Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’École normale de l’an III. Vol. 4, Leçons d’analyse de l’entendement, art de la parole, littérature, morale

 | 
Jean Dhombres
, 
Béatrice Didier

Leçons d'art de la parole de Sicard

Vingt-troisième leçon

17 floréal/6 mai

Texte intégral

  • 1 Ces mots indiquent une interversion manifeste de cette séance avec celle datée du 24 floréal dont (...)

1La leçon précédente1 fut plutôt une leçon de logique que de grammaire. Nous examinâmes la proposition, sous tous ses rapports logiques. Nous la considérâmes dans la plus grande simplicité, ne renfermant qu’un simple sujet et un attribut. Nous multipliâmes les sujets et les attributs, ce qui nous donna des propositions de plusieurs sortes. Nous fîmes quelques observations sur la forme de la proposition, ce qui nous fournit l’occasion de parler, en passant, de la syntaxe naturelle et de la syntaxe figurée.

2Il nous reste à rechercher aujourd’hui la raison grammaticale des diverses formes de mots, ou, ce qui est la même chose, leur valeur relative. Si nous n’avions à parler que de la langue française et de sa syntaxe, nous n’aurions presque plus rien à dire ; car il n’y a rien dans cette proposition que des règles de construction. C’est presque toujours la place des mots dans la phrase qui détermine leur rôle ; au lieu que dans les langues anciennes, c’était la terminaison qui indiquait cette valeur. Les règles de la construction étant donc dans les langues modernes presque les seules règles de syntaxe, assigner ces règles de construction serait donc présenter un traité complet de syntaxe. Mais ce traité doit convenir à toutes les langues en général : nous devons donc rechercher les règles générales du langage, sans nous restreindre à aucun idiome particulier.

3Nous avons remarqué dans toute proposition un sujet duquel on affirme une qualité quelconque. Nous avons observé que toutes les fois que cette qualité est active il y a nécessairement dans la proposition un objet sur lequel se porte l’action de cette qualité.

4Il y a encore la manière dont elle s’y porte, le lieu, le temps où se passe l’action ; autant de circonstances qu’il faut énoncer.

5Le sujet pour lequel tout est énoncé dans la phrase ne doit pas être confondu avec l’objet sur lequel il agit. La qualité qu’on énonce comme appartenant au sujet doit être distinguée et du sujet et de l’objet.

6Le mot qui sert à lier le sujet et la qualité est par conséquent le mot affirmatif ; le mot par excellence est encore en rapport avec les mots qu’il lie.

7Le mot qui indique un rapport doit aussi avoir quelque influence sur celui dont il assigne le rapport.

8C’est ici que la syntaxe vient exercer tout son empire. C’est le moment de découvrir le motif des formes variées que prennent, dans les langues anciennes, les mots qui composent une proposition, et de la place qu’ils occupent dans les langues où leur forme est toujours la même.

9Il faut nous rappeler ici ce que nous avons dit précédemment sur les formes des noms et sur celles du verbe.

10Le mot qui sert à énoncer le sujet d’une proposition est-il un nom, ce mot est tout entier, tel qu’on l’inventa quand on voulut distinguer cet objet que le nom désigne de tous les autres objets connus dans la nature, et qui sont d’espèce diverse. On le plaça à la tête de tous les autres dans la proposition, dans les langues modernes. Et comme ce nom, dans les langues anciennes, changea de forme quand au lieu d’être sujet il devint objet d’action, il fut indifférent de le placer au commencement, ou à la fin, ou même au milieu de la proposition, sa terminaison ne laissant aucun doute sur son rôle.

11On plaça immédiatement après l’action exprimée par le verbe l’objet qui recevait cette action ; et dans les langues transpositives, on donna une terminaison particulière à ce même nom.

  • 2 En traitant de cette première partie de la syntaxe envisagée selon la forme de la proposition, Sic (...)

12Enfin, dans toutes les langues, les mots ne pouvant pas être plus isolés dans la phrase que les idées ne le sont dans l’esprit, et ayant entre eux ou une convenance commune, ou une dépendance les uns des autres, nous aurons tout dit sur la syntaxe quand nous aurons tout dit sur la convenance2 et sur la dépendance des mots.

