Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’École normale de l’an III. Vol. 4, Leçons d’analyse de l’entendement, art de la parole, littérature, morale

 | 
Jean Dhombres
, 
Béatrice Didier

Leçons de littérature de la Harpe

Programme

4 pluviôse/23 janvier

Texte intégral

1Le professeur traitera de l’éloquence, et particulièrement de celle des anciens, qui ont été les premiers maîtres de cet art, dans les deux genres les plus importants, le délibératif et le judiciaire : sous ce rapport, les républiques sont la patrie de l’éloquence. Il n’est donc pas étonnant qu’elle se soit comme naturalisée chez les peuples qui ont été longtemps libres.

2Il analysera les principes généraux de l’art, et en démontrera la vérité en les appuyant par des exemples tirés des classiques grecs et romains, et par des résultats politiques et historiques. Il y joindra le développement des moyens d’appliquer ces principes féconds et invariables à l’étude de l’éloquence française, et d’acquérir l’habitude d’opiner et de haranguer sur-le-champ, suivant les règles de la logique et avec les formes oratoires.

  • 1 L’expression « humanes litterae », à vrai dire peu fréquente en latin, est reprise en traduction f (...)
  • 2 Citation (inexacte) du Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes ; (...)
  • 3 « Sed nescio quo modo nihil tam absurde dici potest quod non dicatur ab aliquo philosophorum » (Ci (...)

3La littérature est proprement l’étude et la connaissance des belles-lettres, des lettres humaines, humaniarum litterarum1, comme les appelaient les anciens, qui avaient compris que l’homme sans instruction est au-dessous de son espèce et n’a pas atteint le complément de sa nature. Il y a loin de cette incontestable vérité, à ces étranges paroles de Jean-Jacques : « L’homme qui pense est un animal dépravé2 » : si cela était vrai, qui aurait été plus dépravé que Rousseau lui-même ? Aurait-il admis la conséquence plutôt que de démentir son paradoxe ? Que prouvent ces déplorables jeux de l’esprit et de l’imagination, si ce n’est ce qu’a dit Cicéron, qu’il n’y a rien de si absurde que quelque philosophe ne se soit amusé à soutenir3 ?

4Une foule d’axiomes chez les Grecs et les Latins prouve le prix qu’ils attachaient à l’instruction, et le profond mépris qu’ils avaient pour l’ignorance. L’école du Portique la regardait même comme la source de tous les vices.

Du vieux Zénon l’antique confrérie
Disait tout vice être issu d’ânerie,

  • 4 Jean-Baptiste Rousseau, « À Clément Marot », Épîtres, I, III. La Harpe ne cite pas sans arrière-pe (...)

5a dit un poète4 ; et cela est vrai dans ce sens, que l’ignorance et l’erreur entrent nécessairement dans les principes généraux du mal moral. Ainsi, quoique l’orgueil soit le premier mobile de toutes les passions, et par conséquent de tous les crimes, il n’est pas moins certain que l’orgueil lui-même n’est qu’une estimation erronée de nos facultés, et que toutes les passions qui naissent de l’orgueil ne sont qu’une estimation erronée des moyens de bonheur ; et l’adage de Zénon reste dans toute sa force.

6Objectera-t-on, pour la centième fois, l’abus qu’on a fait ou qu’on peut faire de la science, des arts, des talents ? Lieu commun de rhéteur, qui fait pitié au logicien ! Il en résulte seulement qu’il est de l’homme d’abuser de tout, parce que l’imperfection est de l’homme. Belle découverte ! Mais la logique enseigne que tout principe dont les conséquences sont absurdes est essentiellement faux ; or, s’il fallait proscrire tout ce dont on abuse, il faudrait donc proscrire tout ce qui est bon en soi (car on n’abuse que de ce qui est bon), les lois, la liberté, toutes les vertus, toutes les vérités ; car quel abus n’en a-t-on pas fait ? La conclusion est rigoureuse et inévitable : jugez de l’absurdité du principe.

  • 5 Ces « derniers oppresseurs » sont les membres du Comité de salut public et, par élargissement, les (...)

