Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’École normale de l’an III. Vol. 4, Leçons d’analyse de l’entendement, art de la parole, littérature, morale

 | 
Jean Dhombres
, 
Béatrice Didier

Leçons d'art de la parole de Sicard

Neuvième débat (suite)

19 germinal/8 avril

Texte intégral

  • 1 Sans doute la date du 19 germinal convient-elle donc à cette séance. C’est un nonidi, l’horaire co (...)

1Professeur1. La lettre la plus ancienne de laquelle je dois vous rendre compte est celle du citoyen Chevassieux : elle contient des réflexions excellentes sur les réformes à faire dans notre orthographe, et un projet d’un nouveau syllabaire. Cette lettre, où je n’ai rien trouvé qu’on pût supprimer, serait trop longue dans un moment où la discussion sur les objets qui y sont débattus est fermée. Mais comme le premier ouvrage élémentaire sera imprimé et distribué pour être examiné de nouveau, les observations du citoyen Chevassieux seront alors plus à propos : je les communiquerai au Comité d’instruction publique, après en avoir profité moi-même pour la correction de mon syllabaire.

2Le même citoyen m’a témoigné son étonnement de ce que je n’ai pas défini le nom quand j’ai traité, pendant une leçon entière, de cet élément de la parole ; j’ai observé que les définitions auraient leur place quand la science grammaticale aurait été traitée : je les donnerai comme je l’ai déjà dit, à la dernière séance de ce cours.

3Le citoyen Fontaine, du district de Lyon, trouve quelques contradictions dans ce que j’ai dit sur l’écriture et sur la parole, dans mon programme, et à différentes leçons.

4J’ai dit, dans ma leçon, que l’écriture dessina les objets, et que la parole traduisit l’écriture.

5Dans mon programme, j’ai dit qu’à l’invention de la parole succéda l’art de la peindre. J’ai entendu ce que tout le monde a toujours cru, et ce que j’ai répété moi-même ailleurs : que l’homme parla longtemps avant d’écrire, qu’ainsi la parole est plus ancienne que l’écriture.

6J’ai dit ensuite que l’écriture dessina les objets, et que la parole la traduisit. Dans cette proposition ainsi énoncée, on doit remarquer que je n’ai donné la priorité à l’écriture que dans la forme matérielle de la phrase, je vais le répéter : « L’écriture dessina les objets, et la parole traduisit l’écriture ; mais pour traduire l’écriture la parole devait exister, car elle ne pouvait être la traduction de l’écriture qu’autant qu’elle existait avant elle. »

7Qu’ai-je donc voulu dire ? Le voici : qu’il y a deux paroles dont l’une est alternativement la traduction de l’autre ; que la traduction de la parole est l’écriture, et réciproquement ; que l’on parle par écrit comme ou dessine en parlant.

8Ainsi ces deux propositions, comme vous voyez, ne se contredisent pas.

9Le même citoyen me reproche quelque chose de plus sérieux, d’avoir dit que les conjonctions ne sont les signes d’aucune idée. Il pense le contraire ; et il dit, pour prouver son assertion, qu’il y a des conjonctions qui, étant, chacune, une proposition implicite, sont le signe d’une idée, ou même de plusieurs idées. On ne peut pas raisonner plus juste. Il faut examiner maintenant si nous avons tous deux la même opinion en termes différents. Quand j’ai dit que la conjonction n’était le signe d’aucune idée, j’ai entendu parler seulement de la conjonction proprement dite qui n’est absolument qu’une liaison, et c’est la conjonction et ; on pourrait y ajouter quelquefois la conjonction que, comme quand on dit : « Je crois que vous lisez », « Pierre et Jean ». Il est certain qu’entre le mot Jean et le mot Pierre, cet et qui est là au milieu n’est absolument le signe d’aucune idée. Car qu’est-ce qu’une idée ? C’est une image, c’est la représentation d’un objet quelconque. Or quel est l’objet dans la nature que peint la conjonction et ? Elle ne fait autre chose, à mon sens, que lier ces deux mots-là, ces deux idées-là, et dire : « L’affirmation qui va suivre et qui va être prononcée et énoncée de l’un de ces objets, est également énoncée de l’autre » ; par conséquent cet et est purement conventionnel : c’est uniquement pour se dispenser de dire deux fois l’affirmation qui convient à chacun. Je dis alors que dans ce sens la conjonction est purement un mot de convention qui lie les deux idées, mais qui n’est pas une troisième idée. C’est dans ce sens que j’ai dit que la conjonction n’était le signe d’aucune idée.

