Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’École normale de l’an III. Vol. 4, Leçons d’analyse de l’entendement, art de la parole, littérature, morale

 | 
Jean Dhombres
, 
Béatrice Didier

Leçons d'art de la parole de Sicard

Deuxième débat

29 pluviôse/17 février

Texte intégral

1Vérin. Citoyen, l’observation que je vais vous proposer est relative au choix des nouveaux caractères alphabétiques qui seront déterminés par les savants. Pour cette fois, je vais citer quelques exemples, et surtout prendre pour modèle la lettre qui produit le plus de variété dans la prononciation des langues, le caractère e. J’ai remarqué que ce caractère est ouvert et fermé dans plusieurs langues de l’Europe. Dans l’allemand, nous avons les trois e dans un seul mot ; dans le hollandais, nous avons deux e dans le même mot : il paraît même que les Latins les ont eus, d’après la manière dont les Allemands prononcent la latine. Toliter, qualiter ; et comme cette manière de prononcer ne peut se voir, je vais vous présenter le tableau de ces caractères. Je crois que pour ce qui regarde les consonnes, on pourrait employer les consonnes, en mettant un petit accent particulier pour indiquer les diverses prononciations. Il pourra ainsi adapter des caractères français à la prononciation allemande : c’est ce que j’avais à vous proposer.

  • 1 C’est sur la question de l’e muet et de la réforme de l’orthographe que P. Dupuy polarise arbitrai (...)

2Sicard. Les observations du citoyen ont pour l’objet les voyelles et les consonnes ; il a choisi particulièrement l’e muet1. Je crois, avant de répondre au citoyen, devoir faire quelques observations.

3J’ai déjà dit qu’il fallait être extrêmement sobre quand il s’agit de réformes sur une chose aussi universelle que celle de l’orthographe d’une langue quelconque : qu’il ne fallait proposer et adopter que les réformes commandées par la nécessité. Je dois aussi répondre aux vœux et aux intentions de plusieurs élèves de l’Ecole normale, qui m’ont fait part de leurs observations : presque toutes m’ont paru mériter d’être prises en considération. D’abord sur l’e muet ; pourquoi, m’a-t-on dit, priver la langue française de cette richesse ? J’avais proposé de mettre à la place une espèce de petite cédille, ou plutôt une apostrophe, pour que les enfants des départements méridionaux s’accoutumassent à ne pas donner à cette lettre une valeur autre que celle qu’elle a. Après y avoir plus mûrement réfléchi, j’ai vu que c’était un signe pour un autre, et que d’ailleurs, cela ne nous avançait en rien. J’ai pensé que pourvu qu’il n’y eût pas d’équivoque et de confusion dans les e, cela devait nous suffire ; or, il n’y en a point. Tous les autres e ont des signes particuliers qui les distinguent. Ainsi l’e muet, par cela même qu’il n’a point de signe, ne pourra être confondu avec les autres, il faut donc le conserver.

4J’avais aussi, citoyens, proposé de nouveaux caractères ; je reviens encore sur cette proposition. Si avec nos caractères nous pouvons nous passer d’en introduire de nouveaux, cela vaut encore mieux.

5J’avais proposé un nouveau caractère pour ou ; on peut s’en passer. Il faut avertir seulement les enfants que ces deux lettres réunies ne sont ni deux voyelles, ni une diphtongue, mais une seule voyelle exprimée par deux lettres.

6Je proposais un signe nouveau pour l’è ouvert. Mais l’accent grave le désignera.

7La seule chose que je vais vous soumettre, citoyens, est celle-ci : nous ne pouvons nous dissimuler que nous n’ayons quatre voyelles dont je ne vous avais pas parlé lorsque mon nouveau syllabaire fut proposé à la discussion des savants, les voyelles nasales. La lettre n, qui termine ces voyelles, ne peut être comparée au n initiatif ; et commençant les mots, ou se liant, comme les autres consonnes, à quelque voyelle, il est certain qu’il se produit dans l’instrument vocal pour le n, qui commence un mot, un mouvement différent de celui qui se produit dans la terminaison de la voyelle nasale.

