Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’École normale de l’an III. Vol. 4, Leçons d’analyse de l’entendement, art de la parole, littérature, morale

 | 
Jean Dhombres
, 
Béatrice Didier

Leçons de littérature de la Harpe

Chronologie et résumés des leçons et des débats

Texte intégral

PROGRAMME : 4 pluviôse an III (23 janvier 1795)

1La Harpe annonce l’objet de son enseignement : l’éloquence, celle des anciens en particulier. Les événements révolutionnaires ont mis en lumière les dangers de l’inculture : il faut réhabiliter la littérature et le savoir en général contre leurs détracteurs. Des six branches de la littérature qu’il définit, l’éloquence est la plus indispensable dans une République.

PREMIÈRE LEÇON : 4 pluviôse an III (23 janvier 1795)

2Notions préliminaires sur l’art oratoire : la double distribution opérée par les anciens en genres démonstratif, délibératif et judiciaire, d’une part, et en genres simple, modéré et sublime, d’autre part, lui paraît peu fondée. Plus pertinente lui semble la division entre invention, disposition et élocution. Importance de l’exorde. La Harpe annonce qu’il illustrera ces notions abstraites d’exemples tirés surtout de Cicéron et Démosthène, grands orateurs morts pour la patrie.

PREMIER DÉBAT : 16 pluviôse an III (4 février 1795)

3La Harpe, ouvrant la première « conférence », fait l’éloge du dialogue comme méthode d’enseignement. L’élève Dupuis souhaite que La Harpe introduise des exemples contemporains d’éloquence ; il lui demande de définir anciens et modernes. La Harpe répond que l’Assemblée constituante n’a pas manqué de grands orateurs et mentionne Mirabeau ; mais, ajoute-t-il, les principes politiques ont tellement changé qu’il est devenu délicat de les citer. Sur le second point, La Harpe fixe à la mort de Cicéron la fin de l’éloquence, en tant qu’elle est liée à la liberté : aucun modèle ne s’offre à l’étude entre le siècle d’Auguste et la Révolution française. Garat intervient pour soumettre à La Harpe deux doutes. D’abord, il propose de distinguer l’art oratoire, comme ensemble de règles, de l’éloquence comme talent naturel. Il critique ensuite l’érudition antiquisante, contestant que la Renaissance italienne ait eu pour origine l’afflux des savants venus de Constantinople après 1453 ; à preuve l’antériorité de Dante, Boccace et Pétrarque. La Harpe défend l’érudition. Garat revient à la charge : l’usage d’une langue vivante et la rencontre avec un vrai public sont indispensables à l’essor des lettres ; et l’éloquence philosophique propre aux Lumières, qui a produit des révolutions à l’échelle du globe, n’a rien à envier à celle des anciens : La Harpe lui-même en est un bel exemple.

DEUXIÈME LEÇON : 24 pluviôse an III (12 février 1795)

4La Harpe, qui n’avait pu répondre à Garat faute de temps, rebondit sur l’allusion faite à sa propre carrière d’homme de lettres avant la Révolution ; il en profite pour rendre un hommage appuyé à l’Académie française dissoute ; il admet que Rousseau, Raynal furent éloquents, mais non pas orateurs au plein sens du terme ; il nie que l’érudition ait un effet stérilisateur et entreprend de démontrer que la connaissance des lettres grecques et latines a nourri les littératures européennes ; revenant enfin sur la question de savoir qui sont les anciens et qui les modernes, il cite et commente plusieurs passages du Dialogue des orateurs de Tacite, invoqué par Garat.

TROISIÈME LEÇON : 24 ventôse an III (14 mars 1795)

5Au début de cette leçon consacrée à l’invention oratoire, La Harpe pose quelques principes généraux. L’éloquence judiciaire s’exerce dans l’ordre légal, l’éloquence délibérative dans l’ordre politique, mais toutes deux intéressent l’ordre social et toutes deux obéissent aux mêmes principes moraux : il n’y a donc pas lieu de séparer artificiellement les moyens oratoires qu’elles mettent en œuvre. Loin d’ailleurs de s’en tenir à un savoir technique, l’orateur doit être versé dans l’histoire et la philosophie : car s’il doit émouvoir, il doit aussi offrir des démonstrations infrangibles, étayées par des faits précis et une logique impeccable. La Harpe prend deux exemples chez Démosthène. Le discours Sur la couronne lui donne l’occasion d’insister sur l’importance, pour la crédibilité de l’orateur, de la pureté reconnue de son caractère. Il commente ensuite les moyens oratoires déployés par Démosthène dans Sur la Chersonèse et émaille son analyse d’allusions contemporaines (éloge de la raison comme inséparable de la justice ; dénonciation des flatteurs démagogiques, plus dangereux encore que les flagorneurs des rois).

