Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’École normale de l’an III. Vol. 4, Leçons d’analyse de l’entendement, art de la parole, littérature, morale

 | 
Jean Dhombres
, 
Béatrice Didier

Leçons d'art de la parole de Sicard

Troisième débat

8 ventôse/26 février

Texte intégral

  • 1 Il était naturel que les leçons consacrées plus spécialement aux muets soient un intermédiaire ent (...)

1Citoyens, nous avons déjà fait deux ou trois leçons sur la manière d’instruire les sourds-muets de naissance, et j’avais annoncé que comme cette matière, inconnue à la plupart, présenterait des difficultés ; j’avais, dis-je, annoncé qu’il y aurait aussi des conférences pour expliquer ou pour résoudre ces difficultés : cette leçon pourra donc être à la fois leçon et conférence ; à mesure que nous opérerons, si quelqu’un de vous a quelque chose à me demander qui mène à un plus grand développement, il pourra me le proposer. Ce sera donc ici une espèce de conférence1 ; nous allons terminer tout ce qui regarde la préposition. Nous avons dit, dans la dernière séance, que les deux prépositions les plus faciles à faire entendre aux sourds-muets, et dont l’explication devait servir à celle toutes les autres, étaient la préposition de et la préposition à ; la préposition de, comme signe de départ, et la préposition à, comme signe d’arrivée : vous avez vu procéder à cet égard, et vous avez vu faire des actions dans le récit desquelles nous avons employé ces deux prépositions. Je vais finir cette explication-là par un procédé matériel, qui rendra sensible la force et la vertu de ces deux prépositions ; le procédé dont vous allez être témoins est de l’invention de mon élève :

2de à

3Terme terme

4Point point

5But but

6Fin fin

7Tête pied

8J’expliquerai cela pour ceux qui étant trop éloignés ne peuvent pas lire sur la planche.

9Voici ce qui est écrit :

10Au-dessous de la préposition de, l’élève a écrit ces mots : terme, point, but, fin, tête ; et au-dessous de la préposition à, ces mêmes mots : terme, point, etc. à l’exception du dernier, c’est-à-dire qu’au lieu de tête, il a mis le mot pied. Voici la raison de tout cela : ces deux prépositions sont, si on peut parler ainsi, les deux jalons, les deux termes, les deux murs entre lesquels va se passer l’action : ainsi l’action va partir d’un de ces points, et va aboutir à l’autre ; elle sera donc circonscrite, si on peut parler ainsi, par ces deux extrémités.

11Or, le mot terme est ici trop métaphysique et trop abstrait pour être entendu, s’il était présenté seul. Que fait on avec un sourd-muet, ou avec tout autre quand on veut lui expliquer une chose qu’il ne conçoit pas ? On rapproche cette chose d’une autre un peu moins inconnue, et lorsque cette chose voisine de la première n’est pas elle-même assez connue, on la rapproche elle-même d’une troisième plus connue qu’elle ; et quand la troisième ne l’est pas encore assez, on en présente une quatrième, et ainsi successivement.

12C’est ici une leçon générale d’enseignement ; on ne peut, comme nous l’avons répété tant de fois, aller à l’inconnu que par le connu : ainsi les mots qui ne sont pas entendus ont autour d’eux d’autres mots plus connus qu’eux ; et c’est par le plus connu qu’il faut passer pour aller au moins connu. Or, le sourd-muet ne peut pas se méprendre sur le mot tête et sur le mot pied ; il sait que la tête est, en quelque sorte, le bout d’un être, et que le pied est l’autre bout ; que l’un est le premier point de cet objet, et l’autre le dernier : ainsi il commence par mettre le mot tête au-dessous de la proposition de, et il met pied au-dessous de la préposition à ; or, le mot tête fait entendre le mot fin ; car vous savez qu’on appelle fin la terminaison d’un objet ou d’une chose, ou d’un être quelconque. Ainsi après le mot tête, le mot fin ne peut pas ne pas être entendu.

13Au-dessus du mot fin, il place le mot but ; vous voyez que si le mot but s’était présenté tout seul et le premier, il aurait été impossible de l’expliquer. Je suppose que j’eusse dit à l’élève que cette chaise est le but de ma course ; quelle idée aurait-il eu du mot but ? Comment le mot but aurait-il pu être entendu ? Le mot but précédé du mot fin, le mot fin précédé du mot tête, il n’y a plus d’équivoque. Après les mots but, fin, vient le mot point ; et vous savez que l’on est dans l’usage, quand on montre une ligne, de dire que les deux extrémités sont les deux points de cette ligne : après cela vient le mot terme, sur lequel est répandue la lumière de tout ce qui a précédé ; ainsi nous dirons : le premier terme est de, le dernier terme est à. Nous allons dire : ce terme-ci est un terme laissé, un terme abandonné, le terme à devant nous est le terme cherché, le terme voulu ; la préposition de sera le signe du terme laissé, et la préposition à le signe du terme auquel on veut aboutir : vous voyez que cette explication ne peut laisser aucun nuage dans l’esprit ; il a donc écrit terme laissé au mot de, et terme voulu au mot à, de cette manière :

14de à

15Terme Terme

16Point Point

17But But

18Fin Fin

19Tête Tête

20Terme laissé Terme voulu.

