Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Centenaire de l’École normale (1795-1895)

Première partie. Les boursiers de Louis-Le-Grand. L'école normale de l'an III

Chapitre III. Le décret du 9 brumaire an III

Texte intégral

1Prêt le 6 vendémiaire, le projet de Lakanal pouvait être présenté à la Convention à la date qu’elle avait prescrite, c’est-à-dire dans la dernière décade du mois.

  • 1 Voir le Feuilleton de la Convention, qui, jusqu’au 7 brumaire an III, donne l’ordre du jour de tou (...)
  • 2 La commission chargée d’examiner la conduite de Carrier fut nommée le 8 brumaire, la veille du déc (...)

2Chose vraiment extraordinaire pour un projet sur l’instruction publique, la discussion ne fut retardée que d’une décade. C’est peu si l’on sait que l’organisation des écoles secondes fut inscrite une année tout entière en tête de l’ordre du jour1, sans jamais venir en discussion, et que jamais le projet d’Ecole normale adopté par le comité en prairial an II ne figura seulement à l’ordre du jour de la Convention. C’est peu surtout si l’on songe quelle place prit dans les séances de vendémiaire et de brumaire la lutte finale de la Convention contre les Jacobins2. Au reste Lakanal ne demanda la parole que le 28, pour lire le lendemain le discours préliminaire que Garat avait rédigé, en manière de rapport sur le projet. Le retard n’est donc pas imputable à la Convention, mais au comité, et on peut facilement en apercevoir le motif : c’est que le projet d’École normale, au lieu de rester le corollaire d’une loi ancienne dont il s’agissait de hâter l’exécution, était devenu la préface d’une loi nouvelle dont il s’agissait de hâter le vote.

  • 3 Ce sujet fut immédiatement inscrit par décret en tête de l’ordre du jour à partir du 1er brumaire. (...)

3En même temps, en effet, que Lakanal demandait la parole pour lire le discours de Garat, il annonça qu’il déposerait dans trois jours, c’est-à-dire le 1er brumaire, un rapport sur les écoles primaires3. Il tenait donc à bien marquer la corrélation des deux projets. Il y tenait d’autant plus que cette corrélation résultait d’un changement dans ses idées, au sujet de ce qu’il convenait de faire pour les écoles primaires.

  • 4 Voir dans le Dictionnaire pédagogique de F. Buisson l’article Haute-Marne ; voir aussi la Revue pé (...)
  • 5 Ce rapport peu connu, et qui n’a pas été imprimé à part, se trouve dans le Bulletin de la Conventi (...)

4La loi du 29 frimaire, dont l’exécution avait commencé déjà sur nombre de points du territoire4, avait été considérée, au lendemain du 9 thermidor, par le comité renouvelé et par Lakanal lui-même, comme une loi acquise sur laquelle il n’y avait pas à revenir, qu’il fallait seulement compléter et exécuter. Lakanal le dit formellement à la Convention au nom du comité, lorsqu’il fit nommer Garat, Ginguené et Clément de Ris membres de la commission exécutive de l’instruction publique, le 26 fructidor5 :

La première section du Comité vous présentera incessamment les mesures supplétives propres à mettre en activité les écoles primaires sur toute la surface de la République. Nous n’avons pas cru qu’il fallût vous demander le rapport d’une loi incomplète, mal rédigée, mais qui renferme des dispositions utiles. Les institutions nouvelles renversent presque toujours les ouvrages des institutions qu’elles remplacent ; elles ne cherchent pas à faire mieux : il leur suffit de faire autrement Loin de nous ces misérables calculs de la vanité ! elle ne produit que des choses d’éclat ; c’est l’amour du bien qui fait des choses utiles. Si vous adoptez les mesures supplémentaires que nous vous proposerons, dans un mois les jeunes citoyens recevront partout les instructions nécessaires pour remplir leurs devoirs envers la patrie, et la liberté sera enfin assurée sur les destinées de la génération qui s’avance.

5Ainsi, avant que Garat fût nommé commissaire de l’instruction publique, personne au comité, pas même Lakanal, ne songeait à revenir sur la loi du 29 frimaire ; Garat nommé, ce fut une autre affaire. Entre le président du comité et le commissaire de l’instruction publique se rétablit la collaboration de juin 1795 entre le rapporteur du comité et le ministre de l’intérieur, collaboration nécessairement aussi inégale que les personnages l’étaient eux-mêmes. et où Garat eut la part prépondérante. C’est ainsi qu’il fut, de l’aveu même de Lakanal, l’auteur du rapport sur l’École normale ; c’est ainsi qu’après sa nomination reparurent les idées essentielles du projet de Sieyes et Daunou en juin 95, auquel Lakanal ne songeait plus, bien qu’il en eût été le rapporteur. On se décida à abandonner la loi du 29 frimaire, pour revenir à celle que l’opposition de Robespierre avait fait échouer quinze mois auparavant, et le premier symptôme de ce revirement se manifesta dans les articles du projet sur l’École normale qui impliquaient un développement des programmes. Par là ce projet se trouva implicitement rattaché au projet de loi nouveau que Garat et Lakanal préparaient.

  • 6 Ce fut Massieu qui remplaça Lakanal à la présidence. Le renouvellement par quart du comité en vend (...)

6Mais, tant que Lakanal fut le président du comité, il jugea sans doute difficile de s’engager dans une discussion où il devait se trouver en opposition avec les premières déclarations qu’il avait faites au nom du comité devant la Convention, et probablement aussi avec plusieurs de ses collègues ; car, malgré le laconisme du procès-verbal, il est facile de lire entre les lignes que son nouveau projet rencontra dans le comité une assez forte opposition. Il attendit donc le jour où, conformément à la règle, le bureau fut renouvelé pour un mois6. Ce jour-là, le 22 vendémiaire, « un membre, dit le procès-verbal du comité, lut plusieurs articles additionnels à la loi du 29 frimaire ; ils furent discutés, et, après diverses observations, un autre membre (Lakanal sans aucun doute) fit lecture d’un projet de décret qui présentait un plan absolument nouveau ».

  • 7 Ce qui prouve, il me semble, la collaboration de Garat au projet de juin, c’est le fait que les id (...)
  • 8 Régulièrement le comité ne siégeait que tous les deux jours.

7Ce plan n’était pas nouveau : il ressemblait singulièrement à celui que Lakanal avait déjà présenté à la Convention, au nom du comité, en juin 93, et dont les principaux auteurs étaient Sieyes et Daunou, sans compter Garat7, alors ministre de l’intérieur et membre du Conseil exécutif provisoire ; mais enfin il avait fallu revoir l’ancien texte, l’accommoder aux circonstances nouvelles, ajouter et retrancher, et je ne doute pas que ce travail n’ait été fait en collaboration par Garat et par Lakanal, pendant la présidence de celui-ci. Leur projet et le projet opposé furent renvoyés à la première section, que le comité invita à peser « dans sa sagesse » les diverses observations présentées pendant la séance. Le surlendemain, 24 vendémiaire, la sagesse de la première section, dont Lakanal faisait partie, avait rejeté le système des articles additionnels et adopté celui d’une réforme complète de la loi : le comité arrêta qu’il entendrait dans sa prochaine séance « la lecture d’un projet de décret relatif à l’établissement des écoles primaires ». C’était le moment que Lakanal avait attendu pour faire connaître le rapport sur l’École normale. Dans la journée du 28, il demanda la parole à la Convention pour le lendemain, parce qu’il pensait que son projet sur les écoles primaires serait adopté le soir même par le comité et que, aussitôt après, il pourrait soumettre à son approbation le rapport sur l’École normale. Mais la discussion sur les écoles primaires s’étant prolongée dans le comité au point de rendre nécessaire une séance supplémentaire8 pour le 29, il dut renoncer à sa lecture du soir, et à celle du lendemain devant la Convention.

