Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Centenaire de l’École normale (1795-1895)

Première partie. Les boursiers de Louis-Le-Grand. L'école normale de l'an III

Livre II. L’École normale de l’an III. Chapitre I. Les origines et le caractère de l’idée conventionnelle

Texte intégral

1Lorsque la Convention, par son décret du 9 brumaire an III (30 octobre 1794), fonda l’Ecole normale, elle réalisa une idée qui était, nous l’avons montré, déjà bien vieille en France.

2Elle avait paru pour la première fois en 1645, dans l’Université de Paris, lorsque le recteur Dumonstier avait proposé d’élever aux frais de l’Université un certain nombre d’enfants de bonne espérance, qui pourraient devenir régents.

3Le Parlement de Paris l’avait reprise à son tour et même mise un instant à exécution, lorsque, après l’expulsion des Jésuites en 1761, il avait institué les agrégations et réuni à Louis-le-Grand les boursiers des petits collèges de l’Université.

4Les évêques enfin, une fois le Parlement vaincu, s’étaient demandé, en 1780, si, pour hâter le moment où ils seraient maîtres de tous les collèges en France, il ne conviendrait pas de former un établissement qui pût fournir des principaux et des régents à toutes les parties du royaume.

5En projetant des écoles de maîtres, l’Université, le Parlement, l’Église ne se préoccupaient tous les trois que de ce que nous appelons aujourd’hui l’enseignement secondaire, et ils s’en préoccupaient sans aucun souci de le réformer. Le même projet fut conçu à la même époque par des hommes qui réclamaient une réforme de l’enseignement secondaire, ou qui voulaient la création d’une éducation nationale dont l’enseignement primaire aurait été la base.

  • 1 Ses idées sont celles de l’Encyclopédie (art. Éducation).
  • 2 Sur Barletti de Saint-Paul, voir la note biographique publiée sur lui dans le Journal d’éducation (...)
  • 3 Barletti protesta dans un pamphlet intitulé Le Secret révélé (Rotterdam, 1765, in-8).

6Au moment même où le Parlement réunissait les boursiers à Louis-le-Grand, un homme que nous retrouverons plus tard dans l’antichambre du comité d’instruction publique de la Convention, avait essayé de son côté de former une école de maîtres, pour appliquer les principes de la pédagogie personnelle. Ancien enfant prodige, pédagogue systématique depuis l’âge de quinze ans, ennemi avant tout de l’uniformité des collèges1, Barletti de Saint- Paul2 avait été attaché en 1756, par le duc de la Vauguyon, à l’éducation des fils du Dauphin. Obligé de quitter la France à la suite d’aventures de jeu, il y était rentré au moment même où les Jésuites en sortaient. L’occasion lui parut bonne pour publier une Encyclopédie de livres élémentaires qu’il avait en portefeuille depuis longtemps. Mais il s’agissait de vingt-huit volumes, et aucun éditeur ne voulut s’en charger. Barletti se rabattit alors sur une École gratuite de jeunes maîtres, auxquels il se proposait d’apprendre ses méthodes. M. de Sartine en avait déjà autorisé l’ouverture, lorsque l’Université protesta devant le Parlement, et le Parlement, jaloux d’une idée qu’il considérait comme sienne, interdit l’ouverture du cours (janvier 1764)3. Trente ans après, la Révolution devait permettre à Barletti de proposer de nouveau son projet dans des circonstances autrement favorables que celles de 1763.

  • 4 Étude quatorzième : De l’Éducation.

7En 1784, c’est dans les Études de la nature4 de Bernardin de Saint-Pierre que reparaît le projet d’une école pour former les maîtres. Là elle est associée à un vaste projet d’éducation nationale au moyen d’écoles de la patrie, où tous les enfants des citoyens seraient admis, sans en excepter aucun. Avant d’établir ces écoles, dit expressément Bernardin de Saint-Pierre, on formerait des hommes pour y présider. Et en 1789, lorsqu’il publie ses Vœux d’un solitaire, il précise sa pensée et commence en ces termes ceux qui concernent l’éducation nationale : « Avant d’établir une école de citoyens, on devrait établir une école d’instituteurs. J’admire, avec étonnement, que tous les arts ont parmi nous leur apprentissage, excepté le plus difficile de tous, celui de former les hommes.... L’Assemblée nationale doit s’occuper soigneusement d’un établissement si nécessaire. »

8Ainsi l’idée que l’Université, le Parlement et l’Église avaient voulu appliquer à l’ancienne éducation, des réformateurs ou des rénovateurs l’avaient eue aussi de leur côté, et c’est par eux qu’elle arrivait à la Révolution.

  • 5 Koenigsberger gelehrte und politische Zeitung, 1775, n° 25. (Voir Pinloche, la Réforme de l’éducat (...)
  • 6 Arch. nat., F17. 1014.
  • 7 Cette commission, et l’Institut qu’elle établit, sont mentionnés dans une lettre du ministre de l’ (...)
  • 8 Romme avait déjà rappelé ce fait dans une note du Rapport sur l’instruction publique dans son ense (...)
  • 9 P. 10.
  • 10 Arch. nat., A F ii : 30.
  • 11 Arch. nat., F17. 10101

9En effet, bien qu’il y ait eu dans les assemblées révolutionnaires d’anciens parlementaires qui avaient pris part à la grande campagne de 1761-1763, comme Guyton de Morveau, ou qui en avaient été témoins, comme Le Peletier de Saint-Fargeau, aucun souvenir ne sembla subsister pendant la Révolution des tentatives officielles qui avaient suivi l’expulsion des Jésuites ; il n’y fut jamais fait l’ombre d’une allusion. C’est que, dans l’entreprise parlementaire, le fond même de l’enseignement avait été moins visé qu’une réforme organique : la réorganisation politique des collèges primait leur réorganisation pédagogique ; ces deux réorganisations parurent au contraire inséparables pendant la Révolution. Le programme révolutionnaire resta, à travers toutes les modifications successives que lui firent subir les circonstances, celui-là même que Kant avait si énergiquement formulé pour l’Allemagne en 1777 : « C’est en vain qu’on attendrait la guérison du genre humain d’une lente réforme pédagogique. Il faut que les écoles soient entièrement reconstituées, si l’on veut espérer en voir sortir quelque chose de bon ; car elles sont défectueuses dans leur organisation première, et les maîtres eux-mêmes ont besoin de recevoir une nouvelle culture5. » Ajoutons à cela que le souci de l’enseignement primaire a toujours été le souci dominant pendant la Révolution. Le peuple ne savait, quoi qu’on ait pu dire sur ce sujet, ni lire ni écrire à la fin de l’ancien régime. Dans les débats qui eurent lieu à l’École normale en 1795, le célèbre grammairien de Wailly déclara que, sur 25 millions d’habitants que comptait la France, il n’y en avait pas, à son avis, plus de 200 000 sachant lire et écrire. L’instruction du peuple fut donc l’article fondamental de tous les projets révolutionnaires sur l’instruction publique. Il suit de là que, des deux catégories de tentatives du xviiie siècle pour fonder des écoles de maîtres, ce furent précisément celles qui avaient été poussées le plus loin que la Révolution connut le moins. Barletti de Saint-Paul et Bernardin de Saint-Pierre, au contraire, furent à des degrés inégaux des hommes importants et influents dans l’histoire de la pédagogie révolutionnaire. Pour Bernardin de Saint-Pierre tout se résume dans ce fait : il a été officiellement chargé d’écrire le livre élémentaire de morale et de l’enseigner à l’École normale. Quant à Barletti de Saint-Paul, personnage de second plan, mais très remuant et toujours prêt à s’avancer au premier, il adressa à l’Assemblée nationale un plan d’éducation6 ; il fut en 1793 membre et secrétaire de la commission d’instruction publique que forma le département de Paris, et qui tenta l’application à Paris du plan de Condorcet7 ; au mois d’août il fit imprimer, par ordre du département, des Vues relatives au but et aux moyens de l’instruction du peuple français : il y rappelait qu’il avait été à la Bastille8 en 1760, pour avoir proposé une école gratuite de jeunes maîtres, et il y notait9 le passage du projet de Condorcet sur les instituts où devaient se former les instituteurs du premier et du deuxième degré ; le 5 floréal an II, il adressa son opuscule au comité d’instruction publique de la Convention10 ; le 7, il vint en personne lui soumettre ses idées sur l’établissement d’un cours gratuit en faveur des personnes de l’un et de l’autre sexe qui se destineraient à l’enseignement dans les écoles primaires, et Bouquier et Thibaudeau furent chargés d’en faire un rapport, après avoir conféré avec lui ; enfin, dans les premiers jours de prairial, il proposa formellement l’établissement d’une Ecole normale11, revendiquant ainsi la paternité de l’idée, au moment même où le comité s’apprêtait à la réaliser.