De la convenance dans les mots

13Il y a, dans toute proposition, des mots si essentiels, si nécessaires, que sans eux, ou même si un seul d’entre eux manquait, il ne pourrait y avoir de jugement ou de proposition. Tels sont le sujet exprimé par le nom, la qualité ou l’attribut exprimé par le modificatif ou adjectif, et le verbe. L’objet d’action est encore essentiel quand le verbe est concret-actif ; car il y aurait une action : et si l’objet d’action manquait, il y aurait une action énoncée, et cette action ne se porterait sur rien.

14Il doit donc y avoir convenance dans ces mots essentiels. Ils ne peuvent être liés entre eux sans s’imposer mutuellement des lois. Le sujet commande au modificatif et même au verbe. Il commande encore au déterminatif ou article.

15Il y a donc convenance entre l’article, le nom, le verbe et la qualification.

16La première convenance ou le premier accord est la convenance du nombre. Le qualificatif, le verbe, et l’article ne peuvent être du nombre pluriel, quand le sujet est du nombre singulier. Comme aussi l’article le ou déterminatif, le verbe et le qualificatif prennent la forme du pluriel quand le nom du sujet prend cette forme.

17Exemple pour le nombre singulier

La nature à nos yeux étale ses merveilles.

18Exemple pour le nombre pluriel

Ô toi, de mon repos, compagne aimable et sombre
À de si noirs forfaits prêteras-tu ton ombre ?

19Dans le premier exemple, l’article, le nom et le verbe sont au nombre singulier : « La nature étale. »

20Dans le second exemple, c’est le nom et le qualificatif qui sont tous deux au nombre pluriel : « noirs forfaits. »

21Il y a encore entre l’adjectif, l’article et le nom une convenance de plus, la convenance des genres ; et dans les langues transpositives, comme la grecque et la latine, la convenance des cas ou de la terminaison.

22Exemple

Sur un coursier fougueux, plus léger que le vent.
Ô rives du Jourdain, ô champs aimés des Cieux !
Sacrés monts, fertiles vallées !
Du doux pays de nos aïeux.
Serons-nous toujours exilées ?

23Nous n’avons pas besoin de dire qu’il y a aussi les mêmes convenances entre le pronom et le verbe, puisque le pronom rappelle le sujet que le nom a indiqué.

24Quand il y a deux sujets dans une proposition et un seul qualificatif pour les deux, que les deux sujets sont de divers genres, le qualificatif prend la forme du masculin, comme dans cet exemple : « Ma sœur et mon frère sont bons et généreux. »

25On voit aussi dans cet exemple que le verbe prend la forme plurielle, ainsi que le qualificatif, quoi-qu’aucun des sujets ne soit au pluriel ; c’est que le pluriel seul renferme deux singuliers.

26Le verbe prend aussi la terminaison de la première personne au pluriel, quand son sujet est double et que l’un d’eux est de la première personne : il en est des personnes comme des genres. La première personne a, de la part du verbe, la préférence, sur la seconde, comme le genre masculin a la préférence sur le genre féminin, par rapport au qualificatif.

Note particulière pour les instituteurs

27La langue française a des règles ou plutôt des exceptions qui lui sont propres, pour les diverses convenances que nous venons de traiter. Il y a des sujets au singulier après lesquels le verbe est au pluriel. Nous n’en devons pas parler ici, où nous ne parlons que de ce qui est convenance à toutes les langues. Nous renvoyons ces exceptions à notre grammaire française.

28Telles sont les lois de convenance établies entre les éléments essentiels de la proposition.

29Mais une proposition n’est pas toujours si simple, et on ne se contente pas toujours d’exprimer seulement la qualité d’un sujet ; on veut encore faire connaître quelqu’une de ses actions ; on veut montrer le terme qui l’a reçue, le terme où elle a abouti, la manière dont elle a été faite. Le tableau de la pensée se compose alors de toutes ces parties complémentaires, et sort de sa simplicité. Il faut, outre le nom, l’article, le qualificatif et le verbe, de nouveaux mots qui s’attachent à ceux-ci pour les modifier et qui en dépendent ; et c’est ici cette dépendance que nous avons déjà annoncée, qui doit, comme la convenance, avoir ses lois et ses principes. Nous allons développer ces lois.

