Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’École normale de l’an III. Vol. 3, Leçons de physique, de chimie, d’histoire naturelle

 | 
Étienne Guyon

Leçons d'histoire naturelle de Daubenton

Seizième leçon

12 floréal/1er mai

Texte intégral

1Sur la physiologie des végétaux, comparée à celle des animaux

2Les êtres organisés sont des corps composés de différentes parties qui exécutent naturellement des fonctions, telles que la nutrition et la génération. L’ensemble de ces organes et de leurs fonctions est ce que l’on appelle économie dans les animaux et dans les végétaux. La science qui traite de l’économie animale est appelée physiologie. Elle est peu avancée. La physiologie des végétaux l’est encore moins. Cependant on a fait de grands efforts pour découvrir une analogie sensible et des rapports suivis entre l’économie végétale et l’économie animale.

3Il y a certainement des rapports entre ces deux économies ; on les a connus de tout temps. Les plantes naissent, se nourrissent, accroissent, dépérissent et meurent. Elles transpirent, il en sort des excréments, etc. Les organes des plantes exécutent des fonctions analogues à celles des animaux ; mais cette analogie n’est pas assez suivie pour que l’économie végétale puisse être comparée avec quelque précision à l’économie animale.

4Duhamel et Bonnet, deux auteurs célèbres, étaient très disposés, comme Grew et Malpighi, à trouver beaucoup de rapports entre l’économie végétale et l’économie animale, peut-être plus qu’il n’y en a réellement. Je vais exposer ici quelques articles de la comparaison qu’ils en ont faite.

  • 1 Ibid., p. 3. La « glaire de l’œuf » est le blanc.

5Duhamel compare à la glaire d’œuf la liqueur glaireuse et transparente dont les noyaux des fruits se remplissent lorsqu’ils se forment1. Il compare au jaune de l’œuf une autre liqueur transparente, que l’on aperçoit du côté où sera la pointe d’une amande qui n’est pas encore formée. Cette liqueur est contenue dans des membranes qui lui sont propres et communique par des vaisseaux avec la substance comparée au blanc d’œuf.

  • 2 Ibid., p. 4.

Peu de temps après, dit Duhamel, l’amande commence à paraître et à se former, par le petit bout, de la même manière qu’après plusieurs jours d’incubation, on trouve dans l’œuf la première origine du poulet : au moins c’est à ce terme qu’elle commence à être sensible. Je remarquerai, dit Duhamel, seulement que cette partie des amandes, qu’on nomme les lobes, est alors fort petite, relativement au germe, qui est assez gros.
L’amande qui est enchâssée dans la substance, que je compare au jaune d’œuf, grossit sensiblement. Elle tire sa nourriture de cette substance, laquelle devient elle-même plus abondante aux dépens d’une autre substance que j’ai comparée au blanc de l’œuf. La même chose se passe dans l’œuf puisque le poulet se nourrit du jaune qui se répare par le blanc.
Enfin le poulet entièrement formé brise sa prison au lieu que l’amande reste renfermée dans l’enveloppe ligneuse du noyau. En suivant notre comparaison, on s’attendrait à trouver un petit arbre sous l’enveloppe ligneuse du noyau ; mais l’amande n’offre rien qui ressemble à un arbre2.

  • 3 Cette expression de « vaisseaux mammaires » avait été introduite par Bonnet pour désigner les vais (...)

6Quoique l’on ait donné le nom de mammaires3 aux vaisseaux qui viennent des lobes de la plante et qui aboutissent d’abord au germe et ensuite à la plantule, quoique ces lobes contiennent de la farine ou de l’huile qui peuvent servir de nourriture à la jeune plante, comme le lait des mamelles pour les animaux, je ne vois dans tout cela que des rapports très imparfaits entre l’économie végétale et l’économie animale.

  • 4 Ch. Bonnet, Contemplations de la nature, op. cit., t. 4 (2e partie), 10e partie, p. 58-62.

7Charles Bonnet compare la graine des plantes à l’œuf des animaux et le bourgeon au fœtus4.

  • 5 Daubenton combat ici l’ovisme, conception défendue notamment par Bonnet, et selon laquelle l’organ (...)

8Il n’est pas certain que tous les animaux sortent d’un œuf et un bourgeon ne peut guère être comparé à un œuf contenant un fœtus5.

  • 6 Ch. Bonnet, Contemplations de la nature, op. cit., t. 4 (2e partie), 10e partie, p. 62-71.

9Charles Bonnet compare la nutrition et l’accroissement des plantes, à la nutrition et l’accroissement des animaux6.

  • 7 L’intussusception. Terme très utilisé par Buffon (et corollaire de sa notion de molécule organique (...)

10Il me semble que ces fonctions n’ont de commun, par de bonnes preuves, que l’intussusception7.

11En comparant la fécondation des plantes à celle des animaux, on a, d’une part, le sommet et le filet des étamines, le sommet, les conduits et la base du pistil et, de la part des animaux, les testicules, les vaisseaux déférents, les ovaires, les trompes et la matrice.

12On trouve de l’analogie dans cette comparaison, mais elle est contrariée par une grande disparate, qui consiste en ce que les parties génitales des plantes tombent et se reproduisent chaque année jusqu’à l’extrême caducité. Au contraire les parties génitales des animaux s’énervent dans la vieillesse sans renaître, s’usent sans jamais se reproduire et perdent avant la décrépitude la faculté de remplir leurs fonctions.

  • 8 C’est ainsi que l’on appelait alors l’hydre d’eau douce, dont les étonnantes facultés de régénérat (...)

