Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’École normale de l’an III. Vol. 4, Leçons d’analyse de l’entendement, art de la parole, littérature, morale

 | 
Jean Dhombres
, 
Béatrice Didier

Leçons d'art de la parole de Sicard

Dixième leçon

22 ventôse/12 mars

Texte intégral

1Plus vous paraissez prendre intérêt à l’instruction des sourds-muets de naissance, plus je me crois obligé de prévenir toutes les objections que vous pourriez me faire, et de résoudre d’avance toutes les difficultés qui pourraient s’élever dans votre esprit sur la certitude de ses succès ; et pour cela je dois vous rappeler, en peu de mots, le but de cette intéressante invention.

2Le sourd-muet de naissance se trouvait exclu, en quelque sorte, de la société au milieu de laquelle il venait de naître, par l’obstacle invincible que présente à toute espèce de communication la privation du sens de l’ouïe.

  • 1 Cf. 7 pluviôse et supra, note 17.

3La philanthropie de mon illustre prédécesseur chercha à réparer cette privation cruelle, et il fut assez heureux pour ne pas se tromper dans le choix des moyens. Cet homme à jamais célèbre, convaincu que les mots, dans toutes les langues, n’étaient autre chose que des signes convenus de nos idées, trouva, en généralisant cette idée si simple, que tel signe n’exprimant telle idée que par convention, la convention avait donc tout fait dans le choix des signes1 : il vit que la nature s’était bornée à donner l’instrument, et que l’art seul avait appris à s’en servir et à lui faire rendre des sons : il n’est donc pas si absurde de dire que la parole est un art, et d’ajouter qu’on apprend à parler comme on apprend à marcher, comme on apprend à chanter, comme on apprend à écrire, comme on apprend à peindre, etc. Mais comment communiquer cette science à un être qui ne pouvait entendre, qui ne pouvait parvenir à imiter des sons et à les répéter ?

4Le célèbre l’Épée ne renonça pas même à cette tentative qui avait été faite sans succès par les Allemands, les Espagnols et les Anglais ; mais il reconnut avec raison que d’autres signes pouvaient aussi remplacer des signes parlés, et les Romains en avaient d’avance fourni le modèle ; tout le monde connaît les prodiges de la pantomime chez eux.

5Le père des sourds-muets fit donc quelques essais dans ce genre, et ces essais réussirent : il observa le sourd-muet ; il vit que, sans aucune instruction, il exprimait ses besoins physiques, qu’on pouvait, par les mêmes signes, faire passer dans son esprit l’expression des mêmes besoins, lui indiquer les choses qu’on voulait lui désigner : ce furent là les premiers mots de cette langue si nouvelle, que ce grand homme a enrichie depuis de manière à étonner toute l’Europe, et à faire dire à un voyageur célèbre, qui voulut fonder une institution pareille dans sa capitale, qu’il n’avait rien vu à Paris d’aussi surprenant, et qui fût aussi digne des regards d’un observateur philosophe. Cependant, citoyens, il n’était pas alors certain que, par ces essais merveilleux, on eût atteint le but d’utilité qu’on s’était proposé. Le sourd-muet pouvait avoir appris la nomenclature des mots de notre langue et être encore bien loin de comprendre les formes de nos phrases ; il pouvait même être en état d’en écrire tous les mots, sous la dictée des signes, et ne pas comprendre le sens et la véritable valeur de ces mots, surtout quand ces mots cessaient d’être des noms propres, des signes d’actions physiques ; et voilà, citoyens, ce qu’il fallait bien observer. Le sourd-muet pouvait donc écrire, sans y avoir été préparé, des phrases dictées sur-le-champ, comme l’a fait mon élève à la dernière séance, et n’être encore (observez bien ceci) et n’être encore qu’un automate bien dressé, qu’un imitateur sans réflexion.

6On n’avait par conséquent rien fait pour le progrès de la raison du sourd-muet, et on n’avait encore fait que le premier pas. Tout ce que vous avez admiré jusqu’ici pourrait donc n’être encore presque rien, parce que l’on ne sait pas toujours une langue, lorsque l’on sait en écrire les mots, comme on ne sait pas toujours le latin quoiqu’on sache le lire.

  • 2 C’est pour désarmer ces soupçons que Sicard propose les trois procédés dont la suite des leçons pr (...)