8Si l’on peut la conserver, voici ce que je proposerais : que toutes les fois que n ne sera pas consonne, il y ait au-dessus de la voyelle qui le précédera une espèce de tréma ou de ligne horizontale, qui ressemblerait à celle dont les Espagnols se servent pour exprimer leur n mouillé ou leur gn, et ce serait le signe de cette voyelle. Au reste, je tiens peu à tout cela ; je ne le propose qu’à cause de la nouvelle place que nous allons donner aux voyelles nasales, pour accoutumer les élèves à bien sentir que c’est ici une véritable voyelle. Comme ils auront beaucoup de peine à se persuader qu’une lettre qui est consonne devient voyelle dans la terminaison, je crois qu’il n’y aurait pas de mal qu’à la place de ce n final, il y eût un petit caractère : cette petite ligne traversale que j’ai indiquée plus haut, comme nous le faisions sur le m, quant nous voulions nous dispenser de doubler le m.

9Lorsqu’on voulait supprimer un m dans un mot, et surtout en latin, on plaçait une petite ligne sur la voyelle, et cela tenait lieu du m. Quel mal y aurait-il de faire de même en français ? Ce ne serait pas une lettre de plus ; cette petite ligne sur la voyelle tiendrait lieu de la consonne n, et serait le signe de l’expression du son nasal. Au reste, je verrai cela de plus près. Pour peu que les gens instruits, les gens de lettres, appelés ici pour discuter les livres élémentaires, répugnent à cela, j’y renoncerai absolument.

10Quant aux consonnes, je crois d’abord qu’il ne faut pas les changer. Ce serait altérer beaucoup trop notre orthographe, et même la signification des mots, et rendre gothiques les meilleurs ouvrages français.

11Verin. J’ai encore une observation à vous faire : ne jugerez-vous pas convenable en instruisant, de former un tableau de la langue française, de la décomposition des phrases, afin que l’explication pût être saisie d’un coup d’œil ?

12Sicard. J’ai annoncé, en parlant de la grammaire, que j’aurai toujours deux planches noires ; que je soumettrai au sens de la vue tout ce qui pourra lui être soumis. Je regarde l’oeil comme la porte de l’entendement, et comme fenêtre, les oreilles. Je n’adresserai donc à l’oreille que ce qui ne pourra pas être saisi par l’œil.

13Verin. Mon désir serait d’avoir des tableaux imprimés, afin de pouvoir les propager dans les départements.

14Sicard. Je me propose de faire ces tableaux. S’ils sont trouvés utiles, je ne doute point que le Comité d’instruction publique ne les fasse graver, pour rendre, autant qu’il se pourra, la grammaire facile et populaire.

  • 2 Avec Mahérault nous avons encore affaire à une intervention constructive. Et c’est P. Dupuy lui-mê (...)

15Maherault2. L’observation que j’ai à vous faire a pour objet les e, que vous avez voulu changer dans la dernière séance, et que vous consentez maintenant à laisser. Vous ne leur rendez pas une justice tout à fait complète. Vous avez laissé de côté un e qui, il est vrai, n’est pas muet, et qui n’a pas tant de droits à votre attention. Je crois que cet e mérite de conserver son existence. Cet e est celui qui ne tient, ni de l’é fermé, ni de l’è ouvert, et qui est comme un passager entre les deux ; c’est l’e sonore. Ce son n’est pas le même que celui qui termine le mot liberté, ni que celui d’un mot qui va si bien avec la liberté, le mot succès. Il me semble cependant qu’il se trouve marqué d’un accent grave, comme succès. Cela induit en erreur les enfants et les étrangers, puisqu’il tient le milieu entre l’é fermé et l’è ouvert. Inventons donc un signe qui indique ce milieu. L’accent grave va de gauche à droite, et l’aigu de droite à gauche. Ne pourrait-on pas lui donner une forme perpendiculaire ? Il me semble qu’on ne pourrait le confondre, et qu’il serait distingué parfaitement.

16Sicard. Je m’étais déjà occupé de cet e. J’avais cru, comme vous, citoyen, qu’il ne devait pas être confondu avec l’é fermé ; qu’il fallait le marquer de l’accent grave. Je le confondais avec l’è ouvert dans la pratique. Je fis cette réflexion : si cet e tout seul, étant suivi d’une consonne, ne peut se prononcer qu’en ouvrant un peu plus la bouche, il peut alors se passer d’accent. Or, je vis que l’e dont vous parlez était dans ce cas-là. En effet, essayez de prononcer l’e qui se trouve dans la première syllabe de fermeté, vous verrez que cet e est de sa nature et par sa position à demi ouvert, et, par conséquent, n’est ni de la classe des e fermés ni de celle des e ouverts ; qu’on peut donc l’appeler moyen, et qu’il peut se passer d’accent.