10Le citoyen Fontaine dit qu’il y a des conjonctions qui renferment une proposition implicite. Il n’y a rien de plus vrai ; et lorsque j’en serai là je démontrerai que le mot si et le mot mais sont exactement des ellipses qui remplacent toute une phrase, comme quand on dit, par exemple, « S’il fait beau temps j’irai vous voir à la campagne » : c’est comme si on disait : « Soit cette idée » ; et les Latins exprimaient ce mot par sit comme les géomètres qui disent : « Soit tel nombre », etc. Le mot soit supposant un objet et une qualité au milieu desquels il se trouve est par conséquent un mot elliptique qui remplace une phrase entière. C’est donc le signe de plusieurs idées.

11Je ne dis cela qu’en passant : je l’indique seulement pour faire voir que le citoyen Fontaine et moi ne sommes pas d’opinion différente.

12Le citoyen Fontaine est encore étonné (et ceci est plus important) de ce que j’ai dit que les phrases incidentes modifient les qualités qui sans elles seraient trop étendues, ainsi que tous les sujets desquels on affirme les qualités. Est-il vrai que les qualités peuvent recevoir une détermination quelconque, ou qu’elles n’en peuvent recevoir ? Si elles n’en peuvent recevoir, j’ai eu tort d’énoncer ma proposition.

13Le citoyen Fontaine dit ici : « J’ai cherché beaucoup d’exemples dans lesquels je trouverais une qualité modifiée par une phrase incidente ; je n’en ai pas trouvé, parce qu ‘il est impossible d’en trouver. »

14Voici l’exemple que je lui proposerai, parmi une foule d’autres. « Le courage que donne la vertu est tellement supérieur à celui que donne le crime, que l’homme vertueux conserve la plus grande égalité d’âme au milieu des plus grands revers ; et que le méchant au contraire pâlit et succombe, à la seule approche d’un danger ordinaire. »

15Voilà une période au milieu de laquelle nous trouvons une qualité qui reçoit une modification par une phrase incidente. Je vais en faire la décomposition.

16On voit dans cet exemple l’adjectif ou le qualificatif supérieur modifié par cette phrase incidente : tellement, c’est-à-dire supérieur de telle manière. Vous voyez que le mot supérieur qui pouvait être pris dans toute sa généralité ne l’est pas dans cette phrase, mais qu’il est circonscrit par les mots de telle manière ; que les qualités peuvent donc être restreintes, circonscrites, déterminées, et le peuvent être par des phrases incidentes. Donc la nature de la phrase incidente est de modifier tantôt un sujet, et tantôt une qualité : donc il est vrai que les qualités diverses sont susceptibles d’être modifiées ; et les exemples qui le prouvent ne sont pas impossibles à trouver, comme l’avait pensé le citoyen Fontaine.

17Le même citoyen est encore étonné que dans l’analyse que j’ai faite de la période, j’aie donné des objets d’action à des verbes dont la nature, dit-il, est de n’en avoir pas.

18Il y a dans mon analyse les mots descendre, retourner, et le mot vivre. Je dois faire observer qu’on supprime, il est vrai, l’objet d’action après certains verbes ; mais il n’y a pas de verbe, à l’exception du verbe être, qui, exprimant une action quelconque, ne doive être rappelé à la classe des verbes actifs. Ainsi les verbes descendre, retourner, et tous les actifs qui expriment une opération ou un mouvement quelconque, doivent être rappelés à la classe des actifs ; et quoique ordinairement leur objet d’action soit supprimé, on peut le leur donner, comme le faisaient les Latins qui disaient : vivere vitam, gaudere gaudium. On peut donc dire : descendre soi, comme on dit porter son corps, porter soi, se porter. Les verbes aller, venir, remonter, tout actifs qu’ils sont pour l’expression de l’action, sont neutres quant au régime ou à l’objet d’action, et n’en ont pas moins, dans certains cas, leur objet d’action ; car on dit : « Je m’en suis venu », « Je m’en vais » ; c’est comme si on disait : « Je me vais », ou : « Je vais moi », ou : « Je vais mon corps. » Il ne doit pas paraître plus extraordinaire de dire : « Je me descends », « Il se retourne » que : « Il s’en retourne. » Mais voici pourquoi ces sortes de manières de parler nous paraissent si étranges : c’est que, comme ces objets d’action ne sont pas placés devant le verbe, d’autant qu’ils sont suivis de la préposition en (« Il s’en est venu », « Il s’en est allé », « Il s’en est retourné ») on ne dit pas : « Il s’est retourné », à moins que ce ne soit dans un autre sens ; mais on dit : « Il s’en est venu », et on ne dit pas : « Il s’est venu », « Il s’est allé. » Le mot en marque le point de départ : « Il s’en est allé de tel endroit, et il veut aller dans cet autre. »

19Ici se est l’objet d’action du verbe aller ; donc le verbe aller, tout neutre qu’il paraît, a cependant, comme vous voyez, un objet d’action. C’est la forme qu’il a prise qui le déguise tellement qu’on est tout étonné d’entendre dire que ces verbes ont des objets d’action. Cela n’est pas moins réel. Quand on en décompose plusieurs d’entre eux, on retrouve tous ces éléments.

