Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’École normale de l’an III. Vol. 4, Leçons d’analyse de l’entendement, art de la parole, littérature, morale

 | 
Jean Dhombres
, 
Béatrice Didier

Leçons d'art de la parole de Sicard

Note sur l’édition des cours de Sicard

Texte intégral

  • 1 P. Dupuy, Le Centenaire de l’École normale, 1795-1895, chap. viii, à propos des débats, et surtout (...)

1Le cours d’art de la parole est l’un de ceux qui ont dû poser aux premiers éditeurs les plus grandes difficultés. Paul Dupuy en a analysé quelques raisons1, qui demeurent même lorsque l’on est moins sévère que lui et que l’on veut croire à l’unité réelle de l’enseignement de Sicard.

  • 2 P. Dupuy, ibid., p. 163 : « L’encombrant Sicard a paru trente-huit fois, à cause de son cours comp (...)
  • 3 Nous avons indiqué dans notre introduction que l’institution de l’École a été préparée par les déb (...)

2En ce qui concerne le lieu, Sicard faisant allusion à des séances données à l’Institution des muets, Dupuy est allé jusqu’à émettre l’hypothèse que certains cours ou débats aient pu y être transportés2. Il nous a semblé aussi plausible de supposer que le public du professeur pouvait avoir souhaité l’écouter à titre gratuit aux séances publiques tenues faubourg Saint-Jacques, et l’on sait que la majorité des élèves habitaient le Quartier latin3. Mais nous n’avons pas tranché.

  • 4 Cf. P. Dupuy, ibid., p. 163 : « La place de Thouin fut prise par Sicard, qui fit sur l’enseignemen (...)
  • 5 La Décade, tome XXV, n° 21 et 22 des 30 germinal et 10 floréal an VIII. C’est à l’Institut, dont l (...)
  • 6 Introduction de l’édition de 1808, p. iv.

3Pour ce qui est de la chronologie, les difficultés sont légion. Le règlement prévoyait deux séances par décade, les quartidi et nonidi, par groupe de trois avec Garat et La Harpe. Ni cette périodicité ni cette liaison n’ont été respectées. Et Sicard, qui fut amené à occuper l’horaire de Thouin4, ou à improviser en remplacement d’un collègue absent, donna (en comptant des séances de quintidi et des séances spéciales aux muets) quarante interventions en place des vingt-quatre prévues. Toutes les leçons ne sont pas reproduites, des références internes faisant conclure à des absences. Certaines leçons sont reproduites en un ordre douteux, qui ne semble pas toujours cadrer avec les reprises internes, ou même sont manifestement interverties. Les leçons consacrées aux muets, sur l’horaire de Thouin, sont intercalées entre celles de grammaire proprement dite. Les leçons spéciales du quintidi semblent avoir été isolées et reproduites à la fin du tome II des Débats avant les Nouveaux débats. Enfin, ce tome II des Débats se trouve, dans les éditions de 1800 et 1808, augmenté d’un volume très important de textes de Sicard que la présente édition n’offre pas, mais dont nous avons montré dans notre introduction – en particulier pour ce qui est de l’analyse numérale de la proposition – que, s’ils sont des doublets des textes que Sicard publiera après l’an III, ils ont trouvé leur occasion, voire leur dénomination, dans les échanges poursuivis avec les élèves de l’an III. Sicard continua son enseignement à l’Institution après la fermeture de l’École, et il put à ce titre, comme au titre de l’enseignement de grammaire générale mis au programme des Écoles centrales, engager une correspondance suivie avec des « élèves maîtres »dont font état les Nouveaux débats, en continuation. Il y avait, en 1800, au moment où la Décade se fait l’écho de la polémique au sujet de la valeur d’un enseignement de grammaire générale5, et en 1808, une fois cet enseignement contesté, les Écoles centrales remplacées par les lycées, et un « pensionnat normal6 » rétabli auprès de l’université impériale, un enjeu et un sens à cette « continuation ».