17Duchene. J’ajouterai quelques mots à ce qui vient d’être dit, par rapport aux accents des e. Il me semblerait que les accents ont un inconvénient dans l’écriture cursive, par la lenteur qu’ils lui font éprouver.

18Il me semble qu’il y aurait un grand présent à nous faire, si l’on pouvait multiplier les occasions de l’employer sans accents. On pourrait convenir de mettre un tréma sur cet e muet, lorsqu’au milieu d’un mot il forme une syllabe ; mais dans mon père, ma mère, il ne faudrait plus d’accent.

19Sicard. Il me semble que vous voudriez un accent sur l’e que nous avons tout à l’heure appelé moyen. J’ai dit qu’il y avait des consonnes dont la nature imprimait à l’e qui les précède cette sorte d’ouverture que l’on marquait par un accent grave.

  • 3 Sur Court de Gébelin, cf. supra, note 30. On trouve dans l’ouvrage de J.-P. Séris une reproduction (...)

20Duchene. Il m’a semblé que, dans le système de classification présenté par Gébelin3 relativement aux voyelles a, e, i, o, u, cette échelle n’était pas suffisante, qu’elle était même fort vicieuse. Je voudrais distinguer, dans les cinq voyelles primitives, les voyelles simplement orales : l’a qui se prononce sans aucun mouvement des lèvres ni de la langue, serait la première ; l’e et l’i formeraient les voyelles linguales, dans lesquelles la langue joue tout le rôle ; ensuite viendraient celles que l’on doit appeler labiales. Il est très vrai que l’on peut les prononcer l’une proprement en ouvrant la bouche, les autres l’allongeant, telles que l’u français et ou ; la dernière est encore plus labiale, en sorte que l’u français est l’intermédiaire entre o et ou. Je mettrais donc d’une part l’e muet, et de l’autre l’e muet qui devient eu ; parce que les voyelles, telles que je les considère, se trouvent toutes dérivées de a et de e. Je dirais donc, en les doublant :

21Voilà par conséquent huit voyelles ; comme graves et aiguës : en ajoutant les quatre nasales an, in, on, un, nous aurions douze voyelles. Je vous demanderai si vous avez intention de les placer dans cet ordre dans le tableau.

22Sicard. Dans le nouveau syllabaire, je devais avoir en vue de présenter des moyens de rendre moins rebutant l’art de lire, si difficile et si pénible pour l’enfance. Je manquerais ce but, si j’oubliais qu’il faut simplifier cet art, en lui ôtant tout ce dont nous pouvons nous passer. Votre système, citoyen, est séduisant, sans doute, il présente de l’analogie entre les voyelles et les consonnes, ce qui serait très agréable. Si je l’ai bien entendu, tout cela se réduirait à classer les voyelles par touches, comme je l’ai fait pour les consonnes ; et nous pourrions dire que les voyelles simples sont celles qu’on prononce par la simple ouverture de la bouche, sans que les autres parties de l’instrument vocal y soient pour rien. Ce sont ces voyelles que je pourrais appeler génératrices des autres. Comme ensuite toute la famille des e emprunte quelque chose du mouvement des lèvres, on peut dire qu’elle peut être rapportée à une autre touche, à la touche linguale, etc. ; mais il faut réserver pour les instituteurs les noms des touches auxquelles doivent se rapporter ces voyelles : il suffit, pour les élèves, d’en connaître la classification matérielle.

23Duchêne. Il me semble que la réponse que vous avez faite à l’égard de l’e muet, peut servir à l’égard de l’emploi du n ; car dans certaines voyelles nasales il y a très peu d’occasions où ce n soit sonore, toutes les fois qu’il termine le mot. Il n’est qu’un très petit nombre de mots, tels que ennui, dans lequel, si l’on supprimait la double lettre, il ne resterait que enui. On ne saurait si on doit prononcer an nui, ou énui. Dans cette occasion-là seulement, pour éviter l’équivoque, on le distinguerait par un accent. Il me semble qu’il y a une opposition bien formelle dans les nouveaux types qu’on propose et dans l’orthographe actuelle : au reste, en supposant qu’on adopte dans l’orthographe actuelle les réformes que vous avez proposées, conjointement avec le citoyen Wailly, et qui paraissent être le vœu général, il n’en serait pas moins indispensable, pendant un temps, de faire une comparaison de l’ancienne et de la nouvelle. Le syllabaire devrait aussi indiquer l’art d’enseigner l’orthographe telle qu’elle existe actuellement. Plus on mettra de classification, comme dans l’orthographe actuelle, plus on rendra service aux enfants, qui veulent apprendre à lire d’une manière plus commode et plus philosophique que ne l’était l’ancienne.