20Pourquoi donc ai-je fait paraître ces objets d’action dans l’analyse de la période ? Voici la raison que je dois en donner dans ce moment-ci ; il fallait que, dans l’analyse, chaque proposition qui entrait dans la composition de la période parût une phrase complète ; et une phrase où est tout autre verbe que le verbe être n’est complète qu’autant que chaque qualité active y est unie à son objet d’action. J’ai donc cru ne pouvoir supprimer ni sous-entendre aucun objet d’action.

21Mais, à ce propos, voici une observation qu’il faut faire en passant. Toutes les fois que, dans les écoles primaires, on voudra faire l’analyse d’une période, on trouvera dans cette période non décomposée des ellipses qu’il faudra nécessairement faire disparaître dans la composition : car, sans cela vous ne pourriez avoir des propositions complètes. Il y aura donc plus de mots dans les membres détachés d’une période réduits en propositions et en phrases qu’il n’y en avait dans la période formant un tableau complet ; en voici la raison : quand un tout est formé, que toutes les parties en sont liées, il a de moins tous les éléments qui peuvent facilement être supposés par ceux qui sont exprimés ; et alors ce tout paraît plus petit que quand on en détache les parties, et qu’on les énonce telles qu’elles doivent l’être séparément. Quand on décompose une phrase qui, formant dans la période un membre de cette période, peut se passer de tel mot, elle ne peut plus s’en passer quand elle est isolée et détachée de l’ensemble complet ; ainsi il doit paraître plus de mots dans la période décomposée que dans la période formée. Voilà la raison pour laquelle quelquefois les objets d’action ne paraîtront pas dans la période, et paraîtront dans la décomposition qu’on en fera.

22Le citoyen Gentême m’a proposé plusieurs questions. Il me demande s’il est vrai rigoureusement que le sens de la vue soit tellement supérieur aux autres sens, et en particulier à celui de l’ouïe, qu’on puisse appeler le sens de l’ouïe la fenêtre de l’entendement ; il demande si pour l’aveugle cela peut se dire avec quelque raison.

23Je lui répondrai qu’il ne peut jamais être question des yeux pour l’aveugle, le sens de la vue n’existe qu’au bout de ses doigts ; car c’est par cette sorte de vue que l’aveugle redresse les méprises du sens de l’ouïe : d’ailleurs ces sortes de comparaisons ne sont jamais d’une vérité rigoureuse. J’ai voulu soumettre à une comparaison familière la maxime d’Horace :

segnius irritant animos, etc.

24Il paraît au citoyen Mayre que l’analyse que j’ai faite du verbe en deux parties élémentaires est trop compliquée pour l’enfance. Mais comme je dois traiter séparément du verbe et de sa conjugaison à la prochaine séance, j’ajourne ma réponse à ce jour-là.Le citoyen Debrun m’a adressé des observations sur la division que je fais de la période en phrases incidentes, subordonnées, et phrases principales. Il traite cela à sa manière, c’est-à-dire fort bien. Nous traiterons de cet objet quand nous parlerons de l’art d’écrire.

  • 2 Indication très claire quant au fait qu’il y avait deux types de débats comme deux objets d’enseig (...)

25Je conserve toutes les lettres que l’on m’écrit, qui toutes sont, ou sur des objets déjà traités, ou sur des objets à traiter, ou sur des choses courantes. Celles qui regardent des choses traitées sont presque toutes sur le syllabaire et sur les réformes à faire à l’orthographe. Comme cet objet a été entièrement coulé à fond, il ne doit plus en être question. Je dis seulement à ceux à qui je ne réponds pas que lorsque je retoucherai, pour la dernière fois, le syllabaire, je profiterai de toutes les observations utiles qui m’auront été faites. Quant à celles qui regardent des matières qui n’ont pas été traitées, je dois faire comme mes autres collègues, ne répondre à celles-là que dans leur temps. Quant à celles qui regardent les matières courantes, on peut les diviser en deux classes : dans les unes, on me propose des difficultés sur notre grammaire philosophique ; dans les autres, ce sont des observations sur l’art d’instruire les sourds-muets de naissance. On sent bien que ce n’est pas aujourd’hui qu’il peut être question de ces dernières2. Cette conférence ne peut donc avoir pour objet que les difficultés sur la grammaire ; difficultés qui n’ont pas encore été résolues, comme je viens de le faire remarquer.

26Les observations du citoyen Averin, du district de Nantes, département de la Loire-Inférieure, sur mon syllabaire et sur les réformes à faire sur l’orthographe, communiquées par l’auteur au citoyen Wailly, mériteront d’être prises en considération quand on examinera de nouveau ce premier ouvrage élémentaire, ainsi que celles du citoyen du district de Rennes.

