Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’École normale de l’an III. Vol. 4, Leçons d’analyse de l’entendement, art de la parole, littérature, morale

 | 
Jean Dhombres
, 
Béatrice Didier

Leçons d'art de la parole de Sicard

Seizième leçon

14 germinal/3 avril

Texte intégral

1Tout ce que nous avons dit jusqu’ici a eu le nom pour objet, comme signe de représentation de tous les objets de nos pensées.

2Nous avons donné au nom le premier rang dans le tableau des éléments qui servent à former la proposition. Nous avons distingué, comme essentiellement différent, ce que la plupart des grammairiens avaient confondu, le nom et le qualificatif, qu’on avait cru deux espèces du même genre : en effet, on avait toujours dit qu’il y avait deux sortes de noms, le nom substantif et le nom adjectif; et après avoir à peu près dit de chacun tout ce que nous avons cru qu’il en fallait dire, nous avons examiné s’il n’y avait pas des noms qui de leur nature exigeaient d’autres mots pour leur donner une signification plus précise et plus déterminée, et cet examen nous a donné un mot dont la fonction a été de préciser, de déterminer l’étendue du nom.

3Ce mot, on l’avait toujours appelé article. Nous l’avons appelé déterminatif ; et comme cette étendue était plus ou moins précise, elle a exigé aussi plus d’un mot pour l’exprimer. Nous en avons fixé le nombre à trois, le déterminatif démonstratif « ce » ; le déterminatif indicatif « le », et le déterminatif énonciatif « un ».

4D’après ce travail en faveur du nom, ne reste-t-il plus rien à faire pour lui ? Non. Tout serait fait s’il n’y avait pas parmi les êtres des relations qui font que le nom exprime tantôt le sujet d’une proposition, tantôt son objet, tantôt le but et le terme d’une action, et tantôt le point de départ de cette même action.

5Ces relations existent, et le nom par sa nature se refuse au service qu’elles exigeraient. Car le nom du sujet ne devrait pas avoir les mêmes formes quand il est l’objet d’action ; cependant la moindre altération qu’on lui ferait subir en ferait, au moins en français, un nom différent.

  • 1 Cf. supra, note 90. Rien non plus ici de très original dans la théorie du pronom. Et c’est uniquem (...)

6Les grammairiens ne furent pas longtemps sans chercher à remédier à cet inconvénient : ils imaginèrent des mots qui exprimassent ces relations diverses ; et comme ces mots communs, qui n’étaient le nom d’aucun être ni d’aucune chose, expliquaient au besoin, comme l’idée, le nom des êtres et des choses qu’on avait déjà exprimées, qu’ils en étaient, en quelque sorte, les signes et les noms, on crut devoir les appeler pronoms1 ; non qu’ils tinssent la place du nom, comme on l’a dit mal à propos, mais parce que dans l’analyse grammaticale d’une phrase, on efface les pronoms, et qu’on leur substitue les noms des objets dont ils expriment le rôle dans la proposition.

7Ces mots que nous appellerons aussi pronoms, puisqu’ils sont encore en possession de cette dénomination, nous les rappellerons à ce genre dont nous avons traité une espèce dans la précédente séance ; et nous dirons que c’est encore ici un mot déterminatif, et nous le dirons avec d’autant plus de confiance que nous allons voir dans l’examen que nous en allons faire que le déterminatif est souvent une espèce de ce qu’on a appelé jusqu’ici pronom, et que le pronom est quelquefois, et même presque toujours, un déterminatif véritable. C’était là l’idée que je m’étais faite du pronom après que j’eus traité la matière du déterminatif ; et je me proposais de vous l’exposer aujourd’hui comme une chose neuve, quand, un de vos collègues m’ayant envoyé ses vues là-dessus, qui sont, à quelque chose près, les miennes, j’ai cru devoir vous les communiquer.

8Je commencerai par là cette leçon sur la nature du pronom.

9D’après les principes que j’ai déjà exposés dans une des précédentes séances, l’indicatif le, la, les indique dans un genre l’espèce que nous en voulons tirer. Ce, ces, cet la montre, la présente à nos yeux, et un, une annonce l’indifférence du choix. Mais pourquoi ce dernier déterminatif paraît-il être sans pluriel ? C’est, sans doute, parce que les mots consacrés à la pluralité, tels que deux, trois, quatre, cent, mille, quelques, plusieurs, tous, sont les pluriels de un et de une, et se rapportent à des individus qui, pouvant être de divers sexes, usuels ou conventionnels, sont affranchis comme les et ces des formes masculine et féminine ; des et de la sont leurs fractionnaires. L’existence du petit mot du, signe de possession, nous annonce, comme je l’ai dit, une ellipse du signe de déjà connu.