De la dépendance des mots

30Il y a dans une proposition des mots essentiels et des mots accessoires ; des mots nécessaires et des mots utiles. Ceux de la première espèce ne dépendent pas les uns des autres : mais ceux de la seconde dépendent de ceux de la première.

31Le premier de tous, celui sur lequel se portent tous les regards, est celui qui fait l’action dont il s’agit, ou duquel on affirme une qualité quelconque : c’est le nom.

32Le qualificatif, exprimant une qualité, et cette qualité étant plus ou moins générale, plus ou moins circonscrite, demandera lui-même à être déterminé. Sans lui on ne parlerait pas du sujet, et le nom deviendrait inutile.

33Le verbe exprimant l’existence, de combien de circonstances ne peut-il pas être entouré ! Il demande aussi des mots particuliers, qui viennent énoncer ces circonstances.

34Toutes les langues ont des formes particulières pour lier au nom ce qui dépend de lui. La grecque et la latine ont des terminaisons ou cas. Les langues modernes ont des prépositions qui remplissent les fonctions de ces cas. La préposition de pour le français, di ou del pour l’italien, of pour l’anglais, des pour l’allemand.

35Ainsi les Latins, pour dire : « la beauté du Ciel », n’avaient que deux mots à dire : pulchritudo caeli. L’article et le nom ne faisaient qu’un, et la préposition de ou le mot elliptique du se trouvaient dans la terminaison même du mot suivant.

36Cette proposition et autres mots semblables lient au sujet des mots accessoires qui ne sont dans la proposition que pour former le cortège du nom. Ils sont donc en dépendance avec le nom.

37C’est surtout le verbe qui exige de ces mots accessoires. Il renferme ordinairement une action, et cette action a un objet, un but, une manière d’être faite ; autant de circonstances pour l’expression desquelles des mots viennent se placer dans le domaine du verbe, comme étant également de sa dépendance : voici un exemple du rapprochement des circonstances qui environnent le verbe, tiré d’une fable de La Fontaine.

Fable

Le mulet d’un seigneur se piquait de noblesse,
Et ne parlait incessamment
Que de sa mère la jument,
Dont il contait mainte prouesse.
Elle avait fait ceci, puis avait été là.
Son fils prétendait pour cela
Qu’on le dût mettre dans l’histoire.
Il eût cru s’abaisser, servant un médecin.
Étant devenu vieux, on le mit au moulin,
Son père l’âne alors lui revint en mémoire.
Quand le malheur ne serait bon
Qu’à mettre un sot à la raison ;
Toujours serait-ce à juste cause
Qu’on le dit bon à quelque chose.

38On trouverait peu de morceaux où il y eût plus de ces circonstances qui accompagnent le verbe. Chacun des vers de cette fable en renferme quelqu’une. Elles répandent toutes sur ce morceau une richesse d’idées et d’expressions qui en font un modèle de récit.

39« Le mulet d’un seigneur (« D’un seigneur » marque une dépendance du sujet principal) se piquait. » Se : objet d’action du verbe piquer, qui a ici une signification réfléchie, ou pour nous servir des mots dont nous avons déjà fixé l’acception, une action intransitive, puisqu’elle ne passe pas hors du sujet agissant.

40« De noblesse » : circonstance de matière.

41« Et ne parlait incessamment » : circonstance de temps.

42« Elle avait fait ceci, puis avait été là » : circonstance de bien.

43« Son fils prétendait pour cela » : circonstance de moyen.

44« Il eût cru s’abaisser servant un médecin ». Dépendance d’une préposition ou terme de rapport qui lui-même est une dépendance du verbe abaisser. S’abaisser : se, objet d’action ou terme de ce verbe.

45« Étant devenu vieux, on le mit au moulin. » Étant devenu vieux : manière d’être, où circonstance d’état. « Son père l’âne alors » : circonstance de temps.

46« Quand le malheur ne serait bon / Qu’à mettre un sot à la raison. » À la raison : terminatif ou circonstance de but, ainsi que cette autre circonstance : « Qu’on le dit bon à quelque chose ».

