Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’École normale de l’an III. Vol. 4, Leçons d’analyse de l’entendement, art de la parole, littérature, morale

 | 
Jean Dhombres
, 
Béatrice Didier

Leçons d'art de la parole de Sicard

Dix-huitième leçon

22 germinal/11 avril

Texte intégral

1Dans la seance precedente, nous avons commence l’analyse des opérations de l’œil organique qui devait nous conduire à la première opération de l’œil intellectuel. Nous n’avons pas eu le temps d’arriver jusque-là. Nous allons voir un élève sourd-muet qui va faire des questions par signes à un autre, qui les écrira sur la planche, et qui fera les réponses tout seul. J’espère que nous aurons le temps aujourd’hui d’arriver jusqu’au mot idée qui doit être, comme je l’ai annoncé, le premier anneau de la chaîne des opérations intellectuelles. Ces détails sont un peu longs, je vous l’avoue ; mais une fois que nous serons parvenus à cette première opération de l’esprit, cela ira beaucoup plus vite et l’instruction du sourd-muet sera sans contredit d’un plus grand intérêt.

  • * Ce jeune enfant est Thouron, de La Rochelle, fils d’un père qui a tout quitté pour voler à la défe (...)

2Vous pouvez remarquer que, lorsque l’élève fait les réponses, celui qui l’interroge ne fait pas des signes. La réponse est tout entière du jeune enfant qui écrit*. Il lui a fait écrire : « Tu vois mon portrait » (c’était la dernière question) ; à présent il lui demande : « Touches-tu mon corps ? »

3— Non, je ne touche pas ton corps.

4— Quel corps de moi vois-tu ?

5— Je vois le corps de toi, long, large, profond, non.

6Vous savez que le sourd-muet met la négation après la chose qu’il doit nier ; c’est la manière anglaise, qui est aussi celle du sourd-muet. Lorsque la qualité est présentée la première, elle est bien plus facile à nier.

7— Je vois le corps de toi, long, large, profond ; non ; vivant, non ; respirant, non.

  • ** Ce répétiteur est Massieu.

8Comme il y a à cette séance un voyageur suédois qui ne connaît pas cette méthode, il faut que vous me permettiez quelques développements déjà donnés, et qui sont nécessaires à quelqu’un qui assiste pour la première fois à un pareil exercice. Je lui dirai que les signes qui se font ne sont pas des signes de lettres, ni des signes de mots, mais des signes d’idées. Chaque signe est la peinture d’une idée. Comme les idées sont peintes par des mots, le sourd-muet écrit un mot à la place de l’idée que lui rappelle le signe de son répétiteur**.

9Voici la demande :

10— Avec quoi est peint mon corps ?

11— Ton corps est peint avec portrait.

12(L’élève regarde son maître, pour voir s’il a bien dit.) Toutes les fois qu’un élève regarde, après avoir répondu, il ne sait pas ; car il doute s’il a bien répondu : quand même il aurait bien répondu, il ne sait pas. Il faut donc trouver un moyen pour lui faire faire une réponse à peu près la même. La première, quoique bonne, n’est pas bonne, par cela seul que l’élève ne sait pas qu’elle est bonne ; c’est que nous ne savons bien une chose que lorsque nous avons la conviction intime de la vérité et des convenances, et qu’il n’y a de véritables connaissances que celles qui sont trouvées par la raison. Ainsi, il m’arrive souvent une chose très extraordinaire, c’est qu’en donnant une leçon à mes élèves, ils ont trouvé quelque fois ce que je veux leur faire trouver ; et, malgré cela, la leçon se continue, se prolonge sur le même objet, parce qu’ils n’ont pas trouvé ce que je leur faisais chercher, qu’ils l’ont deviné.

13Il a répondu : « Ton corps est peint avec couleurs. » Ainsi la réponse est juste.

14— Sur quoi est peint mon corps ?

15— Ton corps est peint sur toile.

16Voici la série des questions, avec les réponses.

17— Tu vois mon portrait. (C’est d’abord une proposition ; ensuite il a fait cette question-ci.)

18— Touches-tu mon corps ?

19— Non, je ne touche pas ton corps.

20— Quel corps de moi vois-tu ?

21— Je vois le corps de toi, long, large, profond, non ; vivant, non ; respirant, non.

22— Avec quoi est peint mon corps ?

23— Ton corps est peint avec couleurs.

24— Sur quoi est peint mon corps ?

25— Ton corps est peint sur toile.

26— Vois-tu mon portrait en fermant les yeux ?

27— Non, je ne vois pas ton portrait.

28— Vois-tu mon corps ?

29— Non, je ne vois pas ton corps.

  • 1 Cette forme de phrase, conforme à la grammaire de l’homme de la nature, qui ne connaît que des ver (...)

30— Souviens-tu mon corps ?1

31— Oui, je souviens ton corps.

32— Vois-tu mon corps dans toi ?

33— Oui, je vois ton corps dans moi.

