Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’École normale de l’an III. Vol. 3, Leçons de physique, de chimie, d’histoire naturelle

 | 
Étienne Guyon

Leçons d'histoire naturelle de Daubenton

Dix-septième leçon

17 floréal/6 mai

Texte intégral

1Pour savoir s’il y a entre les végétaux et les animaux des êtres intermédiaires qui aient des propriétés communes avec les productions végétales et animales, et qui forment un passage des unes aux autres par des nuances successives, il semble qu’il faudrait comparer les végétaux qui ont le plus d’organes avec les animaux qui en ont le moins. De cette manière, la question serait bientôt décidée. On ne trouverait guère d’analogie entre les arbres, qui sont les plantes les plus organisées, et les vers, qui sont les animaux les moins pourvus d’organes. Les naturalistes qui ont recherché des êtres intermédiaires entre les animaux et les végétaux ont suivi une autre méthode qui renverserait l’ordre direct des productions de la nature, s’il existait. Ils ont indiqué une liaison par des rapports entre des végétaux et des animaux qui sont le moins organisés.

  • 1 La « cellule » désigne ici la logette qui renferme un polype.

2Il y a beaucoup d’animaux qui ressemblent à des minéraux par leur substance, en grande partie pierreuse, et à des plantes par leur figure branchue et ramifiée ; aussi les a-t-on pris d’abord pour des pierres, ensuite pour des plantes, avant de reconnaître qu’ils étaient de vrais animaux. Dès le temps des naturalistes grecs, on les regardait comme des pierres-plantes, lithophytes, ou des animaux-plantes, zoophytes. On leur a aussi donné les noms de plantes marines, parce qu’ils se trouvent dans la mer, et de polypiers, parce qu’ils ressemblent à des polypes et qu’ils ont chacun leur cellule1.

  • 2 C. von Linné, Systema naturae..., op. cit., t.1, p. 1074 et p. 1270-1286.
  • 3 P. S. Pallas, Elenchus zoophytorum, op. cit., p. xiv et p. 18-20.

3Mais, suivant Linné, les zoophytes sont des vraies plantes qui ont un système nerveux et l’organe du sentiment et du mouvement2. M. Pallas applaudit à cette opinion et l’admire3. Mais comment peut-on comprendre que de vraies plantes aient des nerfs, du sentiment et du mouvement spontané ? Un être ainsi conformé n’est pas une plante ; il doit être mis au rang des animaux, puisqu’il en a toutes les propriétés : la vie, le sentiment et le mouvement.

  • 4 « Au carrefour des animaux et des végétaux ».
  • 5 P. S. Pallas. Elenchus zoophytorum, op. cit., p. 21-26.

4Linné place les zoophytes entre les animaux et les végétaux, in bivio animalium vegetabi-liumque4. Cependant il faut qu’il ait reconnu dans les zoophytes plus de rapports avec les animaux qu’avec les plantes, puisqu’il les a mis avec les animaux dans son système de la nature. M. Pallas leur donne presque à tous la dénomination d’animal végétant5.

5On a vu des polypes dans plusieurs espèces de lithophytes et de zoophytes. Ces polypes sont conformés de façon qu’ils peuvent saisir une proie et s’en nourrir : de telles fonctions supposant nécessairement le sentiment de la faim, le mouvement spontané de quelques parties de leur corps et la digestion de leur aliment prouvent que les polypes sont des animaux. Voyons à présent quels sont les motifs qui ont déterminé M. Pallas à croire que ces animaux végètent.

6La plupart des zoophytes sont branchus et ramifiés comme les plantes. Il y en a qui ont une substance ligneuse, dit M. Pallas. Ils poussent de petites vésicules qui ressemblent à des bourgeons ou à des fruits, la moindre partie de leur corps en étant séparée suffit comme une bouture pour reproduire un nouveau polype. Cet exposé prouve-t-il que les zoophytes végètent ?

  • 6 Littéralement « fleur de fer » : concrétions de cristaux d’aragonite, souvent trouvées dans les mi (...)