10Que dirons-nous des possessifs mon, ma, mes, ton, ta, tes et semblables ? Il y a trop de ressemblance entre les fonctions de ces deux déterminatifs pour n’être pas une espèce du même genre. Nous dirons que c’est un déterminatif de possession ; en étendant ainsi le domaine de l’article aux dépens du pronom, n’avons-nous pas à craindre qu’il ne nous reste plus rien, ou du moins presque rien de l’espèce de ce dernier ? Le pronom personnel lui, il restera-t-il pronom, s’il est assujetti à notre analyse ; il, elle sont-ils ou ne sont-ils pas des pronoms ? La langue latine n’est pas à cet égard plus pauvre que la nôtre, et que la grecque ; il et elle y sont de vrais déterminatifs, et de vrais articles.

11Ces mots formés de ille et illa latins ne sont que des contractions initiales comme le, la, les sont des contractions finales. Le et la servent à déterminer les espèces dont le nom exprimé dans la phrase est tantôt comme sujet, tantôt comme objet d’action ; il, elle déterminent les sujets absents, ou en rappellent l’idée, et le, la, les déterminent les objets d’action ; mais dans ce cas, me dira-t-on, ils sont pronoms.

12Non, dirai-je. Pourquoi recourir à cette diversité de nature, quand l’identité des fonctions qu’ils remplissent les rappelle à la classe des déterminatifs ? Et si ceux-ci demandent à être rappelés à cette classe, à quelle autre faudra-t-il rappeler je, tu, vous, ainsi que nous, soit qu’on les unisse au nom qui les détermine, soit que ce nom soit supprimé comme inutile ? L’idée exacte des pronoms n’est donc pas de remplacer le nom, mais de faire la fonction propre au déterminatif.

13« Le pronom est un mot qui se met à la place du nom » : voilà la définition que donnent de cet élément de la parole presque tous les grammairiens. Mais, pour pouvoir être substitué au nom, ne faudrait-il pas que le pronom pût être, comme le nom, le signe d’un objet, au lieu qu’il n’est le signe d’aucun ? Et la preuve, c’est qu’un pronom convient tantôt à un être raisonnable, tantôt à un objet inanimé, selon le rôle que ces différents êtres jouent dans la proposition, et qu’il ne sert à exprimer jamais autre chose que ce rôle, sans que la nature du sujet en soit jamais affectée. En effet, faites une proposition quelconque, énoncez ce nom de l’être, duquel vous affirmez une qualité, substituez un pronom à ce nom ; alors, on ne saura plus de quoi vous affirmez cette qualité, et vous ne serez entendu de personne. Donc le pronom dont vous vous servez n’était pas un nom : le pronom ne remplace donc aucun nom. Il est donc mal défini, quand on se borne là. Mais le nom remplacera-t-il le pronom, au besoin ? Oui, sans doute, s’il était vrai que la nature du pronom fût de remplacer le nom ; et c’est ici, citoyens, qu’il est essentiel de bien vous fixer sur la nature de l’un et de l’autre.

14Le nom est le signe d’un objet, en ce sens qu’il rappelle à l’esprit de ceux qui nous entendent l’énoncé des qualités essentielles, et de toutes les propriétés de cet objet : le nom est le portrait, l’image, l’abrégé de tout ce qui constitue l’objet. L’esprit voit cet objet ; il en dessinerait les formes, il en ferait l’anatomie, aussitôt qu’il entend le nom. Mais cet objet, ou ce sujet, est-il acteur dans cette proposition ? Est-ce lui qui se fait connaître, ou est-ce à lui qu’on parle de lui-même, ou bien raconte-t-on un événement qui nous soit inconnu, et dont les acteurs le soient aussi ?

