Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’École normale de l’an III. Vol. 4, Leçons d’analyse de l’entendement, art de la parole, littérature, morale

 | 
Jean Dhombres
, 
Béatrice Didier

Leçons de littérature de la Harpe

Premier débat

19 pluviôse/4 février

Texte intégral

1La harpe. La séance d’aujourd’hui est destinée à des conférences sur la première leçon de littérature, et ces conférences sont peut-être la partie la plus instructive de nos cours. En effet, quelque préparé que l’on soit à parler sur une matière spéculative, où la théorie n’est pas applicable à un objet sensible qui avertisse la mémoire en frappant les yeux, il est à peu près impossible d’avoir assez de présence d’esprit pour suivre cette matière dans toute son étendue et l’orner dans tous ses détails. C’est tout ce que pourrait faire l’instruction écrite, fruit du temps et de la réflexion. Le choix des idées, la précision élégante du style sont la perfection d’un livre, et pour en faire un d’une suite de leçons parlées, il n’y aurait qu’un moyen, ce serait de les composer chez soi, à tête reposée, et de les débiter ici de mémoire. De cette manière on pourrait, suivant la portée de ses talents, faire davantage pour sa propre gloire, mais moins peut-être pour l’instruction ; car il ne s’agit pas principalement de montrer ce qu’on a de meilleur dans l’esprit, mais de chercher dans l’esprit des autres, et d’en tirer tout ce qu’ils peuvent produire de bon. En un mot, l’orateur travaille surtout pour lui ; l’instituteur travaille pour les autres.

2Les matières de littérature et de goût présentent tant de faces différentes, des nuances si fines, des distinctions si délicates, que ceux qui les traitent avec le plus de lumières et de bonne foi ne sont pas toujours d’accord. Cependant la vérité est une. Comment donc la trouver ? En essayant toutes les routes qui peuvent y conduire, et c’est ce qui résulte du travail simultané de tous les esprits.

3Ici l’instruction orale a de l’avantage sur l’instruction écrite, en ce que la première, bien conçue et bien remplie, comporte, exige même la discussion dialoguée entre tous ceux qui en sont capables ; c’est le vrai moyen de tout développer et de tout éclaircir. Cette méthode est la plus fructueuse de toutes, et je la conseille spécialement, même pour les enfants. Les maîtres ne sauraient trop les encourager à faire toutes les questions, toutes les objections qui peuvent leur venir à la tête : ils en feront souvent de puériles et de frivoles, il faut s’attendre à tout ce qui est de leur âge ; mais les questions ne seront jamais perdues, quand on saura bien y répondre. À combien plus forte raison l’enseignement doit-il être dialogué, quand il s’adresse à des hommes faits, à des hommes déjà instruits, et destinés à enseigner eux-mêmes ? Combien d’idées qui ne peuvent éclore que par l’opposition d’autres idées ? Combien de solutions que l’on ne rencontrerait jamais si l’on n’était heurté par la difficulté et averti de se replier sur soi-même et d’interroger toutes ses facultés ? Combien de vérités qui ne peuvent trouver place qu’en déplaçant des erreurs ? La contradiction est l’étincelle qui tombe sur le salpêtre ; elle enflamme le génie et produit l’explosion soudaine, et fait partir le coup qui va chercher le but.

4De là cette habitude de controverse, établie dans les écoles des anciens philosophes, qui aiguisa l’esprit des Grecs, et contribua beaucoup à les rendre le plus ingénieux des peuples de la terre. Elle le subtilisa trop, il est vrai, parce qu’il était porté par lui-même à cette espèce d’abus, et que nous avons communément les défauts qui avoisinent nos bonnes qualités. Cette subtilité n’est pas le vice dominant de l’esprit français : au contraire, il a autant de mesure et de justesse et même plus qu’aucun autre ; et c’est pour cela que la littérature française est distinguée principalement par le goût ; mais il a aussi une vivacité impétueuse qui le porte d’abord à ne saisir qu’un côté des objets, ce qui est toujours un principe d’erreur. Il a donc besoin qu’on l’accoutume à les considérer sous tous les aspects ; car c’est ainsi qu’on trouve la vérité.

5C’est dans cette vue que Platon et Cicéron, dans leurs ouvrages didactiques sur l’éloquence, adoptèrent cette forme de dialogue comme la plus propre à faire connaître un sujet dans tous ses rapports et à faire agir toutes les forces de l’esprit ; cependant c’était toujours, au fond, le même esprit qui régnait dans ces dialogues écrits, celui de l’auteur. Dans nos conférences, ils peuvent agir tous, chacun dans son sens ; et de ce mouvement général il doit jaillir plus de clarté.

6Évitons que l’on puisse appliquer à celui qui enseigne ce vers de Voltaire :

  • 1 Ce vers de Voltaire se trouve à la fin du chant I de La Guerre civile de Genève (1768). Référence (...)

Qui parle seul, a raison trop souvent1.

7J’ajouterai qu’il y a tout à gagner pour le plaisir et l’agrément, ce qui n’est jamais à négliger. L’enseignement continu ressemble un peu, si j’ose le dire, à ces grandes allées de nos grands parcs, dont souvent on désire la fin, parce qu’on y marche toujours sur la même ligne : l’enseignement dialogué ressemble à ces jardins anglais où l’on trouve à tout moment de nouveaux sentiers ; souvent, il est vrai, on y parcourt un assez petit espace avec beaucoup de détours, mais tous sont bien connus, rien n’en est perdu et aucun ne ressemble à l’autre.

  • 2 Il pourrait s’agir de Charles-François Dupuis, alors âgé de cinquante-deux ans, qui prit une part (...)

8Dupuis2. Citoyen, vous nous avez promis de nous lire des morceaux d’éloquence tirés de Démosthène et de Cicéron : je voudrais que vous ajoutassiez des extraits des discours qu’ont produits les premiers élans de la liberté ; ces extraits ne seraient pas moins propres à développer les germes de l’éloquence républicaine.