7La forme branchue n’est pas un caractère distinctif des plantes : le spath calcaire que l’on a appelé flos ferri6, quoique branchu, n’a rien de commun avec les végétaux. La main de l’homme et celle des singes et les pieds de beaucoup d’animaux forment aussi des branches, sans participer de la nature des plantes.

8Les lithophytes et les coraux ont une écorce tendre qui recouvre une substance plus dure. Mais cette écorce n’a aucun des caractères de l’écorce des arbres, et le corps dur qui se trouve dessous n’est pas ligneux. On n’y voit pas les caractères du bois, quoiqu’il soit composé de couches concentriques. Cette structure se trouve aussi dans plusieurs sortes de minéraux et dans les os des animaux.

  • 7 Les corallines sont des algues rouges calcifiées qu’on a longtemps confondues avec des coraux. Il (...)
  • 8 J. Ellis, Essai sur l’histoire naturelle des corallines, et d’autres productions marines de même g (...)

9Les vésicules que produisent plusieurs espèces de corallines7 ne peuvent être comparées aux bourgeons ni aux fruits, que par leur situation aux extrémités ou le long des branches des corallines. Mais que contiennent ces vésicules ? sont-ce des feuilles ou des graines ? Au contraire, elles renferment un polype qui étend ses bras au-dehors pour chercher sa proie et qui les retire au-dedans. M. Ellis compare ces vésicules à des ovaires ou à des matrices8. Celles qui tombent se développent avec le temps et produisent de nouvelles corallines. Aucun de ces faits ne prouve que les zoophytes aient un rapport essentiel avec les plantes.

10La propriété de se reproduire par une petite partie détachée du corps est fort extraordinaire dans les animaux. On a cru jusqu’à présent que les végétaux étaient les seuls qui pussent se multiplier par boutures. Mais les connaissances que M. Ellis a données sur les corallines peuvent faire comprendre comment un animal se reproduit par une partie détachée de son corps. Les vésicules des corallines sont des ovaires féconds, qui deviennent des matrices occupées par un fœtus. Quoique les polypes d’eau douce ne soient pas composés de toutes les parties d’une coralline, la substance de leur corps peut contenir un grand nombre de vésicules. Et en effet on y aperçoit, à l’aide du microscope, une très grande quantité de petits grains : ces vésicules pourraient devenir successivement comme dans les corallines, des ovaires féconds et des matrices occupées par des fœtus de polypes et même des parties détachées, et nous montrer tous les phénomènes de la génération de ces animaux.

  • 9 P. S. Pallas, Elenchus zoophytorum, op. cit.
  • 10 L. F. Marsili, Histoire physique de la mer, ouvrage enrichi de figures dessinées d’après le nature (...)

