Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’École normale de l’an III. Vol. 4, Leçons d’analyse de l’entendement, art de la parole, littérature, morale

 | 
Jean Dhombres
, 
Béatrice Didier

Leçons d'art de la parole de Sicard

Cinquième débat

17 ventôse/7 mars

Texte intégral

1Sicard. Dans la séance précédente, nous vous avons exposé l’art d’instruire les sourds-muets de naissance ; nous ne sommes arrivés qu’à la phrase simple, encore nous a-t-il manqué un élément fort essentiel, qui est l’article. Ce serait le cas, pour ne rien laisser à désirer, d’en développer la théorie.

2Mais, comme je suis très pressé de répondre aux difficultés que je puis avoir fait naître par mes procédés au sujet de cet art merveilleux, cette séance sera consacrée à résoudre ces difficultés, et à répondre à toutes les questions qui me seront faites.

3D’après ce que vous avez vu, vous devez conclure que le sourd-muet doit connaître la nature du nom substantif, celle du nom adjectif, celle du verbe, la théorie des temps, la conjugaison, la théorie de la préposition et de son régime.

4C’est sur quoi vous pouvez tous me faire des questions ; et pour vous ramener au point où nous en sommes restés dernièrement, je dois vous rappeler qu’il me fut proposé de dicter une phrase simple. Nous trouvâmes sur notre route un mot qu’il fallut expliquer. L’explication de ce mot nous entraîna plus loin que nous n’avions pensé, et le temps de la séance fait avant que la phrase qui m’avait été proposée pût être dictée. C’est aujourd’hui le cas, non de reprendre cette phrase, parce que j’aurais eu le temps de préparer mon élève à l’écrire sous ma dictée, mais de me proposer une autre phrase, et de la dicter par signes. Je vous expliquerai chaque signe, et le rapport du signe avec l’idée. Vous me ferez toutes les objections ; et pour vous mettre à votre aise, il ne faut pas me considérer ici comme le professeur de cet art, il faut me considérer comme un de vous, comme absolument étranger à la chose, qui cherche bonnement à établir des moyens de communication entre ces êtres infortunés et les autres hommes, et qui craint d’autant plus d’être trompé, qu’il souhaite davantage de ne pas l’être.

5Ainsi, ne craignez pas de m’offenser en me faisant part de vos doutes, même de vos soupçons : plus une chose est étonnante, plus on doit se tenir en garde contre celui qui la propose ; car il serait possible qu’il fût trompé tout le premier, parce qu’on croit facilement ce qu’on désire.

6Voyez, citoyens, quel est celui de vous qui veut me proposer une phrase simple, et je vais la dicter à mon élève qui l’écrira sur la planche noire, d’après ma dictée.

7Le citoyen Barran dicte cette phrase : « Le remords punit le crime mieux encore que la loi. »

8Sicard. Le citoyen me propose cette phrase : « Le remords punit le crime encore mieux que la loi. » Je lui observerai que le mot remord n’est peut-être pas connu de mon élève. Je vais m’en assurer en le lui demandant.

9(Ici le Professeur demande par signes au sourd-muet ce que c’est le remords.)

10Le sourd-muet écrit la demande, et y répond en ces termes : « Le remords est le brisement des fautes déjà faites, que fait le cœur contrit. »

11Sicard. Il semble qu’il faudrait dire : « C’est le brisement du cœur, occasionné par les fautes. » C’est comme cela que nous dirions ; mais le mot des est plus riche dans sa langue, puisqu’il a une plus grande extension, il fait appartenir le mot brisement au mot faute ; nous avons des exemples d’une pareille acception. Déjà faites est un pléonasme : dès que c’est un brisement, les fautes sont déjà commises, et c’est un brisement du cœur contrit. C’est le cœur qui fait ce brisement. Il faut, citoyen, lui faire grâce du choix des mots ; mais il est certain que la chose y est.

12Un éleve. Je désirerais savoir comment votre élève a pu concevoir l’idée que nous avons attachée au mot remords.

  • 1 Cette classification est donnée comme communément admise. Elle fera l’objet de présentation dans l (...)

