Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Centenaire de l’École normale (1795-1895)

Première partie. Les boursiers de Louis-Le-Grand. L'école normale de l'an III

Chapitre II. Les projets du 1er prairial et du 1er messidor an II. Le projet du 6 vendémiaire an III

Texte intégral

1C’est, on vient de le voir, le comité de salut public qui, le 15 prairial an II, par l’organe de Barère, a le premier annoncé à la Convention le projet du décret instituant l’École normale. Il l’a fait sans la moindre allusion au comité d’instruction : l’idée était devenue sienne depuis qu’il avait résolu de l’adapter à la méthode révolutionnaire ; il continuait à la considérer comme sienne, bien que le travail d’adaptation eût été fait par le comité d’instruction. Tout était prêt, en effet, au moment où Barère lut son rapport sur l’École de Mars ; le comité de salut public, maître du projet, se réservait de choisir le moment où il le présenterait et le ferait voter.

  • 1 Je n’ai pu trouver qui était ce Jussieu : peut-être le grand naturaliste lui-même, qui fut très ac (...)

2Le travail du comité d’instruction avait commencé à la fin de germinal an II. Le 20, le jour même où se terminait la dernière série des cours de l’École des armes, la pensée d’appliquer la méthode révolutionnaire à l’instruction lui avait été présentée dans une proposition d’un citoyen Jussieu1 : il offrait de former un établissement passager pour l’essai d’une méthode très simple d’apprendre à un très grand nombre d’enfants le mécanisme de la lecture et de l’écriture et de leur communiquer les idées les plus élémentaires. Le comité se borna à renvoyer cette proposition à celui de salut public, avec avis favorable.

  • 2 Voir chap. i, p. 23.

3Huit jours après, Barletti Saint-Paul était intervenu à son tour, avec l’importance que lui donnait l’éclatante démarche faite à la barre de la Convention le 15 septembre précédent par le département de Paris, après entente avec la commission d’éducation. Il avait envoyé au comité sa brochure imprimée à la fin d’août par ordre du département2, et aussitôt (7 floréal) on avait désigné Bouquier et Thibaudeau pour conférer avec lui et faire le rapport sur son projet.

4Les mêmes Bouquier et Thibaudeau furent nommés le 21 floréal suivant commissaires pour l’organisation de l’instruction primaire, c’est-à-dire pour l’exécution de la loi du 29 frimaire. « Ils feront, dans le plus bref délai, dit le procès-verbal, un rapport sur les meilleurs moyens à prendre pour l’exécution de cet objet important. » Et dès le 29 floréal, évidemment sur leur proposition, le comité arrêta qu’ils présenteraient à la prochaine séance un projet de décret tendant à propager l’instruction sur le territoire de la République par des moyens révolutionnaires, semblables à ceux qui avaient déjà été employés pour les armes, la poudre et le salpêtre. Coupé de l’Oise leur fut adjoint, et c’est lui qui, le surlendemain 1er prairial, lut au comité le projet de décret « sur les instituteurs à mettre en réquisition ». Voici, copié sur le brouillon même de Coupé, qui se trouve inséré dans la minute du procès-verbal, cette première rédaction du projet de décret sur l’École normale.

PROJET DE DÉCRET TENDANT A RÉVOLUTIONNER L’INSTRUCTION.

5Art. 1. L’administration de chaque district de la République désignera quatre citoyens reconnus avoir des dispositions pour l’enseignement. Elle consultera à cet effet les sociétés populaires de son arrondissement.

6Art. 2. Les citoyens désignés se rendront à Paris pour le 1er messidor. Ils recevront vingt sous par lieue pour frais de route.

7Art. 3. Ils seront logés à Paris et recevront quatre livres par jour pendant tout le temps qu’ils y séjourneront.

8Art. 4. Le comité de salut public désignera les citoyens qu’il croira le plus propres à former des instituteurs.

9Art. 5. Ces citoyens se concerteront sur l’uniformité du mode d’enseignement des objets dont ils seront chargés.

10Art. 6. Ils rédigeront leurs leçons, elles seront imprimées, et il en sera remis des exemplaires aux instituteurs avant leur départ.

11Art. 7. Le comité de salut public donnera les ordres nécessaires pour que le même enseignement puisse être fait à la fois dans plusieurs sections.

12Art. 8. Le cours d’instruction sera de deux mois.

13Art. 9. Les instituteurs formés à ce cours se retireront dans leurs districts respectifs et, dans les chefs-lieux de canton désignés par l’administration, ils ouvriront des écoles publiques d’instruction, où ils répéteront la méthode d’enseignement qu’ils auront reçue à Paris.

14Art. 10. Ces nouveaux cours seront de deux mois.

15Art. 11. Les citoyens et citoyennes qui seront dans l’intention de se vouer à l’instruction en feront leur déclaration à la municipalité ; ils se rendront dans l’une des quatre écoles publiques du district ; ils recevront quarante sous par jour pendant la durée du cours.

16Art. 12. Dès que le cours sera terminé, chacun desdits citoyens et citoyennes se retireront (sic) dans les communes où ils désireront ouvrir une école conformément à la loi du 29 frimaire.

  • 3 Cette expression désigne tout l’ensemble, y compris le cours de Paris. Cela résulte d’ailleurs d’u (...)

17Art. 13. Pour connaître l’effet que ce cours normal3 aura pu produire, il sera répété l’année suivante. Cette première expérience indiquera par ses résultats les moyens de la perfectionner et de donner à cette méthode révolutionnaire toute l’extension dont elle sera susceptible.

  • 4 Lorsque le projet était déjà rédigé, le comité d’instruction publique reçut et renvoya à Thibaudea (...)

18Tel est le projet de décret que le comité d’instruction soumit à celui de salut public, et auquel Barère fit allusion dans son rapport du 13 prairial sur l’École de Mars. Il était, on le voit, entièrement prêt, et l’on en prévoyait l’exécution pour le mois de messidor4.

19Ce texte sera comparé plus loin à celui du 9 brumaire, mais il provoque dès maintenant un certain nombre d’observations importantes. La première, c’est que l’institution de l’École normale n’est pas, comme on pourrait le croire en s’en tenant à la date du décret de brumaire, un fruit de la réaction thermidorienne : elle a fait partie du programme de la période la plus intense de la Révolution, et la loi dont elle devait à l’origine faciliter l’exécution, n’était pas celle du 27 brumaire an III, mais celle du 29 frimaire an II.