  • 9 La Convention décréta l’impression du discours. Cet imprimé porte par erreur la date du 2 brumaire (...)

8Ce fut seulement le 29 vendémiaire au soir qu’il communiqua à ses collègues, et le 3 brumaire à la Convention, le discours composé par Garat sur l’École normale9 ; le 4, il lut au comité, et le 6 à la Convention, le rapport sur les écoles primaires. La discussion et l’adoption du décret sur l’École normale eurent lieu le 9. Tous ces rapprochements de date montrent clairement qu’on a tenu à rattacher le projet d’École normale à la nouvelle loi sur l’enseignement primaire. Peu importe que celle-ci n’ait été votée que le 27 brumaire, dix-sept jours après la loi sur l’École normale : elles n’en faisaient pas moins toutes les deux partie du plan nouveau de Garat et de Lakanal.

  • 10 On lit au procès-verbal du comité, à la date du 28 germinal an III, c’est-à-dire six mois après l’ (...)

9Voici qui achève de le démontrer. Un article du projet sur les écoles primaires obligeait les instituteurs et les institutrices à enseigner à leurs élèves les livres élémentaires composés et publiés par ordre de la Convention. Cet ordre avait été donné dans les décrets du 13 juin 1795 et du 18 pluviôse an II, qui mettaient au concours toute une série de livres destinés les uns aux élèves, les autres aux maîtres, et enfin dans celui du 18 messidor an II, qui nommait, pour composer le jury du concours, Sérieys, Lagrange, Daubenton, Lebrun, Monge, Richard, Garat, Thouin, Prony, Hallé, Corvisart, Désorgues, Vandermonde et Buache. Beaucoup d’ouvrages furent envoyés assez rapidement, car huit mois après l’ouverture définitive du concours, et deux mois après la nomination du jury, le 26 fructidor, Lakanal, dans son rapport sur la nomination de Garat, Ginguené et Clément de Ris à la commission exécutive de l’instruction publique, dit formellement à la Convention « que les livres élémentaires qui devaient servir aux écoles primaires allaient être publiés ». Mais, d’une part, la plupart des membres du jury, pris par d’autres occupations plus urgentes, ne purent se mettre au travail10 ; d’autre part, un premier examen, qui fut fait sans doute dans les bureaux de la commission exécutive, montra que les ouvrages envoyés au concours ne remplissaient pas les vues de la Convention. Revenant sur sa déclaration du 26 fructidor, Lakanal dut en convenir le 6 brumaire an II, dans son rapport sur les écoles primaires.

  • 11 Ceci sent bien son Garat.

En général, dit-il, les auteurs ne se sont pas contenus dans les limites du travail qui leur était demandé, de telle sorte que ces divers ouvrages n’empiétassent pas les uns sur les autres, qu’il n’en manquât aucun d’utile, et que tous ensemble pussent offrir un système complet d’enseignement national. Les citoyens qui ont travaillé pour ce concours ont généralement confondu des objets très différents, des élémentaires avec des abrégés. Resserrer, coarcter un long ouvrage, c’est l’abréger ; présenter les premiers germes et en quelque sorte la matrice d’une science, c’est l’élémenter : il est facile de faire un abrégé de Mézerai, tandis qu’il nous faudrait un Condillac11 pour nous donner les éléments de l’histoire. Ainsi l’abrégé est précisément l’opposé de l’élémentaire ; et c’est cette confusion de deux idées très distinctes qui a rendu inutiles pour l’instruction les travaux d’un très grand nombre d’hommes estimables, qui se sont livrés, en exécution de vos décrets, à la composition des livres élémentaires.

  • 12 Dans le n° 3 du Journal d’instruction sociale (29 juin 1793), Sieyes, commentant le projet du 20 j (...)
  • 13 Dès le 23 ventôse an II, un membre du comité, qui prévoyait sans doute l’inutilité du concours, lu (...)

10Le concours n’avait donc produit aucun bon résultat, et il avait fallu aviser à un autre moyen pour se procurer ces livres élémentaires que l’on considérait avec raison, depuis le commencement de la Révolution, comme la condition indispensable du renouvellement de l’instruction et de l’esprit public12. Lakanal en avertit aussitôt la Convention en ces termes : « Quoi qu’il en soit, la nation ne sera pas longtemps frustrée du grand bienfait des livres élémentaires : le comité a pris toutes les mesures pour en assurer la prompte publication : il a interrogé le génie ; sa réponse sera prompte et digne de lui. » Cela signifiait que, dès le 1er brumaire, aussitôt après avoir accepté le projet de décret sur les écoles primaires et le rapport sur l’Ecole normale (29 vendémiaire), le Comité, sur la proposition de sa première section, avait directement confié à un certain nombre de savants et d’hommes éminents l’exécution des livres élémentaires13.

  • 14 C’était l’histoire que Garat avait enseignée au Lycée.
  • 15 Le texte officiel de l’arrêté se trouve dans le Registre des arrêtés que le comité tint après sa r (...)

11Bernardin de Saint-Pierre devait rédiger un livre élémentaire de morale républicaine ; Lagrange et Legendre, des éléments de calcul et de géométrie ; Garat, des éléments de l’histoire des peuples libres14 ; Sicard, ceux de lecture et d’écriture ; Pougens, ceux de grammaire ; Daubenton, ceux d’histoire naturelle ; Volney, les développements des principes de la Déclaration des Droits de l’homme et du citoyen et de la Constitution de la République française ; Monge, les instructions nécessaires pour rendre utile aux élèves la fréquentation des ateliers, et les travaux manuels qui doivent occuper une partie du temps destiné à l’enseignement ; Haüy, des instructions élémentaires sur les principaux phénomènes de la nature ; Dubois, des éléments d’agriculture15. Or la plupart de ces auteurs étaient précisément ceux-là mêmes qui devaient être proposés au comité, la décade suivante, pour devenir les professeurs de l’Ecole normale. Ainsi il est hors de doute qu’avant le dépôt et le vote du décret qui institua cette école, Garat et Lakanal, et après eux le comité, en avaient choisi les maîtres, et leur avaient implicitement assigné pour lâche de composer devant leurs élèves ces livres élémentaires, dont la loi sur les écoles primaires allait rendre l’usage obligatoire pour tous les instituteurs nationaux.

  • 16 Motion d’ordre sur l’instruction publique, par Marc-François Bonguiot. (Imprimé par ordre de la Co (...)

12Au reste, s’il en était besoin, celte assertion serait aisément confirmée par quelques extraits de la discussion du décret sur l’École normale, telle que la rapporte le Moniteur. Un opposant, Lefiot, s’étonna qu’on discutât ce projet avant que les livres élémentaires fussent prêts, et un méfiant, Thibault, demanda qu’avant l’ouverture de l’École, la liste des personnes chargées de composer les livres élémentaires fût imprimée. Lakanal répondit au second en donnant cette liste, au premier en ajoutant : « Voilà quels hommes seront professeurs dans les Écoles normales ! » Et huit mois plus tard, alors que l’École avait cessé d’exister, Bonguyod16 rappelait à la Convention, le 29 prairial an III, que les livres élémentaires avaient été l’objet essentiel de l’institution : « Le but des Écoles normales n’était pas simplement d’enseigner les éléments des hautes sciences ; elles avaient encore un objet plus important, c’est la rédaction des livres élémentaires propres aux écoles primaires : il est bien instant de s’en occuper. »

13La démonstration est donc complète. La désignation des auteurs des livres élémentaires par le comité, le 1er brumaire, a été le complément du projet de loi sur les écoles primaires qu’il avait adopté le 28 et le 29 vendémiaire, et, en les désignant, le comité a désigné par avance les professeurs de l’École normale qui allait être décrétée le 9 brumaire suivant. Il est donc bien évident qu’après avoir été tout d’abord, comme le projet de prairial, un corollaire de la loi du 29 frimaire an II, le projet sur l’École normale accepté par le comité le 6 vendémiaire an III s’est trouvé, dans le courant de ce mois, rattaché à un plan nouveau, dont toutes les parties furent préparées simultanément par Garat et Lakanal d’abord, puis par la première section du comité, puis par le comité lui-même, et que la Convention ratifia par deux décrets très rapprochés l’un de l’autre (9 et 27 brumaire). Ce rattachement est la cause qui retarda le dépôt du projet et par conséquent son vote.

