Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’École normale de l’an III. Vol. 4, Leçons d’analyse de l’entendement, art de la parole, littérature, morale

 | 
Jean Dhombres
, 
Béatrice Didier

Leçons d'art de la parole de Sicard

Sixième leçon

23 pluviôse/11 février (séance improvisée)

Texte intégral

  • 1 Nous renvoyons pour le contenu de cette « improvisation » à notre résumé analytique, supra, p. 215 (...)
  • 2 On trouvera ici quelques principes et quelques procédés répétés : le professeur a pensé que cette (...)

1Nous en sommes restés, citoyens, à la préposition : vois Savez tous qu’elle devait faire le sujet et la matière de la leçon d’hier. Le temps qui nous était prescrit ne fut pas suffisant. Nous allons reprendre le fil de nos idées ; mais avant tout, tâchons de nous rappeler quelques-uns de nos principes généraux. Cette leçon sera nécessairement une improvisation1. Je ne m’attendais pas à remplacer un de mes collègues qui se trouve indisposé2. Nous n’aurons pas aujourd’hui notre sourd-muet. Je n’ai pu prévoir l’indisposition de mon collègue.

2Vous vous rappelez comme la virgule naquit de ces petites colonnes qui séparent ces phrases ; cependant je les trace encore tout entières. Vous vous rappelez aussi comment la préposition naquit de la nécessité où nous fûmes de montrer que les mots qui suivaient les objets d’action n’étaient pas de leur espèce. Il fallait en quelque sorte peindre aux yeux du sourd-muet la nécessité même où il était de circonscrire la force ou la vertu active de la qualité qui précédait ; il fallait ensuite lui montrer qu’en circonscrivant cette force active, il fallait encore présenter au mot quelque chose qui le liât et ne le rendît pas isolé : sans cela, il n’y aurait eu aucune raison de ne pas placer là le chiffre 3, par analogie aux mots qui précèdent : mais vous savez que le chiffre 3 donnant à ce mot le même rôle que celui qu’il donne aux objets d’action, il n’y avait aucune raison pour que l’élève ne portât pas la table, comme il portait les autres objets, et ce n’était pas ce qu’il fallait ; il fallait que l’élève portât les objets sur la table ou à la table. Nous sommes convenus que nous étions en droit d’ôter tous les mots que nous pouvions suppléer, que nous devions effacer le nom du sujet, en le laissant écrit seulement une fois, que nous n’avions pas besoin de répéter la qualité active, qu’il suffisait de faire partir de cette qualité des lignes qui avertissent l’élève, que la vertu de cette qualité active se portait sur les autres objets.

3Je trace donc mes lignes de cette manière :

4A ce propos, j’oubliais de vous dire que voici comment je m’y suis pris pour enseigner aux sourds-muets, qu’une qualité énoncée, une seule fois, suffisait pour tenir lieu de toutes les fois où il faudrait la rappeler, quand il y avait plusieurs objets ; j’ai approché le sourd-muet du feu ; je lui ai montré que plusieurs objets rangés autour du feu, recevaient de ce même feu une égale et même chaleur ; je lui ai donc dit que la qualité active, dans l’être agissant, est comme ce feu qui se porte à la fois sur tous les objets qui sont à sa suite. Je trace autant de lignes qu’il y a d’objets qui sont après cette qualité.

5Voilà la qualité active porte : de cette qualité active, par une sorte de vertu qui se porte sur règle, j’oie. la partie des petites colonnes qui pourrait être un obstacle au passage de la vertu active ; voilà donc cette même force active qui se porte sur le mot couteau, elle se porte sur le mot montre ; là finit son domaine, là s’arrête cette vertu, voilà le mot table isolé. Vous vous rappelez tous que l’élève fit lui-même un signe, et vous vous rappelez que ce signe fut traduit par cet autre signe écrit à, parce que, une fois le signe donné, il dépend de celui qui reçoit ce signe, de donner, à la place, un autre signe dont on convient ; je dis donc à l’élève, qu’au lieu de faire le signe manuel qu’il fait, j’écris le signe à : le signe manuel est sa préposition ; le signe écrit est la mienne. Vous voyez qu’il y a correspondance entre nous, et communication parfaite et sans équivoque ; mais de même que tous ces objets sont liés ensemble, et qu’ils le sont par des lignes qui partent de la qualité active, qui sont l’image de la course que fait cette vertu active.