4Les « professeurs célèbres »ont, d’autre part, revu leurs textes et, dans l’édition de 1808, voulu fournir eux-mêmes une vision synoptique du contenu des enseignements présentés par ordre chronologique en détaillant la table. Dans le cas de Sicard, cette mise en ordre présente l’intérêt de refléter la présentation adoptée pour sa Grammaire à partir de la seconde édition, et reprise dans l’édition de 1808 qui présente l’ouvrage comme adopté pour les lycées. D’autre part, l’ordre que propose le cours tel qu’édité en 1800-1808 anticipe exactement celui du Cours d’instruction, qui montre l’unité profonde de la grammaire et de l’instruction des muets dans la progression d’un cours à proprement parler. Il nous a semblé nécessaire de suivre les éditeurs de 1800-1808 en présentant ensemble ce que Dupuy distingue comme un cours et un cours complémentaire, et en séparant les séances du quintidi, qui devaient être communes à toute l’École.

5Nous reproduisons ici la table de l’édition de 1808 qui donne le résumé analytique des séances de leçons et débats d’art de la parole, où l’on a substitué la référence à une ou plusieurs séances à la référence aux pages (cette table fonctionne comme un index, mais elle est évidemment fondée sur la tomaison et la pagination de l’époque) » nous fournissons également une chronologie des cours datée selon le calendrier républicain et le calendrier actuel, suivie du résumé séance par séance, et en intercalant, conformément au principe d’ensemble de la présente édition, les séances de débats aux dates indiquées dans l’original, sans résoudre ici les problèmes ponctuels posés du point de vue de l’attribution de lieu et de temps, qui pourront figurer en note.

Notes

1 P. Dupuy, Le Centenaire de l’École normale, 1795-1895, chap. viii, à propos des débats, et surtout chap. ix, p. 163-171. L’auteur a comparé le texte des leçons publiées avec l’évocation qu’en offrent les journaux de l’époque. Le tome V des Procès-verbaux du Comité d’instruction publique de la Convention nationale édités par J. Guillaume offre également des indications précieuses, et renvoie à l’analyse de Dupuy sur la question des manuels, objet des séances du quintidi (« Introduction », p. xxxv).

2 P. Dupuy, ibid., p. 163 : « L’encombrant Sicard a paru trente-huit fois, à cause de son cours complémentaire ; mais je crois que plusieurs séances de ce cours eurent lieu à l’Institution même des sourds-muets, dans la salle des exercices publics. » Dupuy prend appui sur le renvoi que fait Sicard, lors de la séance de l’Ecole du 13 pluviôse, à l’une de ces leçons publiques (p. 342 de l’édition de 1800).

3 Nous avons indiqué dans notre introduction que l’institution de l’École a été préparée par les débats autour de la réforme des institutions pour muets. Débats qui mettent en scène l’abbé, mais aussi ses élèves d’élite et certains de ses répétiteurs, que l’on retrouve parmi les élèves de l’an III et futurs professeurs des Écoles centrales.

4 Cf. P. Dupuy, ibid., p. 163 : « La place de Thouin fut prise par Sicard, qui fit sur l’enseignement des muets un cours spécial non prévu par le programme » ; et Sicard, au début de la séance de débats du 9 ventôse : « Citoyens, les raisons de santé qui m’avaient empêché de remplacer mon collègue Thouin ne subsistant plus, duodi je reprendrai son tour ; et ce sera une leçon pour les sourds- muets. » Au début de la leçon improvisée du 23 pluviôse le professeur développe ce qu’il n’a pu, faute de temps, dire de la préposition dans la leçon du 22 pluviôse. Les jours initialement impartis à Thouin étaient le duodi et le septidi.

5 La Décade, tome XXV, n° 21 et 22 des 30 germinal et 10 floréal an VIII. C’est à l’Institut, dont le Journal relate les débats et travaux, que se joue la polémique entre défenseurs et partisans de Locke, en même temps que celle sur la légitimité de la confusion établie entre analyse de l’entendement et grammaire générale. Ce dernier point fait l’objet d’une grande partie du début des Nouveaux débats ajoutés à partir de 1800 au cours de Sicard (t. XII, p. 128-176, en réponse à une lettre exposant les idées de Horne-Tooke sur Locke et sur l’Hermès de Harris). Sicard avait lui-même pris parti pour Thurot dans le mémoire lu en l’an V sur l’Hermès.

6 Introduction de l’édition de 1808, p. iv.

© Éditions Rue d’Ulm, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540