Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’École normale de l’an III. Vol. 4, Leçons d’analyse de l’entendement, art de la parole, littérature, morale

 | 
Jean Dhombres
, 
Béatrice Didier

Leçons d'art de la parole de Sicard

Vingt et unième leçon

4 floréal/23 avril

Texte intégral

Sur la préposition, l’adverbe, la conjonction et l’interjection1

  • 1 Le cours se poursuit conformément au plan qui sera repris dans les Éléments, et offre bien la subs (...)

1Les éléments de la parole qui nous ont occupés jusqu’ici étaient sans doute les plus essentiels à l’expression de la pensée ; et ils pouvaient suffire à l’homme qui, réfléchissant peu, ne formait d’autre combinaison que celle d’un simple jugement entre un sujet et une qualité.

2Mais aussitôt que l’homme voulut sortir de ce cercle si étroit, qu’il voulut observer les rapports d’une idée avec une autre idée, d’une action avec une autre action, il ne fut pas longtemps sans sentir le besoin d’autres éléments pour exprimer ces vues nouvelles. Ce ne fut pas assez d’avoir imaginé des mots pour signe des objets, d’autres mots pour en déterminer l’étendue et la compréhension, d’autres mots encore pour lier les qualités et les sujets, affirmer les unes des autres, et marquer précisément l’époque de l’existence des actions ; il fallut des mots pour l’indication de ces rapports, il en fallut pour lier aussi les propositions aux propositions, et compléter enfin le tableau de la pensée : c’était assez sans doute pour l’esprit ; mais l’âme avait des élans à exprimer, des mouvements de joie, de douleur, d’admiration, d’horreur, de crainte à peindre ; il lui fallait aussi des signes. Tels furent les éléments nouveaux, ajoutés aux premiers, et qui formèrent le tableau de la parole, considérée comme l’expression de toutes les idées, de toutes les pensées et des moindres mouvements du cœur et de l’esprit.

3Nous allons parcourir cette série nouvelle en employant toujours, pour être mieux entendus, les anciennes dénominations. Ainsi cette leçon aura pour objet la préposition, l’adverbe, la conjonction et l’interjection.

4Parmi les dénominations grammaticales, celle de la préposition est, selon plusieurs grammairiens, la plus difficile à justifier. « Car, disent-ils, que signifie ce mot, composé de deux mots latins : prae positio ? Qu’est-ce qu’un mot placé devant un autre mot ? N’est-ce pas là la condition de tous les mots ? Leur place fait-elle quelque chose à leur valeur, et la valeur de la préposition est-elle dans sa dénomination ? » Non, sans doute, ont dit ces grammairiens qui n’ont pas été plus loin, et qui n’ont pas voulu voir que certains mots pris figurément avaient un sens raisonnable que le sens propre ne présentait plus. Telle est la préposition ; elle est ainsi nommée pour marquer qu’elle a une sorte d’empire sur le mot mis à sa suite, elle le commande, elle est placée devant lui, et cela d’une manière nécessaire et invariable, comme le préposé est placé devant ceux qui lui sont soumis et qui dépendent de son administration.

5Mais pourquoi la préposition est-elle ainsi placée ? que fait-elle à la place qu’elle occupe ? Quelle est enfin sa fonction ?

  • 2 C’est encore ici une définition formelle qui est donnée, laquelle intéressera Gérando voulant géné (...)

6La fonction de la préposition est d’indiquer le rapport qu’il y a d’un objet à un autre, d’une qualité à un objet, d’une action à un terme. Ce qui nous donne lieu d’expliquer avant tout le mot rapport2 qui est d’un si grand usage dans la grammaire et dans toutes les sciences.

7Le mot rapport, faudra-t-il dire aux élèves des écoles primaires, signifie proprement l’action de celui qui ayant ôté un objet de sa place, l’y rapporte pour que cet objet n’y manque plus. Supposons que nous avions, tout à l’heure, deux objets parfaitement semblables, et que nous ayons retranché de l’un des deux une petite partie de sa substance : ils cesseront d’être semblables, par ce retranchement ; et il faudra, pour les entendre, rapporter à celui qui diffère de l’autre la partie qu’on en avait ôtée. On dira de ces deux objets : ces deux objets étaient semblables, ils ont cessé de l’être ; il y a pour les entendre encore un rapport à faire entre eux : mais aussitôt que le rapport de ce qui leur manquait est fait, on peut dire qu’ils ont ce rapport.

8On a donc des rapports avec quelqu’un quand on a les mêmes propriétés que lui, en qualité et en quantité ; qu’il n’y a plus rien à rapporter pour établir la ressemblance, et que tous les rapports sont faits.

9On dit encore, à propos de rapport, que 3 est à 6 comme 5 est à 10, comme 8 est à 16 ; et l’on veut dire dans tous ces cas qu’en doublant le premier de ces nombres, c’est-à-dire en rapportant au premier de ces nombres un nombre égal, on obtient le second ; que le rapport à faire est toujours le même, qu’il y a donc le même rapport.

