Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Centenaire de l’École normale (1795-1895)

Première partie. Les boursiers de Louis-Le-Grand. L'école normale de l'an III

Chapitre IV. Le choix des professeurs

Texte intégral

  • 1 « Art. 5. Ils (les élèves) se rendront à Paris avant la fin de frimaire prochain. » L’École ne fut (...)
  • 2 Je n’ai rien trouvé aux Archives nationales qui parût provenir de ce bureau. Je crois d’ailleurs q (...)

1Le travail d’organisation, pour lequel le décret accordait à peu près deux mois1, et qui en prit trois, commença aussitôt après le vote du 9 brumaire. Le 11, le comité d’instruction publique autorisa sa première section à former auprès d’elle un bureau spécial pour « maintenir dans un degré toujours égal la correspondance de l’École normale, et analyser les ouvrages qui émaneraient de cet établissement2 ». Le 12, la commission exécutive reçut l’ordre d’aménager un local convenable. Le 16, le comité chargea Thibaudeau de proposer à la Convention Sieyes et Lakanal comme représentants du peuple préposés à la surveillance immédiate de l’École normale, et la Convention les nomma le 22.

2En définitive, Garat et Lakanal devenaient ainsi officiellement les exécuteurs principaux du décret. Garat avait la charge très difficile de l’installation matérielle, dont dépendait en grande partie le succès de la loi ; Lakanal était placé au-dessus, ou tout au moins à côté du comité et de la section dont il était membre, avec un bureau particulier sous ses ordres.

  • 3 Voir au Moniteur la séance de la Convention du 9 nivôse an III, où il refuse de faire partie de la (...)
  • 4 Voir la brochure intitulée Lakanal à ses collègues (imprimé de la Convention). Au lieu d’imprimer (...)

3Quant à la désignation de Sieyes, qui ne faisait pas alors partie du comité, ce n’était qu’un hommage et une parade. On savait son aversion pour les fonctions actives3, mais on voulait honorer par cette mission l’homme qui, au mois de juin précédent, avait été dans le comité le rédacteur, et dans le Journal d’instruction sociale le défenseur du premier projet de loi sur les écoles primaires. C’était ce projet que Garat venait de faire reprendre par le comité, que la Convention allait voter dans cinq jours, et le rapport qui le précédait avait été composé en partie d’extraits de l’article de Sieyes dans le Journal d’instruction sociale4. Du même coup on poursuivait la manœuvre, qui consistait à maintenir autant que possible une corrélation extérieure entre l’École normale et les écoles primaires. Sieyes ne refusa pas d’abord la mission qu’on lui offrait ; toutefois rien dans les documents que j’ai pu consulter ne donne à penser qu’il ait jamais prêté à Lakanal un concours actif : il se démit le 14 frimaire.

4Pour remplacer Sieyes, le comité choisit Fourcroy, l’auteur du rapport du 7 vendémiaire sur l’organisation de l’École centrale des travaux publics, et Lakanal le proposa à la Convention. Elle refusa de le désigner parce qu’il venait d’entrer au comité de salut public. Du reste l’établissement des Écoles de santé absorbait alors presque toute son activité. On se rabattit sur un vieillard de soixante-neuf ans, très décoratif et très attendrissant, qu’escortaient les souvenirs illustres de Montesquieu, d’Alembert, Diderot, Jean-Jacques, Raynal, dont il avait été l’ami ou le collaborateur : Deleyre fut proposé au comité par Lakanal le 26 frimaire, et nommé le lendemain par la Convention. Son âge le réduisait à jouer les Nestor ; il accepta ce rôle, accompagnant sans cesse son jeune et ardent collègue, signant aussi les mandats de payement pour quelques menus frais, et, quand Lakanal avait trop peur du comité des finances, s’y rendant à sa place ; ce fut tout. Était-ce trop pour ses forces ? une représentation incessante pendant un hiver très rigoureux finit-elle par le lasser ? ou bien survint-il quelque mésintelligence entre Lakanal et lui ? je ne sais ; toujours est-il que le 30 ventôse il offrit sa démission au comité, dans lequel il était entré au renouvellement du 18 pluviôse, et ne consentit à la retirer que sur les instances de tous ses collègues.

5En réalité, avant comme après la nomination de Deleyre, Lakanal a été sur le devant de la scène l’ordonnateur en chef, l’exécuteur principal du décret, le véritable directeur de l’École. En arrêtant, le 28 frimaire, que les représentants du peuple près de l’École normale connaîtraient directement tout ce qui serait relatif à cette école, le comité d’instruction publique avait fini par déléguer tous ses pouvoirs à Lakanal. Quant à Garat, il restait dans la coulisse, mais il est facile de surprendre à maintes reprises son influence ou son intervention, qui firent définitivement verser la loi dans le sens de son rapport, contre le sens du vote de la Convention.

  • 5 L’ordre des noms n’est plus le même : le piémontais Lagrange, le genevois Bonnet, le savoyard Bert (...)
  • 6 Moniteur, réimpr., XXII, p. 463.