9La Harpe. En promettant d’abord de prendre mes exemples dans les anciens, je n’ai pas prétendu, à beaucoup près, exclure les modernes.

  • 3 Ce rappel opportun et discret de son passé « patriote » ne compromet guère La Harpe, au contraire  (...)

10J’ai commencé par où les instituteurs ont toujours commencé, par étudier l’art chez ces peuples fameux qui les premiers ont posé les principes de l’éloquence et de la liberté, et chez ces grands orateurs qu’une longue suite de siècles a consacrés comme des modèles. À l’égard des modernes, j’ai été un des premiers à rendre hommage à la supériorité de Mirabeau, et j’en pourrais nommer quelques autres après lui ; cependant [il ne serait] pas sans danger ni sans inconvénient de citer ici de ces orateurs, et il y a bien des raisons qui pourraient rendre ce choix embarrassant3.

11C’est dans l’Assemblée constituante que vous trouverez ceux qui ont le mieux parlé ; mais les principes ont beaucoup changé depuis ce temps, et c’est à quoi il faut faire beaucoup d’attention. Si cependant, dans ces discours, je trouve des morceaux qui ne présentent aucune difficulté par rapport aux idées politiques, j’en donnerai lecture ; et cela même entrait dans mon plan.

12Dupuis. J’ai encore une autre observation à vous soumettre ; comme il sera sans doute question des anciens et des modernes, je voudrais que vous déterminassiez les limites qui séparent ceux-ci de ceux-là. Je voudrais savoir l’époque déterminée où finissent les anciens, et celle où commencent les modernes.

13Je voudrais savoir si l’époque des modernes est la même pour une nation quelconque que pour toute autre nation ; si l’époque des modernes pour les Italiens, par exemple, commence au temps de Pétrarque ; pour les Anglais, à Bacon et à Shakespeare ; pour les Français, à Descartes ou à Corneille.

14La Harpe. Votre question peut se diviser en deux parties. La première comporte une réponse qu’il est possible de faire sur-le-champ, attendu qu’elle a un rapport immédiat avec l’objet de nos séances. Vous avez demandé à quelle époque s’appliquent les modèles que nous pouvons appeler anciens. Je vais réduire cette question à l’éloquence.

15L’éloquence a subsisté à Rome dans tout son éclat, tant qu’elle a été la compagne de la liberté ; elle est morte avec elle.

  • 4 Panegyricus Trajano dictus de Pline le Jeune fut très lu et commenté au xviiie siècle – peu favora (...)

16Je parle de l’éloquence délibérative et judiciaire, de l’éloquence des peuples libres. Car depuis et sous les empereurs, nous avons vu encore des hommes qui se sont fort distingués : Tacite dans l’histoire, Quintilien dans la rhétorique, Pline dans le panégyrique, etc. Tacite a été un homme de génie ; et vous remarquerez que ce qui a caractérisé le génie de Tacite, c’est sa profonde indignation contre la tyrannie ; indignation qui, longtemps concentrée, s’exhalait enfin avec une énergie qui ne pourrait se retrouver que dans des circonstances semblables, et que, dans des temps plus heureux, il lui fut permis, grâce aux mœurs douces de Trajan, de répandre tout entière dans ses écrits. Quintilien tient le premier rang parmi les précepteurs du goût : il avait hérité des principes du bon siècle. Pline fut un homme de beaucoup d’esprit ; il faisait grand cas de l’éloquence de Cicéron ; mais il était peut-être l’homme du monde qui avait le moins de rapport avec lui. Il ne nous reste dans le genre oratoire que son panégyrique de Trajan4, qui étincelle d’esprit, et dont on excuse la longueur en faveur des vertus du prince à qui l’auteur l’adressait.

17À ces trois hommes près, vous ne retrouvez plus, depuis la mort de Cicéron, aucune trace de l’éloquence. La raison en est bien simple : tous les grands intérêts qui peuvent la vivifier étaient anéantis ; il n’y avait plus de tribune aux harangues ; on ne plaidait plus dans les tribunaux les causes qui regardaient l’État, mais celles qui concernaient les particuliers. Ces dernières étaient confiées aux avocats vulgaires, appelés causidici, que les anciens savaient bien distinguer de ceux qu’ils appelaient orateurs.

  • 5 Themistius de Paphlagonie, né en l’an 325 de notre ère, fut l’auteur de Discours écrits en grec. C (...)

18L’éloquence républicaine disparut donc sous le règne des empereurs. Vous arrivez jusqu’au Moyen Âge, où l’art oratoire commence à paraître, mais avec tous les caractères de l’infériorité, dans les ouvrages de quelques hommes beaucoup plus philosophes qu’orateurs, tels que Thémiste, Libanius et Symmaque5. Ce n’étaient pas des hommes qui pussent ressusciter l’ancienne éloquence. Vient ensuite l’invasion des Barbares, et alors tout reste dans une nuit profonde jusqu’à la fin du xve siècle. C’est alors que la transmigration des beaux-arts, le transport des monuments qui en restaient et des anciens manuscrits apportés de Constantinople à Florence ranimèrent le goût des lettres ; mais ce goût ne se porta pas d’abord vers l’éloquence, il se tourna vers l’érudition et l’étude de l’Antiquité. Quelques génies heureux répandirent dans l’Italie des lumières qui se propagèrent dans l’Europe.

19Ce fut là l’époque où les arts sortirent de leur assoupissement, sous l’influence des Médicis. Vous verrez ensuite, au xviie siècle, celui qu’on a nommé siècle de Louis XIV.

20Alors l’éloquence a reparu, mais sous des formes nouvelles. Elle jette un grand éclat dans la chaire, dans l’oraison funèbre et le sermon, qu’on peut regarder comme un genre démonstratif adapté à notre religion et à nos mœurs.