47Le qualificatif a aussi ses mots accessoires qui marchent à sa suite et qui tous également expriment des circonstances : une autre fable de La Fontaine nous en fournit l’exemple ; on y trouve un grand nombre de ces circonstances heureuses, qui enrichissent le domaine du qualificatif.

Fable

Mortellement atteint d’une flèche empennée
Un oiseau déplorait sa triste destinée ;
Et disait en souffrant un surcroît de douleur :
Faut-il contribuer à son propre malheur ?
Cruels humains ! vous tirez de nos ailes
De quoi faire voler ces machines mortelles.
Mais ne vous moquez point, engeance sans pitié,
Souvent il vous arrive un sort comme le nôtre.
Des enfants de Japet. toujours une moitié,
Fournira des armes à l’autre.

48« Mortellement atteint ». Ici le mot mortellement détermine le modificatif atteint. Cet oiseau n’est pas seulement atteint, frappé, blessé par une flèche, il l’est encore jusqu’à être près d’en mourir. Circonstance importante qui rend son sort plus touchant, ce qui donne un caractère bien plus intéressant à cet adjectif.

49C’est parce qu’il se voit près de mourir, et par conséquent c’est relativement à la manière dont la flèche l’avait atteint que : « L’oiseau déplorait sa triste destinée. » Comme ce vers est riche ! Comme tous les mots en sont justes et conviennent à ce modificatif, qui se trouve modifié lui-même !

50« Mais ne vous moquez point, engeance sans pitié ! » Cet oiseau le savait bien, que la mort de ses pareils n’était qu’un jeu pour l’homme : ainsi, au moment où toute vérité se dit sans ménagement et sans faiblesse, il apostrophe ainsi l’espèce humaine : « Engeance sans pitié ! » C’est encore ici un modificatif modifié.

51« Souvent il vous arrive un sort comme le nôtre. » Il semble que dans cette proposition, il n’y a point de modificatif ou adjectif. Les instituteurs ne s’y méprendront pas. Ils savent bien que partout où sont des mots abstraits tels que sort et autres de cette espèce, il y a des ellipses. Comme si on disait dans ce cas-ci : « Souvent il vous arrive une manière d’être qu’on appelle sort ; et cette manière d’être est comme la nôtre. »

52On retrouve dans cette fable toutes les dépendances dont nous avons parlé : il est bien rare qu’il en soit autrement. Tous les genres d’idées sont, par rapport au tableau de la pensée, ce que sont aux tableaux peints sur toile toutes les sortes de couleurs.

  • 3 La situation est ici un peu embrouillée, et l’on voit que Sicard ne raisonne d’abord pas en gramma (...)

53Ceux qui étaient accoutumés au langage des anciennes grammaires seront surpris, sans doute, que j’aie substitué aux mots régime et régissant les mots concordance et dépendance. Je ne les ai pas inventés. Je les ai vus employés avec succès, puisqu’ils l’étaient avec raison par le savant auteur du Monde primitif et je n’ai pas hésité de les employer moi-même. Tout ce que trouve la saine logique me paraît un fonds commun qui étant la propriété de tous n’est la propriété exclusive de personne3.

  • 4 Dans cette idée nous avons reconnu la doctrine de l’Encyclopédie et l’intérêt philosophique que lu (...)

54Les éléments qui composent la proposition sont donc liés entre eux, pour ne former aux yeux qui les considèrent qu’une sorte de famille où l’on retrouve comme point central le père et la mère auxquels se rapportent et les enfants qui en sont nés, et les serviteurs qui en exécutent les volontés. Ils peuvent encore être comparés à plusieurs figures d’un seul tableau qui, se rapportant à une figure principale, ne rompent point cette unité si précieuse, sans laquelle les arts imitateurs ne pourraient être en harmonie avec la nature. Nous avons dit, dans son temps, que tout l’art des langues consistait à donner en quelque sorte de la visibilité à la pensée. Nous avons fait voir que dans l’esprit qui conçoit, la pensée est indivisible. Combien ne doit-il donc pas régner de liaison dans les éléments qui servent à l’exprimer, puisqu’il est vrai que plusieurs éléments sont nécessaires à cette communication extérieure ! Il ne paraîtra donc pas étonnant que pour imiter cette simplicité, cette unité, tous les mots soient contraints de recevoir des formes qui, comme autant de nuances, servent à les unir de manière à ne faire de tous qu’un seul tout, en quelque sorte indivisible4 comme la pensée elle-même.