13Sicard. Il y a trois sortes d’idées, il doit donc y avoir trois sortes de signes1. Les idées qui se rapportent aux opérations physiques ; les idées que je rapporte à l’intelligence pure, et que j’appelle idées intellectuelles ; les idées que je rapporte au cœur, que j’appellerai idées morales. Il est essentiel de convenir d’abord de cette explication et de ces dénominations : s’il y a trois sortes d’idées, il y a donc, et il doit y avoir trois sortes de signes ; savoir, des signes purement matériels, des signes intellectuels, s’il est possible que des signes physiques puissent être intellectuels, et des signes moraux. Toutes les idées qui appartiennent à la volonté se peignent dans la physionomie, comme j’aurai occasion de vous le faire voir. Les idées des choses purement matérielles doivent avoir pour expression des signes purement matériels ; et ces signes, citoyens, sont ordinairement des signes de forme. Les idées purement intellectuelles appartiennent à un principe dont les expressions ne peuvent pas être sensibles. Alors, j’examine l’analogie qui se trouve entre les idées des choses purement matérielles et celles-ci : et comme il est de fait qu’il n’y a pas d’opération intellectuelle qui n’ait quelque analogie avec quelque opération purement physique, je trouve alors dans les signes physiques de quoi peindre ces idées intellectuelles, comme on a trouvé dans le langage propre de quoi former ce qu’on appelle le langage figuré ; et dans celui-ci de quoi exprimer tout ce qui appartient à l’entendement. Ainsi de même qu’il n’y a pas de mot intellectuel qui ne trouve sa source dans une signification physique, de même les signes intellectuels (je demande toujours grâce pour ces expressions) prennent leur source dans les signes physiques. Je vais en donner, en passant, quelques exemples. Le mot intelligence est certainement un des mots le plus abstraits ; les mots compréhension, conception, esprit, âme, sont tous abstraits, et les choses exprimées par ces mots sont nécessairement très abstraites ; et malgré cela, ces mots ne le sont pas quand on remonte jusqu’à leur origine. Car ce mot, intelligence, vient de intus-legere, lire au-dedans. Compréhension, qui lui est presque synonyme, vient de comprehendere, qui vient lui-même de prehendere, qui signifie prendre. Le mot esprit vient de spiritus, air, souffle, respiration ; vous voyez tout le reste. Par conséquent si dans la confection des langues on peut trouver dans le langage physique de quoi peindre les idées métaphysiques, il est certain que je pourrai aussi, dans des signes matériels, aller chercher les signes qu’il me fallait pour peindre ces idées. Maintenant voici la question qui m’est faite : qu’est-ce que c’est que le remords ? Le mot remords vient du mot mordre. Or, ce mot signifie déchirer avec ses dents, ronger une chose quelconque. C’est précisément ce que fait le souvenir du crime dans les hommes chez qui le remords n’est pas étouffé ; ce souvenir a, pour ainsi dire, des dents qui mordent cet homme, qui l’inquiètent, qui le piquent, qui le rongent, et lui font éprouver cette peine salutaire qui fait que l’homme revient sur sa faute, en sent ce qu’on appelle la douleur, s’en repent, s’en punit et s’en corrige. Ainsi j’ai commencé par dire au sourd-muet, pour lui bien faire connaître la nature de l’âme, qu’il y avait chez nous deux principes d’opérations bien distincts, qu’il y avait de l’analogie entre les opérations de l’un et les opérations de l’autre ; et qu’alors, par comparaison, on se servait des mots qui n’avaient pas été d’abord naturellement consacrés pour expliquer telle idée intellectuelle ; mais que, par comparaison, on se servait de ce langage du premier principe pour exprimer les opérations du second. Alors, j’ai dit : il y a donc un langage comparé, ou un langage de comparaison : un langage de peinture, un langage de figure, un langage figuré. Une observation à vous faire, c’est que dans la langue française, presque tous les autres mots employés à peindre les idées métaphysiques, tous tirés des objets physiques, ont tous un petit caractère, tel que la syllabe réduplicative re, qui semble être la ligne de démarcation entre le monde physique et le monde intellectuel. Tels sont les mots remarquer, reconnaissance, se recueillir, se réformer.

14Je fais cette observation pour le mot mordre : mordre est physique, et remordre, dans ce cas, s’il avait été conservé, serait métaphysique. C’est en disant au sourd-muet : « Le mot que je te dicte est du domaine de l’esprit » ; et alors il sait qu’il est figuré.

15Je m’en vais lui demander si le mot remords est au propre ou au figuré ; et comme vous savez que j’ai un autre moyen de l’interroger, je m’en vais lui écrire cela en l’air.

16(Le Professeur écrit en l’air, comme s’il traçait des lettres sur du papier ou sur une toile, et l’élève lit à rebours la question du Professeur. Cette question est celle-ci : « Remords est-il au propre ou au figuré ? » Le sourd-muet répond ainsi : « Il est au sens figuré ; mordre, c’est serrer, couper, avec les dents la peau du corps de quelqu’un ou des autres choses ; se remordre, c’est être fâché, ou se repentir d’avoir fait beaucoup des fautes, et avoir le cœur brisé, ou rongé avec les dents du souvenir. »)

17Sicard. Il y a ici une légère faute, que je vais faire remarquer à l’élève.