  • 6 Jean-Baptiste Massillon (1663-1742), prélat et orateur, évêque de Clermont dès 1701, est surtout c (...)

21C’est alors que brillèrent les Massillon, les Bossuet, les Fléchier et les Bourdaloue6, qui la portèrent à son plus haut point de perfection.

22L’éloquence du barreau se ranima également ; mais elle ne s’éleva pas à pouvoir servir de modèle.

  • 7 Tous deux écrivains et avocats. Olivier Patru (1604-1681) exerça de son temps une grande influence (...)

23Les Patru et les Lemaître7 ont laissé après eux un grand nom, parce qu’ils eurent un style plus raisonnable, plus dégagé de pédantisme, une diction plus pure à mesure que la langue commençait à se former ; ni l’un ni l’autre n’a laissé de monuments qui puissent leur assurer le titre de grand orateur, ni qui puissent servir de modèle.

  • 8 L’éloge des grands hommes devient au xviiie siècle un véritable genre littéraire, dont la philosop (...)

24La même chose a eu lieu dans ce siècle-ci : l’éloquence ne pouvant se signaler dans les tribunaux et dans les assemblées délibérantes, ce qui n’existe que chez les peuples libres, s’est élevée dans d’autres genres dont jusqu’alors même elle n’avait pas approché. Ainsi l’éloge des grands hommes est devenu une source de vérités morales et politiques, qui n’ont pas été perdues pour notre révolution et qui en ont produit les premiers mouvements8.

  • 9 Sur Raynal, cf. infra, note 33.
  • 10 Le naturaliste Buffon (1707-1788), lors de sa réception à l’Académie française le 25 août 1753, au (...)

25Elle s’est introduite dans d’autres ouvrages, dont la nature semblait n’être que philosophique, et qui ont acquis un nouveau prix par les charmes de l’éloquence : tels sont ceux de Rousseau, de Raynal9, de Buffon10, etc.

26Maintenant si nous voulons chercher la ligne de démarcation entre les anciens et les modernes quant à l’éloquence républicaine, qui est notre objet, il faut passer tout d’un coup de la mort d’Auguste à notre révolution. C’est alors qu’un peuple venant de reconquérir sa liberté a ressuscité le génie des orateurs.

27Vous pourrez m’objecter les Anglais ; et, en effet, on a vu très souvent dans le parlement d’Angleterre une très grande force de raisonnements, une raison lumineuse, une dialectique profonde, tout ce que comporte le caractère naturellement réfléchi de ce peuple ; mais ce ne sont pas encore là les caractères les plus marqués de la véritable éloquence, de celle qui soulève les hommes assemblés avec le levier de la parole, comme on soulève les grandes masses avec des câbles et des contre-poids. Ils n’ont pas signalé cette espèce de force ; et j’en reviens à dire que, pour ce qui regarde l’art oratoire dans les matières politiques et judiciaires, la perfection n’a pu exister que chez les peuples célèbres, qui ont été à portée de lui donner tous ses moyens en lui ouvrant une carrière assez vaste pour les y déployer tous.

28Quant aux autres genres, où nous avons excellé, l’oraison funèbre et les sermons, ce n’est pas là l’objet de nos séances.

29Vous avez fait une autre question, vous avez demandé si les Anglais ont commencé l’époque des modernes à celle de Shakespeare.

30Dupuis. Non seulement pour l’éloquence, mais pour les autres genres.

31La Harpe. Ceci est une question de littérature particulière, qui ne regarde pas l’éloquence dont nous nous occupons. Cependant si vous voulez répéter votre demande, je vais y répondre.

32Dupuis. C’est un cours de littérature que vous allez faire. Il sera souvent question des anciens et des modernes ; je voudrais que vous traçassiez une ligne de démarcation entre ceux-ci et ceux-là.

33La Harpe. C’est un cours d’éloquence que nous faisons actuellement ; et, à cet égard, j’ai tracé la ligne de démarcation, et j’ai dit que l’intervalle depuis le siècle d’Auguste jusqu’à nous n’a été rempli, quant à l’éloquence délibérative et judiciaire, que par quelques lueurs fugitives et passagères qui n’ont pas laissé de longues traces de lumières.

  • 11 Dominique-Joseph Garat (1749-1833), collègue de La Harpe à l’École normale, fut ministre de la Jus (...)

34Garat11. Citoyen Professeur, j’ai quelques observations ou quelques doutes à vous présenter. Vous n’avez point confondu l’éloquence et l’art oratoire ; vous laissez entrevoir que vous les distinguez ; cependant, j’aurais désiré que vous eussiez marqué cette distinction plus fortement encore. Je connais des ouvrages conçus et ordonnés suivant toutes les règles de l’art oratoire, où il y a bien peu d’éloquence ; et des ouvrages très éloquents, dont les formes, l’objet et le but n’ont rien de commun avec ce qu’on appelle proprement art oratoire. En vous arrêtant davantage sur cette distinction qui est très réelle, vous auriez, peut-être, fixé mieux nos idées sur ce qui constitue l’art oratoire, et sur ce qui constitue l’éloquence. Toutes les fois qu’on parle avec une certaine disposition des parties du discours, avec un certain choix de pensées et d’expressions, il semble qu’il y ait un art de parler, un art oratoire. Choisir et disposer, voilà ce qui constitue, en tout genre, un art. Toutes les fois que, sans les chercher même, on rencontre, en parlant, un sentiment qui élève ou qui touche les âmes, une expression qui ébranle les imaginations ou qui éclaire les esprits d’une lumière subite et étendue, on est éloquent : et ici ce n’est pas seulement une distinction qu’on aperçoit entre l’éloquence et l’art oratoire, c’est presque une opposition. L’art choisit et dispose ; l’éloquence trouve, crée et répand. L’art oratoire ouvre et trace, en quelque sorte, un champ d’une certaine forme et d’un certain espace où l’éloquence pourra se déployer et se renfermer ; mais l’éloquence n’a pas besoin que l’art oratoire lui ouvre et lui trace des enceintes : elle peut étonner, éclairer et toucher toutes les fois qu’une âme passionnée parle de l’objet dont elle est profondément remplie. Madame de Sévigné est éloquente dans un billet ; Bossuet dans une oraison funèbre ; Raynal dans l’histoire du commerce.