21À est le terme vers lequel nous tendons, c’est le terme désiré ; de est le terme d’où nous partons, le terme que nous ne voulons plus, le terme délaissé. La ligne qui part de la préposition de, et qui chemine vers la préposition à, est le chemin que parcourt la qualité active. Voici ensuite ce qu’il a écrit :

22……………………………………………..

23« Banc de Massieu porte chapeau table à. »

24C’est, comme vous voyez, une langue fort extraordinaire, mais avec cela beaucoup plus conforme à la nature ; cependant je vais vous prouver qu’il n’y a pas d’inversion dans cette langue-là : dans notre langue, voici comme nous dirions : « De banc Massieu porte un chapeau à table » ; et lui dit cependant : « Banc de Massieu porte un chapeau table à. » Voici pourquoi il parle ainsi : d’abord avant de vous dire la raison, il faut que je vous rapporte quelques manières de parler, qui sont familières, où il ne paraît pas d’inversion. Quand je dis : « Cette planche est noire » ; « Cette chaise est rouge », on conviendra qu’il ne paraît pas y avoir d’inversion, et il n’y en a pas effectivement : on commence par nommer les substances, ensuite on énonce les qualités ; ainsi, c’est la qualité qui est après le sujet : cela nous paraît naturel. Et comme j’espère que dans l’explication que je ferai un jour des prépositions, je prouverai que les prépositions elles-mêmes sont des modifications d’objets, il ne faudra donc s’étonner de voir, après un objet, ce que j’appelle une qualité ; et par conséquent de voir de après banc, puisque je dis que de est son modificatif, et qu’ordinairement le modificatif se place après son objet.

  • 2 C’est ici l’une des formulations les plus nettes de l’exigence d’une pédagogie mutuelle, fondée su (...)

25Les signes, avec le sourd-muet, ne sont pas et ne peuvent pas être de mon invention. Il faut bien se pénétrer de cette grande maxime : si j’avais le malheur de les inventer, je donnerais au sourd-muet des signes inventés par moi, qui ne seraient jamais convenus avec lui ; ce serait deux signes pour un objet, et je ne dois lui donner un signe qu’à la place d’un autre signe ; toutes les fois que je lui donne un nom, il me donne un signe, en échange du signe de la nature : quand j’ai fait passer chez lui l’idée de l’objet, c’est à lui à me dire comment dans son pays il peindrait cette idée ; c’est pour n’avoir pas fait ainsi, qu’on a fait autrefois du sourd-muet un véritable automate bien dressé, qui excitait l’admiration de tous ceux qui le voyaient, parce que le sourd-muet écrivait ce qu’on lui disait ; mais quand on l’interrogeait, il ne savait que répondre, et cela devait être ; on lui avait donné les signes de notre langue, en même temps que les signes de la sienne ; ainsi les uns ne pouvaient pas être la traduction des autres2.

26Je vais demander au sourd-muet quel est le signe qu’il ferait, lorsqu’il voudrait dire de : voici comment je lui fais cette question ; je vais lui dire : « Quel signe feras-tu quand tu exprimeras la préposition de ? »

27Je vais lui faire cette question d’une manière assez lente, pour que vous puissiez voir les lignes qui correspondent aux mots.

28Pour de et pour à, il montre les deux termes, le terme qu’il quitte, et dont il ne veut plus, et celui qu’il désire, le terme cherché. (Ici le sourd-muet a écrit la phrase proposée sous la dictée, et par signes.)

29Voici ce qu’il faut conclure de ce que vous voyez, c’est que les signes chez le sourd-muet sont toujours le résultat d’une analyse qui les a précédés, et d’avance leur a donné leur valeur ; ils sont les véritables définitions des objets ; le signe n’est donc jamais avant l’idée.

30Vous m’allez voir employer son signe dans une phrase que je lui dicterai, et je vous avertirai quand je ferai le signe de et la signe à ; voici ma phrase : « Je suis venu de Bordeaux à Paris. »

31Un éleve. Citoyen Professeur, je prends la parole au nom de mes camarades qui m’environnent, pour vous demander si le signe que vous avez fait à Massieu pour désigner Bordeaux est tellement le signe de cette commune, qu’il ne puisse pas être aussi le signe de la Rochelle, de Toulon, Marseille, enfin de toute autre ville maritime ; car vous nous aviez dit que vous aviez dit que vous aviez désigné Bordeaux par des vaisseaux, un grand port, etc.