27Le citoyen Liesse, du district de Versailles, désirerait que l’on conservât au pronom personnel que j’ai appelé adjectif, pour le distinguer des pronoms radicaux que j’ai nommés substantifs, sa dénomination ancienne de possessif. Je ne vois pas, comme lui, la nécessité de cette conservation : je le prierai d’observer que rien n’est si difficile, ni si embarrassant pour l’enfance, que les dénominations des éléments de la parole ; il faut les rendre aussi précises qu’il est possible. Voici quelle serait la dénomination de ce pronom, si nous voulions nous attacher à le bien caractériser ; pronom personnel, adjectif possession de la troisième personne. Voilà quatre grands mots, quatre grandes dénominations, pour qualifier le mot son qui est si court lui-même.

  • 3 Cf. séance du 14 germinal, et supra, note 96. La question était surdéterminée politiquement. Et le (...)

28Vous savez qu’il doit être question du tutoiement3, et que le citoyen Laharpe se propose de vous lire un morceau qu’il a fait sur le tu et sur le vous ; et comme c’est pour la dernière fois qu’on doit traiter cette matière, j’ai cru qu’il ne vous serait pas indifférent d’entendre le pour et le contre, et par conséquent d’entendre la lecture de quelques lettres qui m’ont été écrites par quelques élèves. Je vais en donner lecture.

29La première est du citoyen Leroux, élève du district de Tours.

30« Citoyen Professeur,

31« Quelles que soient les idées du citoyen Laharpe sur les tu et les vous, permettez que je vous adresse les miennes que vous communiquerez, si vous le jugez à propos, à l’Ecole normale.

32« Je ne doute point que la question des tu et des vous ne puisse produire une faction en France, comme à Lilliput la question de savoir s’il faut casser les œufs par le gros bout ou par le petit bout, porter des talons hauts ou bas, et autres de cette importance.

33« Il n’est pas besoin d’être grammairien pour sentir que l’usage du pluriel pour le singulier est d’une irrégularité choquante ; mais notre langue a tant d’autres anomalies consacrées par l’usage qu’une de plus n’est pas une affaire.

34« D’ailleurs ne pourrait-on pas croire que ces irrégularités ne sont qu’apparentes, et qu’elles ont toutes une cause qui peut les justifier ; qu’elles ajoutent peut-être plus à la richesse de la langue qu’une symétrie parfaite ? Et la question présente m’en est une preuve : en effet, comme on ne peut parler qu’à un ou à plusieurs individus, il n’y a que deux manières d’apostropher celui ou ceux auxquels on parle : tu ou vous. Hé bien ! l’usage d’employer le pluriel pour le singulier nous en donne trois. Vous qui s’adresse à plusieurs, vous qui s’adresse à un seul ; le sens de la phrase détermine toujours assez le sens de celui dont on se sert ; enfin, le tu qui s’adresse à un seul. Voilà la richesse de la langue : celui-là est réservé pour l’ami, pour l’épouse chérie, et pour les enfants qu’elle nous a donnés. Ainsi l’accord est-il troublé ? Les vous succèdent aux tu. Voilà donc les vous et les tu bien caractérisés ; qui a éprouvé le plaisir de tutoyer ce qu’il aime n’accorde pas volontiers la même faveur aux indifférents.

35« Je ne parle point du tu, signe de mépris, parce qu’aucun homme honnête ne doit jamais s’en servir dans cette acception.

36« Vous nous avez communiqué, citoyen Professeur, des recherches qui supposent à l’usage de substituer le pluriel au singulier une origine odieuse ; cela peut être, ou n’être pas : il y a tant d’incertitudes sur cette origine qu’on aurait tort de s’y attacher pour combattre l’usage qui en a été la suite.

37« Mais ce qui n’est pas si incertain, c’est le motif de la réforme qu’on a tenté à cet égard : on sait qu’elle date à peu près de Vendémiaire de l’an deuxième de la République, époque fatale où les terroristes entraient en lice.

38« C’était une chose plaisante de voir les Jacobins, destructeurs déterminés des arts et des sciences, invoquer les règles de la grammaire pour réformer un usage ; ici la mauvaise foi saute aux yeux.

39« Ils n’ignoraient pas que, quand même les gens sensés se conformeraient par raison de convenance à la règle grammaticale, les gens grossiers, immoraux ne le feraient que pour mortifier les autres ; qu’ils n’auraient pas d’autre but, et qu’afin de ne le pas manquer, ils assaisonneraient le tu et le toi d’un ton âcre et suffisamment expressif. Les Jacobins s’inquiétaient très peu des règles de la grammaire : mais c’était une nouvelle pomme de discorde jetée entre les citoyens, un nouveau moyen de les mettre aux prises, un nouveau moyen surtout de trouver des gens suspects ; car, qui n’était pas mal peigné, mal vêtu, qui ne parlait pas un langage grossier et même bourru, n’était pas à la hauteur, n’était pas au pas. C’était un homme suspect, la foudre nationale devait écraser sa tête coupable, et cela ne manquait pas d’arriver.