6Alors tout est lié, rien n’est isolé dans l’exposition de la proposition comme rien n’est isolé dans la pensée ; mais nous avons ici 1, 2, 3, 33 ; quel est le chiffre que nous pourrons placer sur cet à ? Nous ne pouvons ici employer le signe 1 ; ce n’est pas un sujet d’action : pouvons-nous y placer le chiffre 3 ? mais ce n’est pas un objet d’action ; nous y mettrons donc le signe 4 ; mais le mot table n’est pas la préposition à ; sur table nous placerons donc le chiffre 5 ; c’est-à-dire que table dépend de à comme règle dépend de porte. Je vous ai déjà dit plusieurs fois, qu’ici le hasard et une sorte d’instinct ont tout fait : il se trouve qu’il y a dans notre phrase des choses gouvernées, pour me servir des anciens termes, et des choses gouvernantes ; il se trouve que c’est le nombre pair, par exemple, qui gouverne, et les nombres impairs qui sont gouvernés ; dans la phrase active, c’est de 2 que part l’influence active, et dans ce genre de l’action, c’est du 4 que part l’influence ; voyez quelle clarté, quelle limpidité pour l’homme de la nature, quand, connaissant la numération, je lui dis : toutes les fois que tu verras 2, il sortira de 2 une vertu qui ira sur 3, de 4 il sortira une vertu qui ira sur 5. J’ai été, je l’avoue, le premier admirateur de ces simples effets ; voyez quel petit nombre d’éléments pour la parole, quelque combinés que les aient rendus les peuples civilisés. Cinq chiffres suffisent : 2 porte sur 3,4 sur 5, et tout est dit ; les phrases les plus longues n’exigent pas un chiffre de plus ; toute la grammaire est trouvée quand ces cinq chiffres sont trouvés.

7Au reste, vous pourriez peut-être croire qu’il y a de l’exagération dans ce que je dis, et croire qu’il reste encore beaucoup d’autres éléments que je serais fort embarrassé d’exprimer par des chiffres : comment, par exemple, faire pour distinguer le pronom du nom, l’adverbe de la préposition ? Comment faire pour désigner la conjonction, l’interjection ?

8Les conjonctions ne sont pas à mes yeux des éléments de la parole ; elles sont seulement comme des signes de pure convention, qui attachent plutôt matériellement les mots de la phrase qu’elles n’attachent les idées, comme la qualité active attache son objet ; il y a cela à remarquer : il y a deux sortes de manières de lier les mots aux mots, les phrases aux phrases ; les phrases qui se lient entre elles par des liens de pure convention, qui ne sont pas des signes d’idées. Il y a une autre manière de lier les mots entre eux ; ces derniers liens sont de véritables images, qui lient les idées dans l’esprit, plutôt suivant les règles de la logique et la raison que suivant les principes de la grammaire : la grammaire est quelquefois logique-grammaire, et alors les mots sont arrangés comme les idées dans l’esprit, sans égard pour l’ordre mécanique des mots ; quelquefois la grammaire est purement grammaire, et alors les mots sont arrangés selon les lois de leur convenance mutuelle ; quelquefois la grammaire consiste seulement dans l’arrangement des mots, et leur ordre matériel : ainsi, la conjonction est ce lien matériel qui ne joue pas de rôle intéressant dans l’art de la parole, parce qu’elle n’en joue pas dans la logique.

9La première manière de lier, c’est de mettre le mot auprès d’un autre mot, plutôt pour l’esprit que pour les yeux ; de manière que l’un aille influencer l’autre, qu’ils ne fassent qu’un tout, comme le mode ne fait qu’un seul tout avec la substance.

10Les pronoms, ne jouant jamais dans l’art de la parole d’autre rôle que celui de représenter les noms, sont donc toujours, ou sujets de la proposition, ou objets d’action dans la proposition ; or dans ces deux cas on leur assigne le caractère qu’on donnerait aux noms qu’ils représentent : par conséquent, il ne me faut pas d’autres signes pour les exprimer.

11L’adverbe paraît le plus embarrassant, mais il l’est encore moins, puisque c’est une ellipse d’une préposition et d’un nom. J’écris donc sur l’adverbe le caractère de la préposition et celui du nom, comme je vais vous le montrer.