55C’est la syntaxe, que nous avons réduite à des principes de concordance et de dépendance, qui opère cette union si merveilleuse. Mais tout est-il dit quand ces principes sont connus, et sous prétexte que tous les mots ont reçu de la syntaxe les formes que leur assignent leurs rôles différents, n’y a-t-il pas encore des règles pour les arranger dans le cadre de la phrase ?

56Oui, sans doute, et c’est ici la dernière partie de la syntaxe ; car la construction, n’est pas moins essentielle à la clarté de la proposition que le sont les formes des mots qui entrent dans sa proposition.

De la construction

57La construction, qui n’est pas la syntaxe, comme nous l’avons dit plus d’une fois, est l’arrangement des mots dans le discours. C’est donc une sorte de combinaison, non seulement des mots qui constituent la proposition, mais encore des phrases simples qui servent à former la période. C’est ici véritablement que la parole est un art, et qu’on distingue de ceux qui ne parlent que parce qu’ils ont entendu parler, ceux qui ont étudié leur langue et qui en connaissent le génie. Il n’y a de netteté dans le discours qu’autant qu’on observe rigoureusement les règles de la construction. Il est donc bien essentiel de bien apprendre ces règles.

58Nous l’avons déjà dit ; mais il faut encore le répéter. Toutes les idées qui servent à former le tableau de la pensée ne sont que des portions de cette pensée qui ne souffre de division hors de l’esprit que par l’impuissance où l’on est d’inventer un seul mot, simple, comme elle, et qui, en même temps, puisse la montrer à ceux qui ne l’ont pas conçue, sous tous les rapports sous lesquels la considère celui qui entreprend de la communiquer ; il faudrait que l’expression de la pensée fût donc formée d’un seul jet comme la pensée elle-même, et c’est ce qui est impossible. Il est certain que quoiqu’un jugement renferme plusieurs affirmations, il n’y a point dans l’esprit de successions dans ces affirmations, comme il est nécessaire qu’il y en ait dans leur expression. Toutes ces affirmations liées à une affirmation principale demandent, sans doute, à sortir simultanément de notre esprit ; mais la succession nécessaire qu’il faut leur donner commande à certaines parties de céder la priorité à d’autres. Y a-t-il une construction tellement naturelle qu’on puisse en assigner des règles fixes, et applicables à toutes les langues ?

59Les hommes étant à peu près les mêmes partout, ils sont dans tous les pays à peu près affectés de la même manière, quand on suppose l’action ou même la présence des mêmes objets. Or, les idées doivent donc se présenter toujours dans l’ordre des sentiments dont les hommes sont affectés. Cet ordre, si l’on veut peindre ses idées comme elles se sont classées d’elles-mêmes dans l’âme sera donc, dans la construction, ce qu’il est dans l’esprit. La phrase sera le miroir fidèle de ce qui se passe dans l’intelligence, elle sera la copie exacte du tableau original qu’elle rend visible. Telle sera dans tous les pays, dans toutes les langues, la construction de la période, sous peine de violer perpétuellement les lois de la nature, source des principes et des lois de la grammaire commune à toutes les nations. Il n’y aurait donc qu’une sorte de construction. Mais les mots des diverses langues, comme nous avons eu occasion de le remarquer en comparant la langue française à la langue latine, ne se prêtent pas également à cet arrangement uniforme, commandé par la nature des sentiments de l’âme. On n’a pas la liberté de placer dans le cadre de la phrase, à la place qu’indiquerait le degré d’intérêt qu’ils inspirent, les divers éléments de la proposition. Par exemple, il faudrait que le nom eût une terminaison différente, quand il désigne le sujet, ou quand il indique l’objet ; or, il n’y a point de terminaisons différentes dans le même nom, dans les langues modernes : ainsi cette transposition arbitraire ne peut avoir lieu. La construction dans ces langues-ci ne peut y être analogue à l’ordre des idées et au degré d’intérêt qu’elles ont dans l’esprit. Il y aura donc des règles de construction particulières aux langues modernes, puisque ces langues n’ont point de cas ; et des règles différentes, appropriées aux déclinaisons des noms des langues anciennes.

