Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Centenaire de l’École normale (1795-1895)

Première partie. Les boursiers de Louis-Le-Grand. L'école normale de l'an III

Chapitre V. Le choix du logis. Le conflit avec les Finances et les Travaux publics

Texte intégral

1Une expérience, quelle qu’elle soit, court toujours de grands risques d’insuccès, lorsqu’elle cesse d’être dirigée par une idée claire : c’était le cas de l’Ecole normale. La Convention l’avait d’abord conçue d’une manière ; puis Garat l’avait conçue d’une autre. L’idée première n’avait pas été entièrement abandonnée pour l’idée seconde : elles s’étaient mêlées et se mêlaient encore, la première perdant tous les jours un peu plus de terrain au profit de la seconde. II y avait a priori beaucoup de chances pour que l’École ne fût presque pas ce qu’avait voulu la Convention, et pas tout à fait ce que désirait Garat. Il y en eut même pour qu’elle ne fût pas du tout.

2Une expérience, en effet, ne dépend pas seulement des idées de l’expérimentateur. Après l’avoir organisée bien ou mal dans sa tête ou sur le papier, il faut qu’il l’exécute, et les ressources pratiques dont il dispose, son habileté de main, sont de nouveaux éléments de succès ou d’insuccès. Or les ressources étaient nécessairement médiocres en un temps de détresse financière, et, quant à l’habileté de main, Lakanal et Garat furent bien obligés de s’en passer. Ils excitèrent contre eux l’opposition acharnée du comité des finances et de celui des travaux publics ; ils s’imaginèrent qu’ils en triompheraient par des artifices enfantins, et manœuvrèrent de telle sorte que l’École normale faillit ne pas être ouverte, et le fut dans des conditions matérielles déplorables.

3Régulièrement, en vertu de la loi du 30 germinal an II, la dépense de l’École normale, du moment que le décret du 9 brumaire ne prévoyait aucun crédit spécial, devait être payée sur les fonds que la Convention mettait, à des dates plus ou moins éloignées, à la disposition de la commission exécutive de l’instruction publique. Pratiquement, cela était impossible.

4Depuis la réorganisation de cette commission en fructidor an II, jusqu’à la fin du régime conventionnel, voici les sommes qui furent mises à sa disposition : le 9 frimaire an III, 2 millions ; le 2 pluviôse, 2 millions ; le 10 germinal, 1 million ; le 9 floréal, 2 millions ; le 17 prairial, 1 200 000 francs ; le 26 fructidor, 3 millions ; le 28 vendémiaire an IV, 2 millions : en tout 13 200 000 francs. Ces sommes, surtout si l’on se rappelle qu’elles étaient payées en papier, en un temps de baisse fabuleuse, suffisaient à peine aux dépenses courantes ou extraordinaires de toute sorte, qui étaient imputées sur elles régulièrement ou par décision spéciale de la Convention : secours aux gens de lettres, commission temporaire des arts, bibliographie, fêtes nationales, travail des poids et mesures, etc., etc. Les appointements des professeurs et des élèves de l’École auraient pu à la rigueur être payés sur le budget ordinaire de la commission, mais le concours du comité des finances était indispensable pour les dépenses d’installation matérielle.

  • 1 Exposé sommaire des travaux de Joseph Lakanal, p. 220. Dans les premiers jours de septembre 93, La (...)

5On n’avait pas voulu le solliciter avant le décret, parce qu’on connaissait son hostilité contre tous les projets du comité d’instruction publique, où il voyait depuis longtemps une source de dépenses terrifiantes. Entre avril et juillet 1795, Chappe écrivait à Lakanal chargé du rapport sur le télégraphe : « Vous lèverez les obstacles qu’on fait tant redouter de la part du comité des finances si peu favorable à tout ce qui intéresse les sciences et les lettres.... Quels hommes que ce Cambon et ce Monnot ! j’admire le courage et le calme que vous opposez à leurs mauvaises raisons, à leurs sorties injurieuses contre votre comité1. » Lakanal savait donc depuis longtemps à quoi s’en tenir sur l’accueil qu’il recevrait au comité des finances quand il y viendrait apporter de nouvelles propositions de dépenses.

  • 2 Moniteur, réimpr., XXII, p. 608.
  • 3 Ibid., p. 426.
  • 4 Ibid, p. 623.

6Cambon en particulier était d’autant plus intraitable que, depuis le 9 thermidor, il se sentait plus menacé. Le 6 frimaire, à propos de divers projets de décrets proposés à la Convention par le comité des secours publics, il se plaignit des attaques dont il était l’objet de la part de certains collègues royalistes : « II faut faire tomber ma tête si elle est coupable, mais il ne faut pas laisser planer injustement le soupçon sur ceux qui ont bien servi la patrie2. » Et pour la bien servir, il résistait énergiquement toutes les fois qu’il s’agissait d’une dépense nouvelle, fût-elle même votée par la Convention. Le 14 brumaire, dans la discussion sur le retrait des assignats, il s’était vanté de la force d’inertie à laquelle le comité des finances avait eu recours pour enrayer les dépenses : « Lorsque la Convention rend des décrets, le comité est obligé d’obéir ; mais il s’estime heureux d’avoir, par une force d’inertie, sauvé au trésor public 591 millions3. « Le 8 frimaire, à propos des ouvertures de crédit aux commissions exécutives, il disait encore : « Le comité des finances n’a jamais proposé aucune dépense ; il s’y est au contraire toujours opposé, et il a mérité le reproche de ténacité, parce qu’il n’a pas consenti à toutes celles que l’on proposait4. »

  • 5 Annales de la République française du 29 pluviôse.
  • 6 Annales patriotiques et littéraires de Mercier du 11 germinal.

7Cette ténacité devenait invincible en un moment où non seulement Cambon voulait faire face aux attaques, mais aussi où il se trouvait en présence d’un déficit mensuel dont les proportions dépassaient tout ce qu’on avait vu jusqu’alors. En nivôse an III, les dépenses de la trésorerie l’emportèrent sur les recettes de 571 205 676 livres 10 sols 3 deniers5 ; en ventôse, les recettes furent de 157 552 903 livres 16 sols 9 deniers, tandis que les dépenses montèrent à 575 334 152 livres 14 sols 8 deniers6, ce qui faisait un déficit de plus de 400 millions pour ce seul mois.

  • 7 Dans la table des matières de l’Exposé sommaire (pp. 228 et 229), Lakanal ajoute aux titres des ra (...)