7Les faits sont encore plus concluants, peut-être, que les raisonnements, ou plutôt les faits sont une espèce de raisonnements à la portée de tout le monde ; et s’il restait encore des partisans de l’ignorance autres que ceux qui en ont besoin comme d’un moyen d’oppression, nous avons malheureusement acquis une preuve de fait plus frappante et plus terrible que toutes celles qui se présentaient auparavant. En effet, pourquoi la tyrannie de nos derniers oppresseurs5 a-t-elle passé de si loin tout ce que nous avions vu dans l’histoire des crimes ? Pourquoi ceux qui ont dans leur mémoire les siècles passés reconnaissent-ils en gémissant que l’époque dont nous sortons est celle d’une dégradation de la nature humaine qu’on n’aurait pas même crue possible ? C’est que toute la politique de nos tyrans consistait à donner tout pouvoir de mal faire à cette espèce d’hommes qui sont la lie de toutes les grandes nations, à ceux qui n’ont rien, ne font rien et ne savent rien ; et de cet assemblage de dénuement, de fainéantise et d’ignorance se compose ce qu’il y a de pis dans l’humanité : on en peut juger par ce qu’ils ont fait. Mais remarquez en même temps que cette politique de nos tyrans, même indépendamment de l’extrême atrocité, était encore une extrême bêtise, une ânerie, pour me servir de l’expression du poète que j’ai cité ; car, qu’y a-t-il de plus sot que d’envahir tout sans pouvoir rien garder, et de dresser des échafauds pour finir, inévitablement, par y monter soi-même ? C’est ce qui était démontré, dès le premier jour, à tout homme de sens ; et le plan qu’ont suivi les monstres sera regardé dans l’histoire, non seulement comme un prodige de scélératesse, mais comme un prodige de stupidité.

8L’homme sans culture, s’il est né avec de mauvaises inclinations, est féroce, et ses vices deviennent des crimes ; s’il n’est pas mal né, il est toujours prêt, faute de lumières, à devenir l’instrument et la dupe de la méchanceté d’autrui : ce sont là de vieilles vérités ; mais après une éclipse de la raison, elles peuvent paraître toutes fraîches et toutes rajeunies, comme la lumière du jour semble nouvelle quand le soleil a été éclipsé en plein midi.

  • 6 À peu près au même moment, La Décade (28, 10 pluviôse an III) célèbre l’essor donné à l’enseigneme (...)

9Nos législateurs l’ont bien senti ; et c’est avec des intentions aussi éclairées que bienfaisantes qu’ils se sont hâtés d’édifier, quand jusqu’ici l’on n’avait su que détruire6. Ils ont voulu allumer dans la capitale un foyer dont la chaleur et les rayons pussent se répandre dans toutes les parties de la République : il était juste que de toutes parts on s’empressât de seconder leurs efforts ; et l’heureuse affluence qu’attirent les écoles qu’ils ont ouvertes, est une preuve que l’amour du savoir est naturel en France, et que la barbarie ne peut y être qu’étrangère. Les sciences et les lettres, nécessaires à la civilisation sous tous les rapports, ont encore pour nous, en ce moment, un nouveau prix et un avantage inestimable : c’est d’adoucir les mœurs qui, dans les révolutions, tendent plus ou moins à la férocité, de calmer et de diriger les esprits qu’une longue agitation tend à fatiguer et à égarer : ce pourrait être le sujet de quelques réflexions utiles : mais, borné par le temps et les circonstances, je me hâte d’arriver avec vous à l’objet particulier de ce cours.

  • 7 Au moment même où le mot littérature (chez madame de Staël notamment) va prendre le sens qu’il a e (...)

10La littérature, telle que je l’ai conçue7, comprend tout ce que les anciens attribuaient au grammairien, au rhéteur, au philosophe, et n’exclut que les sciences physiques, les sciences exactes et les arts et métiers ; elle peut se diviser en six parties principales :

