houzeau, président ; Dupin, secrétaire général.

6 Avis de la commission exécutive au district de Carhaix (Arch. nat., D xxxviii. 1).

7 Toutefois, pour certains districts, d’autres pièces d’archives montrent que l’arrêté avait certainement été pris. Ainsi à Saint-Germain-en-Laye le registre ne porte aucune nomination, et pourtant le district avait nommé, sous le nom de Rochepont, l’abbé Roy, qui, aux premiers jours de la Révolution, avait pris part au pillage de la fabrique de Réveillon, dans le faubourg Saint-Antoine.

8 Histoire générale des sciences pendant la Révolution, p. 64.

9 Aperçu de ce que pourrait coûter l’instruction publique organisée dans rois degrés pour toute la France. Frimaire an III. (Arch. nat., F17. 1014.)

10 A trois élèves par district, il y aurait eu plus de 1 600 élèves.

11 Arch. nat, F4 . 1020.

12 Il avait été nommé très tardivement, le 18 pluviôse.

13 Arch. nat., F 17. 10102. « Pour mon collègue Lakanal. — J’ai parlé à mon collègue Lakanal d’un candidat pour l’École normale, dont je puis attester les heureuses dispositions et la ferme intention d’utiliser les leçons qu’on y donne. Je joins mon suffrage à celui de mes collègues du département de la Lozère et je désire qu’il puisse entrer dans les vues de cette institution d’agréer le sujet qu’on lui propose. Le citoyen Antoine Bonnet est digne à tous égards d’être admis au nombre des élèves de l’École.
« Martin-Valogne, député de l’Aveyron. »
(Sans date.)

14 Jamais ce décret ne fut proposé.

15 J’ai pu, avec les arrêtés de nomination que m’ont communiqués MM. les archivistes départementaux, avec les adresses envoyées à la Convention ou au comité par les élèves et que les Archives nationales possèdent, enfin avec le journal des séances, retrouver un peu plus de 1 100 noms d’élèves.

16 Pour l’École centrale des travaux publics, les limites d’âge étaient seize et vingt ans

17 Loi du 23 août 1793. Art. 8. « La levée sera générale : les citoyens non mariés ou veufs sans enfants de 18 à 25 ans marcheront les premiers ; ils se rendront sans délai au chef-lieu de leur district, où ils s’exerceront tous les jours au maniement des armes, en attendant l’ordre du départ. »

18 Loi du 23 août 1793 : « De ce moment jusqu’à celui où les ennemis auront été chassés du territoire de la République, tous les Français sont en réquisition permanente pour le service des armées. »

19 Papiers du comité de salut public (Arch. nat., AF ii. 67).

20 Procès-verbaux du comité d’instruction publique, 24 frimaire. « Le comité arrête qu’il sera écrit au comité de salut public pour l’inviter à mettre en réquisition le citoyen Loyal, chasseur à cheval au 5e régiment, en dépôt à Soissons, nommé élève à l’École normale par le district de Saint-Pol. »

21 Ibid. 26 frimaire. « Le comité arrête qu’il sera écrit au comité de salut public pour l’inviter à mettre en réquisition le citoyen Lampérière, ci-devant professeur de philosophie au collège d’Évreux, et actuellement chasseur à cheval au 13e régiment, en convalescence dans cette commune, nommé élève de l’École normale par l’administration du district d’Évreux. »

22 Papiers du comité de salut public (Arch. nat., AF ii. 67). « Les délégués à l’École normale demandent au comité de salut public une réquisition pour Lecaisne, dragon au 7e régiment, et Delville, chasseur à cheval au 6e régiment, choisis par le district de Saint-Quentin. »

23 Ibid. « Le 14 pluviôse, l’administration du district de Langogne écrit au citoyen Bertrand que la commission de l’organisation et du mouvement des armées de terre et de mer lui a écrit pour qu’on le rappelle à ses fonctions de gendarme. »

24 Procès-verbaux du comité d’instruction publique, 4 fructidor. « Le comité, ouï le rapport de la commission d’instruction publique relativement à l’article 3 du décret du 27 floréal dernier sur les indemnités de route des élèves de l’École normale, et la faculté qui leur est conservée de reprendre les places qu’ils occupaient antérieurement à leur nomination, arrête que la commission, d’après les réclamations du citoyen Gallet, élève nommé par le district de Corbeil, et antérieurement employé à Anvers de l’administration de l’armée du Nord, fera payer les frais de route à cet élève, jusqu’au lieu de la résidence actuelle de l’état-major de cette armée.

25 Archives de la Vendée.

26 Archives de l’Orne.

27 Archives de l’Isère.

28 Archives de la Côte-d’Or.

29 Archives de Maine-et-Loire.

30 Maure en particulier n’était pas du tout ennemi de l’École normale, comme le prouve son intervention dans la discussion du 4 nivôse.

31 Papiers du comité de salut public (Arch. nat., AF ii. 67).

32 Il y a des lettres de lui datées de Paris, dans les Archives de la Vendée. (Voir chap. x.)

33 Papiers du comité de salut public (Arch. nat., AF ii. 67).

34 Militaire, de salut public, de sûreté générale, de législation.

35 Moniteur, reimpr., XXI, p. 384.

36 Décret complémentaire de celui du 30 vendémiaire.

37 Il n’avait pas encore été question de demander des réquisitions pour les soldats nommés élèves de l’École. Lakanal ne le proposa au comité d’instruction publique que le 26 frimaire. (Voir ci-dessus, p. 123.)

38 Le 18 frimaire est la date où le décret figure dans le procès-verbal de la Convention. Je ne sais pourquoi le Moniteur l’insère dans la séance du 20.