8Ce n’était pas seulement la lutte contre l’étranger qui creusait un déficit pareil, et interdisait toute dépense qui pouvait paraître une dépense de luxe ; c’était aussi la nécessité d’assurer les approvisionnements de Paris et du pays. Le 8 frimaire, sur les 170 millions de crédits ouverts aux commissions exécutives, il y en avait 100 pour celle du commerce et des approvisionnements, 36 pour celle des transports, 20 pour celle des secours publics, et 2 seulement pour l’instruction publique, et cela ne fit qu’empirer : le 10 germinal, sur 675 millions de crédits, il y en eut 1 pour l’instruction publique et 600 pour les approvisionnements. Si jamais l’axiome primum vivere deinde philosophari avait été vrai, c’était dans de pareilles circonstances. La résistance acharnée du comité des finances contre les projets relatifs à l’instruction publique était donc facile à comprendre, et il est également aisé de voir pourquoi l’on ne s’adressa pas à lui avant de faire voter le décret sur l’École normale7.

9Mais la résistance qu’on prévoyait avant, il fallait bien s’attendre à la rencontrer après : il était impossible de rien engager sans que le comité des finances fût averti. Depuis le 22 fructidor an II, les feuilles de dépenses quotidiennes que le comité de salut public avait demandées aux commissions exécutives, par ses arrêtés du 12 prairial et du 4 floréal précédents, avaient été réclamées par le comité des finances et lui étaient adressées. Son contrôle était incessant et de la dernière rigueur : nulle dépense ordinaire ne pouvait lui échapper, nulle dépense extraordinaire ne pouvait être engagée sans lui.

10A côté de lui, et d’accord avec lui, se trouvaient le comité et la commission exécutive des travaux publics, sans le concours desquels on ne pouvait rien faire pour l’installation matérielle de l’École. Le décret du 14 germinal an II qui avait institué les douze commissions exécutives, celui du 7 fructidor an II qui avait réorganisé les comités, chargeaient la commission exécutive des travaux publics de diriger, sous le contrôle du comité, « tous les travaux dont les fonds seraient faits par le trésor public, de construire, entretenir et surveiller les ouvrages et établissements nationaux ». On ne pouvait donc pas plus se passer d’eux que du comité des finances.

  • 8 Massieu répondit qu’il faudrait déléguer deux membres du comité et que cela reviendrait au même. C (...)

11Dans ces conditions, beaucoup de prudence et de savoir-faire étaient indispensables. Or la loi du 9 brumaire elle-même les avait rendus difficiles. En faisant instituer auprès de l’École normale la mission dont son orgueil devait bénéficier, Lakanal avait fait décréter la confusion et les conflits de pouvoirs. Une mission à Paris était proprement un non-sens. Auprès des armées ou dans les départements, les représentants devenaient la personnification de la Convention elle-même : contre eux toute résistance était rébellion. Comment était-il possible que deux représentants personnifiassent la Convention là même où elle siégeait, où se trouvait tout ce qui émanait d’elle, comités et commissions exécutives ? Ce qu’il y avait d’extraordinaire dans cette combinaison finit par être aperçu quand les résultats s’en dessinèrent. Le 12 pluviôse, onze jours après l’ouverture de l’École, Tallien demanda à la Convention s’il était vraiment nécessaire qu’il y eût deux représentants du peuple près de l’École normale, et si le comité d’instruction publique ne devrait pas exercer directement la surveillance qui leur était attribuée : « La représentation nationale, ajoutait-il, doit faire des lois, et c’est aux commissions de les exécuter8. » Il était trop tard alors pour revenir sur ce qui avait été décide le 9 brumaire : le vice du décret avait déjà produit tout son effet. Théoriquement, Lakanal aurait dû agir sans consulter personne à partir du jour où il avait été désigné ; pratiquement, il ne pouvait pas ne pas continuer à se servir de la commission, à en référer au comité, voire même à la Convention. Si bien que, dans l’affaire de l’École normale, il n’y eut pas une seule autorité exclusivement maîtresse et partant exclusivement responsable.

12Resté en rapports permanents avec la commission et le comité d’instruction publique, Lakanal ne pouvait pas espérer s’affranchir des autres comités et commissions exécutives. En vain il l’essaya : jamais sa mission, qui d’ailleurs irritait par son allure exceptionnelle, ne fut prise au sérieux ; jamais on n’admit qu’un ordre de lui pût tenir lieu d’un arrêté de comité ou d’un décret de la Convention ; on spécula en même temps sur la confusion de pouvoirs qui s’était par la force des choses établie entre lui, le comité et la commission. 11 se trouva ainsi engagé dans des conflits où il aurait pu certes se montrer plus adroit, mais qui étaient en somme inévitables. Ajoutons à cela qu’en elle-même l’exécution matérielle de la tâche avait été mal préparée et rendue extrêmement difficile.

13En n’appelant pas les élèves par séries successives, comme à l’École des armes, en renonçant à l’idée des séries simultanées du projet de prairial, Lakanal et Garat s’étaient imposé le tour de force d’installer environ quinze cents auditeurs dans une seule salle, disposée de telle sorte que tous entendraient également bien les cours, pourraient les suivre, prendre des notes, participer aux discussions. Il n’y avait alors à Paris aucune salle qui fût propre à cela. La Convention n’avait que 780 membres : il fallait donc un amphithéâtre double de celui qu’on avait aménagé aux Tuileries pour la représentation nationale, et il fallait le préparer rapidement, puisque les élèves devaient être rendus à Paris à la fin de frimaire. De ce chef il y avait une dépense considérable à prévoir, d’autant plus considérable qu’on était plus pressé et que le renchérissement de tous les objets ne cessait de suivre une marche ascendante, exactement symétrique à la dépréciation progressive des assignats. Tous les efforts de Lakanal et de Garat, s’ils avaient été sensés, devaient avoir pour objet de réduire cette dépense au minimum : le caractère temporaire de l’École leur en faisait un devoir, et, en supposant qu’ils eussent consulté en temps utile toutes les autorités compétentes, c’était le seul moyen de faire tomber ou de diminuer l’opposition qu’ils avaient prévue et redoutée. Tout au contraire, d’une part, ils prétendirent agir d’abord sans les comités des finances et des travaux publics, et ensuite malgré eux ; d’autre part, ils prescrivirent l’édification, non pas d’une salle provisoire et peu coûteuse, mais d’un monument durable et solide, d’un monument qui fût approprié au caractère grandiose que Garat prétendait donner à l’École, d’un monument digne de représenter aux yeux l’institution qui devait couronner tout le système nouveau de l’instruction publique. Ainsi les conflits inévitables devinrent des conflits aigus ; l’exécution de la loi fut un instant compromise et finalement au moins retardée.