60Il y aura donc des règles de construction pour l’ordre des mots, considérés d’une manière grammaticale, et des règles de construction pour les propositions qu’on ne peut considérer que d’une manière logique. La première espèce de construction ne peut être la même dans les langues analogues et dans les langues transpositives. Dans les langues transpositives où l’avantage des cas facilite le moyen de placer les mots sans que leur place puisse jamais influer sur le rôle qu’ils jouent dans la proposition, la construction est ordinairement assujettie à l’ordre même que les idées ont dans l’esprit. Dans les langues analogues où les mots manquent de cette physionomie que leur donna leur terminaison, et où la place indique le rôle de chacun d’eux, la construction suit à peu près l’ordre grammatical. Ainsi dans ces langues il n’y a qu’une manière d’énoncer l’action suivante : « Alexandre vainquit Darius. » Si vous changez ces mots de place et si vous dites : « Darius vainquit Alexandre », vous exprimez tout autre chose ; parce qu’en français, c’est la place du mot qui vous annonce qu’il est sujet ou faisant l’action, ou objet ou recevant l’action. Il y a ensuite, dans cette langue, à l’égard des autres éléments de la phrase, des règles de construction déterminées par l’usage et qui varient à l’infini, sans qu’on puisse en donner aucune raison métaphysique. Nous en avons parlé en son lieu. Il y a des adjectifs qui, placés avant le nom substantif expriment une tout autre idée. Les langues grecque et latine ne connaissent pas ces étranges bizarreries ; la langue anglaise, cette langue qui semble faite par une société de philosophes, où les lois de l’analogie sont si bien observées, où la conjugaison est si simple et si riche, où la syntaxe est peut-être plus simple encore, où la construction n’est jamais embarrassée, et cependant est presque aussi variée que dans les langues transpositives, la langue anglaise ne connaît pas, dans l’ordre et l’arrangement des mots qui sont en concordance, ces exceptions qui, dans la nôtre, donnent lieu à tant de méprises. L’adjectif y précède toujours le substantif, à moins que l’un ne soit simplement affirmé de l’autre, comme dans la phrase purement énonciative. Le nom de la cause y précède celui de l’effet, et le nom du propriétaire d’une chose est placé aussi avant le nom de la chose.

  • 5 Le problème de la construction naturelle et la définition de la construction figurée sont l’un des (...)

61Les grammairiens modernes ont fait de grands traités sur la construction5. Chacun a adopté un système particulier et l’a défendu avec toutes les armes de la dialectique. Chacun a examiné laquelle des deux constructions était la plus naturelle ; et il paraît que la raison est pour ceux qui ont préféré la construction des langues anciennes. Pour nous qui n’avons pas le temps de donner à cette matière d’aussi grands développements, nous nous contenterons de dire que la grande règle, en fait de construction, c’est d’arranger les mots selon l’usage de la langue ; que la construction est vicieuse quand elle blesse cet usage, et que de ce désordre naissent les amphibologies, l’obscurité dans le discours, et ces formes étranges qui choquent et l’oreille et la raison.

62Nous ne parlerons pas de la construction que nous avons nommée logique, qui consiste dans l’arrangement des propositions dans le cadre de la période. Cette construction étant plus oratoire que grammaticale appartient plus à l’art d’écrire qu’à un traité de grammaire générale.

63Nous ne pouvons terminer ce cours sans ajouter aux règles générales sur la construction quelques observations sur une sorte de construction qu’on nomme figurée ; d’autant que cette construction, étant de toutes les langues, doit donc faire partie de notre travail.

64Qu’est-ce, nous dira-t-on, qu’une construction figurée ?