6Il fallait d’abord nommer les professeurs. On a vu que le choix en était déjà fait in petto le 9 brumaire, puisque Lakanal annonça ce jour-là que les auteurs désignés par le comité pour composer les livres élémentaires devaient être aussi les instituteurs de l’École normale de Paris. Après quelques modifications, la liste fut officiellement présentée au comité par la première section le 11 brumaire ; la voici prise dans la minute des procès-verbaux du comité : Lagrange, Bernardin de Saint-Pierre, Buache, Volney, Sicard, Charles Bonnet de Genève, Haüy, Hallé, Thouin, Monge, Berthollet, Garat. C’était Garat sans doute qui, conformément à la politesse, s’était placé là le dernier. Lakanal porta la liste5 à la Convention le 19, après y avoir ajouté Daubenton, et la présenta comme le fruit d’une mûre délibération6. Celte délibération n’avait cependant pas été tellement mûre qu’on se fût assuré, avant de le nommer, si Bonnet était mort ou vif. Il était mort depuis le mois de juin 1793.

  • 7 Séances des Écoles normales (édition de l’an IX), — Leçons, I, p. 164. La leçon de Daubenton du 7 (...)

7Une pareille maladresse donne à penser que Garat ne se préoccupait pas depuis aussi longtemps qu’il le dit plus tard, dans ses leçons de l’École normale, de l’analyse des sensations et des facultés. Il n’était pas permis à un disciple de Bonnet d’ignorer qu’il était, depuis longtemps, presque aveugle, et dans un tel état de santé que le voyage de Genève à Paris lui eût été absolument impossible ; à plus forte raison ne lui était-il pas permis d’ignorer qu’il fût mort depuis plus d’un an. La présence de cet illustre étranger sur la liste n’en est d’ailleurs que plus caractéristique : c’est le zèle d’un néophyte qui y a inscrit son nom, après une lecture probablement peu ancienne de l’Essai analytique sur les facultés de l’âme. On avait voulu le philosophe qui, depuis la mort de Condillac, représentait avec le plus d’éclat la philosophie de l’analyse, celui que, dans sa première leçon à l’École normale, Garat devait placer après Bacon et Locke parmi les pères de cette philosophie, déclarant que nul n’avait mieux connu le mécanisme de la pensée, et ne s’était mieux servi des facultés de l’entendement comme de ressorts dont on dispose7. Notez qu’on n’avait auparavant demandé à Bonnet aucun livre élémentaire ; on n’a pensé à lui que lorsqu’il s’est agi de réaliser les hautes visées du rapport, et sa désignation porte clairement la marque de Garat.

8Voilà donc, si l’on se reporte à l’arrêté du 1er brumaire, une première nouveauté intéressante. En voici une autre : on avait demandé à Haüy un livre élémentaire sur les principaux phénomènes de la nature, et, à côté de lui, on nommait à l’École normale un chimiste, Berthollet, et un médecin hygiéniste, Hallé. C’est donc encore qu’en subdivisant l’enseignement des phénomènes de la nature, on se préparait à en relever le caractère, à substituer des cours véritablement scientifiques à un cours de vulgarisation pédagogique.

  • 8 Il y a entre la liste des auteurs de livres élémentaires et celle des instituteurs de l’École norm (...)

9Il y en eut plus tard d’autres tout aussi expressives. Sicard, chargé d’un livre élémentaire de lecture et d’écriture, prit à l’École normale un cours de grammaire général sous le titre ambitieux d’art de la parole. N’était-ce pas indiquer clairement des visées très supérieures à l’enseignement élémentaire ? Pourquoi enfin Garat, qui s’était attribué à lui-même le petit livre sur l’histoire des peuples libres, où il voulait évidemment faire passer la substance de ses cours du Lycée, a-t-il, à l’École normale, passé l’histoire à Volney, et pris pour lui le cours d’analyse ? C’est peut-être parce qu’on s’aperçut que Bonnet était mort ; c’est à coup sûr parce qu’il voulait se réserver à lui-même l’enseignement pompeusement annoncé dans son rapport, l’enseignement qui devait à la fois soutenir et dominer tous les autres, celui qui aurait suffi à donner à l’École normale le caractère d’une école de haute culture philosophique8.

  • 9 Il proposa en même temps de nommer Richard professeur de botanique. Thouin était en effet en missi (...)
  • 10 Moniteur, réimpr., XXIII, p. 173. Le décret ne figure pas au procès-verbal de la Convention.
  • 11 Publiée par Lakanal dans l’Exposé sommaire (p. 217).