  • 12 Procès-verbal du 9 floréal.

10Sans doute il ne faudrait pas attacher une trop grande importance à ces démarches multipliées ; Barletti n’était pas absolument désintéressé : il voulait attirer l’attention sur lui au moment où l’on organisait les commissions exécutives, et il demanda au comité une place dans celle de l’instruction publique12. Mais enfin on voit que par lui est arrivé à la Convention le courant d’idées qui avait pris naissance en France après l’expulsion des Jésuites.

11Bien autrement important et puissant a été le courant qui venait d’Alsace, et par delà l’Alsace, de l’Allemagne.

12L’Alsace était, pour l’instruction populaire, la seule parmi les provinces de l’ancienne France, qui pût fournir des idées ou des modèles. Elle avait été atteinte par le grand mouvement pédagogique de l’Allemagne, à la fin du xviiie siècle. Son influence, si considérable sur les trois assemblées révolutionnaires, l’a été pour l’instruction publique plus que pour toute autre chose : elle est prédominante dans l’histoire de la fondation de l’École normale, et elle a été renforcée encore par l’intervention directe et spontanée de plusieurs pédagogues allemands.

  • 13 Allain, la Question d’Enseignement en 1789 d’après les Cahiers, p. 120. L’abbé Allain a donné dans (...)

13L’influence de l’exemple donné par l’Allemagne est visible dès la rédaction des cahiers de 1789. Si l’on y recherche l’idée d’École normale, on la trouve exprimée onze fois13, dont une en Champagne, une en Lorraine, trois en Alsace. En Champagne, le Tiers État du bailliage de Reims désire dans chaque diocèse « des établissements propres à former des maîtres d’école ». En Lorraine, le clergé de Verdun réclame pour chaque diocèse « une école publique où les maîtres seront formés à l’instruction de la jeunesse de la campagne ». En Alsace, le clergé de Colmar offre les fonds des bénéfices supprimés pour l’établissement et l’entretien de « pépinières destinées à former des maîtres d’école, ces hommes si nécessaires » ; le Tiers État du bailliage de Haguenau propose d’établir « des écoles publiques où les communautés pourraient envoyer des sujets qui porteraient ensuite parmi elles les instructions qu’ils y auraient puisées » ; le clergé des districts de Belfort et Huningue demande « quelques maisons dans différentes villes de la province, pour l’enseignement des individus qui se destinent à l’emploi difficile de maître et maîtresse d’école ». Il paraît évident que la fréquence relative de ce vœu dans les provinces orientales de la France, et surtout en Alsace, tient au voisinage et à l’exemple de l’Allemagne.

14Depuis un siècle, en effet, les séminaires d’instituteurs s’étaient multipliés en Allemagne et en Autriche, et même, dans ce dernier pays, ils portaient le nom que la Convention devait naturaliser français. C’était à la fin du xviie siècle, en 1698, que les premiers seminarii scolastici avaient été établis dans le duché de Saxe-Cobourg-Gotha. La même année, Francke avait posé à Hallé la première pierre de son Pædagogium, où une classe spéciale fut bientôt réservée aux étudiants pauvres de l’Université qui désiraient se vouer à l’enseignement. Les disciples de Francke n’avaient pas tardé à fonder des établissements analogues dans les États prussiens, à Stettin, à Bergen, à Berlin enfin, dont le seminarium devint en 1755 un établissement officiel, chargé de préparer des maîtres pour les écoles rurales du Brandebourg.

15Dix ans plus tard, en 1763, un seminarium semblable, mais catholique, avait été établi sur le même plan à Breslau par Felbiger, abbé de Sagan, et Marie-Thérèse, dont les yeux suivaient attentivement, à travers leurs larmes, tout ce qui se passait dans la chère province perdue, fut si frappée des services rendus à la Silésie par Felbiger, qu’elle l’appela auprès d’elle en 1774, et lui confia la direction générale des écoles dans ses États héréditaires. C’est par lui que fut rédigé le règlement scolaire du 6 décembre 1774, où pour la première fois parut le nom d’école normale : « Allgemeine Schul-ordnung für die deutschen Normal-Haupt-und Trivialschulen... ». Cette ordonnance prescrivait la création d’une école normale au siège de chaque commission scolaire provinciale. Par école normale on entendait une école dont l’enseignement devait servir de modèle aux autres, et à laquelle était annexé le séminaire d’instituteurs. A la mort de l’impératrice, en 1780, quinze écoles normales existaient en Autriche ; Joseph II en institua une à Bruxelles en 1787.

  • 14 Voir Pinloche, ouvr. cité, chap. x : les Sources du « Manuel élémentaire », pp. 282-291. On y voit (...)

16Aux écoles normales fondées sous l’inspiration de Francke et de Felbiger s’en ajoutèrent d’autres, et en plus grand nombre, fondées sous l’inspiration de Basedow. C’est en 1774 que Basedow, après avoir publié ses ouvrages pédagogiques dont les principales idées venaient de Locke et de La Chalotais14, ouvrit pour la pratique de ses théories le Philanthropinum de Dessau. Suivant le rêve de Rousseau, qui fut aussi celui de la Révolution, il voulait « former des citoyens du monde », des hommes préparés pour une existence à la fois heureuse et utile. Naturellement, une des parties essentielles du Philanthropinum était le séminaire où les maîtres devaient apprendre la méthode. A cette fondation se rattacha, pendant les vingt dernières années du xviiie siècle, celle de vingt-cinq écoles du même genre dispersées dans toute l’Allemagne, et du premier séminaire de maîtres pour l’enseignement classique, qui fut annexé en 1787 au gymnase de Friedrichswerder, à Berlin.

  • 15 La plupart des détails qui précèdent ont été empruntés soit au livre de M. Pinloche que j’ai déjà (...)

17En résumé, au moment où furent rédigés les cahiers des États Généraux, il y avait déjà dans les pays allemands une cinquantaine d’écoles normales, et ce nom même était celui qu’elles portaient dans les États autrichiens15.

18Cette effervescence pédagogique ne pouvait passer inaperçue en France. On sait avec quel soin, dans sa Monarchie prussienne, Mirabeau a étudié les progrès de l’instruction publique en Prusse sous Frédéric II. Il est plus curieux assurément de constater, dans les cahiers de nos provinces de l’Est, des vœux qui semblent inspirés par l’exemple de l’Allemagne.

  • 16 Voir Liard, l’Enseignement supérieur en France, I, chap. II.
  • 17 Le journal du Philanthropinum : Pædagogische Unterhandlungen oder philanthropisches Journal und Le (...)
  • 18 Connaissances les plus nécessaires, tirées de l’étude de la nature et des arts et métiers, destiné (...)