14Et pourtant ce rattachement n’est en réalité qu’un trompe-l’œil. Il semble, après avoir lu ce qui précède, qu’on sache tout ce qu’il est nécessaire de savoir, pour juger dans quel esprit le projet a été présenté à la Convention et accepté par elle. Pas tout à fait. Il faut d’abord remarquer que, si le rapport a été rédigé et présenté au comité en même temps que le nouveau projet de loi sur les écoles primaires, il a été lu à la Convention avant que ce projet lui eût été communiqué, par conséquent sans qu’elle pût juger en pleine connaissance de cause le degré d’harmonie qu’il y avait entre eux. Il faut étudier ensuite le texte même du rapport, où l’on voit apparaître, à travers une rhétorique ampoulée, les idées qui avaient germé dans l’esprit de Garat et qui devaient nécessairement présider à l’exécution du décret sur l’École normale.

  • 17 On trouvera ce texte dans la réimpression du Moniteur, XXII, p. 347. Il est aussi, mais avec corre (...)
  • 18 Correspondance littéraire. Lettre 102.

15Ce rapport ou discours préliminaire a été lu, nous l’avons vu, par Lakanal à la Convention dans la séance du 3 brumaire. Il l’a inséré en 1838, comme son ouvrage, dans l’Exposé sommaire de ses travaux ; mais nous avons déjà dit qu’en 1799 il avait spontanément reconnu que ce discours était de Garat. A défaut de l’aveu de Lakanal, le texte même du discours17 suffirait à démontrer qu’il est l’œuvre non pas de l’ancien professeur de rhétorique de la Doctrine chrétienne, mais du disciple de Condillac, du professeur d’analyse de l’entendement à l’École normale, et aussi de l’écrivain plus spirituel que vraiment éloquent, dont La Harpe avait déjà dit18 que toutes ses phrases, jetées dans le même moule, étaient combinées avec les mêmes mots : vertu, gloire, génie.

  • 19 Pour Garat cela n’a pas besoin d’être démontré. Pour Lakanal, c’est ici le lieu d’attirer l’attent (...)

16Il débute par la diatribe, obligatoire à ce moment, contre les hommes de ténèbres, contre les tyrans renversés, qui « craignaient les hommes éclairés comme les brigands et les assassins craignent les réverbères ». Elle était d’autant plus singulière ici qu’il s’agissait précisément d’un projet dont ces tyrans avaient eu les premiers l’idée. Mais ni Garat ni Lakanal n’y regardaient de si près, et cet exorde pourrait être indifféremment de l’un ou de l’autre19.

17Vient ensuite une explication des circonstances qui, depuis cinq ans, avaient empêché la Révolution d’accomplir son œuvre scolaire et qui semblaient avoir pris fin avec le 9 Thermidor ; elle est un peu trop longue, peut-être aussi trop éloquente ; mais, placée là, elle est intéressante, parce qu’elle montre bien que le projet d’École normale est désormais rattaché à un plan d’ensemble. Garat croit avec une assurance imperturbable que l’évolution sociale touche à son terme, que la Révolution va s’arrêter ; cela lui semble démontré avec une rigueur comparable à celle des « sciences les plus exactes », et il en conclut que le moment est venu d’établir un enseignement public conforme aux principes de l’ordre social : « C’est le moment où il faut rassembler dans un plan d’instruction publique digne de vous, digne de la France et du genre humain, les lumières accumulées par les siècles qui nous ont précédés et les germes des lumières que doivent acquérir les siècles qui nous suivront. »

  • 20 Passage supprimé par Lakanal en 1838.
  • 21 Le mouvement qui devait mettre fin au régime du maximum commençait alors.

18Mais les principes politiques ne sont pas seuls assurés désormais ; il en est de même des principes philosophiques, et voici le morceau essentiel du discours, celui qui ne peut pas ne pas être de Garat : « Bacon. Locke et leurs disciples, en approfondissant la nature de l’esprit humain, y ont trouvé ses moyens de direction20. L’analyse doit porter également la lumière dans tous les genres de sciences, et devenir l’organe universel de toutes les connaissances humaines : tandis que la liberté politique et la liberté illimitée de l’industrie et du commerce21 détruiront les inégalités monstrueuses des richesses, l’analyse appliquée à tous les genres d’idées, dans toutes les écoles, détruira l’inégalité des lumières, plus fatale encore et plus humiliante. L’analyse est un instrument indispensable dans une grande démocratie. » Ainsi évoquée par Garat, l’ombre de Condillac vient planer au-dessus de la nouvelle école : après avoir été de son vivant le précepteur du prince de Parme, voici que l’auteur de l’Essai sur l’origine des connaissances humaines doit être, après sa mort, le précepteur de tous les Français : les leçons de l’École normale seront un nouveau Cours d’études. Nous voilà loin de l’enseignement primaire qui pouvait convenir à un peuple où, sur 25 millions d’hommes, 24 ne savaient pas écrire, loin des vues politiques et pratiques d’où était né le projet d’École normale.

19Le plus curieux, c’est que l’utopie de Garat, qui s’éloignait si manifestement de l’enseignement primaire, lui ait été à son origine étroitement associée. A une époque où le projet d’École normale n’avait pas encore pris forme, où il était seulement agité dans les délibérations et les conversations, on avait eu au comité d’instruction publique, à côté de Garat ou avec lui, l’idée qu’il fallait appliquer la méthode de l’analyse à l’enseignement primaire, qu’elle était seule capable de lui donner la force dont il avait besoin pour dissiper l’universelle ignorance, et que, si l’on créait l’École normale, ce devait être justement pour vulgariser rapidement cette méthode.

  • 22 Voir p. 32.
  • 23 Voir Guillaume, Procès-verbaux du Comité d’instruction publique de la Convention, II, p. 348.
  • 24 Sa démission du ministère de l’intérieur est du 14 août seulement.