  • 9 Le dossier complet de l’affaire, sans les plans malheureusement, se trouve dans le carton F13. 909 (...)

14Voici comment les choses se sont passées d’après les documents conservés aux Archives nationales9.

15Il y eut pour commencer une perte de temps considérable : chargée le 12 brumaire par le comité de chercher et d’aménager un local, la commission laissa passer neuf jours sans rien faire ; elle n’écrivit pour la première fois à l’architecte Hubert que le 21 brumaire, en le priant de chercher pour elle. Hubert visita différents édifices nationaux sans se presser, car le 27 la commission lui écrivit de nouveau pour lui demander un rapport. Il répondit seulement le 1er frimaire : il proposait la Sorbonne. Trois décades sur sept qu’accordait la loi étaient déjà passées.

16Cette proposition même impliquait une nouvelle perle de temps : la Sorbonne était occupée par des locataires, et il fallait que l’agence des domaines nationaux résiliât leurs baux et les fit déménager avant qu’on pût se mettre à la besogne. La commission passa par-dessus cette difficulté nouvelle, ratifia le 5 frimaire la proposition de l’architecte, et lui prescrivit de s’adresser à l’agence des domaines nationaux pour qu’elle s’arrangeât avec les occupants ; Hubert, continuant à ne pas se presser, n’écrivit à l’agence que le 7. Le même jour la commission, s’inquiétant enfin des jours qui passaient sans que l’affaire fît un pas en avant, lui demanda où il en était ; il répondit qu’il préparait son plan. Il le préparait donc sans savoir encore si l’agence des domaines lui remettrait la Sorbonne. Un mois s’était écoulé depuis le vote de la loi ; il ne restait plus que trois décades avant la réunion des élèves, et rien n’était fait que sur le papier.

  • 10 Art. 31.

17C’est à ce moment qu’apparut le comité des finances. Il n’avait pas pris part à la discussion du décret du 9 brumaire ; il n’avait pas soufflé mot quand, deux jours avant cette discussion, Lakanal avait déclaré avec emphase, dans le rapport sur les écoles primaires, que ces écoles formeraient un établissement immense et tout à fait national, comportant en salaires, en bâtiments, en prix d’émulation, la dépense la plus forte que la République ait à supporter en temps de paix ; on attendait nos gens à l’exécution. Aussitôt le décret sur l’École normale voté, la résistance s’était préparée : le surlendemain 11 brumaire, le comité des finances avait pris un arrêté qui défendait à l’agence des domaines nationaux de déférer sans son autorisation « à aucune réquisition d’autorités constituées, relativement à l’emploi de quelque édifice national que ce fût ». Pourquoi le comité et la commission exécutive d’instruction publique agirent-ils comme si cet arrêté n’eût jamais existé ? Ils ne pouvaient l’ignorer : d’après le décret sur l’organisation des comités du 17 fructidor an II10, les comités donnaient chaque décade la notice des arrêtés obligatoires pour les autorités constituées, qu’ils avaient pris dans la décade précédente ; ces notices étaient réunies et imprimées dans un feuilleton particulier, dont la distribution était faite à tous les membres de la Convention. Lakanal et Garat étaient donc informés, et c’est volontairement qu’ils ont agi à l’encontre du comité des finances, espérant sans doute que l’attente générale excitée par l’École normale les rendrait assez forts pour engager l’affaire jusqu’au point où le comité des finances ne pourrait plus intervenir, sans risquer de tout compromettre, et par suite serait forcé de céder.

18Leur espérance fut vite trompée : à peine avertie par Hubert, l’agence des domaines nationaux lui répondit en lui adressant un extrait de l’arrêté du 11 brumaire, qu’il communiqua aussitôt à la commission exécutive d’instruction publique, en la priant de lever la difficulté. On passa outre. Non seulement il n’y a pas trace dans les procès-verbaux du comité d’instruction publique de l’embarras où il aurait dû se trouver à ce moment, mais encore le dossier particulier de l’affaire nous apprend que, le lendemain 10 frimaire, Lakanal, accompagné par Garat et Ginguené, l’un des commissaires adjoints, vint visiter la Sorbonne et examiner les plans. Hubert lui fit alors directement connaître l’arrêté du comité des finances, et le pria d’obtenir l’autorisation nécessaire : Lakanal répondit qu’il s’en chargeait. Il donna un programme d’ensemble que Ginguené écrivit de sa main, et recommanda à l’architecte et aux entrepreneurs « la plus active célérité », mais non pas la célérité d’une improvisation passagère : « Le monument qu’il s’agissait de construire devait l’être, dit-il, d’une manière solide et durable. » Ce propos si caractéristique a donc été tenu à un moment où l’opposition du comité des finances n’était pas levée, et prouve que, si l’on ne s’était pas mis en rapport avec lui sur ce sujet, c’était précisément à cause de ces idées de derrière la tête que trahit l’ordre de Lakanal à Hubert : il fallait marcher devant soi le plus longtemps possible, sans dire où l’on allait à ceux qui auraient pu juger qu’on n’allait pas où l’on devait, et tout arrêter net. L’obstination de Lakanal et des commissaires à ne point négocier avec le comité des finances serait tout à fait singulière, si elle n’était encore beaucoup plus significative.

19Le moyen qu’on trouva d’esquiver provisoirement la difficulté, ce fut de laisser de côté les locaux loués à bail et de se contenter de la chapelle. Mais en réduisant ainsi le projet, et en se passant, provisoirement des annexes indispensables d’une grande salle de cours, on n’en prépara pas moins une installation tout à fait grandiose, digne de séances que devaient présider deux représentants du peuple, dans le costume éclatant qu’ils portaient aux armées. Le devis total comportait une dépense de 600 000 livres, sans tenir compte du renchérissement des matériaux et de la main-d’œuvre. On voulait établir dans la croisée de l’église un amphithéâtre circulaire, couvert par une coupole surbaissée en bois revêtu d’ornements de plâtre, qui empêcherait la voix de se perdre sous le dôme. Pour remplacer l’éclairage du dôme, Hubert se proposait de démolir les quatre tourelles placées à sa base, et d’ouvrir à leur place de larges baies vitrées. Dix-huit colonnes doriques devaient supporter la coupole : l’estrade des professeurs et des représentants du peuple prenait le chœur, avec une tribune derrière elle ; deux tribunes occupaient les nefs transversales, une autre la grande nef, et sous cette tribune se développait le péristyle avec un plafond cintré. Comme la construction des tribunes devait enlever de la lumière au rez-de-chaussée, où se trouveraient avec le péristyle les différents couloirs d’accès, Hubert avait résolu d’ouvrir des jours dans les voûtes des quatre chapelles des bas côtés. Enfin une plaque de bronze, scellée contre une colonne et portant le décret du 9 brumaire, aurait immortalisé la date de la fondation.

