Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’École normale de l’an III. Vol. 4, Leçons d’analyse de l’entendement, art de la parole, littérature, morale

 | 
Jean Dhombres
, 
Béatrice Didier

Leçons d'art de la parole de Sicard

Treizième leçon

4 germinal/24 mars

Texte intégral

1Dans les deux seances precedentes, nous avons traité du nom et du modificatif ou qualificatif qui sert à exprimer les formes, ou les autres accidents des objets désignés par le nom.

2Le nom pourrait être défini le signe de rappel de tous les êtres qui existent, ou dont l’existence peut être conçue.

3Le modificatif peut être défini le signe d’une des qualités ou propriétés d’un objet. Nous rappellerons ici qu’on ne doit définir une science ou un art que quand cette science ou cet art sont connus, de manière que leurs définitions naissent de tout ce qu’on a déjà dit de la chose définie.

4La proposition se composant de trois mots essentiels, et ne pouvant exister sans ces trois mots exprimés, ou faciles à suppléer, ou à sous-entendre, il semble que cette leçon ne devrait être consacrée qu’à traiter du troisième, qui est le mot-lien, appelé verbe. Mais le nom est ordinairement précédé d’un mot trop nécessaire à sa détermination pour que nous puissions séparer deux éléments qui sont naturellement si liés entre eux. Ce mot que Condillac ne craint pas d’appeler adjectif, que presque tous les grammairiens ont appelé article, je le nommerai déterminatif, de la fonction qu’il remplit dans la proposition.

5Nous avons d’abord considéré le nom comme signe d’un objet quelconque. Sous ce rapport, chaque objet devrait avoir son signe, et chaque signe devrait tellement convenir à son objet que celui-ci fût connu aussitôt que celui-là serait énoncé. Cela est vrai de tous les individus de l’espèce humaine, réunis en société. Les rapports que chaque homme a avec ceux de son espèce dans une ville, dans un gouvernement, dans sa propre famille ; les différences qui naissent de ces rapports mutuels ont rendu nécessaires des noms individuels, qui ne pouvaient convenir qu’à chacun en particulier. De là l’origine des prénoms chez les Romains, qui, comme nous, étaient dans l’usage de donner le nom de leur père à chaque enfant d’une même famille. Cet usage a dû nécessairement se perpétuer chez toutes les nations civilisées : chaque homme doit avoir son nom et son prénom ; son nom qui indique la famille dont il est membre ; son prénom qui dise qui il est dans cette famille. Son nom le confondrait avec ses frères ; mais son prénom le sépare de tout ce qui n’est pas lui, et rapporte sur lui seul l’attention de tous ceux qui savent et son nom et son prénom.

6Le nom propre d’un individu doit donc se composer de son prénom et de son nom ; la réunion de ces deux signes ne laisse plus sur la nature, à la fois spécifique et singulière, de cet individu, aucun vague, aucune incertitude : il ne faut qu’un mot de plus pour le faire connaître. Pourquoi donc, dira-t-on, tous les objets n’ont-ils pas des désignations aussi précises ? C’est qu’il importe peu de connaître précisément tel individu d’une espèce plutôt qu’un autre. Un individu ne peut avoir des rapports avec nous qu’autant qu’il appartient à telle espèce. On ne peut donc avoir besoin d’un nom particulier pour distinguer cet individu ; c’est donc assez du nom de l’espèce tout entière. D’ailleurs, quelle mémoire eût jamais retenu une nomenclature qui eût embrassé les noms de chaque être vivant et de chaque chose ? On a donc fait choix d’un seul nom commun à chaque classe d’individus.

  • 1 Grammaire, II, chap, xiv, p. 482 A de l’édition du Corpus. On peut donner la formule de Condillac (...)

7Ici se présente une difficulté. Comment, nous dira-t-on, s’entretenir d’un seul individu choisi et déterminé, au milieu d’une immense multitude ? Comment fixer l’esprit de ceux à qui on en voudra parler ? C’est ici que s’offre de lui-même ce déterminatif, qui, en circonscrivant la trop vaste étendue du nom commun, le rend propre et l’applique à l’individu qu’on veut définir ; ce déterminatif1, nommé jusqu’ici article, et que nous nommerons article encore, pour être mieux compris ; ce déterminatif qu’on avait borné à indiquer seulement le genre et le nombre du nom est donc appelé à remplir une fonction plus importante.