19Des preuves précises mettent d’ailleurs cette inspiration hors de doute. Strasbourg, avec son Université, la seule vraiment vivante en France à la fin du xviiie siècle16, était alors le point où la France et l’Allemagne prenaient contact. Par-dessous les correspondances entre les princes allemands et les philosophes ou les savants français, il y avait, grâce à l’Alsace et à Strasbourg, une correspondance moins brillante, mais bien autrement importante entre les deux pays, une activité incessante d’échanges intellectuels. Comme l’Essai de La Chalotais et l’Émile de Rousseau avaient passé le Rhin, le philanthropinisme le passa à son tour. Parmi les premiers collaborateurs de Basedow à Dessau se trouvaient deux Alsaciens, Simon et Schweighæuser, qui le quittèrent en 1778. Tous deux, rentrés à Strasbourg, y dirigeaient en 1781 une maison d’éducation « pour de jeunes demoiselles17 ». Ils publièrent à cette date un petit manuel d’instruction intuitive18, dans la préface duquel ils exprimaient le souhait que le roi de France fondât à son tour des séminaires d’instituteurs. « Si, disaient-ils, depuis longtemps on s’était occupé à former des séminaires d’instituteurs, se trouverait-on si embarrassé dans plusieurs pays de remplacer cet ordre supprimé de religieux, pour la plupart gens à talents, dont le mérite principal consistait dans la manière d’enseigner ? Louis XIV a établi un corps du génie pour rendre le canon français respectable aux ennemis.... L’établissement d’un corps de génie pour former des instituteurs capables de fournir à l’État des hommes vigoureux et éclairés et des citoyens vertueux, serait un plan bien digne d’être exécuté par Louis XVI. » Ainsi, à Strasbourg, et dès 1781, les deux philanthropinistes alsaciens exprimaient les mêmes vœux que nous retrouvons dans plusieurs cahiers de l’Est en 1789, et notamment dans trois cahiers alsaciens. L’influence de l’Allemagne est donc visible ici dès ce moment ; elle a persisté pendant toute la Révolution et, soit directement, soit par l’intermédiaire de l’Alsace, elle s’est fait sentir sur la Constituante, la Législative et la Convention.

  • 19 Voir Pinloche, ouvr. cité, p. 437 et pp. 558-561.

20Pendant la Constituante, ce fut le principal collaborateur de Basedow à Dessau, Campe, qui vint à Paris en 1789, avec son ancien élève, Guillaume de Humboldt ; il entra en relations avec plusieurs membres de l’Assemblée, notamment avec Mirabeau, et fut très lié avec L.-S. Mercier19, alors simple journaliste, mais qui fit plus tard partie du comité d’instruction publique de la Convention. Il n’est pas supposable qu’il leur ait laissé ignorer ce qui avait fait jusqu’alors la passion de sa vie. Ce fut sans doute au même titre que Pestalozzi qu’il figura sur la liste des étrangers auxquels la Législative donna le titre de citoyen français, le 26 août 1792.

  • 20 Arch. nat., F17. 1007.
  • 21 Chap. x, p. 39.
  • 22 Mathieu représenta son plan à la Législative où il fut député(ne pas le confondre avec le conventi (...)
  • 23 Arch. nat., F17. 1310.

21En 1791, Mathieu, procureur-général-syndic du Bas-Rhin, qui avait passé plusieurs années au service du prince de Hohenlohe avant la Révolution, présenta à l’Assemblée constituante un Plan d’éducation20 où il demandait21 l’établissement de séminaires pour instruire les futurs maîtres dans l’état si difficile de former des hommes22. Un instituteur de Fribourg-en-Brisgau, nommé Zeller, écrivit de son côté une lettre où il demandait « s’il ne serait pas à propos qu’il y eût par département une maison destinée à instituer les maîtres d’école, et à leur donner par la science et les mœurs cette habileté nécessaire pour former de bons et éclairés citoyens23 ».

  • 24 Pp. 75 et 132.

22Cependant rien des idées allemandes de séminaire pour les maîtres ne parut dans le rapport et le projet de décret de Talleyrand, bien que le principe des écoles spéciales y fût adopté. Il sembla sans doute au comité de constitution que, selon les expressions mêmes de Talleyrand, si les instituteurs étaient destinés à propager l’instruction, l’instruction devait à son tour créer et multiplier les bons instituteurs, et que la seule précaution à prendre était d’établir des examens sévères24.

  • 25 Titre IV, art. 8.

23La Législative n’accepta pas, comme on sait, le plan que la Constituante lui avait légué. La première elle eut un comité d’instruction publique, et des travaux de ce comité sortit le projet célèbre de Condorcet. On y lit25 :

  • 26 Quant aux professeurs des instituts, c’était dans les lycées qu’ils devaient se former. « C’est au (...)

Il y aura provisoirement dans chaque institut un cours où les personnes qui se destinent aux places d’instituteurs des écoles primaires et des écoles secondaires seront formées à une méthode d’enseigner simple, facile et à portée des enfants, et où elles apprendront à faire usage du livre qui doit leur servir de guide. Les professeurs de l’institut et le conservateur nommeront chaque année un des professeurs qui donnera ce cours, et qui recevra pour cet objet des appointements particuliers26.

  • 27 Basedow, appelé à Dessau, avait tenu à terminer son Manuel élémentaire avant de fonder l’école où (...)

24Ainsi le projet du comité d’instruction publique de la Législative prévoyait, au moins pour un temps, l’établissement en France de cent dix cours pédagogiques, destinés à former des instituteurs pour l’enseignement primaire et le degré immédiatement supérieur. Leur objet devait être semblable à celui du Philanthropinum : exercer les futurs maîtres à l’emploi d’un livre élémentaire27.

  • 28 Il rédigeait plusieurs journaux depuis 1789. (Voir les Notes biographiques sur les hommes de la Ré (...)
  • 29 Ce dut être Arbogast lui-même.

25Comment le comité avait-il été mis au courant de la méthode de Basedow ? Par l’intermédiaire de l’Alsace. Un de ses membres était Arbogast, député du Bas-Rhin, ancien professeur de mathématiques à l’école d’artillerie de Strasbourg. Il était à coup sûr en relations avec Simon, qui était devenu depuis 1789 un personnage important à Strasbourg28. A la troisième séance du comité on29 proposa « de faire venir d’Allemagne des ouvrages sur l’organisation des écoles normales, les universités et les gymnases », et ce fut lui qu’on chargea d’écrire pour cet objet à Strasbourg (3 novembre 1791).

  • 30 Une traduction française en avait paru à Leipzig en 1774.
  • 31 Voir le texte de ce projet dans Guillaume, Procès-verbaux du Comité d’instruction publique de l’As (...)
  • 32 Voir Heitz, les Sociétés politiques de Strasbourg, 1790-95. Dorsch retourna à Mayence pendant l’oc (...)

26Outre les publications de Basedow, la Méthode nouvelle, la Philaléthie, le Manuel élémentaire30, que le comité connut évidemment par ce moyen, il reçut en mars 1792, d’un citoyen de Strasbourg, Antoine Dorsch, un Projet d’établissement de collèges pour l’instruction des maîtres d’école dans chaque département du royaume31. Dorsch était un prêtre allemand originaire du Palatinat, qui avait participé à la fondation de l’université de Mayence. Il était venu à Strasbourg en 1790, comme professeur de morale à l’académie catholique, et avait adopté avec passion les opinions révolutionnaires : il avait été élu vicaire général constitutionnel32. C’était donc un Allemand naturalisé Français : lui-même déclarait que son plan n’était que « la copie des meilleures institutions de ce genre, qui existaient déjà dans les plus florissantes provinces d’Allemagne, où elles faisaient le plus grand bien ».

  • 33 Voir Guillaume, Procès-verbaux, pp. 422 et suiv.

27Au mois de mars aussi, un journaliste prussien bien connu, ancien capitaine au service du roi de Prusse, M. d’Archenholtz, qui se trouvait alors à Paris, fit parvenir à l’Assemblée un mémoire important sur les réformes introduites dans l’éducation en Allemagne par Basedow et ses disciples33. Le comité d’instruction publique en reçut communication le 4 avril, juste au moment où Condorcet mettait la dernière main au plan général, quinze jours avant qu’il en lût le texte définitif au comité.

  • 34 Le texte de ce plan se trouve aux Archives nationales, parmi les papiers du comité d’instruction p (...)

28Il est donc hors de doute que les renseignements sur la pédagogie allemande n’ont pas fait défaut au comité d’instruction publique de la Législative. Il en reçut au moins par quatre voies différentes : par Arbogast, par Dorsch, par Archenholtz, et enfin par Mathieu, qui représenta à l’Assemblée, dont il était membre, le Plan d’éducation adressé à l’Assemblée précédente34. Ainsi on est autorisé à voir dans l’article du projet de Condorcet que j’ai cité, une imitation de ce qui se faisait depuis vingt ans en Allemagne pour l’enseignement élémentaire.