24Je dis, en me résumant, qu’il serait bon de donner dans notre syllabaire la différence de l’ancienne et de la nouvelle orthographe. Je crois que votre intention, dans les changements que vous proposez, est de les faire insensiblement.

25Sicard. C’est réellement mon intention. Quant aux autres observations, je crois y avoir suffisamment répondu, par tout ce que j’ai dit précédemment sur la classification des lettres dans le nouveau syllabaire.

  • 4 Ce Périer, qui interviendra également par lettre au débat daté du 29 ventôse et par oral à celui d (...)

26Perier4. En admirant tout ce que votre méthode a d’ingénieux et de juste, il m’est resté quelques scrupules ; je viens vous les soumettre.

27La première partie de votre méthode demande le dessin des objets, avant de nous conduire à la connaissance des lettres ; sans contredit, j’admettrai, et sans doute il n’est personne qui n’admette ce préalable, lorsqu’il ne restera que comme préalable, que comme préliminaire, que comme devant donner une idée générale à l’enfant de l’objet de la lettre ; que comme devant lui apprendre que tel caractère conventionnel devient le signe représentatif ou des objets, ou des sons qui sont les signes propres des moyens vocaux : cependant, témoin du succès que les sourds-muets ont toujours obtenu à l’aide de cette première méthode ou de ces premiers procédés, il m’a paru aussi qu’elle devait ralentir, pour les enfants qui jouissent de tous leurs sens, la marche qui doit les conduire à la lecture.

28Je désirerais beaucoup que tous les instituteurs des écoles primaires commençassent par peindre quelques objets sur les planches noires, par tracer les caractères conventionnels qui en deviennent une peinture secondaire. Alors je demanderai d’abord si nous pouvons supposer que, dans les campagnes qui doivent singulièrement occuper les philosophes, il sera possible de trouver des instituteurs d’écoles primaires qui manient, j’oserai même dire, grossièrement le crayon blanc, à l’aide duquel ils traceront les objets physiques. Je demanderai plus encore ; je demanderai si nous avons une assez grande quantité d’objets qui soient capables d’un dessin assez simple pour pouvoir être présentés à l’aide de quelques traits de crayon et pour ne pas offrir à l’élève deux ou trois idées. Je peux citer un exemple de cela dans le mot vin, mais je m’en vais prendre le mot pain pour exemple ; je demanderai si le pain, objet seul et indispensable, s’il peut être tracé au crayon blanc, de manière que l’enfant puisse reconnaître les formes d’un pain, objet qui aurait à peu près la même conformation. Je reviens au vin : je demanderai s’il nous est possible de tracer au crayon blanc du vin sans tracer un tonneau, sans tracer une bouteille, un vase quelconque, sans tracer quelques lignes qui figurent, d’une manière fort indirecte, la liqueur qui sort du tonneau ; si je présente ces objets à un enfant, et que je trace autour du tonneau le mot vin, le v, le i, et le n. Il est certain que je risque (je parle des campagnes) de lui donner l’idée de ce qu’il aperçoit dans l’ensemble du tonneau, et c’est une idée fausse ; cependant je désirerais beaucoup, avec le citoyen, que, dans les deux ou trois premières leçons, l’on dessinât effectivement les objets les plus usuels ; et je vais expliquer pourquoi je le désirerais. Je crois, comme tous les bons esprits, que le mode d’épellation fut toujours un mode extrêmement vicieux : qu’il ne produit d’autre effet sur le malheureux enfant qui a appris à lire que de l’avoir conduit dans une route au terme de laquelle il est tellement fatigué qu’il ne peut plus en entreprendre d’autre qu’après un très long repos. Je désirerais, quant au mode de dessin, qu’il fût adopté autant que possible, mais que ce ne soit pas plus de deux ou trois leçons, et qu’immédiatement après cela, nous revinssions aux principes de la lecture.