15Ici les noms sont nuls, et ces relations appellent des mots particuliers, qui les fassent bien distinguer, sans le moindre vague et sans la moindre incertitude ; et ces mots sont les déterminatifs d’une autre espèce, appelés jusqu’ici pronoms personnels : pronoms, parce que, disait-on, ils remplaçaient le nom ; et personnels, parce qu’il indiquaient quel rôle jouait l’acteur dont il remplaçait le nom. C’est à vous à juger, citoyens, d’après ces développements, si cette définition était bien juste ; cependant, nous continuerons de nous en servir jusqu’à ce que d’une exposition complète de la science grammaticale résultent des définitions et des dénominations plus philosophiques. Nous dirons donc qu’un objet peut être successivement ou le sujet qui agit dans une proposition et qui annonce son action lui-même ; et alors il est considéré comme première personne dans la phrase ; et c’est le mot je ou nous qui indique ce rôle, et le mot me et nous qui indique qu’il est à la fois sujet agissant et sujet recevant ; ce que nous appellerons sujet et objet d’action. Ou la parole lui est adressée, et alors, second acteur, il est au second rang, car le second rang appartient au second acteur ; c’est la seconde personne énoncée ainsi : tu pour le sujet d’action, te pour l’objet, et vous pour l’un et l’autre, quand il s’agit de deux acteurs, ou que l’acteur dont il s’agit n’est pas un fils ou un ami intime de celui qui parle ; et alors ce mot exprime cette seconde vue de l’esprit, et nous appelons ce mot-là pronom de la seconde personne. Ou on s’entretient de celui de qui on raconte une action, et cet acteur est absent ; c’est il, elle, pour le singulier ; ils, elles pour le pluriel. On sent bien que cette personne, étant moins importante, n’est aussi que la troisième et la dernière. L’objet de l’action est dans ce cas exprimé par le, quand c’est le sujet d’action qui agit sur lui-même. C’est se ou soi comme me ou vous sont les objets d’action de la première et de la seconde personne ; et ce mot qui exprime la réflexion de l’action d’un sujet sur lui-même ne peut manquer d’être appelé réfléchi : aussi est-il appelé pronom réfléchi ou réciproque.

16Condillac avait pensé que ce pronom de la troisième personne était un adjectif ; parce que ce mot ayant été tiré du latin ille, qui, comme on sait, a trois genres dans cette langue, il paraît que les règles de l’analogie devaient le faire ranger dans cette classe ; mais il est impossible de s’y méprendre. On voit que ces mots sont de vrais démonstratifs ; s’ils ne le sont pas toujours dans le latin, ils le sont au moins dans le français.

17Nous ne nous arrêterons pas sur les divisions qu’on avait faites des pronoms ; ces sous-divisions ne serviraient qu’à jeter une grande confusion dans cette matière, et la plus grande simplicité méritera toujours la préférence.

18Il y a, dans la classe des pronoms, des mots qui tiennent lieu du nom du sujet, soit qu’il agisse sur les autres, soit qu’on agisse sur lui : ces mots, servant à désigner des personnes, seront donc appelés personnels ; mais nous les appellerons aussi substantifs, du nom de ces personnes. Si on pouvait les mettre à la place du nom, ne seraient-ils pas en effet des substantifs ? Ici commence notre classification des pronoms ; mais si ces mots n’expriment que des pronoms qui de leur nature modifient des objets appartenant à ces personnes, à la manière des modificatifs, quelle raison y aurait-il de leur refuser le nom de modificatif ? Ceux-ci seraient donc nommés personnels qualificatifs, sans nous embarrasser davantage de tout ce qui a été dit sur les pronoms. Les pronoms substantifs et les pronoms adjectifs, voilà nos deux classes ; il est plus aisé de retenir cela qu’une plus grande sous-division : ainsi moi, me, je, vous, tu, toi, te, vous, et il, elle, ils, elles, et soi seront des substantifs ; et mon, ma, mes, le mien, la mienne, les miens, ton, ta, tes, son, sa, ses, leur, notre, nos, votre, vos seront des adjectifs ; il y a beaucoup de mots, comme le mot on, par exemple, qui sont de vrais noms substantifs : ce mot a été regardé par Restaut comme un vrai nom substantif. Son étymologie semble l’indiquer : voyons quelles altérations il semble avoir éprouvées. Nous observerons d’abord que ce mot est le sujet le plus vague qu’on puisse énoncer ; pourquoi cet on a-t-il une si grande indétermination ? C’est qu’il remplace cette forme de phrase : tous les hommes, les hommes, l’homme, ou enfin homme, comme si on disait : « Homme m’a dit telle chose » ; hom, me, et enfin : « On m’a dit. »

19Cette décomposition se fait ainsi :

20Tous les hommes.

21Les hommes.

22Un homme.

23Homme.

24Omme.

25Om.

26On.qc

27On peut donc dire, avec Beauzée, que ce mot est ordinairement le synonyme de homme, « Homme m’a dit. »

28Si tout ce que je viens de dire sur le pronom ne vous paraît pas dénué de raison, vous en conclurez avec moi que quand on considère plutôt philosophiquement que matériellement les éléments de la parole, leur nombre, comme nous l’avons observé, se resserre toujours davantage, et diminue en raison des observations philosophiques que l’on fait. Nous voyons que le nom s’empare de presque tout. Tout le reste est de son domaine, ou comme principal, ou comme accessoire. Le qualificatif ou adjectif le modifie. Le déterminatif ou l’article circonscrit sa trop vaste étendue. Le déterminatif elliptique (car c’est la dénomination qui me paraîtrait convenir au pronom), le déterminatif elliptique le détermine aussi, et en rappelle la signification.