8Oui, sans doute, citoyens, le qualificatif ou l’adjectif (car c’est la même chose) sert à exprimer les formes particulières, ou les modes, ou les manières d’être des objets ; et le déterminatif, à fixer l’esprit sur leur véritable étendue.

9On pourrait, sans lui, prendre le nom dans toute sa généralité ; il n’y aurait aussi que de l’espèce entière qu’on pourrait affirmer une qualité. Le déterminatif vient aussitôt faire disparaître l’équivoque, et répandre sur la proposition un jour qui satisfait l’esprit qui ne veut pas être jeté dans le vague d’une semblable incertitude.

10Le qualificatif peint à l’esprit un mode uniforme, une action qu’on a remarquée dans un autre ; le déterminatif ou l’article ne peint rien à l’esprit ; il n’y a pas, par conséquent, de mot plus conventionnel que celui-ci : sa destination unique est de présenter l’objet tel qu’il doit être vu ; c’est une sorte de régulateur à qui il ne suffit pas qu’on connaisse l’objet dont on s’entretient, il veut qu’il soit connu avec toute la précision possible.

11Les Latins ont négligé d’employer l’article, quoiqu’ils connussent tout le parti qu’en tiraient les Grecs : ils y suppléaient par des pronoms ; mais l’emploi de ces pronoms n’empêchait pas les équivoques, dont ne se sont pas toujours préservés leurs meilleurs écrivains. L’article est donc une de nos richesses.

12Quel est le mot auquel on doit donner ce nom, et quels sont ceux auxquels on l’a donné mal à propos ?

13Presque tous les grammairiens ont dit qu il y avait deux articles dans notre langue, le défini et l’indéfini ; le premier, selon eux, était le, la, les, le second, qu’ils appelaient indéfini, était à et de. Nous leur demanderons d’abord s’il peut y avoir d’article indéfini, si la nature de l’article n’est pas de définir, de déterminer toujours, s’il n’est pas destiné à affecter précisément l’étendue d’un nom, et si même ce n’est pas pour cela qu’on ne l’emploie jamais avec les noms dont l’étendue est fixée par leur nature ;

14Pour nous, citoyens, qui oserons bannir de notre grammaire la dénomination insignifiante d’article, en lui substituant celle de déterminatif, nous ne pourrons admettre le mot d’article indéfini qui se trouve exclu par notre définition. Nous ne connaîtrons donc que l’article défini ; nous allons examiner combien il doit y en avoir de sortes.

15Ici, citoyens, il n’y en a pas un seul parmi vous qui ne possède cette théorie, de manière à n’avoir besoin d’aucuns développements nouveaux ; je n’aurais donc plus rien à dire sur cette matière, si la partie normale de notre cours ne s’offrait devant moi. Comment enseigner aux élèves des écoles primaires ce que c’est que ce mot si mal nommé par les uns, plus mal défini par les autres, faussement divisé par presque tous, et qui doit être moins considéré comme occupant dans la proposition telle ou telle place, et prenant telle ou telle forme, que comme appliquant un nom à tel individu, plutôt qu’à tel autre ? Voici comment je m’y prendrais avec mon élève.