  • 12 Le Dialogus de oratoribus (sous-titré Sive de causis corruptae eloquentiae dans plusieurs versions (...)

35La question qu’un élève des Écoles normales vient de vous faire, citoyen Professeur, sur les anciens et les modernes, a été traitée par les anciens eux-mêmes, dans un ouvrage que des savants attribuent à Quintilien, et d’autres savants à Tacite. C’est un dialogue dont on n’a pas beaucoup parlé, et qui mérite d’être beaucoup lu ; c’est un morceau d’une centaine de pages qui a pour titre : De causis corruptae eloquentiae12. On y trouve très souvent le goût de Quintilien, le génie de Tacite, et un certain éclat de couleur poétique qui sied bien à un dialogue sur l’éloquence où l’un des interlocuteurs est un poète. Dans ce dialogue donc, l’un des interlocuteurs apologistes des modernes demande à un autre admirateur exclusif des anciens quel est, dans la suite des âges, le moment où les anciens finissent et où les modernes commencent. Le débat est, d’une part, très ingénieux ; de l’autre, plein de force et de sens. « Appellerez-vous anciens tous les orateurs qui ont précédé l’âge où nous vivons ? dit celui qui interroge. En ce cas, plus nous approcherons du berceau de la République, plus ce nom d’anciens conviendra à ces premiers Romains qui savaient mieux manier la charrue et le glaive que la parole : mais, sans doute, vous ne prétendrez pas faire de ces orateurs si grossiers les modèles les plus parfaits de l’art oratoire ; vous ne prétendrez pas que le vieux Caton soit plus éloquent que Cicéron, qui est beaucoup plus moderne. Cicéron touche bien plus à notre âge, et lui appartient davantage qu’aux temps anciens si loin de lui, et par le temps et pour la perfection du style. Où placerez-vous donc la ligne de démarcation ? » Les interlocuteurs parlent longtemps, et cette ligne de démarcation, ils ne la posent avec précision nulle part. Ce qui fait voir qu’alors, comme aujourd’hui, et peut-être plus qu’aujourd’hui, elle était assez difficile à poser.

  • 13 Quintus Hortensius (114-50), célèbre orateur romain, rival de Cicéron. Il fut le défenseur de Verr (...)

36L’art de la parole, telle qu’on l’avait admiré dans la bouche des Hortensius13 et des Cicéron, disparut à l’extinction de la République : mais je suis loin de croire que l’éloquence disparut avec cet art ; et j’ai peine à me persuader que dans le sénat et devant les tribunaux de justice, où l’on discutait encore de grands intérêts, il n’y eût pas un art oratoire ; l’art devait être plus raffiné par cela même que, se déployant avec moins de liberté, il se déployait avec moins de grandeur. Vous l’avez dit, citoyen Professeur, Tacite a des morceaux d’une éloquence sublime ; et, ce qui est remarquable, la sublime éloquence de Tacite se fait sentir alors même qu’il peint et qu’il fait parler des âmes comprimées par la terreur et par la présence des tyrans. On trouverait des morceaux d’une éloquence rare dans d’autres écrivains encore postérieurs, comme Tacite, à la République. Je voudrais qu’on distinguât l’éloquence de la pensée et l’éloquence des passions. Celle-ci n’éclata que dans Rome libre ; l’autre brilla sous les empereurs, où les malheurs mêmes de l’esclavage furent pour les esprits réfléchis des sources profondes de lumière. Il est dangereux de faire trop de distinctions : on devient subtil ; il est plus dangereux encore de n’en pas faire assez : on reste dans le vague. C’est à la justesse si naturelle de votre esprit, citoyen Professeur, qu’il appartient de tracer une route entre ces deux excès.

  • 14 Que Garat s’attache à réfuter la thèse d’une translatio litterarum vers l’Italie, consécutive à la (...)

37L’époque que vous avez marquée à la renaissance des lettres et des arts en Europe me fournit l’occasion d’un autre doute ; comme Voltaire, comme presque tous les historiens, vous avez fixé cette époque au moment où, après la chute de l’empire d’Orient, des savants grecs, avec beaucoup de manuscrits, émigrèrent de Constantinople en Italie14. L’histoire de la poésie et de la prose italienne ne permettent pas qu’on donne cette date à la renaissance des lettres et des arts en Europe. Avant la chute de l’empire d’Orient, avant l’émigration des savants de Constantinople, l’Italie avait produit le Dante, qui n’est pas un modèle, mais qui est un phénomène, qui manque entièrement de goût, mais qui ne manque pas de génie ; l’Italie avait déjà produit Pétrarque et Boccace ; Boccace qui le premier a donné à la prose italienne des formes élégantes ; Pétrarque qui, aujourd’hui encore, est le modèle d’un genre que les Italiens aiment sans doute beaucoup trop, mais qu’ils croient avoir des raisons de beaucoup aimer. Après l’arrivée des savants de Constantinople, les langues anciennes furent plus cultivées ; elles le furent trop exclusivement ; et le génie et le goût qui avaient déjà commencé à naître restèrent pour longtemps comme étouffés et éteints.

38La Harpe. Je réponds d’abord à ce que vous m’avez rappelé du livre De causis corruptae eloquentiae, où l’on trouve cette même question sur la distinction des anciens et des modernes. Je réponds que je ne suis pas surpris que cette ligne de démarcation n’ait pas été tracée dans ce livre.