32Sicard. Sans doute, si pour dicter le nom d’une ville déterminée, je ne faisais d’autres signes que ceux qui conviennent à toute une classe, je ne serais pas entendu. C’est ce qui arriverait, si pour parler de Bordeaux, je ne faisais que les signes qui conviennent à toutes les villes maritimes. Mais qu’à ces signes généraux, j’en ajoute un particulier, qui ne convienne qu’à Bordeaux, tel que la forme circulaire de son port, ce signe viendra alors de tirer de toute une espèce la ville que je voulais déterminer ; il la désignera avec la plus grande précision, et la plus rigoureuse justesse.

33Je ne suis pas du tout surpris que ceux qui n’ont jamais vu l’institution des sourds-muets et qui la voient pour la première fois, aient quelque soupçon qu’il pourrait bien y avoir ici un peu de convention et de préparation ; je n’en suis ni offensé, ni surpris : plus une découverte est extraordinaire et intéresse le bien de l’humanité, plus on doit craindre qu’elle ne soit souvent gâtée par l’intérêt particulier et les vapeurs de l’amour-propre ; il faut que le même élève-instituteur me dicte une phrase dans laquelle se trouveront les deux prépositions de et à : je la dicterai comme la précédente, d’une manière détachée ; de sorte qu’on pourra comparer avec les signes que je ferai les mots qu’on fera à mon élève.

34L’élève-instituteur : « Je suis domicilié dans le département du Loiret. »

35Sicard. Avant de dicter cette phrase, je crois devoir prévenir que mon élève ne connaît pas le mot domicilié, du moins je le soupçonne : je vais m’en assurer.

36(Ici le Professeur a fait, par écrit, cette question à son élève : « Qu’est-ce que domicilié ? » L’élève a répondu ainsi : « Domicilié est celui qui est maître chez lui, qui s’y gouverne comme il veut. » Sicard a repris ainsi :)

37Vous voyez, citoyens, que mon élève n’entend pas le mot domicile. Je ne peux dicter la phrase qu’après le lui avoir appris. Je vais d’abord lui demander comment il a deviné le sens de ce mot, ou qu’est-ce qui le lui a fourni.

38(Ici le Professeur interroge son élève, qui lui répond en écrivant les mots suivants :

39Le Professeur reprend ainsi :)

40Par cette décomposition, citoyens, vous pouvez juger qu’est ce qui a donné lieu à la méprise du sourd-muet. Vous voyez qu’il a été trompé ici par l’analogie ; il a cru que domicile était de la famille de domus, comme il en est réellement : il a donc trouvé maison et puis cile, qu’il a cru signifier maître ou gardien, et il a dit : domi de maison, puis domi cile ; gardien ou maître de maison.

41Je vais redresser sa méprise et l’amener à la signification véritable.

42(Ici le Professeur, par une série de signes analytiques, a parcouru tous les dérivés de la famille de domus, et a vu sur la physionomie de son élève qu’à la faveur de ces signes l’idée dont le Professeur voulait enrichir son esprit y entrait et s’y développait insensiblement ; et cela est arrivé. Le Professeur a continué ainsi :)

43Mon élève sait maintenant ce que c’est que le mot domicile ; je vais le lui demander par écrit :

44(Le Professeur demande : « Qu’est-ce qu’un domicile ? »

45Massieu répond : « C’est le lieu dans lequel quelqu’un se nourrit et s’habille. »)

46Le professeur. Remarquez, citoyens, les deux parties de cette réponse. La première ne suffisait pas ; on n’a toujours son domicile où l’on se nourrit. Mais il est certain qu’on demeure et qu’on fait son domicile où l’on s’habille. On se nourrit quelquefois chez les autres ; mais on ne s’habille que chez soi, dans son domicile. Je n’ai pas le temps de continuer : on m’avertit que depuis longtemps, le temps dont je pouvais disposer pour cette leçon est passé. Nous reprendrons cette matière à la prochaine séance.

Notes

1 Il était naturel que les leçons consacrées plus spécialement aux muets soient un intermédiaire entre leçon et conférence, ce qui devait sans doute déjà être le cas pour la séance publique du faubourg Saint-Jacques. Et peut-être faut-il chercher là l’une des raisons des interversions au moment de la publication des textes des derniers volumes. Le compte de « deux ou trois leçons » est du reste approximatif ; il faut penser sans doute que les leçons des 22 et 23 pluviôse n’en font qu’une, de même que celles du 7 et du 13. En réalité on voit bien que ces leçons pratiques ne pouvaient que difficilement cadrer avec l’horaire des séances groupées par trois en une matinée.

2 C’est ici l’une des formulations les plus nettes de l’exigence d’une pédagogie mutuelle, fondée sur l’échange de signes. Le sourd-muet qui saurait seulement coder demeurerait un automate. Sicard veut lui apprendre à traduire sa pensée en commençant lui-même par apprendre sa langue.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionsulm/docannexe/image/1485/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 43k

© Éditions Rue d’Ulm, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540