Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’École normale de l’an III. Vol. 4, Leçons d’analyse de l’entendement, art de la parole, littérature, morale

 | 
Jean Dhombres
, 
Béatrice Didier

Leçons d'art de la parole de Sicard

Huitième leçon

4 ventôse/22 février

Texte intégral

1Dans la leçon précédente, nous en sommes restés au développement de la période. Nous avons plusieurs fois observé que la période est le résultat de toutes les règles de la grammaire, qui se terminent toutes à sa formation. Nous avons également rappelé que la vraie, la seule manière d’enseignement, était de mettre sous les yeux de ceux qu’on voulait instruire, un tout complet ; de décomposer ce tout, et de descendre, en le décomposant, jusqu’à ses éléments les plus simples. Or, la science que nous venons apprendre étant la grammaire, la période est donc le tout que je dois d’abord vous offrir. Celle que je vais remettre sous vos yeux va nous servir d’exemple.

2« Quel est donc cet être qui, plus agile que l’aigle, s’élève, dans son vol hardi, jusqu’au plus haut des cieux, en mesure la vaste étendue, calcule les mouvements des astres, et semble leur fixer une marche dont il ne leur permet pas de s’écarter ; qui descend ensuite jusque dans le sein de la Terre, et pénétrant dans les immenses arsenaux de la nature, l’observe d’un œil curieux, la surprend dans ses secrets, et riche de ses productions, retourne dans ses foyers, où, rival audacieux de cette mère génératrice de toutes choses, il compose et décompose à son gré ses chefs-d’œuvre, il lui ravit, ou partage avec elle l’admiration de ses semblables : c’est l’homme. »

3Supposons ici, citoyens, que c’est à un jeune élève des écoles primaires que nous allons donner cette leçon : cet élève sait que les mots sont les signes de nos idées ; qu’on peut les décomposer en syllabes, les syllabes en lettres ; que ces lettres, quand elles sont liées, forment un tout complet, et représentent un objet : nous lui dirons qu’on lie aussi ces mots, et que les mots liés forment un tout qui représente, non une seule idée, mais une suite d’idées détachées, mais une pensée, mais deux idées affirmées l’une de l’autre, et que ce tout est une phrase exprimant un jugement qu’on appelle aussi une proposition. Il y a donc dans cet ensemble, dans ce tout, qu’on est convenu d’appeler période, autant de phrases qu’il y a d’affirmations, autant d’affirmations qu’il y a de verbes.

4Voici, citoyens, une méthode facile, une méthode matérielle, de faire voir aux élèves des écoles primaires les moins instruits cette décomposition.

5Avant de procéder, il faut convenir avec eux de quelques signes qui doivent nous servir à distinguer les éléments de la parole : nous dirons aux élèves qu’il y a dans la nature des objets et des qualités ; que ces objets sont les métaux, les végétaux et les animaux, qui servent de matière à tous les arts ; ils ont des formes, des couleurs ; enfin des qualités qui distinguent les individus, des propriétés particulières qui distinguent les espèces, des propriétés communes qui distinguent les genres. Nous leur dirons qu’il faut donc des signes parlés, des signes écrits pour les substances ; qu’il faut également des signes pour les accidents et les formes ; nous leur dirons que nous ne parlons que pour faire connaître aux autres les jugements que nous portons à l’égard de la convenance et de la disconvenance des qualités, rapprochées des substances et comparées avec elles ; nous avons un signe pour les lier, quand nous jugerons qu’elles se conviennent ; nous en avons aussi un pour les détacher, quand nous jugerons qu’elles ne se conviennent pas. Chaque substance ou chaque objet est le sujet d’un jugement ; la qualité est l’attribut de ce sujet ; attribut ou qualité, accident ou forme, c’est tout un.

6Nous leur dirons que le nom d’un sujet, d’une qualité et d’un lien, sont trois signes, dont deux servent à rappeler à la mémoire deux images, celle du sujet, et l’autre celle de la qualité ; qu’ainsi rappeler à la mémoire ou peindre un objet à l’esprit, c’est donner le nom, le signe de rappel ou la peinture de cet objet, c’est une seule et même chose ; que le troisième mot, qui ne peint rien, ne peut être un nom, car un nom est un signe ; qu’il ne sort pas de la classe des mots qui n’ont aucune signification particulière, et que nous ne le connaîtrons dorénavant que sous le nom de tout le genre, comme chez les Latins, qui comme on sait, l’appelaient verbum, qui veut dire mot.

