Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’École normale de l’an III. Vol. 4, Leçons d’analyse de l’entendement, art de la parole, littérature, morale

 | 
Jean Dhombres
, 
Béatrice Didier

Leçons d'art de la parole de Sicard

Dix-neuvième leçon non datée

Texte intégral

  • 1 Cf. supra, notes 83 et 87. Cette allusion au troisième type d’épreuves montre que la séance est in (...)

1Sicard. La troisième épreuve1, que je vous avais annoncée à la dernière séance, va se faire devant vous ; nous en avons fait deux que je vais vous rappeler. La première a été celle-ci : mon élève a écrit sous la dictée des signes, les phrases dont vous avez fait choix vous-mêmes. La seconde épreuve a été de faire des questions auxquelles mon élève a répondu. La troisième va être celle-ci (c’est la moins équivoque) : vous allez faire des actions devant lui, il va regarder ces actions, et il en rendra compte : pour cela il faut savoir retenir les images dont on est témoin ; il faut connaître les signes de ces images et la valeur relative de ces signes ; il faut ensuite que le sourd-muet sache exprimer dans une langue qui n’est pas la sienne les actions dont on l’a rendu témoin ; et quand un élève sait rendre ses idées dans une langue qui n’est pas la sienne, vous conviendrez qu’il faut qu’il sache cette langue : le sourd-muet va justifier ce que j’annonce là.

2Il faut que quatre ou cinq élèves-instituteurs se donnent la peine de passer dans l’enceinte, et qu’ils fassent ensemble les actions qu’ils voudront, que les actions soient bien distinctes, qu’elles ne se fassent pas à la fois, mais d’une manière successive ; mon élève vous verra agir et viendra en rendre compte ; je vais lui dire seulement que ce sont des actions qu’on va faire ; il faut que ceux qui voudront prendre cette peine me donnent leurs noms avant commencer.

3(Les citoyens Perny, Maubriac, Bourdon, Robéis, passent dans l’enceinte, et après avoir donné leurs noms font des actions dont le sourd-muet tend compte en ces termes :)

4« Le citoyen Bourdon a tiré un billet de sa poche, et en le lisant, il s’est levé ; ensuite il a replié ce billet.

5« Le citoyen Perny, s’étant levé aussi, a lu une lettre qu’il avait tirée de sa poche, l’a déchirée en deux morceaux, l’a jetée par terre et enfin l’a foulée aux pieds.

6« Le citoyen Maubriac, qui s’est levé, a pris son chapeau, et en se rasseyant l’a remis sur sa tête.

7« Le citoyen Robeis, qui s’est levé aussi, a mis son mouchoir sur sa poitrine et sous son gilet, a ouvert sa tabatière qu’il avait prise avec son chapeau ; il a pris une prise du tabac et m’en a offert ; mais en le remerciant, je lui ai dit que je n’aimais pas en prendre, et que le tabac n’était pas convenable à mon nez. »

8Sicard. Citoyens, il vient de se passer quatre actions dont vous avez été témoins, sur lesquelles il est impossible qu’on ait pu vous faire illusion.

9Quatre d’entre vous que je n’avais pas prévenus, et que je ne connaissais pas, sont passés dans l’enceinte et ont fait des actions que vous avez vues vous-mêmes. Le sourd-muet qui a regardé faire ces actions, et à qui je n’ai fait aucun signe, vient d’écrire ces actions, dans la langue française ; je suis resté à ma place, sans regarder le sourd-muet ; on n’a donc pu vous faire illusion, sur ces quatre choses. Il faut maintenant que je lise tout haut les actions qu’il vient d’écrire ; et comme vous avez vu les actions, vous comparerez ce récit avec les faits dont vous avez été témoins.

10(Le Professeur lit ce qui est écrit sur la planche noire.)

11Mon élève a fait d’abord une première faute de grammaire ; car il a écrit du tabac : « Il a pris une prise du tabac » : voici comment je fais pour le reprendre. Je vais lui demander de quel tabac ; la réponse qu’il faudra qu’il me fasse lui fera apercevoir qu’il s’est trompé, et il est possible qu’au lieu de me répondre il corrige sa faute, et écrive de au lieu de du.

12(Le Professeur a fait la question, et l’élève a en effet corrigé aussitôt la faute, et écrit de tabac au lieu de du tabac.)

