Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’École normale de l’an III. Vol. 4, Leçons d’analyse de l’entendement, art de la parole, littérature, morale

 | 
Jean Dhombres
, 
Béatrice Didier

Leçons de littérature de la Harpe

Première leçon

4 pluviôse/23 janvier

Texte intégral

1Nous commencerons aujourd’hui par quelques notions préliminaires sur l’art oratoire et sur les divisions que les anciens y ont admises.

2La définition qu’ils en ont donnée, et qui est la plus généralement reçue, est que l’éloquence est l’art de persuader. Ils ont appelé rhétorique l’enseignement de cet art ; ils ont commencé par diviser cet enseignement en trois genres, qu’ils appellent démonstratif, délibératif et judiciaire.

3La première chose qu’il me semble qu’un instituteur éclairé doit faire avec les élèves, ce sera de leur apprendre à ne pas donner à ces divisions et subdivisions plus d’importance ni plus de valeur qu’il ne faut.

4Il est sans doute très aisé de les ignorer et de s’en moquer ; mais il est utile de les connaître et de les réduire à leur juste valeur. Il convient d’abord de remarquer pourquoi les anciens se sont attachés à ces sortes de définitions et de subdivisions : c’est que les premiers maîtres de l’art, les premiers rhéteurs ont été des sophistes ; que par conséquent ils ont apporté, même dans les arts d’imagination, les termes scolastiques, dont la rigoureuse précision ne semble pas faite pour ces sortes d’objets. La grande réputation d’Aristote, qui surpassa tous ces rhéteurs, qui réunit tous leurs principes et les perfectionna dans sa rhétorique, le nom et l’exemple de Cicéron et de Quintilien, qui suivirent la même route en y semant les fleurs de leur génie ; tout a servi à consacrer cette méthode, et les talents supérieurs de ces grands hommes en ont couvert longtemps les inconvénients. Elle n’est pourtant pas absolument inutile : tout ce qui sert à classer les objets sert aussi à les éclaircir ; mais il n’y a point de procédé didactique qui soit si près de l’abus : si ces classifications, même dans les sciences, sont souvent insuffisantes et même inexactes, elles le sont bien plus encore dans les arts d’imagination. Appliquons cette espèce de critique à cette division du genre démonstratif, délibératif et judiciaire.

5Les anciens appelaient genre démonstratif celui qui sert à la louange et au blâme. Un homme qui ne saurait que la langue française aurait peine à se persuader que le mot démonstratif fût susceptible de ce sens-là. Démontrer, chez nous, c’est porter un objet jusqu’à l’évidence ; mais en latin et en grec, il signifie aussi ce que serait chez nous le mot expositif ; il voulait dire ce qui expose un objet dans toute sa beauté, ce qui l’expose dans toute sa laideur, dans ses avantages ou désavantages, dans sa gloire ou dans sa honte, etc. Ils renfermaient dans cette définition l’éloge ou la satire d’une ville, d’un empire, d’un héros, le panégyrique des morts ou l’oraison funèbre, les discours à la louange des dieux, etc.

6Le genre délibératif était celui qui sert à résoudre les questions agitées dans les assemblées politiques ; le judiciaire, celui qui sert à résoudre les questions agitées dans les tribunaux.

7Mais qui ne voit au premier aperçu que ces trois genres rentrent nécessairement par beaucoup d’endroits les uns dans les autres ? Il est très difficile d’établir un objet judiciaire sans avoir à louer ou à blâmer, soit que vous soyez accusateur ou accusé, et vous voilà rentré dans le genre démonstratif.

8La plupart des questions judiciaires rentrent aussi dans le genre délibératif. Il s’agit de savoir si un tel est coupable ou non ; si tel délit, si tel fait a eu lieu ou n’a pas eu lieu ; s’il doit être appliqué à tel principe ou à tel autre ; s’il doit être ou non considéré sous tel point de vue, et voilà un genre délibératif.

  • 1 « La justice ne se saisit jamais elle-même chez les Athéniens, même dans les affaires criminelles  (...)