65Pour répondre à cette question, nous dirons qu’il doit y avoir dans toutes les langues une construction ordinaire et commune, fondée sur des principes communs ; qu’il y a pour toutes une grammaire générale, des principes également applicables à chacune. Comme ces principes généraux sont puisés dans la nature, la construction qui en résulte s’appellera construction naturelle. Mais il pourra y avoir quelquefois des exceptions à ces principes, et par conséquent à cette construction. La construction cessera, dans ce cas, d’être naturelle. C’est dans ces occasions et dans l’usage de ces exceptions qu’on voit la construction des mots suivre aussi parfaitement qu’il est possible les divers mouvements de notre esprit, en représenter, en figurer la vivacité, les élans prompts et rapides ; retrancher des mots pour précipiter la pensée impatiente de sortir de l’entendement qui l’a conçue, ou ajouter quelque expression qu’une froide raison trouverait superflue, mais dont ne peut se passer une imagination vivement affectée.

66C’est l’ellipse dans le premier cas, et le pléonasme dans le second.

67L’ellipse : elle est partout dans le langage, et dans les phrases. L’ellipse : eh ! qui pourrait la méconnaître ? Tout le monde l’emploie. Nous en avons parlé déjà à l’article des deux syntaxes. Nous nous contenterons de dire ici qu’un des plus grands moyens de bien enseigner une langue quelconque, c’est d’avoir soin de rétablir toutes les ellipses, et de suppléer tout ce qui manque à une phrase pour la rappeler à l’ordre naturel et grammatical. Il faut dire aux élèves que les pronoms adjectifs, les adverbes et les conjonctions sont autant d’ellipses ; que les verbes actifs sont également des mots elliptiques.

68Quant au pléonasme, c’est le contraire de l’ellipse.

69Il est trop facile d’en abuser pour qu’on puisse se dispenser d’en avertir. C’est encore ici que l’usage commande et qu’il réprouve, et qu’il faut respecter ses impérieuses lois.

70Ce serait ici le cas de présenter, en finissant ce cours de grammaire générale, un morceau de prose, où nous ferions remarquer l’application de tous les principes que nous avons développés. Ce morceau de prose, pour nous servir d’exemple, devrait renfermer une ou plusieurs périodes, où nous retrouverions des propositions composées qui, dans l’analyse, nous fourniraient des propositions simples, et chaque proposition contiendrait les divers éléments de la parole que nous avons examinés. Mais nous déjà traité de la proposition, en parlant de la syntaxe. Ceux qui auront suivi ce cours pourront donc à l’aide de ces principes généraux apprendre leur propre langue et se rendre compte de tous les éléments qui entrent dans la formation du discours, étudier les langues étrangères ; car tout ce que nous avons expliqué peut s’appliquer à toutes. Et il ne manque plus à celui qui voudrait bien connaître toutes les richesses et le génie de la sienne que de la comparer avec quelque autre ; et en se demandant compte des raisons particulières des exceptions de chacune, de découvrir de soi-même et sans aucun secours les principes particuliers d’un idiome particulier.

Notes

1 Ces mots indiquent une interversion manifeste de cette séance avec celle datée du 24 floréal dont elle prend en réalité la suite.

2 En traitant de cette première partie de la syntaxe envisagée selon la forme de la proposition, Sicard suit toujours le plan de l’article « Grammaire ». Beauzée distinguait concordance, régime et construction. L’abbé n’entend pourtant pas innover avec ce mot de « convenance », puisqu’il dira plus bas, avant de passer à la troisième partie : « Ceux qui étaient accoutumés au langage des anciennes grammaires seront surpris, sans doute, que j’aie substitué aux mots régime et régissant les mots concordance et dépendance », et dira ne pas les avoir inventés, ni en général se targuer d’inventer, mais les avoir pris chez Court de Gébelin (cf. note suivante).