16Transportons-nous, pour un moment, à une de nos écoles primaires, et voici ce que je dirai : « S’il y avait devant vous plusieurs objets, tels que des couteaux, des canifs, des plumes, des clefs, etc., et que, pour couper du pain, ou toute autre chose, vous eussiez besoin d’un couteau, qu’ils fussent tous de différentes formes, et sous vos yeux, que diriez-vous pour en avoir un ? Vous diriez : « Donnez-moi un couteau. » En disant un, votre intention serait-elle de ne demander qu’un seul couteau, d’en spécifier seulement le nombre ? Refuseriez-vous celui qu’on vous offrirait, en disant que ce n’est pas celui que vous avez demandé ? Non, sans doute ; tous vous seraient indifférents ; vous n’auriez dit un couteau que pour qu’on ne vous donnât pas un canif. Vous n’auriez voulu désigner que l’espèce ; ainsi, dans ce cas-là, un n’aurait pas été dans votre esprit un nom de nombre, mais un déterminatif que nous appellerons article énonciatif ou déterminatif énonciatif. Si ce n’est pas seulement un couteau que vous désiriez, mais tel couteau, votre idée n’est plus si vague, si indéterminée, elle est au contraire très précise : le premier déterminatif qui n’a fait qu’énoncer l’objet, et le tirer du milieu de tous les autres, pour le montrer et l’individualiser, n’est plus le mot propre ; il vous en faut un consacré à préciser l’idée, à mettre l’objet sous les yeux, pour qu’on ne vous donne que le couteau que vous demandez ; ce déterminatif est ce, et non pas un : ou ce couteau est déjà connu de vous et de celui à qui vous le demandez, et alors il n’est plus ni sous ses yeux, ni sous les vôtres ; ce n’est plus ni un, ni ce, c’est un mot indicatif par sa nature, mais de l’espèce des deux autres, c’est le. Il y a donc trois moyens de préciser l’objet dont on veut s’entretenir, et ces trois moyens donnent naissance à trois mots appartenant à la même classe, et ces trois mots sont les trois articles, ou les trois déterminatifs, un, ce, le. Mais en allant du premier de ces éléments, qui est ce, au moins déterminé de tous, qui est un ; en allant plus loin encore, et en faisant un pas de plus, ne trouve-t-on pas un terme qui, n’étant aucun des trois, doit nous servir à exprimer une quatrième vue de l’esprit ? Oui, sans doute, il y en a un quatrième que l’absence du déterminatif établit, qui n’a aucune sorte de détermination quelconque, comme dans cet exemple : « Homme pense et raisonne. » C’est là la manière anglaise ; c’est dans cette langue une richesse qui manque à la nôtre, puisque les Anglais qui, comme nous, ont trois déterminatifs, dont le plus connu est le the, ont l’absence de tout déterminatif qui donne au sujet de leurs propositions la plus grande indétermination possible ; nous l’employons proverbialement nous-mêmes, comme dans cet exemple : « Pauvreté n’est pas vice » ; hors ce cas très rare, notre manière de généraliser les idées est d’employer l’article indicatif, le ou la, comme dans cet exemple : l’opinion, la vertu la gloire ; les Anglais, dans ce cas, ne mettraient pas d’article ; l’application des trois articles peut donc se faire ainsi : « Donnez-moi la pomme que vous avez dans votre main », « Donnez-moi une pomme », « Donnez-moi cette pomme. » »

17Il ne sera pas difficile de montrer aux élèves des écoles primaires que l’article est une perfection de plus dans nos langues modernes ; qu’à l’aide de l’article, on dissipe tout le vague qui, à propos du nom, resterait dans l’esprit ; que, semblables à des verres heureusement ménagés, les articles rapprochent les objets à des distances toujours justes, de manière que ces objets ne se portent pas dans un point de vue trop éloigné, ou ne soient pas offusqués par de trop grands rapprochements. Les articles ne sont pas une sorte de luxe, comme l’avait pensé un grammairien ; mais ils sont un moyen essentiel de répandre sur des objets indéterminés une clarté qui en écarte toutes les équivoques.

18L’article sera donc l’annonce fidèle du nom commun ou appellatif ; il le précédera toujours comme pour annoncer qu’il faut bien se garder de le prendre dans toute son étendue : l’article sera donc indispensable dans plusieurs phrases ; il sera superflu et par conséquent déplacé dans quelques autres ; nous nous garderons bien de le diviser en article défini et en article indéfini. Ce qui a donné lieu, sans doute, à cette méprise, c’est qu’on a pris des prépositions pour des articles. Les prépositions à et de ont été aux yeux de quelques-uns des articles indéfinis, parce qu’en effet des prépositions ne désignent rien, ne définissent rien et ne déterminent rien ; et du et aux ont été des articles définis, parce qu’en effet ces mots renferment de vrais articles.