7Nous répéterons à l’élève que la fonction du mot dans l’énoncé des jugements est uniquement de rattacher à son sujet la qualité que l’esprit en avait abstraite. Il est donc le oui de l’esprit, le mot qu’on ne peut suppléer, dont aucun autre ne peut prendre la place, et jouer le rôle intéressant que joue celui-ci dans la proposition. Nous le lui montrons d’avance accolé à tout ce qu’on appelle verbes actifs, pour servir à lier les qualités actives aux sujets desquels on les affirme.

8Et puisqu’il se présente à nous comme objet d’analyse, nous apprendrons à notre élève que ce mot fut peut-être un des premiers que dut prononcer la tendresse de la première mère, qui voulut rassurer son mari sur l’apparence de mort de son premier enfant, endormi sur ses genoux. « Il vit, dit-elle, il respire ; j’entends le souffle de sa bouche ; (et une mère ne saurait s’y tromper) ce souffle est celui de sa vie ; il existe, il est. »

9Cet est produit un son égal au petit bruit que fait précisément la respiration d’une personne endormie. Au reste, ce système, auquel on ajoutera la foi qu’on jugera à propos, est celui de Court de Gébelin ; il est peut-être plus ingénieux que vrai.

10Ce mot précieux ne devrait donc, ce semble, être consacré qu’à signifier la respiration et la vie ; mais comme tous les êtres ont aussi leur vie à leur manière, l’analogie l’a fait employer pour affirmer de chacun cette espèce de vie, qui n’est, pour la plupart, que comme l’unité au-dessus du zéro, que je compare au néant ; et on a dit de chacun d’eux : « Il est », « Il vit », « Il existe », avec tel ou tel mode. On a dit : « Une table est noire », comme on avait dit : « Un homme est bon. »

11Ce mot étant bien connu de notre élève, nous le lui faisons remarquer, formant la terminaison de chaque personne de tous les verbes. Nous désignons le sujet par le chiffre 1, la qualité par le même chiffre ; non que nous prétendions donner à la qualité le même degré d’intérêt qu’a le sujet dans la proposition ; mais pour marquer que la qualité est du domaine du sujet, en est la modification, n’est pas, pour ainsi dire, un mot de plus, mais est la forme du sujet, et par conséquent se montre sous le même caractère ; et le verbe être, que nous n’appellerons désormais que le mot, nous le désignons par le chiffre 2 ; et quand nous trouverons sur nos pas un objet sur lequel se portera la force ou la vertu de la qualité active, nous le désignerons par le chiffre 3. Le mot dont la fonction est d’exprimer le rapport que les objets ont entre eux, ou le rapport d’une qualité active à l’égard d’un but ou d’une forme que l’on a nommée préposition, je ne sais trop pourquoi, sera marqué du chiffre 4, et le nom de l’objet qui ne peut en être séparé sera marqué du chiffre 5.

12Nous allons, avant tout, poser ces chiffres sur les mots de notre période. Cet exercice n’est d’abord qu’une méthode purement mécanique ; nous ne devons pas nous flatter qu’un élève qui ne sait que lire sache assez bien, à la première leçon de grammaire, distinguer tous les mots, pour mettre au-dessus de chacun le signe qui peut lui convenir. Quand tous les chiffres sont écrits sur une autre planche, nous posons tous les mots marqués du chiffre 2 les uns sous les autres. Ce sont autant de liens, tout préparés, qui vont nous demander leurs sujets, leurs qualités et leurs objets d’action. Voilà ce que je crois nécessaire de mettre sous vos yeux.

13Je suppose que vous ayez une planche comme celle-là :

142.
est.
2.
est.
2.
est.
2.
est.
2.
est.
2.
est.
2.
est.
2.
est.
2.
est.
2.
est.
2.
est.