29La lecture est elle-même susceptible d’une telle série de principes, que l’enfant qui n’a même reçu de la nature que des dispositions très médiocres peut y arriver sans fatigue.

30Telle est mon opinion ; je crois que les principes de la lecture, bien gradués, deviennent l’échelle désirée par notre professeur, l’échelle à laquelle il ne manque aucun échelon, j’ose dire aucun demi-échelon. Il s’agirait peut-être, dans un livre élémentaire, de monter cette échelle, comme le menuisier la monte par le premier, par le second, par le troisième et le dernier échelon, de manière qu’il n’y en eût aucun de passé. Je crois aussi que les livres élémentaires qui doivent conduire nos enfants à la lecture doivent être faits, non pas pour les enfants, mais pour les maîtres, comme nous l’a dit plusieurs fois notre professeur ; de manière que l’instituteur puisse y apercevoir d’un côté la marche qu’il doit suivre, sans enchaîner son imagination et son génie, et que, de l’autre côté, au verso, doit être l’exercice de l’enfance.

31Sicard. Je crois, citoyen, avoir expliqué assez clairement les premiers moyens de lecture, pour n’avoir pas besoin d’y ajouter de nouveaux développements mais, comme je n’ai pas été bien compris, je ne me suis pas, sans doute, assez bien expliqué. Le citoyen s’imagine que j’emploie beaucoup trop de temps à faire dessiner les objets dans les premières leçons : il vous a parlé d’un tonneau de vin ; il vous a parlé de pain, et puis de tous ces objets qu’on croit ne pouvoir pas être soumis au dessin. Vous observerez que je n’ai pas dit qu’il fallait peindre le pain, dessiner le tonneau ni le vin. J’ai dit seulement que la science de la lecture supposant celle de l’écriture, la meilleure manière d’apprendre à lire et à écrire serait de se reporter au temps où nos pères en ont reconnu la nécessité ; et comme le premier moyen de se communiquer a été celui de dessiner les objets, il faut donc, avec l’élève, les dessiner aussi. Le citoyen qui s’élève contre mes moyens demande quatre leçons, et je n’en veux qu’une seule, c’est-à-dire qu’à la première leçon, on dira à l’élève : « N’y aurait-il pas un moyen de nous entendre, et de nous communiquer ? » Alors on lui montrera le dessin. Le citoyen a parlé des campagnes, et a dit qu’il ne fallait pas oublier les enfants des cultivateurs ; je lui observe qu’il n’y a plus dans une république ni campagnes, ni villes ; il n’y a que des communes : tous les enfants sont égaux, il ne faut en oublier aucun. Tous ont un droit égal à l’instruction, et il faut la donner à tous.

32Je pense bien que parmi les maîtres des campagnes il y a fort peu de dessinateurs ; mais je n’ai pas exigé qu’il fallût savoir dessiner, pour être maître dans l’art de lire et d’écrire. Quel est l’homme qui ne pourra pas peindre la main (du moins grossièrement), l’appliquer sur une planche, et la dessiner de manière à ce qu’un enfant ne puisse pas s’y méprendre ? Qui ne pourra pas dessiner un objet de ceux qui frappent sans cesse nos regards, en tracer le contour, pour apprendre seulement qu’autrefois toute écriture se faisait ainsi ? Je suis bien loin de demander que l’éducation se passe à dessiner ; une leçon ou deux suffisent pour cela. Qu’on dise à l’enfant qu’autrefois nos pères dessinaient, et que pour nous, nous écrivons à la place du dessin. Ainsi je suppose que je prenne ma main ; je puis former les cinq doigts sur la planche, et autour de ce dessin, tracer le mot main. Si je demande qu’on emploie le dessin dans les premières leçons, c’est pour lier le dessin à l’écriture. Je sais bien qu’avec un crayon blanc on ne dessinera pas le vin. Si on dessine un tonneau, une bouteille, un verre, l’enfant dira : « C’est un tonneau, une bouteille, un verre. » On pourra donc dire que j’ai mal choisi ces premiers mots, en choisissant ceux-ci, pain, vin ; car je ne pourrai dessiner le pain, ni le vin ; mais j’en ai indiqué de plus heureux, comme signes de rappels d’objets plus propres à être dessinés.