  • 35 Voir Pinloche, ouvr. cité, livre II , chap. iii, p. 329 et suiv.
  • 36 Cette commission fut réunie au comité le G octobre suivant. Mais Rühl l’avait quittée le 16 septem (...)

29La Convention n’ignora pas plus l’Allemagne que la Législative. Un de ses membres les plus connus, Rühl, député du Bas-Rhin comme Arbogast, avait été avant la Révolution ministre du comte de Leiningen-Dachsbourg, et, en cette qualité, il avait collaboré avec Bahrdt, l’un des principaux disciples de Basedow, à l’établissement du Philanthropinum de Heidesheim35. Rühl, il est vrai, ne fit jamais partie du comité d’instruction publique de la Convention, mais il fut le président de la commission d’éducation que Robespierre fit nommer le 3 juillet 179336.

30Quant au comité, il reçut tout d’abord l’héritage des dossiers de son prédécesseur, et fut comme lui en rapports avec plusieurs pédagogues allemands de l’école de Dessau.

  • 37 Allgemeine Revision des gesammten Schul- und Erziehungswesens, von einer Gesellschaft praktischer (...)
  • 38 Je ne sais quelle suite eut sa démarche. Un de ses fils fut officier français. Aux Archives nation (...)
  • 39 « Les noms de Campe, de Weisse, de Resewitz, de Basedow, de Salzmann, de Rochow, de Becker, d’Ebel (...)

31Au mois d’octobre 1792, Villaume, qui avait été le collaborateur le plus fécond de Campe à la Révision générale de l’enseignement et de l’éducation37, terminée depuis l’année précédente, écrivit à la Convention pour se mettre à sa disposition. Descendant d’anciens réfugiés français, il voulait répondre à l’appel qui venait de leur être adressé, et s’offrait, entre autres choses, « pour fonder et diriger des séminaires de maîtres pour les écoles nationales38 ». C’était précisément un des hommes dont Archenholtz avait parlé dans son mémoire huit mois auparavant39. La lettre de Villaume fut transmise au comité d’instruction publique dont Arbogast était alors président.

  • 40 Voir Barth, Notes biographiques sur les hommes de la Révolution à Strasbourg (Revue d’Alsace, nouv (...)
  • 41 Observations sur l’organisation des premiers degrés de l’instruction publique, par Simon, ex-profe (...)
  • 42 Il fut un des commissaires nationaux envoyés par le Conseil exécutif provisoire auprès de l’armée (...)

32Simon enfin était venu à Paris dans l’été de 1792, et avait fait partie du directoire secret d’insurrection qui prépara la journée du 10 août40. Lui-même a pris soin de faire savoir quels rapports il eut à cette époque avec le comité d’instruction publique. Dans une petite brochure qu’il publia en 1801, toujours pour préconiser l’établissement d’écoles normales41, on rencontre le passage suivant : « Lié avec quelques membres du comité d’instruction publique de la Convention, j’essayai de leur faire sentir, il y a plus de six ans, la nécessité d’établir des écoles normales pour former des instituteurs et créer un mode d’enseignement uniforme. J’eus le bonheur de persuader sans avoir celui d’être suffisamment compris. Les circonstances m’entraînèrent vers les frontières42 : ma proposition germa ; mais elle ne produit aucun des avantages que je m’en étais promis. »

33Mais la Convention ne reçut pas seulement des conseils d’outre-Rhin ou d’Alsace : elle connut une expérience alsacienne, qui avait prouvé avec éclat ce que pouvait la préparation méthodique des maîtres d’école pour la régénération d’un pays.

34Voici, sur ce sujet, un extrait du procès-verbal de la Convention, pour la séance du 16 fructidor an II.

  • 43 Ce doit être Grégoire.

35Un membre43, en parlant sur les moyens de propager l’instruction publique par l’universalisation de la langue française, rend compte à l’assemblée d’un fait intéressant.

  • 44 Stuber avait quitté le Ban de la Roche pour venir à Strasbourg, où il fut attaché comme diacre à l (...)

36Dans le département du Bas-Rhin, il y a une vallée dite le Ban de la Roche, composée de plusieurs communes dans lesquelles on ne parlait qu’un patois que l’on ne comprenait plus hors de la vallée. Un vieillard respectable, père d’une nombreuse famille, nommé Stuber, s’est dévoué à donner à ces citoyens les moyens de communiquer avec les autres hommes. Pour arriver à ce but, il créa une école d’instituteurs destinés à apprendre le français aux bons habitants de cette vallée : les soins de Stuber n’ont pas été infructueux, il est parvenu à faire apprendre à la jeunesse à lire et à écrire en français. Stuber44 avec son successeur et ami Oberlin ont porté leurs soins plus loin : ils ont montré aux jeunes gens du Ban de la Roche les éléments de la physique, de l’astronomie, de la botanique, de la musique, et de beaucoup d’autres connaissances nécessaires à l’homme social.

37Et ce brave homme, quoique pauvre, se croirait offensé si on lui offrait une récompense pécuniaire ; mais le récit de ce fait inséré au procès-verbal et la mention honorable sont les seules récompenses qui puissent plaire à de véritables amis de l’humanité qui, comme Stuber et son ami, se sont dévoués à la servir.

38Sur cette proposition, la Convention nationale décrète que le récit qui vient de lui être fait sera inséré honorablement au procès-verbal et au bulletin et que copie par extrait sera adressée à Stuber et à Oberlin.

  • 45 Oberlin avait ensuite formé les institutrices.
  • 46 Gazier, Lettres à Grégoire sur les patois de France, p. 229.
  • 47 Voir le chapitre suivant.

39Ce que la Convention apprit le 16 fructidor an II, l’Alsace entière le savait depuis longtemps. Personne n’ignorait à Strasbourg comment le Ban de la Roche, d’une vallée misérable et sauvage, était devenu rapidement, grâce à Stuber et à Oberlin, un des coins les plus prospères et les plus hospitaliers des Vosges. Personne n’ignorait non plus que le point de départ de l’œuvre avait été l’école des maîtres de Stuber45. Et, à la Convention ou dans le comité, ce n’étaient pas seulement les députés alsaciens qui pouvaient témoigner en faveur du miracle accompli au Ban de la Roche par les deux pasteurs pédagogues : Grégoire, avant la Révolution, avait été l’hôte d’Oberlin au Ban de la Roche, il avait connu Stuber à Strasbourg et était resté son ami. Le frère d’Oberlin le lui rappelait en 1790, lorsqu’il fit son enquête sur les patois : « Vous devez vous souvenir de ce que vous avez vu au Ban de la Roche : l’application de mon frère et de monsieur son devancier pourront peut-être servir d’exemple à d’autres46. » C’est assurément Grégoire qui fit récompenser solennellement par la Convention, en fructidor an II, l’œuvre de transformation matérielle et morale qui, dans son petit cadre, était digne cependant de servir d’exemple pour la France entière. Au moment où il obtint pour Stuber cette mention honorable, deux projets de décret pour la création de l’École normale avaient déjà été rédigés dans le comité d’instruction publique, et la rédaction du projet définitif allait commencer quelques jours après47. Ce projet a donc fait en somme partie d’un programme, dont le modèle le plus décisif avait été donné dans la petite vallée alsacienne du Ban de la Roche, et c’est là, sans doute, ce que voulut faire constater Ehrmann, représentant du Bas-Rhin comme Arbogast et Rühl, lorsque, quinze jours avant l’ouverture de l’École normale de Paris, il écrivit au comité d’instruction publique pour demander qu’on mît sur la liste des gratifications nationales « le citoyen Stouber (sic), premier instituteur d’une école normale en France ».

40Mais depuis quand ce projet avait-il pris consistance ? depuis quand le mot d’école normale, avant de désigner une institution officielle, était-il entré dans le langage courant du comité d’instruction publique ? et, dans le travail préparatoire qui aboutit au décret du 9 brumaire, comment les exemples donnés par l’Allemagne et l’Alsace ont-ils été adaptés aux exigences de la politique révolutionnaire ?