13Mon élève a fait une autre faute : « Je n’aime pas en prendre. » Je ne sais pas pourquoi, mais je soupçonne que c’est la règle de l’analogie grammaticale qui lui fait faire cette faute-là, et voici comment : j’enseigne au sourd-muet que souvent les infinitifs des verbes sont pris dans les phrases pour des objets d’action, comme quand on dit, par exemple, « Je veux lire », le mot lire est l’objet d’action du mot « Je veux », et c’est comme si l’on disait : « Je veux la lecture » ; cela voudrait dire pour lui : « Je n’aime pas prise de tabac, je n’aime pas prendre de tabac. »

14C’est qu’ordinairement entre deux verbes, dont le second est l’objet d’action du premier, on ne place jamais de préposition dans aucune langue excepté dans l’italienne, quand le premier des deux verbes exprime un mouvement, comme dans cet exemple : lo vengo da vedere le maraviglie di Parigi, « Je viens voir les merveilles de Paris » ; lo vengo da vedere il jardino nationale, « Je viens voir le jardin national. »

15Mais hors ces cas-là, et quand le premier verbe n’exprime point de mouvement, le second est alors son objet d’action, ou, comme on disait autrefois, son régime. Une préposition placée entre les deux verbes semblerait arrêter la force active du premier qui ne veut point être interrompue dans sa course, et qui veut se porter sans obstacle sur le second ; et voilà pourquoi, citoyens, mon élève, dans la distribution des chiffres qui servent à fixer la valeur relative des mots dans la proposition, a écrit le chiffre 3 sur prendre comme il écrivait 3 sur table dans cette phrase-ci :

16Vous observerez une chose qu’observe le représentant du peuple, c’est que pour un étranger il a le style assez correct ; c’est assez juste, on l’entend, il y a même fort peu de fautes, comme vous voyez ; j’ai reçu à ce propos une lettre d’un d’entre vous, qui mérite une grande considération, parce que j’y trouve une difficulté et une objection qui vont me mettre dans le cas de vous expliquer une partie de cette méthode, la partie la plus importante sans doute ; voici cette lettre :

17« Citoyen, dans votre dernière leçon du 17, vous avez levé plusieurs doutes sur la communication d’idées dans laquelle vous vous trouvez avec le sourd-muet ; c’est un nouveau jour que vous avez répandu sur cette intéressante et importante instruction : vous avez distingué trois classes d’expressions de nos idées.

18« 1° Désignation des objets qui se présentent à nos sens.

19« 2° Expression des idées spirituelles ou des abstractions.

20« 3° Expression de nos affectations.

21« Vous nous avez dit et je conçois aisément que le sourd-muet a beaucoup d’adresse pour désigner des objets qui se présentent aux sens, ainsi que pour exprimer les affectations. Il y a trois ans que j’ai vu exprimer à Massieu les nuances de la volonté, du désir, de l’amour, etc., avec infiniment d’exactitude ; reste l’expression des idées spirituelles, ou des abstractions, et il faut convenir que ces idées lui sont familières : il y en a même plusieurs, et ce sont les plus abstraites, telles que l’idée de l’espace, du temps, des mesures, etc., dont nous nous servons à tout moment dans le discours ; à présent je vous demande, citoyen, si le sourd-muet a ces différentes idées, et s’il peut les exprimer sans votre secours. »

22(Sicard. Je réponds à cela affirmativement, et je le prouverai tout à l’heure.)

23« Si c’est encore vous qui apprenez de lui, et si le sourd-muet devient en quelque sorte votre instituteur. »

24(Sicard. Je répondrai que je suis alternativement instituteur et élève ; je suis son élève pour les signes, et son maître pour les formes de nos phrases.)

25« Je conçois que quatre sourds-muets qui ne se seraient jamais vus, et qui se rencontreraient par hasard, pourraient bientôt s’entendre sur les idées d’objets matériels et sur les affectations ; mais comment s’arrangeraient-ils pour les idées abstraites ? Vous me rendrez grand service, ainsi qu’à plusieurs de mes collègues, en nous communiquant en détail vos observations sur cet objet. »

26Sicard. Cela me paraît très important, parce que c’est toujours ce doute-là qui doit l’élever dans les bons esprits, à la vue des sourds-muets qui paraissent instruits. Comment par le moyen des signes physiques exprimons-nous des idées purement métaphysiques ? Comme il y a plusieurs questions dans cette lettre, je crois qu’il faut répondre successivement à chacune. Voici la première : les sourds-muets ont-ils l’idée de l’espace, du temps et des mesures ? Nous allons nous en assurer en l’interrogeant. Je vais lui demander ce que c’est que l’espace ; il y a plusieurs manières de le lui demander, celle des signes et celle de l’écriture : celle de l’écriture est celle qui peut moins vous tromper, parce que vous pouvez en juger, au lieu que vous ne pourriez pas juger de mes signes. Je vais donc l’interroger, en écrivant en l’air.