33Perier. Citoyen, je vous prie de vous rappeler que je ne vous présente que des doutes, des scrupules ; je suis peut-être encore l’enfant des préjugés ; je suis venu pour m’instruire, et je ne rougirai pas de l’improbation, pourvu que je remporte une idée de plus. Je lis dans votre leçon : « On leur présente (en parlant des enfants) une série de caractères détachés, isolés, qu’on nomme lettres, et on nomme l’assemblage de lettres alphabet. Autant de mots barbares auxquels des étrangers (et nous le sommes tous pour ce que nous ignorons) ne peuvent attacher aucune idée, et ne peuvent prendre aucun intérêt. » Rien de plus vrai, sans doute, que ce paragraphe : cependant, je le répète et j’en demande bien pardon, il me reste encore un scrupule ; je vais l’énoncer.

34Vous avez dit, citoyen Professeur, que l’écriture n’était pas l’image de la parole ; vous nous avez même démontré, d’une manière au moins infiniment séduisante, si elle n’est pas absolument persuasive, que l’écriture était née d’un second besoin, comme la parole était née d’un premier ; que l’écriture n’était pas la peinture secondaire, mais qu’elle était une peinture secondaire de la pensée : je ne me permettrai pas de discuter ce système ; il est peut-être même dans mon esprit ; cependant je ne considère ici que l’enfance : lui porter ces deux opinions, ces deux systèmes, vous ne le voudriez pas vous-même. Je crois que ce n’est pas une fausse idée à donner à l’enfance, que de lui dire que le caractère a est le signe d’un son, et que le caractère b est le signe d’une articulation ; alors je crois que toutes les fois que je lui présenterai même une lettre isolée, soit voyelle ou consonne, je ne lui présenterai pas un signe insignifiant, mais, au contraire, l’image d’une articulation, l’image d’un objet dont il a l’idée. Ne serait-il pas à propos de commencer par faire remarquer à l’enfant qu’il parle, parce qu’il est dans la nécessité d’exprimer ses besoins : qu’il parle parce que la nature lui a donné ce moyen pour communiquer avec ses semblables ? Et alors de lui faire remarquer, un à un, les sons et les articulations qu’il emploie pour parvenir à se faire entendre des autres ; et que cependant quand il est dans un certain éloignement, ces premiers moyens ne sont pas du tout suffisants, ou du moins qu’ils deviennent nuls ; que l’amitié, les affections de l’âme lui en ont fait naître encore un second, bien plus impérieux que le premier, puisqu’il tient au cœur, et que l’on a imaginé de peindre la parole, de lui donner des signes conventionnels ; car, en effet, cette convention établie devient parfaitement représentative de tous les sons, de toutes les articulations possibles ; et qu’alors apprenant à les connaître, ce ne sont plus des figures qui ne lui présentent aucune idée. Elles en présentent une, une expresse ; je lui montrerai la petite figure a, et je lui dirai : « Toutes les fois que tu verras cette figure, tu te souviendras que celui qui l’a tracée, s’il eût été à côté de toi, aurait formé et produit le son a. » Je lui présenterai l’articulation et pé ; je lui montrerai cette articulation, et je lui dirai : « Toutes les fois que tu verras ce signe, ce caractère, tu diras : celui qui était ou qui devait être à côté de moi, pour me communiquer ses opinions, aurait fait le mouvement des lèvres ; alors tu joindras cette articulation avec ce son, il formera pa, et si tu le répètes, il sera le nom de celui qui t’a donné le jour, de l’être le plus précieux pour toi, aussi précieux que ta mère. »

35Je crois que le citoyen Professeur, dont je me glorifie d’être l’élève, entendant mes observations, décidera que les lettres ne sont pas des objets isolés qui n’ont pas de valeur.

36Sicard. Voici ce que j’ai recueilli des observations qui viennent d’être faites ; que c’est mal à propos que j’ai dit que les lettres sont sans valeur quand elles sont isolées et non liées, et ne formant point des mots, et que présentées ainsi, elles ne peuvent être d’aucun intérêt pour les enfants.