9Il faut pourtant rendre justice aux anciens, et savoir ce qui leur a servi d’excuse dans cette méthode. Ils se sont la plupart appliqués particulièrement à faire valoir le genre judiciaire, à montrer sa supériorité sur tous les autres, en raison de la difficulté ; et il a été l’objet des ouvrages didactiques des plus grands hommes, des orateurs les plus célèbres de l’antiquité : il suffit de les nommer, Cicéron et Quintilien. Cette préférence tenait toujours aux mœurs, aux coutumes, aux habitudes et à l’esprit des gouvernements. Il y avait chez eux une institution d’une extrême importance, et que peut-être aurons-nous un jour : c’était l’accusation particulière1, la faculté, qu’avait chaque citoyen d’en accuser un autre ; mais toujours au terme d’une loi, jamais autrement.

  • 2 La Harpe prépare ici son public à l’évocation des grands combats juridico-politiques qu’il étudier (...)

10Vous voyez d’ici quelle importance dut acquérir chez ces peuples, dans Athènes et à Rome, le talent de l’accusation et de la défense, et comment la division des genres leur servait à mettre au-dessus de tout le judiciaire. Ce genre se trouvait naturellement lié aux plus grands intérêts de l’État. Les accusations étaient ou publiques ou privées ; car il s’agissait de délits qui regardaient l’État ou des particuliers. Tous les intérêts se croisaient, soit pour l’accusation, soit pour la défense. Souvent même la destinée de l’État était attachée au gain d’un procès2.

11Jugez par là de l’importance extraordinaire que ces peuples mettaient à approfondir la science de l’accusation et de la défense, et par conséquent de tous les secrets de ce qu’ils appelaient le genre judiciaire.

12Les ouvrages de Cicéron et de Quintilien ne traitent presque que de cette matière ; et c’est encore ce qui confirme l’observation que j’ai faite en commençant, que ces genres rentrent les uns dans les autres ; car, puisque des hommes qui se sont proposés d’établir et de développer toutes les parties de l’art ont cru l’avoir fait en les appliquant à un seul des trois genres, il en résulte évidemment que les règles qui sont bonnes pour un genre le sont pour les autres, et que la division devient à peu près gratuite et inutile.

13Une autre division, qui suivait celle-là, me paraît encore moins fondée : c’était la division qu’ils établissaient entre le genre simple, le genre tempéré et le genre sublime.

  • 3 Cicéron le situe, en effet, entre le style simple (humilis) et le style élevé (amplissimus) ; voir (...)

14Ils appelaient genre simple celui qui convient aux sujets vulgaires et subordonnés ; le genre tempéré, celui qui est susceptible de simplicité et d’ornement. Il y a encore ici une différence d’une langue à une autre. Le genre tempéré, genere temperato, ne signifie pas ce qui est calme, ce qui est posé ; il signifie chez eux ce qui est mélangé, susceptible d’amalgame, comme de simplicité et d’ornement : c’était proprement un genre mixte3.

15Le genre sublime était réservé aux grands sujets. Il est bien facile d’observer que cette division-là n’a pas d’objet bien distinct et qu’elle ne conduit à aucun résultat essentiel. Dans l’application, il s’ensuivrait qu’un genre de discours pût être tellement simple qu’il ne pût comporter ni sublime, ni même aucun ornement ; et alors serait-il oratoire ? De même, le genre susceptible d’ornement peut-il l’être au point d’exclure la simplicité qui, en tout genre, a son prix ?

16À l’égard du genre sublime, il n’y a point de sujet qui exige, qui vous permette même d’être continuellement sublime. L’homme qui voudrait être toujours sublime ne serait que ridicule et insensé.

  • 4 Quintilien consacre à cette notion un livre entier de son Institution oratoire : le livre XI, De a (...)