15Voici l’explication de ce procédé. Le mot est est ici onze fois. Vous devez voir sur chacun d’eux le chiffre 2. Cela suppose que dans la période il y a autant de fois le verbe être. Cela n’est pas vrai pour les yeux ; il ne s’y trouve qu’une seule fois, et c’est à la première phrase : « Quel est donc cet être ? », etc. Vous savez tous que le verbe être se trouve former la terminaison de tous les verbes actifs. Nous avons le droit, puisqu’il est à sa terminaison, de le placer tout entier et en personne à chacune des phrases qui composent la période, quand nous la décomposons. Supposez donc qu’il est là, qu’il est dans toutes les phrases, tel que vous le lisez sur la planche noire. Le mot-lien suppose deux autres mots, un sujet et une qualité, et par conséquent autant de phrases. C’est le second procédé que vous devez employer avec les élèves des écoles primaires.

16Il y a encore une observation à faire : de même que le verbe être ne paraît pas dans la période aussi souvent répété qu’il l’est sur la planche ; de même le sujet de chaque phrase ne paraît pas répété autant de fois qu’il l’est réellement. Que fait-on dans une période ? On réunit plusieurs phrases ; chacune devient une sorte de membre distinct de cette période ; on attache, on lie ces membres par des liens de convention, auxquels l’on donne pour cela le nom de conjonctions. Le mot qui, surtout, y est ordinairement le plus employé ; à la faveur de ce dernier, on se dispense de répéter le nom du sujet principal. Mais aussitôt qu’on en disjoint les membres, ces mots d’emprunt, ces mots conjonctifs doivent disparaître, et alors doit reparaître le mot que remplaçaient ceux-ci.

17Le troisième procédé va compléter chacune de nos phrases, en nous donnant la qualité affirmée de chaque sujet.

18Nous avons dit que la proposition renfermait trois termes, le sujet, la qualité et le lien. A la première phrase, la qualité est mise en question, et cette question est exprimée par le mot quel. À la seconde, la qualité est élèv. À la troisième, c’est mesur. Enfin à toutes les phrases détachées de cette période, se trouve à côté du mot-lien, et avant lui, une qualité active. Comment se fait-il que le mot-lien, qui doit lier la qualité avec le sujet, ne soit pas au milieu, comme dans la première phrase, où on lit ainsi : « Cet être est quel » ou dans celle-ci : « Table est noire » ?

19C’est qu’on est convenu de fondre le verbe être avec toute sorte de qualités actives, et qu’on n’a pas fait la même convention relativement aux qualités non actives ; et en fondant aussi le mot-lien, on a voulu employer les éléments qui le composent à varier tellement sa forme, que ses formes variées servissent à représenter non seulement l’affirmation, mais les époques de cette affirmation, comme nous l’avons déjà dit, et comme nous aurons encore occasion de le redire. Et ce verbe, par la variété de ses formes, a seul produit cette diversité dans la conjugaison, qui fait le charme de l’oreille, en répandant la même variété dans les sons.

20Voici un autre tableau où le mot être perd, dans la composition qu’on en fait avec les qualités actives, les éléments dont on peut se passer.

21Le quatrième procédé nous donnera l’objet d’action sur lequel se portera la vertu qui se trouve dans la qualité active.

22Il suffit d’en donner un seul exemple pour faire comprendre la manière dont la forme active agit et passe sur son objet. Il reste à exprimer la manière dont cette force active y passe. C’est à la préposition à l’exprimer, et c’est aussi le cinquième procédé qui nous conduit à la seconde phrase : « Cet être s’élève dans son vol hardi. » Il n’est pas nécessaire de perdre le temps à présenter ce cinquième procédé. Maintenant que nous avons attaché à la phrase son premier complément, qui est l’objet d’action, son second, qui est la manière dont l’action se fait, est tout trouvé. Il n’y a, dans la phrase la plus longue, que ces éléments-ci : le sujet, l’action, l’objet d’action ; ensuite la manière dont l’action se fait, le but, le terme, et enfin toutes les circonstances. Une fois que cela est connu, il n’y a plus de difficulté.

  • 1 La précision lève par avance les objections qui ont été majorées par P. Dupuy (« L’École normale de (...)