40« Comme tous ces faits, citoyen Professeur, ne sont malheureusement que trop certains, je conclus que, quelle que soit l’origine toujours problématique de l’usage où nous sommes de substituer le pluriel au singulier, le motif qui a voulu l’intervertir est tellement infâme que, quelle que soit la convenance grammaticale, les gens prudents et sensés doivent le maintenir aujourd’hui ; sauf à s’en occuper dans des temps plus favorables : mieux vaut mille fois une faute de grammaire qu’une source de discorde.

41« Salut et fraternité,

42« Leroux, élève du district de Tours. »

43Je n’eus pas le temps, citoyens, de vous communiquer au sujet de l’origine des tu et des vous toutes mes idées ; je me contentai de vous rapporter l’opinion de quelques grammairiens, qui pensent que ce langage fut celui de l’esclavage adressé à la tyrannie, parce que celle-ci l’exigea.

44J’avoue que je ne crois pas à cette origine ; car que fait à un tyran qu’on lui parle comme à plusieurs ? Mais je pense que les premiers maîtres du monde, qui devaient aussi être les premiers juges des différends de leurs sujets, s’entouraient sans doute d’hommes éclairés, avec lesquels ils discutaient les droits de ceux qui soumettaient leurs causes à leur tribunal ; que cette sorte de conseil, composé de plusieurs, devait prononcer au nom de tous, et par conséquent au nombre pluriel, pour montrer que ce jugement avait été l’avis de plusieurs ; et il était naturel que celui qui réclamait parlât aussi au même nombre. Voilà, je pense, l’origine du vous : et comme ceux à qui vous était adressé avaient l’estime générale et le respect de tous, le vous devint un signe de respect que l’enfant adressa à son père et à sa mère, à son instituteur et aux vieillards ; mais le tu succéda bientôt au vous entre deux personnes, d’abord indifférentes, et devenues tendrement liées comme l’époux et l’épouse.

45« Eh ! que réserve-t-on pour l’amitié, » me dit un jour une femme de Paris avec laquelle je parlais de cette invention si étrange dans notre langue, « que laisse-t-on pour le reproche, pour la sévérité, pour l’improbation et le mécontentement ? Quel autre accent remplacera celui de vous quand un ami écrira à un ami qui l’a trompé ? »

46Voici une autre lettre d’un élève de l’Ecole normale.

47Réflexions sur l’innovation de substituer le tu au vous indistinctement dans le langage et dans les écrits.

48« Tous les vrais amis de la langue française doivent voir avec peine que, sous le vain prétexte d’établir le langage du républicanisme et le ton d’une parfaite égalité, on veut introduire la mode de tutoyer indistinctement dans la société tous ceux à qui l’on parle ; on dit que cet usage est plus conforme au régime républicain, et que c’est le langage des peuples libres. A cela je réponds que si c’est le langage des peuples libres, c’est également celui des peuples esclaves. Si les disciples de Penn ont adopté cet usage, ceux de Mahomet le suivent aussi. Les Turcs, les Arabes, les Persans se tutoient, ainsi que les Quakers et les Pennsylvains. À Constantinople, à Ispahan et chez presque tous les Orientaux qui, la plupart, rampent servilement sous la verge des despotes, le tu est en usage comme à Boston et à Philadelphie. Ainsi donc cette manière de parler ne distingue point particulièrement un peuple où règne la liberté et l’égalité. Je conviens que chez nous jusqu’à présent le tu a pu être employé et appliqué par un sot orgueilleux à des hommes qu’il regardait avec dédain ; mais j’espère que cela n’arrivera plus désormais. Si quelque faquin impertinent, continue de se donner les airs de tutoyer un homme qui est au-dessous de lui, que cet homme fier et jaloux de sa dignité lui riposte sur le même ton, l’égalité sera ainsi rétablie entre eux, et cette leçon corrigera peut-être mon faquin impertinent.