17Cette espèce de définition est donc vague et même futile, et il en faut revenir à ce grand principe, qu’il n’y a à considérer dans l’éloquence que la convenance, que ce que Quintilien appelait apte dicere, « parler convenablement4 » : ce mot renferme tout. Le point capital est de bien saisir le rapport naturel qui se trouve entre le sujet et le style qui lui convient, entre tel ordre d’idées et tel genre de diction : le principe est vaste et fécond, les détails sont infinis : nous y entreront autant qu’il nous sera possible.

18Une troisième classification pouvait avoir un objet plus direct et plus réel : ce sont les parties de la composition. Elles ont été divisées en invention, disposition et élocution. Cette division est raisonnable ; elle est bonne en tout état de cause. Il faut toujours commencer par concevoir son sujet et les matériaux qu’il comporte : c’est ce qu’ils appellent l’invention. Il faut en disposer les parties dans un ordre naturel et judicieux : voilà la disposition.

19Il faut enfin savoir les traiter dans un style adapté au sujet, ce qui est l’élocution ; et cette dernière partie était, au jugement de Quintilien et de Cicéron, la plus difficile de toutes : elle l’est encore aujourd’hui ; car c’est en charmant l’oreille et l’imagination que l’on arrive jusqu’au cœur, et que l’on parvient à éclairer et à persuader.

20Les anciens comprenaient dans la partie de l’invention le choix des preuves, les pensées, les exemples, les autorités, les passions à émouvoir, les lieux communs, etc. Ils comprenaient dans la disposition ce qui est l’essence de tout discours : l’exorde, la proposition, c’est-à-dire la question ou le fait, la confirmation, la réfutation, s’il y a lieu, et la péroraison.

21Vous sentez, citoyens, que l’examen de ces cinq objets-là acquiert plus d’intérêt et devient susceptible de plus de développements à mesure qu’il s’agit de discours qui comportent plus d’étendue ; car, sans doute, il ne faudrait pas toujours, dans une assemblée délibérante, s’astreindre à faire proprement un exorde, à développer une confirmation, et ensuite une réfutation ; et enfin une péroraison. Il s’en faut de beaucoup que toute espèce de délibération soit de nature à embrasser toutes ces parties dans l’étendue que l’on peut leur donner.

22Il n’est pas moins vrai que, dans quelque sujet que vous traitiez, il est naturel et même essentiel de commencer par prévenir vos auditeurs, soit en votre faveur, s’il est question d’une chose personnelle, soit en faveur de la cause pour laquelle vous parlez, soit même contre l’avis que vous voulez infirmer.

23L’exorde, qu’on peut appeler en langage plus familier début, exige donc de la réflexion et du choix ; ensuite il sera essentiel, avant de passer à la confirmation (et ceci peut s’appliquer surtout à l’éloquence délibérative, qui jusqu’ici est la première parmi nous) de bien déterminer l’état d’une question quelconque et de poser le principe auquel la question est applicable. Avec ce procédé de logique, tout esprit juste est sûr d’arriver à une démonstration.

24Après la confirmation vient naturellement la réfutation de l’avis contraire ; et à l’égard de la péroraison ou récapitulation, elle consistera à résumer et à présenter en peu de mots à l’auditeur les points les plus décisifs qui doivent déterminer son assentiment.

25En revenant sur chacune de ces parties-là, nous trouverons que l’exorde doit être ordinairement de la plus grande clarté, de la plus grande simplicité, de la plus grande netteté, à moins que l’occasion ne vous présente un mouvement heureux ; ce que les anciens appelaient l’exorde ex abrupto, par lequel vous commenciez à heurter impétueusement ou un sophisme révoltant, ou une proposition totalement illégale et insensée : quand vous avez cet avantage sur l’adversaire que vous voulez renverser, vous pouvez l’attaquer de front, sans préparation, sans ménagement, sans vous donner même le temps d’aiguiser vos armes. À moins de cette circonstance-là, il est toujours utile et préférable de s’assurer d’un début qui puisse vous concilier l’auditeur et attirer son attention. L’orateur peut faire entrer dans son exorde des réflexions qui lui sont personnelles, des retours sur soi-même : rien n’est plus délicat dans la délibération. Communément, ces retours sur soi-même sont susceptibles de quelque apparence d’amour-propre ; et à moins que l’apologie ne les rende nécessaires (car l’on pardonne tout à celui qui est obligé de se justifier) il ne faut guère se permettre cette espèce d’exorde personnel, il vaut mieux employer des exordes généraux, qui présentent quelques vérités applicables au fait dont il s’agit. L’avantage de ces exordes est de vous assurer une prévention avantageuse dans l’esprit des auditeurs, qui s’aperçoivent que vous êtes capable d’embrasser ces vérités universelles, ces principes lumineux, auxquels tous les cas particuliers viennent se rejoindre. Généralement, en toute matière à délibérer, on ne peut trop se hâter d’en venir à la question : ainsi, deux ou trois phrases d’exorde suffisent ordinairement.