10Ce n’est pas tout encore. Parmi les professeurs désignés, on n’en voyait pas un qui fût propre à enseigner la littérature, pas plus que, dans la série des livres élémentaires commandés par le comité pour les écoles primaires, il n’y avait de livre élémentaire de littérature. Cette omission fut réparée dix jours à peine avant l’ouverture de l’école : le 16 nivôse, Lakanal se fit autoriser par le comité à présenter La Harpe pour professeur de littérature à l’École normale de Paris9, et la Convention rendit le décret10 le 19. Ici ce ne sont plus des conjectures qui permettent de voir dans cette nomination l’influence de Garat ; nous avons la lettre par laquelle, le 15 nivôse, il a décidé Lakanal à proposer La Harpe au comité11 :

Il faut absolument avoir un cours de littérature. Les gens de lettres jetteraient les hauts cris, et personne ne crie aussi haut qu’eux. Il est très vrai aussi que les écoles normales seraient incomplètes si elles ne présentaient pas les règles et les modèles de tous les genres d’enseignements ; il faut enfin considérer que c’est ce qui tient au goût qui est surtout mal enseigné hors de Paris ; que c’est donc pour ce genre d’enseignement qu’il est le plus nécessaire d’y former des professeurs ; et que, d’ailleurs, un cours de littérature sera très propre à répandre du charme sur la sévérité des sciences exactes et physiques.

11Cette nomination est donc bien l’œuvre de Garat ; nous en tenons les raisons de lui-même.

12La première était une raison de sécurité personnelle. S’il était en général utile de s’assurer contre les cris des gens de lettres, il importait particulièrement à Garat, en ces premiers jours de 1795, de s’assurer contre les attaques possibles de son collègue du Lycée, converti par la prison, et, malgré cela ou pour cela, plus dur, plus jaloux, plus haineux que jamais.

13La seconde était une raison d’habileté. L’École normale devait présenter les règles et les modèles de tous les genres d’enseignement. Il était bon d’avoir l’air de se rappeler pourquoi l’École avait été décrétée, et de le dire, même quand ce n’était pas le lieu ; car ce n’était pas pour tous les genres d’enseignement, mais pour l’enseignement primaire et pour l’enseignement primaire seul qu’elle avait été créée. Heureusement on avait affaire à des gens de peu de critique, la discussion du 9 brumaire l’avait prouvé : il était inutile de se gêner, et l’artifice devait réussir.

  • 12 Voir dans la Revue internationale de l’enseignement du 15 juillet 1889 l’article de M. Dejob : De (...)
  • 13 Le comité d’instruction publique avait décidé, le 2 brumaire an III, qu’il serait demandé à la Con (...)

14La troisième était la raison sérieuse et foncière, celle qui se liait aux idées dont Garat avait indiqué la direction véritable dans le rapport sur le projet de décret, et en même temps aux souvenirs qu’il avait conservés du Lycée. Que le voisinage d’un cours do littérature fût propre à répandre de l’agrément sur un cours de géométrie descriptive ou de chimie, ce n’était peut-être pas très évident, mais cela n’en avait pas moins pour Garat la valeur d’un argument historique. Les sciences exactes ne deviendraient assurément pas moins sévères après la nomination de La Harpe, mais on pouvait espérer que le cours de littérature ajouterait un attrait à l’École et assurerait son succès auprès du gros public. C’était là ce qui s’était passé au Lycée en 1786, lorsqu’aux cours de sciences on avait ajouté le cours d’histoire de Garat et le cours d’histoire littéraire de La Harpe, dont le succès simultané avait été prodigieux12 ; ces souvenirs devaient être d’autant plus pressants pour Garat que sur la liste des savants désignés pour l’École normale en figuraient plusieurs : Berthollet, Daubenton, Monge, qui, eux aussi, avaient enseigné soit au Lycée, soit au Lycée des arts, ou même y enseignaient encore. La notion de l’École, qui avait perdu tout de suite dans l’esprit de Garat l’objet limité et précis qu’elle avait eu tout d’abord, finissait par s’y confondre avec celle d’un vaste Lycée officiel, dont le succès dépendrait moins d’une organisation méthodique ou d’un recrutement intelligent des élèves que de quelques cours brillants, comme ceux qui avaient attiré la foule rue de Valois avant la Révolution. Ces cours, Boissy d’Anglas les avait rappelés vers le même temps à la Convention, en lui proposant, au nom du comité d’instruction publique, d’accorder au Lycée une subvention de vingt mille livres13 : « Desprémenil, disait Boissy, dénonça plus d’une fois au Parlement le Lycée où La Harpe, en analysant Montesquieu, osait combattre les erreurs de la monarchie, et où Garat, en traçant l’histoire des républiques anciennes, façonnait déjà nos âmes à l’énergie républicaine. Séguier prépara des réquisitoires et Breteuil des lettres de cachet, mais l’opinion publique défendit le Lycée. » Garat voulait que l’opinion publique défendit aussi l’École normale.

  • 14 Expressions mêmes du rapport de Garat sur le projet de l’École normale.

15Plus simplement encore, il voyait dans l’École normale l’école du degré le plus élevé de l’instruction publique14 ; or, en face de l’Université de Paris, fermée, ankylosée, à demi morte, excepté lorsqu’il fallait défendre quelqu’un de ses privilèges, le Lycée avait donné le premier type d’un véritable enseignement supérieur, ouvert à la philosophie et à la science nouvelles. Comment Garat n’aurait-il pas associé ce souvenir à la création de l’École normale, puisque Boissy d’Anglas le faisait aussi, lui, dans le rapport que j’ai déjà cité :

Un bon système d’enseignement est aussi nécessaire au maintien de la liberté et de la prospérité de l’État qu’un bon système de législation. Vous l’avez senti, en adoptant avec empressement l’établissement des écoles normales, lesquelles, en donnant à ceux qui professent les véritables éléments de l’enseignement, fixent les produits de toutes les méditations humaines, et empêchent que l’esprit humain ne puisse jamais rétrograder. Vous compléterez ce beau plan en l’étendant à toutes les sciences.