20On se souvient que Garat était ministre de l’intérieur lorsque avait été préparé le projet de décret sur l’instruction publique que Lakanal présenta à la Convention le 26 juin 93, mais dont les auteurs étaient Sieyes et Daunou. Lorsque ce projet eut été écarté, par suite de l’intervention de Robespierre et des Jacobins, Daunou publia, comme on l’a déjà vu, un Essai sur l’instruction publique, où il défendait le projet repoussé et accordait à ses adversaires un certain nombre de concessions22. Or, dans cet opuscule, Daunou demandait l’application à l’instruction primaire d’une méthode fondée sur l’analyse des sensations et des facultés de l’entendement : parmi les écoles supérieures qu’il consentait à établir, il plaçait des écoles de l’art d’enseigner, « où l’on s’attacherait surtout à l’analyse des sensations, des idées et des signes ; chaque établissement de ce genre aurait pour dépendance une école de sourds-muets ». L’idée qu’il fallait appliquer à l’instruction primaire les procédés philosophiques de Locke et de Condillac s’était donc présentée dès le mois de juillet 1793, et nous savons d’où elle venait ; elle avait été inspirée par les célèbres expériences que faisait alors le successeur de l’abbé de l’Épée, l’abbé Sicard, sur son élève Massieu. Sicard, qui devait être dix-huit mois plus tard professeur à l’École normale, était à ce moment désigné pour participer à la création d’une sorte d’école normale où l’on aurait formé des instituteurs de sourds-muets. Au mois d’août, sur sa recommandation, un ancien élève de l’abbé de l’Épée, nommé Périer, devenu professeur de rhétorique au collège de Périgueux, et envoyé à Paris par la société populaire de cette ville pour la représenter à la fête de la Réunion (10 août), demanda au comité l’autorisation de ne pas retourner à son poste, afin de pouvoir suivre l’enseignement de Sicard aux sourds-muets. « Deux mois donnés à l’étude des ingénieux procédés de Sicard, disait-il, des nouvelles découvertes dont il s’est enrichi, peuvent me mettre à même de courir avec succès la carrière difficile de l’éducation républicaine que vous êtes sur le point d’organiser. Je ne vous représenterai pas combien il est urgent de former des maîtres ; l’institution normale que vous vous proposez d’établir prouve que nulle vérité n’échappe à de bons législateurs. Eh bien ! que je sois le premier élève de cette heureuse institution23 ! » Cette pétition prouve qu’en août 1793 la création d’une école normale pour les instituteurs de sourds-muets était regardée comme très prochaine, et que Sicard, au comble de la vogue, devait en être le principal professeur. Or tout cela se passait à une époque où Garat, ministre de l’intérieur, collaborait24 déjà avec le comité d’instruction publique : il avait donc été au courant de tout ce qui se passait dans le comité, de toutes les idées qui y étaient agitées ; et il est probable qu’il avait déjà fait siennes celles qui concernaient Sicard et sa méthode, puisqu’il les rapporta avec lui lorsqu’il fut nommé commissaire de l’instruction publique. En se fondant comme Daunou sur l’exemple de Sicard, il voulut user de son pouvoir nouveau, pour mettre entre les mains de tous les instituteurs primaires la méthode qui paraissait faire merveille à l’institution des sourds-muets.

  • 25 Voir p. 75.

21Que ç’ait été là sa pensée première, nous en avons pour preuve, non seulement le rapport sur l’École normale qu’il rédigea pour Lakanal, mais aussi celui qu’il fit pour Jouenne, et que celui-ci lut à la Convention le 16 nivôse an III sur les institutions de sourds-muets. Il est évident que ces deux rapports sont de la même plume : l’un et l’autre renferment la même tirade sur l’analyse ; le second invoque à deux reprises comme argument l’établissement de l’École normale, et à ce propos glisse un mot sur La Harpe25, qui ne peut être que de Garat ; l’un et l’autre enfin flattent la Convention par le même procédé, le premier en lui attribuant comme un coup de génie l’idée de créer l’École normale, le second en lui attribuant l’idée d’y confier un cours à Sicard. Aussi bien, voici les passages essentiels du rapport lu par Jouenne :

Vos comités ont assisté plus d’une fois aux leçons qui se donnent dans cette intéressante institution (les sourds-muets de la rue Saint-Jacques) ; ils vous en ont toutes les fois raconté les merveilles ; ils vous ont dit jusqu’à quel point cet art d’enseigner exigeait de profondeur dans la connaissance des langues et de leur génie, dans la métaphysique et dans l’art d’analyser toutes les opérations de l’intelligence humaine. Ils vous ont dit que cet art précieux de l’analyse, auquel sont dus tous les succès de cette école, devrait être celui de tous les instituteurs.... Ce n’est pas au moment où la plus belle institution qu’on ait jamais conçue (l’École normale) va donner à tous les instituteurs de la République, pour leur apprendre le grand art de l’enseignement, les premiers professeurs de l’univers, parmi lesquels nous regrettons de ne pas voir La Harpe, qu’une institution que toutes les contrées du monde nous envient trouvera des adversaires parmi les restaurateurs de tant de biens !

22Le succès des procédés de Sicard pour apprendre à écrire aux sourds-muets et pour leur faire comprendre le sens des expressions abstraites, avait donc convaincu Garat qu’il fallait généraliser cette méthode dans tout l’enseignement primaire, et qu’il fallait la généraliser par l’École normale, comme en juillet 1793 Daunou proposait de la généraliser par les écoles de l’art d’enseigner. C’est pour cela que Sicard avait été chargé du livre élémentaire sur la lecture et l’écriture, et qu’il avait été inscrit parmi les professeurs de l’École normale. Le même rapport fait par Garat pour Jouenne le dit en termes enthousiastes :

  • 26 C’est le terme même dont Sicard se servit dans son cours de l’École normale pour désigner le sourd (...)

Sicard, le dépositaire unique de cette précieuse méthode qui nous donne l’espérance de voir se réaliser un jour le projet d’une langue universelle à laquelle plusieurs savants travaillent journellement, et dont l’exécution est peut-être réservée à celui qui seul a su donner à l’homme de la nature26, en échange d’une grammaire pauvre et réduite à très peu d’éléments, la grammaire philosophique de l’homme civilisé ; Sicard enfin, que la Convention nationale n’a pas eu besoin qu’on lui indiquât pour le placer au nombre des savants appelés à l’institution normale, qui doit régénérer sur le sol français les sciences et les arts que le vandalisme voulait en exiler, et que l’amour seul de la liberté a conservés au milieu de nous !

  • 27 Premièrement (et sans le secours de la lecture), des faits choisis d’histoire naturelle et d’histo (...)

23Ainsi il n’est pas douteux que Garat, en voulant faire de l’École normale un foyer de propagande pour l’analyse, ait pensé tout d’abord aux écoles primaires ; mais il n’est pas douteux non plus que, tout en restant officiellement rattaché à ces écoles, ce plan chargé d’utopie avait grandi spontanément et fini par ne plus tenir à l’enseignement primaire que par un lien infiniment allongé et aminci. Dans son Essai de juillet 1793, Daunou avait donné un programme d’études primaires27 à bien peu de choses près semblable au programme court et précis de la loi du 29 frimaire, qui fut aussi celui du premier projet d’École normale ; à la veille de l’ouverture de l’École, Garat rêve d’une langue universelle, en attendant que, dans son cours, il rêve d’une république européenne et du règne de l’homme sur la nature, dernier terme de l’analyse appliquée à la recherche et à l’enseignement scientifiques. Il faut citer ici un passage caractéristique de sa leçon du 23 pluviôse, afin de montrer où aboutit l’évolution de son esprit.

Puisqu’il n’y a qu’une seule manière de bien penser, et qu’il n’y a personne qui ne pense bien sur quelque objet, on a le droit de conclure qu’alors qu’on aura appris à tous comment ils pensent, lorsqu’ils pensent bien, tous pourront porter leurs pensées sur tous les objets qu’ils auront à connaître et toujours avec la même justesse et le même succès : alors nous toucherons peut-être à ce règne de l’homme sur la nature, dont a parlé Bacon dans un langage qui ressemble à l’inspiration, mais qui n’est pourtant celui de l’Apocalypse que pour ceux qui ne savent pas plus voir que prévoir. Qu’il s’établisse seulement dans l’Europe deux ou trois grandes républiques sur les mêmes principes que la République française, que ces républiques aient de bonnes constitutions, ces constitutions de bons gouvernements, et l’époque appelée par les vœux de Bacon, si puissamment rapprochée par son génie, ne sera pas à une grande distance du temps où nous descendrons dans la tombe. Cette espérance magnifique est entrée il y a longtemps dans mon âme ; dans les jours les plus heureux de ma vie, elle en a été le plus doux charme. Dans les temps affreux dont nous sortons, elle ne m’a point entièrement abandonné ; et dussent les méchants, les imbéciles et les hommes d’esprit en rire, je la laisserai souvent sortir de mon âme, pour s’épancher dans la vôtre.