49« Je ne vois donc aucun inconvénient à conserver le vous dans le commerce social, comme je ne vois aucun avantage à lui substituer le tu : mais au contraire, combien de raisons n’avons-nous pas pour conserver et employer successivement l’un et l’autre dans le dialogue, suivant les personnes à qui l’on parle, c’est-à-dire, non pas suivant leur rang, puisque nous sommes tous sur le même, mais suivant les affections et les sentiments divers qu’elles nous inspirent. Une raison majeure en faveur de cet antique usage, c’est de ne pas priver la langue française d’un de ses précieux avantages. Malheureusement, elle n’est ni assez riche, ni assez féconde pour que, sous un prétexte frivole, on cherche encore à l’appauvrir. Demandez à ce bon père, à cette mère tendre qui se font une douce habitude de tutoyer leurs enfants, demandez-leur de quel moyen simple et puissant ils se servent : quelquefois, pour leur faire sentir leurs torts et leurs erreurs, il leur suffit de prendre avec eux le ton froid et sévère de vous ; ce langage est dans leur bouche un reproche touchant, une correction paternelle, douce et forte tout à la fois, et telle qu’on doit en infliger à un être sensible, à un homme libre. Demandez ensuite à ces tendres époux s’ils voudraient que notre langue fût privée de cette variété de style, dont ils savent faire entre eux un si doux, un si éloquent usage. Ah ! sans doute, les froids partisans de ce tu universel n’ont jamais aimé ; jamais ils n’ont éprouvé les douceurs de l’amour, ni les charmes de l’amitié ; ils ne connaissent point, ils ne savent point apprécier ces jolis couplets qu’une femme aimable et sensible adresse à son mari :

Ce vilain vous peint la froideur ;
Ce joli toi peint la tendresse, etc.

50« En effet, voulez-vous exprimer la tendresse, la froideur, le dépit, la colère, le mépris, l’indignation ? Avec un seul mot, un mot magique, le tu ou le vous, placé avec art et avec choix, vous peignez d’un seul trait le sentiment dont vous êtes animé. Lisez, dans Voltaire, la scène VI du IVe acte de Brutus ; lisez Racine et Crébillon, et vous verrez que le vous, même dans le langage républicain, a bien son énergie et sa fierté. L’éloquence et surtout la poésie perdraient infiniment à l’innovation que l’on se propose. Si te, tu, étaient généralement adoptés, que d’hiatus, que de chocs de voyelles le malheureux poète aurait à éviter à chaque pas ! La poésie, ainsi que la prose, y perdrait donc beaucoup de sa douce aisance, de ses grâces et de ses trésors. Je citerai, pour exemple, ces quatre beaux vers tirés d’une de nos meilleures comédies. Un père prévenu que son fils se propose de forcer son secrétaire pour y prendre de l’argent, et fournir aux dépenses que lui occasionne un fol amour, ce bon père, dis-je, ouvre lui-même son secrétaire, y met en évidence une somme d’argent avec ce billet foudroyant adressé à son fils :

Puisqu’un amour infâme a pour vous tant d’appas,
Qu’il vous fait renoncer à votre propre estime,
Je veux vous épargner un crime :
Acceptez ; ne dérobez pas.

51« Maintenant substituez le tu au vous, et voyez l’effet ou plutôt le manque d’effet que ce changement produit :

Puisqu’un amour infâme a pour toi tant d’appas,
Qu’il te fait renoncer à ta propre estime,
Je veux t’épargner un crime :
Accepte : ne dérobe pas.

52« Certes, ce n’est pas là le langage d’un père sévère et noble, d’un père justement indigné ; il semble que ce reproche paternel ne serait plus aussi touchant. (Pour moi, citoyens, en voyant les premiers vers il me semble entendre le père, et le lire dans les seconds). Observez en outre que vous détruisez toute l’harmonie de la structure des vers. Je conclus donc en disant que les poètes, les orateurs, les amis, les tendres époux doivent s’opposer à un changement dans le langage qui détruirait pour eux une source inépuisable d’agréments sociaux, de douceurs mutuelles, et de richesses poétiques et oratoires.

53« Encore une autre considération politique qui, je crois, mérite une attention sérieuse de la part de nos législateurs. La langue française est répandue chez presque toutes les nations européennes : si vous y faites un pareil changement qui ne pourrait que lui faire perdre intimement beaucoup de ses grâces et de ses richesses, craignez de lui faire perdre aussi cette universalité qui fait sa gloire, qui est à la fois très honorable à la nation française et très avantageuse à son commerce et à ses relations avec l’étranger.

54« Benoît Lamotte. »

55Le Professeur. Je croirais blesser la justice, et annoncer une partialité qui n’est point dans mon caractère, si je ne vous communiquais aussi les lettres où l’on me montre une opinion contraire.

56Lettre du citoyen Gentenne, élève de l’École normale, au professeur de grammaire.

57« Citoyen Professeur,

58« Nommé par la nation française pour donner des règles à la prononciation de sa langue, nous ne devons pas hésiter à vous soumettre nos doutes, parce que les règles que vous établirez doivent être des lois pour nous qui devons les faire observer. Je vous prie, en conséquence, de m’en donner une sur la manière de parler à une seule personne et à plusieurs.

59« Est-il un âge auquel on doit cesser de tutoyer un seul homme, et quel est cet âge ?

