Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Centenaire de l’École normale (1795-1895)

Première partie. Les boursiers de Louis-Le-Grand. L'école normale de l'an III

Avant-Propos

Texte intégral

  • 1 J’ai tiré les principaux éléments de ce travail de quatre sources différentes : deux sont des impr (...)

1Il y a déjà dix ans, lorsque, sur le conseil de M. Fustel de Coulanges, je rédigeai une notice historique sur l’École normale, je promis à mes camarades de leur en donner « à bref délai » une histoire véritable. Je ne tiens aujourd’hui, à l’occasion du centenaire, qu’une partie, une petite partie de ma promesse : l’étude qui suit se borne à l’école de l’an III1. Je prie qu’on m’excuse de l’avoir limitée, pour essayer de la rendre définitive.

2Grâce à cette étude approfondie, j’ai corrigé l’erreur de jugement et la faute d’ignorance qui m’avaient fait expédier si lestement en 1884 le sujet auquel je consacre aujourd’hui deux cents pages. Je ne connaissais alors que quelques textes imprimés derrière lesquels se dissimulait la vérité. Je ne doute plus maintenant qu’il n’y ait une véritable filiation de l’École de la Révolution à l’École de l’Empire, et, par suite, à l’École normale actuelle.

3Lorsque Napoléon voulut organiser l’instruction publique en grand service d’État, l’École normale lui en parut un des éléments essentiels, celui qui devait assurer le recrutement, la durée et la force de l’Université. Mais cette idée, douze ans auparavant la Convention l’avait eue et avait essayé de la réaliser, lorsqu’au commencement de l’an III elle avait entrepris de réorganiser la France, et, entre autres choses, de renouveler les établissements et l’esprit de l’instruction publique à tous les degrés. L’analogie des circonstances est évidente. Dans les deux cas il s’agissait de constituer l’État enseignant ; dans les deux cas l’État enseignant se procurait un séminaire de professeurs, une École normale. En 1794 le comité de salut public l’avait conçue d’abord comme un établissement révolutionnaire, d’où partirait l’impulsion initiale de l’enseignement primaire national et qui disparaîtrait après l’avoir donnée ; en 1795, sans renoncer à l’établissement révolutionnaire, on en fit avant tout une école de haute culture, en se promettant de la rendre permanente pour former les professeurs des écoles centrales. Les circonstances ne permirent pas que cette idée fût réalisée ; mais c’est elle qui reparut en 1808 : on décréta alors l’établissement permanent où l’Université enverrait ses élèves pour en tirer ses professeurs. La fonction des deux écoles était donc en somme identique comme leur nom, et l’identité même du nom exprime celle de la fonction : ce n’est pas arbitrairement qu’on a choisi, pour célébrer notre centenaire, celui du 9 brumaire an III ; l’histoire de l’École normale de la Convention est une préface obligatoire à l’histoire de l’École normale du premier Empire.

4Cette préface à son tour ne peut se passer d’un avant-propos. Ce ne sont pas, nous le verrons, la Convention ni son comité d’instruction publique qui ont inventé le nom d’École normale, et, à plus forte raison, ce ne sont point eux qui ont eu les premiers l’idée d’une École normale. Ils ont pris un nom déjà employé en Allemagne, et l’ont appliqué à une institution dont l’Allemagne leur offrait les principaux mais non pas les seuls exemples : en France il n’y avait pas de congrégation enseignante, séculière comme l’Oratoire ou la Doctrine chrétienne, ou régulière comme Saint-Maur, qui ne possédât, pour former ses professeurs, un ou plusieurs noviciats ; bien plus, lorsqu’à l’époque de l’expulsion des Jésuites, l’État avait pour la première fois tenté de mettre la main sur l’instruction publique. lorsque, pour la première fois, les Parlements avaient voulu faire passer dans la pratique l’idée reprise par la Convention, que la puissance publique a le devoir d’enseigner, et l’idée reprise par Napoléon, qu’elle en a seule le droit, alors comme en 1794 et en 1808, un séminaire national de professeurs avait été fondé, et, sans le nom qui devait la désigner trente ans plus tard, l’École normale avait commencé d’exister. En réalité elle a été fondée à trois reprises, et chaque fois dans une même crise de l’instruction publique. Pour la saisir à ses origines, elle et l’État enseignant, ce n’est pas seulement de l’Empire à la Révolution qu’il faut remonter, mais de la Révolution à l’expulsion des Jésuites.

Notes

1 J’ai tiré les principaux éléments de ce travail de quatre sources différentes : deux sont des imprimés, deux sont des manuscrits.
Imprimés. — 1° Journal sténographique des cours de l’École normale publié sous le titre de Séances des Écoles normales (voir page 168). L’exemplaire de l’édition originale que possède la Bibliothèque nationale étant incomplet (cinq volumes de leçons seulement et pas de volumes de débats), j’ai toujours renvoyé en note à la deuxième édition, qui fut publiée en 1800 (sept volumes in-8°, dont sept de leçons et trois de débats), en indiquant simplement la série leçons ou la série débats, qui ont chacune une tomaison distincte. — 2° J’ai lu pour la période de temps qui concernait mon travail tous les journaux que possèdent la Bibliothèque nationale et celle de l’Arsenal.
Manuscrits. — 1° Ce sont d’abord les documents conservés aux Archives nationales. Les principaux sont les procès-verbaux du comité d’instruction publique de la Convention, dont on possède les minutes (AF ii. 17) et les registres (AF ii* 30 et 31), complétés par les registres d’arrêtés postérieurs à la réorganisation du comité, qui suivit le 9 thermidor (AF ii* 32 et 33). J’ai fait un usage si constant de ces documents inédits pour la période qui m’intéressait, que je n’ai presque jamais pris la peine d’y renvoyer en note. Je l’ai toujours fait, au contraire, pour les renseignements tirés des séries C, D xxxviii, F17, M et MM, où j’ai rencontré nombre de pièces intéressantes. — 2° J’aurais voulu pouvoir consulter la série L dans toutes nos archives départementales ; on comprend que cela m’ait été impossible : je n’ai pu le faire qu’à Versailles. Heureusement quelques amis et un certain nombre d’archivistes départementaux ont bien voulu faire pour moi des recherches, qui m’ont fourni des données très importantes (voir p. 114, note 2).
Je veux, pour terminer cette note, témoigner toute ma gratitude à M. J. Guillaume, le savant éditeur des procès-verbaux des comités d’instruction publique. (Il en a déjà donné un volume pour celui de la Législative, et deux pour celui de la Convention jusqu’au 30 brumaire an II). J’étais, avant de le connaître, son obligé pour le modèle de précision et d’exactitude qu’il m’avait fourni dans cette belle publication, où l’abondance des documents n’a d’égale que la clarté avec laquelle ils sont présentés. Je le suis bien davantage encore, depuis qu’il a bien voulu, par ses encouragements et surtout par ses conseils, favoriser mon excursion sur son propre domaine.

© Éditions Rue d’Ulm, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540