24Voilà donc où en arrive Garat, quand l’École est ouverte : c’est le règne de l’homme sur la nature que l’École normale doit préparer, et l’on entend du reste qu’elle ne le préparera pas en se réduisant à l’éducation enfantine, mais en faisant de l’analyse la méthode directrice de toute science et de tout enseignement. Là est le terme de l’évolution dont il est facile d’apercevoir le commencement dans le rapport sur le projet d’École normale ; on l’y reconnaît avant tout au parti pris avec lequel l’auteur du rapport oublie les conditions pratiques imposées à l’expérience par le texte du projet. Il y avait déjà bien de l’illusion à compter sur l’efficacité de la méthode, à s’imaginer qu’on avait devant soi table rase, à tenir pour détruite la force des vieilles habitudes d’esprit héréditaires ; mais combien y en avait-il davantage à espérer que le miracle s’accomplirait dans les quatre mois demandés par le projet de décret ! C’était en quatre mois qu’on se proposait, de « former les maîtres capables d’enseigner des doctrines si nouvelles avec une méthode si nouvelle elle-même », qu’on prétendait préparer à la France un entendement tout neuf ! Quatre mois, à vrai dire, étaient déjà peu pour le mince programme du 29 frimaire, trop peu pour celui du nouveau projet de décret sur les écoles primaires ou pour celui sur les livres élémentaires, et à ces tâches limitées on en substituait une infinie, à laquelle, en admettant qu’elle fût réalisable, plusieurs générations n’auraient pas suffi. Non, je ne puis admettre que Garat se soit trompé à ce point sans le vouloir. En s’abandonnant à sa faconde, il se persuadait qu’il rêvait depuis vingt ans cette œuvre de régénération intellectuelle ; gascon avec lui-même, il l’était aussi avec la Convention : il ne cherchait pas à convaincre mais à entraîner par la force d’une éloquence aussi exactement mesurée à son propre tempérament qu’à celui de son auditoire ; il faisait de son orgueil une flatterie, en jurant que l’idée de l’école était née du génie de la Convention, et la Convention ne s’aperçut pas qu’il ne trouvait l’idée géniale que parce qu’il avait mis la main sur elle et l’avait transformée. Pour lui, il fallait d’abord que la transformation fût acceptée : il comptait ensuite sur l’excellence de l’œuvre pour en assurer la durée. On est obligé de transcrire presque toute la fin du rapport, pour montrer comment il sut noyer les données élémentaires du projet de loi dans un flot d’éloquence prophétique :

  • 28 Le 16 nivôse, ce sont ces mêmes cris d’admiration qui reparaissent dans le rapport de Jouenne. « C (...)

C’est ici qu’il faut admirer le génie de la Convention nationale. La France n’avait point encore les écoles où les enfants de six ans doivent apprendre à lire et à écrire, et vous avez décrété l’établissement des écoles normales, des écoles du degré le plus élevé de l’instruction publique.
L’ignorance a pu croire qu’intervertissant l’ordre essentiel et naturel des choses, vous avez commencé ce grand édifice par le faîte ; et, je ne crains pas de le dire, c’est à cette idée, qui paraît si extraordinaire, qui s’est présentée si tard, que vous serez redevables du seul moyen avec lequel vous pouviez organiser sur tous les points de la République des écoles où présidera partout également cet esprit de raison et de vérité, dont vous voulez faire l’esprit universel de la France.
Qu’avez-vous voulu, en effet, en décrétant les écoles normales les premières, et que doivent être ces écoles ? Vous avez voulu créer à l’avance, pour le vaste plan d’instruction publique qui est aujourd’hui dans vos desseins et dans vos résolutions, un très grand nombre d’instituteurs capables d’être les exécuteurs d’un plan qui a pour but la régénération de l’entendement humain, dans une république de vingt-cinq millions d’hommes que la démocratie rend tous égaux.
Dans ces écoles, ce n’est donc pas les sciences que l’on enseignera, mais l’art de les enseigner ; au sortir de ces écoles, les disciples ne devront pas être seulement des hommes instruits, mais des hommes capables d’instruire ; pour la première fois sur la terre, la nature, la vérité, la raison et la philosophie vont donc aussi avoir un séminaire. Pour la première fois, les hommes les plus éminents en tout genre de sciences et de talents, les hommes qui jusqu’à présent n’ont été que les professeurs des nations et des siècles, les hommes de génie vont donc être les premiers maîtres d’école d’un peuple ; car vous ne ferez entrer dans les chaires de ces écoles que ces hommes qui y sont appelés par l’éclat non contesté de leur renommée dans l’Europe : ici ce ne sera pas le nombre qui servira, c’est la supériorité ; il vaut mieux qu’ils soient peu, mais qu’ils soient tous les élus de la science et de la raison ; tous doivent paraître dignes d’être les collègues des Lagrange, des Daubenton, des Berlhollet, dont les noms se présentent tout de suite lorsqu’on pense à ces écoles où doivent être formés les restaurateurs de l’esprit humain. Nous vous proposons d’appeler de toutes les parties de la République, autour de ces grands maîtres, des citoyens désignés par les autorités constituées comme ceux que leurs talents et leur civisme ont le plus distingués.
Déjà pleins d’amour pour la science qu’ils posséderont, enflammés d’une nouvelle ardeur par le choix honorable qu’on aura fait d’eux, ravis d’entendre parler de ce qu’ils aiment le plus des hommes dont ils regardent la gloire comme le dernier terme de l’ambition humaine, leurs progrès dans l’art qu’ils étudieront auront une rapidité qui ne peut être ni prévue ni calculée.
Aussitôt que seront terminés à Paris ces cours de l’art d’enseigner les connaissances humaines, la jeunesse savante et philosophe qui aura reçu ces grandes leçons ira les répéter à son tour dans toutes les parties de la République d’où elle aura été appelée : elle ouvrira partout des écoles normales ; en repassant sur l’art qu’elle viendra d’apprendre, elle s’y fortifiera, et, en l’enseignant à d’autres, la nécessité d’interroger leur propre génie agrandira leurs vues et leurs talents.
Cette source de lumière si pure, si abondante, puisqu’elle partira des premiers hommes de la République en tout genre, épanchée de réservoir en réservoir, se répandra d’espace en espace dans toute la France, sans rien perdre de sa pureté dans son cours. Aux Pyrénées et aux Alpes, l’art d’enseigner sera le même qu’à Paris, et cet art sera celui de la nature et du génie. Les enfants nés dans les chaumières auront des précepteurs plus habiles que ceux qu’on pourrait rassembler à grands frais autour des enfants nés dans l’opulence. On ne verra plus dans l’intelligence d’une grande nation de très petits espaces cultivés avec un soin extrême et de vastes déserts en friche. La raison humaine, cultivée partout avec une industrie également éclairée, produira partout les mêmes résultats, et ces résultats seront la recréation de l’entendement chez un peuple qui va devenir l’exemple et le modèle du monde.... La résolution que vous allez prendre va être une époque dans l’histoire du monde28....

25Tout ce brillant dithyrambe n’est au fond qu’une série de tours de passe-passe oratoires. Les détails précis et tirés du projet de loi ne semblent mis là que pour faire illusion et escamoter les difficultés. On se garde bien de dire un seul mot de la dépense probable ; on fait disparaître derrière le grand mot de « connaissances humaines » l’objet propre et primitif de la loi, qui est d’assurer rapidement à tous les Français le moyen d’apprendre à lire, écrire et calculer, de répandre partout les principes élémentaires de la morale et de la Révolution ; on perd même de vue la nouvelle loi sur les écoles primaires et la préparation des livres élémentaires ; un vaste plan d’instruction publique surgit à l’improviste, mais on se garde de l’expliquer, de dire avec précision comment le projet s’y rattache ou comment on veut l’y adapter ; on fait de l’idée essentielle le thème sur lequel se développent les variations qui doivent plaire à l’assemblée, phrases, grands mots, prophéties optimistes ; on étourdit la Convention par toutes ces sonorités ronflantes : nature, vérité, raison, philosophie, régénération de l’entendement humain, art de la nature et du génie, l’exemple et le modèle du monde.