  • 15 Ce modèle du Lycée a été, je n’en doute pas, présent non seulement à l’esprit de Garat et de Boiss (...)

16C’était pour cela qu’il fallait donner vingt mille livres au Lycée. Ainsi, neuf jours après le vote du décret qui l’avait créée, l’École normale était, déjà présentée à la Convention, au nom du comité d’instruction publique, comme une imitation du Lycée républicain, et le Lycée comme une institution complémentaire de l’École normale15. La nomination de La Harpe quelques jours avant l’ouverture de l’École a été, entre autres choses, une conséquence de cette manière de voir.

  • 16 8 frimaire an III. « Sur la proposition d’un membre, le comité arrête que le rapporteur sur les de (...)
  • 17 Cet Aperçu se trouve aux Archives nationales dans le carton F17. 1014.
  • 18 Ce nom, et dans le projet de Condorcet, et dans l’Aperçu de la commission, confirme tout ce que no (...)

17Au reste, s’il fallait prouver autrement que par des rapprochements et des hypothèses, que la nomination de La Harpe témoigne bien de la transformation de l’École normale en une école d’enseignement supérieur analogue au Lycée, on en trouverait le moyen dans un Aperçu que la commission exécutive, à la demande du comité16, fit préparer dans ses bureaux au commencement de frimaire, sur ce que pourrait coûter l’instruction publique organisée dans trois degrés pour toute la France17. Cet Aperçu reprenait le projet de Condorcet : deuxième degré, instituts ; troisième degré, lycées18. Comme ce n’est pas là ce qui a été décidé, j’incline à croire que ce brouillon n’est pas de Garat lui-même, mais d’un employé de ses bureaux, et qu’il n’a pas été adopté précisément parce que les idées générales n’en étaient pas conformes à celles du commissaire. Tel quel, il n’en est que plus intéressant et plus probant, lorsqu’il suppose que l’École normale pourrait être maintenue indéfiniment et former le quatrième degré d’instruction.

Nous n’avons pas, dit le texte, compris l’Ecole normale dans les articles précédents, parce que nous la considérons comme un établissement révolutionnaire dont la durée pourrait être limitée. Nous présumons que, lorsqu’on aura organisé complètement l’instruction, les lycées pourront y suppléer avantageusement, surtout lorsque après quelques années d’activité il en sera sorti des instituteurs en assez grand nombre pour remplir les places de professeurs dans les écoles des divers degrés d’instruction. Si l’on juge à propos de donner à l’École normale une durée indéfinie, on pourrait la regarder comme un quatrième degré d’instruction ; alors il paraîtrait convenable de porter le traitement des professeurs, qui sont les hommes de la République les plus distingués dans les lettres (sic), à douze mille livres.

18La conception première de l’École était donc à ce point altérée, un mois après le décret et trois mois avant l’ouverture, que d’après ce document sorti des bureaux de la commission exécutive, l’articte 9 du décret semblait avoir déjà perdu tout son sens. La durée de l’École n’était plus nécessairement limitée : elle pourrait l’être, comme elle pourrait être prolongée indéfiniment ; l’École normale pourrait rester un établissement révolutionnaire, et c’était ce que l’auteur aurait préféré, mais à la condition que quelques années d’activité lui eussent permis de compléter le personnel enseignant des divers degrés ; elle pourrait aussi devenir définitivement le degré le plus élevé de l’instruction publique, et, puisque ce n’était pas là une idée personnelle au rédacteur de l’aperçu, comment l’aurait-il exprimée, si elle n’avait pas eu cours déjà dans les bureaux ? Mais c’était l’idée même de Garat, et c’est ce que prouva, un mois après, la nomination de La Harpe.

  • 19 On sait que les écoles centrales ont, pendant le Directoire et le commencement du Consulat, rempla (...)
  • 20 Une preuve entre autres. Il est dit dans ce rapport : « Le célèbre Smith a donné à Edimbourg des l (...)