19Il n’y a donc, dirons-nous à nos élèves, que les articles dont nous venons de parler : « Que sont donc, nous diront-ils sans doute, ces petits mots à et de, au et du, aux et des ? » Les premiers, leur dirons-nous, sont de vraies prépositions : donner du pain à Pierre, venir à Paris, sortir d’Orléans ou de Paris, sortir du jardin, enseigner la grammaire aux enfants ; du pain : ici du est le composé de la préposition de et de l’article le, comme s’il y avait de le pain à Pierre. Cet à est une préposition sans article, parce que Pierre, étant un nom propre, n’a pas besoin d’être déterminé. Sortir d’Orléans est encore une préposition simple et sans article ; mais sortir du jardin est le même procédé que du pain, aux enfants pour à les enfants, de préposition simple et sans article ; c’est l’ellipse qui se trouve dans les mots au et du, aux et des, qui a fait croire que ces mots étaient simples, quand ils ne sont chacun que les résultats d’une préposition et d’un article. Cette même ellipse a lieu dans la langue italienne, où la préposition di et la préposition a se confondent de même avec l’article qui les suit, de manière à ne faire qu’un mot unique : ainsi on dit en italien : vado al giardino, pour vado, a il giardino ; on dit : vengo dal giardino, pour : vengo da il giardino. La langue anglaise est plus sévère ; elle n’a pas voulu de ces sortes d’ellipses ; elle a conservé, dans son entier, l’article the ; la préposition et l’article restent donc dans leur intégrité, sans jamais se mêler ni se confondre, et les Anglais disent : the beauty of the garden, la beauté de le jardin ; I am coming from the garden, je viens du jardin. Cette forme anglaise serait bien plus philosophique, puisqu’une double vue de l’esprit a aussi deux formes différentes, nous seuls n’en avons qu’une seule, et nous employons la même préposition et le même article, soit que nous exprimions qu’une chose appartient à une autre, soit que nous exprimions l’idée contraire. Ainsi nous disons : « Je viens du jardin », beauté du jardin, ce qui est absolument opposé. Cependant le mot elliptique du est ici précisément employé pour deux vues si différentes.

20Nous appellerons ces quatre articles au, du, aux, des, articles composés : nous aurons toujours le soin de les décomposer sous les yeux des élèves ; et c’est cette décomposition qui servira à leur rendre raison non seulement de l’espèce d’ellipse qui se trouve dans chacun de ces mots qu’il vaudrait mieux appeler contractions, mais encore des ellipses bien plus essentielles, qui précèdent souvent les mots du et des, comme dans cet exemple : « Du pain et de l’eau suffisent à l’homme, pour ne pas mourir de faim. »

21Régnier et Restaut prétendent que ces noms du et des sont le vrai sujet de cette phrase ; nous observerons, avec Beauzée, que toutes les fois qu’il y a dans une phrase une préposition, il y a, par cela seul, un signe de rapport entre deux termes, entre un mot et un mot ; ainsi nous dirons que dans l’exemple proposé, les mots pain et eau étant le complément de deux prépositions qui les précèdent, les deux prépositions elles-mêmes sont aussi nécessairement précédées chacune d’un mot qui se trouve sous-entendu, qui se trouve en rapport avec les compléments de la préposition qui le suit, comme si l’on disait : « Une quantité de le pain et une quantité de l’eau suffisent », etc. L’embarras où l’on est quelquefois de trouver le véritable mot ellipsé ne doit pas faire croire qu’il n’y a point de mot retranché. La règle que nous expliquons est très évidente, et l’irrégularité blesserait trop toutes les analogies pour ne pas préférer cette sous-entente, toute difficile qu’elle pût être à suppléer. Qu’on ne dise donc plus que dans cette phrase : « J’ai vu des hommes », « Je demande du pain », hommes et pain étant l’objet d’action du verbe qui précède, c’est comme s’il y avait dans l’une de ces phrases : « J’ai vu homme », « Je demande pain » ; ce n’est pas la manière d’exprimer ce nom. La première doit se traduire ainsi : « J’ai vu une multitude de les hommes », et les Anglais traduisent ainsi : I have seen some men, ce que nous traduirions ainsi nous-mêmes : « J’ai vu quelques hommes. »

22Surtout ne nous laissons pas tromper par des analogies qui n’ont jamais existé dans les langues ; n’allons pas nous laisser persuader que ces prépositions du et des sont des caractères du génitif et de l’ablatif, quand nous ne pouvons nous dissimuler que notre langue n’a ni cas ni déclinaisons. La seule distinction qu’il y ait à faire dans les deux prépositions, quand nos voisins en ont deux, pour lesquelles nous n’avons qu’un seul et même signe, c’est que l’une est presque toujours un signe de propriété, un signe de possession et de cause entre le premier et le second mot, entre lesquels elle est ordinairement placée, comme dans ces exemples : « Le fils de Philippe était Alexandre » ; « Aristote le reçut de Philippe pour l’élever. »

23La préposition de, dans la première phrase, indique que Philippe est la cause et son fils l’effet ; dans la seconde, la préposition de est une préposition d’extraction ou de privation, qui indique le contraire de la préposition de de la première phrase : elle montre qu’Aristote ayant reçu Alexandre de Philippe, celui-ci ne l’a plus ; il est dans les mains et dans la possession d’Aristote.