39Le dialogue, soit de Quintilien, soit de Tacite, a été écrit dans le temps que l’on a nommé le second âge des lettres romaines. Quintilien, Juvénal, Perse, Martial, Lucain, les deux Plines, Tacite, etc., étaient encore trop près du beau siècle de la littérature pour tirer une ligne entre elle et eux.

  • 15 Dans son Brutus, Cicéron marque les limites des orateurs qui ont précédé Caius Gracchus et ses con (...)

40Suivant le témoignage de Cicéron15, ce n’est que vers le temps des Gracques que l’éloquence commença à prendre des formes vraiment oratoires. Jusque-là, elle avait été très inculte. Caton l’Ancien, que quelques imitateurs affectaient de regarder comme un modèle dont ils prenaient des expressions vieillies, n’avait été remarquable que par la sévérité de ses principes et de ses mœurs, qui caractérisaient son langage.

41Les Gracques passent pour les premiers qui cultivèrent, avec un grand succès, les lettres grecques à Rome. Ce fut leur mère Cornélie qui, leur donnant cette excellente éducation, les fit régner par la parole, dans cette ville qui régnait sur le reste du monde par les armes. Ils ne pouvaient pas trouver les vrais modèles dans leur pays ; les Grecs seuls pouvaient leur en servir ; je dis les anciens Grecs, car la Grèce n’avait plus que ses rhéteurs qui donnaient des leçons d’éloquence, sans en donner l’exemple. Il n’y avait plus de Démosthène non plus que de Sophocle. Pour nous, le mot d’anciens ne peut pas être équivoque : ce sont les Grecs et les Latins. Du moment où une langue cesse d’être parlée, elle commence à devenir ancienne.

42Les Grecs étaient déjà fort baissés quand ils passèrent sous le joug des Romains ; ils le furent encore plus sous le joug des Barbares ; il leur resta le goût des arts, de la peinture et de la sculpture, des spectacles, et l’avantage d’avoir une grande quantité de manuscrits ; c’est ce qui ranima le goût des lettres dans notre Europe. Vous avez dit que cette transmigration contribua plutôt à étouffer le génie par l’érudition et le pédantisme. Je crois cette assertion un peu trop tranchante ; je crois que cette érudition fut utile, quoique le pédantisme fût ridicule : il faut désobstruer et aplanir une route avant d’y marcher.

43Il fallait que l’esprit humain, pour revenir aux talents, commençât par l’instruction. On s’occupa donc d’abord de l’examen des ouvrages qui avaient souffert beaucoup d’altération, et qui avaient besoin d’une critique lumineuse. La rareté des manuscrits, par comparaison avec notre imprimerie, donna encore plus de relief à la science ; et les érudits, plus considérés qu’ils ne le sont aujourd’hui, rendirent un très grand service, en revoyant, avec l’attention la plus scrupuleuse et même la plus minutieuse, les manuscrits qui avaient pu être altérés. Ils facilitèrent la lecture des anciens, et cette lecture réveilla le goût des lettres.

  • 16 La tradition des explications publiques de Dante remonte au dernier tiers du xive siècle. C’est en (...)

44Je distinguerai les lettres d’avec l’éloquence. Ce furent les arts de l’imagination qui prirent l’essor les premiers, dans les gouvernements soumis au despotisme et à la superstition. Il est vrai que, deux siècles auparavant, le Dante et Pétrarque avaient écrit ; mais le Dante est un de ces esprits qui se font une place partout, mais qui ne peuvent être modèles nulle part. On a établi une chaire pour expliquer le Dante16, mais il ne sera jamais un auteur classique, si ce n’est pour l’énergie de ses expressions ; c’est un mérite, pour ainsi dire, indigène à l’égard des Italiens : il en est de Pétrarque pour l’élégance comme du Dante pour l’énergie.

45Voilà, citoyens, ce que je peux, dans ce moment-ci, répondre à vos observations.

46Garat. Avant d’en venir à la dernière observation que je voulais vous présenter, permettez-moi de revenir un peu, et d’insister encore sur l’observation à laquelle vous venez de répondre.

47La Harpe. Il y a tout à gagner pour moi et pour tout le monde.

48Garat. Mon intention n’a point été, il s’en faut bien, de contester que l’émigration en Italie de ce qui restait de savants et de sciences à Constantinople n’ait eu des influences heureuses sur le perfectionnement du goût et des arts en Europe. J’ai dit que ce n’est pas ce moment qu’il faut prendre pour date de la renaissance des lettres et du génie, puisque le Dante, Pétrarque et Boccace, qui firent renaître les lettres, vivaient et écrivaient longtemps avant la chute de l’empire d’Orient, longtemps avant que les savants et les sciences, de Constantinople, émigrassent en Italie. Il faut distinguer la renaissance du goût et ses progrès. Les savants de Constantinople n’ont pas concouru à sa renaissance ; et avant de concourir à ses progrès, ils les ont retardés longtemps. Cette vérité, dont je crois pouvoir donner la preuve, mérite d’entrer dans un cours de littérature et d’éloquence.