18(Le Professeur fait un signe, et le muet aussitôt corrige sa faute sur la planche.)

19Affre. En admirant l’expression de Massieu, que vous appelez l’homme de la nature, je vous demanderai comment vous êtes parvenu à convenir avec lui des signes manuels, pour lui exprimer vos idées.

20Sicard. II y a deux sortes de signes. Les uns appartiennent à l’alphabet, et ne peignent pas plus les objets que ne les peint notre écriture. Les autres signes, comme je l’ai dit, représentent les formes des objets, et par cette représentation ils en deviennent les images.

21J’ai distribué ces idées en trois classes, je n’y reviens pas. J’ai dit que les idées morales trouvaient leurs signes dans la physionomie, qui, si l’on peut parler ainsi, a ses accents propres. Nous n’avons pas le temps d’entrer, dans ce moment, dans une grande explication ; elle exigerait une trop longue discussion. Je m’arrêterai seulement aux idées des choses purement matérielles.

22Il n’y pas d’objet dans la nature, qui n’ait des formes, des causes, des effets. Il n’y aucune action, au moins physique, qu’on ne puisse peindre par le geste, puisqu’on peut figurer les formes, qu’on peut, en quelque sorte, figurer les couleurs, et figurer les effets ou les causes : le sourd-muet n’est point sans idées, quand je le reçois des mains de ses parents ; s’il n’avait point reçu d’idée par le moyen des objets extérieurs, et s’il n’avait déjà des signes naturels pour les exprimer, il me serait impossible de convenir avec lui d’aucun signe, mais il a des idées comme nous ; on lui montre un objet quelconque, on retire cet objet de ses mains, et on lui demande de faire le signe de cet objet ; ensuite on lui présente cet objet, il en fait encore le signe, on se saisit de ce signe. Ainsi, la première éducation qu’on lui donne est plutôt une éducation négative qu’une éducation positive ; c’est de lui qu’on apprend les moyens de l’instruire ; car les signes qu’il fait sont la nomenclature des mots qu’il donnera en échange de celle que nous lui apprendrons.

23C’est avec cette nomenclature que l’on bâtit tout l’édifice de son éducation. Elle finirait là, si l’homme n’était que matière, et s’il n’y avait pas en lui un principe de ses pensées et de ses opérations métaphysiques.

24Il faut, en quelque sorte, bâtir un pont qui réunisse le monde physique et le monde intellectuel ; et ce pont est construit. Mais il n’est pas temps de parler aujourd’hui de ce moyen de communication. Il suffit que vous sachiez que je ne passe avec le sourd-muet aux idées intellectuelles et morales que quand je l’ai mis en état d’entendre les signes qui servent à les exprimer ; que quand, par des raisonnements à sa portée, je l’ai convaincu que non seulement la matière ne pense pas, mais même qu’elle ne peut penser ; que pensée et matière sont deux termes qui s’excluent réciproquement ; quand je lui ai démontré que l’homme est un composé merveilleux de matière et d’intelligence.

25Latapie. Vous venez de dire que vous recevez le signe du sourd-muet, c’est-à-dire que, lorsque vous avez présenté un objet à Massieu, Massieu vous a répété un signe qui est à lui ; mais Massieu n’est pas tous les sourds-muets. Je crois qu’il est impossible que tous les sourds-muets, dont vous avez reçu des leçons, vous aient donné justement le même signe. Je demande comment de tous ces signes vous en avez fait un signe universel qui soit entendu de tous les sourds-muets.

  • 2 La question de Latapie, qui est bien un « soupçon », va donner à l’abbé l’occasion de prouver, pen (...)

26Sicard. Le citoyen m’a fait une question qui mérite beaucoup de considération ; il m’a dit : vous avez reçu le signe du sourd-muet. Qui vous a assuré que ce signe est le signe que feraient tous les sourds-muets ? Comment avez-vous pu généraliser ce signe, ne l’ayant reçu que d’un seul individu ? Vous observerez une chose assez remarquable ; c’est que tous les sourds-muets du monde, au moins ceux que j’ai vus, ont, à quelques nuances très légères près, les mêmes signes pour tous les objets, les mêmes signes pour toutes les actions. C’est une chose fort extraordinaire, mais je suis témoin de cela tous les jours : un sourd-muet qui arrive dans mon institution, et que je n’entends pas, est aussitôt entendu de tous les autres, communique avec eux, a l’air d’être de la famille2.