19Il y avait enfin une dernière raison de cette nomination, et Garat la donnait aussi dans sa lettre à Lakanal. « Il faut, dit-il, préparer pour les départements des professeurs qui aient du goût. » C’est là une nouvelle et précieuse indication sur les transformations avant la lettre de l’École normale. Les écoles primaires sont loin. On peut encore dire avec Boissy d’Anglas que « les écoles normales donneront à ceux qui professent les véritables éléments de l’enseignement ». Mais à quels professeurs et de quel enseignement ? C’est aux écoles centrales19 que Garat pense en écrivant à Lakanal, aux écoles centrales dont le comité avait adopté le projet le 22 frimaire, et sur lesquelles Lakanal avait lu le 26 à la Convention un rapport où se reconnaît encore aisément la main de Garat lui-même20. « Les écoles normales, disait la péroraison, ont annoncé à la France le complément de l’instruction qui ne peut être que dans les écoles centrales. Vous ne laisserez pas l’édifice imparfait. » Sans qu’on y prit garde, sans insister, en termes amphigouriques, celte phrase rompait tout doucement le lien qu’on avait établi d’abord entre les écoles normales et les écoles primaires et les rattachait à un autre ordre d’enseignement. Plus tard, quand le 7 ventôse la Convention discuta le projet des écoles centrales, on parla plus franchement : l’École normale était ouverte alors, et les cours y étaient à peu près ce que Garat avait voulu qu’ils fussent. Lakanal s’exprima sans détours :

  • 21 Comparer à ce style de Lakanal la péroraison du rapport qu’il avait lu sur le même sujet le 26 fri (...)

Je vous dirai que les établissements proposés sont en quelque sorte des cadres ouverts pour recevoir les élèves de l’École normale qui se seront le plus distingués pendant la durée du cours, et un nouveau motif d’émulation donné à leur amour pour la propagation des lumières. Citoyens, vous avez fondé l’École normale, et cet établissement, en opérant un grand déversement de lumières dans les départements (ceci est bien du Lakanal), consolera les sciences, les lettres et les arts, des ravages de l’ignorance et de la tyrannie. Les écoles primaires s’organisent de toutes parts ; les livres élémentaires sont composés ; il nous reste un pas à faire pour monter tout le système de l’instruction nationale, et ce pas sera un grand bienfait pour la génération qui s’avance21.

  • 22 C’était si bien l’idée de Garat que, le surlendemain du vote de la loi du 7 ventôse, il en parla a (...)

20Parler ainsi devant la Convention, c’était constater que l’évolution préparée et conduite avec persévérance par Garat était arrivée à son terme, que l’École normale était devenue, sinon l’école d’application de la méthode analytique à toutes les sciences, du moins l’école d’enseignement supérieur de la République : ce n’était plus le personnel des écoles primaires, mais celui des écoles centrales22 qu’elle devait servir à recruter.

  • 23 Voici l’arrêté du comité :
    Art. 1. Dans un mois pour tout délai, la commission exécutive d’instruct (...)
  • 24 Moniteur, réimpr., t. XXII, p. 523.
  • 25 Ibid., p. 537.

21En même temps qu’il constatait le fait, Lakanal en donnait la raison pratique, celle qui avait le plus énergiquement favorisé cette transformation ; il la donnait en trompant encore la Convention, mais enfin il la donnait. Les livres élémentaires, disait-il, étaient prêts ; ce n’était pas vrai : de tous ceux qu’avait produits le concours on n’en avait retenu ni même jugé aucun, et de ceux qui avaient été commandés le 1er brumaire, celui de Sicard était seul prêt et discuté dans les séances de l’École ; mais il était vrai qu’on travaillait de toutes parts à organiser les écoles primaires prescrites par la loi du 27 brumaire. Les circonstances n’étaient donc plus les mêmes que vingt jours auparavant. Alors il n’y avait rien ou presque rien de fait. Mais le soir même du jour où le décret du 27 brumaire avait été rendu, le comité d’instruction publique avait enjoint à la commission exécutive de lui rendre compte, dans un mois pour tout délai, de son exécution23. Hâte absurde et incompréhensible, du moment que l’École normale de Paris n’était pas encore ouverte. A supposer qu’elle le fût au 1er nivôse, comme elle devait durer quatre mois, et autant à leur tour les écoles normales secondes, c’était neuf mois au moins qu’il fallait attendre, avant de voir sortir de terre les vingt-quatre mille écoles prévues par le décret du 27 brumaire. Le délai pouvait paraître long ; mais on avait reconnu, en discutant la loi sur l’École normale, qu’il était impossible de l’abréger ; on avait refusé à Sergent de le prolonger ; il résultait d’un plan complet, qui semblait avoir été combiné d’avance après réflexion, et Collot d’Herbois le rappela dans la discussion de la loi sur les écoles primaires : « Je pense, dit-il, que c’est dans les écoles normales qu’on donnera à l’instruction primaire la direction qu’elle doit avoir24. » Duhem en fit autant, lorsqu’on essayant de faire interdire l’enseignement libre, il rappela à la Convention que, par les décrets sur les livres élémentaires et sur les écoles normales, elle avait pris des précautions pour que la jeunesse française reçût partout une éducation uniforme25.