60« L’article 5 de la Déclaration des droits de l’homme nous dit : « Que les peuples libres ne connaissent d’autres motifs de préférence que les vertus et les talents. »

61« Les vertus et les talents doivent-ils faire parler à un seul homme comme à plusieurs, et comment reconnaître les vertus et les talents dans un homme que l’on verra pour la première fois ?

62« Si le respect pour le vertueux vieillard semble nous inviter à lui dire vous en lui adressant la parole, ne serait-il pas convenable de le tutoyer en lui écrivant, ce qui serait conforme à la règle reçue pour différencier le singulier d’avec le pluriel ?

63« J’appuie mon opinion en outre sur ce que dans tous les discours écrits adressés aux membres de la Convention, individuellement, on y emploie le tu. J’ignore si, en parlant, les membres en agissent, ou doivent en agir ainsi.

64« Les ennemis de l’École normale (car elle en a beaucoup) ont répandu, et même dans les journaux, que les représentants du peuple près ladite école avaient blâmé publiquement le citoyen Monge, pour avoir tutoyé des élèves : ce qui est aussi faux qu’invraisemblable.

65« Je vous prie, citoyen Professeur, de vouloir bien lever ces difficultés, et me dire si le mot de monsieur, qui ne se trouve dans aucune de nos lois, doit se prononcer dans cette école.

66« Gentenne, envoyé par le district de Poitiers. »

67Autre lettre d’un autre élève de l’École normale.

68« Te dire que je suis élève aux Écoles normales, c’est t’apprendre que je suis ton admirateur. A la vue des sourds et muets, j’accusais la nature, et tu répares sa méprise. Le philosophe vit tes élèves, absolvitque deos. Nouveau Prométhée, mais sans être téméraire, tu vas dérober le feu sacré du ciel. Tu arraches à la divinité le plus sublime de ses dons, pour le dispenser toi-même.

69« Aux tu et aux toi que je t’ai déjà adressés, n’as-tu pas froncé le sourcil, à l’exemple de nos élégants et même de mes chers confrères à l’École normale ?...

70« Non, tu n’es ni absurde, ni inconséquent. Trop indulgent peut-être pour les sots, ou pour ces hommes de mauvaise foi qui condamnent aujourd’hui le bien d’hier, précisément parce que c’était un bien hier ; tu n’as pas osé heurter de front les sottises qui sont à l’ordre du jour...

71« En un mot, que penses-tu des tu et des toi ? Doit-on les proscrire ? La délicatesse, l’harmonie de notre langue, l’urbanité française et le bon goût les excluent-ils absolument ? J’attends ta réponse franche et publique. Je te déclare que je suis déterminé à prendre leur défense. Ils ont vu le jour, il est vrai, pendant le règne du crime et de la terreur ; mais ils sont les enfants de la vertu et de la fraternité. »

72Autre lettre.

73« Citoyen Professeur,

  • 4 Cf. supra, note 103. C’est le texte même cité par le Journal de Paris. L’abbé Sicard se contente d (...)

74« Les grammairiens sont presque tous d’accord que l’origine de la coutume de parler au pluriel à une seule personne, est une suite de l’aristocratie et du despotisme. Sans doute, dit Condillac4 (Grammaire générale, t. II, p. 29), on a, dans les commencements, dit tu à tout le monde, quel que fût le rang de celui à qui on parlait. Dans la suite, nos pères, barbares et serviles, imaginèrent de parler au pluriel à une seule personne, lorsqu’elle se faisait respecter et craindre ; et vous devint le langage d’un esclave devant son maître.

75« Un académicien de Berlin, le docteur Gedike, dit, dans son mémoire allemand sur le tutoiement imprimé à Berlin, en 1794 (51 pages in 8°) que le vous, au singulier, ne s’est glissé, dans presque toutes les langues de l’Europe, qu’au Moyen Âge, avec le système féodal.

76« Votre opinion, citoyen Professeur, étant contraire aux observations de ces philosophes, comme à celles de beaucoup d’autres non moins célèbres et estimés dans la République des lettres, je vous invite de vouloir bien nous communiquer les raisons qui vous l’ont fait adopter. Vous êtes trop juste, citoyen Professeur, pour ne pas convenir que, pour bien apprécier une opinion quelconque, il en faut connaître le fondement.

77« Salut et fraternité,

78« Georges-Guillaume Bochmer, élève de l’École normale, ennemi des principes féroces et sanguinaires des Jacobins, mais ami aussi juré de la vérité. »

79Wailly. Je vous prierais de nous dire s’il faut dire tutoyer ou tutayer ; et il me semble qu’il faudrait dire tutoyer, comme il est dérivé de toi.

80Le Professeur. Je pense qu’il faut dire tutoyer, non tutayer ; on conserve par là l’étymologie des deux mots qui servent à la formation de ce mot-là.

81Wailly. D’autant plus que les autres verbes sont encore dans le même cas, comme envoyer venant de envoi, employer de emploi ; ainsi, comme tutoyer vient de toi, on doit par la même raison prononcer tutoyer.