23Voilà, citoyens, notre période réduite à ses plus simples éléments. Avant de finir là-dessus, il est bon de vous faire faire encore une observation. Je n’ai pas prétendu que, dans la première leçon de grammaire, vous appreniez à vos élèves à faire une période ; cela ne se peut pas : mais je crois qu’il faut leur apprendre à entendre ce que c’est qu’une période, en la décomposant devant eux. Comment peut-on apprendre, dès la première leçon d’anatomie, ce que c’est que le corps humain, à la seule analyse qu’on en peut faire dans le cabinet d’un naturaliste1 ?

24Ainsi tout notre cours de grammaire philosophique sera de décomposer la période, et d’apprendre à en bien connaître les éléments ; et la fin de ce cours sera encore la période, mais la période, que nous apprendrons à faire. Tout ce que je dois vous dire doit se trouver entre ces deux termes : voilà exactement les deux jalons qui serviront de bornes à notre course. La décomposition de la période, la composition de la période, et le cours sera fini.

25Ainsi, citoyens, pourrait se décomposer et analyser le plus long discours ; cette analyse pourrait se faire de deux manières : d’une manière logique, ou seulement grammaticale, comme nous venons de le voir. Nous ne nous occuperons des mots, qu’autant qu’ils servent à la comparaison matérielle de la phrase. Il faudrait seulement ajouter le caractère particulier et distinctif de chaque mot ; et nous trouverons alors dans cette analyse grammaticale toutes les parties connues sous le nom de parties du discours ; et voici ces caractères ; analysons la première phrase qui se présente ici : « Quel est cet être plus agile que l’aigle, qui s’élève d’un vol hardi, jusqu’au plus haut des cieux, et en mesure la vaste étendue, calcule le mouvement des astres ? », etc.

26Quel est un mot elliptique formé de la racine interrogative que et du pronom personnel il, dont le résultat est appelé pronom relatif adjectif, et dans ce cas-ci interrogatif.

27Est est le mot par excellence, le mot-lien de toute proposition ; il sert à affirmer la qualité du sujet dont celle-ci est la modification.

28Donc, mot de liaison, non entre les mots, comme le mot-lien, mais entre les parties d’une période ou d’une phrase composée, connu sous la dénomination de conjonction.

29Cet, article démonstratif, et non pronom, comme on l’avait appelé autrefois ; mot qui sert à tirer un objet quelconque de sa trop grande généralité, et qui le met, en quelque sorte, sous les yeux de l’esprit, et même quelquefois sous les yeux du corps.

30Être, mot abstrait, nom générique de tout ce qui existe, quand on ne le considère seulement que sous le simple, sous l’unique rapport de l’existence ; propre à recevoir des qualités, et à devenir leur support et leur soutien ; nom que nous pouvons donc appeler nom de substance, ou nom sous étant, nom étant sous, parce qu’il est sous des qualités, et par conséquent nom substantif.

31Qui, mot de liaison, comme la conjonction, parce que, comme elle, il sert à lier plutôt des phrases que des mots, que nous pouvons donc appeler mot conjonctif; mot qui rapporte au sujet qui précède la détermination qui suit, et dont ce mot est le sujet ; mot qui remet sous les yeux le sujet qu’il remplace, et qu’il serait désagréable de nommer deux fois ; deux fonctions qui donnent à ce mot deux dénominations relatives à ses rôles ; celle de pronom, parce qu’il tient la place d’un nom ; celle d’article démonstratif, parce qu’il détermine, ou plutôt parce qu’il précise la signification trop étendue du nom qui précède. Ce sera donc pour nous un pronom, à la fois conjonctif, relatif et démonstratif.

32Plus, ce mot sera une modification de la qualité qui va suivre, comparée dans deux individus.

33Agile, qualité modificative du sujet déjà énoncé, et par conséquent nom ajouté à un autre nom, qu’on appelait autrefois adjectif, et qu’on pourrait appeler aujourd’hui ajouté.