37Je le répète encore ; mais je dois expliquer dans quel sens je l’ai dit. Je dis que les lettres, telles qu’on les présentait à l’enfant dans l’alphabet, étaient absolument sans valeur et sans intérêt, parce qu’elles n’étaient l’objet de rien ; que la manière de leur donner une valeur était de les lier, et d’en former des mots ; que ces mots recevaient leur signification du dessin, qui lui-même la recevait de l’objet ; qu’ainsi l’élève était naturellement conduit de l’objet au dessin, du dessin au mot, comme il sera bientôt du mot à la phrase, de la phrase à la période.

38J’ajouterai qu’il y a plusieurs moyens de communiquer sa pensée : le premier de tous, le geste ; le second, la parole, que j’ai toujours regardée comme la traduction du geste ; le troisième, la peinture ou le dessin ; le quatrième l’écriture. L’élève doit aller de l’un de ces moyens à l’autre, en partant de l’objet dont ces moyens sont destinés à être l’image ou la représentation.

39Martin. La méthode ingénieuse et analytique que nous présente le citoyen Sicard pour apprendre à lire aux enfants me paraît la plus propre, parce qu’elle exerce le jugement et la raison, parce qu’elle ne présente les mots qu’après les idées, et que les idées viennent après les choses, et qu’il serait à désirer que nous-mêmes n’eussions appris des mots que quand ils auraient été appelés par nos idées : je n’adopte pas de même la réforme que le citoyen Professeur propose de faire dans notre langue, relativement à l’augmentation des signes destinés à représenter les sons. Plus une langue a de signes, plus elle est difficile ; je sens qu’on peut se prévaloir de l’avantage qu’il y aurait d’avoir autant de signes que nous avons de sons ; cet avantage n’est encore qu’apparent, car les sens ne sont pas tellement déterminés, qu’ils ne puissent recevoir différentes modulations, relativement à l’influence des climats : la preuve en est en ce qu’on distingue à la modulation des sons français, un habitant des bords de la Garonne d’avec l’habitant des bords de la Seine. La multiplicité des signes ne servirait qu’à embarrasser notre langue. Quant à la distinction des syllabes en labiales, nasales, dentales, chuintantes, cette distinction ne peut avoir lieu, car j’ai vu un grand nombre de personnes qui ne les connaissaient point ; d’ailleurs si vous l’admettez, je crains bien que les enfants, qui sont très bons copistes, surtout quand on les encourage, ne s’efforcent de parler du nez, de parler des lèvres, d’appliquer la langue contre le palais, pour faire de bonnes nasales, ou contre les dents, pour faire des dentales, et qu’ils ne se rendent tout à fait ridicules. La nature nous apprend comment il faut presser les différentes touches de notre organe, pour lui faire rendre les différents sons, sans qu’il soit besoin d’en savoir les noms.

40D’ailleurs cette ligne de démarcation que vous établissez entre les consonnes, est-elle bien réelle ? Dans la discussion, le citoyen Garat voulait en rapporter une aux labiales, et le citoyen Professeur aux nasales ; et on finit de faire par accommodement une hermaphrodite de cette lettre ; on la place parmi les labiales et les nasales. Je crois donc que la ligne de démarcation est impossible à tracer. Il y a des nuances si fines entre les consonnes qu’on pourrait s’y méprendre. Je désire donc que les signes de notre alphabet ne soient pas multipliés. Je crois qu’à l’aide des différents accents, nous serons assez riches pour nous passer de caractères nouveaux.

41Sicard. On peut réduire à deux observations tout ce que vient de dire le citoyen instituteur-élève : 1° qu’il ne faut pas multiplier les signes de notre orthographe : j’y ai répondu, en disant au commencement de cette séance que je revenais avec plaisir sur mes pas à cet égard, et que nous pouvions nous contenter de nos signes donnés. 2° Quant à la seconde observation, je n’ai que deux mots à répondre ; je n’ai pas dit : « Voici une chuintante », « Voici une labiale » ; j’ai dit que dans le syllabaire nouveau dont j’étais chargé, il fallait dire tout ce qui était essentiel, sinon pour l’enfant, du moins pour le maître : je laisse au maître intelligent de ne dire de tout cela que ce qu’il faudra ; de s’en servir à propos, et d’une manière analogue à l’intelligence de ses élèves ; je pense aussi qu’il n’est pas nécessaire, en faisant prononcer un p, un b, de dire à l’élève : « C’est une labiale que tu prononces » ; cependant je ne puis pas laisser dire, sans y répondre, que ces lettres n’ont pas entre elles une démarcation bien parfaite et bien prononcée ; et parce qu’il s’est élevé une légère discussion sur le domaine particulier de la touche nasale, il ne s’ensuit pas que ce doute, qui a été suffisamment éclairé, en jette sur les autres consonnes, qui appartiennent à des touches bien déterminées.