  • 48 Essai sur l’instruction publique, par P.-C.-F. Daunou, imprimé par ordre de la Convention national (...)
  • 49 Pages 50 et, 40. « Ainsi, après avoir écarté toute idée de privilèges, de maîtrise, de communauté, (...)
  • 50 Discours du citoyen Grégoire sur l’éducation commune, prononcé à la séance du 31 juillet, p. 8.

41On sait que dans le premier projet de décret sur l’instruction publique que Lakanal apporta à la Convention, au nom du comité d’instruction publique, le 26 juin 1795, le comité, se rangeant à l’avis de Daunou et de Sieyes, n’avait prévu que des écoles primaires, et abandonnait l’enseignement secondaire et supérieur à l’initiative privée et à la libre concurrence : il n’était pas question d’école pour former des instituteurs. Et cependant il est sûr que le comité y avait pensé, car, lorsque la Convention, obéissant aux critiques violentes des Jacobins, eut repoussé le projet, l’idée de ces écoles parut dans la défense que publia Daunou48. Daunou ne renonçait pas à ses idées sur la liberté, il les développait et les défendait au contraire de la façon la plus remarquable ; mais, en homme pratique, il consentait à examiner les motifs de ses adversaires, « moins comme des objections à réfuter par des discours que comme des demandes auxquelles il faudrait peut-être satisfaire par des établissements » ; et, parmi ces établissements, il prévoyait un certain nombre d’écoles de l’art d’enseigner49. Il n’est donc pas douteux que le projet de ces sortes d’écoles, bien que le procès-verbal du comité d’instruction publique n’en parle pas à cette époque, avait été soumis à ses premières discussions. 11 est même certain, en outre, qu’elles avaient été déjà désignées par plusieurs membres du comité sous le nom d’écoles normales. En effet, lorsqu’à la place du projet Daunou-Sieyes-Lakanal, la Convention discuta en juillet le plan de Lepeletier présenté par Robespierre, deux membres du comité mirent en avant l’idée et le nom d’écoles normales. Grégoire dit dans son discours50 :

Vous ferez sans doute entrer dans votre plan de régénération des écoles normales pour former des instituteurs.

  • 51 Projet de décret sur l’éducation nationale, par Léonard Bourdon, p. 9.

42Et Léonard Bourdon écrivit dans son projet de décret sur l’éducation nationale51 :

Nous sommes dans le plus grand embarras pour avoir quant à présent de bons instituteurs : il faut y suppléer en encourageant les hommes de génie à nous donner de bons livres élémentaires qui dirigent les instituteurs. Nous avons encore un autre moyen que je crois très efficace, le voici : ce serait d’établir à Paris, sous les yeux du Corps législatif, deux écoles pour former des instituteurs pour le premier et le second degré d’instruction, des écoles normales ; de réunir dans ces deux écoles les hommes les plus éclairés dans chaque genre ; ces hommes s’assembleraient pour conférer sur les meilleures méthodes d’enseignement, les feraient pratiquer à ceux qui se destineraient à être instituteurs et les recueilleraient chaque semaine dans un journal ; ce journal, envoyé dans les différentes écoles, y seconderait efficacement le zèle et la bonne volonté des instituteurs encore novices dans leur art, et établirait dès le premier moment de l’uniformité dans l’enseignement.

43Ce n’est pas seulement le mot qui paraît ici passé dans l’usage courant ; l’idée a déjà été discutée ou méditée : elle se présente avec un programme d’application qui se rapproche déjà beaucoup, par certains côtés, de celui qu’adopta huit mois plus tard le comité d’instruction publique.

  • 52 Lettre publiée dans la Révolution française, XIV, p. 826.

44Un autre texte bien curieux est un passage d’une lettre de Lakanal à la Convention, pendant sa mission dans la Dordogne. Le 1 3 messidor an II, il annonce que la manufacture d’armes de Bergerac est organisée : « Treize canonniers, dit-il, un nombre proportionné de platineurs, garnisseurs, monteurs, forgeurs de baïonnettes, réunis en école normale, ont été formés dans le même temps (deux mois), et leur travail ne le cède en rien à celui des meilleurs artistes52 . » Ainsi l’expression est devenue si familière aux membres du comité d’instruction que l’un d’eux en généralise déjà le sens, et cela quatre mois avant le décret de brumaire.

45C’est que, au moment où Lakanal écrit, la période de discussion est finie, celle de l’exécution est commencée. Déjà deux projets ont été rédigés par le comité d’instruction publique, le 1er prairial et le 1er messidor, et, dans ces deux projets, l’idée a pris le caractère révolutionnaire auquel fait allusion la lettre de Lakanal. Il ne s’agit pas seulement d’assurer la préparation régulière des maîtres, il s’agit de les former tous d’un seul coup et dans le plus bref délai, comme Lakanal forme les armuriers de Bergerac ; ce qu’on veut, ce n’est pas créer une institution ou des institutions durables, comme le sont les écoles normales allemandes, c’est improviser une institution ou des institutions temporaires, comme l’avait été l’école d’instituteurs de Stuber au Ban de la Boche. Ici nous n’avons plus affaire seulement aux enquêtes et aux méditations des pédadogues du comité d’instruction, mais aussi et surtout aux volontés et à la méthode du comité de salut public.

  • 53 Voir dans la Révolution française de décembre 1893 la lettre de M. Sigismond Lacroix à M. Aulard s (...)

46Dès son origine, en effet, le comité de salut public s’était préoccupé de l’instruction comme d’une affaire de sûreté générale. Sept semaines après son installation, dans le premier Rapport général sur l’état de la République française que Barère avait lu à la Convention le 29 mai 1793, et auquel Danton avait collaboré53, un important paragraphe avait été consacré à l’éducation publique :

L’éducation publique, les écoles primaires surtout, sont une dette sociale qui est à échéance depuis que vous avez renversé le despotisme et le règne des prêtres : c’est une dette sacrée qui est réclamée par tous les départements, et dont l’acquittement peut seul consoler des maux que l’anarchie vous a faits et vous fait encore. Les enfants dont les pères ont volé à la défense des frontières, ont droit d’obtenir de la nation une instruction qui les dédommage de l’absence de leurs instituteurs naturels ; les enfants des agriculteurs, transformés par le patriotisme, sont devenus les enfants de la patrie. Ouvrez donc, ouvrez dès demain, s’il est possible, les écoles publiques, les écoles de la République : il ne manque aux campagnes que des lumières et aux villes un patriotisme plus assuré....

47Et le lendemain, toujours au nom du comité de salut public, Barère avait présenté et fait voter un décret sur l’établissement des écoles primaires. Ainsi, même avant la défaite des Girondins, le grand comité, sous l’inspiration de Danton, avait mis la main sur la partie la plus importante de la tâche du comité d’instruction publique.

  • 54 Moniteur, réimpr., XXIV, p. 50.
  • 55 Voir Guillaume, Procès-verbaux du Comité d’instruction publique de la Convention, I, pp. 557-559.
  • 56 C’est la commission présidée par Rühl. (Voir ci-dessus, p. 29, note 6.)
  • 57 Le procès-verbal de la Convention (6 octobre) porte : « La commission d’éducation demeurera réunie (...)
  • 58 Art. 8 : « Pour organiser cette surveillance de manière à faire concourir l’éducation nationale av (...)