82Barreau. Il me semble que ce n’est pas une raison suffisante pour prononcer plutôt tutoyer que tutayer : effrayer vient d’effroi, et cependant on dit effrayer et non effroyer.

83Wailly. Ce que vient de dire le citoyen ne serait pas une preuve convaincante : on peut avoir dit effroi dont nous avons fait effroyer ; mais tous les autres mots emploi, envoi conservent l’analogie.

84Sicard. D’ailleurs ce n’est peut-être pas le mot effroi qui est le primitif d’effrayer, il vient peut-être directement de frayeur.

85Perrin. Je crois que l’habitude de prononcer tutoyer, employer, vient de l’ancienne prononciation des mots de la langue française. La diphtongue oi se représentait originairement par oi, et se prononçait ai ; nous trouvons encore cet usage dans le patois. Nous avons encore gardé dans quelques mots la prononciation ai, quelquefois nous employons oi. Quant au mot frayeur, il me paraît qu’on a changé les deux lettres oi en ay.

86Sicard. Il est facile de remarquer que les Français n’aiment pas la prononciation oi, et que dans la plupart des mots où cette prononciation était en usage, ils ont substitué la prononciation ai : on en trouve des vestiges dans quelques mots, comme français, qu’on prononçait oi autrefois, puisque les anciens poètes, et Boileau lui-même le font rimer avec lois, et qu’on prononce aujourd’hui ais comme dans succès.

87Wailly. En général nous substituons la diphtongue ai à la diphtongue oi, lorsque nous sommes familiarisés avec les objets ; et quand nous n’avions aucune relation avec la Pologne, nous disions les Polonois ; mais depuis qu’Henri III eut été en Pologne, on a dit les Polonais. Il y a quarante ans, cinquante ans, qu’on disait encore monsieur de Charolois, au lieu de Charolais.

88Sicard. On dit encore les Suédois, les Danois.

89Wailly. Remarquez ceci : c’est que tous les mots dont nous nous servons se prononcent ai et les autres oi. On dit les Illinois, les Iroquois, etc. ; ce sont des mots dont nous ne nous servons pas souvent.

90Sicard. Le citoyen Wailly dit qu’il serait bon de fixer la prononciation de plusieurs mots très neufs, comme vendémiaire, ventôse, etc. ; et il demande s’il faut prononcer vandémiaire et vantôse, ou vindémiaire et vintôse : il serait bon que la discussion s’ouvrît là-dessus.

91Un élève. Voici mon principe pour la prononciation de ces deux mots. Je trouve dans vendémiaire le mot vindemiae tout entier. Ainsi on doit dire vindémiaire : au contraire dans ventôse se trouve vent tout entier ; donc, d’après mon principe, on doit prononcer vantôse.

92Sicard. Citoyens, pour ne rien laisser d’indécis sur cette matière, je pense qu’il faut prononcer vantôse et vandémiaire.

Notes

1 Sans doute la date du 19 germinal convient-elle donc à cette séance. C’est un nonidi, l’horaire correspond à celui habituel du cours d’art de la parole, et le contenu y a trait.

2 Indication très claire quant au fait qu’il y avait deux types de débats comme deux objets d’enseignement, même si le Cours d’instruction et les Éléments montreront qu’ils sont liés. Et ceci semble bien exclure la simultanéité des deux débats placés le 19 germinal.

3 Cf. séance du 14 germinal, et supra, note 96. La question était surdéterminée politiquement. Et les lettres divisent plutôt les intervenants en fonction de leur sensibilité jacobine ou antijacobine. La discussion s’était faite aussi dans les journaux. Cf. J. Guillaume, Procès verbaux..., op. cit., t. VI, p. 97-105, qui donne des extraits de la lettre de Mathurin Bonace, « La tour de Babel au jardin des Plantes, ou Lettre de Mathurin Bonace sur l’École normale » et la réponse de La Harpe à l’ensemble du pamphlet au Journal de Paris, par lettre datée du 21 ventôse. Le Journal de Paris avait cité le chapitre vu de la Grammaire de Condillac en défense du « tu ».

4 Cf. supra, note 103. C’est le texte même cité par le Journal de Paris. L’abbé Sicard se contente d’indiquer son accord avec l’opinion d’« une femme de Paris, avec laquelle je parlais de cette invention si étrange dans notre langue » quant à l’intérêt de ne pas appauvrir les ressources de la langue du cœur, et d’indiquer un scepticisme de bon sens à propos de Condillac qui n’a pas encore été nommé en disant qu’il ne croit pas à cette origine « car que fait à un tyran qu’on lui parle comme à plusieurs ? » Il préfère évoquer l’autorité plurielle des conseils.

© Éditions Rue d’Ulm, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540