26Les questions sont générales ou particulières ; si elles sont générales, c’est le cas où la logique doit triompher ; si elles sont particulières, s’il s’agit de tel ou tel individu, c’est là où la louange ou le blâme, tout ce que les anciens appelaient les ressorts du genre démonstratif, doit se déployer. Voyez Cicéron contre Pison, Vatinius ; Démosthène contre Eschine, etc.

27À l’égard de la péroraison ou récapitulation, elle ne peut guère s’appliquer avec quelque étendue qu’aux discours médités ; mais elle est toujours nécessaire, parce qu’il importe de laisser dans l’âme de ses auditeurs une idée nette et une impression profonde de ce qu’on a voulu persuader.

28La récapitulation doit surtout représenter, avec la plus grande force possible, les différents endroits touchés dans le discours qui ont dû produire le plus d’effet. Il faut leur donner une forme nouvelle pour caractériser avec plus d’énergie ce que l’on n’avait fait que présenter.

29Presque toujours les dernières phrases sont les plus décisives, quand elles sont bien adaptées à la question.

30Les premières notions générales sont dans les arts ce qu’il y a de plus abstrait, et par conséquent ne peuvent être exemptes d’un peu de sécheresse : c’est lorsque l’on vient de la théorie, des préceptes, à l’application des exemples ; c’est alors que les arts et l’enseignement des arts peuvent atteindre tout l’intérêt qu’ils comportent ; c’est alors qu’on en aperçoit toute l’étendue, et on l’aperçoit surtout dans les exemples que nous ont laissés les grands maîtres. Vous trouverez sans doute bon que dans les séances subséquentes, j’applique de temps en temps à chacun des principes sur lesquels je reviendrai, quelques-uns des morceaux les plus frappants de cette éloquence républicaine qui doit servir de modèle à la nôtre. Les noms seuls d’un Démosthène, d’un Cicéron, sont faits pour exciter le plus grand intérêt dans quiconque peut se dire : « Je suis citoyen d’une république ; je puis y devenir un magistrat, quand même mes concitoyens ne me nommeraient pas ; la nature m’a nommé, si elle m’a fait orateur. »

31Il ne faut pas oublier non plus, en lisant les immortels écrits de ces auteurs, il ne faut pas oublier l’espèce d’intérêt que doit répandre sur leur personne la destinée qu’ils ont eue : elle fut très brillante, elle finit par une mort funeste, si pourtant la mort peut être funeste, lorsqu’on périt pour la liberté.

  • 5 Souvenir de la Satire X, v. 114-119 :
    Eloquium ac famam Demosthenis aut Ciceronis
    incipit optare et (...)

32Certainement vous ne serez pas entraînés dans les erreurs d’un ancien poète (Juvénal, qui ne manquait ni de talent ni de courage, mais qui, n’ayant point de goût, prit quelquefois pour sujets de satire des sujets de déclamation). Il s’est permis d’avancer qu’il ne fallait pas qu’un père souhaitât à son fils les talents d’un Démosthène ou d’un Cicéron ; car, dit-il, voyez où ces talents les ont conduits : c’est leur génie qui les a fait périr5.

  • 6 Après l’alliance d’Octave, Antoine et Lépide, Cicéron en fuite fut rejoint et tué par des soldats (...)