48L’entrée de Robespierre au comité de salut public, le 24 juillet suivant, ne fit que substituer son influence à une autre, mais ne changea rien à la position respective des deux comités. Si l’on en croit le discours de Carnot à la Convention, le 3 germinal an III54, ce fut d’abord l’instruction publique que se réserva Robespierre. Il s’en préoccupait spécialement en effet depuis un mois : c’était lui55 qui, le 3 juillet 1793, avait fait décréter une commission de six membres chargée de présenter dans huit jours un plan d’éducation et d’instruction56, par conséquent substituée au comité d’instruction publique pour son travail essentiel ; lui-même avait lu à la Convention, au nom de cette commission, le plan et le projet de Michel Lepeletier (14 juillet). Après qu’il l’eut quittée pour entrer au comité de salut public, elle n’en continua pas moins sa tâche parallèlement au comité d’instruction. Lorsque, le 15 septembre, le département de Paris fit voter par la Convention un projet de décret sur les trois degrés d’instruction, c’était après accord avec cette commission. Le 1er octobre, ce fut en son nom que Romme lut le rapport sur l’organisation et la distribution des premières écoles, d’où sortit le décret du 30 vendémiaire an II. Enfin, lorsque, le 6 octobre, le comité d’instruction eut été renouvelé d’après une liste dressée par le comité de salut public, la commission rivale lui fut adjointe57. Après ce renouvellement et cette fusion, la dépendance du comité d’instruction à l’égard de celui de salut continua et se resserra. Le 9 brumaire an II, quand Romme fit voter le décret sur la surveillance des écoles, le dernier article imposa au comité d’instruction l’obligation de s’entendre avec celui de salut58 ; dix jours après, quand on décida la revision du dernier décret sur l’instruction publique, ce ne fut pas seulement le comité d’instruction qu’on en chargea, mais à côté de lui aussi une nouvelle commission de six membres, qui devaient être choisis par le comité de salut public.

  • 59 Après le 9 thermidor, Barère ayant demandé dans la séance du 21 fructidor qu’une commission de tro (...)
  • 60 Celui qui fut agent national de Paris après Chaumette, et périt avec Robespierre en Thermidor.
  • 61 Voir Guillaume, Procès-verbaux, etc., II, p. 681.

49Ainsi, depuis la loi du 30 mai 1793 jusqu’à celle du 29 frimaire an II, le comité d’instruction paraît à chaque instant tenu en bride ou en lisière ; l’instruction publique n’était plus son affaire propre : elle était devenue, suivant le rapport du 29 mai, affaire de sûreté générale, et, suivant les termes du décret du 9 brumaire an II, elle devait concourir avec tous les autres moyens de salut public. Elle pouvait donc bien être confiée encore à titre consultatif à un comité spécial, mais elle relevait en dernier ressort du comité suprême de gouvernement, qui s’interposa ainsi entre le comité spécial et la Convention59. Et dans ce comité il semble que Robespierre, tout en ayant cessé de s’occuper spécialement de l’instruction publique, ait tenu à conserver toujours la haute main sur elle, car lorsque le régime du Conseil exécutif provisoire fut remplacé, le 12 germinal an II, par celui des douze commissions exécutives, ce furent deux de ses hommes de confiance, Payan-Dumoulin et Jullien de Paris, qui furent nommés commissaire et commissaire adjoint pour l’instruction publique. Jullien de Paris avait été avec Claude Payan60, le frère de Payan-Dumoulin, rédacteur de l’Anti-Fédéraliste, journal subventionné par le comité de salut public, organe officieux de Robespierre61 ; le troisième rédacteur du même journal, Fourcade, fut quelque temps après nommé second commissaire adjoint. La commission exécutive de l’instruction publique était donc très particulièrement attachée à Robespierre.

  • 62 Dix jours avant, le 29 messidor, Thibaudeau proposa au comité d’instruction publique que « pour qu (...)

50Ce régime de subordination dura jusqu’au 9 thermidor62 ; c’est sous ce régime que furent rédigés par le comité d’instruction publique les premiers projets de décret relatifs à l’École normale, et c’est pour faire une application nouvelle d’une méthode révolutionnaire créée par le comité de salut public que l’École normale fut conçue dès lors comme une institution temporaire, destinée à faire surgir du sol de la France l’organisation tout entière de l’instruction publique, aussi vite qu’en avait surgi celle de la défense nationale.

  • 63 Il y en eut trois, commençant le 1er, le 11 et le 21 ventôse.

51La première application de cette méthode par le comité de salut public avait été faite en pluviôse an II pour la fabrication du salpêtre et des canons. La fameuse École des armes fut véritablement le prototype de l’École normale. Comme pour l’École normale, chaque district envoya à Paris des élèves désignés par l’administration ; comme pour l’École normale, la durée de l’enseignement fut limitée à l’avance (trois décades). Le cours pour les poudres et salpêtres se fit dans l’amphithéâtre du Muséum d’histoire naturelle encore inachevé, où se firent les cours de l’École normale. Commencés le 1er ventôse, les cours de la première série63 furent terminés le 30, et les élèves défilèrent dans Paris et devant la Convention avec le salpêtre et les canons qu’ils avaient fabriqués ; après quoi ils retournèrent dans leurs districts et y organisèrent la fabrication de la poudre et des armes, c’est-à dire apprirent à d’autres ce qu’ils étaient venus apprendre eux-mêmes à Paris. De même le décret du 9 brumaire an III prescrivit que les élèves de l’École normale ouvriraient des écoles normales dans les départements. Il y eut donc là, à un an d’intervalle, deux applications diverses d’une même méthode, et c’est le succès de la première qui a donné l’idée de la seconde. Dès le 11 ventôse en effet, une note du Moniteur appréciait en ces termes l’École des armes : « Cet essai d’instructions données à des envoyés de tous les districts et répandues tout à coup sur une grande surface promet des succès qui seraient restés inconnus sans cette belle expérience. C’est une méthode révolutionnaire qui sera sans doute employée par le gouvernement pour multiplier en peu de temps tous les genres d’instruction que la prospérité publique exige. »

  • 64 Il y en eut deux autres. Dans son cours de l’École normale, Buache, professeur de géographie, dit (...)

52Bientôt, le 13 prairial suivant, le comité de salut public proposa à la Convention la seconde application de la méthode révolutionnaire, la fondation de l’École de Mars, et le même jour il annonça formellement la troisième, celle de l’École normale64.

53Il y a quatre ans, dit Barère, que les législateurs tourmentent leur génie pour fonder une éducation nationale, pour ouvrir des écoles primaires, pour instituer différents degrés d’instruction, pour raviver les sciences et les lettres, pour encourager les arts et pour élever en républicains la nombreuse génération qui s’élève.

54Qu’ont-ils obtenu ? qu’ont-ils établi ? rien encore. Les collèges qui transvasaient le despotisme et les opinions fanatiques dans l’âme des jeunes citoyens que l’habitude, l’égoïsme ou l’insouciance des parents leur livrait sont heureusement fermés ; mais aucun établissement n’a remplacé encore l’objet de ces maisons publiques.

55Cependant un vide nombreux menace la République dans les fonctions civiles et militaires. Le retard occasionné dans l’éducation publique par les secousses et la durée de la Révolution se fera fortement sentir dans quelques années, et nous sommes forcés d’apercevoir de loin une lacune considérable dans les besoins de la République pour tous les emplois.

56Cet objet a frappé depuis longtemps le comité de salut public, et il a aussitôt recherché quels étaient les moyens les plus prompts de préparer des défenseurs, des fonctionnaires et de bons citoyens. Il a pensé qu’il pouvait d’un côté établir à Paris une école où se formeraient des instituteurs, pour les disséminer ensuite dans tous les districts : cette pensée sera l’objet d’un autre rapport.

57II ne s’agit dans celui-ci que de la manière prompte de former à la patrie des défenseurs entièrement républicains et de révolutionner la jeunesse comme nous avons révolutionné les armées.

58Et la seconde expérience se fit dans des conditions analogues à celles que nous avons notées pour la première. Chaque district devait envoyer à l’École de Mars six jeunes citoyens qui, venant par étapes, arriveraient à Paris le 20 messidor au plus tard, trente-sept jours après le décret ; ils resteraient sous la tente tant que la saison le permettrait, et ensuite, en attendant qu’ils allassent faire leur service aux armées, ils retourneraient dans leurs foyers.