  • 11 Il faut dire que les papiers du comité des finances n’ont jamais été déposés aux Archives national (...)
  • 12 Ce détail ne se trouve pas dans le dossier du carton F13. 909, mais dans le carton Dxxxviii. 1, qu (...)
  • 13 Dans Dxxxviii. 1, Hubert, architecte, expose le besoin de 200 livres de chandelles pour les ouvrie (...)
  • 14 Lettre de la commission des travaux publics à Hubert : « La commission te prévient, citoyen, qu’un (...)

20Tel fut le fastueux programme que Ginguené écrivit de sa main dans la conférence du 10 frimaire, où Lakanal examina sur place les plans d’Hubert et les mit au point. Hubert produisit plus tard ce document pour se justifier et dégager sa responsabilité, lorsqu’il fallut régler les comptes. Quant à lui, il était partagé entre le désir d’exécuter un grand travail et la crainte de se compromettre dans une mauvaise affaire. Le lendemain de la visite de Lakanal, il prit la précaution de lui envoyer la copie de l’arrêté du comité des finances dont il lui avait parlé la veille. Je n’ai pas trouvé dans les documents une seule indication qui prouve que Lakanal ait tenu sa promesse d’intervenir auprès du comité des finances pour lever les difficultés11. Je ne crois pas qu’il l’ait fait ; s’il l’avait fait, des difficultés nouvelles n’auraient pas immédiatement surgi du côté du comité des travaux publics. Hubert en effet ne se contenta pas d’écrire à Lakanal : il voulut avoir de la commission exécutive de l’instruction publique une autorisation écrite de commencer les travaux. Mis au pied du mur, Garat et Ginguené pensèrent s’en tirer par un distinguo assez étrange : ils refusèrent de signer les plans, sachant bien qu’ils ne pouvaient le faire sans commettre une illégalité, et répondirent à l’architecte que celle signature regardait la commission exécutive des travaux publics ; mais, en même temps, et c’est là le tour de casuistique dont n’auraient peut-être pas été capables des commissaires moins philosophes que Garat et Ginguené, ils rendirent un arrêté par lequel ils ordonnaient non pas de commencer, mais de hâter les travaux (13 frimaire). Hubert comprit et se mit tout de suite à la besogne : il n’avait plus que dix-sept jours devant lui, avant la date fixée pour l’ouverture de l’école. Sûr du conflit avec le comité des travaux publics, il pensa que l’essentiel était que ce conflit n’éclatât point avant que l’exécution du plan fût commencée. Il passa donc d’abord ses marchés avec les entrepreneurs, et ne s’adressa à la commission exécutive des travaux publics que lorsque la mise en marche fut assez avancée pour que la signature des plans ne parût plus qu’une formalité, ou qu’on ne pût la refuser sans craindre de tout arrêter. Il demanda un rendez-vous pour le 29 frimaire et y manqua. Il en fixa alors un autre pour le 5 nivôse ; mais, informée que les travaux étaient commencés et les dépenses engagées, la commission des travaux publics refusa de s’y rendre. Il eut beau revenir immédiatement à la charge12, plaider le malentendu, exposer l’urgence des travaux et la nécessité de ne pas en interrompre l’activité, elle tint bon. Le 8, elle fit prendre par le comité des travaux publics un arrêté ordonnant que tout travail serait suspendu, et elle en informa Hubert le 9. Le 15, elle écrivit à la commission exécutive de l’instruction publique pour lui rappeler les textes de loi qui déterminaient leurs attributions respectives. On ne tint pas plus compte de l’arrêté du comité des travaux publics qu’on n’avait fait de celui des finances : tous les jours la commission de l’instruction publique envoyait visiter les travaux, et les pressait fébrilement sans savoir avec quoi elle les payerait. Pour hâter la besogne, on l’avait partagée entre plusieurs entrepreneurs, et l’on avait fait venir à la Sorbonne tous les ouvriers que rendait libres l’arrêt des travaux aux Invalides ; la place devant la façade était transformée en chantier ; les maçons et les charpentiers travaillaient dans l’église, prolongeant à la chandelle13 les courtes journées hivernales, pendant que les menuisiers fabriquaient chez eux les gradins, les planchers et les fenêtres. Le 27 nivôse il y avait déjà lieu de payer 164 850 livres d’acomptes sur les travaux exécutés. Hubert fut bien obligé de les demander à la commission des travaux publics : elle refusa net. Enfin, le 8 pluviôse, le comité des travaux publics rendit un nouvel arrêté par lequel il interdisait de continuer les travaux14.

  • 15 Il paraît même que tous ces travaux qui défiguraient l’église en avaient compromis la solidité. So (...)
  • 16 Le comité d’instruction publique ne fut saisi de l’affaire que le 24 pluviôse. D’après le procès-v (...)

21Ils étaient alors très avancés. La commission des travaux publics, dans le rapport qu’elle adressa le 14 à son comité, constata qu’on avait déjà terminé le massif pour l’établissement de l’amphithéâtre circulaire sous le dôme ; que quatorze colonnes doriques en pierre de taille, fondements et élévation, étaient établies ; qu’on avait en outre fondé et construit vingt-huit piliers en pierre de taille ; que la charpente de l’amphithéâtre et celle des quatre grandes tribunes au-dessus de l’amphithéâtre étaient terminées15. Un an après, l’affaire n’étant pas encore liquidée, alors que l’école était fermée depuis longtemps, les architectes Renard et Molinos, chargés d’un nouvel examen des travaux abandonnés, constatèrent que ceux-ci avaient été interrompus au moment d’être achevés, que toutes les croisées étaient prêtes chez l’entrepreneur, ainsi que les gradins en menuiserie et les sculptures en plâtre qui devaient revêtir les modillons de la coupole. On n’avait passé outre à l’opposition du comité des finances et des travaux publics que pour obtenir ce lamentable résultat de laisser des ruines toutes neuves dans l’église de la Sorbonne, sans que jamais l’École normale eût bénéficié de la dépense énorme qui avait été engagée illégalement16.

  • 17 L’amphithéâtre, commencé par Verniquet, sur l’ordre de Buffon, en 1787, était d’abord une construc (...)
  • 18 Dans la feuille décadaire déjà citée. (Arch. nat., Dxxxviii. 1.)