49La première influence des savants de Constantinople en Italie, fut de répandre une passion idolâtre de la langue grecque qu’ils enseignaient, et un grand mépris, parmi les écrivains, de la langue italienne, de toutes les langues vivantes ; on eût dit que les langues parlées par les peuples n’étaient propres tout au plus qu’à exprimer les besoins les plus grossiers, et qu’elles auraient dégradé la dignité du savant qui leur aurait confié ses idées. Pendant un siècle et demi, les savants, d’un bout de l’Europe à l’autre, n’écrivirent plus qu’en grec et en latin : c’était un entretien entre quelques centaines d’hommes seulement ; uniques juges de leur mérite, qu’ils n’avaient aucun moyen de bien apprécier ; quand ils ne s’injuriaient pas avec fureur, ils se prodiguaient des éloges immodérés : l’un écrivait en vers comme Virgile, l’autre en prose comme Cicéron ; celui-ci était un phénix, celui-là était un cygne ; et puisque seuls ils pouvaient s’entendre, personne ne pouvait venir interrompre ces concerts d’éloges donnés et rendus ; personne, même parmi eux, ne pouvait soupçonner combien ils étaient dans l’illusion. Je pense, citoyen Professeur, et sans doute vous penserez comme moi, que le génie ne peut naître et que le goût ne peut se perfectionner que dans les langues vivantes : il faut que le génie croisse avec les langues, et que les langues croissent par lui ; il faut que le goût de l’homme de talent soit averti par les impressions qu’il fait sur tout un peuple qui le lit ou qui l’écoute : c’est là l’unique moyen de voir sans aucune incertitude si on a mal fait, pour se corriger ; si on a bien fait, pour mieux faire encore. Si Corneille avait écrit Le Cid en latin, les applaudissements et les critiques qui s’élevèrent de toute part n’auraient pas élevé son génie aux Horaces et à Cinna ; si Racine avait pu écrire son Andromaque dans la langue d’Euripide, les larmes qu’il fit couler de toutes les âmes sensibles ne lui auraient pas assuré, malgré les détractions de la haine et de l’envie, que son génie pouvait produire Iphigénie et Phèdre. En un mot, le génie peut trouver des aliments et le goût peut trouver des modèles dans les langues mortes ; mais c’est dans les langues vivantes qu’ils peuvent vivre et qu’ils peuvent produire.

50J’arrive, citoyen Professeur, à ma dernière observation.

  • 17 Guillaume-Thomas-François Raynal (1713-1796) est surtout l’auteur (principal) de l’Histoire philos (...)
  • 18 L’interprétation de cette incise est délicate. Garat semble mettre le silence de La Harpe sur le c (...)
  • 19 L’homme de lettres Antoine-Léonard Thomas (1732-1785) s’imposa comme le maître incontesté de l’élo (...)

51Nous sommes convenus, ce me semble au moins, qu’il y avait une éloquence sans art oratoire et un art oratoire sans éloquence : vous ferez remarquer, sans doute, dans votre cours de littérature, que dans plusieurs contrées de l’Europe, depuis un siècle à peu près, un art oratoire et une éloquence qui n’ont point eu de modèle dans l’Antiquité, ont remporté sur les erreurs les plus funestes à l’espèce humaine des triomphes plus difficiles, plus utiles et plus glorieux que les triomphes que remportaient les orateurs de Rome et d’Athènes sur les ennemis de leur république. En Angleterre, en France, en Italie, des philosophes doués d’un génie éminent ont découvert dans la nature les droits de l’homme, et les ont présentés aux peuples et aux tyrans avec une éloquence qui a frappé les tyrans de terreur, et qui a pénétré les peuples de reconnaissance et d’amour. Telle a été la gloire des Montesquieu, des Rousseau, des Beccaria, des Raynal17. Cette éloquence n’a pas excité ou calmé seulement les mouvements d’un forum ou d’une place : elle a produit des révolutions dans les opinions et les institutions d’une grande partie du globe ; elle doit en produire sur le globe entier. Ce genre d’éloquence et d’art oratoire, ce n’était pas à vous à le dire, et on en devinera la raison, a donné des modèles, et a obtenu des triomphes jusque dans le sein de cette Académie française à qui la liberté croit avoir tant de reproches à faire18. C’est là que Thomas fit entendre ses discours, et on crut les entendre du haut d’une tribune élevée au milieu des peuples. L’éloquence de Thomas19 a tout à fait l’accent et la fierté de la tribune : elle respire ce génie républicain qui est aujourd’hui le nôtre. A Thomas vous avez succédé dans cette carrière de talents et de gloire littéraire ; et avec des formes plus douces et plus élégantes, votre éloquence a aussi présenté au pouvoir absolu ces vérités qu’il devait craindre puisqu’il ne pouvait les aimer ; et ce qui le prouve, c’est que vous avez été comme Thomas sous les ciseaux, et je dirai presque sous les couteaux de la censure.

52La Harpe. Je demande la permission à l’assemblée de remettre à la première séance la réponse aux observations éloquentes que vient de faire le citoyen Garat ; on m’avertit que l’heure est passée.

Notes

1 Ce vers de Voltaire se trouve à la fin du chant I de La Guerre civile de Genève (1768). Référence communiquée par Jennifer Tsien, de l’université de Virginie, que nous remercions chaleureusement.

2 Il pourrait s’agir de Charles-François Dupuis, alors âgé de cinquante-deux ans, qui prit une part active à l’organisation des Écoles centrales. Le fait que Garat, au cours du débat, le désigne comme un « élève », n’est pas en contradiction avec cet âge avancé : de nombreux adultes – dont certains enseignent à l’université – participent en effet à ses leçons. Rappelons qu’on ne dispose de listes des promotions de l’École normale qu’après l’année 1810. Voir P. Hummel, A. Lejeune et D. Peyceré, Pour une histoire de l’École normale supérieure. Sources d’archives, 1794-1993, Paris, Archives nationales-Presses de l’ENS, 1995.

3 Ce rappel opportun et discret de son passé « patriote » ne compromet guère La Harpe, au contraire ; car si Mirabeau a été, de son vivant, haï des publicistes contre-révolutionnaires, la révélation après sa mort de ses contacts avec la Cour l’a fait chasser (au sens propre) du panthéon révolutionnaire. La fin du paragraphe présente une lacune dans l’édition de 1800 ; le Cours ou Lycée de 1799 ne permet pas d’y suppléer, n’ayant pas intégré ce passage.

4 Panegyricus Trajano dictus de Pline le Jeune fut très lu et commenté au xviiie siècle – peu favorablement d’ailleurs. « Je sais bien, écrit Rousseau dans une note hostile aux éloges flagorneurs, que Trajan serait beaucoup plus grand à mes yeux, si Pline n’eût jamais écrit » (« Observations de Jean-Jacques Rousseau, de Genève, sur la réponse qui a été faite à son Discours », in Œuvres complètes, op. cit., t. III, p. 37, note ***) ; Diderot jugera que Pline s’y est « déshonoré » (Correspondance littéraire, avril 1766).