10C’est dans le même sens que la préposition indique un rapport dans le discours. Cela veut dire que, quand il manque un complément à l’idée précédente, et que par conséquent cette idée en appelle une autre, il y a dans ce cas-là un rapport à faire, que ce rapport est celui de l’idée complémentaire, et que la préposition indique ce rapport. Prenez garde que je ne dis pas comme tous les grammairiens : « exprime ce rapport » ; mais que je dis : « indique ce rapport ». Parce qu’il me paraît évident que c’est la nature du terme antécédent qui exprime l’espèce de rapport du terme conséquent ; et que la préposition n’est à la suite du premier et avant le second que pour indiquer seulement ce rapport qu’il y a entre les deux termes. Je dirais qu’elle est entre deux mots, au milieu desquels on la place, comme une planche qu’on jette sur deux rives et qui sert à passer de l’une à l’autre, comme dans cet exemple-ci : « La patience est nécessaire à tous. »

11Supprimez la préposition à, il n’y a plus de liaison entre nécessaire et tous ; il n’y a plus de planche de passage ; cette qualité ne passe pas sur tous : elle n’a aucune détermination : ce sera encore tout de même si, au lieu de supprimer la préposition, nous retranchons tous, qui en est le terme. C’est dans ce cas un rapport suspendu, vague, indéterminé. Mais ne supprimons rien, disons : « Nécessaire à tous. »

12Alors tout est complet, parce qu’on aperçoit le rapport d’un terme à l’autre. Le premier terme commande au signe de rapport ; le signe de rapport, à son tour, commande au second terme, et s’empare tellement de lui qu’il s’identifie avec lui, et que celui-ci devient son complément.

13« Je vais à la campagne. » Voyez comme l’action d’aller, pour se porter sur la campagne, a recours à ce mot intermédiaire à, qui indique le rapport de cette action d’aller, qui semble marcher vers son but.

14Quelques exemples de plus, où l’on verrait l’application de toutes les prépositions, serviraient à faire entendre, autant qu’il est possible, la véritable nature de cet élément de la parole ; et le terme de rapport, exprimé par la préposition, n’aurait plus aucune difficulté. Nous en conclurions que « la préposition, considérée seule, indique un rapport vague ; et que, considérée dans la proposition, elle indique un rapport déterminé par l’application qu’on en fait à deux termes, dont le dernier lui sert de complément. »

15Exposer ici ces exemples, et présenter ces diverses applications, serait sortir du cercle des généralités qui appartiennent seules à la grammaire de toutes les langues, et donner la grammaire d’un idiome particulier ; et vous savez, citoyens élèves, que ce n’est pas là notre tâche.

16La préposition, considérée d’après ces principes, ne peut être composée. Elle est donc toujours un élément simple, indiquant un rapport vague quand elle manque de son complément ; indiquant un rapport déterminé quand elle est suivie de son complément.

17Il y a donc ellipse toute les fois qu’une préposition est liée à une autre, et semble la régir. Il doit donc demeurer pour constant qu’une préposition ne peut jamais être le complément d’une préposition ; que son complément ne peut être autre qu’un nom, ou l’infinitif d’un verbe ; et que destinée à porter, en quelque sorte, une qualité à un terme, le terme de ce rapport ne peut jamais être séparé de la préposition, non pas même par la vertu d’une supposition quelconque. Ce serait s’arrêter en chemin, dans l’expression rapide de la pensée, que de supprimer le complément de la préposition. Ainsi on ne serait point compris dans les propositions suivantes :

18Je viens de

19J’ai passé par

20Je vais à.

21On ne serait guère mieux compris (au moins dans la langue française), si, en ajoutant le complément de chaque préposition, on le plaçait après elle, et si on disait :

22Je viens Orléans de

23J’ai passé Thouri par

24Je vais Rouen à.

25Et c’est sans doute de la nécessité impérieuse où l’on est de placer toujours la préposition avant son complément, qu’a été donnée à ce mot la dénomination de préposition ; comme si on disait : « mot toujours placé devant le mot qui dépend de lui » ; et en latin, prae positio.

26Qu’il est intéressant, cet élément de la parole, quand on s’arrête un peu à le considérer, quand on fait attention aux fonctions qu’il remplit dans une proposition ! Sans lui, on lie sans doute entre eux les sujets et les qualités ; on exprime, jusqu’à un certain point, les jugements de l’âme. Mais pour peu que la qualité affirmée, sortant de son sujet pour se porter sur un objet, ait de la tendance vers un but quelconque ; pour peu qu’on veuille exprimer la manière dont cette action est faite, le lieu où elle est faite, le temps qu’on emploie à la faire, aussitôt la préposition devient nécessaire, au point que rien ne peut la suppléer. Elle ne peint rien toute seule, elle ne semble le signe de rien ; et au milieu des autres mots, très certainement plus intéressants qu’elle, elle répand un charme, des grâces, une vie qui sont au tableau de la pensée ce que sont à la peinture ces nuances heureuses qui fondent les couleurs et rendent harmonique un tableau où tout, sans elles, deviendrait discordant.

27C’est surtout dans la langue française que la préposition est heureusement employée. C’est dans cette langue qu’on en use avec une sorte de profusion : tant les Français se plaisent à ne rien laisser de brusque dans le tableau de la pensée, à tout lier, à tout finir ! Aussi n’est-il pas toujours facile de soumettre toutes nos phrases à toute la sévérité de l’analyse grammaticale. C’est dans la grammaire particulière de notre langue que nous aurons occasion de le faire remarquer ; c’est là que nous verrons que le principe général qui défend de supprimer la préposition, souffre, dans cette langue, comme dans l’italienne, quelques exceptions ; c’est, là aussi, qu’examinant combien il peut exister de rapports entre les objets dans le discours, nous classerons les prépositions d’après le nombre même des rapports divers qu’elles indiquent. Tout ce que nous en disons aujourd’hui n’appartient qu’à la grammaire générale.

28Mais les prépositions ne sont pas seulement des signes de rapports entre les objets et les objets. Dans toutes les langues, leur domaine s’étend bien davantage. Elles servent encore à multiplier, à diversifier les valeurs des qualités et des verbes, à l’infini. Ainsi, à la faveur de plusieurs prépositions, le même mot sert à exprimer jusqu’aux nuances de la même idée, et plus souvent encore des idées opposées.

29C’est surtout la connaissance des prépositions initiales qui sert à découvrir le véritable sens des mots, à les classer tous par familles ; et d’après la signification du mot essentiel et primitif, à trouver, à l’aide de la décomposition de la préposition, la signification du dérivé.

30C’est cet emploi de prépositions initiales qui a servi à enrichir la langue particulière de chaque nation, et à les rendre toutes plus précises. Nous en donnerons pour exemple le verbe mettre : l’adjonction des prépositions nous a donné dix dérivés de plus.

31Admettre,

32Commetre,

33mettre,

34Ommettre,

35Permettre,

36Promettre,

37Remettre ;

38Soumettre,

39Transmettre,

40S’entremettre.

41Nous pourrions multiplier de pareils exemples. Celui-ci suffira pour appuyer, en général, le principe.

42Après avoir avancé que les prépositions ne peuvent être composées, et qu’elles sont toujours des éléments simples, il ne paraîtra pas extraordinaire de dire qu’elles sont toutes primitives. Destinées seulement à avertir qu’il existe un rapport entre deux idées, sans déterminer ce rapport, elles ne peuvent reconnaître aucun mot radical qui leur ait donné naissance. Aussi, pour en apprendre l’emploi aux sourds-muets de naissance, n’ai-je autre chose à faire qu’à leur montrer les deux objets que je mets en rapports sous leurs yeux : et la nature du mot précédent indiquant assez l’espèce de rapport qui lie ce mot au mot suivant, les sourds-muets font eux-mêmes le vrai signe de ce rapport que je traduis aussitôt par la préposition analogue au signe.

43C’est sur les prépositions à et de que je fais le premier essai. À marquant le terme qui est devant nous, l’élève avance sa main et dirige l’index vers cet objet : cette direction est aussitôt traduite par à, comme je viens de le dire.

44De, au contraire, servant à indiquer ordinairement le rapport d’un objet éloigné à un objet plus proche, l’index porté sur l’objet éloigné, revenant sur le sujet lui-même, est le signe contraire ; c’est ainsi que ces deux prépositions, à la faveur de ces deux signes opposés, s’expliquent l’une par l’autre, et que le sens de l’une est déterminé par le sens contraire de l’autre.

45Je vais à Rome,

46Je viens de Rome.

47Veut-on revenir à la définition générale de la préposition, on n’a qu’à faire abstraction du mot qui la précède et du mot qui la suit, et à en faire le signe ; ce signe n’est plus qu’un signe vague, indéterminé, comme la préposition elle-même : à, de. De même que ces deux mots ne disent rien de précis et de déterminé à l’esprit, les deux signes correspondants ne disent pas davantage. Et alors il est tout simple que la définition de la préposition, calquée sur le signe vague qui en est le fondement, soit indéterminée et générale, comme le signe.

De l’adverbe

48On ne peut s’occuper de la préposition sans que cet autre élément de la parole, connu sous le nom d’adverbe ne se présente aussitôt à l’esprit, comme appartenant essentiellement à la même classe. En effet, l’adverbe n’est autre chose que la préposition elle-même, réunie à son complément. Il est vrai qu’on ne retrouve pas matériellement la préposition dans l’adverbe ; mais le complément la suppose et la fait assez entendre, et cela suffit.

49Ainsi, le mot sagement pouvant être traduit par les mots avec sagesse, suppose donc devant sagement la préposition avec, éclipsée ; c’est comme si on disait : « avec sagement ». Voici l’explication de ces trois mots.

50Avec est une préposition qui indique le rapport d’un mot antécédent, et qui est ordinairement une qualité active unie au verbe être, avec les mots ment sage.

51Ment est un mot dérivé de la langue latine, dans laquelle il signifie esprit, raison, et que les Italiens ont conservé dans son intégrité, soit dans la terminaison de leurs adverbes, soit pour exprimer ce que nous exprimons par les mots âme, raison, cœur, esprit. Il y a donc dans les adverbes de la langue italienne deux mots bien distincts ; un nom qui est mente, et un qualificatif ou un adjectif, dont ce nom est le support ou le substantif. Les Italiens disent : « veramente », comme nous disons : « vraiment » ; et notre ment ne signifie pas autre chose que ce que signifie leur mente. Il est vrai qu’aussi bien que les Italiens, nous avons donné à ce mot d’autres sens et d’autres valeurs que le sens primitif. Il ne devrait être employé que pour les qualités qui appartiennent à l’esprit et à la raison, et nous l’avons fait servir de support aux qualités physiques ; et alors il est devenu le synonyme de manière, qui, étant dérivé de main, ne devrait s’employer que pour les actions de la main. Mais le mot manière lui-même a servi, à son tour, à l’expression des différentes modifications des actions intellectuelles, par cette sorte de manie analogique qui a tout confondu dans le langage, pour en varier les formes et en enrichir le domaine. Les Italiens disent : « con vera mente » ; et nous disons : « avec un esprit vrai ».

52Ils disent, en un seul mot : « veramente ».

53Nous disons, en un seul mot : « vraiment ».

54Mais ce mot, et chez eux et chez nous, est elliptique. Ils retranchent leur préposition con, et nous supprimons la préposition avec, qui est la traduction de la leur.

55L’adverbe n’est donc pas un élément de plus dans le langage ; c’est seulement la réunion de plusieurs mots en un seul.

56L’adverbe peut donc être suppléé matériellement par une préposition et un nom abstractif, puisqu’au lieu de dire : « prudemment », on peut dire : « avec prudence ». L’adverbe, à son tour, supplée la préposition et son complément.

57Il était donc inutile, dira-t-on, d’inventer ce mot, qui n’ajoute rien de plus aux moyens déjà trouvés pour l’expression de la pensée.

58Nous répondrons, pour justifier l’invention de l’adverbe, que la préposition et son complément ne peuvent pas être toujours remplacés par l’adverbe ; et c’est ce qui arrive quand la préposition désigne le rapport d’un objet avec un objet. Ainsi un adverbe quelconque ne pourrait remplacer la forme suivante : « La Terre est éclairée par le Soleil. »

59Pour que la substitution de l’adverbe puisse avoir lieu, il faut que le rapport à indiquer soit entre un objet et une qualité. Et voilà pourquoi l’adverbe se place de préférence auprès du verbe ; c’est que tout verbe renferme une qualité, et que c’est la qualité qui est susceptible de modification. Ainsi on dira : « Notre horizon est parfaitement éclairé à midi. »

60Il nous reste encore une difficulté à expliquer. L’adverbe et la préposition avec son complément peuvent-ils se suppléer réciproquement dans tous les cas ?

61Non, sans doute. Ainsi, on ne dira pas indifféremment se conduire sagement, ou se conduire avec sagesse.

62L’adverbe exprimera davantage l’habitude de la qualité. La préposition et son complément s’emploieront plus à propos pour exprimer un seul acte. Ainsi, on dira plus exactement : « Cet homme se conduit sagement ; et, avec tout cela, il ne fait pas chacune de ses actions avec sagesse. »

63L’adverbe ne peut donc pas être toujours remplacé par la préposition, quoiqu’il soit vrai qu’il est toujours une sorte d’ellipse, où l’on n’aperçoit quelquefois que le nom tout seul ; quelquefois l’adjectif avec le support ment que nous venons d’expliquer ; quelquefois le nom et l’adjectif réunis.

64Mais, dans tous les cas, la préposition n’est jamais dans l’adverbe que par supposition. Voici des exemples de ces trois cas : « Cet homme parle mal, mais il agit bien » ; « Cet homme parle, et agit bonnement » ; « Cet homme aime à parler longtemps » ; « Cet autre aime à écouter toujours. »

65Il ne faut pas perdre de vue quels sont les éléments qui entrent dans la composition de l’adverbe ; et surtout il faut se souvenir de ces trois exemples, où l’on retrouve chacun de ces éléments. Ainsi, un mot qui serait un nom partout ailleurs est adverbe quand il modifie une qualité. La nature des mots ne dépend pas de leur forme, mais du rôle qu’ils jouent, d’où dépend toujours leur signification.

66C’est surtout à l’égard des adverbes que les langues ont multiplié les ellipses. Combien d’exemples ne nous en fournira pas, dans son temps, l’analyse des adverbes français !

67Les mots suivants :

68beaucoup

69peu

70assez

71encore

72alors

73lors

74désormais

75jamais

76aujourd'hui

77maintenant

78assez

79souvent

80bien

81mal

82vite

83juste

84On nous demandera peut-être pourquoi ce mot elliptique porte le nom d’adverbe. C’est, disent presque tous les grammairiens, que dans la phrase, l’adverbe est ordinairement placé auprès du verbe dont il modifie la signification, et que les dénominations des mots se tirent toujours de l’emploi le plus fréquent qu’on en fait. Mais nous répondrons que l’adverbe ne modifie pas le verbe proprement dit, mais la qualité unie au verbe. Nous dirons qu’il ne modifie que les adjectifs, les participes, les qualificatifs, enfin, tout ce dont l’étendue peut être circonscrite : sa dénomination doit donc lui venir de la place nécessaire qu’il occupe auprès de ces mots, considérés seulement comme mots. Et le mot, appelé verbum en latin, a donné à cet élément du discours son nom en français. Comme la dénomination de la préposition, avec laquelle l’adverbe a tant d’analogie, est venue aussi à ce mot de la place invariable et nécessaire qu’il occupe dans la proposition.

85Cette analogie si parfaite entre la préposition et l’adverbe dit assez que ces deux mots doivent appartenir à la même famille, comme deux espèces vivantes appartiennent au genre animal. Nous pourrons donc, en définissant l’un et l’autre, employer, pour les deux, la première partie de la définition qui établira l’identité de genre, et caractériser chacun de ces mots par la seconde partie de la définition propre à chacun : ainsi, nous dirons que la préposition est un mot qui indique un rapport entre deux termes, l’un antécédent et l’autre conséquent, mais avec abstraction du premier terme. Nous dirons exactement la même chose de l’adverbe ; nous ajouterons seulement pour la préposition : « avec abstraction du second terme » ; et pour l’adverbe, après avoir dit : « avec abstraction du premier terme », nous ajouterons : « avec détermination expresse du second ».

86Nous dirons aussi qu’un mot qui peut être remplacé par une préposition et un nom est un adverbe ; et que tout mot qui ne peut être remplacé ainsi doit donc appartenir à une autre classe de mots.

87Ainsi, les mots oui et non ne sont pas des adverbes ; car ils ne peuvent jamais être réduits à une préposition et à son complément ; mais ce sont des mots elliptiques qui tiennent lieu d’une phrase entière.

88Oui sera donc le participe passif du verbe ouïr, comme si l’on disait à quelqu’un qui demande qu’on fasse pour lui telle ou telle chose : « Ce que vous dites est entendu, c’est ouï ; je le ferai, puisque après vous avoir ouï, je ne vous dis rien contre ; oui vous êtes ouï, cela suffit. »

89Le mot non est le contraire de oui, non que ce mot exprime qu’on n’est pas entendu, qu’on n’est pas ouï ; mais le non exprime d’une manière positive ce qu’exprime, d’une manière négative, le mot oui. « Vous êtes oui », dit le mot elliptique oui ; et quand je ne dis pas : « non », après vous avoir ouï, c’est dire que votre demande sera exaucée, et aura son effet. Quand je dis : « non », c’est dire le contraire ; quand vous m’interrogez, et que je réponds : « oui », c’est, par ce mot elliptique, changer en proposition votre question, c’est affirmer ce que vous proposez comme un doute.

90Nous faisons donc disparaître de la classe des adverbes les mots oui et non, qu’on y avait insérés mal à propos.

91Si nous pouvions oublier qu’il ne s’agit, dans ce cours, que des principes de la grammaire générale, et si nous traitions de ceux de la grammaire particulière à notre langue, nous en classerions tous les adverbes, et nous en donnerions une nomenclature exacte. Mais nous ne pouvons terminer cette leçon sur l’adverbe sans dire au moins qu’il doit y avoir autant d’adverbes qu’il y a d’espèces de manières d’être qui peuvent être énoncées par une préposition et son complément. Nous dirons donc qu’il y a des adverbes de temps ; des adverbes de lieu ; des adverbes de quantité ; des adverbes de qualité ; des adverbes de manière ; des adverbes exprimant la diversité ; des adverbes de nombre ; des adverbes d’interrogation, d’affirmation, de négation, de diminution, de doute, d’exception, de comparaison.

92Il n’y a peut-être pas dans l’art de la parole d’élément qu’on ait plus mal expliqué, et à l’égard duquel on soit tombé dans plus de méprises. On a tout confondu : et les adverbes, et les conjonctions, et les prépositions, et les phrases adverbiales. De véritables noms abstraits, tels que loin, proche, ici, là, de là, près, peu, plus, ailleurs, hier, avant-hier, aujourd’hui, demain, après-demain, ont été pris pour des adverbes ; et la preuve évidente qu’ils ne le sont pas, c’est qu’ils sont tantôt sujets des verbes, tantôt objets d’action, tantôt supports des adjectifs, comme les noms substantifs, tantôt compléments des prépositions. Ce qui a induit en erreur plusieurs grammairiens, c’est qu’il arrive souvent que la préposition dont ces mots sont le complément est sous-entendue, et cette sous-entente leur donne alors un air adverbial qui les fait confondre avec les adverbes. Aussi ai-je le soin, quand je suis obligé de faire entendre ces mots-là aux sourds-muets, d’ajouter la préposition devant ces mots, toutes les fois qu’ils reçoivent dans la phrase une forme adverbiale ; et pour leur faire éviter toute méprise, j’applique ainsi ces mots-là à des exemples différents, d’après lesquels les élèves sont à même de distinguer parfaitement la juste valeur de ces mots.

93Exemple pour les substantifs considérés comme sujets dans la proposition

94« Hier, fut un beau jour pour vous. Demain sera pour moi, si vous venez me voir, un jour encore plus beau. »

95Exemple pour les substantifs considérés comme compléments d’une préposition

96« J’irai vous voir demain. »

97C’est comme s’il y avait : « J’irai vous voir à demain. »

98Si l’on confond les noms parmi les adverbes, on ne confond pas moins les adverbes parmi les pronoms : y et en en sont la preuve. Des grammairiens qui d’ailleurs ont fait faire de grands pas à la science ont regardé ces mots comme des pronoms ; ce sont certainement des adverbes.

99Exemples

100— Demeurez-vous ordinairement à Toulouse ?

101— Oui, j’y demeure.

102— On dit que vous en arrivez, dans ce moment.

103— Non, je n’en arrive point. J’étais allé en Suisse et j’en suis revenu hier.

104Dans le premier exemple, y est l’ellipse de ces deux mots-ci : à Toulouse, c’est-à-dire d’une préposition et de son complément. Or, nous savons qu’il n’y a que l’adverbe qui puisse tenir lieu de l’une et de l’autre. Y est donc un adverbe.

105Dans le second exemple, en est l’ellipse de ces deux mots-ci : de Toulouse, c’est-à-dire, d’une préposition et de son complément. Par conséquent en, par la même raison, est un adverbe.

106Voilà donc des adverbes transformés en pronoms. Voici des adverbes transformés aussi mal à propos en conjonctions.

107Ces adverbes sont : cependant, néanmoins, pourtant, afin, ainsi, aussi, encore, lorsque, toutefois, etc.

108Cependant signifie pendant ce temps-là ; ce qui revient à cette phrase : « Ce temps-là étant pendant, n’étant pas encore passé, étant s’écoulant. »

109Pourtant : comme si on disait, « Cet homme avait solennellement promis de ne jamais aliéner une propriété qu’il tenait de la générosité d’un de ses amis, et pourtant il l’a aliénée ; et quelque grande, quelque solennelle que fût sa promesse, ou d’une manière elliptique et proverbiale, pourtant, il a aliéné cette propriété. » Pourtant est plus fort, plus énergique que cependant. Si on employait le mot cependant, la phrase se réduirait ainsi : « Et le temps de la promesse pendante encore, et la promesse subsistant, la promesse pendante », etc.

110Ces deux adverbes détruisent toujours la première proposition et fortifient la seconde ; il n’en est pas de même de néanmoins, qui, sans détruire la première, soutient la seconde.

111Afin : ne faisant qu’un seul mot de cet adverbe, les ignorants n’y ont plus retrouvé une préposition avec son complément ; et comme il s’est trouvé entre deux propositions, on a cru qu’il les liait matériellement comme les conjonctions : on l’a aussitôt classé parmi les conjonctions ; mais tout le monde sait que ce mot est l’ellipse de ces trois-ci : à telle fin, à cette fin ; qu’il est par conséquent adverbe. Il n’est pas plus une conjonction que ces formules-ci : à cause de, à raison de.

112Nous terminerons ici cette explication de ces adverbes équivoques, parce qu’elle nous mènerait trop loin ; il suffira sans doute d’avoir donné ces exemples, et de dire en finissant qu’un mot qui semble unique comme le sont les conjonctions est un véritable adverbe toutes les fois qu’il peut avoir pour synonyme une phrase entière ou un membre de phrase exprimé par une proposition et son complément. D’après ce principe, dont l’application est extrêmement facile, les mots ainsi, aussi, encore, etc., seront donc des adverbes, et non des conjonctions. Car ainsi peut avoir pour synonyme cette forme-ci : de cette manière. Aussi peut avoir celle-ci : de même, pareillement ; et on ne niera pas que ce dernier mot-là ne soit un adverbe. Or, serait-il raisonnable de donner à des conjonctions des adverbes pour synonymes ? Voici des exemples qui achèveront la démonstration.

113Exemple

114« Vous trouvez admirables les tragédies de Racine. Et moi aussi. »

115N’est-ce pas comme si je disais : « Vous trouvez les tragédies de Racine admirables. Et moi pareillement » ; ou : « Je les trouve admirables de la même manière que vous les en trouvez. »

De la conjonction

116Nous avons eu souvent l’occasion de comparer le tableau de la pensée aux tableaux où l’on représente et les objets de la nature et les êtres considérés en mouvement et en actions. Nous avons comparé les éléments de la parole, pris isolément et un à un, à des portraits ; et les êtres agissants entre eux à des tableaux. Mais ces tableaux sont plus ou moins simples, plus ou moins développés. Le tableau le plus simple représente un acteur considéré sous un rapport quelconque ; et par conséquent, c’est la réunion de deux idées, dont l’une est celle du sujet et l’autre celle de la qualité : pour peu qu’on veuille sortir de cette simplicité, aussitôt se fait sentir le besoin d’autres mots qui viennent exprimer un rapport de plus ; et on l’exprime, ce rapport, par un mot destiné à remplir cette fonction nouvelle. Mais s’il s’agit d’unir une proposition à une autre, d’ajouter une phrase à une phrase, de former un seul tout de plusieurs propositions qui se rapportent toutes à une proposition principale ; c’est alors qu’il faut de nouveaux mots qui fondent toutes ces couleurs diverses, pour n’en faire qu’un seul tableau dont toutes les parties soient tellement liées entre elles que rien ne rompe cette unité précieuse, sans laquelle tout serait discordant dans la représentation, quand tout est un dans le modèle.

117Ces mots liants ont été appelés conjonctions. On ne pouvait, dans la langue latine, choisir une dénomination qui leur fût plus propre ; car le mot conjonction vient de junctus, qui signifie joint ou lié, et de cum qui signifie avec.

118Quel intérêt va résulter de la réunion de toutes les idées accessoires, avec la principale idée ! Quelle richesse dans ce rapprochement ! Et c’est aux conjonctions qu’on les devra. Dans quelles bornes étroites n’était pas circonscrite la pensée avant l’heureuse invention de ce mot, à l’aide duquel ou pourra désormais en supprimer tant d’autres ! Réduit à des formes toujours les mêmes, n’établissant encore aucune relation dans les actions, puisqu’il n’avait encore sous la main aucun moyen de réunir des idées faites pour être groupées, combien l’homme qui n’avait pas l’usage heureux des conjonctions devait-il être et lent et monotone dans l’expression de ses idées ! On n’a, pour s’en convaincre, qu’à transcrire quelques phrases d’un ouvrage bien écrit, disjoindre ou séparer toutes les propositions liées par des conjonctions. Chaque membre de la période formant une phrase complète, quelle prodigieuse et fatigante lenteur dans la marche d’un discours ainsi décousu ! Et au contraire quelle rapidité dans un discours périodique !

119Il est essentiel d’observer que la fonction de la conjonction n’est pas seulement d’attacher les mots les uns avec les autres, mais encore de lier les pensées entre elles et les propositions. Dans l’exemple suivant, on verra des mots liés en apparence ; mais une attention moins légère y fera remarquer plusieurs propositions.

120« Les merveilles du ciel et celles de la terre publient l’existence, etc., la gloire de l’être qui les a tirés du néant et qui les conserve. »

121Otons les conjonctions : voici les résultats que cette supposition nous donne.

122« Les merveilles du ciel publient l’existence de l’être qui les a tirées du néant. »

123« Les merveilles du ciel publient l’existence de l’être qui les conserve. »

124« Les merveilles du ciel publient la gloire de l’être qui les a tirées du néant. »

  • 3 L’exemple a été mal reproduit. Il faut évidemment substituer « Les merveilles de la terre » en pos (...)

125« Les merveilles du ciel publient la gloire de l’être qui les conserve. »3

126Que de répétitions fastidieuses quand on veut se dispenser de recourir aux conjonctions ! Combien au contraire on presse les idées, quand la conjonction unit les choses aux choses ; et combien de mots disparaissent pour faire place aux pensées ! On exprime celles-ci avec la même rapidité qu’on les conçoit !

127La manière d’en faire connaître la théorie et d’en rendre la pratique facile aux élèves des écoles primaires est d’affirmer plusieurs attributs d’un seul objet, et de faire autant de propositions qu’il y a d’attributs ; et après avoir formé ces différents tableaux, appartenant à un même sujet, on les fond tous ensemble, et ce sont les conjonctions qui servent à cette opération, et qui forment cet ensemble si merveilleux appelé période : ensemble où l’harmonie des parties n’est pas moins nécessaire ni moins ravissante que celle qui règne dans un concert où tous les instruments produisent un effet unique.

128C’est le moment d’apprendre aux élèves à distinguer les différentes liaisons ; en leur disant que les lettres voyelles lient les lettres consonnes ; que de ce lien résulte le mot ; que le verbe sert à lier la qualité et le sujet, et que de cette liaison résulte la phrase simple ; que la préposition lie les objets qui ont des rapports entre eux, et que de ce lien résulte la phrase avec ses compléments ; que la conjonction lie les phrases entre elles, et que de ce lien résulte la période.

129Ainsi, toute conjonction supposera donc deux propositions ; elle rappelle ce qu’il serait trop long de répéter.

130Les principales conjonctions servent à délier, à séparer et à désunir, pour donner le choix entre deux phrases.

131La première est : et.

132La seconde est : ni.

133La troisième est : ou.

134Exemples

  1. Le jour est beau et propre à la promenade.
  2. Celui d’hier n’était ni beau ni laid.
  3. Celui de demain sera l’un ou l’autre.

135Après ces trois conjonctions, la conjonction par excellence est que ; les grammairiens ont distingué plusieurs sortes de que, mais toutes ces sortes rentrent dans une seule qui est le que conjonctif.

136Ainsi, que le que soit relatif, comparatif, exclamatif etc., il n’en est pas moins conjonctif.

137Exemples

  1. « Nous croyons que le monde n’a pu se faire lui-même et qu’il ne peut être éternel. »
  2. « Le Soleil est plus grand que la Lune. »

138En décomposant cette phrase, on y trouve ces deux propositions : « La Lune est grande » ; « Le Soleil est grand plus. »

139Donc le que qui s’y trouve est une conjonction, d’après ce principe que toute conjonction disparaît dans la décomposition d’une phrase ; il en est de même du que exclamatif : « Qu’il est grand, qu’il est digne de nos hommages, celui à qui le ciel, la terre et les mers obéissent !... »

140Il faut dire aux élèves que, pressé par la force de la proposition principale, on en supprime le premier membre pour aller vite où commence l’intérêt, et on se précipite vers ce qui est un sentiment. Mais ce que n’en est pas moins lié dans l’esprit à ce premier membre. « Je dis qu’il est grand », etc.

141C’est le musicien qui laisse une ou deux mesures et dont le coup d’archet ne part qu’à la troisième. On avait supposé ce premier membre compris et entendu, comme si ceux à qui on a communiqué le second l’avaient lu dans l’esprit de celui qui raconte.

142Quelquefois le que admiratif prend la forme interrogative : « Quel fut son désespoir ?... » « Quelle fut sa joie ?... »

143Celui qui interroge ainsi a l’air de dire : « Son désespoir fut tel que les bornes ne m’en sont point connues ; elles sont au-delà de ma pensée, et par conséquent excitent mon étonnement. Mon signe est donc admiratif, par cela même qu’il est interrogatif. »

144Il y a des propositions unies qui présentent une opposition ; et alors des conjonctions d’une certaine espèce expriment cette opposition : on pourrait les appeler adversatives. « Vous êtes riche : mais les pauvres, vos frères, souffrent ; vous leur devez des secours. »

145Des propositions unies présentent un choix entre des choses qui ne peuvent se trouver ensemble. Les conjonctions, dans ce cas-là, sont disjonctives : « Je viens te demander la vie ou la mort, disait Véturie à Coriolan, son fils. »

146Des propositions unies, présentent une explication ou développement de l’une par l’autre. Alors les conjonctions sont explicatives : « Vous devez secourir les infortunés ; car ils sont hommes et vos frères, et vous êtes riche. »

147Des propositions liées présentent une relation à une même époque : les conjonctions qui lient ces propositions sont périodiques. « Faites-le bien quand vous le pourrez. »

148Les conjonctions sont hypothèques quand la liaison est fondée sur une supposition : « Évitez le mal, si vous voulez éviter les remords. »

149Mais lorsqu’on veut tirer une conséquence d’un principe, la conjonction qui unit l’une et l’autre est appelée conclusive : « Vous êtes homme, donc vous êtes sujet à l’erreur. »

150On appelle la conjonction causative quand, dans deux propositions qui forment la phrase, la première est la cause de la seconde : « On estime les gens instruits, parce qu’ils peuvent être utiles. »

151La conjonction est transitive quand elle marque un passage ou une transition d’une chose à une autre : « Il faut rechercher ce qui peut nous rendre meilleurs ; or, l’instruction nous procure cet avantage. »

152La conjonction est dubitative quand elle marque une liaison fondée sur quelque doute : « Je ne sais si l’homme juste fut jamais véritablement esclave, même dans les fers. »

153La conjonction est enfin déterminative quand, entre deux propositions, elle désigne une liaison fondée sur ce que la dernière complète ou détermine le sens de la première : « On a toujours pensé que la vieillesse méritait le plus grand respect. »

154Dans la grammaire particulière de la langue française, je ferai voir qu’il y a toujours une ellipse d’un membre de phrase, et souvent d’une phrase entière, partout où il y a une conjonction, et que ces mots mais, car, si, or, sont dérivés d’autres mots qui peignent des idées, et ces idées sont les idées principales des phrases ellipsées. Nous prouverons, comme nous pensons l’avoir fait pour les adverbes, que ces mots n’appartiennent aux conjonctions que parce qu’ils sont toujours ou suivis de la conjonction que, ou que cette conjonction elle-même leur est unie.

De l’interjection

  • 4 Il faudra attendre Tracy pour voir l’interjection placée en première partie. Beauzée commence bien (...)

155C’est ici, chez tous les grammairiens, le dernier élément de la parole, la dernière partie du discours4 ; c’est le signe écrit des élans d’une âme affligée ou joyeuse, une sorte de cri involontaire, l’accent du plaisir, de la douleur ou de l’admiration, que l’homme ne peut retenir au fond de son âme.

156Aussi les interjections sont-elles dans toutes les langues de petits mots monosyllabiques qu’on jette comme sans dessein dans la période, pour marquer et rendre sensibles aux autres les émotions d’un cœur oppressé.

157L’interjection n’est donc pas comme le mot en général le signe de la simple idée. Elle est le signe de la sensation même dont l’idée est l’effet ; aussi précède-t-elle toujours l’expression de la pensée. Une âme froide et didactique expose ce qu’elle voit, exprime ce qu’elle veut, sans connaître l’usage de l’interjection. Une âme de feu s’interrompt quand elle raconte, quand elle voit, quand elle pense, quand elle veut ; et ces interruptions sont des traits de flamme rendus par des interjections.

Oh ! mon fils ! Oh ! ma joie ! Oh ! l’honneur de mes jours !
Oh ! d’un état penchant l’inespéré secours !
Vertu digne de Rome, et sang digne d’Horace !
Oh ! monstre que Mégère en ses flancs a porté !
Monstre que dans nos bras les enfers ont jeté !
Quoi ! tu ne mourras point ?
Oh ! mère infortunée !
De festons odieux ma Fille couronnée,
Tend la gorge aux couteaux, par son Père apprêtés !

158Je ne m’étendrai pas davantage sur les diverses espèces d’interjections, parce que la grammaire générale ne s’occupe que de diriger le langage de l’esprit : celui du cœur, étant purement celui de la nature, n’est point soumis aux règles de l’art, qui, dans les mots, n’en distingue les espèces que pour en déterminer plus nettement les usages.

159Ici se termine la première partie de notre travail. Nous renvoyons à traiter de la forme et de la place des mots, quand nous appliquerons à la grammaire particulière de notre langue les principes de la grammaire générale.

160Ici se termine la première session de notre travail ; à la séance prochaine nous passerons à la seconde.

Notes

1 Le cours se poursuit conformément au plan qui sera repris dans les Éléments, et offre bien la substance des chapitres viii, ix, x et xi. La définition « raisonnée » qui en est donnée se justifie par des exemples destinés aux muets dans le Cours d’instruction, au chapitre xxv. Sicard traite donc bien son programme et, comme on le voit pour la conjonction, qui est introduite très tôt dans le Cours d’instruction (chap. xiii), il lui est nécessaire de faire référence à sa pédagogie des muets pour donner ses définitions « philosophiques ». C’est ce qui a échappé au jugement de P. Dupuy. Ce plan ne s’éloigne pas beaucoup de celui de la Grammaire de Condillac, et Destutt de Tracy le reprendra, à une inversion (très significative) près, puisqu’il fait de l’interjection le premier élément de la proposition.

2 C’est encore ici une définition formelle qui est donnée, laquelle intéressera Gérando voulant généraliser la distinction des signes d’objet et de rapport (Des signes et de l’art de penser, p. 42). Peut-être est-ce chez Sicard qu’il a remarqué ce que souligne le professeur : « Prenez garde que je ne dis pas comme tous les grammairiens : exprime ce rapport ; mais que je dis indique ce rapport. » Lui-même écrira : « Je trouverais plus simple, ou de distinguer les signes des objets des signes des rapports, à peu près comme en algèbre, ou bien encore de distinguer les signes représentatifs qui éveillent par eux-mêmes une idée, des signes indicateurs qui se bornent à diriger le jeu de l’attention, d’une certaine manière, sur les idées exprimées par les premiers. » La terminologie de Condillac est plus hésitante sur ce point, puisqu’il dit dans le même chapitre (Grammaire, II, XIII), tantôt « marquer », tantôt « exprimer ». Mais pour lui la préposition ne peut « indiquer » que le terme du rapport, non le rapport lui-même, qu’elle exprime ou non le rapport : « Mais il y a des prépositions qui, en indiquant le second terme d’un rapport, expriment encore le rapport même, et qui, par conséquent, modifient le premier terme. » Et c’est de cette remarque que Sicard semble tirer les raisons de sa divergence. Mais ici, comme en général dans sa morphologie raisonnée, Sicard n’innove guère en grammairien.

3 L’exemple a été mal reproduit. Il faut évidemment substituer « Les merveilles de la terre » en position de sujet dans les deux dernières phrases. La conjonction est un exemple qui permet mieux à Sicard de faire valoir une originalité : celle des chiffres et de leur « échafaudage » ou de leurs symboles « postiches », ce qui lui permet de penser directement l’équivalent de transformations syntaxiques, mais comme des ellipses.

4 Il faudra attendre Tracy pour voir l’interjection placée en première partie. Beauzée commence bien par elle dans l’article « Mot », mais pour la rejeter d’entrée de jeu dans la catégorie des mots affectifs versus énonciatifs, c’est-à-dire hors grammaire proprement dite. Et c’est également sa philosophie que reprend Sicard. d’un mot exprimant directement la sensation ou le cœur. Il ne fait, contrairement à Tracy, aucun usage de l’idée de Condillac (II, xxv) qui, tout en rejetant lui aussi l’interjection en dehors de la grammaire, y voyait des « expressions rapides, équivalentes quelquefois [...] des phrases entières ». C’est que pour Condillac ou pour l’instituteur des muets le langage d’action considéré en ses débuts n’était pas le même.

© Éditions Rue d’Ulm, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540