20Une deuxième observation, c’est que ce projet de décret, rédigé par le comité d’instruction pour une œuvre d’instruction, remet tout aux soins du comité de salut public. La subordination du premier comité au second paraît ici une fois de plus avec netteté.

  • 5 Ils avaient été casernés à Lourcine.
  • 6 Mais la valeur des assignats était alors moins dépréciée.

21Enfin il faut noter que plusieurs articles de ce projet sont textuellement empruntés à l’arrêté du 14 pluviôse, par lequel le comité de salut public avait révolutionné la fabrication des armes, des poudres et du salpêtre. Ce sont les administrations de district qui désigneront les élèves, après avis des sociétés populaires. Les élèves seront logés comme l’avaient été ceux de l’École des armes5. Ils auront quatre livres par jour ; les autres en avaient trois6. Comme il y avait eu plusieurs séries de cours successives pour l’École des armes, il y en aurait plusieurs simultanées pour le cours normal.

22Ainsi, au moment où l’idée de l’École normale se précisait et prenait forme, ses principaux traits extérieurs se modelaient, autant que le permettait la différence des objets, sur celle des poudres et des armes.

23Pourquoi le projet, prêt dès le 1er prairial, a-t-il été seulement annoncé le 13 et jamais présenté à la Convention ? Il n’est possible de répondre à cette question que par des conjectures. L’École de Mars était, cela paraît évident, d’un intérêt moins général et moins urgent que le cours normal : aucune réforme d’ensemble n’en dépendait ; expérience curieuse, elle n’était qu’une expérience, propre à montrer sans doute l’efficacité de la méthode révolutionnaire, mais dont on n’attendait aucune suite immédiate, puisqu’une fois le camp des Sablons levé, les jeunes gens devaient rentrer chez eux, au lieu de rejoindre les armées. Mais si la méthode était bonne, elle allait provisoirement fournir au comité de salut public une sorte de garde jeune, ardente et sûre ; voilà sans doute pourquoi, choisissant, le 13 prairial, entre deux projets également prêts, on fit passer celui de l’École de Mars et on ajourna celui du cours normal. Ensuite les événements se précipitèrent, et dans les deux mois qui précédèrent le 9 thermidor, d’autres préoccupations absorbèrent et divisèrent le comité de salut public.

  • 7 Art. 6, § 8.
  • 8 Voir dans le Moniteur du 26 prairial les lectures faites par Veau au nom de la commission des dépê (...)

24Il semblait cependant que jamais le souci de l’éducation nationale n’eût été plus pressant qu’en ce mois de prairial. Les fêtes populaires, symboliques et morales avaient toujours été inscrites jusque-là dans tous les plans d’instruction publique ; le 20 prairial en vit une dont l’éclat et la signification l’emportaient de beaucoup sur toutes celles qui avaient été célébrées jusqu’alors. Il n’était que temps d’instituer pour le peuple les écoles où il apprendrait à chérir les principes dont Robespierre avait été le grand prêtre dans l’amphithéâtre des Tuileries et sur la montagne du Champ de Mars : aussi la terrible loi du 22 prairial plaça-t-elle au nombre des ennemis du peuple ceux qui chercheraient à empêcher son instruction7, et la pensée qu’il fallait enfin agir se manifesta à plusieurs reprises dans les adresses que la Convention reçut au sujet de la fête de l’Être suprême8.

  • 9 Cet arrêté ne figure que dans la minute du 27 prairial. Il a été pris de nouveau le 13 messidor.

25Tous ces divers motifs décidèrent-ils le comité de salut public à demander un travail d’ensemble sur l’état réel de l’instruction publique et les obstacles qu’elle éprouvait ? est-ce au contraire le comité d’instruction qui voulut lui remettre en mémoire la promesse du 13 prairial ? Toujours est-il que le 27, ce dernier inscrivit ce sujet à son ordre du jour et décida que « ses observations seraient résumées, rédigées, et portées par deux commissaires au comité de salut public9 ».

26Mais en attendant qu’on pût dire avec précision dans quelle mesure la loi du 29 frimaire était exécutée, ce que l’on savait bien, c’était que rien ou presque rien n’avait encore été fait pour l’exécution de la loi du 8 pluviôse, dont l’objet était moins vaste, mais avait un caractère politique plus visible et plus impératif. Votée sur un rapport de Barère au nom du comité de salut public, cette loi avait prescrit, dans dix jours, l’établissement d’instituteurs de langue française dans chaque commune du Morbihan, du Finistère, des Côtes-du-Nord, du Haut et du Bas-Rhin, de la Corse, et dans celles de la Loire-Inférieure, de la Moselle, du Nord, du Mont-Terrible, des Alpes- Maritimes et des Basses-Pyrénées, où les habitants ne parlaient pas le français. Comme il avait préparé le projet du 1er prairial pour l’exécution de la loi du 29 frimaire, le comité d’instruction prépara le 1er messidor, pour l’exécution de la loi du 8 pluviôse, un projet de décret où, sous une autre forme, reparut l’idée d’école normale.

27Art. 4. Dans les chefs-lieux des départements pour lesquels il a été établi des instituteurs de langue française par le décret du 8 pluviôse, il sera établi une École normale pour en former.

28Art. 5. Les directoires de district de ces chefs-lieux choisiront à cet effet deux citoyens, les plus capables d’enseigner la langue française d’après la méthode la plus facile et la plus prompte, et qui recevront la somme de... par mois.

29(En marge.) Le comité de salut public examinera s’il ne serait pas mieux qu’il désignât lui-même les citoyens destinés à former des Écoles normales.

30Art. 6. Le cours durera pendant trois mois. Tous les citoyens qui se destineront à l’enseignement y seront admis.

31(En marge.) Le comité de salut public examinera s’il croit convenable de donner une indemnité aux citoyens qui suivront les Écoles normales, pour les encourager.

32Comme le projet du 1erprairial, celui du 1ermessidor était une application de la méthode révolutionnaire ; comme lui, il témoignait que le comité d’instruction travaillait pour le comité de salut public ; pas plus que lui il ne fut présenté à la Convention.

  • 10 On lit dans les procès-verbaux du comité d’instruction publique, le 15 messidor an II :
    « Simon, in (...)