29Nous avons donc eu quelque raison de traiter du nom avec quelque étendue.

30Les grammairiens se sont complu à enrichir la langue de beaucoup de mots, que semble pouvoir revendiquer l’article ; c’est que des éléments naturellement rapprochés par la même vue de l’esprit, ou par des vues à peu près pareilles, s’appellent les uns les autres, et sont faciles à confondre par ces ressemblances partielles, et à ne plus former des genres divers ou des espèces différentes : ainsi les uns appelleront article ce que nous appellerons pronom, et réciproquement. Nous aurons soin de classer les uns et les autres avec la plus grande précision possible dans notre grammaire élémentaire. Nous n’oublierons pas que parmi les pronoms, un surtout qui joue le plus grand rôle dans la période, mérite une observation particulière, à cause des diverses fonctions qu’il y remplit. C’est celui qu’on a toujours nommé relatif. Destiné à lier les propositions pour en former la phrase, comme il sert à lier les mots, nous pensons qu’on peut l’appeler conjonctif. Destiné pareillement à mettre sous les yeux de l’esprit l’objet dont le nom vient d’être énoncé, il est en même temps déterminatif, démonstratif : et rapportant l’esprit sur l’objet lui-même, on a dû le nommer relatif.

31Les élèves des écoles primaires, à qui sans doute nous devons tout faciliter, ne s’épouvanteront pas à la vue de ces dénominations caractéristiques ; chaque mot indiquant une fonction particulière sera retenu dans la mémoire quand il lui sera présenté par la raison, quand sa définition se trouvera dans sa dénomination : voilà pourquoi je renvoie à la dernière séance de ce cours le tableau des définitions et des dénominations grammaticales. Nous remarquerons ici l’heureuse fécondité de ce pronom relatif dans les divers tableaux de la parole. Il se trouve presque partout où se trouvent deux affirmations, partout où la proposition sort de sa simplicité, presque dans toutes les questions ; et la raison en est simple : ne signifiant rien par lui-même, toutes les fois qu’il paraît à la tête d’une phrase, il cause, par sa place même, une sorte d’inquiétude et de souci, que les Latins appelaient cura, et d’où nous est venu le mot curiosité, curieux, comme si nous disions souci, soucieux. La curiosité fait naître la question ; ainsi le relatif initial doit nécessairement être interrogatif.

32Mais il arrive quelquefois que ce pronom initial n’est pas interrogatif, comme dans cette phrase : « Qui a des mœurs est digne de vivre dans une république. » Dans cette dernière phrase, la règle semble être en défaut ; mais c’est ici la phrase composée, où l’ellipse d’un mot de l’une des deux propositions produit la différence. Rétablissez la transposition et l’identité des termes, la difficulté disparaît aussitôt. « Celui-là est digne de vivre dans une république, qui a des mœurs » ; ou celle-ci : « Celui qui a des mœurs est digne de vivre dans une république » ; et cette phrase, qui contient deux propositions, voici comme je désirerais qu’on la développât aux élèves : je voudrais d’abord qu’on isolât ainsi chaque proposition, « Un homme a des mœurs », « Cet homme est digne de vivre dans une république. »

33Je parlerai ainsi aux élèves : il n’arrive presque jamais que deux propositions sur le même sujet soient toutes deux d’une égale importance, au moins dans l’esprit de celui qui les énonce. L’une des deux est, dans l’esprit, tellement supérieure qu’elle pourrait absolument se passer de l’autre ; on pourrait donc généraliser ainsi l’une de ces deux propositions : « L’homme est digne de vivre dans une république. »

34On verrait aussitôt que celle-ci : « L’homme a des mœurs » n’est pas aussi générale ; qu’elle n’est donc pas d’une égale importance, qu’elle est incidente de la première qui est principale de celle-ci ; qu’ainsi, pour ne faire de ces deux propositions qu’une phrase unique, il faut les exposer ainsi : « L’homme qui a des mœurs est digne de vivre dans une république. »

35Nous ne faisons que passer rapidement sur cette partie de l’art de la parole, que nous traiterons avec toute l’étendue qu’elle exige dans la dernière section de ce cours, quand nous nous occuperons de la proposition, par rapport au style. Ce que nous en disons ici ne doit servir qu’à distinguer le pronom relatif des autres pronoms.