34Cela nous mène pas à pas au résultat. Il ne faut pas y aller sans expliquer cette irrégularité de la langue : « Souviens-tu mon corps ? » J’ai dit que dans les commencements de l’éducation du sourd-muet, il fallait établir des règles assez générales pour embrasser toutes les généralités des analogies, sans aucune exception. Ainsi nous n’avons absolument que des formes actives. Il dit : « Souviens-tu mon corps ? » Pour lui apprendre ce mot : venir, voici comme je m’y suis pris. Ce mot-ci : marcher, a été notre point de départ. Puis nous avons appris le mot aller, qui vient après marcher, puis son contraire, qui est venir et ensuite les mots sous-venir, dans lesquels nous trouvons deux idées. C’est comme s’il disait : « Viens-tu mon corps ? » « Prends-tu mon corps du lieu où il était, et le fais-tu venir sous toi ? » Voilà comme il entend cette idée : « Oui, je vois ton corps dans moi. » Nous ne sommes pas bien loin du résultat.

35Voici des questions qui sont faites à l’élève par le citoyen représentant. Comme cet enfant n’a jamais répondu à des questions devant l’assemblée, il est bon de savoir s’il sait répondre sans secours.

36— Quel âge as-tu ?

37— J’ai neuf ans et un quart.

38— Dans quel pays est-tu né ?

39— Je suis né dans La Rochelle.

40— Depuis quel temps es-tu venu à l’école des sourds-muets ?

41— Je suis venu à l’école des sourds-muets depuis 1791, premier octobre.

42Vous voyez que cet enfant pourrait être en correspondance avec tous ceux qui sauraient lire et qui sauraient écrire.

43— Aimes-tu les fleurs ?

44— Oui.

45Rien de si laconique qu’un sourd-muet, il n’ajoute absolument rien à ses idées.

46— Quelles sont les fleurs qui plaisent le plus à ton odorat ?

47Vous voyez que celui qui l’interroge connaît parfaitement la langue simple de l’enfance, la langue de la nature.

48— Les fleurs qui plaisent le plus à mon odorat sont roses.

49Quelqu’un observe que l’élève qui répond répète toujours la demande avant de répondre ; c’est qu’en faisant répéter la demande, cela fait une proposition complète à écrire.

50Wailly : La demande et la réponse se lient ensemble ; et on est sûr que la réponse est parfaitement celle de l’élève.

51— Les fleurs qui plaisent le plus à mon odorat sont roses.

52Le citoyen Laperruoue : au lieu de oui, pourquoi n’a-t-il pas mis : « J’aime les fleurs » ?

53Sicard. Voici, je crois, la raison : c’est que je lui ai appris que le mot oui était l’ellipse de la phrase entière affirmative ; et comme ils sont accoutumés à cela, ils écrivent oui, pour avoir plutôt fait. Pour nous assurer que ce que je dis là n’est pas une simple conjecture, je vais lui montrer mon étonnement de ce qu’il n’a pas fait ce que vous dites. Je lui dis que c’est trop court.

54(Ici l’élève ajoute à la réponse, après le mot oui, ces mots-ci : « J’aime les fleurs. »)

55Voici la nouvelle question :

56— Quelles fleurs paraissent les plus belles à voir ?

57— Les roses me paraissent les plus belles à voir.

58Nous sommes sûrs qu’il a répondu à des choses qui n’étaient pas préparées.

59Nous étions si près du mot idée que nous allons y arriver par une seule question, qui terminera la séance.

60Vous savez que la dernière réponse a été celle-ci.

61On lui a demandé : « Souviens-tu mon corps ?» Il a répondu : « Oui, je souviens ton corps » ; il a dit : « Je le vois dans moi. » Ainsi cela va nous donner le résultat ; le mot idée était à la porte.

62Ce qu’il y a de plus intéressant à remarquer, c’est l’enchaînement de toutes ces propositions, et comment l’élève va toujours du plus connu au moins inconnu.

63Vous voyez que le grand art de l’instituteur, c’est de savoir si bien enchaîner les propositions entre elles qu’on arrive à la plus difficile avec autant de facilité qu’on monte du sol d’où l’on part à la première marche d’un escalier.

64Ainsi, souvenir le corps de quelqu‘un, voir en soi le corps de quelqu’un, c’est véritablement en avoir l’idée ; c’est donc ce qu’on appellerait idéer, si ce mot-là était français.

65Nous sommes, comme vous voyez, arrivés au mot idéer. Le sourd-muet sait, aussi bien que nous, ce que c’est qu’une idée. Ce sera l’objet de la séance prochaine.

Notes

1 Cette forme de phrase, conforme à la grammaire de l’homme de la nature, qui ne connaît que des verbes actifs, partout où il y a réellement une opération du corps, de l’esprit ou du cœur, paraîtra une faute à ceux qui ne jugeront que d’après la grammaire de l’homme civilisé.

Notes de fin

* Ce jeune enfant est Thouron, de La Rochelle, fils d’un père qui a tout quitté pour voler à la défense de la patrie, et qui est encore armé pour son pays.

** Ce répétiteur est Massieu.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionsulm/docannexe/image/1502/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k

© Éditions Rue d’Ulm, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540