34Que, mot dit autrefois de comparaison, et que nous rappellerons à sa classe particulière qui est celle des conjonctions, parce que partout où il se trouve, il y a une phrase suivante ellipsée ; c’est comme si on disait : « Cet être est agile plus », « Aigle est agile moins. »

35Le, je pense que ce mot est de la classe des déterminatifs, connus sous le nom d’articles ; il est le second de sa classe ; il est indicatif, et devient démonstratif, quand il est suivi d’un pronom conjonctif qui vient circonscrire son étendue, comme : « L’homme qui vous parle ne souhaite rien tant que de vous être utile. »

36Se, écrit avec un s, tient la place du sujet. Ainsi, c’est le sujet qui agit sur soi-même, c’est donc un pronom personnel ; et comme il est inséparablement uni avec le mot-lien dont l’action se porte sur lui, les grammairiens ont cru le devoir nommer pronom conjonctif, nom qu’ils auraient dû donner exclusivement au pronom relatif. Peut-être eût-il mieux valu appeler celui-ci pronom réfléchi, pour marquer que le sujet agissait sur lui-même, et devenait l’objet de sa propre action.

37Élève, qualité, mot-lien. En effet, on trouve en lui un double mot, le mot-lien et une qualité.

38Dans, mot appelé autrefois préposition, à qui peut-être conviendrait mieux le nom de qualité fixe. D’abord celui de qualité, parce que ce mot, comme j’espère le prouver quand nous en serons là, modifie en effet le mot qui ne peut être séparé de lui, et sans lequel celui-ci n’a pas plus de valeur que les qualités séparées de leurs sujets ; je l’appelle de plus qualité fixe à raison de son invariabilité, qui fait que ces sortes de mots sont sans genre, sans nombre et sans cas, ou sans différence de terminaison.

39Son, pronom personnel ajouté ou adjectif.

40Vol, nom substantif abstrait.

41Hardi, qualité commune, liée à ce nom de substance.

42Jusques, mot elliptique, composé d’une qualité et d’une conjonction.

43Haut, qualité commune, mais aussi mot elliptique ; il y a de sous-entendu le mot-lien.

44Des, mot elliptique composé d’une qualité fixe, ou de la proposition de, qu’on appelait autrefois article, que j’appellerai qualité fixe réunie à l’article indicatif le ; ainsi des sera toujours pour nous de les, ce que les Grecs et les Latins exprimaient par une terminaison particulière, et on appelait cette terminaison génitif.

45Cieux, nom propre d’un objet connu et nom d’une substance.

46En, dans ce cas et dans d’autres semblables, mot elliptique qui représente la qualité fixe, et le déterminatif démonstratif, et un pronom. Ce n’est donc pas assez de dire que ce mot est un pronom ; il ne remplirait qu’une seule fonction, au lieu qu’il en remplit trois.

47Mesure, mot-lien et qualité.

48Sûrement, mot elliptique tenant la place d’une qualité fixe, ou préposition d’un sujet et d’une qualité ; comme s’il y avait : « d’une manière sûre ».

49Les autres mots étant de la classe de ceux-ci, il serait superflu de continuer plus longtemps cette analyse.

  • 2 Cf. supra, note 49. L’abbé rectifie ici honnêtement un point d’étymologie qu’il avait déjà clarifié (...)

50L’analyse logique de cette période nous donnerait non des mots, mais des propositions, des propositions subordonnées, une principale, quelques autres incidentes ; et à propos de ce mot, un élève-instituteur de l’École normale, croyant que je m’étais mépris dans l’étymologie de ce mot, quand j’ai dit qu’il était formé du mot latin cadere, m’a écrit une lettre extrêmement honnête, pour me demander si le mot caedo, qui signifie couper, ne serait pas plutôt le primitif du mot incidente ? Je lui ai d’abord répondu, sans grand examen, que je le croyais comme lui ; il m’a paru convenable d’examiner de plus près cette question, pour vous donner une décision moins incertaine. Il résulte, de l’examen approfondi que j’en ai fait, que le mot incidente vient de cado, et non de caedo ; Dumarsais l’a décidé formellement ; mais il veut qu’on appelle cette phrase incidente, parce qu’elle tombe en effet entre le sujet et l’attribut de la proposition principale2.

  • 3 Nicolas Beauzée (1717-1789) ; cf. note précédente.
  • 4 Sicard doit penser au chapitre v, « Des propositions simples et composées », et à la distinction en (...)
  • 5 Gabriel Girard (1677-1748), abbé.
  • 6 Seconde partie du Cours d’études pour l’instruction du prince de Parme (1775) ; première partie, ch (...)