39 Arch. nat., D xxxviii. 1.

40 La même chose se passa pour l’exécution de la loi du 27 brumaire sur les écoles primaires. On lit au procès-verbal du comité d’instruction publique, séance du 26 pluviôse an III : « Un membre, de retour d’une mission dans le département de Saône-et-Loire et autres, expose au comité les difficultés qui lui ont été soumises par les administrations de district et les jurys d’instruction publique des départements qu’il a parcourus. Elles consistent à savoir s’ils peuvent appeler les ex-prêtres aux fonctions d’instituteurs. Il invite le comité à tracer la marche qu’ils doivent suivre. Le comité passe à l’ordre du jour motivé sur la loi d’organisation des écoles primaires. » Comme c’était justement cette loi qu’on lui demandait d’interpréter et de compléter par une indication précise, la réponse du comité équivaut à un refus de se prononcer par oui ou par non. Il autorise sans le dire.

41 Le 14 pluviôse an III, la Convention renvoya à son comité des finances une proposition de Léonard Bourdon, tendant à faire payer sans délai aux ex-professeurs de l’Université de Paris les traitements que la loi leur accordait. Cette proposition fut étendue à tous les professeurs de la République. — J’ai trouvé dans les documents d’archives relatifs aux élèves de l’Ecole normale la preuve que les appointements n’avaient pas été suspendus partout. Mais ils l’étaient certainement dans la plupart des villes.

42 A son retour en France, il a nié avoir reçu les ordres. Mais comment, s’il n’eût pas été prêtre, aurait-il pu être élu vicaire constitutionnel de l’évêque de Pamiers, et il l’était quand il fut nommé député à la Convention. (Voir Guiffrey, les Conventionnels.) D’ailleurs il a écrit de Bergerac une lettre, lue à la Convention le 1 3 frimaire an II, dans laquelle il - abjure solennellement le titre de prêtre ».

43 Il avait pourtant signé le rapport où Garat avait proclamé nécessaire l’exclusion de tous les membres de l’ancien enseignement.

44 Outre Plassiard, j’ai trouvé deux autres vicaires épiscopaux : Daguin d’Alençon et Dellard de Cahors, un ancien vicaire général de Séez, Larivière-Louvigny, un ancien directeur du séminaire de Meaux, Rustaing Saint-Jorry.

45 Histoire générale des sciences pendant la Révolution, p. 67. — « Lorsque les élèves furent convoqués, la France sortait à peine de dessous la hache de Robespierre. Les agents de celte tyrannie étaient partout en horreur, mais l’effroi qu’ils avaient inspiré, joint à la crainte que l’on avait du retour de leur puissance, leur conservait un reste de crédit. Ils en profitaient pour saisir les occasions de s’éloigner des lieux où ils avaient exercé leurs vexations. Plusieurs se firent nommer élèves de l’École normale. Ils y portèrent avec l’ignorance qui leur était propre, la haine, la méfiance et le mépris qui les suivait partout... ; l’envie s’empara de ce prétexte, la malveillance l’exagéra, et l’École normale fut supprimée. »

46 D’après les minutes. Le registre ne donne cela qu’à la séance du 28.

47 C’est le Bulletin institué par l’article 31 du décret du 7 fructidor an III sur l’organisation des comités.

48 Probablement l’ancienne École militaire des Bénédictins, où Fourrier avait été élève et professeur. Elle avait été exceptée du décret du 9 septembre 1793, qui détruisait les écoles militaires, et maintenue comme établissement libre d’instruction publique.

49 Les procès-verbaux du comité permettent de soupçonner une autre affaire sur le sens de laquelle il est difficile de se prononcer : « Le 24 thermidor an III, le citoyen Disser, ex-élève de l’École normale, ci-devant professeur de littérature au collège de Villefranche (Aveyron), après avoir exposé les diverses vexations qu’on lui a fait éprouver et qui lui ont fait perdre sa place, demande au comité à être rétabli dans son emploi, vacant parce qu’il ne s’est trouvé personne pour le remplir. Le 7 fructidor, le comité décide qu’il ne prendra cette demande en considération que lorsque l’instruction publique sera définitivement organisée, mais qu’on invitera le comité des finances à lui faire payer ses appointements arriérés ». Qui avait vexé Disser et pourquoi avait-il été destitué de sa place ? On ne saurait le dire sans connaître les dates.

50 Procès-verbaux du comité, 24 frimaire an III. « Un membre donne lecture d’une adresse du citoyen Duplaquet, dans laquelle il instruit le comité qu’il a été appelé par l’administration du district de Saint-Quentin à l’École normale établie par la loi du 9 brumaire dernier, mais que, au moment de se rendre à son poste, les représentants du peuple Lacoste et Ducos l’ont retenu pour le nommer administrateur du district de Valenciennes. Il expose que les fonctions administratives sont au-dessus de ses forces et prie le comité de vouloir bien le mettre en réquisition en qualité d’élève de l’École normale. Le comité arrête qu’il sera écrit aux représentants Lacoste et Ducos pour les inviter à enjoindre au citoyen Duplaquet, actuellement à Valenciennes, nommé élève de l’École normale par l’administration du district de Saint-Quentin, de venir à Paris. »

51 Arch. nat., F17. 10102.

52 Lettre de Burger au comité d’instruction publique (8 germinal an III) : « La position dans laquelle je me trouve après la suppression de l’École normale et par le rappel dans mon département pour reprendre des fonctions administratives,... » (Arch. nat., D. xxxviii.1.)

53 Voir au Moniteur la séance du 30 floréal an III (Réimpr., XXIV, p. 493).

54 Procès-verbal de la Convention, LVIII, p. 45. (Voir le texte de ces adresses, page 143, notes 1 et 2.)

© Éditions Rue d’Ulm, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540