7Il était donc possible que le sourd-muet d’autrefois écrivît, sous la dictée des signes, une lettre qu’on lui présenterait pour la première fois, quoiqu’il ne sût lui-même rien exécuter de ce qu’on lui recommandait dans cette lettre ; il était possible que tous les signes fussent tellement convenus, qu’il les écrivit exactement à propos de chacun des mots correspondants : tout était donc à faire tant qu’on ne pouvait parler au sourd-muet, en l’absence de son instituteur, quand l’écriture ne remplaçait pas, sur-le-champ, la parole de celui qui voulait lui exprimer ses idées, et tant que le sourd-muet, à son tour, ne connaissait pas assez notre langue pour exprimer par l’écriture les affections de son âme et les idées de son esprit. Je suis donc bien loin, citoyens, de vouloir affaiblir les doutes que peuvent faire naître les procédés dont je vous ai jusqu’ici rendus témoins ; je viens au contraire les fortifier, pour un moment, pour vous préserver des prestiges d’une admiration spontanée, et vous armer en quelque sorte contre moi-même2. Pour dissiper aujourd’hui le reste des soupçons que je n’ai fait encore qu’attaquer, je viens, citoyens, déposer ici le rôle d’acteur, pour ne plus remplir que le vôtre ; il faut vous assurer vous-mêmes que le but de cette découverte est rempli, que le sourd-muet n’est plus sourd pour ceux qui savent lui écrire, qu’il n’est plus muet pour ceux qui savent lire.

8J’ai fait apporter quatre petites planches qui vont vous être distribuées ; et quelqu’un de vous aura la bonté d’écrire sur ces planches ce qu’il veut que le sourd-muet exécute sur-le-champ.

9Cette écriture sera la parole de celui qui l’aura faite ; et si le sourd-muet fait ce que vous lui aurez écrit, il est certain que vous en aurez été entendu.

10Il ne faut pas lui faire encore des questions ; avant d’écrire, il y a ici une observation à vous faire : je vous propose trois procédés :

11Le premier, c’est celui d’écrire sur la planche une action, ou deux ou trois actions, que vous désirez que fasse le sourd-muet en présence de tout le monde.

12Le second est de lui faire une question sur ce que vous voudrez.

13Le troisième, de faire des actions devant lui, et il en rendra compte ; ce sont les trois grandes preuves après lesquelles il ne doit plus rester aucune espèce de doute.

14Voilà une planche écrite : je la donne à mon élève ; lorsqu’il l’aura lue, il fera, sans doute, ce qui y est écrit. Il y a sur cette planche le mot représentant ; je prie celui qui a écrit d’ajouter au mot représentant ces mots-ci : du peuple. Je vous observerai que ce mot représentant tout seul ne peut être entendu que par nous qui avons fait l’ellipse de ces mots, du peuple, et qui y sommes accoutumés ; pour lui, il ne conçoit cette même idée qu’autant qu’elle est complète, et elle l’est par ces mots : représentant du peuple ; mais je lui apprendrai que dans l’usage ordinaire, lorsqu’on dit seulement représentant, cela signifie représentant du peuple.

15Voici ce qu’a écrit le citoyen : « Je prie le sourd-muet d’approcher du représentant du peuple, et de lui indiquer le quantième du mois, après lui avoir serré la main. »

16L’élève a écrit ce qui suit : « Je ne sais pas ce que c’est que le quantième du mois », « Le représentant est, je crois, celui qui porte à son chapeau le plumet tricolore. »

17Sicard. Il ne sait pas ce que c’est que le mot quantième ; je prie donc l’instituteur-élève d’effacer ce mot, et d’y substituer ces mots : « Quel jour c’est du mois ? » Je lui apprendrai tout à l’heure le mot quantième.

18Le sourd-muet. C’est jeudi 12 mars 1795 (vieux style), et duodi 22 ventôse an troisième de la République (nouveau style).

19— Massieu, quel est ton âge ?

20— Vingt-trois ans.

21— Massieu, embrasse ton meilleur ami.

22(Ici Massieu a embrassé le citoyen Sicard.

23 Je prie Massieu de se moucher.

24Je prie Massieu d’embrasser une des citoyennes.

25(Ici l’élève se mouche et embrasse une des citoyennes.)

26— Massieu, quel est le lieu de ta naissance ?

27— Je suis’ de Semens... district de Cadillac... département de la ci-devant Gironde.

28— Je prie Massieu de nous dire l’heure qu’il est.

29— Il est à une heure et quatre minutes.

30Sicard. C’est une tournure bien extraordinaire, et que vous pourrez trouver baroque ; mais voici pourquoi il dit : « Il est à une heure » ; il rapporte cette proposition au temps, afin de s’en former une idée nette ; c’est donc comme s’il disait : « Le temps est à une heure. »

31— Qu’est-ce que l’amitié ?

32— Un homme aime un autre qui l’aime aussi, ils s’attachent fortement ensemble ; c’est ce sentiment du cœur qui fait avoir de l’amour pour celui que l’on aime, et par qui l’on est aimé. Cela ne se dit pas des choses.

33Sicard. Je voudrais vous faire une observation qui mérite peut-être quelque considération ; c’est que les mots doivent être classés en famille : or le mot amour est ce qu’on appelle la racine de toute la famille ; c’est là que l’on prend tout ce dont on a besoin pour définir le sentiment du cœur ; ainsi, lorsqu’il définit l’amitié, il a recours au genre, et dit : « C’est l’amour que deux personnes ont l’une pour l’autre. »

  • 3 Massieu (1772-1846) était alors l’élève le plus célèbre de Sicard. L’édition de la Théorie des sig (...)