51Beauzée n’est pas d’accord avec Dumarsais, non sur l’étymologie ; il convient comme celui-ci que ce mot vient de cado : mais voici seulement en quel point Beauzée diffère de Dumarsais ; il dit que incidere signifie autant tomber sur que tomber dans. Dumarsais a pensé qu’on pouvait dire que la phrase incidente s’appelait ainsi parce qu’elle tombait dans la principale, et je l’avais dit de même ; je m’étais laissé tromper par l’exemple suivant : « Le Soleil, qui est le plus beau des astres, éclaire la Terre. » On pouvait m’opposer cet autre exemple : « J’admire le Soleil qui éclaire la Terre », et me dire : dans cette phrase, la phrase incidente ne tombe pas dans la principale. Je reviens donc sur mes pas, à cet égard ; et répétant encore, avec Beauzée, que le mot incidente vient de cadere, qui signifie tomber, je dis que c’est dans le premier sens que l’on a donné le nom d’incidente à une proposition partielle liée à un mot, dont elle restreint l’étendue. En effet, c’est pour ce mot que la phrase incidente est amenée dans la proposition principale, et c’est pour lui qu’elle doit prendre un nom qui caractérise sa destination. La logique de Port-Royal et Girard l’ont dit aussi ; il y a donc pour cette opinion Dumarsais, Beauzée3, la logique de Port-Royal4 et Girard5. J’ai voulu voir, à ce sujet, quel était le sentiment de Condillac6. Il ne donne pas cette étymologie ; il se contente de parler de la phrase incidente, par opposition à la phrase principale. Ce qui prouve la justesse de cette étymologie, c’est que la phrase incidente ne coupe pas une autre phrase, elle tombe toujours sur un sujet, ou sur un complément, ou sur la phrase entière, comme dans cette phrase : « Tous les Français doivent se rallier à la Convention, qui poursuivra tous les factieux, quel que soit leur parti » ; il y a une phrase principale, « Tous les Français doivent se rallier à la Convention » ; la phrase incidente est celle-ci : « qui poursuivra les factieux, quel que soit leur parti » ; vous voyez que cette phrase incidente ne tombe pas dans la phrase, qu’elle tombe sur le mot Convention, et qu’elle détermine l’intention de la Convention.

52Nous trouverions encore dans cette période des phrases subordonnées, mais cet examen nous mènerait trop loin ; et le temps destiné à notre leçon est passé : qu’avons-nous donc découvert dans notre période, dans l’analyse que nous en avons faite ? Des mots qui sont, chacun, un composé de petits caractères, signes d’objets, ou des qualités de ces objets. Ces mots, citoyens, ont une valeur relative, leur forme varie suivant les fonctions qu’ils remplissent dans le tableau de nos idées, et suivant le caractère de ceux avec lesquels ils sont liés. Leur place dans la phrase n’est pas indifférente ; il y a donc, dans l’art de la parole, des règles qui regardent les mots pris individuellement, ce sera la première section de notre travail ; il y a des règles qui regardent leur forme, ce sera la seconde ; des règles qui regardent leur plan, ce sera la troisième.

53Dans la quatrième et dernière section à laquelle les autres nous auront préparés, nous nous élèverons successivement jusqu’à la période, en faisant naître, pour ainsi dire, d’un seul mot la phrase entière, et en faisant remarquer, comme je n’ai cessé de l’annoncer dans mes leçons publiques des sourds-muets, que tous les éléments de la parole, au moins les éléments absolument nécessaires, se réduisent à deux espèces, le sujet et la qualité ; et nous analyserons la pensée, nous en tracerons d’abord le tableau le plus simple, puis nous y ajouterons tous ces compléments pour aller, dans ce cours, du simple au composé : nous avons cru que cette marche, qui n’est pas celle de Condillac, était la plus convenable dans une École normale, où nous parlons à des maîtres qui connaissent l’ensemble et les détails de notre travail. La prochaine leçon aura pour objet le nom.