22Au moment où les constructions de la Sorbonne furent définitivement interrompues, les cours de l’École normale avaient commencé depuis une décade dans l’amphithéâtre du Muséum d’histoire naturelle. A la fin de frimaire en effet, la plupart des élèves choisis par les administrations de district étaient arrivés à Paris conformément à la loi : il avait bien fallu qu’on se préoccupât de trouver un local provisoire, puisque les travaux de la Sorbonne venaient seulement de commencer et qu’on entrait dans la passe difficile où l’on devait se heurter à la commission des travaux publics. Le 28 frimaire, la veille du jour où Hubert avait fixé son premier rendez-vous avec cette commission, un membre du comité d’instruction publique fit observer, dit le procès-verbal, que la réparation à faire au local destiné aux Écoles normales ne permettait pas d’ouvrir. Ce n’était pas absolument exact, puisqu’il s’agissait non de réparation, mais de construction, et qu’on taisait le conflit engagé déjà avec le comité des finances, ou imminent avec le comité des travaux publics. On ne voit pas bien en outre pourquoi Lakanal, s’il se jugeait investi par sa mission spéciale d’un pouvoir suffisant pour agir à la Sorbonne sans le concours et contre la volonté de ces deux comités, se croyait obligé de faire prendre un arrêté par le comité d’instruction publique pour déterminer le choix d’un local provisoire. Toujours est-il que, sur cette observation, le comité arrêta que les cours de l’École normale s’ouvriraient provisoirement dans l’amphithéâtre du Muséum d’histoire naturelle, que l’architecte Molinos venait d’agrandir et de remettre à neuf17. Il n’était pas tout à fait en état, puisque, dans la même séance, Fourcroy demandait au comité de faire terminer le travail par un peintre, afin de rendre la voix plus sonore ; mais ce n’était là qu’une affaire de quelques jours, et comme le décret n’avait fixé la date de l’ouverture que d’une manière approximative, en prescrivant aux élèves de se trouver à Paris avant la fin de frimaire, on était sûr de ne pas retarder sensiblement l’exécution de la loi. Le 10 nivôse la commission exécutive annonçait au comité dans sa feuille décadaire que tout était prêt18.

  • 19 Le 11 nivôse on traversait la Seine sur la glace à Longchamp ; le 16 nivôse, froid de 11 degrés. ((...)
  • 20 Arch. nat., Dxxxviii. 1 .

23Malheureusement l’amphithéâtre du Muséum était beaucoup trop petit : il ne contenait pas plus de six à sept cents places. On ne pouvait donc s’en contenter que d’une façon tout à fait provisoire, et l’aménagement de l’église de la Sorbonne n’en demeurait pas moins nécessaire. Cette pensée contribua sans doute à faire retarder d’un mois l’ouverture de l’école : Hubert se hâtait tellement à la Sorbonne qu’on espérait, en traînant un peu les choses en longueur, se passer de l’amphithéâtre du Muséum : peut-être aussi y eut-il des difficultés pour le chauffage : l’hiver était extrêmement dur19, les marchands de bois avaient profité de la suppression du maximum pour n’envoyer à Paris que des approvisionnements insuffisants, et faire monter les prix ; la gelée s’était mise de leur parti. La commission de l’instruction publique avait bien écrit à celle du commerce dans la première décade de nivôse20, pour la prévenir de l’ouverture de l’École normale et l’engager à pourvoir à son approvisionnement en bois de chauffage, mais il est possible que, dans les circonstances terribles que traversait alors Paris, cet approvisionnement ait assez tardé pour que le désir de se passer de l’amphithéâtre et d’ouvrir les cours à la Sorbonne s’en fût accru.

24Cependant le froid s’ajoutait à l’hostilité du comité des travaux publics pour paralyser l’activité de l’architecte Hubert ; le jour où l’impossibilité de payer les premiers acomptes (27 nivôse) rendit certain que les travaux de la Sorbonne ne seraient pas terminés pour le 1er pluviôse et ne le seraient jamais, il fallut se décider à utiliser l’amphithéâtre du Muséum. Depuis un mois les élèves arrivés à Paris y dépensaient leurs maigres ressources, en souffrant du froid et de la disette : quelques-uns annonçaient l’intention de partir ; tarder davantage, c’eût été le commencement de la banqueroute.

25On s’installa donc au Muséum, dans une salle qui ne pouvait contenir que la moitié des élèves, presque hors Paris, entre le faubourg Saint-Marceau, foyer d’émeutes comme le faubourg Saint-Antoine, et le port au charbon de la Tournelle que bouleversaient des pillages quotidiens. L’École normale dut se contenter, pendant les quatre mois qu’elle dura, de ce déplorable provisoire, résultat des habiles manœuvres de Garat et de Lakanal.

AMPHITHÉÂTRE DU MUSÉUM D’HISTOIRE NATURELLE EN L’AN III

  • 21 C.-A. Dauban, Paris en 1794 et en 1795, p. 548.

26Si l’on va au fond des raisons qui ont motivé ce grave déboire, on s’aperçoit qu’une des principales était la substitution de l’idée d’une école durable à celle d’une école temporaire, de la conception de Garat à la conception primitive du comité de salut public et de la Convention. Sans doute la révolution de thermidor avait été suivie d’une détente générale de tous les ressorts gouvernementaux, qui rendait difficile le succès d’une entreprise imaginée à l’époque où le comité de salut public régnait seul et régnait par la terreur ; sans doute, en instituant des représentants en mission auprès de l’École, le décret du 9 brumaire renfermait un principe de désordre et une cause de conflits ; sans doute enfin les circonstances extraordinaires que traversait Paris, pendant un hiver terrible et une période qu’on a appelée justement la période de la vengeance et de la faim21, auraient suffi pour rendre extrêmement difficile une entreprise mieux conçue et mieux conduite que celle de l’École normale ; mais enfin, si Garat et Lakanal avec lui n’avaient pas été obsédés par la pensée de substituer à l’école temporaire, qui devait, en neuf mois, donner des instituteurs primaires à la France, une école de haute culture qui dominât toute l’instruction publique, ils n’auraient pas provoqué les plans grandioses de la Sorbonne ; ils n’auraient pas joué au plus fin avec le comité des finances et le comité des travaux publics, afin d’exécuter ces plans malgré eux ; ils n’auraient pas été obligés de laisser passer un mois entre l’arrivée des élèves à Paris et l’ouverture des cours ; ils n’auraient pas été réduits à installer l’école dans un amphithéâtre beaucoup trop petit pour elle, et où il était matériellement impossible qu’elle fût ce qu’ils avaient rêvé.