42Ainsi il ne peut être indifférent de savoir qu’il y a dans l’instrument vocal tant de touches, que chacune de ces touches a tel et tel son dans son domaine, qu’il y a telle différence entre tel son et tel son, appartenant tous deux à telle touche, que telle lettre n’appartient pas indifféremment à telle ou telle touche. On a beau citer, pour renverser ce système, les différentes prononciations des divers départements, cela ne fait rien au domaine particulier de chaque touche. La dentale, à laquelle appartient le t et le d, sera dentale pour tous les hommes de tous les climats, avec des nuances légères que le climat produit sans doute ; mais d’un bout du monde à l’autre, chez tous les peuples, le d et le t appartiendront toujours à la touche dentale, comme le m et le n appartiennent, au moins en partie, à la touche nasale : mais comme le m ne peut se prononcer sans que les lèvres se pressent l’une contre l’autre, et sans qu’elles s’ouvrent avec force, comme pour la prononciation du p et du b, j’ai cru devoir rapporter aussi cette lettre à la touche labiale ; ainsi nous sommes convenus que cette lettre n’était ni pure labiale, ni pure nasale, mais labio-nasale.

Notes

1 C’est sur la question de l’e muet et de la réforme de l’orthographe que P. Dupuy polarise arbitrairement tout le contenu des séances du quintidi (cf. notes à ces débats, et supra, notes 28, 30-32 et 35-38). La Réclamation de Crouzet, qui s’ouvrait et se fermait évidemment par un jeu de mots sur le « muet » qu’on instruit et celui qu’on veut persécuter, sera publiée en note de la séance du 14 ventôse. Dupuy nous apprend que son auteur est « le principal du collège du Panthéon français, ci-devant Montaigu, élève du département de Paris » (Le centenaire..., op. cit., p. 166). On ne voit pas si bien à quelle hostilité de principe se serait heurté Sicard « dans les séances mêmes de l’École ». C’est l’avis des « gens instruits » auquel Sicard annonce plus bas qu’il se rendra, et il faut comprendre parmi eux au premier chef Volney, qui n’avait pas émis d’objections d’un point de vue littéraire.

2 Avec Mahérault nous avons encore affaire à une intervention constructive. Et c’est P. Dupuy lui-même qui nous renseigne sur l’intervenant, en donnant, en note (cf. Le centenaire..., op. cit., p. 164) la petite pièce en vers signée Mahérault et donnée à La Décade du 30 ventôse en hommage au citoyen Delille, salué par des applaudissements répétés à son arrivée à la séance du quintidi du 15.

3 Sur Court de Gébelin, cf. supra, note 30. On trouve dans l’ouvrage de J.-P. Séris une reproduction de l’alphabet organique de Brosses (Langages et machines..., op. cit., p. 281-284) et une analyse comparée des modèles articulatoire et acoustique versus mécanique, qui met en jeu le rapport de Court à De Brosses (ibid., p. 248 sq., qui renvoient à S. Auroux, l’Histoire des idées..., op. cit., p. 92).

4 Ce Périer, qui interviendra également par lettre au débat daté du 29 ventôse et par oral à celui daté du 29 germinal, est-il le même que celui que nous avons déjà évoqué à propos de la pétition au comité et de l’explication du tableau analytique ? Les réserves qu’il émet quant à la méthode d’épellation, le caractère constructif de sa proposition, son intérêt pour la théorie des chiffres et pour les tableaux imprimés par la Convention, et enfin son insistance à se glorifier d’être l’élève du citoyen professeur, semblent permettre de le supposer. Reste que Sicard, qui connaissait bien le premier Périer, l’avait recommandé et devait l’apprécier, ne l’identifie pas, alors que ce n’est guère dans sa manière. Peut-être, au contraire, était-il gêné par des questions qui visaient plus à le faire valoir qu’à avancer, ou qui, comme celle-ci, venant d’un ancien répétiteur, montraient une incompréhension étrange de la méthode par ailleurs louée.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionsulm/docannexe/image/1483/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 29k

© Éditions Rue d’Ulm, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540