22A quoi bon ce plan, si l’on hâtait avec cette impatience l’ouverture des écoles primaires ? Que les districts et les communes fussent zélés, et, le jour où seraient données les premières leçons de l’École normale, l’énorme machine à laquelle elle était censée devoir donner l’impulsion serait déjà en mouvement. Au procédé révolutionnaire qui demandait neuf mois, on en substituait un autre plus révolutionnaire encore, qui n’en demandait qu’un seul. Sans doute le procédé nouveau devait perdre en efficacité ce que l’on prétendait imprudemment gagner en rapidité ; mais il suffisait que l’exécution de la loi du 27 brumaire fût engagée avec cette précipitation irréfléchie, pour que, du même coup, l’objet et le plan de l’École normale de Paris fussent, par la force même des choses, dénaturés avant son ouverture, pour qu’elle devînt non pas la source de l’enseignement primaire qui s’organisait sans elle et avant elle, mais celle de l’enseignement secondaire et supérieur qui s’organiserait après elle. C’est ce qu’indique, mieux que tout autre fait, la nomination tardive d’un professeur de critique littéraire.

23Sans être avouée complètement, la transformation de l’École normale en une école de haute culture était donc un fait accompli la veille du jour où les cours commencèrent. Ces leçons jetèrent d’abord tant d’éclat, il y eut autour d’elles un si grand mouvement d’enthousiasme, que personne ne songea à protester. Loin de là, la Convention elle-même, persuadée par un de ses membres qui ne faisait pas partie du comité, rendit, douze jours après l’ouverture de l’école, un décret qu’on peut considérer comme l’implicite ratification de tout ce qu’avaient fait les organisateurs. Le 12 pluviôse, Creuzé-Latouche proposa d’ajouter au nombre des professeurs de l’école un professeur d’économie politique, et il en démontra la nécessité avec un tel succès que la Convention décréta l’impression de son discours dans le Bulletin et sa distribution aux élèves de l’École. Creuzé-Latouche invoquait, il est vrai, le bonheur du peuple, la nécessité d’éclairer l’opinion publique, les erreurs économiques de la Convention elle-même ; mais, quelque justes que pussent être ces raisons, l’institution de la chaire nouvelle n’en impliquait pas moins que l’École normale devait accomplir une autre besogne que celle qu’on lui avait assignée tout d’abord. Autant on comprend aisément qu’on ait voulu se servir d’elle pour vulgariser le nouveau système de mesures, autant il est difficile d’admettre que, si les cours de Paris devaient donner naissance à des écoles normales de district, et celles-ci engendrer à leur tour des écoles primaires communales, où pour la première fois on tenterait d’apprendre la lecture, l’écriture et le calcul à tout le peuple des petits français, il fallait donner à tous les futurs instituteurs des leçons d’économie politique. Cela n’était pas plus nécessaire que de les initier à la philosophie de Condillac. Mais Garat en était arrivé à ses fins, et la Convention lui donnait raison, en décrétant la chaire d’économie politique, et en y nommant Vandermonde, le 22 pluviôse suivant.

24Ainsi, mis en possession de l’exécution de la loi, aidé par Lakanal qui lui devait ses succès d’éloquence, soutenu par l’exemple du Lycée et le souvenir des applaudissements qu’il y avait reçus, animé par le désir d’une vaste expérience philosophique tentée sur la France entière, Garat, pendant les trois mois qui s’étaient écoulés entre l’institution de l’Ecole normale et son ouverture, avait réussi à la détourner presque complètement du concept révolutionnaire d’où elle était sortie. Naître dans de pareilles conditions, c’est pour une institution être condamnée à vivre péniblement, comme un organisme malade dont les fonctions cesseraient d’être déterminées. Si, dans les quatre mois qu’elle a duré, l’École normale n’a pas accompli la tâche que la Convention avait voulu lui confier tout d’abord, ce n’est pas au caractère révolutionnaire de l’idée qu’il en faut attribuer la faute. La vérité, c’est que la Convention a été trompée, s’est laissé tromper, si l’on veut, par Lakanal et par Garat.

Notes

1 « Art. 5. Ils (les élèves) se rendront à Paris avant la fin de frimaire prochain. » L’École ne fut ouverte que le 1er pluviôse, au lieu du 1er nivôse.

2 Je n’ai rien trouvé aux Archives nationales qui parût provenir de ce bureau. Je crois d’ailleurs que toute la correspondance a été concentrée non pas dans le bureau du comité, mais dans celui de la commission exécutive.

3 Voir au Moniteur la séance de la Convention du 9 nivôse an III, où il refuse de faire partie de la deuxième commission des vingt et un, sous prétexte qu’il est déjà du comité de législation. On lui réplique qu’il n’y est que suppléant, on lui reproche son insouciance et les subterfuges qu’il emploie pour ne pas s’acquitter de ses devoirs. Il est obligé d’accepter que la mauvaise volonté de Sieyes pouvait être un calcul de prudence, une précaution contre un retour au pouvoir du parti montagnard.

4 Voir la brochure intitulée Lakanal à ses collègues (imprimé de la Convention). Au lieu d’imprimer le discours préliminaire qu’il avait lu à la tribune de la Convention, le 26 juin, en apportant le projet de décret, Lakanal donna un extrait du Journal d’instruction sociale, nos 3, 4, 5, 6. « Je n’ai pas balancé, dit-il, à donner ce travail précieux à la place du mien : quand on a trouvé le bon, chercher autre chose, ce serait chercher le mauvais. » Dans le rapport sur le projet de loi qui fut voté le 27 brumaire, j’ai relevé quatre passages, formant en tout soixante-quinze lignes, textuellement empruntés à ces extraits du Journal d’instruction sociale.