27Aussi bien la victoire du comité des finances sur Garat et sur Lakanal ne se borna pas à enfermer l’École normale dans un bâtiment où elle étouffa : il profita pour l’achever de la détresse où le retard de l’ouverture mit nécessairement les élèves. Il leur coupa les appointements, c’est-à-dire les vivres, et rendit ainsi nécessaire une loi qui, corrigeant celle du 9 brumaire, substitua à une durée indéterminée de quatre mois au moins une durée précise de quatre mois juste.

28Pour apprécier comme il convient cet autre épisode du conflit, il faut se représenter la consternation où le retard des cours jeta les élèves. Les élèves du district de Bernay écrivaient à la société populaire de cette ville :

  • 22 Cette lettre, tirée des archives communales de Bernay (fonds de la Société populaire), a été publi (...)

Honorés de la confiance de nos frères, nous nous sommes rendus à notre poste vers la fin de frimaire ; nous espérions entrer dès notre arrivée dans la carrière normale ; mais la barrière n’était point encore ouverte. Nous fûmes consternés en apprenant que le cours ne devait commencer que dans un mois : incertains si nous retournerions dans nos foyers, pour faire ensuite un dispendieux voyage, ou si, restant à Paris, nous nous condamnerions à une oisiveté de trente jours : notre position était embarrassante22.

  • 23 Arch. nat., AF ii. 67.

29Écrite seulement le 19 pluviôse, lorsque l’école était enfin ouverte et que les élèves étaient payés, cette lettre ne donne qu’une expression affaiblie des émotions éprouvées par la plupart des élèves de l’École normale, lorsque, la bourse vidée ou à peu près par les frais du voyage, ils se virent inoccupés et sans ressources dans Paris, qui vivait alors du régime fiévreux d’une ville rationnée, où l’afflux des provinciaux, provoqué par la révolution de thermidor, et accru par l’ouverture de l’École centrale des travaux publics, de l’École de santé et de l’École normale, excitait la jalousie famélique de la population, les soupçons et les tracasseries des autorités. Au lieu d’assister aux cours promis, ils avaient été d’abord requis de monter la garde dans leurs sections, comme les gardes nationaux parisiens, ou de payer des remplaçants. Le comité d’instruction publique avait dû intervenir et, le 2 nivôse, dépêcher Prieur au comité militaire, pour demander que les élèves des trois écoles fussent dispensés de ce service, puisqu’ils n’étaient pas domiciliés à Paris. La dispense n’avait été accordée que sur l’avis favorable du comité de salut public, le 16 nivôse23.

30Mais si les élèves de l’École normale n’étaient pas domiciliés, pourquoi auraient-ils participé comme les citoyens de Paris aux distributions de chauffage et de vivres ? En tout cas ils n’y pouvaient être admis qu’après avoir accompli les formalités nécessaires pour se procurer des cartes de pain et de bois, et, en attendant, ils souffraient de la faim et du froid. Le 8 nivôse, le comité chargea la commission exécutive d’adresser une circulaire aux sections de Paris, pour les engager à ne pas soumettre les élèves de l’École normale à ces formalités, mais à regarder comme suffisante la carte spéciale qu’elle leur délivrait.

  • 24 Feuilles décadaires du 1er au 10 nivôse (Arch. nat., D xxxviii. 1) .

31Mais s’ils pouvaient se chauffer et manger, encore fallait-il qu’ils payassent leur pain et leur bois, et la plupart étaient sans un sou. La commission exécutive le savait, puisque tous, en arrivant, se présentaient à ses bureaux et venaient y chercher leur carte. Dès le 28 frimaire elle avait proposé à Lakanal et à Deleyre de faire payer d’avance aux élèves le premier mois de leur traitement24. L’urgence était telle, que, le soir même, les deux représentants portèrent la proposition au comité et lui firent décider qu’un mois d’avance sur le traitement, c’est-à-dire 100 livres, serait immédiatement payé à tous ceux qui auraient besoin de secours. Afin que le payement ne souffrît pas de retard, on arrêta aussi que ce traitement ferait partie des dépenses inscrites sur les fonds mis à la disposition de la commission par la Convention nationale ; on ajouta que chaque élève de l’Ecole normale recevrait, suivant son âge et l’éloignement de son domicile, une indemnité dont le maximum serait de 400 livres et le minimum de 100 livres.

  • 25 Rapport du 9 nivôse (Arch. nat.. F4. 1020).

32L’exécution de ces arrêtés urgents souffrit d’abord les retards administratifs ordinaires que comporte une comptabilité bien ordonnée. Il fallait expédier les mandats et préparer pour les commissaires de la trésorerie un rapport où ces mandats seraient classés par département. Le chef du contentieux déclara que ces formalités ne permettaient pas le payement du premier mois avant le 18 ou le 20 nivôse25, et proposa que, pour éviter ce retard, la commission tirât de la trésorerie nationale, par un mandat d’urgence, une somme de 8 000 livres. C’était là, comme à la mise en train des travaux de la Sorbonne, que le comité des finances attendait : la trésorerie refusa d’acquitter le mandat. Le 12, Lakanal dut prier le comité d’instruction publique d’aviser au payement de la rétribution annuelle, de l’avance et de l’indemnité accordées aux élèves de l’École normale, et lui-même fut chargé d’écrire à ce sujet au comité des finances. Le comité des finances avait sans doute refusé d’autoriser aucune espèce de payement tant que l’École ne serait pas ouverte ; il s’obstina dans son refus. Rappelons nous que c’était exactement à cette date que le conflit de la commission exécutive et de Lakanal avec le comité des travaux publics, à propos des travaux de la Sorbonne, prenait un caractère aigu. Si les travaux étaient arrêtés et si l’on refusait aux élèves de quoi vivre, l’exécution de la loi devenait impossible : il fallut porter l’affaire devant la Convention. Lakanal lui demanda, le 14 nivôse, de ratifier l’arrêté du 28 frimaire sur l’indemnité de 400 à 100 livres d’après l’âge et la distance. Maure, qui l’appuya, raconta qu’un élève de sa connaissance avait quitté son père, mis ses enfants en pension, confié sa femme à un ami, et dépensé 600 livres pour venir à Paris. L’opposition de Cambon n’en fit pas moins échouer la proposition : « Examinez, dit-il, à quelle somme pourront monter les frais du voyage, et jugez, si vous accordez davantage encore, quelles seront vos dépenses. Je demande le renvoi au comité des finances. » Lakanal fit observer timidement que toutes ces dépenses devaient être prises sur les fonds mis à la disposition de la commission ; cela n’empêcha pas que le renvoi au comité des finances fût voté.