33Très mauvais raisonnement ; dans la réalité des choses, une mort violente, à l’âge où mourut Cicéron, à soixante-cinq ans, après une si belle destinée, après avoir été nommé le père et le libérateur de sa patrie, une telle mort peut-elle balancer la gloire de tant d’années consacrées à la plus belle de toutes les fonctions, celle de rendre ses concitoyens heureux et libres ? Il en est de même de Démosthène ; il fut obligé d’avaler le poison qu’il portait toujours sur lui, pour échapper aux satellites d’Antipater6.

34Mais lorsqu’on se rappelle la brillante carrière qu’il a fournie, le moment où il fut couronné, non comme le plus éloquent des Athéniens, mais comme celui qui avait rendu les plus grands services à la République, un pareil moment peut-il être balancé de quelque manière que ce soit par une mort qui, après tout, n’est encore qu’un titre de plus ?

35Car après avoir vécu pour la patrie, qu’y a-t-il de plus beau que de mourir pour elle !

  • 7 Horace, Odes, III, 2,13.

Dulce et decorum est pro patria mort. Hor.7

Notes

1 « La justice ne se saisit jamais elle-même chez les Athéniens, même dans les affaires criminelles », comme le souligne G. Glotz (La Cité grecque, Paris, Albin Michel, 1961, p. 242) et le xviiie siècle s’est beaucoup intéressé à ce fonctionnement par « accusations particulières » (dikai).

2 La Harpe prépare ici son public à l’évocation des grands combats juridico-politiques qu’il étudiera dans les cours ultérieurs, ceux de Démosthène et de Cicéron en particulier. Mais pour un tel public, le parallèle s’imposait tout naturellement entre ces procès antiques où se décidait le sort de l’Etat et ceux, tout récents, qui avaient marqué les différentes étapes du processus révolutionnaire. Le dernier en date, celui de Carrier, s’acheva cinq semaines avant le début du cours de La Harpe, qui l’évoque à mots découverts lors de sa dernière séance, le 4 floréal. Avec la mise en accusation, puis la condamnation à mort de Carrier, c’était toute la question de la responsabilité personnelle du représentant en mission ou de celle, collective et politique, du Comité de salut public et de la Convention, qui fut dramatiquement posée.

3 Cicéron le situe, en effet, entre le style simple (humilis) et le style élevé (amplissimus) ; voir le De oratore (XXIII, 75-90 et 95).

4 Quintilien consacre à cette notion un livre entier de son Institution oratoire : le livre XI, De apte dicendo.

5 Souvenir de la Satire X, v. 114-119 :
Eloquium ac famam Demosthenis aut Ciceronis
incipit optare et lotis quinquiatribus optat
quisquis adhuc uno parcam colit asse Minervam [...].
Eloquio sed uterque perit orator, utrumque
largus et exundans leto dedit ingenii fons.
(« Il souhaite déjà l’éloquence, la gloire d’un Démosthène et d’un Cicéron, et cela pendant toutes les quinquatries, cet écolier qui n’honore encore que par l’offrande d’un as une Minerve économique [...]. C’est leur éloquence, cependant, qui a fait périr ces deux orateurs ; ils furent perdus l’un et l’autre par leur génie aux larges flots jaillissants » ; Juvénal, Satires, trad. P. de Labriolle et F. Villeneuve, Paris, Les Belles Lettres, 1983, p. 128.)

6 Après l’alliance d’Octave, Antoine et Lépide, Cicéron en fuite fut rejoint et tué par des soldats près de sa villa de Formie (7 décembre 43). A la mort d’Alexandre en 323, la Grèce s’était de nouveau soulevée, mais Antipater eut raison des résistances et exigea que lui fussent livrés les orateurs antimacédoniens. Démosthène s’empoisonna dans le temple de Poséidon, en l’île de Calaurie, pour ne pas tomber entre les mains des mercenaires d’Antipater.

7 Horace, Odes, III, 2,13.

© Éditions Rue d’Ulm, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540