  • 29 Journal universel du 7 brumaire.

26L’effet fut celui qu’on s’était promis. Ceux mêmes qui, comme Audouin29, trouvèrent dans le rapport un luxe « d’érudition », y virent « la preuve des avides recherches du comité d’instruction publique et de son zèle infatigable », et ils applaudirent comme les autres. L’impression du rapport fut décrétée, et par là il sembla que la Convention en acceptait la pensée : en réalité elle ne l’avait pas comprise. Elle s’était plu aux belles promesses redondantes et vagues, enveloppées de flatteries ; pour le fond, elle en restait au point où Barère l’avait laissée le 13 prairial précédent. Elle n’avait vu ni ce qu’il y avait d’incomplet dans le projet ni ce qu’il y avait d’inquiétant dans le rapport. Ignorant encore le texte de la nouvelle loi sur les écoles primaires, elle ne s’était souvenue que de l’ancienne, de celle du 29 frimaire dont les prescriptions étaient très élémentaires et très simples : l’Ecole normale lui était apparue non pas à travers le rapport de Garat qu’avait lu Lakanal, mais à travers les autres expériences de la méthode révolutionnaire qui en avaient inspiré le projet primitif.

  • 30 Cette appréciation de Collot n’est pas donnée par le Moniteur, mais par la Feuille de la Républiqu (...)
  • 31 Texte emprunté au Moniteur du 18 brumaire. La Feuille de la République du 5 donne pour cette parti (...)

27Ce malentendu se marqua nettement dans la séance que tinrent le même soir les Jacobins. Comme Audouin, Collot trouvait qu’on avait fait un étalage d’érudition exagéré dans un rapport qui intéressait si fortement le peuple, et qui devait être mis sous ses yeux30 ; mais il ne poussa pas la critique à fond, il ne vit qu’un défaut d’harmonie intérieure entre le rapport et le décret, et, s’en tenant à celui-ci, le déclara excellent. Il y reconnaissait évidemment les traits principaux du projet qui avait été présenté au comité de salut public, lorsqu’il en était membre. « Le comité d’instruction publique, dit-il31, a présenté ce matin un projet de décret sur les Écoles normales, c’est-à-dire régulatrices et conservatrices des moyens et des éléments de l’instruction publique, qui m’a paru laisser à désirer peu de chose pour cette institution. » Pas un mot sur Bacon, ni sur Locke, ni sur l’analyse ; par contre, insistance sur le caractère utilitaire du projet. L’article 7 parle d’appeler à Paris des hommes déjà instruits dans les sciences utiles ; Collot dit :

L’éducation républicaine doit former des corps sains, agiles et robustes, des âmes fortes et hardies, des cœurs sincères et courageux, des esprits éclairés et solides : elle portera sur les arts mécaniques d’abord, comme sur les plus utiles, sur l’industrie, le commerce, les sciences, et enfin sur les arts de commodité et d’agrément. Quant à l’instruction, elle doit arracher les vieilles racines des anciens préjugés ; elle doit apprendre à connaître et à juger les hommes ; elle tuera l’égoïsme aussi dangereux dans la morale individuelle que le fédéralisme l’est dans la morale politique ; elle démontrera et fera sentir l’excellence du gouvernement démocratique, auquel on s’attachera d’autant plus qu’il sera bien connu et que tous les avantages qui en résultent seront bien expliqués et fortement sentis.

  • 32 Voici d’après la Feuille de la République les principaux objets de l’instruction ou plutôt de l’éd (...)

28On le voit, l’optimisme de Collot d’Herbois égale celui de Garat, mais s’applique à un tout autre objet ; le philosophe tient surtout à l’érudition de son rapport ; le politique en fait bon marché et s’attache avant tout à un programme pratique32. La divergence était donc grande ; mais, volontairement ou non, on la laissa dans l’ombre, et l’optimisme de surface masqua le désaccord foncier, dont on ne consentit à s’apercevoir que lorsque l’expérience fut à la fois près de finir et près d’être manquée.

  • 33 Voir le Moniteur du 12 brumaire.

29La discussion du 9 brumaire33 à la Convention est très significative à cet égard. Là même est son unique intérêt. Un seul orateur, Sergent, sans se rendre un compte précis des hautes visées de Garai, sentit de simple bon sens qu’on entreprenait une œuvre à laquelle la méthode révolutionnaire était difficilement applicable, et il le dit, il le dit même avec beaucoup de clarté et de force :

  • 34 Sergent était graveur de son métier.

Si les hommes que le Comité a désignés in petto pour professer dans ces écoles ne sont pas des charlatans ou des insensés, ils ne pourront jamais en quatre mois atteindre le but de cet établissement. Comment voulez-vous que des jeunes gens qui, d’abord, auront à se défaire de vieux préjugés, de vieilles habitudes, soient en si peu de temps capables d’aller ensuite former de nouveaux instructeurs ? Il ne s’agit pas de faire naître des fruits en serres chaudes, mais il faut former des hommes instruits et dignes d’instruire leurs concitoyens. Je vois dans le projet du comité le dessin d’un beau tableau, mais ce n’est qu’une ébauche34. Craignons, en ne faisant que du croquis sur l’éducation publique, que la génération suivante ne soit en droit de nous faire des reproches. Point de petits calculs sur cet important objet. Le terme de quatre mois est trop court et absolument insuffisant. Il ne s’agit point ici, comme pour le salpêtre, de travailler en mécanique ; il s’agit de former le cœur (il comprenait évidemment les choses d’une autre façon que Garat) ; il faut le temps ; l’intention ne suffit pas : on ne fait pas en quatre mois des moralistes, des physiciens, des géomètres (il sentait qu’on s’apprêtait à faire de la haute science). Je demande que le délai soit fixé à un an.

30Par calcul ou par insuffisance, Lakanal ne répondit pas. Il semble d’ailleurs, à lire le Moniteur, qu’il n’ait pris qu’une part médiocre à la discussion. Dans un court exposé, au début, il s’était bien gardé d’enfler la voix et de se hausser aux prophéties philosophiques du rapport : il s’était borné à dire que « l’établissement projeté avait pour but de répandre uniformément et d’une manière très prompte l’instruction dans toute la République ». Ainsi il s’était volontairement réduit à l’idée très simple qui avait été le point de départ du projet de prairial. Collot d’Herbois et Thibaudeau, qui répliquèrent à Sergent, firent comme Lakanal. Thibaudeau, l’un des auteurs du projet de prairial, sembla croire que rien n’y avait été changé ; il dit expressément « qu’il ne s’agissait pas de plusieurs cours sur diverses sciences, mais d’un cours unique sur la meilleure manière d’enseigner ce qui devait faire l’objet des écoles primaires, comme la lecture, l’écriture, l’arithmétique et la morale ». Loin de ressembler aux promesses du discours préliminaire, ce n’était même pas tout ce qu’annonçait le programme contenu dans le projet de décret. Quant à Collot, membre du comité de salut public au moment où avait été commandé le premier projet d’École normale, il ne pouvait pas se figurer non plus que l’enseignement de l’École dût être extraordinairement relevé, sans quoi il n’eût pas proposé d’admettre les élèves par séries successives, comme on avait fait pour l’École des armes. Il demeure donc évident que c’est ce type d’école qui, malgré le rapport de Garat, malgré le discours de Sergent, malgré même certaines indications du projet de décret, est resté dans l’esprit de la Convention, le 9 brumaire, comme il y était le jour où pour la première fois Barère avait annoncé le dépôt du projet.