33Cependant, sans être passé en loi, ce projet reçut un commencement d’exécution. Simon essaya de fonder à Strasbourg une école normale de langue française10 ; son entreprise fut faite de concert avec les autorités du département du Bas-Rhin, pour lequel il s’agissait de répéter, avec de plus vastes proportions, l’expérience du Ban de la Roche. On avait alloué à Simon un traitement de 4 000 livres, et il s’était installé dans les bâtiments de l’école Saint-Nicolas attenants à l’église du même nom. Mais les administrateurs du district assignèrent précisément cette église, le 24 messidor, à Alexandre, directeur des magasins de vivres de la cinquième division militaire, pour y loger tous les porcs réquisitionnés dans le district. Comme il y en avait plus de trois mille et que l’église était petite, l’école fut envahie à son tour. Ainsi fut brusquement interrompue l’existence de la seule école normale révolutionnaire qui ait été ouverte avant le 9 thermidor. Il n’en est pas moins intéressant de constater cette tentative antérieure à thermidor, et de retrouver ici, appliquant les idées des comités de la Convention, un des hommes qui les avaient aidés à connaître celles des pédagogues allemands.

34Le 29 messidor, le comité d’instruction publique envoya une seconde fois au comité de salut public ses projets du 1er prairial et du 1er messidor ; dix jours plus tard se dénouait la crise après laquelle commença la réaction thermidorienne. Le projet d’École normale survécut et fut réalisé, mais en se transformant sous l’influence de circonstances très différentes de celles au milieu desquelles il avait été conçu.

35Le premier changement fut un changement de personnes : le comité fut modifié et la commission exécutive d’instruction publique changée.

  • 11 Deux autres en étaient sortis entre le 9 thermidor et le 9 fructidor : David, arrêté comme complic (...)
  • 12 Grégoire, éliminé par le sort, avait été réélu.

36Le 7 fructidor, le décret de la Convention qui réorganisait tous les comités fixa à seize le nombre des membres du comité d’instruction publique. Celui-ci en comptait alors dix-huit : le sort devait en éliminer six, afin de le réduire aux trois quarts du nombre fixé ; la Convention en élirait ensuite quatre nouveaux. Diverses circonstances, entre autres l’élection de Fourcroy au comité de salut public, celle de Mathieu au comité de sûreté générale, compliquèrent un peu la procédure. En réalité sept membres du comité le quittèrent11 : Bouquier, l’un des auteurs du projet sur l’école, Daoust, Duhem, Duval (d’Ille-et- Vilaine), Fourcroy, Mathieu, Prunelle ; onze demeurèrent : Arbogast, Coupé, Grégoire12, Guyton, Lakanal, Lindet, Petit, Plaichard, Thibaudeau et Villar ; cinq nouveaux arrivèrent : Boissy, Bonnet, Chenier, Lequinio, Massieu. C’étaient là des changements importants, surtout la disparition de Bouquier, Fourcroy et Mathieu, qui avaient déployé une grande activité dans l’ancien comité. Mais ces changements de personnes eurent moins d’influence sur l’esprit du comité que le changement des circonstances. Avant tout, le comité recouvra son indépendance : la section de l’instruction publique que l’ancien comité de salut public avait organisée dans ses bureaux fut supprimée, et tous les papiers qu’elle avait réunis furent remis au comité d’instruction dès le 9 fructidor.

37Dès que le vote du 17 eut complété le comité, il choisit pour président Lakanal. Sa mission dans la Dordogne l’avait empêché de siéger depuis le 5 du premier mois ; il était encore absent le 9 thermidor : cette longue absence en avait fait un nouvel homme. Type du parfait thermidorien, personne ne poursuivit avec plus de véhémence, et parfois plus d’injustice la mémoire des vaincus dont il avait été l’allié. Pendant son mois de présidence, les secrétaires du comité furent Thibaudeau, un ancien, et Boissy, un nouveau, tous deux des modérés.

  • 13 Il y en avait six dans l’ancien.

38Deux jours après avoir constitué son premier bureau, le nouveau comité se partagea en trois sections13 : l’une pour l’enseignement, l’autre pour les sciences et les arts, la troisième pour la morale publique. La tâche de la première section comprenait : 1° l’organisation des divers degrés d’instruction publique ; 2° l’enseignement dans les musées, les écoles primaires et supérieures ; 3° les livres élémentaires. Cette section fut organisée le 21 fructidor : Lakanal, Petit, Plaichard, Grégoire et Boissy la composèrent, et le même jour elle reçut du comité l’ordre de « mettre en activité le plus tôt possible les écoles primaires et les écoles normales ».

39Ainsi, pour le sujet qui nous occupe, le nouveau comité d’instruction publique recueillit sans tarder l’héritage de l’ancien ; mais aucun des membres qui s’étaient occupés du premier projet ne s’occupa du nouveau. L’un avait cessé de faire partie du comité ; les deux autres n’appartenaient pas à la première section. L’homme important fut Lakanal, absent de Paris au moment du premier travail, et devenu pour un mois le président du comité.

  • 14 On sait que Mme Roland l’a traité d’eunuque politique, et avec quelle ironie André Chenier l’appel (...)
  • 15 Notice sur J. Lakanal.... (de l’imprimerie Boulard, petite rue Saint-Louis Saint-Honoré, 547. S. d (...)

40Plus important encore que Lakanal fut le nouveau commissaire de l’instruction publique, Garat, nommé le 26 fructidor par la Convention, avec Ginguené et Clément de Ris pour adjoints. Garat avait déjà joué un rôle très important pendant la Révolution. Ancien membre de l’Assemblée constituante, on se rappelle qu’il avait été ministre de la justice après les massacres de Septembre et qu’il avait refusé d’en poursuivre les auteurs ; devenu ministre de l’intérieur en mars 1793, il avait abandonné les Girondins et laissé faire le 31 mai ; puis, sous le prétexte de sa santé, il avait quitté le ministère au mois d’août et, en septembre, avait failli devenir rédacteur en chef d’un journal officieux du comité de salut public. Successivement ami des Girondins, de Danton et de Robespierre, il n’en avait pas moins eu l’heureuse chance d’être emprisonné au plus fort de la Terreur, juste assez de temps pour pouvoir plus tard s’attendrir sur son propre sort et se parer du titre de victime. Il a amplement justifié dans la dernière partie de sa vie l’accusation de paresse qu’a lancée contre lui Mme Roland ; mais il avait une abondance de faconde, un goût des développements oratoires qui pouvaient donner aux autres et à lui-même l’illusion de l’activité. Assurément dépourvu de toute force de caractère, il ne se sentait fort que devant les gens faibles14 : mis en présence de Lakanal, il le servit et le domina. L’homme qui arrivait avec lui à la direction de l’instruction publique en fructidor an II, c’était le disciple de Condillac, l’ami et l’élève des philosophes, le professeur d’histoire du Lycée, le collaborateur de la Décade philosophique et littéraire que Ginguené avait fondée en floréal précédent. De son passé politique, il ne rapportait que les souvenirs d’une première collaboration avec le comité, lorsque lui-même était ministre de l’intérieur, ayant dans son département la direction de l’instruction publique. Sieyes était alors, avec Daunou, le principal inspirateur du comité, et Lakanal leur servait de porte-parole. Garat à son tour prit Lakanal pour porte-parole, et lui dicta ses discours dans ces premiers mois de l’an III, où le représentant de l’Ariège fut chargé de tous les rapports importants de la première section du comité. C’est lui — Lakanal l’avoua en 179915, puis l’oublia en 1858 — qui fit le rapport sur l’École normale.