24Serait-il vrai qu’il n’y a en effet que trois articles ? L’énonciatif, l’indicatif et le démonstratif; un, le, ce, au singulier ; des, les, ces, au pluriel ? Ici, citoyens, je vous prie d’observer avec moi que cet élément de la parole, plus intéressant que ne l’avaient pensé quelques grammairiens, doit être considéré d’abord comme genre ; qu’on doit sous-diviser ce genre en espèces, quand on le détache de la totalité des autres éléments qui entrent dans la composition du discours ; que considéré comme genre, sa destination est de déterminer plus ou moins le nom dont il est toujours le précurseur ; que la détermination plus ou moins précise n’en change pas la nature, qu’on en multiplie seulement les sortes ou les espèces ; qu’il ne reste donc plus qu’à examiner si, en les fixant au nombre de trois, nous les avons tous embrassés. C’est, citoyens, ce que je crois pouvoir conclure des termes de la doctrine des grammairiens qui ont le mieux traité l’article.

25Beauzée lui-même, qui m’a paru supérieur à tous les autres, sans l’avoir enseignée précisément comme Court de Gébelin, nous y conduit : il ne veut, ce semble, comme Condillac, qu’un seul article ; et cependant il dit formellement que ces mots tout, chaque, nul, aucun, sont les marques de la généralité ou de l’universalité des propositions ; que cette généralité ou universalité dépendent de l’étendue du sujet, et l’étendue de celui-ci dépend du mot qui fixe ou détermine cette étendue : ces mots appartiennent donc tous à la classe des articles, à l’espèce de dénonciatif, le plus étendu de tous.

26Beauzée ajoute encore les mots quelque et un, en disant que chacun de ces mots marque aussi un individu de l’espèce dont on parle ; mais ce prénom, dit-il, ne désigne pas essentiellement cet individu : que faut-il conclure là ? Que ces mots n’appartiennent pas à l’espèce la plus déterminée du genre des articles. Oui, sans doute ; mais il ne fallait pas en inférer qu’ils ne faisaient pas partie du genre, et peut-être pouvait-on se passer d’inventer une nouvelle dénomination pour ce mot-là.

27Quant au nom d’adjectif métaphysique, que plusieurs grammairiens, Beauzée entre autres, et même Condillac, donnent à l’article, peut-être n’est-il pas aussi contraire à sa nature que le qualificatif qui en exprime le terme. De tous les articles et de tous les déterminatifs, celui qui, dans les langues modernes, est le plus important, et surtout dans la nôtre, c’est l’indicatif connu par les mots le, la, les, et chez les Anglais par le mot the. L’article exprimé par un, par tout, par chaque, par nul, ou par aucun, ne saurait être employé bien fréquemment ; on énonce rarement des propositions générales. L’article ce s’emploie plus souvent : les hommes n’aiment point l’indétermination ; mais l’article le est surtout l’article de la langue française. Il sert à tirer du milieu de son espèce un individu ou un tout remarquable, et il le détermine sans nul secours ; ainsi on dit en France la République, la Convention, et on est sûr d’être entendu. On dit dans l’univers le Soleil, la Lune, et on n’a pas besoin d’autres explications ; le Soleil, comme si on disait le seul. Cette étymologie est de Cicéron. On appelle, dit-il, le Soleil le seul, parce qu’il est en effet seul, quand il paraît, que devant lui disparaissent tous les autres astres.

