Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’École normale de l’an III. Vol. 4, Leçons d’analyse de l’entendement, art de la parole, littérature, morale

 | 
Jean Dhombres
, 
Béatrice Didier

Notice auteurs

Texte intégral

1Jean Dhombres est ancien élève de l’École polytechnique, docteur en mathématiques, directeur de recherche au CNRS : il est devenu historien des sciences mathématiques comme directeur d’études à l’EHESS, en travaillant à unifier ce champ depuis les origines antiques jusqu’à nos jours pour lui donner toute sa place dans l’histoire culturelle. Ancien directeur du laboratoire d’histoire des sciences et des techniques du CNRS, il a relancé à partir de 1989 les études pluridisciplinaires sur l’École normale de l’an III. Sur la seule période historique concernée, il a notamment publié une édition critique de l’Histoire de l’École polytechnique d’A. Fourcy (Belin, 1989) ; en collaboration avec Nicole Dhombres, Naissance d’un pouvoir, sciences et savants en France (1793-1824) (Payot, 1989), Lazare Carnot (Fayard, 1997) ; et avec Jean-Bernard Robert, Fourier, créateur de la physique mathématique (Belin, 1998). Il termine une histoire des mathématiques dont le tome consacré aux xviie et xviiie siècles est à paraître chez Fayard.

2Professeur à l’université de Paris-VIII puis à l’École normale supérieure (Ulm), Béatrice Didier est l’auteur de nombreux ouvrages sur le xviiie siècle et sur le romantisme (Stendhal autobiographe, PUF, 1983 ; La Musique des Lumières, PUF, 1985 ; George Sand écrivain, PUF, 1998 ; Oberman ou le sublime négatif, codirigé avec F. Bercegol, Rue d’Ulm, 2006). Elle a contribué à mettre à l’honneur les études sur la littérature de la Révolution française (Littérature française, 1778-1820, Arthaud, 1976 ; La Littérature de la Révolution et de l’Empire, PUF, 1989). Elle dirige chez Champion une édition des œuvres complètes de Chateaubriand.

3Gérard Gengembre est professeur de littérature française à l’université de Caen et spécialiste des rapports entre histoire, idéologie et littérature. Il a notamment publié La Contre-Révolution ou l’Histoire désespérante (Imago, 1989), une édition de De la littérature de madame de Staël, en collaboration avec Jean Goldzink (Garnier-Flammarion, 1991) et des articles sur la théorie de la littérature autour de 1800, élaborée notamment par les Idéologues, madame de Staël et Louis de Bonald.

4Barthélémy Jobert, ancien élève de l’École normale supérieure et agrégé d’histoire, est professeur d’histoire de l’art moderne et contemporain (patrimoine) à l’université de Paris-Sorbonne (Paris-IV). Spécialiste de l’art européen de la fin du xviiie siècle et de la première moitié du xixe, il est notamment l’auteur d’ouvrages consacrés à Eugène Delacroix et a été le commissaire de plusieurs expositions au Louvre, à la Bibliothèque nationale de France et au musée de la Musique. Il a également édité, parmi les cours de l’an III, les Leçons d’histoire de Volney (Dunod, 1994).

5Philippe Roger est directeur de recherche au CNRS (Centre d’étude de la langue et de la littérature françaises des xviie et xviiie siècles, UMR 8599, CNRS/Paris-IV) et directeur d’études à l’EHESS. Depuis Sade. La Philosophie dans le pressoir (Grasset, 1976) il a publié plusieurs livres et une soixantaine d’articles sur le siècle des Lumières, dont Un siècle de deux cents ans ? Les xviie et xviiie siècles : continuités et discontinuités (avec J. Dagen, Desjonquères, 2004).

6Élisabeth Schwartz, ancienne élève de l’École normale supérieure de Sèvres, est professeur à l’université Biaise-Pascal de Clermont-Ferrand, où elle enseigne la philosophie de la connaissance. Auteur d’une thèse sur Les Idéologues et la fin des grammaires générales raisonnées (1981), elle a consacré ses recherches – d’abord à l’université d’Aix-en-Provence où elle a dirigé l’équipe CNRS d’épistémologie comparative créée par G. Granger, puis au sein du centre Philosophies et rationalités de l’université Biaise-Pascal – à l’histoire comparée de la philosophie (de Condillac aux Idéologues, de Kant à sa postérité) et des systèmes formels, particulièrement dans les débuts de la logique mathématique (de Boole à Frege, Carnap, Wittgenstein et Tarski).

© Éditions Rue d’Ulm, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540