5 Themistius de Paphlagonie, né en l’an 325 de notre ère, fut l’auteur de Discours écrits en grec. Ce païen y définit en particulier la liberté de conscience. Sa renommée était telle que saint Grégoire de Naziance le nommait « roi de la parole ». Libanius (v. 314-400), célèbre rhéteur grec, fut l’un des derniers défenseurs, à Antioche, du paganisme contre la montée conquérante de la religion chrétienne. Il eut pour élèves l’empereur Julien, mais aussi saint Basile et saint Jean Chrysostome. Libanius s’illustra par sa tolérance à l’égard des chrétiens, et par ses protestations véhémentes contre la destruction des temples et des monuments païens par une foule ignorante après la prise de pouvoir de Théodose. Quintus Aurelius Symmachus (340-v. 416), orateur et homme d’État romain, fut le dernier défenseur du paganisme en Occident. A l’époque du cours de La Harpe, on n’a guère de lui que des Rapports concernant son administration à Rome, et plusieurs centaines de lettres.

6 Jean-Baptiste Massillon (1663-1742), prélat et orateur, évêque de Clermont dès 1701, est surtout connu pour ses sermons et pour son Petit Carême prêché devant le Dauphin en 1718. Il entra à l’Académie française en 1719, et ses œuvres furent de nombreuses fois rééditées au cours du siècle. Jacques-Bénigne Bossuet appartient à la génération précédente, ainsi que Fléchier et Bourdaloue ; celui qui fut évêque de Meaux à partir de 1681 exerça un ascendant et une autorité exceptionnels sur son siècle. Dans le Lycée, La Harpe jugeait médiocres les sermons de Bossuet, mais ses oraisons funèbres, ainsi que son Discours sur l’histoire universelle, restent très présents dans la culture littéraire du xviiie siècle. Valentin-Esprit Fléchier (1632-1710), évêque de Nîmes, un temps proclamé l’égal de Bossuet en éloquence, s’illustra surtout par ses oraisons funèbres. Louis Bourdaloue (1632-1704), jésuite souvent appelé à la Cour, fut surnommé «le roi des prédicateurs, et le prédicateur des rois ».

7 Tous deux écrivains et avocats. Olivier Patru (1604-1681) exerça de son temps une grande influence sur l’art oratoire ; ses Plaidoyers et œuvres diverses firent l’objet d’une édition en deux volumes en 1732. Antoine Lemaître (1608-1658) connut une carrière éclatante au barreau de Paris avant de renoncer au monde pour la retraite de Port-Royal, où il collabora avec son frère Lemaître de Sacy à la traduction du Nouveau Testament.

8 L’éloge des grands hommes devient au xviiie siècle un véritable genre littéraire, dont la philosophie s’empare et fait un puissant instrument de diffusion de ses valeurs. Même stratégie, au profit de la science, dans les éloges écrits par Fontenelle, d’Alembert et Condorcet. Voir J.-C. Bonnet, Naissance du panthéon. Essai sur le culte des grands hommes, Paris, Fayard, 1998 ; et J. Dhombres, « La mise en scène du bon savant au xviiie siècle », in J.-N. Bouilly, René Descartes, trait historique, Bari, Palomar, « Athenaeum », 1996, p. 115-134.

9 Sur Raynal, cf. infra, note 33.

10 Le naturaliste Buffon (1707-1788), lors de sa réception à l’Académie française le 25 août 1753, au lieu de faire l’éloge funèbre de son prédécesseur l’archevêque de Sens (qui dut se contenter d’un mince paragraphe final), livra au public des réflexions sur le style qui devaient être souvent commentées au xviiie siècle. Quant au style de Buffon lui-même, il est loin, dès son époque, de faire l’unanimité. Voltaire est l’un des premiers à l’avoir brocardé. Lorsque Daubenton, dans son cours d’histoire naturelle à l’École normale, condamne l’éloquence buffonnienne dans sa leçon du 7 pluviôse, il est à l’unisson des gens de lettres de la fin de siècle, qui dénoncent chez Buffon boursouflure et imprécision.

11 Dominique-Joseph Garat (1749-1833), collègue de La Harpe à l’École normale, fut ministre de la Justice d’octobre 1792 à mai 1793. A ce titre, c’est lui qui annonça à Louis XVI le décret de mort pris contre lui. Sa passivité pendant les massacres des prisons de septembre 1792 lui était vivement reprochée (voir notre introduction, supra, p. 530). Un républicain antiterroriste comme Louis Sébastien Mercier porte sur Garat un jugement très négatif, écrivant qu’il « suivait par faiblesse ou par crainte un parti désorganisateur » et qu’il « se rangea[i]t par crainte du côté des scélérats » (Le Nouveau Paris [1798], éd. établie sous la dir. de J.-C. Bonnet, Paris, Mercure de France, 1994, p. 134 et 130).

12 Le Dialogus de oratoribus (sous-titré Sive de causis corruptae eloquentiae dans plusieurs versions du texte) est aujourd’hui attribué formellement au jeune Tacite, dont on pense qu’il avait alors vingt-sept ans. Le doute devait être dissipé à la génération suivante – par le philologue Burnouf (1775-1844) en particulier -, mais déjà La Harpe penche pour l’attribution correcte, comme on le verra à la leçon suivante. Garat cite la section XVI, 4.

13 Quintus Hortensius (114-50), célèbre orateur romain, rival de Cicéron. Il fut le défenseur de Verrès lors d’un procès dont il sera question un peu plus tard dans le cours de La Harpe. Hortensius était consul désigné, rattaché au parti de l’aristocratie et du sénat, opposant de Cicéron ; la conspiration de Catilina rapprocha cependant les deux adversaires. Il n’est rien resté de ses harangues, que l’on ne connaît que par les témoignages de Cicéron et de Quintilien.