11Cette idée n’est qu’une très faible présomption ; je la propose seulement pour faire voir que la reproduction des polypes par des parties détachées de leurs corps ne prouve pas qu’ils tiennent de la nature des plantes plus que les animaux. On embarrasse la science de l’histoire naturelle en imaginant une dénomination équivoque comme celle d’animal végétant que M. Pallas a donnée aux zoophytes, en disant qu’ils végètent, qu’ils croissent sous forme de plantes qu’ils paraissent avoir les propriétés des plantes, et qu’ils sont comme des plantes animées9. M. Pallas ne doute pas que les zoophytes ne tiennent de la nature des animaux ; mais il s’efforce de prouver qu’ils participent aussi à celle des végétaux. C’est pourquoi il les appelle animaux végétants et les regarde comme des êtres intermédiaires qui font une liaison entre les animaux et les végétaux. Pour avoir l’idée de l’existence d’un animal végétant, il faudrait imaginer, dans le même être, un mécanisme composé de l’économie animale et de l’économie végétale. On ne peut pas juger si ce mécanisme compliqué est possible, parce que l’on n’a pas assez de connaissance des deux économies. Comment admettre le cours de la sève des végétaux avec la circulation du sang des animaux ou de la liqueur qui en tient lieu ? des substances herbacées ou ligneuses avec des substances charnues, cartilagineuses ou osseuses ? A-t-on jamais reconnu ces différentes substances dans les zoophytes ? Y a-t-on jamais vu les caractères distinctifs des végétaux ? Les zoophytes qui n’ont point de racines sont comme enracinés, dit M. Pallas, par un disque ; il vaudrait mieux dire qu’ils adhèrent aux différents corps qu’ils rencontrent. J’ai vu un lithophyte sur un caillou, un corail sur un fragment de terre cuite ; il n’y a là aucune analogie avec des racines. M. Pallas prétend que ces zoophytes ont une substance ligneuse et une substance corticale. Cependant on n’y a jamais vu l’organisation ni la substance du bois ni de l’écorce des plantes. Ces mêmes zoophytes, ajoute M. Pallas, n’ont pas, comme certaines plantes, de pores qui leur transmettent de la nourriture, mais ils en reçoivent par les petites bouches des polypes qui fleurissent sur eux de toutes parts. Voilà donc les polypes du corail, qui sont des fleurs, suivant M. Pallas. C’était l’opinion du comte Marsili, il y a soixante ans10. On a bien prouvé que ces prétendues fleurs étaient de vrais animaux, mais M. Pallas veut qu’ils soient des animaux fleurissants et le corail un animal végétant, qui a la forme d’une plante, une tige pierreuse, une écorce plus tendre couverte de petits godets ovipares, ayant pour fleurs des polypes couronnés de petits prolongements qui se replient d’eux-mêmes. Il est certain que cette tige et cette écorce n’ont rien de végétal ; mais les polypes sont regardés comme des fleurs parce qu’ils ont la propriété de se reproduire par toutes les parties de leurs corps, comme les plantes se multiplient par des boutures. Si les polypes sont des animaux, ils ne peuvent pas être des fleurs, car on ne peut pas comprendre que le même être soit animal et végétal. Si M. Pallas l’a compris, il devait s’expliquer plus clairement sur ce merveilleux assortiment des fonctions de l’économie animale avec celle de l’économie végétale, avant de donner aux zoophytes la dénomination d’animaux végétants, qui ne peut être admise sans de bonnes preuves.

12Je ne suivrai pas cette discussion dans un plus grand détail. Mais j’en ai peut-être dit assez pour en conclure que les lithophytes, ni les zoophytes, ne sont pas des êtres intermédiaires entre les végétaux et les animaux, et que l’on n’y a démontré jusqu’à présent aucune liaison, ni aucun passage des végétaux aux animaux.

13S’il y avait de ces êtres intermédiaires, on en trouverait à plus forte raison entre les différentes classes des végétaux et entre celles des animaux. Cette recherche est beaucoup plus sûre et plus facile sur des classes d’animaux, tels que des quadrupèdes et des oiseaux, qui sont bien mieux connus que les zoophytes. Cependant il n’y a rien de prouvé à ce sujet. Y a-t-il un animal intermédiaire entre les quadrupèdes et les oiseaux, qui ait des caractères essentiels aux uns et aux autres ?

  • 11 Aristote, hésitant au sujet de la position des chauves-souris, les séparait tout de même des oisea (...)

14On a cru trouver cet animal intermédiaire dans la chauve-souris parce qu’elle vole11. Mais ce caractère n’est pas mieux fondé relativement au vol des oiseaux que ceux que l’on a proposés pour prouver que les zoophytes participent de la nature des végétaux.

15On sait combien il y a de différences de conformation entre les quadrupèdes et les oiseaux. Or la chauve-souris ne diffère des quadrupèdes fissipèdes qu’en ce que les phalanges des doigts sont à proportion beaucoup plus longues, et qu’elles soutiennent une membrane qui se prolonge le long des côtés du corps jusqu’à la queue. La chauve-souris vole à l’aide de cette membrane lorsqu’elle est étendue ; mais après l’avoir repliée avec les longues phalanges de ses doigts, elle marche comme les quadrupèdes, le poignet des jambes de devant lui servant de pieds. Au reste la chauve-souris est conformée comme les autres quadrupèdes, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur. Sa conformation n’a donc rien de commun avec les caractères essentiels à celle des oiseaux. Donc la chauve-souris est un animal quadrupède et non pas un être intermédiaire entre les quadrupèdes et les oiseaux. S’il suffisait d’avoir une membrane propre au vol pour participer à la nature des oiseaux, le lézard volant, le poisson volant et un grand nombre d’espèces d’insectes y auraient autant de part que les chauve-souris.