59Ainsi fut fait. En trois décades les élèves arrivèrent, les instructeurs furent rassemblés, un camp pour quatre mille hommes préparé dans la plaine des Sablons, les approvisionnements assurés. Quatre mois après, tout était fini, conformément à l’article 2 du décret qui avait créé l’École de Mars. Malgré les chaleurs qui avaient rendu plus de cinq cents élèves malades, le résultat poursuivi était atteint, et il ne restait plus qu’à renvoyer les jeunes gens dans leurs foyers « pour y offrir l’exemple des vertus qu’ils avaient pratiquées, y montrer les fruits rapides de leur application, en faire le sujet de l’émulation de leurs compatriotes », et attendre la réquisition. Les exercices n’avaient pas pris tout le temps des élèves : réunis dans une même enceinte, au nombre de trois mille cinq cents, assis sur des gradins demi-circulaires, ils avaient écouté une série de leçons orales sur les principes de l’art de la guerre, les règles de la tactique, les ordres de marche et de bataille, la castramétation, l’approvisionnement des armées, les moyens de conserver la santé des troupes, de prévenir et d’arrêter la contagion.

60Il faut connaître tous ces détails sur l’École des armes et sur l’École de Mars, pour comprendre comment, dans quelles circonstances, après quelles expériences, le comité de salut public a pu concevoir, et la Convention décréter l’École normale, telle qu’elle a été conçue et décrétée, avec son caractère d’institution provisoire et révolutionnaire.

  • 65 « La rapidité du torrent révolutionnaire ne laisse pas apercevoir de frottements, et dans les entr (...)

61L’idée même de l’École était née et avait avorté en France lors de l’expulsion des Jésuites ; en Allemagne elle avait paru dès la fin du xviie siècle et agi pendant toute la durée du xviiie. L’idée française se représenta à la Convention avec Barletti Saint-Paul ; l’idée allemande lui arriva soit directement d’Allemagne, soit indirectement par l’intermédiaire de l’Alsace. Le comité d’instruction publique l’avait déjà étudiée, quand le comité de salut public s’en empara, et, selon la métaphore de Guyton, la trempa dans le torrent révolutionnaire65, la transforma pour l’adapter aux besoins exceptionnels et urgents du pays.

Notes

1 Ses idées sont celles de l’Encyclopédie (art. Éducation).

2 Sur Barletti de Saint-Paul, voir la note biographique publiée sur lui dans le Journal d’éducation (avril-septembre 1810, tome II, p. 376).

3 Barletti protesta dans un pamphlet intitulé Le Secret révélé (Rotterdam, 1765, in-8).

4 Étude quatorzième : De l’Éducation.

5 Koenigsberger gelehrte und politische Zeitung, 1775, n° 25. (Voir Pinloche, la Réforme de l’éducation en Allemagne au dix-huitième siècle : Basedow et le philanthropinisme, p. 53.)

6 Arch. nat., F17. 1014.

7 Cette commission, et l’Institut qu’elle établit, sont mentionnés dans une lettre du ministre de l’intérieur Herman adressée au comité de salut public, le 21 germinal an II. On en trouvera le texte dans les pièces justificatives du premier volume de M. Liard, l’Enseignement supérieur en France (p. 411). Il y est fait allusion dans un arrêté du comité d’instruction publique de la Convention du 18 brumaire an III : « Il a plu au département de Paris, provoqué par la Commune et par ses chefs, d’organiser un comité d’instruction publique qui a changé la dénomination des collèges en celle d’instituts. » Ceci, entre parenthèse, ne s’accorde pas très bien avec les déclamations furibondes des thermidoriens contre la haine que les terroristes auraient eue contre toute espèce d’instruction.

8 Romme avait déjà rappelé ce fait dans une note du Rapport sur l’instruction publique dans son ensemble, qu’il présenta à la Convention, au nom du comité d’instruction publique, le 20 décembre 1792, ce qui prouve que les relations de Barletti avec le comité avaient déjà commencé à cette époque. (Voir Guillaume, Procès-verbaux du Comité d’instruction publique de la Convention, I, p. 205, note 1.)

9 P. 10.

10 Arch. nat., A F ii : 30.

11 Arch. nat., F17. 10101

12 Procès-verbal du 9 floréal.

13 Allain, la Question d’Enseignement en 1789 d’après les Cahiers, p. 120. L’abbé Allain a donné dans ce livre les extraits de tous les passages des cahiers relatifs à l’instruction publique. Un certain nombre de vérifications m’ont convaincu de la complète exactitude de ce recueil, et dispensé d’un travail considérable, qui eût été nécessaire si je n’avais eu à ma disposition que la table alphabétique des Archives parlementaires. Je diffère d’opinion avec l’abbé Allain sur une foule de points : mais je tiens à constater ici le service qu’il a rendu, en publiant ce livre, aux études révolutionnaires.

14 Voir Pinloche, ouvr. cité, chap. x : les Sources du « Manuel élémentaire », pp. 282-291. On y voit clairement tous les emprunts faits par Basedow à l’Essai de La Chalotais : idée d’une éducation d’État, idée d’un Conseil de l’enseignement, idée des livres élémentaires. Ces emprunts ont été niés dans la suite par Basedow, bien qu’il les eût tout d’abord expressément reconnus. Il est curieux de constater que le philanthropinisme avec lequel la pédagogie révolutionnaire eut tant d’attaches, en avait lui-même avec le plus hardi des pédagogues parlementaires de 1763.

15 La plupart des détails qui précèdent ont été empruntés soit au livre de M. Pinloche que j’ai déjà cité, soit au Dictionnaire de Pédagogie de F. Buisson, soit à l’Encyclopædie des gesammellen Erziehungs- und Unterrichtswesens de Schmid.

16 Voir Liard, l’Enseignement supérieur en France, I, chap. II.

17 Le journal du Philanthropinum : Pædagogische Unterhandlungen oder philanthropisches Journal und Lesebuch (Dessau, 1779-1784), publia le programme de cette école. (Voir Pinloche, ouvr. cité.)

18 Connaissances les plus nécessaires, tirées de l’étude de la nature et des arts et métiers, destinées à la jeunesse du moyen âge, par MM. Schweighæuser et Simon, conseillers de légation de S. A. S, Mgr le margrave de Bade, et directeurs d’une maison d’éducation pour de jeunes demoiselles à Strasbourg. 1 vol. in-12, Bâle, 1781.

19 Voir Pinloche, ouvr. cité, p. 437 et pp. 558-561.

20 Arch. nat., F17. 1007.

21 Chap. x, p. 39.

22 Mathieu représenta son plan à la Législative où il fut député(ne pas le confondre avec le conventionnel du même nom).

23 Arch. nat., F17. 1310.

24 Pp. 75 et 132.

25 Titre IV, art. 8.

26 Quant aux professeurs des instituts, c’était dans les lycées qu’ils devaient se former. « C’est au moyen de ces établissements, dit Condorcet, que chaque génération transmettra à la génération suivante ce qu’elle a reçu de la génération précédente et ce qu’elle a pu y ajouter. »

27 Basedow, appelé à Dessau, avait tenu à terminer son Manuel élémentaire avant de fonder l’école où l’on devait s’en servir, et le séminaire où les maîtres apprendraient à s’en servir. (Voir Pinloche, ouv. cité, chap. iii.)

28 Il rédigeait plusieurs journaux depuis 1789. (Voir les Notes biographiques sur les hommes de la Révolution à Strasbourg, par Étienne Barth [Revue d’Alsace, 1882], et le Mayence de Chuquet, p. 60.) Sur Simon à la fin de sa vie, on trouvera un passage amusant dans les Vieux Souvenirs du prince de Joinville, p. 10.

29 Ce dut être Arbogast lui-même.

30 Une traduction française en avait paru à Leipzig en 1774.

31 Voir le texte de ce projet dans Guillaume, Procès-verbaux du Comité d’instruction publique de l’Assemblée législative (pp. 148 et suiv.). Dorsch propose l’expression de collèges de maîtres d’école comme la traduction de Schul-Lehrer-Akademien, qui était le nom de plusieurs séminaires d’instituteurs allemands. L’imprimé original est aux Archives nationales (F17. 1309).

32 Voir Heitz, les Sociétés politiques de Strasbourg, 1790-95. Dorsch retourna à Mayence pendant l’occupation française par Custine, et y fut un personnage très important. (Voir le Mayence de Chuquet, passim.)