12Je suppose, par exemple, que ce soit le mot véritablement qui se présente ; je commence d’abord par l’analyser ; et en l’analysant, nous trouverons ces éléments qui lui conviennent.

13Si quelqu’un s’énonçait ainsi : « Il est venu et m’a dit ce qu’il pensait bien véritablement », qu’un autre dît : « Il me l’a dit d’une manière bien véritable » ; l’un le dirait en un seul mot, l’autre en emploierait trois ; celui qui en emploierait trois, emploierait une préposition qui serait suivie du mot manière et du mot véritable, qui viendrait modifier le mot manière ; mais il y a là une préposition et un nom. J’aurais mis 4 sur la préposition, 5 sur le nom ; je mettrai donc tous ces signes sur le mot véritablement, qui est la même chose : le mot véritablement est un mot elliptique, qui renferme deux mots ; ceux qui savent l’italien, savent que tous les adverbes italiens finissent par mente, veramente.

14Les Italiens ont tiré leur mot mente du mot latin mens, mentis, qui signifie esprit, intelligence, cette faculté qui sépare l’homme de la brute : ainsi, vera mente signifie un esprit vrai ; et nous, nous disons : d’une manière vraie ; la différence qu’il y a des Italiens à nous, c’est que nous avons pris le mot manière comme sujet commun des qualités, et les Italiens ont pris mente ; nous avons également pris leur mot mente, de sorte que nous avons le mot manière et de plus le mot ment, qui est la terminaison de tous nos adverbes ; cela est d’autant plus vrai, que tous les adverbes français terminés en ment, ne peuvent jamais avoir pour orthographe la lettre a à la place de la lettre e, parce que c’est un mot pris dans un sol étranger : voilà la différence de ces adverbes français terminés en ment avec d’autres mots qui se prononcent de même, mais qui s’écrivent par un à : ce mente est donc le sujet ; c’est le nom sur lequel je dois mettre le chiffre 5, gouverné par la préposition ; c’est comme si je disais : da mente vera, ou da vera mente ; si les Italiens n’avaient pas fait de deux mots un mot entier, avec l’ellipse de la préposition, ils diraient : da vera mente ; voilà trois mots, sur lesquels j’écrirais 4 et 5. Je ne mets pas de chiffre sur la qualité, elle n’est que la modification du sujet ; si je voulais agir selon le langage de la nature, ce serait mente qui serait le support ou le cadre de vera, par conséquent ce mot n’aurait pas de chiffre, ou, s’il en avait un, ce serait celui du sujet ; les Italiens diraient donc : da vera mente ; ce serait donc à la manière française : de véritablement ; mais nous ferons l’ellipse de la préposition : il nous restera un mot français d’un côté, un mot italien de l’autre ; et ce double mot sera le mot véritablement.

15Vous voyez, citoyens, que les adverbes n’ont rien d’embarrassant, et que j’ai eu raison de dire que cinq chiffres peuvent suffire à rendre raison de tous les mots qui entrent dans la décomposition d’une phrase quelconque.

Notes

1 Nous renvoyons pour le contenu de cette « improvisation » à notre résumé analytique, supra, p. 215. Sicard donne ici le complément de la théorie numérale, désormais complète. Il pouvait improviser et faire avec les élèves le livre sorti du cours en un sens bien différent de Garat. C’est que sa technique était au point dès avant son arrivée à Paris. On voit la théorie des chiffres expliquée dans l’un des tableaux imprimés par la Convention à la suite de la visite des députés à l’Institution. Il s’agit du tableau n° 3 intitulé Procédé synthétique pour conduire les sourds-muets à l’intelligence de la fusion du lien, et de la qualité passive dans le radical actif, de la règle d’apposition de l’objet, du service et de la nécessité des prépositions. On y retrouve les mêmes exemples et l’explication en est donnée par Périer. Elle anticipe très exactement notre texte de l’an III. On retrouvera ces procédés dans le Cours d’instruction... (op. cit.), aux chapitres iv-vii, et dans les Éléments.

2 On trouvera ici quelques principes et quelques procédés répétés : le professeur a pensé que cette répétition devenait nécessaire au commencement du développement d’une théorie aussi neuve que l’est celle de l’instruction des sourds-muets. Mais à mesure qu’il avancera dans cette explication, les répétitions étant moins nécessaires, l’exposition des procédés deviendra plus concise.

© Éditions Rue d’Ulm, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540