27(Ici le Professeur écrit du doigt, en l’air, et en figurant les lettres des mots : « Qu’est-ce que l’espace ? »)

28Le sourd-muet lit cette écriture faite en sens contraire pour lui et qui s’efface à mesure qu’elle est tracée.

29Sicard. Qu’est-ce que l’espace ?

30Massieu. C’est un intervalle de l’étendue qui a deux bouts, depuis l’un jusqu’à l’autre.

31Je vais lui demander ce que c’est que le temps, toujours en écrivant en l’air. Sicard. Qu’est-ce que le temps ?

32Massieu. C’est la quantité discrète et successive qui sert de mesure à la durée des êtres.

33Comme je ne lui dicte point ses réponses, il ne donne jamais la même définition.

34Duchêne. Je demande que vous veuillez bien faire remarquer à l’assemblée un fait qu’il est peut-être bon de consigner dans le journal sténographique ; c’est que pour écrire le mot intervalle le sourd-muet s’est dicté à lui-même les lettres, il a commencé par les mettre dans sa langue et à les traduire ensuite dans la nôtre.

35Sicard. C’est fort bon à remarquer. Un citoyen me prie de demander ce que c’est que l’étendue ; je vais le lui demander : mais comme il y a une autre question parfaitement liée à la première, je vais d’abord lui faire celle-là ; il nous a dit ce que c’est que le temps ; je vais lui demander ce que c’est que la durée qui n’a pas de bornes.

36Sicard. Qu’est-ce que la durée qui n’a pas de bornes ?

37Massieu. C’est l’éternité.

38Un élève. Je désirerais savoir quelle idée il attache au mot discret.

39Sicard. Le citoyen me demande qu’elle est l’idée que le sourd-muet attache au mot discret ; j’ai moi-même quelque doute sur l’intelligence qu’il peut avoir de ce mot ; je lui ferais cette question après celle-ci qui m’a été proposée :

40Sicard. Qu’est-ce que l’étendue ?

41Massieu. C’est tout ce qui est composé, corporel, matériel, et dont toutes les parties s’étendent et sont hors les unes des autres, et unies entre elles.

42Sicard. Qu’est ce qu’une quantité discrète ?

43Massieu. C’est celle qui est déterminée, indiquée et qui peut être comptée.

44Sicard. Un des élèves-instituteurs me dit qu’il voudrait avoir une lettre écrite de la main de mon élève. Je vous en apporterai une à la prochaine séance ; c’est précisément une lettre à sa mère, vous verrez le style d’un sourd-muet : voici l’autre question qui m’est faite dans la même lettre : « Je voudrais savoir si les muets connaissent les mesures. »

45Je vais lui demander ce que c’est qu’une mesure. Remarquez encore ici qu’il commence par traduire dans sa langue avant d’écrire dans la nôtre ; cela confirme ce que j’ai dit plusieurs fois, qu’on pense toujours dans sa langue.

46Massieu. C’est une règle qui sert à connaître les dimensions des corps ; ces dimensions sont :

47Longueur,

48Largeur,

49Profondeur,

50;1Je répondrai aux autres questions de la lettre à la prochaine séance. Je vous apprendrai aussi l’alphabet du sourd-muet.

Notes

1 Cf. supra, notes 83 et 87. Cette allusion au troisième type d’épreuves montre que la séance est intervertie puisque antérieure à la séance de débats du 29 ventôse. Le contenu montrera qu’elle est postérieure aux 17 et 22 ventôse. Enfin elle ne peut viser comme séance précédente que celle du 2 germinal, non celle datée du 22 germinal, qui doit plutôt la suivre.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionsulm/docannexe/image/1503/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 23k

© Éditions Rue d’Ulm, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540