27C’est que le sourd-muet est plus observateur que nous, et qu’une foule de choses qui nous échappent, ne lui échappent pas ; et si vous venez à ma leçon, pour peu que les sourds-muets aient quelque intérêt à retenir ce qu’ils appellent votre nom, c’est-à-dire la chose qui vous distingue des autres, ou par la figure, ou par la taille, ou par la tournure, ou par le geste, par un je ne sais quoi qui vous caractérise, le sourd-muet ne dira pas votre nom matériel, il ne dira pas Latapie, mais il fera un signe qui vous caractérisera si bien que tous les autres sourds-muets qui vous auront vu ne s’y méprendront pas, parce qu’ils auront remarqué le même trait particulier. Si, par exemple, ils veulent me nommer, (et c’est une chose dont je me suis aperçu depuis peu) au lieu de figurer les lettres de mon nom, ils penchent un peu la tête à droite, parce que je la penche ainsi. Pour désigner le premier surveillant de l’institution, nommé Pollet, ils font un signe qui indique qu’il a la lèvre inférieure très grosse. (Ici le Professeur fait des signes au sourd-muet, qui écrit les noms sur la planche noire.) Ils sont extrêmement physionomistes ; ils saisissent parfaitement, par la physionomie d’un homme, sa pensée, et en quelque sorte son esprit ; on dirait qu’ils pénètrent tout l’intérieur de l’homme qu’ils regardent, et qu’ils observent par tous les sens.

Notes

1 Cette classification est donnée comme communément admise. Elle fera l’objet de présentation dans les tableaux de 1’« idéer », que Sicard avait déjà proposés à la Convention et reprendra dans son Cours d’instruction (chap. xxi). Ce qui est neuf c’est la figuration. Mais la métaphysique sous-jacente d’une analyse de la donnée sensible par le point de vue de l’esprit est assez largement commune à Condillac et à l’Encyclopédie. Ce qui intéresse Sicard est ce qu’avait déjà retenu l’Épée : la possibilité de représenter par signes sensibles toutes les idées, même les plus abstraites (cf. La Véritable Manière..., op. cit., chap, xiv et Avertissement). Sicard eut cette conviction dès le premier Mémoire de Bordeaux (cf. p. 6-9), où il invoquait déjà la dérivation du lexique des mots abstraits à partir de l’expression des idées physiques, telle qu’une juste analogie la retrouve même lorsqu’elle s’est perdue. C’est enfin ici le lieu de rencontre entre Condillac et la méthode de l’Épée, qui cite le texte de la Grammaire (1775) dans son ouvrage de 1784, qui n’est qu’« une seconde édition de celui qui a paru en 1776, sous ce titre Institution des sourds et muets par la voie des signes méthodiques » - qui fut lui-même précédé d’une Institution des sourds-muets ou Recueil des exercices soutenus par les sourds-muets pendant les années 1771, 1772, 1773, et 1774 avec les lettres qui ont accompagné les programmes de chacun de ces exercices, paru en 1774. Dans l’extrait qu’en donne l’Épée, qui a fait sauter les passages trop personnellement élogieux et jusqu’à l’indication de son nom, on lit en effet que l’instituteur n’a pas affaire à des enfants qui ont jugé de la signification des mots comme nous le faisons usuellement dans notre enfance d’après les circonstances : « Il n’a qu’un moyen pour leur donner les idées qui ne tombent pas sous les sens : c’est d’analyser et de les faire analyser avec lui. Il les conduit donc des idées sensibles aux idées abstraites par des analyses simples et méthodiques ; et on peut juger combien son langage d’action a d’avantages sur les sons articulés de nos gouvernantes et de nos précepteurs. » C’est sur ce terrain que se trouvera posé au cours de Sicard le problème métaphysique de l’existence des idées innées, sur lequel l’abbé fut plus ferme que Garat en déclarant ce système définitivement ruiné (séances du 12 et 19 germinal) et sans susciter l’hostilité qui attendait le professeur d’analyse de l’entendement. À cette différence de traitement, les raisons politiques et religieuses, qui par ailleurs sont massives, ne suffisent pas à donner une explication. On peut avancer deux autres raisons : l’évidente improvisation de la métaphysique comme science chez Garat, et l’expérience difficilement contestable de l’instituteur qui semblait tout à la fois appliquer et justifier ladite science.

2 La question de Latapie, qui est bien un « soupçon », va donner à l’abbé l’occasion de prouver, pense-t-il, par le fait ou par ce que l’Épée indiquait en titre de son dernier ouvrage, « une longue expérience », le caractère universel et naturel, non pas seulement raisonné, de la grammaire sortie de l’échange avec cette langue originaire. C’est exactement ce qui avait intéressé Condillac.

© Éditions Rue d’Ulm, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540