16Voilà donc l’ordre direct des productions de la nature interrompu entre des classes d’animaux, comme entre les minéraux, les végétaux et les animaux. En vain espérerait-on de trouver à l’avenir de nouveaux animaux qui rempliraient ces lacunes. Il est plus souvent arrivé qu’un animal nouvellement connu, au lieu de lier deux classes l’une à l’autre en a formé une troisième entre elles.

17Malgré ces interruptions, la nature passe le plus souvent d’une espèce à l’autre par des différences si légères qu’elles ne forment que des nuances presque insensibles qui rendent les distributions méthodiques fort difficiles et très fautives. Mais s’il n’y avait point d’interruption dans la suite des productions de la nature, on n’aurait jamais eu l’idée de les distribuer par classes, par genres et par espèces.

18Considérons la nature sans prévention pour aucun système de continuité ou d’interruption dans l’ordre de ses productions. Nous la verrons telle qu’elle est, et nous en jugerons d’autant mieux que nous aurons acquis plus de connaissances.

Notes

1 La « cellule » désigne ici la logette qui renferme un polype.

2 C. von Linné, Systema naturae..., op. cit., t.1, p. 1074 et p. 1270-1286.

3 P. S. Pallas, Elenchus zoophytorum, op. cit., p. xiv et p. 18-20.

4 « Au carrefour des animaux et des végétaux ».

5 P. S. Pallas. Elenchus zoophytorum, op. cit., p. 21-26.

6 Littéralement « fleur de fer » : concrétions de cristaux d’aragonite, souvent trouvées dans les mines de fer.

7 Les corallines sont des algues rouges calcifiées qu’on a longtemps confondues avec des coraux. Il semble que les organismes dont parle ici Daubenton soient justement des coraux ou des gorgones, animaux constitués effectivement de polypes vivant dans des loges.

8 J. Ellis, Essai sur l’histoire naturelle des corallines, et d’autres productions marines de même genre, qu’on trouve communément sur les côtes de la Grande-Bretagne et d’Irlande, trad. fr., La Haye, de Hondt, 1756. John Ellis (1710-1776), négociant anglais, se fit connaître des naturalistes par plusieurs ouvrages consacrés aux productions marines. Il montra que beaucoup de zoophytes étaient des animaux, mais se trompa sur les corallines.

9 P. S. Pallas, Elenchus zoophytorum, op. cit.

10 L. F. Marsili, Histoire physique de la mer, ouvrage enrichi de figures dessinées d’après le naturel, Amsterdam, aux dépens de la Compagnie, 1725, 6e partie (« Des plantes pierreuses »), p. 106-154.
Luigi Ferdinando Marsili (1658-1730), naturaliste de Bologne, fut d’abord soldat de l’empereur Leopold Ier avant de se tourner vers l’étude des sciences. Il voyagea à travers toute l’Europe et en ramena de nombreuses données géologiques et biologiques. Il s’intéressa en particulier à la mer et à ses productions. Il fonda l’Accademia delle scienze de Bologne et fut membre de la Royal Society.

11 Aristote, hésitant au sujet de la position des chauves-souris, les séparait tout de même des oiseaux et les plaçait près des quadrupèdes. Pline fit quant à lui la confusion, qui se perpétua jusqu’à la Renaissance. Belon, par exemple, en traitait en 1555 dans son ouvrage sur les oiseaux. À partir de cette époque, néanmoins, les zoologistes admirent de plus en plus l’appartenance des chauves-souris aux « quadrupèdes vivipares », puis, après Linné, aux mammifères. Au xviiie siècle, seuls quelques naturalistes, comme Bonnet, en faisaient encore des formes intermédiaire entre les oiseaux et les mammifères.

© Éditions Rue d’Ulm, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540