36Ce pronom est encore adjectif dans la phrase interrogative ; on dit quel être, quel homme, et nous croyons qu’il est alors formé de deux éléments, de que interrogatif et du déterminatif de la troisième personne il ; et que le mélange de que et de il forme précisément le mot quel, qui est l’adjectif du pronom : je n’ai pas besoin de dire que ce pronom est quelquefois précédé d’une préposition, et qu’on dit de qui, à qui, par qui, pour qui ; on sait que dont est de cette famille, qu’il est plus elliptique qu’un autre ; il renferme la préposition latine de, et l’adverbe latin unde, dont tout le monde connaît la signification et les divers usages. Mais de plus amples détails seraient trop longs pour ce moment-ci : nous les rappellerons à la seconde section de notre travail ; il suffira, pour aujourd’hui, de les avoir indiqués.

37Mais nous ne devons pas terminer ce que nous avions à dire du pronom sans nous arrêter sur cette bizarrerie des langues modernes au sujet du pronom de la seconde personne, exprimé tantôt par le mot tu, et tantôt par le mot vous : quelques grammairiens ont pensé que c’est à l’époque où la tyrannie succéda au règne de l’égalité, après la destruction et l’anéantissement des républiques anciennes, que le langage de la fraternité, exprimé par ce mot tu, blessa l’orgueil des maîtres de la terre, qui se seraient crus déshonorés, si on leur eût parlé comme on parlait au reste des humains ; ils exigeaient qu’on leur parlât comme à une multitude, parce que la multitude leur était tellement asservie qu’elle n’agissait, en quelque sorte, que pour eux, et qu’ils agissaient par elle. Ce n’est donc pas sans raison, disent ces grammairiens, dont je ne fais que rapporter les opinions, qu’on parlait à un seul individu comme à tout un peuple : cet individu avait tellement concentré en lui seul tout ce qui lui était soumis, que toutes les volontés étaient dans la sienne, ou plutôt la sienne était l’expression de toutes les autres. Telle est, dit-on, l’origine du tu et du vous.

38Si telle fut l’origine du vous et du tu, il ne serait pas étonnant qu’on eût songé à les rétablir, chacun, dans leurs droits ; mais il s’en faut bien que ce langage ait une source aussi impure. Les Français n’oublieront pas si tôt et les auteurs d’un changement qui blesse à la fois toutes les convenances, et l’époque à jamais exécrable de cette innovation si contraire aux mœurs du peuple de plus humain, le plus poli de l’Europe.

39Que devons-nous penser de cette innovation, et faut-il l’adopter ? J’ai reçu, à cet égard, plusieurs lettres des élèves de l’École normale qui, étonnés de ce que ce changement n’a pas encore été adopté dans cette école, désireraient en savoir la raison.

  • 2 Le texte de La Harpe figure immédiatement après celui de Sicard dans l’édition de 1800. La questio (...)

40Je me proposais, à la conférence prochaine, de traiter cette question, quand j’ai appris que le citoyen Laharpe, mon collègue, l’avait traitée au Lycée, et qu’il avait infiniment intéressé ses auditeurs, autant par la force de sa logique que par les charmes de son style ; je l’ai prié de vouloir bien nous faire part de ce morceau. Il le donnera à cette séance2.

Notes

1 Cf. supra, note 90. Rien non plus ici de très original dans la théorie du pronom. Et c’est uniquement à des fins pédagogiques que le professeur remonte à une critique, déjà faite en réalité à l’Encyclopédie, de la définition par Girard du pronom tenant la place du nom. D’autre part, l’indication qu’il donne un peu plus loin d’une discussion inattendue avec un collègue sur la question semble bien montrer qu’il n’avait pas jugé utile de lire ici Condillac en détail. Enfin, il conserve son mot de « déterminatif ». Tracy reviendra à l’analogie du pronom et du nom. Mais Gérando donne de Du Marsais une lecture très voisine de celle de Sicard. C’est peut-être même dans la théorie de Sicard qu’il a trouvé l’idée de la distinction qu’il fait lui-même dans son Mémoire sur les signes, entre signes représentatifs et signes purement indicateurs, signes d’objets et signes de rapports, ces derniers manifestant la parenté du pronom et de l’article, et leur parenté avec les signes de l’algèbre.

2 Le texte de La Harpe figure immédiatement après celui de Sicard dans l’édition de 1800. La question sera reprise chez Sicard lors des débats du 19 germinal.

© Éditions Rue d’Ulm, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540