  • 35 Le camp des Sablons avait été levé dans la décade. Le rapport de Guyton à la Convention sur l’Écol (...)

31Celui qui exprima le mieux cet état d’esprit, ou plutôt ce sentiment de l’assemblée, c’est Ehrmann, chez qui il était sans doute fortifié par le souvenir de Stuber et d’Oberlin et par la connaissance des expériences allemandes. Lorsque, au commencement de la discussion, Lefiot demanda qu’avant de discuter le projet sur les Écoles normales on fît paraître les livres élémentaires et qu’on présentât le plan complet des institutions républicaines, le député de Strasbourg réclama l’ordre du jour par un véritable acte de foi révolutionnaire : « Quand un problème est résolu, il est inutile de le remettre en question. On a formé l’École de Mars ; eh bien, n’a-t-on pas fait des élèves et des instituteurs ? Le succès de cet établissement35 répond pour ceux qu’on voudra créer. Le génie français fera réussir toutes les grandes entreprises. Vous aviez besoin de poudre et de salpêtre ; il fallait tout créer, tout faire ; eh bien, tout a été créé, tout a été fait ! »

32Contre une confiance aussi robuste, les objections de Sergent ne pouvaient rien. Il aurait fallu pour l’ébranler que l’auteur du rapport, que Garat parlât lui-même devant la Convention et exposât franchement ses vues, en renonçant aux phrases sonores et vagues. Tout ce qui résulta de la discussion, ce fut qu’au lieu de quatre mois sans plus, les articles 9 et 12 dirent pour les cours de Paris et ceux de la province : « ils dureront quatre mois au moins ». Concession mesquine et purement formelle de gens qui n’y voyaient pas très clair, mais concession grave cependant, puisqu’elle introduisait dans la loi quelque chose de l’imprécision du rapport, et qu’elle était propre à encourager les espérances secrètes de Garat.

  • 36 Voici les articles 2 et 3 tels qu’ils furent votés :
    Art. 2. Les administrations de district enverr (...)

33Pelet et Ramel firent en outre adopter une modification de détail aux articles 2 et 336. Au lieu de trois élèves par district, on décida, sous prétexte d’égalité, qu’il y aurait un élève par district ayant moins de vingt mille habitants, deux pour plus de vingt mille, trois pour plus de quarante mille, et ainsi de suite. Cette décision réduisit encore un peu le nombre des élèves instituteurs à réquisitionner, pas assez pour une bonne organisation du travail, assez pour diminuer les frais, sur lesquels le projet gardait un silence prudent que la Convention respecta. Le comité des finances se tut aussi : il devait s’estimer heureux que la sagesse de Sergent ne l’eût pas emporté, et il se réservait pour la période d’exécution.

  • 37 Voir dans le programme du cours de Garat à l’École normale tout le passage sur Bacon.

34Ainsi fut voté le projet, sans qu’on l’eût examiné à fond, ni au point de vue pédagogique, ni au point de vue financier, sans que, arrêtée dans ses idées préconçues, la Convention prît garde à celles de l’auteur du rapport, de l’homme qui allait être le principal exécuteur de son décret. Les défauts pratiques de la loi impliquaient pour son exécution bien des difficultés, qu’accrut encore par la suite l’hostilité du comité des finances, ou la rivalité des commissions exécutives sur lesquelles ce comité avait la haute main. Mais quelque dangereux que cela fût pour l’avenir des Écoles normales, cela n’était rien en réalité auprès de cet autre défaut plus intime, de cette tare irrémédiable de la loi : son but, depuis la rédaction du rapport, avait cessé d’être simple et clairement défini. Elle pouvait en avoir trois différents, soit qu’elle fût réellement, comme il semblait qu’elle dût l’être, la préface de la nouvelle loi sur les écoles primaires ; soit que, restant en deçà, conformément à la pensée de Thibaudeau, de Collot et de la majorité des conventionnels, elle bornât son action aux éléments les plus simples de toute éducation publique, tels que les avait définis la loi non encore abolie du 29 frimaire an II ; soit que, poussant au contraire au delà, conformément à l’idée maîtresse du rapport de Garat, elle devînt une école de haute culture scientifique et philosophique. Mais entre ces trois possibilités les chances n’étaient pas égales. En substituant « quatre mois au moins » à quatre mois tout court, la Convention avait commis une grave imprudence ; elle en avait commis une autre en laissant passer sans la moindre objection l’article qui chargeait le comité de rédiger le plan des Écoles normales et de déterminer le mode d’enseignement : par le comité tout allait être remis à la première section, par la première section à Lakanal, par Lakanal à Garat, et l’idée de Garat était de fonder, sous le prétexte et l’apparence d’École normale, l’école philosophique qui ne dominerait pas seulement l’enseignement primaire, mais celui de toutes les connaissances humaines, et qui, non contente de diriger l’enseignement des sciences, en réglerait les programmes et les méthodes de recherche37.

Notes

1 Voir le Feuilleton de la Convention, qui, jusqu’au 7 brumaire an III, donne l’ordre du jour de toutes les séances. Cette collection très précieuse, et dont M. Guillaume a eu le premier le mérite de signaler l’existence, se trouve aux Archives nationales, sous la cote AD xviiiE.193-229. C’est ce que l’État sommaire des Archives appelle Collection générale des décrets de la Convention.

2 La commission chargée d’examiner la conduite de Carrier fut nommée le 8 brumaire, la veille du décret sur l’École normale.

3 Ce sujet fut immédiatement inscrit par décret en tête de l’ordre du jour à partir du 1er brumaire. Il y remplaça l’organisation des écoles secondes. Ainsi fut mis de côté, sans phrases, tout ce qui se rapportait à la loi du 29 frimaire, dont l’organisation des écoles secondes devait être la suite.

4 Voir dans le Dictionnaire pédagogique de F. Buisson l’article Haute-Marne ; voir aussi la Revue pédagogique de 1883 (I, p. 239) et une brochure de G. Pouchet, la Loi du 29 frimaire (Paris, imprimerie Voisvenel, 24, rue Chauchat, 1883, petit in-12, reproduction d’articles parus dans le Siècle).

5 Ce rapport peu connu, et qui n’a pas été imprimé à part, se trouve dans le Bulletin de la Convention du 30 fructidor an II.

6 Ce fut Massieu qui remplaça Lakanal à la présidence. Le renouvellement par quart du comité en vendémiaire n’en changea pas la composition. Léonard Bourdon, Coupé, Arbogast et Guyton avaient été désignés par le sort pour sortir. Arbogast fut renommé ; Mazade, Thirion et Albouy, nommés en même temps que lui, mais nommés aussi à d’autres comités, n’entrèrent pas. On fit appel alors aux suppléants nommés : Bouquier, Lalande, Poultier et Coupé. Ce dernier seul entra ou plutôt rentra. Guyton et Léonard Bourdon restèrent donc au comité, et nous trouvons leurs noms au bas du projet de décret sur l’École normale que la Convention fit imprimer dans les premiers jours de brumaire.

7 Ce qui prouve, il me semble, la collaboration de Garat au projet de juin, c’est le fait que les idées essentielles de ce projet ne reparaissent qu’après sa nomination comme commissaire de l’instruction publique. D’ailleurs il ressort de toutes les pièces d’archives qu’il y eut collaboration perpétuelle entre le comité et le ministère ou la commission exécutive, et il était impossible qu’il en fût autrement : les renouvellements du comité, les multiples occupations de ses membres, ne lui permettaient pas de se passer des bureaux de l’exécutif. Ce serait un travail curieux à faire, et pas seulement pour l’instruction publique, que de chercher à déterminer la part de ces collaborateurs obscurs ou inconnus dans une foule de détails du gouvernement révolutionnaire.