33 Voir Guillaume, Procès-verbaux, pp. 422 et suiv.

34 Le texte de ce plan se trouve aux Archives nationales, parmi les papiers du comité d’instruction publique de la Législative transmis à celui de la Convention (F17. 1007).

35 Voir Pinloche, ouvr. cité, livre II , chap. iii, p. 329 et suiv.

36 Cette commission fut réunie au comité le G octobre suivant. Mais Rühl l’avait quittée le 16 septembre, chargée par la Convention d’une mission dans la Marne et la Haute-Marne. (Voir Guillaume, Procès-verbaux, etc., II, pp. 9 et 10.)

37 Allgemeine Revision des gesammten Schul- und Erziehungswesens, von einer Gesellschaft praktischer Erzieher, 16 vol., 1785-91. (Voir Pinloche, ouvr. cité, chap. x et xi.)

38 Je ne sais quelle suite eut sa démarche. Un de ses fils fut officier français. Aux Archives nationales, dans le carton F17.10101, se trouve une chemise vide sur laquelle est écrit : « Le citoyen Villaume, sous-lieutenant au 4e bataillon de la Sarthe, adresse au comité d’instruction publique un mémoire de son père sur l’éducation, et une recette de savon écrite en allemand. » Le mémoire fut envoyé à Grégoire le 11 prairial (évidemment de l’an II). Villaume avait dû rentrer en France lui-même, car dans un cahier de notes des employés du comité (Arch. nat., Dxxviii.1) se trouve mentionnée, sans date, une demande qu’il fit pour obtenir la place de conservateur de la bibliothèque de Cambrai. En fructidor an II, il avait envoyé au comité un Discours académique sur les principes de l’éducation, que mentionne le procès-verbal. Pendant la durée de l’École normale, il fut, au Lycée des Arts, chargé de diriger le cours dialogué de pédagogie institué pour les élèves de l’École (voir p. 159.)

39 « Les noms de Campe, de Weisse, de Resewitz, de Basedow, de Salzmann, de Rochow, de Becker, d’Ebeling, de Gedike, d’André, de Villaume, de Trapp..., s’ils ne sont pas encore tous parvenus à vos oreilles, sont au moins dignes de votre estime. »

40 Voir Barth, Notes biographiques sur les hommes de la Révolution à Strasbourg (Revue d’Alsace, nouvelle série, XI, p. 417).

41 Observations sur l’organisation des premiers degrés de l’instruction publique, par Simon, ex-professeur d’allemand au prytanée de Saint-Cyr, 30 pp. in-8. Paris, Levrault, 1801.

42 Il fut un des commissaires nationaux envoyés par le Conseil exécutif provisoire auprès de l’armée du Rhin et de la Moselle, en vertu du décret de la Convention du 15 décembre 1792. (Sur son rôle à Mayence jusqu’à la capitulation de juillet 1793, qu’il signa comme membre du comité de défense, voir le Mayence de Chuquet.)

43 Ce doit être Grégoire.

44 Stuber avait quitté le Ban de la Roche pour venir à Strasbourg, où il fut attaché comme diacre à l’église collégiale de Saint-Thomas. Il fit en 1790 partie de la municipalité de la ville. (Voir sur Stuber : Barth, Notes biographiques sur les hommes de la Révolution à Strasbourg.)

45 Oberlin avait ensuite formé les institutrices.

46 Gazier, Lettres à Grégoire sur les patois de France, p. 229.

47 Voir le chapitre suivant.

48 Essai sur l’instruction publique, par P.-C.-F. Daunou, imprimé par ordre de la Convention nationale (49 pp. in-8°, Paris, 1793).

49 Pages 50 et, 40. « Ainsi, après avoir écarté toute idée de privilèges, de maîtrise, de communauté, de collège, de lycée, d’académie, de corporations quelconques, je pense qu’il serait à propos de recréer un petit nombre d’écoles publiques : 1° de l’art de conserver et de rétablir la santé ; 2° de l’art social ; 3° de l’art militaire. J’irai même plus loin que l’objection proposée ; et afin qu’il n’y ait aucune prédilection entre les professions diverses de la société, je demanderai encore des écoles : 4° des arts mécaniques ; 5° des beaux-arts ; 6° enfin de l’art d’enseigner. »

50 Discours du citoyen Grégoire sur l’éducation commune, prononcé à la séance du 31 juillet, p. 8.

51 Projet de décret sur l’éducation nationale, par Léonard Bourdon, p. 9.

52 Lettre publiée dans la Révolution française, XIV, p. 826.

53 Voir dans la Révolution française de décembre 1893 la lettre de M. Sigismond Lacroix à M. Aulard sur le décret du 29 mai 1793.

54 Moniteur, réimpr., XXIV, p. 50.

55 Voir Guillaume, Procès-verbaux du Comité d’instruction publique de la Convention, I, pp. 557-559.

56 C’est la commission présidée par Rühl. (Voir ci-dessus, p. 29, note 6.)

57 Le procès-verbal de la Convention (6 octobre) porte : « La commission d’éducation demeurera réunie au comité de salut public ». C’est une faute d’impression qui n’est pas au Feuilleton et que corrige le procès-verbal du 8 : « La Convention nationale déclare qu’en réunissant la commission d’éducation au comité d’instruction publique elle a adjoint à ce comité les membres qui formaient ladite commission. »

58 Art. 8 : « Pour organiser cette surveillance de manière à faire concourir l’éducation nationale avec tous les autres moyens de salut public, le comité d’instruction publique se concertera avec le comité de salut public et présentera un rapport sur cet objet. »

59 Après le 9 thermidor, Barère ayant demandé dans la séance du 21 fructidor qu’une commission de trois députés ou une section du comité d’instruction publique fût chargée de présenter un plan complet d’institutions républicaines, Chenier répondit que le comité s’en était sérieusement occupé, mais que, lorsque le travail avait été fini, le comité de salut public l’avait retiré à lui avec celui des fêtes nationales.

60 Celui qui fut agent national de Paris après Chaumette, et périt avec Robespierre en Thermidor.

61 Voir Guillaume, Procès-verbaux, etc., II, p. 681.

62 Dix jours avant, le 29 messidor, Thibaudeau proposa au comité d’instruction publique que « pour que sa marche fût conforme aux vues et aux principes du gouvernement, il demandât l’expédition de tous les arrêtés que le comité de salut public avait pris et prendrait sur les matières dont le comité d’instruction était dans le cas de s’occuper ».

63 Il y en eut trois, commençant le 1er, le 11 et le 21 ventôse.

64 Il y en eut deux autres. Dans son cours de l’École normale, Buache, professeur de géographie, dit qu’une partie du succès des armées françaises était duc aux cartes topographiques que le comité d’instruction publique avait pris soin de rassembler, et à l’instruction révolutionnaire qui avait eu lieu à l’égard des jeunes ingénieurs qu’il avait fallu former (Débats, séance du 7 ventôse). Trois décades avant l’ouverture de l’École normale, la Convention décréta des écoles révolutionnaires de navigation et de canonnage maritime (11 nivôse an III). Dans son rapport au nom des comités de marine, des colonies et de salut public, Boissier disait : « Pour procurer à tous les Français les moyens de concourir, sur l’armée navale, à la destruction de nos ennemis, le meilleur moyen est de créer des institutions navales dans les mêmes principes et à peu près sous les mêmes formes que celles qui vous ont présenté, dans les ateliers révolutionnaires pour la fabrication des salpêtres et des poudres, et au Champ de Mars, des résultats dont l’inappréciable avantage est incontestable. »
Ces écoles devaient durer du 20 pluviôse an III au 1er vendémiaire an IV. Chaque district devait y envoyer dix élèves.
Cette persistance de la foi dans la méthode révolutionnaire, en pleine réaction thermidorienne, est tout à fait remarquable.

65 « La rapidité du torrent révolutionnaire ne laisse pas apercevoir de frottements, et dans les entreprises qui sortent des limites posées par l’usage, la force de première impulsion approche plus sûrement du but que le mouvement continuellement retardé par les oscillations d’un régulateur. » (Rapport sur l’École de Mars.)

© Éditions Rue d’Ulm, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540