34Un eleve. Il me semble que Massieu3, dans une des séances précédentes, a répondu plus nettement, en disant de l’amitié qu’elle était un sentiment du cœur qui nous entraînait vers la personne qui en était l’objet ; moins par un attrait d’instinct que par un choix raisonné et l’effet de l’estime.

35Sicard. Comme je me suis toujours préservé de lui suggérer les idées, voilà pourquoi il ne fait pas toujours réponse à une même question dans les mêmes termes ; il s’exprime comme il sent dans l’instant où on lui fait une question. Si c’était un enfant qui n’eût dans la tête qu’un catéchisme de questions et de réponses, il répondrait toujours de la même manière, et s’exprimerait dans les mêmes termes, sur les mêmes questions.

36— Je demande à Massieu s’il a connu Dieu, et ce que c’est que Dieu, et quelle idée il en a.

37— Je vous réponds que je le connais ; mais avant d’entrer dans l’institution des sourds-muets, je ne le connaissais pas ; j’étais comme les animaux. Dieu est un être spirituel, incorporel, éternel, créateur et conservateur de tout ce qui existe dans la nature ; je n’en ai pas l’idée, mais j’en ai la croyance.

38Ici, toute la salle a retenti d’applaudissements unanimes, qui ont interrompu la lecture de la réponse.

39Sicard. Il ajoute : « Mais nous ne pouvons pas le voir avec les yeux du corps. » Voilà pourquoi il dit, sans doute : « Je n’en ai pas l’idée. » Mais voici une autre question intéressante. On lui demande quelle idée il a de la musique.

40— Je ne puis jamais la comprendre ; c’est impossible à un sourd-muet, et ce ne l’est pas aux entendants.

41Sicard. A la prochaine séance, plusieurs d’entre vous feront devant le sourd-muet toutes les actions qu’ils voudront, et il nous en rendra compte par écrit.

Notes

1 Cf. 7 pluviôse et supra, note 17.

2 C’est pour désarmer ces soupçons que Sicard propose les trois procédés dont la suite des leçons pratiques sur les muets donnera la démonstration (même si les éditeurs de 1800-1808 ont manifestement interverti certains textes, cf. infra, notes 83 et 87 et notre résumé chronologique). On voit que, loin de briller d’un éclat emprunté au modeste abbé de l’Épée, comme dira Thibaudeau, rétractant ses premiers hommages, (cf. notre introduction, p. 188), Sicard, qui est bien conscient de la nouveauté réelle qu’il apporte puisqu’il a su raisonner la syntaxe et apprendre au sourd-muet à répondre à des phrases comme à en faire spontanément, évoque les succès de son prédécesseur, célèbres en effet dans toute l’Europe. Et il laisse dans l’ombre le fameux épisode de Vienne, qu’il révèlera le 19 floréal en faisant, sur la demande de Cavayer, le point sur son originalité et sur les défauts qu’il présente ici comme dans l’abstrait - mais que le journaliste de Vienne avait publiés comme ceux de la méthode l’Épée suivie par son élève à Vienne (cf. Gérando). Pour les polémiques antérieures, mettant en jeu la discussion avec les tenants de l’apprentissage par prononciation, dont Péreire, visé plus haut par Sicard, voir La Véritable Manière..., op. cit., Avertissement, et pour les aspects religieux de l’affaire, voir les pièces en latin jointes à la troisième partie. Nous avons évoqué en introduction les échos de ces polémiques, et la critique d’une instruction éduquant à répondre à la messe, mais comme des machines.

3 Massieu (1772-1846) était alors l’élève le plus célèbre de Sicard. L’édition de la Théorie des signes de 1808 comporte en annexe une notice sur sa vie. En 1815, paraît à Londres un recueil des définitions et réponses les plus remarquables de Massieu et Clerc à des séances publiques de Sicard en cette ville, où il semble qu’il soit parti avec ses deux répétiteurs au moment des Cent-Jours (cf. bibliographie, supra, p. 208). La notice de Berthier s’achève par deux chapitres consacrés à Massieu et Clerc. Au sujet de Massieu il est dit : « Quel grand bruit ont fait ses définitions aux exercices publics de l’abbé Sicard ! » Parmi ses réponses recueillies dans la Théorie des signes, on peut lire : « Un sens est un porte-idée. » (t. II, p. 646) Et sans doute est-ce à une séance publique que renvoie ici l’élève ? Il a apparemment une mémoire exacte puisque la définition de Massieu semble bien plutôt convenir à l’amour, et que Sicard vient d’éprouver le besoin de l’expliquer en disant que Massieu a répondu en remontant au genre qui sert à définir tous les sentiments du cœur. Mais on voit que les réponses comme celle sur Dieu ont aussi fait grand bruit à l’Ecole normale...

© Éditions Rue d’Ulm, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540