  • 16 Ce détail se trouve dans un imprimé que Ginguené adressa, le 3 ventôse an III au comité d’instruct (...)
  • 17 Une feuille imprimée, donnant l’organisation complète de la commission et de ses bureaux, se trouv (...)
  • 18 Un autre homme ne doit pas être passé sous silence : c’est le chef du premier bureau de la premièr (...)

41Garat ne se bornait pas, en effet, à diriger en général les services de sa commission, il avait en outre la surveillance spéciale de la première section16. Celle-ci correspondait à la première section du comité, et se partageait en trois bureaux de la même manière que la tâche de la première section du comité se divisait en trois parties17. Tout ce qui concernait l’École normale faisait donc partie des attributions particulières de Garat, et avant d’avoir à exécuter, il eut à préparer. C’est ainsi que, dans tout le travail de préparation des lois sur l’instruction publique de brumaire an III et dans l’exécution comme dans la préparation de la loi sur l’École normale, Garat et Lakanal furent étroitement associés l’un à l’autre, Lakanal avec les avantages extérieurs de l’homme qui personnifiait le pouvoir souverain, Garat avec la puissance effective de l’homme qui maniait directement les affaires, doublée dans ce cas par sa supériorité intellectuelle sur son collaborateur18.

42On a vu que, de sa propre initiative, le comité d’instruction publique réorganisé s’était proposé de reprendre sans tarder le projet d’École normale. Ce zèle fut bientôt stimulé par la Convention elle-même, à laquelle la nécessité d’une École normale fut rappelée deux fois dans le courant de fructidor.

  • 19 Voir le Moniteur du 9 vendémiaire an III.

43La première fois, ce fut par Grégoire, le 14, trois jours avant la constitution du nouveau comité. Dans son premier rapport sur le Vandalisme, il déclara que, sur près de six cents districts, soixante-sept seulement avaient quelques écoles primaires, et que, sur ce nombre, seize seulement présentaient un état qu’il fallait bien trouver satisfaisant, faute de mieux ; et il rappela incidemment la nécessité d’organiser sans plus tarder l’éducation nationale, en formant des écoles normales19.

44Avec Grégoire, c’était l’ancien comité d’instruction publique qui parlait ; avec Lindet, ce fut l’ancien comité de salut public.

45En exposant, la quatrième sans-culottide, au nom du comité de salut public, l’état général de la France, Robert Lindet demanda que les moyens d’instruction fussent enfin mis à la portée de tous les citoyens. « Vous avez formé, dit-il, le camp des Sablons..., pourquoi n’ordonneriez-vous pas qu’il soit ouvert à Paris un cours d’études pour former des instituteurs, et qu’un nombre déterminé de citoyens de tous les districts, capables de remplir de pareilles fonctions, se rendraient à Paris pour y suivre ce cours ? Quelque plan d’instruction que vous propose le comité que vous avez chargé de cet ouvrage, il est permis de prévoir que l’exécution en sera difficile, si l’on ne s’occupe pas dès ce moment du soin de former des instituteurs. »

46On sait quelle fut la suite de ce rapport : une série de décrets, parmi lesquels celui qui chargeait le comité d’instruction publique de rédiger des cahiers d’enseignement, dont la lecture serait faite le décadi dans les assemblées générales des communes ; et, à la suite de ce décret, déclaration nouvelle de principes anciens destinée à gagner du temps et à faire patienter l’opinion publique, une série d’ordres aux comités, parmi lesquels celui-ci pour le comité d’instruction publique :

La Convention nationale, voulant accélérer l’époque où elle pourra faire répandre dans toute la République l’instruction d’une manière uniforme, charge son comité d’instruction publique de lui présenter dans deux décades un projet d’École normale, où seront appelés de tous les districts des citoyens déjà instruits, pour leur faire apprendre, sous les professeurs les plus habiles dans tous les genres de connaissances humaines, l’art d’enseigner les sciences utiles.

47Voilà le véritable décret de fondation de l’École normale.

48Peu pressé d’exécuter le décret sur les cahiers décadaires, le comité d’instruction obéit sans tarder pour l’École normale à l’ordre de la Convention. Le soir même de la quatrième sans-culottide, la pétition de Jussieu lui ayant été représentée (il demandait un local pour expérimenter sa méthode), on ajourna la décision jusqu’à l’établissement des Écoles normales. Huit jours après, le 6 vendémiaire an III, Lakanal, au nom de la première section, lut au comité et lui fit adopter le projet de décret dont voici le texte :

  • 20 Le texte de ce projet ne fut pas inséré dans le registre des procès-verbaux du comité le jour où i (...)