  1. la grammaire raisonnée, ou la métaphysique des langues, qui apprend à saisir les rapports essentiels entre les opérations de l’entendement et les différents modes d’expression ;
  2. la poésie, le premier des arts de l’imagination, qui, dans son vaste et brillant domaine, embrasse tant de genres de composition et de fiction, l’épopée, la tragédie et la comédie, le mélodrame, les vers lyriques, la fable, le conte, la satire, l’épître, etc. ;
  3. l’art oratoire, le grand art des peuples libres, chez qui la parole est une magistrature ;
  4. la philosophie, celle qui s’applique aux notions générales de l’être, aux actes de la faculté intelligente, aux droits et aux devoirs de l’homme, au bonheur qui peut résulter des uns et des autres ; ce qui comprend la métaphysique, la logique, la morale et l’économie politique ;
  5. l’histoire, non pas sous le rapport de la chronologie et des annales, ce qui est proprement de l’historien, mais comme résumé de l’étude des faits, qui conduit à la connaissance de l’homme, et de la lecture réfléchie des historiens, qui enseigne à juger leur manière de penser, de raconter et de peindre ;
  6. la critique, c’est-à-dire les principes du goût, fondés sur la raison et les convenances, recueillis dans tous les siècles, attestés par les résultats de l’expérience et la comparaison des objets, et reconnus par le suffrage de toutes les nations éclairées.

11Il n’est pas besoin de dire qu’un tel ensemble n’appartient, dans toute son étendue, à aucun littérateur en particulier : chacune de ses parties suffirait pour occuper et remplir la vie d’un homme. J’en parle ici comme Cicéron parle de l’orateur quand il dénombre toutes les connaissances qu’un orateur parfait doit réunir. Il ne prétend pas qu’on les possède toutes au même degré, mais qu’on ne soit étranger dans aucune : de même chaque littérateur cultive et approfondit plus ou moins, suivant son goût et ses moyens, chacun des objets que j’ai tracés ; mais tous lui doivent être familiers. Les choses sont plus grandes que les hommes ; et c’est une sage disposition du Créateur, afin que l’homme ait toujours à apprendre, et jamais à s’enorgueillir. Il y a, jusque dans les subdivisions de cette division générale que j’ai marquée, tel genre de connaissances qui a fait l’occupation spéciale de bien des savants. Dans la seule critique, par exemple, l’examen des textes anciens, qui n’est qu’une branche particulière, a produit cette foule de commentateurs, de glossateurs, de scholiastes, qui ont laborieusement vieilli sur de vieux manuscrits ; et nous en avons encore qui sont de la même manière, et qui ont hérité de la même passion. On rit volontiers de la sorte de complaisance et même d’enthousiasme qu’ils mettent dans leurs recherches ; souvent elles sont futiles, mais quelquefois aussi instructives ; et ne faut-il pas savoir quelque gré aux gens qui perdent du temps pour nous en faire gagner ? Et ce temps même est-il perdu, puisque ces infatigables scrutateurs sont quelque fois utiles, et toujours contents ? Pour moi je remercie la nature de cette prodigieuse diversité de goûts et de penchants qui fait que l’un se passionne toute la vie pour ce qui n’amusera ou n’occupera un autre que quelques heures. C’est ainsi que s’établit le commerce d’échanges entre tous les esprits, comme celui des denrées de chaque peuple entre les besoins de tous.

  • 8 Le Mondain (1736), v. 22, in Voltaire, Mélanges, éd. J. van den Heuvel, Paris, Gallimard, « Biblio (...)
  • 9 Cet adage a connu une longue fortune et de nombreuses variantes, dont la plus célèbre est due à un (...)

12Il faut donc se borner et choisir. La grammaire, la philosophie, l’histoire ont ici des professeurs dont le nom et les écrits sont un sûr garant de leurs succès. La poésie est une espèce de luxe, un superflu, si l’on veut, mais pourtant de ce superflu dont Voltaire a dit fort à propos : « Le superflu, chose très nécessaire8 » ; et cela est vrai des arts dans l’ordre social, et par conséquent dans l’ordre politique, liés entre eux par des rapports si intimes que jamais un bon gouvernement ne doit séparer l’un de l’autre. Mais nous avons aujourd’hui des choses plus pressées que la poésie, quelque respect que j’aie pour elle. Il faut bâtir sa maison avant de l’orner. On ne bâtit l’édifice politique qu’avec la raison, et la raison a besoin d’éloquence. Occupons-nous d’abord de l’éloquence. Tâchons de former des orateurs, puisque nous formons une république. On a dit que les poètes naissaient et que les orateurs se faisaient : « Nascuntur poetae, fiunt oratores9. » Mais il ne faut pas toujours prendre les proverbes à la lettre. Je crois fermement que les grands orateurs, comme les grands poètes, sont des enfants privilégiés de la nature ; et c’est la seule espèce de privilèges qui soit respectable, si ce n’est pour l’ignorance et l’envie. Mais pourtant il est vrai de dire que l’art donne plus aux uns qu’aux autres. C’est quelque chose que de parler raisonnablement, et cela peut s’apprendre ; d’ailleurs, la médiocrité en poésie est insupportable, en raison de l’inutilité : mais dans les assemblées délibérantes, un talent médiocre peut être prisé, parce qu’il peut y être utile, et pour des républicains, l’utile et l’honnête sont avant tout.