5 L’ordre des noms n’est plus le même : le piémontais Lagrange, le genevois Bonnet, le savoyard Berthollet sont en tête ; le commissaire de l’instruction publique Garat vient ensuite, avant Bernardin de Saint-Pierre et Daubenton.

6 Moniteur, réimpr., XXII, p. 463.

7 Séances des Écoles normales (édition de l’an IX), — Leçons, I, p. 164. La leçon de Daubenton du 7 germinal fut au contraire une critique des idées de Bonnet philosophe naturaliste sur l’échelle des êtres (Ibid., IV, p. 4).

8 Il y a entre la liste des auteurs de livres élémentaires et celle des instituteurs de l’École normale d’autres différences sans importance. C’est ainsi que Pougens, chargé des éléments de grammaire, ne fut pas nommé à l’École normale ; Dubois, chargé de rédiger les éléments d’agriculture, fut remplacé à l’École par Thouin, et Mentelle, chargé de rédiger les éléments de géographie, par Buache. Toutefois Mentelle finit par partager l’enseignement de la géographie à l’École normale avec Buache, sans qu’il y ait d’ailleurs trace de sa nomination officielle. Enfin Legendre, adjoint à Lagrange pour les éléments d’arithmétique, ne fut pas nommé à l’École normale ; cependant Lagrange ne fut pas seul chargé de l’enseignement des mathématiques : lorsque Hallé, nommé à l’École de santé de Paris, opta pour elle, on ne le remplaça pas à l’École normale, mais on profita de la place qu’il laissait libre pour adjoindre Laplace à Lagrange (Procès-verbal du comité d’instruction publique, 6 nivôse).

9 Il proposa en même temps de nommer Richard professeur de botanique. Thouin était en effet en mission en Belgique, et il était sûr qu’il ne pourrait pas être revenu à Paris pour l’ouverture des cours de l’École normale. Le nom de Richard fut accepté par le comité, comme celui de La Harpe, mais Lakanal ne le proposa pas à la Convention, et le 26 frimaire, le comité l’autorisa à écrire à Thouin pour l’engager à hâter son retour.

10 Moniteur, réimpr., XXIII, p. 173. Le décret ne figure pas au procès-verbal de la Convention.

11 Publiée par Lakanal dans l’Exposé sommaire (p. 217).

12 Voir dans la Revue internationale de l’enseignement du 15 juillet 1889 l’article de M. Dejob : De l’établissement connu sous le nom de Lycée.

13 Le comité d’instruction publique avait décidé, le 2 brumaire an III, qu’il serait demandé à la Convention un décret accordant un encouragement de vingt mille livres à prendre sur les fonds de deux millions mis à la disposition de la commission d’instruction publique, « pour soutenir le Lycée républicain, établissement utile et même nécessaire au moment où les écoles ne sont pas organisées, qui est très précieux, et qui, au moyen de cet encouragement, pourra à l’avenir, comme par le passé, se passer de tous secours étrangers ».
Le rapport de Boissy d’Anglas fut lu à la Convention le 18 brumaire. On le trouvera dans le Moniteur du 21 brumaire (réimpr., XXII, p. 467). Il me semble bien que dans ce rapport comme dans celui de Jouenne, on retrouverait aisément la marque de Garat.

14 Expressions mêmes du rapport de Garat sur le projet de l’École normale.

15 Ce modèle du Lycée a été, je n’en doute pas, présent non seulement à l’esprit de Garat et de Boissy d’Anglas, mais aussi à celui de plusieurs des professeurs de l’École normale : il a contribué à en dénaturer les cours, comme il a contribué plus tard à donner leur physionomie particulière aux cours de nos Facultés.

16 8 frimaire an III. « Sur la proposition d’un membre, le comité arrête que le rapporteur sur les degrés supérieurs de l’enseignement sera entendu à la prochaine séance, et renvoie à la première section le travail provisoire de la commission exécutive sur le même objet, fait en exécution d’un arrêté du comité. »

17 Cet Aperçu se trouve aux Archives nationales dans le carton F17. 1014.

18 Ce nom, et dans le projet de Condorcet, et dans l’Aperçu de la commission, confirme tout ce que nous venons de dire au sujet du Lycée.

19 On sait que les écoles centrales ont, pendant le Directoire et le commencement du Consulat, remplacé les anciens collèges.