La Convention nationale, voulant accélérer l’époque où elle pourra faire répandre d’une manière uniforme dans toute la République l’instruction nécessaire à des citoyens français, décrète :
Art. 1. Il sera établi à Paris une École normale où seront appelés de toutes les parties de la République des citoyens déjà instruits dans les sciences utiles pour apprendre, sous les professeurs les plus habiles dans tous les genres, l’art d’enseigner.
Art. 2. L’administration de chaque district nommera à l’École normale trois citoyens de son arrondissement qui unissent à des mœurs pures un patriotisme éprouvé, et les dispositions nécessaires pour recevoir et pour répandre l’instruction.
Art. 3. La commune de Paris, à raison de sa population, fournira quarante-huit élèves à cette école républicaine ; ils seront désignés par l’administration du département qui en présentera la liste à l’approbation du comité d’instruction publique.
Art. 4. Les élèves de l’École normale ne pourront être âgés de moins de vingt et un ans.
Art. 5. Ils se rendront à Paris avant la fin de frimaire prochain ; ils recevront, pour ce voyage et pendant la durée du cours normal, le traitement accordé aux élèves de l’École centrale des travaux publics.
Art. 6. Le comité d’instruction publique désignera les citoyens qu’il croira les plus propres à remplir les fonctions d’instituteurs dans l’École normale et fixera leur salaire, de concert avec le comité des finances.
Art. 7. Ces instituteurs donneront des leçons aux élèves dans l’art d’enseigner la morale et former le cœur des jeunes républicains à la pratique des vertus publiques et privées.
Art. 8. Ils leur apprendront d’abord à appliquer à l’enseignement de la lecture, de l’écriture, des premiers éléments de calcul, de la géométrie pratique, de l’histoire et de la grammaire française, les méthodes tracées dans les livres élémentaires adoptés par la Convention nationale et publiés par ses ordres.
Art. 9. La durée du cours normal sera de quatre mois.
Art. 10. Deux représentants du peuple, désignés par la Convention nationale, se tiendront près l’École normale et correspondront avec le comité d’instruction publique sur tous les objets qui pourront intéresser cet important établissement.
Art. 11. Les élèves formés à cette école républicaine rentreront à la fin du cours dans leurs districts respectifs : ils ouvriront dans les trois chefs-lieux de canton désignés par l’administration de district, une École normale, dont l’objet sera de transmettre aux citoyens et aux citoyennes qui voudront se vouer à l’instruction publique, la méthode d’enseignement qu’ils auront acquise dans l’École normale de Paris.
Art. 12. Ces nouveaux cours seront de quatre mois.
Art. 13. Les écoles normales des départements seront sous la surveillance des autorités constituées.
Art. 14. Le comité d’instruction publique est chargé de rédiger le plan de ces écoles nationales et de déterminer le mode d’enseignement qui devra y être suivi.
Art. 15. Chaque décade, le comité d’instruction publique rendra compte à la Convention de l’état de situation de l’École normale de Paris et des Écoles normales secondes qui seront établies en exécution du présent décret sur toute la surface de la République20.

49Le premier article de ce second projet de décret montre que la rédaction définitive en fut provoquée par l’ordre de la Convention donné à la suite du rapport de Lindet, la quatrième sans-culottide. Par là se maintint la filiation avec les procédés révolutionnaires de l’ancien comité de salut public dont Lindet avait été l’organe. Le nom de l’École de Mars n’était pas prononcé ; mais l’imitation restait évidente, surtout dans l’article qui déléguait deux représentants de la Convention auprès de la future École normale. On ne se l’expliquerait pas autrement : ce sont les deux seules missions à Paris qui aient été données pendant la durée de la Convention. A vrai dire, il n’était pas nécessaire que la Convention eût des représentants auprès de l’École normale. S’il s’agissait d’exécution, la commission exécutive était là : à quoi bon l’avoir réorganisée pour la mettre de côté à la première occasion ? Il n’était pas d’ailleurs vraisemblable qu’on pût s’en passer, et l’inutilité de la mission n’en devenait que plus évidente. S’il s’agissait de surveillance, c’était l’affaire du comité, et dans le comité, de la première section. Voulait-on diviser davantage encore le travail ? deux commissaires du Comité suffisaient, sans qu’on eût recours à l’appareil d’une mission, aux grandes bottes, au sabre et au chapeau à plumes : pour les Écoles de santé le comité se borna à déléguer deux commissaires, et la besogne était autrement étendue. Mais Lakanal aimait le panache ; il était tout désigné pour cette mission, et il fut heureux sans doute de se ménager un prétexte à la parade, en empruntant à l’École de Mars un trait qu’on s’explique pour elle, lorsqu’on réfléchit qu’elle fut installée, non pas dans Paris même, mais dans la plaine des Sablons. Par là l’importance de l’École normale fut rehaussée sans doute en même temps que celle de Lakanal lui-même ; mais on ne peut s’empêcher de trouver qu’il était tout de même inutile de traiter la nouvelle écolo comme un département en révolte ou une armée aux prises avec l’ennemi. Le premier projet s’était passé de cet article-là.

50Il y a d’autres différences à noter entre les deux projets, soit au point de vue politique, soit au point de vue pédagogique, soit enfin au point de vue financier.

  • 21 Dès le 18 fructidor la Convention avait chargé le comité de salut public de faire un rapport sur l (...)

51Au point de vue politique, le changement de régime est évident : il est clair que le comité d’instruction publique est redevenu son maître. Plus de comité de salut public, plus de sociétés populaires en jeu : les administrateurs de district désigneront les élèves sans se préoccuper d’autre chose que de leurs aptitudes. En prairial on s’était contenté de parler assez vaguement de dispositions pour l’enseignement. C’est que les sociétés populaires devaient surtout considérer les opinions politiques : on s’apprêtait à former à Paris, avec des délégués des départements, une sorte de succursale du club des Jacobins. Il semble qu’on vise le contraire dans le nouveau projet, en demandant « des mœurs pures et un patriotisme éprouvé ». En tout cas on évite soigneusement de rappeler les articles du décret du 5 brumaire an ii, qui excluaient de l’instruction publique les ministres d’un culte quelconque21.

  • 22 Lettre de Lenormand au comité d’instruction publique (ventôse an III). (Arch. nat., F17. 1211.)