Notes

1 L’expression « humanes litterae », à vrai dire peu fréquente en latin, est reprise en traduction française par le dictionnaire de l’Académie (1694) comme par Furetière (1690). On lit dans ce dernier : « Lettres, se dit aussi des sciences [...]. On appelle les lettres humaines, et abusivement les belles-lettres, la connaissance des poètes et des orateurs. »

2 Citation (inexacte) du Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes ; Rousseau écrivait : « [...] j’ose presque assurer que l’état de réflexion est un état contre Nature, et que l’homme qui médite est un animal dépravé » (Œuvres complètes, sous la dir. de B. Gagnebin et M. Raymond, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1969, t. III, p. 138).

3 « Sed nescio quo modo nihil tam absurde dici potest quod non dicatur ab aliquo philosophorum » (Cicéron, De divinatione, II, L, viii, p. 119).

4 Jean-Baptiste Rousseau, « À Clément Marot », Épîtres, I, III. La Harpe ne cite pas sans arrière-pensée cette pièce qui stigmatise calomniateurs et persécuteurs comme des « sots ». Les deux vers immédiatement précédents permettaient bien des applications : « Je le soutiens, Justice et Vérité / N’habitent point en cerveau mal monté » (J.-B. Rousseau, Œuvres, Londres, 1753, t. II, p. 28).

5 Ces « derniers oppresseurs » sont les membres du Comité de salut public et, par élargissement, les responsables à divers échelons de la Terreur.

6 À peu près au même moment, La Décade (28, 10 pluviôse an III) célèbre l’essor donné à l’enseignement à Paris et en France en énumérant les créations décidées par les législateurs : « [...] les écoles primaires, qui dans les moindres communes répandront les connaissances utiles à tous les citoyens ; les Écoles centrales dont la formation déjà présentée au corps législatif ne tardera pas à être décrétée ; les dépôts de monuments des arts et les bibliothèques, qui vont être attachés partout à ces gymnases scientifiques ; trois écoles de santé, l’une à Paris, l’une à Montpellier, la troisième à Strasbourg, destinées à rendre tout son lustre à l’art bienfaisant de guérir ; à Paris, une école centrale de travaux publics [future École polytechnique], où toutes les sciences et presque tous les arts contribuent à former des ingénieurs civils et militaires ; enfin cette École normale, qui forme en quelque sorte le couronnement d’un si vaste édifice, et le sommet de l’enseignement. » Rappelons que les cours ont lieu en présence des représentants du peuple Deleyre et Lakanal ; le second est depuis 1793 l’artisan principal de la mise en place des nouvelles institutions d’enseignement. En faisant l’éloge des écoles nouvellement « ouvertes », La Harpe capte la bienveillance de ses deux auditeurs les plus haut placés – au figuré comme au propre, puisque l’estrade des représentants du peuple dominait celle des professeurs. Mais loin d’insister sur le caractère « révolutionnaire » (jusque dans leur pédagogie) de ces nouveaux établissements, il préfère voir dans leur fondation le signe d’une réhabilitation des « arts » et des « sciences », stigmatisés sous la Terreur.

7 Au moment même où le mot littérature (chez madame de Staël notamment) va prendre le sens qu’il a encore aujourd’hui, La Harpe adopte une définition moyenne : il revendique pour les litterae un empire encore très vaste (puisque non seulement la grammaire, mais aussi la philosophie lui sont annexées) ; mais il entérine la séparation décisive entre la littérature et les sciences – encore incluses dans la notion de lettres du temps de Furetière.

8 Le Mondain (1736), v. 22, in Voltaire, Mélanges, éd. J. van den Heuvel, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1961, p. 203.

9 Cet adage a connu une longue fortune et de nombreuses variantes, dont la plus célèbre est due à un contemporain de La Harpe, Brillat-Savarin : « On devient cuisinier ; mais on naît rôtisseur. » (Physiologie du goût, aphorisme XV)

© Éditions Rue d’Ulm, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540