20 Une preuve entre autres. Il est dit dans ce rapport : « Le célèbre Smith a donné à Edimbourg des leçons sur le commerce dont la réunion et l’ensemble ont formé l’Essai sur les richesses des nations. » Le 15 nivôse suivant, Garat écrit à Lakanal : « Smith, dans l’université d’Edimbourg, faisait l’Histoire de l’éloquence, en même temps que le Traité sur les richesses des nations. »

21 Comparer à ce style de Lakanal la péroraison du rapport qu’il avait lu sur le même sujet le 26 frimaire : « L’univers, la postérité, sauront qu’au milieu des orages d’une révolution inouïe, dans les crises d’une guerre dont vous souffliez l’embrasement sur vingt nations punies de leurs forfaits ; tandis que, dans l’intérieur, vous terrassiez d’une main le crime et l’immoralité, et que, de l’autre, vous cicatrisiez les plaies que la patrie avait reçues de ses parricides enfants, votre génie infatigable, combattant sans relâche l’ignorance et le vandalisme qui menaçaient d’envelopper la République, élevait un temple immense, un temple éternel, et jusqu’à vous sans modèle, à tous les arts, à toutes les sciences, à toutes les branches de l’industrie humaine, et que vous assuriez par ce chef-d’œuvre, à la nation française, sur les peuples de l’univers, une supériorité plus glorieuse que celle que nous avait donnée le succès de nos armes triomphantes. » Ceci n’est pas du Lakanal, mais du Garat, et du Garat très soigné, répondant bien à la définition donnée par La Harpe.

22 C’était si bien l’idée de Garat que, le surlendemain du vote de la loi du 7 ventôse, il en parla aux élèves de l’École normale. Il avait reçu d’eux, pour la conférence du 9, plusieurs lettres qui, dit-il, ne pouvaient venir que d’hommes très instruits : « Elles seront toutes imprimées, ajouta-t-il, dans le cahier des conférences. Il est bon que la nation apprenne dès ce moment combien les Écoles normales renferment d’élèves dignes de professer bientôt les connaissances humaines dans ces écoles centrales que la Convention vient de décréter. »

23 Voici l’arrêté du comité :
Art. 1. Dans un mois pour tout délai, la commission exécutive d’instruction publique rendra compte par écrit de l’exécution de la loi d’organisation des écoles primaires dans toute la République.
Art. 2. Ce compte sera divisé en cinq colonnes.
La première comprendra : 1° le nom des communes où les écoles primaires seront en activité ; 2° l’exposé succinct des raisons qui auraient empêché leur établissement ; 3° le nom des citoyens qui, appelés par les administrateurs du district aux fonctions de juré d’instruction, auraient refusé cette honorable mission ; 4° l’exposé des motifs de leur refus.
La troisième colonne sera employée à présenter l’état sommaire des demandes des administrations pour l’établissement des écoles primaires dans les lieux où la population très dispersée rendrait dangereux ou trop pénible le déplacement des élèves.
Dans la quatrième colonne seront présentées les demandes motivées des administrations, tendantes à obtenir des édifices nationaux pour servir à l’instruction primaire, dans les communes où il n’existerait pas de presbytère à la disposition de la nation.
La cinquième colonne sera consacrée aux observations particulières qu’on jugera utiles à l’amélioration de l’établissement des écoles primaires.
Art. 3. Immédiatement après la remise au comité du compte ci-dessus, il sera fait un rapport général à la Convention pour désigner à la reconnaissance nationale les administrations et les jurys d’instruction qui auront pressé avec une sollicitude paternelle l’établissement des écoles primaires dans leur arrondissement, et pour dénoncer à l’opinion publique les administrations qui auraient apporté des lenteurs coupables à l’exécution de cette bienfaisante loi. »
Le même jour, le comité décida l’envoi aux administrations de district d’une circulaire dont voici le texte d’après la minute :
« Citoyens administrateurs,
« La République entière demandait avec instances l’organisation des écoles primaires. La Convention nationale vient de remplir le vœu du peuple. C’est à vous qu’il appartient d’exécuter le décret bienfaisant qu’elle a rendu. C’est vous qui devez former le jury d’instruction chargé de choisir les instituteurs de l’enfance. La Convention nationale attend de vous pendant la durée du gouvernement révolutionnaire un zèle actif dans les mesures d’exécution, et une intégrité scrupuleuse dans le choix des jurés. Songez que la destinée de la génération future dépend des instituteurs. Le succès de la Révolution même est attaché à l’organisation des écoles primaires. L’esclavage des peuples n’a jamais eu d’autre cause que l’ignorance et la fausse instruction, qui est l’ignorance perfectionnée. Une nation peut conquérir sa liberté avec du courage, elle ne peut la conserver qu’avec des lumières. » (Arch. nat., AFii17.)
Il est très remarquable que dans cette lettre pas un mot ne fait allusion à l’École normale.
La commission exécutive adressa à son tour aux administrations de district une circulaire sur le même sujet ; on en trouve le texte dans la Feuille villageoise du 20 frimaire (journal de Ginguené).
Dans les premiers jours de nivôse, les feuilles décadaires de la commission exécutive achèvent de prouver la hâte avec laquelle on procéda ou on voulut procéder à l’exécution de la loi du 27 brumaire : « Le district d’Evaux demande si le jury nommera à l’instant de nouveaux instituteurs à la place des anciens. — Répondu affirmativement. » (Arch. nat., Dxxxviii. 1).

24 Moniteur, réimpr., t. XXII, p. 523.

25 Ibid., p. 537.

© Éditions Rue d’Ulm, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540