52Au point de vue pédagogique, les différences sont encore plus sensibles. Aucun objet d’études n’avait été désigné dans le projet de prairial : il s’agissait simplement de former des instituteurs et de se concerter sur l’uniformité du mode d’enseignement. Pour le détail, la loi du 29 frimaire disait tout ce qu’il y avait à dire : on devait s’en rapporter à elle. Il n’y était question que de la lecture, de l’écriture et des éléments du calcul, programme tout à fait primaire, renforcé du côté politique et moral par les Droits de l’homme, la Constitution et le récit des actions héroïques et vertueuses. A cette époque, la Convention attachait évidemment la plus haute importance à fondre l’une dans l’autre ces deux parties du programme : c’était alors la préoccupation pédagogique dominante ; là comme ailleurs, le mysticisme révolutionnaire se substituait au mysticisme religieux et la loi consacrait une pratique déjà éprouvée. Ainsi, à Rouen, le principal des écoles gratuites de la ville, Germain Lenormand, plus tard élève de l’École normale, qui dirigeait seize écoles fréquentées par trois mille enfants indigents, avait remplacé le Psautier latin, le Catéchisme, la Journée du chrétien et la Civilité par la Déclaration des droits et la Constitution divisées en syllabes, des Essais de morale extraits de la collection des anciens et un Recueil des actions héroïques et civiques22. Si l’École normale avait été ouverte en messidor, comme le proposait le projet de prairial, telle était à coup sûr la méthode d’enseignement qu’elle aurait eu à perfectionner et à vulgariser. Le projet de vendémiaire n’y renonce pas, bien qu’il s’exprime à cet égard en termes beaucoup moins précis et ne parle ni des Droits de l’homme ni de la Constitution. Mais ce qu’il met en première ligne par un « d’abord » significatif, c’est un programme où à la lecture, à l’écriture et au calcul s’ajoutent la géométrie pratique, l’histoire et la grammaire. Cela paraît peu de chose aujourd’hui, c’était énorme alors : le peuple ne savait encore ni lire ni écrire ; il ignorait même le français dans un tiers de la France, et déjà, par la grammaire et l’histoire, la philosophie demandait à descendre jusqu’au peuple et jusqu’aux enfants. C’est là la marque de Garat, l’ancien professeur d’histoire du Lycée, le futur professeur d’analyse de l’entendement à l’École normale, comme l’introduction de la géométrie élémentaire est sans doute la marque du chef de section Lacroix, l’élève et le collaborateur de Monge.

53Au résumé, il y a entre les deux programmes la même différence qu’entre leurs auteurs. Révolutionnaires les uns et les autres, mais ni de la même façon ni dans un même esprit, les uns conservent une vieille méthode assez étroite en lui faisant faire volte-face, les autres cherchent des méthodes et des directions nouvelles ; les uns sont des politiques, les autres des professeurs et des philosophes. Ceux-ci sont enfin affranchis de ceux-là ; les spécialistes ont recouvré leur indépendance et substituent leurs vues particulières aux vues d’ensemble de l’ancien comité souverain. On est tenté de dire qu’ils commencent à vouloir trop bien faire ; on le dit sans hésiter, lorsqu’on en vient aux détails de l’organisation matérielle.

  • 23 C’est le nombre donné par le décret du 20 frimaire an III, répartissant les districts entre les tr (...)

54Le projet de prairial ne demandait que deux mois de cours à Paris ; celui de vendémiaire en prévoit quatre : c’est précisément lorsque le temps presse et que l’argent manque qu’on s’arrange de manière à aboutir deux fois moins vile et à dépenser deux fois plus. En vain le nombre des élèves est-il réduit de quatre à trois par district, c’est encore une dépense de moitié plus forte qu’il faut prévoir. Mais on ne réduit pas seulement le nombre des élèves, on supprime les cours simultanés entre lesquels le projet de prairial les répartissait : il n’y aura plus qu’une seule série, et cette fois les spécialistes sont moins bons pédagogues que les politiques : ils organisent la cohue. Il y a 558 districts23 ; il y aura donc, puisque Paris doit en envoyer 48, 1722 élèves réunis dans une seule salle de cours. Quelle pourra être la valeur pratique d’un pareil enseignement ? Mais y aura-t-il même à Paris une seule salle assez vaste pour recevoir cette assemblée formidable ? Assurément non : il faudra donc construire ; de là des retards et des dépenses nouvelles. Ainsi l’économie réalisée sur les professeurs est largement compensée d’autre part, et, en dernière analyse, l’opération continue à paraître plus coûteuse en vendémiaire qu’en prairial.

  • 24 « Le comité des finances, composé d’ailleurs de bons citoyens, était intraitable quand je lui dema (...)
  • 25 C’est seulement le lendemain, 7 vendémiaire, que la Convention vota le décret sur l’École centrale (...)
  • 26 Délibération du district de Marseille (6 germinal), accordant aux trois citoyens qui ont été recon (...)
  • 27 Voir Pinet, Histoire de l’École polytechnique, chap. I.
  • 28 Il s’agissait alors de les réunir dans quelque grand bâtiment public, comme les élèves de l’École (...)

55Or il faut compter avec le comité des finances, et il est intraitable : Lakanal frissonnait encore en 1838 au souvenir des rebuffades qu’il en avait essuyées24. Le souci de se garer de ce côté paraît dans l’article 5 relatif au traitement des élèves. En prairial on avait prévu avec précision ce que chaque élève coûterait à la République : vingt sous par lieue pour frais de route, et quatre livres par jour, ou 240 livres pour la durée des cours ; en vendémiaire, pas de chiffres. On s’en rapporte à ce que la Convention doit décider pour les élèves de l’École centrale des travaux publics25 : de la sorte, le comité des finances n’aura rien à dire, puisque des hommes de vingt et un ans au moins ne toucheront pas plus que des jeunes gens de dix-huit ans au plus. De ce fait d’ailleurs, ils toucheront moins qu’on ne l’avait proposé en prairial, puisque les élèves de l’École centrale auront 1 200 livres par an, et que quatre livres par jour en faisaient plus de 1 400 pour une année. Ils toucheront moins aussi pour les frais de route, puisqu’à la livre par lieue est substituée du même coup la solde de route des canonniers de première classe, c’est-à-dire trente-cinq sous par jour de marche à raison de cinq lieues de poste26, soit sept sous par lieue au lieu de vingt. En définitive ils seront moins bien traités que les élèves de l’École centrale : ceux-ci en effet seront logés et nourris, par petits groupes et au rabais, chez de bons citoyens désignés par les comités civils des sections27, tandis qu’on renonce à loger les élèves de l’École normale, comme on voulait le faire en prairial28, et qu’on ne parle d’aucune intervention des autorités pour leur procurer à bon compte le vivre et le couvert.

  • 29 « Si nous étions dans des circonstances ordinaires, si la patrie n’était pas dans un besoin si pre (...)
  • 30 Lettre du 15 nivôse an III, reproduite dans l’Exposé sommaire des travaux de Joseph Lakanal, p. 21 (...)