28Quelquefois ce déterminatif le met sous les yeux l’espèce entière, comme quand nous disons : « L’homme seul parle, s’entend et se fait entendre. »

29L’homme, dans cette phrase, est un tout individuel et métaphysique, un individu spécifique, qui signifie l’espèce humaine, la collection de tous les hommes. Il n’y a rien sans doute dans la nature à quoi ce nom, ainsi déterminé, puisse convenir. Aussi ce déterminatif est-il justement appelle déterminatif métaphysique ; c’est en l’expliquant qu’on conduira facilement les élèves à des abstractions encore plus difficiles ; qu’on leur fera entendre deux mots qui se rencontrent souvent dans la langue des naturalistes et dans celle des grammairiens, la nature et l’art.

30La nature, pourrions-nous dire à nos enfants, n’est autre chose que l’ordre constant des êtres et des choses. Cet ordre subsiste sans que les hommes aient besoin de le diriger, de le régler ; il suffit de ne le pas contrarier. L’art est l’effet de l’humaine industrie qui, aidée par des observations régulières, a tracé des règles ou des principes, d’après lesquels les hommes perpétuent les inventions des premiers inventeurs. C’est d’après cette distinction si simple qu’il est si aisé de prouver que la parole est une faculté de la nature et un effet de l’art. Un don de la nature, quant à la possibilité et à l’extrême facilité que les hommes ont à parler ; un effet de l’art, quant à la nullité de cette faculté précieuse lorsqu’elle n’est pas exercée ou par l’art, comme chez le sourd-muet qui apprend à articuler, à combiner des sons ; ou par l’imitation, comme chez l’entendant, qui répète les sons et combine les mots, comme il les entend combiner aux autres.

31J’ai voulu confirmer par ces nouveaux développements la réponse que j’ai faite, à la conférence précédente, à une objection qui m’a été faite sur cette phrase, qui se trouve dans une de mes leçons : « La parole est-elle si naturelle à l’homme qu’il n’ait besoin pour exprimer ses idées par des sons articulés ni du secours de l’instruction, ni de celui de l’expérience ? »

32L’homme de tous les pays ne parle que la langue qu’il a apprise dans le sien ; ainsi, nous le répéterons sans cesse, la parole est un art. On parle sans doute sans savoir aucune règle du langage, comme on chante fort agréablement sans connaître les règles du chant ; et la musique n’en est pas moins un art.

33L’article se supprime toutes les fois qu’un nom substantif de sa nature est qualificatif d’un autre substantif, ou qu’il est pris dans toute l’étendue de sa signification : c’est alors le nom de l’espèce entière qui n’est plus considéré comme un individu spécifique. Et c’est ici que les élèves des écoles primaires doivent être bien exercés sur la distinction à faire des mots qualificatifs adjectifs, avec des qualificatifs individuels. Il ne faut pas se dissimuler que ceci sera un peu difficile pour des élèves d’écoles primaires. La manière de le leur faire distinguer sera celle-ci : le qualificatif ou l’adjectif (car c’est la même chose), toutes les fois qu’il est employé pour indiquer une propriété du nom qui précède, est alors sans détermination, comme dans cet exemple : une table de marbre, un bas de soie. Le qualificatif est individuel quand il est saisi d’une détermination quelconque qui individualise l’objet dont on parle : « J’ai fait faire cette table du marbre qui m’a été apporté d’Italie », « Ce ruban a été fait de la même soie dont vous avez fait faire des bas. » Et quand on ne détermine pas le dernier mot, on doit dire : une table de marbre, un ruban de soie ; on ne doit pas dire : une table du marbre, un ruban de la soie.

34Le déterminatif est donc consacré à individualiser les objets, soit comme membres ou parties d’un genre, d’une espèce, ou d’un tout quelconque ; soit comme espèce entière, exprimée alors par un seul nom, comme un seul individu ; comme ce nom : les Français, l’armée française, le sénat français, l’École normale.

35La, le, les ne sont pas toujours de simples articles, ils sont aussi objets d’articles.

36Ces mots ont tant de ressemblance avec le déterminatif de la seconde espèce qu’il est aisé de les confondre. Une seule phrase peut nous fixer là-dessus. La voici : « Le Soleil se lève dans ce moment ; voyez-le se lever. »

37Il y a là, comme vous voyez, deux fois le. Le premier est déterminatif du nom qui le suit ; le second est l’objet d’action, autrefois appelé pronom conjonctif, qui tient la place du mot Soleil qu’on ne peut pas répéter. « Admirez ce bel astre, contemplez-/e. » Ce le est encore l’objet d’action du mot qui le précède. « La Lune est au premier quartier ; regardez-la. » C’est ici un second exemple pour la même règle.