33Cette décision de la Convention mit les élèves au désespoir ; car, le soir même, plusieurs d’entre eux se présentèrent au comité et demandèrent à être admis : on leur ferma la porte, et on les renvoya à Lakanal et à Deleyre ; puis on avisa aux moyens de vaincre l’obstination du comité des finances. Comme ses rapports avec Lakanal étaient trop mauvais pour qu’on en pût rien espérer, Deleyre fut chargé de négocier à son tour sur le projet de loi : il ne réussit pas mieux ; le 18, le comité députa à sa place Barailon, Lalande et Fourcroy, et changea la base des négociations.

  • 26 M. Le Coq (d’Ernée) a bien voulu me communiquer quelques pièces provenant de son grand-père, envoy (...)

34Dans le débat du 14 à la Convention, Maure et Mathieu, sans entente préalable avec Lakanal, avaient soulevé une autre question que celle de l’indemnité spéciale. A propos de l’élève qu’il avait cité, Maure avait déclaré inadmissible que le traitement de ce père de famille fut le même que celui des jeunes gens sans état qui venaient à l’École centrale des travaux publics, et Mathieu avait proposé qu’au lieu d’une rétribution annuelle de 1 200 livres, payable par autant de douzièmes que l’école durerait de mois, on décrétât une rétribution fixe de 1 200 livres, quelle que fût la durée du cours. Cette proposition avait tant gêné Lakanal qu’il en avait demandé lui-même le renvoi au comité des finances, pour ramener la discussion à son projet d’indemnité spéciale. L’opposition persistante du comité des finances à cette indemnité fit revenir à la proposition de Maure et de Mathieu, dont la justice était trop évidente. Avec elle on voyait clair : la dépense qu’il s’agissait de régler n’était pas subordonnée à des appréciations d’âge et de distance plus ou moins compliquées : elle était immédiatement déterminée. Le changement des négociateurs aidant, le comité des finances consentit à accepter la combinaison, mais avec une rédaction très précise qui le garantît sûrement contre tout surcroît de dépense, et ce fut Lakanal qui, reprenant son rôle de représentant spécial de la Convention auprès de l’École normale, apporta à la tribune le résultat d’une entente faite sans lui, malgré lui, contre lui. La Convention décréta que, sur les fonds mis à la disposition de la commission exécutive d’instruction publique, il serait payé sans retard à chaque élève de l’École normale une somme de 300 livres ; qu’il leur en serait payé 200 au 1er ventôse prochain, autant au 1er germinal, puis au 1er floréal, et 300 livres à la fin du cours normal, « lesdites sommes formant celle de 1 200 livres attribuée à chacun des élèves susnommés par la loi d’organisation des Écoles normales26 ».

35Cambon et le comité des finances en étaient arrivés à leurs fins : en limitant la dépense et en la répartissant avec cette précision, ils limitaient aussi la durée de l’École. Le rappel du décret du 9 brumaire, que renfermait le dernier paragraphe du nouveau décret, ne semblait mis là que pour en masquer ironiquement une altération capitale. Telle qu’elle avait été votée, elle n’assurait pas une dépense totale de 1 200 livres par élève, mais elle n’assurait pas non plus à l’École une durée limitée de quatre mois : elle avait dit « quatre mois au moins », et tout ce qu’avaient fait depuis Lakanal et Garat annonçait que non seulement ce minimum serait dépassé, mais qu’on préparait un établissement permanent, et par conséquent une dépense permanente. Après les obstacles suscités aux travaux de la Sorbonne, après l’échec du projet de décret sur les indemnités, qui avait affamé les élèves arrivés à Paris, la transaction sur le chiffre de leur traitement marqua la victoire définitive du comité des finances sur le comité d’instruction publique.

36Cette défaite rendait obligatoire un retour à la première conception révolutionnaire de l’École normale : il n’était plus possible de penser à en prolonger la durée ; par conséquent il n’était plus permis d’y voir encore « le degré le plus élevé de l’instruction publique », ni d’en détourner l’utilité pratique vers les écoles centrales. En définitive, Lakanal et Garat étaient arrivés en trois mois à rendre tout à fait irréalisable le projet qu’ils avaient substitué à celui du comité de salut public. Ils n’en poursuivirent pas moins l’exécution de leur plan imperturbablement.

Notes

1 Exposé sommaire des travaux de Joseph Lakanal, p. 220. Dans les premiers jours de septembre 93, Lakanal avait éprouvé un nouvel échec au comité des finances, à propos de l’institution des aveugles.

2 Moniteur, réimpr., XXII, p. 608.

3 Ibid., p. 426.

4 Ibid, p. 623.

5 Annales de la République française du 29 pluviôse.

6 Annales patriotiques et littéraires de Mercier du 11 germinal.

7 Dans la table des matières de l’Exposé sommaire (pp. 228 et 229), Lakanal ajoute aux titres des rapports sur l’École normale, sur les écoles centrales, sur les écoles primaires : présentés au nom du comité d’instruction publique et des finances. C’est un nouveau mensonge. Il savait mieux que personne jusqu’à quel point le comité des finances avait été étranger à ces projets, et il se garait instinctivement par cet artifice contre le principal reproche que l’histoire pouvait faire à toute sa politique scolaire.

8 Massieu répondit qu’il faudrait déléguer deux membres du comité et que cela reviendrait au même. Cela n’était pas juste, puisque deux délégués n’auraient pas eu de pouvoirs extraordinaires, et que, par conséquent, il n’y aurait pas eu de conflits possibles avec les Finances et les Travaux publics. Richoux proposa que Garat, professeur à l’École normale et commissaire de l’instruction publique, fût chargé de la surveillance de l’enseignement. On passa à l’ordre du jour. (Moniteur, réimpr., XXIII, p. 360. — Voir aussi le Prorès-verbal de la Convention.)

9 Le dossier complet de l’affaire, sans les plans malheureusement, se trouve dans le carton F13. 909. Je dois dire que j’ai été mis sur celte piste par le livre de M. Gréard, Nos adieux à la vieille Sorbonne.

10 Art. 31.

11 Il faut dire que les papiers du comité des finances n’ont jamais été déposés aux Archives nationales, et ont péri dans l’incendie du ministère des finances en 1871. Avec les papiers de la Commune et du département de Paris détruits dans l’incendie de l’Hôtel de Ville et de ses annexes, c’est la perte de documents la plus grave qui ait été faite pour l’histoire de la Révolution. A vrai dire elle est irréparable, et rend à jamais impossible d’élucider une foule de détails importants.