56L’allusion à l’École centrale est donc la formule qui imposera silence au comité des finances. Peut-être est-ce encore autre chose. Tandis que l’École de Mars touchait à son terme, l’École centrale allait naître, non pas comme une institution temporaire, mais comme une institution durable. Je ne serais pas étonné que, dès ce moment, en recherchant une sorte de parenté extérieure avec elle, Lakanal et Garat eussent caressé secrètement pour l’École normale l’idée qui devait se faire jour plus tard, de la maintenir en la transformant. Les études permanentes de l’École centrale allaient être précédées de cours révolutionnaires29 : aux cours révolutionnaires de l’École normale il serait peut-être possible de faire succéder des cours permanents. « Il faut, écrivait un jour Garat à Lakanal, que l’École normale soit la première école du monde30. » On ne parle pas ainsi d’une école qui doit disparaître après quatre mois d’existence.

57Telles sont les différences essentielles entre le premier projet de prairial et celui de vendémiaire qui devait passer presque intact dans le décret de brumaire. L’unité et la rapidité d’action qu’assurait la toute-puissance du comité de salut public n’étaient plus possibles. Maître dans son domaine au point de vue technique, le comité d’instruction publique ne pouvait engager aucune dépense nouvelle sans l’assentiment du comité des finances qui défendait les deniers de l’État avec une énergie proportionnée au déficit. De là le contraste entre l’ampleur théorique du projet et sa pauvreté pratique, entre l’élargissement visible du programme et l’insuffisance également visible des préparatifs d’organisation matérielle.

Notes

1 Je n’ai pu trouver qui était ce Jussieu : peut-être le grand naturaliste lui-même, qui fut très activement mêlé aux affaires publiques pendant la Révolution.

2 Voir chap. i, p. 23.

3 Cette expression désigne tout l’ensemble, y compris le cours de Paris. Cela résulte d’ailleurs d’une phrase raturée sur le brouillon.

4 Lorsque le projet était déjà rédigé, le comité d’instruction publique reçut et renvoya à Thibaudeau et Bouquier (9 prairial) une communication de l’agent national près le district de Bagnères, où ce fonctionnaire exposait qu’il manquait d’hommes capables pour remplir les fonctions d’instituteur, et proposait qu’on établit dans les grandes communes des écoles pour en former (Arch. nat., F17. 10101).

5 Ils avaient été casernés à Lourcine.

6 Mais la valeur des assignats était alors moins dépréciée.

7 Art. 6, § 8.

8 Voir dans le Moniteur du 26 prairial les lectures faites par Veau au nom de la commission des dépêches, dans la séance du 23.

9 Cet arrêté ne figure que dans la minute du 27 prairial. Il a été pris de nouveau le 13 messidor.

10 On lit dans les procès-verbaux du comité d’instruction publique, le 15 messidor an II :
« Simon, instituteur à Strasbourg, demande des renseignements sur ses pétitions relatives aux difficultés dans l’établissement d’une École normale à Strasbourg. Le comité arrête que l’on fera les recherches nécessaires, concernant les diverses demandes, et qu’il sera répondu à Simon par une lettre signée du président. »
Outre ce passage du procès-verbal du comité, il reste dans ses papiers conservés aux Archives quelques autres traces de cette affaire. Dans le carton D xxxviii. 1, se trouvent deux des cahiers où les employés du comité inscrivaient les affaires, à mesure qu’elles se présentaient, pour les biffer une fois qu’elles avaient été soumises au comité. Malheureusement ils ne dataient pas. Dans un de ces cahiers intitulé Affaires courantes, on lit :
« N° 32. Les administrateurs du département du Bas-Rhin, relativement à un traitement de 4 000 livres alloué au C. Simon pour Écoles normales de langue française. Soumis au comité pour ce qui regarde Simon. » Dans l’autre, intitulé Musées et Écoles supérieures :
« N° 78. Simon, instituteur à Strasbourg, se plaint de ce qu’Alexandre a logé des porcs dans la maison où il faisait sa classe. » C’est là sans doute la difficulté ou l’une des difficultés dont il se plaignait en messidor. Je dois en outre un certain nombre de renseignements sur cette affaire à l’obligeance de M. Rodolphe Reuss, le savant conservateur de la Bibliothèque municipale de Strasbourg, auquel j’avais communiqué ces textes pour lui demander des éclaircissements. M. Reuss, que je tiens à remercier ici de l’empressement avec lequel il a secondé mes recherches pour tout ce qui se rattache à l’Alsace, m’a écrit à ce sujet une lettre dont je détache le passage suivant à titre de document historique :
« L’Alexandre dont il est question ici est évidemment G.-François Alexandre, employé à la loterie royale à Strasbourg avant la Révolution, qui devint un des grands meneurs de la Société des Jacobins, membre de la commune de Strasbourg, et de plus directeur des magasins de vivres de la 5e division militaire. C’est en cette qualité qu’il occupa pendant la Terreur plusieurs églises de la ville pour ses approvisionnements. En date du 24 messidor an II, les administrateurs du district de Strasbourg lui ordonnèrent de conduire sans retard tous les porcs réquisitionnés dans le district dans les bâtiments de l’ancienne église de Saint-Nicolas. A ce document est annexée la liste de tous les cochons réquisitionnés (au nombre de 3 202) ; et comme l’église est très petite, il n’est guère probable qu’on ait pu y loger tous ces hôtes bruyants. Si l’on admet que Simon avait occupé les bâtiments de l’école Saint-Nicolas immédiatement attenants, jusque dans ces derniers temps, à l’église de ce nom, on peut fort bien comprendre que l’invasion porcine, débordant hors du temple, soit venue envahir les salles de son École normale, et provoquer ainsi ses doléances auprès de la Convention. »

11 Deux autres en étaient sortis entre le 9 thermidor et le 9 fructidor : David, arrêté comme complice de Robespierre, et Boutroue.

12 Grégoire, éliminé par le sort, avait été réélu.

13 Il y en avait six dans l’ancien.

14 On sait que Mme Roland l’a traité d’eunuque politique, et avec quelle ironie André Chenier l’appela le bon Garat ! Un pamphlet publié contre lui, lorsqu’il était commissaire de l’instruction publique, commente de la façon précise que voici le vers d’André Chenier : « Tout le monde connaît l’odieuse versatilité de Garat. Il se disait l’ami des Vergniaud, des Ducos, des Condorcet, et il les a assassinés. Pour donner le change, il gémit maintenant sur leur sort. Il n’y a que Garat et Sanson (le bourreau) qui soient capables de s’attendrir ainsi sur ceux qu’ils ont conduits à l’échafaud. L’un le fait par devoir, l’autre par lâcheté. » (Garat et Ginguené intrigants et dilapidateurs, par J. L. Chalmel, secrétaire général révoqué de la commission exécutive d’instruction publique.)