3 La situation est ici un peu embrouillée, et l’on voit que Sicard ne raisonne d’abord pas en grammairien, pas plus qu’en spécialiste. Il fait référence à la compilation de Court sans se montrer intéressé au débat qui mène de ce qu’il visait peut-être à Port-Royal, avec les anciennes grammaires et l’usage du couple syntaxe de régime-syntaxe d’accord, à la toute nouvelle doctrine de l’Encyclopédie. En outre, il n’entre pas dans le détail de la théorie que Du Marsais présente à l’article « Concordance » comme celle du double rapport d’identité et de détermination, dont se sert Duclos dans ses Remarques sur la Grammaire de Port-Royal, et que Du Marsais avait donnée telle une substitution nécessaire au langage métaphorique de l’accord et du régime « qui n’éclaire pas l’esprit des jeunes gens, et qui les accoutume à prendre des mots pour des choses » (Encyclopédie, t. Ill, p. 822 A). Enfin on note que Destutt de Tracy présente dans sa Grammaire (chap. iv), dans la section sur les déclinaisons, la distinction comme celle d’un rapport de concordance et d’un rapport de dépendance, en indiquant qu’il préfère ce langage à celui de Du Marsais, pour des raisons qu’on peut considérer assez sommaires, et, sans citer l’abbé Sicard, comme si l’appellation de « dépendance » était de lui.

4 Dans cette idée nous avons reconnu la doctrine de l’Encyclopédie et l’intérêt philosophique que lui donne Gérando dans son Éloge de Du Marsais. C’est dans le texte des Nouveaux débats transmis datés du 1er thermidor an IX, et à l’occasion de la discussion de Horne-Tooke, que Sicard a exprimé la formule la plus claire de la concordance de sa théorie du mot-lien comme essence de la syntaxe, et de l’expression comme limitée par un idéal de simplicité : « On verra que la pensée se conçoit et s’engendre, tout à coup, et sans qu’il arrive à l’esprit générateur, ce qui arrive à l’esprit communicateur. » (Nouveaux débats, t. XII, p. 160) Il comparait la « fusion » exercée par l’art de la parole à celle de l’art du peintre : « Tout est artificiel dans la manifestation de la pensée, comme tout est artifice dans la peinture d’un événement, sur la toile, où tous les coups de pinceau ont successivement et un à un produit leur effet magique ; chaque signe écrit ou parlé est ce coup de pinceau qui produit également son effet dans l’expression de la pensée ; et c’est à diminuer le nombre de ces signes, à donner à un seul la valeur de plusieurs, que se sont attachés les peintres des idées. C’est donc dans la charpente des mots qu’il faut chercher la collection des idées et leur généralisation, plutôt que dans leur essence et leur nature. » Ceci faisait comprendre qu’en effet, pour le destructeur du système des idées innées, « l’essai de Locke serait un tissu d’erreurs, si on le regardait moins comme un traité sur les signes des idées, et par conséquent comme un traité grammatical, que comme un essai de métaphysique » (ibid., p. 161). Mais de cette façon également se justifiait la réciprocité de la grammaire, de la logique et de l’analyse de l’entendement : « C’est ainsi que le domaine de la grammaire s’enrichit de tout ce que la métaphysique rejette comme une superfétation qui lui est étrangère ; et qu’en passant de la métaphysique à la logique, et de celle-ci à l’art de la parole, on ne quitte pas le même terrain, on ne sort pas de la même enceinte. Tout est simple dans l’esprit, tout se compose dans la logique, et tout se compose encore davantage dans la grammaire. Mais tout en se composant, les signes se réunissent tellement qu’ils se confondent, et font un seul tout de l’expression de la pensée, pareil à la pensée elle-même. » (ibid., p. 163)

5 Le problème de la construction naturelle et la définition de la construction figurée sont l’un des points de croisement les plus denses, et les plus passionnés, de la pensée des grammairiens et des grammairiens philosophes au xviiie siècle. En bornant sa contribution à l’ellipse et au pléonasme, l’abbé n’était peut-être pas uniquement tenu par les contraintes du temps - l’École allait fermer -et du programme d’instruction primaire. Non seulement, en effet, il n’était pas plus que le précepteur du prince de Parme, grammairien de métier, mais il n’avait pas les mêmes raisons que le philosophe du langage d’action pour s’intéresser à la construction naturelle, qu’il croyait toute trouvée, bien que très différente de celle des langues, dans celle des sourds-muets, tout en ayant besoin d’en faire une origine, tout autant qu’un modèle pour raisonner la langue (cf. Cours d’instruction, chap. viii : « Sur la construction des phrases »).

© Éditions Rue d’Ulm, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540