38Les articles peuvent être utiles dans les langues transpositives ; mais les langues analogues, telles que la nôtre, ne peuvent s’en passer. Que de vague n’y aurait-il pas dans les différents tableaux de la pensée, si on supprimait les articles ! Ces petits mots répandent non seulement la vie dans les discours, mais des grâces et un charme que rien ne saurait remplacer. C’est aux articles que le discours doit des nuances et une précision sans lesquelles il serait terne, obscur et souvent sans signification. Qu’on en juge par un rapprochement fait par Court de Gébelin, du même morceau écrit d’abord sans article, et puis avec les articles. Ce morceau est tiré des Métamorphoses d’Ovide, livre I, métamorphose XIV :

Premier amour d’Apollon, Daphné Pénéenne, que ne donna pas sort aveugle ; mais cruelle colère de Cupidon. Dieu de Délos fier du serpent, récemment vaincu, avait vu celui-ci occupé à tendre arc ; qu’ont de commun, lui dit-il, avec toi, folâtre enfant, armes redoutables ? Nous sommes seuls capables de porter elles ; nous sommes seuls contre qui animaux et adversaires feraient efforts impuissants pour garantir vie d’eux. Nous qui par grêle de flèches avons abattu énorme Python, qui de ventre infect couvrait si vaste étendue de terrain : qu’il te suffise avec flambeau d’attiser je ne sais quels amours, ne t’attribue pas gloire de nous.

39Remettons les articles, et voyons les tableaux qu’ils nous donneront :

Daphné, fille de Pénée, inspira, la première, de l’amour à Apollon. Ce ne fut pas un jeu du sort aveugle ; ce fut celui de la vengeance cruelle de Cupidon. Le dieu de Délos, fier de la victoire qu’il venait de remporter sur le serpent, aperçut ce petit dieu occupé à tendre un arc. Qu’ont de commun, lui dit-il, avec toi, folâtre enfant, ces armes redoutables ? Nous sommes seuls en droit de les manier, nous à qui ne peut résister aucun animal, aucun adversaire ; nous qui, sous la grêle de nos flèches, avons fait tomber l’énorme Python, qui, de son ventre infect, couvrait une si vaste étendue de terrain. Qu’il te suffise d’attiser avec ton flambeau je ne sais quels amours, et n’ose plus aspirer à notre gloire.

40Vous voyez, citoyens, dans la comparaison de ces deux morceaux, la différence de l’un et de l’autre ; ce sont les articles qui produisent cette différence ; vous voyez de combien de richesses nous sommes redevables aux articles déterminatifs. La séance prochaine sera consacrée à traiter des pronoms.

Notes

1 Grammaire, II, chap, xiv, p. 482 A de l’édition du Corpus. On peut donner la formule de Condillac ouvrant le chapitre comme une illustration générale de sa manière : « L’article, Monseigneur, a fort embarrassé les grammairiens, et c’est la chose qu’ils ont traitée le plus obscurément. M. du Marsais a commencé le premier à débrouiller ce chaos. M. Duclos y a répandu un nouveau jour. Je n’entreprendrai pas de réfuter ce que les autres grammairiens ont dit à ce sujet, parce que de pareilles critiques vous seroient tout à fait inutiles. » C’est dans ce cadre, d’une grammaire plus raisonnée que générale, et surtout plus philosophique que grammaticale, que s’inscrit Sicard. Même s’il se range à l’avis de Beauzée, comme dans le cas du verbe, il procède en pédagogue de l’enfance, et l’enfance muette le conduit à majorer l’aspect pragmatique, ou même psychologique par rapport à la description de la langue. Du reste, il use de ce mot de « déterminatif » comme fait Condillac dans le même texte, et sans s’expliquer sur la différence avec l’emploi par Beauzée du couple déterminatif/indéterminatif à l’article « Mot ». Cf. ses Éléments, t.1, chap, v, et le Cours d’instruction, chap. xxv. C’est cette doctrine de « philosophe » que l’on retrouve dans la Grammaire de Tracy, chap. iv, et dans l’Éloge de Du Marsais par Gérando (p. 42-43).

© Éditions Rue d’Ulm, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540