15 Notice sur J. Lakanal.... (de l’imprimerie Boulard, petite rue Saint-Louis Saint-Honoré, 547. S. d.). La date de cette brochure de 20 pages in-8 est donnée par la dernière ligne : « J. Lakanal est âgé de 38 ans ». L’aveu relatif au rapport sur l’École normale se trouve à la dernière page. On verra dans le chapitre suivant, grâce à des rapprochements de dates, quelle part il convient de faire à Garat dans le travail de Lakanal et du comité d’instruction publique en vendémiaire et brumaire an III. Je suis convaincu que le rapport de Lakanal sur les écoles primaires, lu à la Convention le 6 brumaire, est aussi de Garat. Lakanal ne l’avait pas mentionné dans le Précis de ses travaux dans le sein des Assemblées nationales que donna en 1799 la Notice sur J. Lakanal (pp. 7, 8, 9, 10 et 11). Il l’a inséré en 1838 dans l’Exposé sommaire des travaux de Joseph Lakanal, mais comme il y a inséré le rapport sur l’École normale, sans souffler mot de Garat. Il a d’ailleurs fait subir à plusieurs des textes officiels insérés dans cet exposé des modifications singulières et qui ne sont pas à son honneur.

16 Ce détail se trouve dans un imprimé que Ginguené adressa, le 3 ventôse an III au comité d’instruction, en réponse au libelle publié contre lui par Chalmel (p. 3).

17 Une feuille imprimée, donnant l’organisation complète de la commission et de ses bureaux, se trouve aux Archives nationales, dans le carton D xxxviii. 1.

18 Un autre homme ne doit pas être passé sous silence : c’est le chef du premier bureau de la première section de la commission exécutive, le mathématicien bien connu, mort professeur au Collège de France et membre de l’Académie des sciences, Sylvestre Lacroix, qui avait été élève de Monge, et que Monge prit comme adjoint à son cours de l’École normale. Le premier bureau s’occupait de l’organisation des divers degrés de l’enseignement : c’était évidemment là que se faisait tout le travail préparatoire, qui, par Garat, arrivait à Lakanal et à la première section du comité. Nous avons sur ce sujet le témoignage de Lacroix lui-même, et les circonstances où il fut rendu enlèvent toute raison de le suspecter. Lorsque, en 1805, Napoléon entreprit de restaurer les vieilles études, Lacroix n’hésita pas à publier une apologie des études révolutionnaires intitulée : Essai sur l’enseignement en général et sur celui des mathématiques en particulier. Il y revendiqua hautement sa part dans le travail d’où elles étaient issues. « Appelé, dit-il (p. 3), en l’an III (1794), à coopérer au rétablissement de l’instruction publique, j’ai vu de près les difficultés qu’on avait à surmonter ; j’ai longtemps médité sur les mesures qu’on proposait... ; j’ai connu les causes qui ont empêché le succès de ces mesures, ou qui se sont opposées à ce qu’on les prit. » Sa collaboration à l’établissement de l’École normale n’est donc pas douteuse, sans qu’il me soit possible de déterminer approximativement quelle part il convient de lui attribuer.

19 Voir le Moniteur du 9 vendémiaire an III.

20 Le texte de ce projet ne fut pas inséré dans le registre des procès-verbaux du comité le jour où il fut adopté. Lakanal ne le remit au commis que le 4 brumaire, à la place du projet de décret sur les écoles primaires, que le comité avait fini de discuter le 29 vendémiaire.

21 Dès le 18 fructidor la Convention avait chargé le comité de salut public de faire un rapport sur la suspension de cette loi.

22 Lettre de Lenormand au comité d’instruction publique (ventôse an III). (Arch. nat., F17. 1211.)

23 C’est le nombre donné par le décret du 20 frimaire an III, répartissant les districts entre les trois Écoles de santé.

24 « Le comité des finances, composé d’ailleurs de bons citoyens, était intraitable quand je lui demandais des fonds pour les savants, les académiciens. Que de rebuffades j’essuyais ! » (Exposé sommaire, p. 224.)

25 C’est seulement le lendemain, 7 vendémiaire, que la Convention vota le décret sur l’École centrale des travaux publics.

26 Délibération du district de Marseille (6 germinal), accordant aux trois citoyens qui ont été reconnus propres à être envoyés à l’École normale la paye de 35 sols par jour fixée par la loi. — « Ces citoyens ont reçu chacun un mandat de la somme de 70 livres, montant de 40 journées de marche, à raison de 5 lieues de poste et sur le pied de 35 sols par jour. » (Archives des Bouches-du-Rhône.)

27 Voir Pinet, Histoire de l’École polytechnique, chap. I.

28 Il s’agissait alors de les réunir dans quelque grand bâtiment public, comme les élèves de l’École des armes.

29 « Si nous étions dans des circonstances ordinaires, si la patrie n’était pas dans un besoin si pressant d’ingénieurs éclairés, il ne faudrait admettre cette année dans l’École des travaux publics que le premier tiers des élèves qu’elle peut recevoir, y appeler le second tiers l’année prochaine, et dans trois ans l’école serait complète... ; mais les besoins de la République ne permettent pas de suivre une marche aussi lente. Il a fallu trouver le moyen de fonder à la fois toutes les parties de l’instruction de l’école ; l’enseignement révolutionnaire, dont la Convention connaît les avantages, a présenté au comité le moyen d’atteindre ce but. Des cours concentrés en quelque sorte, et de la durée de trois mois chacun, et donnés en même temps, renfermeront l’enseignement total de l’école, formeront une instruction complète, quoique accélérée, et permettront à la fin de ces premiers cours de partager les élèves en trois classes, dont chacune suivra sur-le-champ l’étude affectée à chacune des trois années, en sorte que l’école sera en activité dans toutes les parties dès sa première institution. » (Rapport sur les mesures prises par le comité de salut public pour l’établissement de l’École centrale des travaux publics, par Fourcroy ; 2 vendémiaire an III.)

30 Lettre du 15 nivôse an III, reproduite dans l’Exposé sommaire des travaux de Joseph Lakanal, p. 217.

© Éditions Rue d’Ulm, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540