Notes

1 La précision lève par avance les objections qui ont été majorées par P. Dupuy (« L’École normale de l’an III », op. cit., p. 174), et qui seront faites le 9 ventôse. Elle anticipe par ailleurs sur une comparaison que Sicard fera dans les introductions ultérieures de sa Syntaxe, entre, d’une part, la morphologie même raisonnée des parties du discours et la syntaxe proprement dite et, d’autre part, l’ossature ou la dissection et le corps vivant. Gérando reprendra dans son Éloge de Du Marsais cette comparaison, et de manière très significative au moment de commenter sa théorie des explicatives et déterminatives : « On pourrait comparer les grammairiens qui ont négligé cette théorie aux anatomistes qui ne savent étudier la nature que dans l’état du mort. Dumarsais, en la créant, a rendu à la grammaire le moyen d’étudier le discours dans l’état de vie ; car l’acte simple de l’esprit qui conçoit simultanément toutes les parties du discours, qui les assemble et les met en jeu, est comme ce souffle mystérieux qui, dans les corps vivants, imprime un mouvement harmonique à tous les organes. » (p. 40) Cette comparaison éclaire peut-être l’intérêt de Sicard pour l’étymologie que donne Court de Gébelin du mot « être ». Non seulement, comme doit bien le noter Dupuy qui le brocarde, il en indique lui-même le caractère douteux : s’il y a recours ce n’est peut-être pas uniquement pour « produire un effet » de sensiblerie, mais parce que l’idéal de la syntaxe étant pour lui la fusion, et le verbe, mot-lien, l’essence de la conjonction, cette étymologie correspond parfaitement à sa conception de la syntaxe.

2 Cf. supra, note 49. L’abbé rectifie ici honnêtement un point d’étymologie qu’il avait déjà clarifié en note du texte de la séance du 24 pluviôse. On voit bien pourquoi l’auditeur a pu lui proposer cette étymologie qui rapproche incidente et incise. Sicard disait le 24 pluviôse que l’incidente vient « couper la phrase principale ». Surtout, il présentait l’incidente comme nécessaire parce qu’il avait en vue des types de subordonnées que les Messieurs et l’Encyclopédie nomment déterminatives, tandis que ses subordonnées étaient du type de ce que l’on appelait encore récemment en grammaire française des propositions circonstancielles. En consultant les grammairiens philosophes, il se voit conforté sur l’étymologie, mais il revient en quelque sorte sur une erreur qu’il n’avait pas vue lorsqu’il avait cédé trop vite sur l’étymologie. Derrière l’opposition entre Beauzée et Du Marsais (on peut se reporter à l’ouvrage de Beauzée Grammaire générale ou exposition raisonnée des éléments nécessaires du langage, pour servir de fondement à l’étude de toutes les langues, 1767, et aux articles « Construction » et « Proposition » de l’Encyclopédie), il voit apparaître le problème que posait la distinction des explicatives, incidentes non nécessaires, et des déterminatives. Et il rétracte sa définition initiale de « tomber dans » pour suivre Beauzée sur son étymologie et son opposition à Du Marsais. Il n’est pas sûr qu’il ait pénétré la doctrine de Port-Royal et de Du Marsais, qui opéraient une distinction logique et une distinction grammaticale entre différents types de proposition sans les rabattre exactement l’une sur l’autre. Et surtout, à l’exemple qu’il donne pour conclure « se rallier à la Convention, qui punira », il y aurait autre chose à reprocher que le choix du goût du jour comme fait P. Dupuy. Sur les difficultés d’appliquer les tests grammaticaux de Beauzée pour différencier explicative et déterminative, dans les cas où la relative « tombe sur » un complément, et non le sujet, je me permets de renvoyer à E. Schwartz, Les Idéologues..., op. cit., p. 1357 sq. ; cf. aussi infra, notes 142-146.

3 Nicolas Beauzée (1717-1789) ; cf. note précédente.

4 Sicard doit penser au chapitre v, « Des propositions simples et composées », et à la distinction entre la complexion qui « tombe sur » le sujet ou sur l’attribut. Et c’est en effet dans la Logique que l’on trouve cette distinction.

5 Gabriel Girard (1677-1748), abbé.

6 Seconde partie du Cours d’études pour l’instruction du prince de Parme (1775) ; première partie, chap, x de la Grammaire.

© Éditions Rue d’Ulm, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540