12 Ce détail ne se trouve pas dans le dossier du carton F13. 909, mais dans le carton Dxxxviii. 1, qui renferme la feuille décadaire que la commission exécutive adressa au comité pour le tenir au courant de ses travaux du 1er au 10 nivôse. Ces feuilles sont malheureusement trop rares dans nos archives : que de points obscurs de l’histoire de la Révolution seraient éclaircis, si l’on pouvait suivre sur pièces le travail qui s’accomplissait dans les bureaux ! La feuille que j’ai rencontrée est précédée d’une note où la commission constate que pendant la décade elle a eu trois opérations principales à surveiller : les travaux pour l’École normale à la Sorbonne (ils avancent malgré la saison), les travaux pour le local provisoire au Muséum d’histoire naturelle (il est prêt), et les détails relatifs à la clôture du théâtre de l’Égalité (il est clos).

13 Dans Dxxxviii. 1, Hubert, architecte, expose le besoin de 200 livres de chandelles pour les ouvriers employés à la Sorbonne. On écrivit à la commission du commerce pour les avoir. C’était à cette commission qu’on s’adressait, pour n’avoir plus affaire à la commission des travaux publics. Celle-ci avait refusé deux voies de charbon qu’Hubert demandait pour ses ouvriers, en répondant qu’elle n’avait pas d’ordres du comité des travaux publics.

14 Lettre de la commission des travaux publics à Hubert : « La commission te prévient, citoyen, qu’un arrêté du comité des travaux publics en date du 8 pluviôse ordonne que les travaux commencés à la Sorbonne pour l’établissement des Écoles normales seront suspendus. » (Arch. nat., F13. 909.)

15 Il paraît même que tous ces travaux qui défiguraient l’église en avaient compromis la solidité. Sous le Directoire, un rapport cité par M. Gréard (Nos adieux à la vieille Sorbonne, pp. 197 à 199) déclara qu’Hubert avait dû avoir la plus grande envie de démolir le dôme : « S’il n’avait pas été averti que, par des tranchées trop profondes dans les piliers qui le supportaient, il exposerait les ouvriers à périr dans sa chute, il n’en resterait pas le moindre vestige. » Peut-être n’est-ce là qu’un bon procédé de confrère.

16 Le comité d’instruction publique ne fut saisi de l’affaire que le 24 pluviôse. D’après le procès-verbal, il ne parait pas que Lakanal la lui ait jamais soumise spontanément. Le 14 pluviôse, une députation du comité des travaux publics vint donner lecture d’une lettre adressée par ce comité à la commission des travaux publics (sans doute la lettre contenant l’arrêté qui suspendait les travaux). Après avoir entendu les représentants du peuple près de l’École normale, le comité d’instruction invita celui des travaux à nommer des commissaires pour se rendre le lendemain au comité des domaines, où le citoyen Hubert serait entendu en présence des représentants du peuple près l’École normale et des commissaires de l’instruction publique.

17 L’amphithéâtre, commencé par Verniquet, sur l’ordre de Buffon, en 1787, était d’abord une construction carrée, partagée exactement par moitié entre l’amphithéâtre proprement dit, de forme demi-circulaire, et une vaste salle rectangulaire destinée à servir de laboratoire. On conserve au Muséum un plan de Verniquet où paraît cette disposition. Le travail de Molinos consista à ajouter sur les côtés et la face postérieure trois laboratoires en hémicycle, à supprimer la cloison et les colonnes qui séparaient l’amphithéâtre de la salle du fond, à prolonger de chaque côté les gradins de manière à leur donner la forme de fer à cheval, et à construire, pour des expériences publiques de chimie, la hotte monumentale que l’on voit dans la figure de la page 95, surmontée d’une figure symbolique. Cette installation encore inachevée servit pour l’École des armes ; elle ne fut définitivement inaugurée que par l’École normale. Deleuze dit expressément dans son Histoire du Muséum. (tome I, p. 83) : « A la fin de 1794 l’amphithéâtre fut terminé et mis en l’état où il se trouve maintenant (1823) ». Cet état est celui que donne la planche ci-jointe tirée de Krafft, Plans, coupes et élévations des plus belles maisons et des hôtels construits à Paris et dans les environs (1801). Il a duré jusqu’en 1893 sans aucune espèce de changement. La restauration exécutée en 1894 a modifié l’arcade du fond et la hotte, et fait gagner quelques places aux bancs de l’amphithéâtre.

18 Dans la feuille décadaire déjà citée. (Arch. nat., Dxxxviii. 1.)

19 Le 11 nivôse on traversait la Seine sur la glace à Longchamp ; le 16 nivôse, froid de 11 degrés. (Schmidt. Tableaux de la Révolution française, tome II.)

20 Arch. nat., Dxxxviii. 1 .

21 C.-A. Dauban, Paris en 1794 et en 1795, p. 548.

22 Cette lettre, tirée des archives communales de Bernay (fonds de la Société populaire), a été publiée par M. V.-E . Veuclin : Quatre Bernayens à l’École normale de Paris en 1795 (Bernay, 1891).

23 Arch. nat., AF ii. 67.

24 Feuilles décadaires du 1er au 10 nivôse (Arch. nat., D xxxviii. 1) .

25 Rapport du 9 nivôse (Arch. nat.. F4. 1020).

26 M. Le Coq (d’Ernée) a bien voulu me communiquer quelques pièces provenant de son grand-père, envoyé à l’École normale par le district d’Ernée, et, entre autres, le certificat que la commission exécutive lui délivra, comme à tous ses collègues, pour assurer son séjour à Paris. Au bas de ce certificat, daté du 29 frimaire, sont notés et signés des employés de la trésorerie nationale tous les payements qui furent faits à Le Coq : 100 livres le 19 nivôse, 200 livres le 22 nivôse, 200 livres le 2 ventôse, 200 livres le 2 germinal, 200 livres le G germinal, 300 livres le 2 floréal, 500 livres le 29 floréal. Il a donc touché en tout 1500 livres. Les 100 premières ont dû être acquittées directement sur les fonds de la commission ; les 300 dernières sont l’indemnité d’aller et retour que la Convention accorda aux élèves à la fin de floréal. (Voir chapitre x.)

Table des illustrations

Légende AMPHITHÉÂTRE DU MUSÉUM D’HISTOIRE NATURELLE EN L’AN III
URL http://books.openedition.org/editionsulm/docannexe/image/1553/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 861k

© Éditions Rue d’Ulm, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540