14 Que Garat s’attache à réfuter la thèse d’une translatio litterarum vers l’Italie, consécutive à la chute de l’Empire byzantin, est cohérent avec sa méfiance toute « moderne » envers le culte, stérilisateur à son gré, des langues anciennes. Il est étrange, en revanche, qu’il impute cette thèse à Voltaire. L’Essai sur les mœurs conclut sans ambiguïté que « ce n’est point aux fugitifs de Constantinople qu’on a dû la renaissance des arts ». Les arguments chronologiques donnés par Garat en faveur d’une renaissance des lettres proprement italienne se trouvent d’ailleurs déjà chez Voltaire, au même chapitre lxxxii de l’Essai sur les mœurs : « [les Toscans] firent tout renaître par leur seul génie, avant que le peu de science qui était resté à Constantinople refluât en Italie avec la langue grecque, par les conquêtes des Ottomans. Florence était alors une nouvelle Athènes » (Essai sur les mœurs, éd. Pomeau, Paris, Garnier, 1963,1.1, p. 766).

15 Dans son Brutus, Cicéron marque les limites des orateurs qui ont précédé Caius Gracchus et ses contemporains (§ 103-124), avant de dire (xxxiii, § 125) : « Sed ecce in manibus vir et praestantis-simo ingenio et fragranti studio et doctus a puero C. Gracchus. Noli enim putare quemquam, Brute, pleniorem aut uberiorem ad dicendum fuisse. » (« Mais nous voici enfin en présence d’un homme doué du plus beau génie naturel, d’une activité ardente, et formé dès l’enfance par de savantes leçons : c’est Caius Gracchus. Garde-toi de croire, Brutus, que personne ait jamais eu une éloquence plus pleine et plus riche. ») Gracchus, par les soins de Cornelia, sa mère, avait été dès son enfance formé aux lettres grecques (Brutus, § 104).

16 La tradition des explications publiques de Dante remonte au dernier tiers du xive siècle. C’est en 1373 que Boccace prononce ses Esposizioni del testo dantesco en l’église de Santo Stefano, à Florence. Le premier cours est tenu à Bologne en 1375 par Benvenuto da Imola. La Harpe se souvient sans doute de la Lettre sur le Dante de Voltaire où se trouve mentionnée l’existence d’une chaire pour l’explication de la Commedia. La Harpe partage d’ailleurs la sévérité de Voltaire pour Dante – sévérité dont l’expression ne cesse de s’aggraver depuis l’Essai sur les mœurs jusqu’à cette lettre, qui daterait de 1765 et que l’édition de Kehl réunit au Dictionnaire philosophique.

17 Guillaume-Thomas-François Raynal (1713-1796) est surtout l’auteur (principal) de l’Histoire philosophique et politique des établissements et du commerce des Européens dans les deux Indes, paru en 1770, ouvrage auquel Diderot mit la main et auquel collaborèrent d’Holbach et Naigeon ; l’écho en fut considérable et les rééditions nombreuses. Seul survivant célèbre de la génération philosophique, il devait dès 1791 prendre ses distances avec la Révolution dans une lettre adressée au président de l’Assemblée nationale où il condamnait violences et excès ; le camp « patriote » réagit par de violentes brochures qui dénonçaient cette trahison ou mettaient en doute la santé mentale du vieillard. César Bonesana. marquis de Beccaria (1738-1794), célèbre publiciste italien, est l’auteur du Traité des délits et des peines (1764), où il invoque contre la tradition juridique la raison et le sentiment, donnant voix aux protestations de la conscience contre la torture, les peines infamantes, la procédure secrète, etc. Cet ouvrage, traduit et « adapté » par l’abbé Morellet, eut un succès considérable dans toute l’Europe.

18 L’interprétation de cette incise est délicate. Garat semble mettre le silence de La Harpe sur le compte de la modestie : rappeler l’importance et les succès de l’éloquence politique pratiquée à travers les éloges académiques, c’eût été, pour La Harpe, s’autocélébrer. Mais il est difficile de ne pas entendre l’ironie derrière le compliment ; car Garat, du même coup, rappelle à La Harpe les positions politiquement « avancées » qui furent les siennes pendant plus de vingt ans et qu’il vient d’abjurer spectaculairement dans un discours prononcé au Lycée le 31 décembre 1794 (voir infra, note 83, et notre introduction, supra, p. 527).

19 L’homme de lettres Antoine-Léonard Thomas (1732-1785) s’imposa comme le maître incontesté de l’éloge (cf. note 24). Cinq fois couronné par l’Académie, académicien lui-même à partir de 1766, il fit preuve d’une grande indépendance et mécontenta les puissants protecteurs de ses débuts. Son Éloge de Marc-Aurèle, prononcé en août 1770, faisait l’apologie de la liberté, « le premier droit de l’homme », et flétrissait les « hommes en place » persécuteurs des gens de lettres. Le discours fut interdit de publication. Le 6 septembre suivant, une nouvelle apologie des philosophes, faite à la faveur de son discours de réception de Loménie de Brienne, fut sanctionnée par le chancelier Maupeou d’une interdiction de prendre la parole en public pendant deux ans. La Harpe, deux fois lauréat du prix d’éloquence de l’Académie, apparaît à cet égard comme le digne émule de Thomas. Le couronnement de son Éloge de Fénelon, en 1771, passa pour une victoire du parti philosophique au sein de l’Académie. Cet éloge fut supprimé par arrêt du Conseil, sur plainte de l’archevêque de Paris. Mais Garat fait plus probablement allusion au scandale causé par la pièce antimonacale de son collègue, Mélanie ou la religieuse, dont les représentations furent interdites en 1770. Une amputation de vingt-quatre vers fut exigée lors de sa publication.

© Éditions Rue d’Ulm, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540