QUATRIÈME LEÇON : 14 germinal an III (3 avril 1795)

6Cette leçon constitue une sorte de parenthèse d’actualité : à la demande de son collègue Sicard, La Harpe traite devant l’auditoire normalien de la question du tutoiement révolutionnaire. Imposé de facto sinon de jure pendant la Terreur, le tutoiement fait l’objet d’un vif débat au début de cette année 1795. La Harpe aborde la question en grammairien. Il écarte l’argument d’absurdité (s’adresser à une personne comme si elle était plusieurs) : en matière de langue, explique La Harpe, l’usage prévaut sur toute théorie générale et l’idiotisme a force de loi ; d’ailleurs, les cas d’accords « illogiques » entre singulier et pluriel existent dans toutes les langues. Il rejette ensuite comme infondé l’argument historique qui présente le vouvoiement comme un vestige des anciennes oppressions. La distinction du tu et du vous, enracinée dans la langue française, introduit dans les échanges personnels et dans notre littérature des nuances irremplaçables. Ceux qui, pendant la Révolution, ont prétendu imposer le tutoiement voulaient le nivellement des individus sous le nom fallacieux d’égalité. Supprimer cette marque à la fois coutumière et volontaire de respect, c’était interdire les gradations de l’intimité ; c’était empêcher l’expression des égards dus au sexe, à l’âge, à la qualité ou aux talents des personnes ; c’était donc déchirer sciemment le tissu des rapports sociaux et humains afin de rendre possibles toutes les violences. Non seulement le tutoiement a servi le terrorisme, mais les terroristes ne pouvaient se passer du tutoiement.

CINQUIÈME LEÇON : 22 germinal an III (11 avril 1795)

7La Harpe renoue le fil de son cours, passant de Démosthène à Cicéron, orateur plus insinuant et plus orné, moins direct dans ses assauts, plus recherché dans ses préparations. Il juge absurde de les mettre en compétition : Cicéron sut parfaitement s’adapter à son auditoire romain et sénatorial, tandis que l’énergie de Démosthène, entièrement tournée vers le résultat, excella dans les assemblées du peuple athénien. L’analyse les quatre Catilinaires est l’occasion de nouveaux retours sur la Terreur : même en pleine conspiration de Catilina, jamais Cicéron ne sortit des formes légales, contrairement à ce qui s’est produit avec la « loi des suspects » ; les « terroristes » n’avaient donc aucun droit de se réclamer de son exemple ; et si Cicéron fit passer le salut de la République avant sa propre sûreté et celle de sa famille, jamais il n’affecta cette insensibilité inhumaine qui passait, pendant la Terreur, pour le comble du patriotisme.

SIXIÈME LEÇON : 24 germinal an III (13 avril 1795)

8Poursuivant son examen de Cicéron, La Harpe analyse les Catilinaires. Le procès de Verrès, proconsul voleur et assassin qui escomptait l’impunité après sa sortie de charge, pose la question de la responsabilité juridique des fonctionnaires d’autorité pour les crimes ou délits commis dans l’exercice de leurs fonctions.

SEPTIÈME LEÇON : 4 floréal an III (23 avril 1795)

9La Harpe passe au De suppliciis de Cicéron. Il y est question d’un des crimes les plus graves de Verrès : la mise à mort d’un citoyen romain. La Harpe abat ici ses cartes. S’il analyse la manière dont Cicéron suscite indignation et pitié, il invite surtout son auditoire à réfléchir sur les mécanismes éternels de la tyrannie. Il met en parallèle les criminels abus de pouvoir commis par Verrès en Sicile et ceux commis en Vendée par les proconsuls révolutionnaires. Derrière le procès de Verrès se profile le procès de Carrier, tortionnaire des Nantais : même oubli des lois, même dédain de l’humanité, même corruption du chef déteignant sur les subordonnés, même haine des honnêtes gens, même avidité à dépouiller les riches, même empressement à justifier des mesures atroces par des complots imaginaires. Tous les attentats de Verrès, la Terreur les a répétés en pire. Ne pas laisser ces crimes impunis est un devoir moral, en analyser les mécanismes une tâche intellectuelle urgente. Cette tâche, qui outrepasse son rôle d’enseignant à l’École normale, La Harpe fait serment de la poursuivre ailleurs.

© Éditions Rue d’Ulm, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540