8 Régulièrement le comité ne siégeait que tous les deux jours.

9 La Convention décréta l’impression du discours. Cet imprimé porte par erreur la date du 2 brumaire. Le procès-verbal de la Convention place la lecture à la séance du 3, comme le Moniteur.

10 On lit au procès-verbal du comité, à la date du 28 germinal an III, c’est-à-dire six mois après l’époque dont nous nous occupons en ce moment : « Le comité, sur la demande du jury des livres élémentaires créé par la loi du 18 messidor an III, et considérant que plusieurs membres de ce jury, appelés à d’autres fonctions, ne peuvent se livrer à l’examen des livres envoyés au concours, et qu’il importe de le compléter, adjoint aux citoyens Buache, Lagrange, Hallé, Sérieys, Corvisart, Désorgues, membres de ce jury qui en continuent les fonctions, les citoyens Lalande, etc. » Ainsi six membres seulement sur quinze avaient pu remplir et conserver leurs fonctions. Le rapport sur le concours fut lu par Lakanal au Conseil des Cinq-Cents le 4 brumaire an IV.

11 Ceci sent bien son Garat.

12 Dans le n° 3 du Journal d’instruction sociale (29 juin 1793), Sieyes, commentant le projet du 20 juin 1703, avait dit : « C’est aux bons livres élémentaires et à des ouvrages capables de guider les instituteurs qu’il est donné d’atteindre toutes les fins de l’instruction publique. » Lakanal transcrivit textuellement cette phrase, avec plusieurs autres développements, dans son rapport du 6 brumaire an III.

13 Dès le 23 ventôse an II, un membre du comité, qui prévoyait sans doute l’inutilité du concours, lui avait proposé « de se concerter avec le comité de salut public, pour désigner nominativement les savants les plus propres à composer les livres élémentaires destinés à l’instruction publique ». C’était le système qu’Arbogast avait fait adopter par le comité en décembre 92, mais seulement pour les livres destinés au second et au premier degré.

14 C’était l’histoire que Garat avait enseignée au Lycée.

15 Le texte officiel de l’arrêté se trouve dans le Registre des arrêtés que le comité tint après sa réorganisation, en thermidor (Arch. nat., AF ii*. 32). Les considérants sont les suivants :
« Le comité, considérant que les ouvrages envoyés au concours pour les livres élémentaires ne répondent pas aux vues de la Convention nationale, considérant qu’il est de l’intérêt national comme du devoir du comité d’instruction publique, d’user des moyens les plus efficaces pour hâter la composition des livres élémentaires propres aux écoles primaires qui vont être établies.... »
Le 24 fructidor an III, le même registre porte le rétablissement d’un arrêté datant de brumaire ou frimaire, non enregistré, et qui chargeait Garat de composer un recueil de « divers morceaux choisis dans les ouvrages qui ont le plus contribué à hâter le progrès de l’esprit humain ».

16 Motion d’ordre sur l’instruction publique, par Marc-François Bonguiot. (Imprimé par ordre de la Convention, 11 pages in-12, Imprimerie Nationale.)

17 On trouvera ce texte dans la réimpression du Moniteur, XXII, p. 347. Il est aussi, mais avec corrections, dans l’Exposé sommaire des travaux de Joseph Lakanal (pp. 80 à 96).

18 Correspondance littéraire. Lettre 102.

19 Pour Garat cela n’a pas besoin d’être démontré. Pour Lakanal, c’est ici le lieu d’attirer l’attention sur les singulières modifications qu’il a fait subir en 1838 au texte du rapport sur l’École normale. Il ne lui suffit pas de le reprendre à son compte et de commettre ainsi un véritable plagiat : il biffa toutes les expressions qui auraient pu choquer le gouvernement de Louis-Philippe (les tyrans ont leur instinct comme les bêtes féroces ; — l’Université qui ne rougissait pas de s’appeler la fille aînée des rois remplacé par l’Université ennemie du progrès de la civilisation des peuples; bien plus, il supprima à deux reprises, sans doute pour plaire à M. Cousin, les noms de Bacon et de Locke. Faiblesse sénile, dira-t-on, mais vraisemblablement aussi trait de caractère profond.

20 Passage supprimé par Lakanal en 1838.

21 Le mouvement qui devait mettre fin au régime du maximum commençait alors.

22 Voir p. 32.

23 Voir Guillaume, Procès-verbaux du Comité d’instruction publique de la Convention, II, p. 348.

24 Sa démission du ministère de l’intérieur est du 14 août seulement.

25 Voir p. 75.

26 C’est le terme même dont Sicard se servit dans son cours de l’École normale pour désigner le sourd-muet.

27 Premièrement (et sans le secours de la lecture), des faits choisis d’histoire naturelle et d’histoire civile ; 2° lire et écrire ; 3° notions d’arithmétique, de toisé et d’arpentage ; 4° leçons abrégées de physique et de morale ; enfin l’agriculture et quelques idées d’organisation politique (p. 22).

28 Le 16 nivôse, ce sont ces mêmes cris d’admiration qui reparaissent dans le rapport de Jouenne. « Ce n’est pas au moment où la plus belle institution qu’on ait jamais conçue va donner à tous les instituteurs de la République, pour leur apprendre le grand art de l’enseignement, les premiers professeurs de l’univers.... » (Moniteur, réimpr., XXIII, p. 142.)

29 Journal universel du 7 brumaire.

30 Cette appréciation de Collot n’est pas donnée par le Moniteur, mais par la Feuille de la République du 5 brumaire.

31 Texte emprunté au Moniteur du 18 brumaire. La Feuille de la République du 5 donne pour cette partie du discours de Collot un texte qui n’est pas exactement le même que celui du Moniteur, mais dont le sens n’en diffère pas du tout.

32 Voici d’après la Feuille de la République les principaux objets de l’instruction ou plutôt de l’éducation populaire indiqués par Collot : faire naître le germe des vertus imprimées dans les cœurs, tuer l’égoïsme, apprendre à mépriser la réputation pour ne s’attacher qu’aux devoirs, faire aimer le travail pour éviter le vice où conduit l’oisiveté, appeler tous les cœurs à la fraternité, frapper l’immoralité et les passions vicieuses, faire connaître aux deux sexes leur utilité réciproque dans la vie domestique, leur inculquer les principes des arts mécaniques, faire comprendre le mécanisme du gouvernement démocratique et représentatif. Collot avait donné ensuite des détails sur une méthode laconique qu’il proposait pour atteindre ce but.

33 Voir le Moniteur du 12 brumaire.

34 Sergent était graveur de son métier.

35 Le camp des Sablons avait été levé dans la décade. Le rapport de Guyton à la Convention sur l’École de Mars fut lu le 2 brumaire.

36 Voici les articles 2 et 3 tels qu’ils furent votés :
Art. 2. Les administrations de district enverront à l’École normale un nombre d’élèves proportionné à la population : la base proportionnelle sera d’un pour vingt mille habitants. A Paris les élèves seront désignés par l’administration du département.
Art. 3. Le choix des administrations ne pourra se fixer que sur des citoyens qui réuniront à des mœurs pures un patriotisme éprouvé et les dispositions nécessaires pour recevoir et pour répandre l’instruction.
(Voir à la page 48 la rédaction de ces articles dans le projet du 6 vendémiaire.)

37 Voir dans le programme du cours de Garat à l’École normale tout le passage sur Bacon.

© Éditions Rue d’Ulm, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable