Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’École normale de l’an III. Vol. 4, Leçons d’analyse de l’entendement, art de la parole, littérature, morale

 | 
Jean Dhombres
, 
Béatrice Didier

Leçons d'art de la parole de Sicard

Vingtième leçon

24 germinal/13 avril

Texte intégral

1À mesure que nous avançons dans la recherche des règles générales du langage et que nous tâchons d’en approfondir la nature, d’en étudier la métaphysique et d’en fixer les principes, nous nous convainquons de plus en plus qu’au milieu de tous les êtres qui peuplent cet univers, nous sommes cette espèce privilégiée qui a exclusivement reçu du Créateur le don de la pensée ; puisque seuls nous avons le pouvoir de la communiquer à nos semblables, de l’analyser, de former un système et une collection de principes de cette faculté, de la rendre sensible par l’organe de la voix.

2Qu’ils sont loin de l’homme, ces animaux que leurs services semblent rapprocher le plus, quand on compare leurs cris, sans articulations, sans modulations, sans combinaisons quelconques, avec la parole de l’homme ! ces animaux qui poussent des cris sans motifs, soit seuls, soit en la compagnie de leurs pareils, qui n’ont jamais rien à se dire ; et qui, tels qu’un instrument qui rend des sons, dont il ne connaît ni la valeur ni l’énergie, qu’en obéissant à des ressorts ingénieusement combinés, ne rendent des sons aussi qu’en obéissant à un instinct aveugle qui les commande tous !

3Si jamais ces réflexions se présentèrent à l’esprit d’un grammairien philosophe, c’est sans doute quand, après avoir traité du nom qui est le signe de chaque idée, du qualificatif qui en énonce le mode, du déterminatif qui précise le nom, du pronom qui en assigne des rapports plus intéressants, il a songé à rechercher l’élément qui est, après ceux-ci, le plus nécessaire à l’expression de la pensée. C’est ici que la nature nous abandonne, et que sa grammaire ne nous présente rien. Des noms, des qualificatifs, pour revêtir ces noms des formes pareilles à celles des objets : telle est la seule manière de peindre, et les idées et les pensées. Les idées qui ne sont que les images des objets ; les pensées qui sont ces mêmes images, considérées sous un rapport quelconque : les idées comme soleil, lune, air, terre et eau ; les pensées, comme soleil lumineux, lune opaque, air fluide, terre solide, eau liquide.

4Sans doute, ce rapprochement des objets et des qualités pouvait suffire quand les premiers hommes n’avaient que des idées fugitives à fixer, des pensées détachées à exprimer, aucune action à peindre, aucun événement à raconter, aucun intérêt à tenir compte des époques. Les qualités actives, réunies aux êtres à qui elles convenaient, en étaient également affirmées par leur réunion avec les noms de ces êtres agissants : mais on ne savait pas si ces qualités leur convenaient au moment où l’on en parlait ; si elles leur avaient convenu à une époque antérieure ; ou si, dans un temps qui n’était pas encore, elles devaient leur convenir. Qu’il était donc pauvre, ce langage où les moyens d’exprimer sa pensée étaient si bornés ; et qu’elle fut heureuse, cette précieuse invention d’un mot qui, sans rien peindre et sans rien exprimer, aida les autres mots à tout peindre et à tout exprimer ! Quelle fécondité dans ce mot précieux ! Il lia tellement au nom de l’objet les qualités qui lui appartenaient, qu’il ne fit de l’un et de l’autre qu’un seul et même tout, comme dans la nature. Sa forme variant au gré du nombre des acteurs et de l’influence particulière qu’ils avaient dans l’action, il servit à fixer et ce nombre d’acteurs et le caractère particulier de cette influence. Ce ne fut pas encore là tout. Admirons ici ses richesses : le temps même où se passa l’action, il servit à le faire connaître, soit qu’il n’existât pas encore, soit qu’il fût rentré dans l’océan sans fonds d’où il était sorti, soit que n’étant ni futur, ni passé même, il fût tellement difficile à saisir, que l’instant où l’on voulait en parler fût déjà loin de ceux qui osaient l’entreprendre.

5Faut-il s’étonner si de si grands services rendus à la communication de la pensée firent distinguer, parmi tous les autres, cet élément si fécond et si précieux ; si on lui donna pour le désigner la qualification même du caractère distinctif de l’homme, et si on l’appela la parole, le verbe, puisqu’il rendait la parole si propre à remplir sa merveilleuse destination ? Quel sujet à traiter, si nous pouvions oublier que c’est moins ici de son excellence que de sa nature qu’il faut nous occuper ! Le temps qui nous est accordé, pour un cours complet de grammaire philosophique, est trop court pour l’employer en des digressions étrangères à notre objet. N’oublions pas qu’il ne faut nous séparer qu’après qu’il ne nous restera plus rien à dire sur l’art de la parole ; que quand tous les principes généraux des langues seront parfaitement connus, et quand nous les aurons appliqués à la nôtre. Allons donc, sans diversion quelconque, à notre but.

6Qu’est-ce que le verbe ?

7Combien de verbes y a-t-il ?

8Que remarque-t-on dans le verbe ?

9Pressons la matière qui semble ici s’étendre à mesure qu’on veut la traiter.

10Lier entre eux le nom d’un sujet et le mot qui exprime sa qualité énonciative, active ou passive : telle est la première fonction du mot qu’on nomme verbe. Et comme nous ne parlons que pour faire connaître aux autres ces liaisons continuelles que nous remarquons dans les objets de la nature, le verbe vient donc se mêler à tous nos discours, et former toutes nos propositions. Il est donc l’âme de nos jugements ; c’est ce oui de l’esprit qui se montre au dehors, à la faveur du verbe. Et lors même que nous nions d’un sujet une qualité qui paraissait lui convenir, le verbe vient aussitôt nous offrir son ministère, en se faisant accompagner d’un autre mot qui détruit son effet, avant même qu’il ne soit produit ; pas une seule pensée qui puisse se passer de lui. Il est sans cesse l’expression nécessaire de la parole : pouvait-on lui en refuser le nom, puisqu’il ne saurait y en avoir sans lui ?

11En effet, essayez de retrancher le verbe de toutes les propositions dont il est l’âme, il ne vous reste plus ni discours, ni périodes, ni propositions ni phrases. Des idées détachées et décousues comme tous les êtres de la nature, disséminés sans liaisons, et ne formant, si l’homme n’avait soin de les classer, qu’un tout qui fatigue les yeux, où règnent le désordre et la confusion.

12Mais aussi quelle harmonie partout où le verbe se montre ! Quels tableaux il produit de tous ses éléments qui, sans lui, n’avaient entre eux aucun accord ! Nos tendres enfants, avant d’avoir appris de leurs mères, la magie de ce mot, ne nous présentent que des idées décousues. L’usage du verbe en fera des hommes comme nous ; mais cet usage leur est inconnu, tant que leur esprit paresseux s’exerce peu à comparer et moins encore à juger. Leurs premières phrases, quand ils auront appris cette science, se compléteront sans effort, et le verbe être se présentera de lui-même à leur esprit déjà impatient de communiquer ses premières pensées. C’est ce verbe qu’ils retrouveront partout, qu’il faudra faire remarquer. L’étude de celui-là est l’unique nécessaire à l’entrée du cours grammatical : lui seul a formé tous les autres verbes ; ils ne sont verbes que par lui. Notre réponse à la seconde question est donc faite. Il n’y a, à proprement parler, qu’un seul verbe, et voilà d’où lui est venu ce nom-là, qui le suppose unique.

13Mais que sont, me dira-t-on, ces autres mots appelés jusqu’ici verbes ? Qu’est-ce que ces mots : aimer, porte, écrire, parler, etc. ? Nous aurait-on trompés, quand on nous a enseigné que c’étaient des verbes actifs ? Non sans doute, et rien n’est plus vrai ; mais ajoutons pour nos enfants ce qu’on eût dû nous dire à nous-mêmes, que ces mots sont composés de deux éléments, d’une qualité et du verbe ; que cette qualité est radicalement un mot dont la nature est d’être ajouté à d’autres mots, dont celui-là exprime la forme, et que c’est la forme, et que c’est la terminaison de ce mot composé qui est précisément le verbe être, qu’on a quelquefois altéré et même déguisé au point de le rendre méconnaissable : disons-leur que c’est de ce composé qu’est résultée la dénomination de ces espèces de verbes, qu’on a appelés, à cause de cela, verbes adjectifs, parce que le verbe être, formant leur terminaison, entre dans leur composition, et parce qu’un mot adjectif y entre aussi. Nous aurons assez l’occasion de faire remarquer dans les verbes ces deux éléments compositeurs.

14C’est la différence des qualités qui doit établir la division de tous les verbes ; il y a dans les sujets des qualités qui n’expriment aucune action qui passe hors des sujets, des qualités inactives qui n’annoncent que l’état du sujet, sans que ce sujet sorte de sa passivité, de son indifférence, de cet état de quiétude qui conviendrait également à des objets sans âme ; il y a aussi des sujets actifs (et c’est le plus grand nombre), dont l’action se porte quelquefois sur eux-mêmes, plus souvent sur les autres objets. Ces qualités actives, unies au verbe être, formeront des verbes adjectifs sans doute ; mais ces verbes adjectifs seront aussi actifs.

15Ici se présentent et les personnes dans les verbes, et les nombres, et les temps, et les modes, toutes classes qui, appartenant à la grammaire générale, doivent se retrouver, à quelques changements près, dans chaque langue particulière des peuples civilisés. Et d’abord les personnes : nous en avons assez dit là-dessus, en traitant du pronom ; et nous nous souvenons sans doute qu’il y a trois personnes ; ce qui doit nous donner, maintenant que les langues sont à peu près aussi riches en formes essentielles à la clarté de la proposition qu’il était possible de les en rendre, trois personnes de forme, ou de terminaison différente dans le verbe. Ainsi, le verbe aura une chute diverse, en raison de chaque personne, et on dira

16Je suis,

17Tu es,

18Il est,

19Nous sommes,

20Vous êtes,

21Ils sont.

22Il sera facile de faire voir aux enfants, dans cet exemple, que le verbe reçoit la loi du sujet qui le précède, au lieu de la lui faire, comme l’a dit, avec plus d’esprit et de grâce que de justesse et de vérité, un de vos collègues (Bernard Julien), qui, à l’exemple du citoyen Crouzet, a enrichi le Journal de Paris d’une réclamation qu’il me fait adresser par le verbe. Oui, citoyens, le verbe reçoit la loi que lui impose son sujet, le sujet met sous le joug son maître, il le jougue, si on pouvait parler ainsi, il le jugue, et en réduit plusieurs autres au même joug ; il les conjugue, et de cet assujettissement commun sont nés les mots de conjuguer et de conjugaison.

23Mais ce n’est pas ainsi, citoyens, que je voudrais qu’on présentât, pour la première fois, aux élèves des écoles primaires, le verbe et sa conjugaison ; je voudrais commencer par la troisième personne, et je dirais d’abord : « Il est » ; je le dirais encore d’un autre, et par conséquent j’aurais deux fois « Il est. » Ces deux « Il est » me donneraient : « Ils sont. » Deux fois « Tu es » me donneraient : « Vous êtes », comme « Nous sommes » serait composé de deux fois « Je suis. » C’est ainsi que serait composé mon tableau de conjugaison pour les enfants ; et c’est de cette manière que cette partie de la grammaire, qui fatigue horriblement une mémoire naissante, sera apprise sans presque l’étudier, surtout si on ajoutait une qualité qui complétât la proposition ; si on disait : « Il est bon », au lieu de dire sèchement et sans raison : « Il est. »

24Mais peut-on, avec les enfants, passer à la conjugaison des verbes, où les temps et les modes se présentent à tout instant, sans leur développer la théorie des uns et des autres, sans leur donner une idée juste des temps, et sans les y amener par quelques notions sur les temps ?

25Voici, citoyens, comme je croirais qu’on devrait s’y prendre : permettez-moi d’entrer dans ces détails auxquels nous ramène si naturellement le but de l’institution des Écoles normales ; la conjugaison en sera plus facile à apprendre, et la théorie des temps, traitée si mal par la plupart des grammairiens, en deviendra plus simple, et partant plus facile.

26J’expliquerais d’abord le mot un jour, que les enfants imaginent être le temps où la lumière du Soleil brille sur l’horizon, et je leur dirais que c’est la révolution entière de la Terre sur elle-même. Ici j’aurais recours à tout ce que la connaissance de la sphère pourrait me procurer de lumière ; j’aurais à cet effet une petite machine très simple, très ingénieuse, de l’invention de Fortin, qui représenterait le Soleil au milieu du monde, la Terre tournant autour de lui, et la Lune tournant autour de la Terre : ils y verraient une image sensible de cette succession perpétuelle d’instants qui forment toutes les divisions de la durée, comme la succession de tous les points forme toutes les divisions de l’espace, et je leur dirais que le retour du Soleil au même point du ciel où il était la veille est le jour entier, composé de ténèbres et de lumière, divisé partout en 24 parties, divisible en dix, en cinq, en plus ou moins, à volonté : que dix révolutions font la décade, 30 le mois, 3 mois la saison, 4 saisons l’année, cent années le siècle ; que des siècles déterminés et finissant un jour comme ils ont commencé sont le temps, dans l’océan duquel est notre vie, qui n’est qu’un point dans la durée, comme la place que nous occupons n’est qu’un très petit point dans la vaste étendue de l’espace. Je leur dirais que des siècles entassés par milliers, se succédant sans cesse et ne s’épuisant jamais, des siècles qui rouleront sans cesse les uns sur les autres, sans avoir jamais commencé et sans jamais finir, sont cette éternité accablante pour la pensée, épouvantable pour le méchant qui, aux prises avec ses remords, sera, pour son malheur, éternel comme elle ; mais bien consolante pour le juste, dont la vertu, dont les douces jouissances seront également éternelles. Voila les pensées que réveille dans l’âme de l’homme l’idée du temps, génératrice de celle de l’éternité.

27C’est le temps qui n’existe pas encore, qui est le premier dans l’ordre des temps. C’est donc sur la révolution qui n’a pas encore commencé que se portent nos idées, et nous disons : « Il doit porter » avant de dire : « Il porte » ; parce que pour une action quelconque, le moment où elle ne se fait pas, et qui est à venir, est encore moins équivoque que le présent, comme le présent qui succède au passé est plus certain que celui-ci.

28Notre première leçon sur les temps nous fixe donc sur ces trois grandes époques sur l’avenir, ou le futur, sur le présent et le passé.

29Le temps ne peut être soumis à la connaissance de l’homme qu’autant qu’il sait le tirer de cette mer sans fonds, de cette durée infinie où il nage, pour ainsi dire, et que, le comparant à des points connus, il le soumet, comme la distance, à une mesure certaine. Il faut donc comparer les temps pour en avoir une idée exacte ; mais à quoi le comparer ? Il s’échappe et fuit sans retour devant celui qui voudrait s’en saisir.

30Le temps est l’existence successive des êtres ; mais pour la mesurer, cette existence, il faut la fixer, et pour cela nous établissons un point fixe, caractérisé par quelque fait particulier, et ce point qu’on nomme époque, est l’instant de la parole.

31L’existence simultanée avec cet instant formera le présent ; l’existence considérée comme antérieure à cet instant formera le passé ; et l’existence considérée comme postérieure formera le futur. Tels sont les temps généraux, les temps considérés en eux-mêmes, indépendamment de toute autre vue accessoire. Nous les appellerons absolus, n’indiquant que ces trois grandes époques, les seules que l’homme, avant sa civilisation, a dû connaître, en se rappelant le jour d’hier, la moisson dernière, en s’occupant du jour précédent et en songeant au lendemain.

32Mais cet instant donné comme terme de comparaison, comment le déterminer parmi tous ceux de son espèce ? Fixé, par un événement quelconque, dans la course rapide des instants fugitifs qui composent l’étendue infinie de la durée, il était naturel de donner à celui-ci le nom d’époque d’epochein, qui, en grec, signifie arrêter ; et comme la portion de temps placée entre deux époques, comme une distance quelconque est circonscrite entre deux bornes, est une mesure de temps autour de laquelle on tourne comme autour d’un espace, on a donné le nom de période à cette portion de temps : époque, moment déterminé dans le temps ; période, espace de temps déterminé ; mots essentiels à retenir, pour avancer, d’une manière sûre, dans une discussion importante dont les résultats, s’ils sont trouvés justes, deviendront la doctrine universelle des écoles centrales de notre République.

33Vous connaissez tous, citoyens, les divers tableaux de conjugaison des verbes de la langue française, vous n’avez pas oublié les dénominations des temps de ces conjugaisons. L’habitude de n’étudier sa langue que pour apprendre la langue latine engagea la plupart des grammairiens à calquer les règles de notre grammaire sur celles de la grammaire latine ; de là l’introduction barbare des déclinaisons dans une langue qui n’avait point de cas, et les quatre conjugaisons en français, parce qu’il y avait en latin aussi quatre conjugaisons ; de là les temps parfait, imparfait, plus-que-parfait, gérondif etc. parce que les Latins disaient perfectum, imperfectum, plus quam perfectum, gerundivi, etc. En vain s’était-il glissé dans notre langue des temps qui n’avaient point de correspondants en latin : on faisait tout correspondre sans rien expliquer, sans rien développer, sans rien analyser. On apprenait en latin la langue française : comment eût-il été possible de la savoir jamais ?

34Mais la philosophie, dont le flambeau avait dissipé tant de ténèbres et porté un si grand jour dans toutes les sciences, et surtout dans les sciences exactes, ne pouvait dédaigner de s’occuper de l’art de la parole. Cet art, propre à faire ressortir tous les autres, était bien digne de toute l’attention des métaphysiciens et de tous les bons esprits. Plusieurs, trop timides sans doute, n’avaient osé faire la réforme en entier, quand l’un d’entre eux, armé d’un grand courage, ne craignit pas de tout examiner, de tout sonder, et de renverser l’échafaudage de la conjugaison soi-disant française, qui n’avait été jusque-là que la conjugaison latine. Il osa, d’une main hardie, refaire à neuf cet édifice, sans respect pour l’ancien, dont il ne crut devoir conserver que quelques dénominations. Des hommes plus célèbres, tels que Condillac, Froment, etc. ont osé l’attaquer, le contredire, opposer leurs systèmes au sien, après avoir rendu à celui-ci le juste tribut d’éloges qu’il méritait.

  • 1 Cf. article « Temps » de l’Encyclopédie, t. XVI, p. 96-117. Le tableau que donne Sicard en fin de (...)

35Ce novateur si extraordinaire, citoyens, c’est Beauzée1. J’avais essayé, moi aussi, de présenter un tableau des temps, qui fût le fruit de l’observation la plus analytique ; j’avais voulu simplifier cette théorie et me borner, pour toute distinction dans le tableau, à ce qu’ils ont de matériel. Je les avais d’abord divisés en absolus et en relatifs, en simples et en composés, et j’avoue que cette classification était moins embarrassante puisqu’il n’y avait rien à faire pour l’esprit ; que ce travail n’était adressé qu’à la mémoire. Mais il ne m’a pas paru convenable de supprimer tout ce que la métaphysique a de force dans un tableau grammatical où elle est si nécessaire. Ce n’est pas la métaphysique, me suis-je dit, qui rendra difficile l’étude des principes, c’est la mauvaise métaphysique. J’ai donc approfondi de nouveau le séduisant système de Beauzée, et le trouvant parfaitement conforme au génie des langues en général, j’ai travaillé à l’exposer de la manière la plus claire, en l’appuyant de toute la force de la logique ; et je crois y avoir répandu une assez vive lumière, et l’avoir réduit à une assez grande simplicité pour qu’il ne répugne à personne et qu’il soit généralement adopté comme le plus facile de tous, par là même qu’il est le plus raisonnable.

36Mais avant de vous l’exposer, permettez-moi, citoyens, de vous adresser les mêmes paroles qu’un grammairien célèbre adresse à ses lecteurs, et à qui il communique ce système.

37« Ce système, dit cet auteur, réunit les avantages de la simplicité avec la plus vaste étendue : l’on peut, par ce moyen, classer tous les temps, sans en multiplier les dénominations, et en les ramenant toujours à une mesure commune. Trois mots en font tout le mystère : un passé, un présent, un futur. Ces trois divisions étant également appliquées ensuite à chaque de ces époques qui ont nécessairement un temps avant, et un temps après elles, donnent les neuf temps qui sont de toutes les langues, et à chacun desquels on imposait des noms plus difficiles à concevoir que la chose même.

38« Il est de fait, continue le même auteur, que tous ceux qui apprennent une grammaire nouvelle, sont désorientés quand ils sont hors des trois temps de Beauzée ; tandis qu’il n’est personne qui ne conçoive très bien un passé antérieur, un passé actuel, un passé postérieur, un présent antérieur et un présent postérieur, et des futurs de la même espèce.

39« Cependant, cet arrangement si simple, si lumineux, n’a encore été adopté nulle part ; et les grammaires qui ont paru depuis ont paru avec les anciennes dénominations, et n’ont fait aucune mention de ce nouveau système.

40« Peut-être leurs auteurs ne le connaissaient-ils pas, ou ne se sont-ils pas donné la peine de le lire, effrayés par une langue qui leur semblait absurde, et en contradiction avec toutes leurs idées. Mais n’est-ce pas l’effet de tout ce qu’on n’a jamais vu, et pourra-t-on jamais redresser ses idées sur quelque objet que ce soit, quand on s’abandonnera absolument à des pareilles impressions ? N’est-ce pas ce sentiment aveugle qui perpétue tant de préjugés et d’erreurs ?

41« Ce n’est pas qu’il faille admettre tout ce qui est nouveau, ce serait une autre extrémité non moins dangereuse ; mais il ne faut se refuser à l’examen d’aucune chose qui paraît nouvelle, par cela même qu’elle est nouvelle, ou contraire à ce qu’on connaît, et ne se décider que d’après cet examen. »

42Voici, citoyens, le système de Beauzée. Ses bases principales sont celles qui sont connues de tous les enfants : le présent, le passé et le futur.

43Ces trois temps peuvent d’abord être considérés d’une manière absolue, sans aucune relation ni à une époque, ni à aucune autre action ; et alors chacun de ces temps, la racine des trois autres, s’exprime ainsi : « Je chante pour le présent », « J’ai chanté pour le passé », « Je dois chanter pour le futur. »

44Mais aussitôt que l’esprit considère un temps par rapport à une autre époque, ce temps prend aussitôt un caractère particulier et conforme à la position de cette époque, par rapport à l’instant de la parole : c’est-à-dire que le présent est actuel, si l’époque à laquelle on le compare est simultanée à l’instant de la parole ; qu’il est présent antérieur, si l’époque à laquelle on le compare a précédé l’instant de la parole ; et qu’il est présent postérieur, si l’époque à laquelle on le compare a suivi l’instant de la parole.

45Il en est de même des autres temps relatifs, qui deviennent actuels, antérieurs, ou postérieurs, suivant que l’époque à laquelle ils sont comparés est simultanée, antérieure ou postérieure à l’instant de la parole.

46Le tableau systématique de ces temps, ainsi que l’application que nous en allons faire dans quelques exemples, rendra cette doctrine aussi sensible que familière.

47Exemples

48« Je chantais lorsque vous êtes entré. »

49L’intention de celui qui parle est ici de présenter l’action de chanter comme simultanée à l’époque de l’entrée, qui est passée. C’est donc un présent relatif au passé, et par conséquent un présent antérieur.

50« Je lus, hier, les Tusculanes de Cicéron. »

51L’intention de celui qui parle est également ici de montrer l’action de lire comme présente à l’époque d’hier. C’est comme dans un récit, quand on dit : « Je me retire dans ma maison de campagne, et j’y lis les Tusculanes de Cicéron », pour : « Je me retirai dans ma maison de campagne, j’y lus les Tusculanes. »

52« Je partirai demain pour Versailles. »

53Cette manière de parler équivaut à celle-ci : « Je pars demain pour Versailles. » Où l’on voit que « Je partirai » est pour : « Je pars », et que « Je partirai » marque par conséquent un présent relatif à une époque postérieure à l’instant de la parole, et qui pour cela est appelé présent postérieur.

54Exemples pour les passés relatifs

55« J’avais dîné lorsque vous êtes entré. »

56L’intention de celui qui parle est de faire voir l’action de dîner comme passée, avant le moment de l’entrée, qui est antérieur à l’acte de la parole et par conséquent passé ; aussi est-ce un passé antérieur.

57« J’eus soupé, hier, avant qu’il entrât. »

581o Celui qui parle indique l’antériorité de son souper à l’égard de l’entrée dont il est question ; 2° cette entrée est elle-même antérieure au temps où il parle, comme l’annonce le mot hier ; 3° il est certain que l’on ne peut dire : « J’eus soupé » que pour marquer l’antériorité du souper à l’égard d’une époque prise dans une période antérieure à celle où l’on parle ; aussi ce temps est-il passé antérieur périodique.

59« J’aurai dîné quand vous viendrez. »

60L’intention de celui qui parle est ici de faire voir son action de dîner passée, par rapport à l’époque de l’entrée qui est future ; aussi est-il appelé passé postérieur.

61Exemples pour les temps futurs relatifs

62« Je devais, hier, souper avec vous. »

63Ces mots : « Je devais souper », expriment la postériorité de mon souper à l’égard du commencement du jour d’hier, qui est une époque antérieure au temps où je parle. « Je devais souper » : il est donc un futur antérieur.

64Mais ces temps relatifs ne sont-ils relatifs qu’accidentellement, comme on me l’a demandé à une de nos conférences ; et alors pourquoi classer dans la série des présents ceux qui comme « Je portais » et « Je portai », expriment un passé quand ils ne sont déterminés par aucune autre époque que par celle qui est commune à tous, qui est l’instant de la parole ? Pourquoi classer encore dans la série des présents, celui-ci : « Je porterai », qui, lorsqu’il n’a aussi qu’une seule époque de comparaison, est un futur ?

65Non, sans doute, ces temps : « Je portais », « Je portai », « Je porterai » ne sont pas seulement des présents accidentellement ; ils le sont essentiellement, et de leur nature : ils sont destinés à exprimer la simultanéité de l’existence, l’un avec une époque antérieure, mais vague et indéterminée ; l’autre avec une époque antérieure aussi, mais déterminée dans une période dont la fin et le commencement sont connus ; le troisième avec une époque postérieure : chacun d’eux est le présent devenu relatif, et qui a pris une forme particulière, destinée à l’expression de cette relation. Tant que ce présent conserve cette forme, son essence et sa nature est d’être relatif ; et s’il redevient absolu sans quitter cette forme, c’est alors par accident qu’il est absolu. Prenons pour exemple : « Je porterai. »

66Ce temps est présent relatif de sa nature ; mais l’est-il, quand il n’est pas déterminé, et dans l’état dans lequel nous le présentons ici ? Non, il lui faut une époque future, à la vérité, puisqu’il est postérieur, mais simultanée et présente pour lui. Dites : « Je frapperai demain », et dès lors ce temps associé à l’époque pour laquelle il est fait est simultané avec cette époque, et par conséquent présent. Ôtez-lui ce point de comparaison, il ne lui en reste plus d’autre que le point commun à tous, celui de l’énonciation, et comme sa nature est d’être postérieur à celle-ci, et que le postérieur est le futur, alors « Je frapperai » est donc futur ; mais ce futur est-il en tout semblable au futur ordinaire, au futur absolu ? Non. Destiné à peindre la simultanéité de l’existence et de l’époque comparative, et par conséquent appartenant à la classe des présents, il est plus positif que le futur commun ; ainsi, « Je frapperai » est plus certain que « Je dois frapper. » C’est presque le will des anglais, qui, comme on sait, est plus infaillible que le shall. Le premier exprime le futur nécessaire ; le second exprime le futur intentionnel.

67Nous pouvons en dire de même des autres présents relatifs ; ils cessent d’être présents aussitôt qu’ils ne sont plus accompagnés d’une époque simultanée. Ainsi, « Je me promenai hier au Luxembourg », qui exprime un présent (puisqu’il est vrai que ce jour-là et l’action de ma promenade ont été présents l’un pour l’autre et simultanés) : ce temps, « Je me promenai », devient aussitôt un passé quand on supprime le mot hier, qui exprime l’époque coïncidente ou simultanée, et la raison en est simple ; c’est que ce temps n’a plus pour point de comparaison ou de relation l’époque exprimée par le mot hier, et qu’il ne lui reste que l’instant de la parole, époque à laquelle ma promenade est antérieure.

68Mais si les temps relatifs deviennent absolus, les absolus à leur tour deviennent relatifs ; et cela, quand on les détermine comme les relatifs par une double époque. Ainsi, « Je me suis promené hier au Luxembourg » est une sorte de présent antérieur, comme « Je me promenai », sans exprimer d’époque, est une sorte de passé absolu.

69C’est donc d’une double vue que vient aux temps relatifs leur double dénomination ; et c’est d’une simple vue que vient également leur nom aux temps absolus. Les absolus sont ou présents, ou passés, ou futurs, relativement à l’instant de la parole. Les relatifs sont présents, ou passés, ou futurs, relativement à une autre époque comparative ; et antérieurs ou postérieurs, relativement à l’instant de la parole. Voilà le caractère distinct des uns et des autres.

70D’après nos principes, il y a deux temps antérieurs, dont l’un est antérieur simple : comme « Je portais », « Je lisais » ; et l’autre antérieur périodique, comme « Je portai », « Je lus. » Ces deux antérieurs, quoique présents tous deux, ne peuvent être le même temps. Sans doute quelque chose qui convient à l’un ne convient pas à l’autre. C’est que l’un est déterminé par une époque qui tourne en quelque sorte autour d’une période dont la fin et le commencement sont connus, et dont il ne reste plus rien. Il ne peut donc être employé que pour énoncer une existence qui a eu lieu dans un temps entièrement écoulé, au lieu que l’antérieur simple « Je frappais » n’appelle à lui qu’une autre action qui se soit faite en même temps que celle dont il énonce l’existence : « Je portais du papier quand vous portiez de l’encre. » La nature du temps périodique est donc d’exprimer une antériorité plus prononcée, plus ancienne que celle du présent simple.

71Les temps comparatifs sont toujours passés de leur nature ; ils n’ont d’autre fonction dans la proposition, que de servir de point comparatif aux passés positifs, comme on peut le voir dans cet exemple :

72« Quand j’ai eu fermé ma porte, un de mes amis est venu. » On y voit que le premier est comparatif, et que le second est uniquement positif ; que l’un n’est là que pour fixer l’esprit sur l’époque précise de l’autre.

73Le temps passé comparatif est composé, comme tous les passés, d’un auxiliaire ; mais cet auxiliaire ne peut être que le verbe avoir, et encore faut-il que ce soit les passés composés de ce verbe qui servent à la formation des passés comparatifs ; qu’il y ait donc deux auxiliaires pris dans ce verbe, comme dans cet exemple : « J’ai eu porté. » L’un de ces deux auxiliaires y caractérise l’antériorité, comme dans les autres passés ; le second désigne une antériorité plus ancienne, accessoire à l’égard de la première qui est fondamentale.

74« L’antériorité fondamentale, dit Beauzée, est relative à une époque que l’on envisage primitivement ; et l’antériorité accessoire, exprimée par le mot eu qui est le nom verbal d’avoir, est relative à un autre événement mis en comparaison avec celui qui est directement exprimé par le verbe, sous la relation commune à la même époque primitive.

75« Lorsque je dis : « Quand j’ai eu fermé la porte », etc., « un de mes amis est venu », l’existence des deux actions est également présentée comme antérieure au moment où je parle. Voilà la relation commune à une même époque primitive, et c’est la relation de l’antériorité fondamentale. Mais l’existence de mon action : « J’ai eu fermé la porte », est encore comparée à celle de l’arrivée de mon ami ; et le tour particulier : « Quand j’ai eu fermé la porte », sert à marquer que l’existence de cette action est encore antérieure à celle de l’arrivée de mon ami, et c’est l’antériorité accessoire. »

76On a donc appelé ces temps, temps comparatifs, afin d’indiquer que l’antériorité fondamentale qui constitue la nature commune de tous les passés est mise en comparaison avec une autre antériorité accessoire.

77Dans les phrases où sont employés les temps comparatifs, il n’y a donc que les propositions où se trouvent les temps passés comparés qu’on veut faire connaître. Ce sont là les propositions principales ; quoiqu’elles ne soient ordinairement exprimées qu’après celles où se trouvent les temps comparatifs.

78Ainsi, dans une phrase où sont deux propositions, dont l’une contient un temps comparatif et l’autre un temps passé positif, c’est sur cette dernière qu’on a intention de ramener l’attention ; la première n’est là que comme le style sur un cadran qui indique l’heure, mais qui ne fait pas autre chose. La proposition comparative indique pareillement le moment où s’est passée l’action exprimée par la proposition positive. Exemple : « Quand j’ai eu dîné, je suis sorti » ; c’est sur la seconde, « Je suis sorti », que l’attention est provoquée et qu’elle doit se porter ; la première : « Quand j’ai eu dîné », n’est là que pour indiquer le moment de ma sortie. Il n’y a donc là d’essentiel que la seconde proposition. On pourrait presque dire qu’il n’y en a qu’une seule, l’autre ne devant servir que de terme d’époque.

79Quant aux temps prochains, ils ont pour caractère distinctif l’idée accessoire de proximité jointe à l’idée fondamentale des temps ordinaires. Ils ne présentent donc aucune difficulté, d’après les notions que nous avons données sur les autres temps absolus et relatifs.

80Il ne nous reste maintenant à parler que des modes.

81Le verbe en général, comme nous l’avons vu, présente l’idée de l’existence ; mais cette existence peut être présentée sous divers aspects. Chacun de ces aspects fait prendre au verbe une certaine forme dans les divers temps qu’il emploie, et cette espèce de signification formelle est ce qu’on appelle dans les verbes les modes.

82Veut-on exprimer directement et purement l’existence d’un sujet sous un attribut, et donner au verbe une forme propre à cet aspect, c’est alors le mode indicatif.

83Exemple

84« Je travaille tous les jours. »

85Dans cette proposition, « Je travaille » exprime directement, et avec une certaine indépendance de toute autre chose, le jugement que j’ai formé, et que je veux faire connaître.

86À la signification principale du verbe veut-on ajouter l’idée accessoire de volonté ou d’ordre, on donne alors au verbe une forme nouvelle qui présente ce nouvel aspect, et cette forme c’est le mode impératif.

87Exemple

88« Sortez, partez. »

89À la signification principale du verbe veut-on ajouter l’idée accessoire d’une dépendance d’une autre signification active déjà exprimée, c’est une nouvelle forme donnée au verbe, et on l’appelle le mode subjonctif.

90Exemple

91« Je désire que vous soyez toujours heureux. »

92« Que vous soyez heureux » est subordonné au premier membre de la phrase, puisqu’il en est le complément explicatif, et qu’il est le résultat de ce premier membre : « Je désire. »

93Mais cette dépendance, dont nous venons de parler, peut être envisagée sous un point de vue de condition ou de supposition ; et alors le mode n’est plus purement subjonctif mais suppositif ou conditionnel.

94Exemple

95« Les hommes seraient toujours heureux, s’ils étaient toujours sages. »

96« Seraient heureux » exprime dans les hommes un état de bonheur qui dépend de la supposition exprimée par les mots suivants : « s’ils étaient sages ».

97Veut-on présenter la signification du verbe d’une manière abstraite, c’est-à-dire indépendante de toute idée ou vue accessoire, et d’une manière indéfinie, et même, en quelque sorte, infinie, la forme du verbe adaptée à ce point de vue devient le mode infinitif.

98Exemple

99Lire.

100Ce mot présente l’idée de l’existence sous l’attribut lisant, d’une manière vague et dans toute sa latitude, enfin sans aucune espèce d’idée accessoire.

101L’idée abstraite que présente l’infinitif peut, en quelque manière, être regardée comme l’idée d’une nature commune à tous les individus auxquels elle peut convenir, et alors l’infinitif devient nom.

102Les Latins, pour éviter la monotonie de cette terminaison infinitive, imaginèrent des inflexions particulières semblables à celles de leurs cas, pour remplir les diverses fonctions de l’infinitif : « ut vicem gererent ». D’où est venu le mot gérondif ; de sorte que l’on peut dire que les gérondifs sont des noms verbaux, mis à la place de l’infinitif, considéré comme nom. L’infinitif est verbe, parce qu’il exprime l’existence sous un attribut ; il est nom, parce que cette existence abstraite est considérée quelquefois en lui comme une nature commune à plusieurs individus, ce qui forme la nature du nom. Nous avons en français un seul gérondif : en lisant, en chantant ; lisant est ici un véritable nom, puisqu’il sert de complément à la préposition : c’est le nom abstrait du participe lisant, comme le beau est le nom abstrait de l’adjectif beau.

103Il y a une autre partie de l’infinitif, à laquelle les Latins donnaient le nom supinum, et que nous appelons supin, de supinus, qui proprement signifie couché sur le dos. On donne ce nom à cette partie du verbe parce qu’elle exprime non une action faite, ni une action reçue ou soufferte, mais seulement le résultat de l’une et de l’autre, avec abstraction de la puissance qui agit, et du sujet qui reçoit l’action.

104Exemple latin

105Dictum est : « L’acte de dire est. »

106Par conséquent, l’action de dire a été, parce que l’action est nécessairement antérieure à l’effet.

107Le supin s’emploie, dans notre langue, dans la composition des temps passés.

108Exemple

109« J’ai fait mon devoir ; nous avons fait un voyage. »

110Fait marque ici le résultat de l’action de faire le devoir, le voyage ; le devoir et le voyage sont donc alors censés faits, comme l’expriment ces deux propositions : « J’ai fait mon devoir » ; « Nous avons fait un voyage. » Le supin, comme le gérondif, est un verbe et nom ; il est verbe, car il conserve l’idée différentielle de la nature de ce mot, je veux dire l’existence sous un attribut, marqué dans le supin par le rapport d’antériorité qui le met dans la classe des temps passés. Le supin est nom, puisqu’il peut être le sujet d’une action ou verbe, ou l’objet d’action, ou complément objectif d’un verbe.

111Veut-on enfin exprimer l’existence sous un attribut, comme une idée communicable à plusieurs natures, c’est-à-dire propre à exprimer cette modification ? On donne alors au verbe une nouvelle forme qui devient un autre mode ; et comme cette partie tient alors et du verbe, et de l’adjectif, on l’appelle participe : il tient du verbe, parce que, comme lui, il marque l’existence, et qu’il a les trois temps généraux ; il tient de l’adjectif parce que, comme lui, il modifie un sujet par l’idée accidentelle de l’événement qu’il exprime, et qu’il prend, pour cela, les terminaisons relatives aux accidents.

112Exemple

113Chanté, chantée ; chantant, devant chanter.

114À la séance prochaine, nous traiterons des autres parties élémentaires du discours.

115Système figuré des temps des verbes

116Présente Je chante.

117Présent antérieur. Je chantais.

118Présent antérieur périodique Je chantai.

119Présent postérieur. Je chanterai.

120Passé J’ai chanté.

121Passé antérieur J’avais chanté.

122Passé antérieur périodique J’eus chanté.

123Passé postérieur J’aurai chanté.

124Futur antérieur Je devais chanter.

125Futur postérieur Je devrai chanter.

126Passé comparatif J’ai eu chanté.

127Passé compar. antérieur. J’avais chanté.

128Passé compar. périodique J’eus eu chanté.

129Passé compar. postérieur. J’aurai eu chanté.

130Passé prochain antérieur. Je venais de chanter.

131Passé prochain postérieur. Je viendrai de chanter.

132Futur prochain Je vais chanter.

133Futur prochain antérieur. J’allais chanter.

Notes

1 Cf. article « Temps » de l’Encyclopédie, t. XVI, p. 96-117. Le tableau que donne Sicard en fin de séance est bien une simplification de celui de Beauzée, donné à l’Encyclopédie sur deux colonnes de la page 109 et pour trois types de formes : « Je chante », « J’arrive », « Je me révolte ». Sicard se limite ici à la première. Et sa simplification perd une partie de l’idée de relativité à l’instant de la parole telle que l’entend Beauzée. Du reste elle donnera lieu à discussion lors de la séance de débats du 9 floréal. Mais pour l’essentiel c’est à la position beauzéenne qu’il se rallie. La position très différente de Condillac se trouve exposée dans sa Grammaire, II, vi-xii ; c’est dans une note du chapitre viii qu’il indique avoir admiré le système de Beauzée, s’en être éclairé, et l’avoir enfin abandonné. Sa principale critique porte sur la valeur du présent qui ne peut être à ses yeux qu’absolue (chap, viii, p. 470 A de l’édition du Corpus). Il sera en cela suivi par Destutt de Tracy. C’est sur ce point que tournera la discussion avec Clauzolles le 9 floréal. Mais la position de Sicard demeure ici celle d’un pédagogue. Cf. Éléments, t.1, chap. vii, et Cours d’instruction, chap, xv-xvii. Je me permets de renvoyer pour plus de détails à É. Schwartz, Les Idéologues.., op. cit.

© Éditions Rue d’Ulm, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540