13Lorsque Charles Bonnet compare la multiplication des plantes à celle des animaux, pour trouver dans ceux-ci des moyens qui correspondent aux bourgeons, aux rejetons, aux boutures, à la greffe des plantes, il est obligé d’avoir recours aux polypes8. Ces animaux sont très différents des autres ; ils ont des propriétés fort extraordinaires qui ne peuvent pas équivaloir à des propriétés communes à la plupart des plantes.

  • 9 La « liqueur prolifique » désigne le sperme.
  • 10 Ch. Bonnet, Contemplations de la nature, op. cit., vol. 4 (2e partie), 10e partie, p. 80.

14On ne peut pas comparer les irrégularités qui arrivent dans la génération des plantes à celles qui se trouvent dans la génération des animaux parce que ces irrégularités ne sont pas de même nature. Il y a des graines fécondées par des poussières d’espèces différentes ; mais où a-t-on vu des animaux produits par des liqueurs prolifiques9 de différentes espèces ? Des doigts surnuméraires, dans les mains ou dans les pieds de l’homme, sont-ils comparables aux pétales des fleurs doubles, qui empêchent la production des étamines et des pistils ? Des fruits réunis plusieurs ensemble peuvent-ils être comparés aux corps de deux fœtus adhérant l’un à l’autre, etc. ? « Les plantes sont sujettes, comme les animaux à des maladies internes et externes. Les plantes vieillissent et meurent comme les animaux et par les mêmes causes. Les vaisseaux perdent de leur jeu et s’obstruent, dit Charles Bonnet. Les liqueurs ne s’y meuvent plus avec la même facilité. Elles ne sont plus filtrées et repompées avec la même précision ; elles croupissent et se corrompent, et cette corruption se communiquant bientôt aux vaisseaux qui les renferment, les fonctions vitales cessent de s’opérer : la plante ou l’animal meurt ou se réduit en poussière10. »

15C’est le sort commun à tous les êtres organisés. La durée de leur vie dépend de la durée de leurs organes : c’est la différence essentielle qui sépare les êtres organisés des êtres bruts. Quoique les plantes aient des maladies internes et externes, quoiqu’elles vieillissent et meurent comme les animaux, on n’en peut rien conclure pour des rapports particuliers entre l’économie végétale et l’économie animale.

16Je ne suivrai pas plus loin la comparaison que Charles Bonnet a faite des êtres organisés de ces deux grandes classe. Je n’y trouverais pas de meilleures raisons pour établir les mêmes lois dans leurs économies. Il vaut mieux rappeler ici ce que j’ai déjà dit des divisions méthodiques imaginées par les naturalistes pour faciliter l’étude : ces méthodes sont arbitraires, la nature s’y refuse souvent, elles sont sujettes à de fréquentes exceptions.

17Savons-nous si tous les êtres organisés sont des plantes ou des animaux ? N’y aurait-il pas là des exceptions auxquelles on n’a pas fait assez d’attention ? Il me paraît que Charles Bonnet a trop compté sur la sûreté de la division méthodique, il ne voit que des plantes et des animaux.

18Pour concilier toutes les différences que l’on a remarquées entre eux, il est entré dans des discussions métaphysiques qui l’ont mené dans le pays des abstractions ; en méditant sur les caractères distinctifs de l’animalité et de la végétalité, il est arrivé à la conclusion suivante :

  • * Contemplation de la nature, t. 1, in-8°, 10e partie, chap. XXXIV.
  • 11 Ibid., p. 175-177.

Dites au vulgaire que les philosophes ont de la peine à distinguer un chat d’un rosier : il rira des philosophes, et demandera s’il est rien dans le monde qui soit plus facile à distinguer ? C’est que le vulgaire, qui ignore l’art d’abstraire, juge sur des idées particulières, et que les philosophes jugent sur des idées générales. Retranchez de la notion du chat et de celle du rosier toutes les propriétés qui constituent dans l’une et dans l’autre l’espèce, le genre, la classe, pour ne retenir que les plus générales, qui caractérisent l’animal et la plante, et il ne vous restera aucune marque vraiment distinctive entre le chat et le rosier*11.

19Charles Bonnet prétend qu’en faisant abstraction des caractères méthodiques de la classe, du genre et de l’espèce du chat, et de la classe, du genre et de l’espèce du rosier, il ne restera point de caractères distinctifs entre le rosier et le chat. Il paraît par cette prétention qu’il n’admet point de caractère distinctif entre les animaux et les végétaux : je n’en suis pas surpris, puisqu’il suppose que tout être organisé est plante ou animal. Charles Bonnet a bien vu que la nature n’employait pas les mêmes moyens d’économie animale ou végétale dans le polype et le chat ou dans la truffe et le rosier. Il en conclut que l’on ne connaît pas de caractère pour distinguer en général les animaux et les plantes. Je crois qu’en effet il n’y en a point. Mais ce défaut prouve que la division de tous les êtres organisés en végétaux et en animaux est fautive et sujette à beaucoup d’exceptions.

  • 12 Les zoophytes (étymologiquement « animaux-plantes ») désignent. d’Aristote au début du xixe siècle (...)

20On n’a pas employé de bons moyens pour connaître ces exceptions. On a fait beaucoup de tentatives pour trouver des êtres intermédiaires entre les animaux et les plantes : les animaux-plantes, les zoophytes12, les animaux végétants. Comment a-t-on pu imaginer que l’économie animale et l’économie végétale s’accordassent ensemble dans un même sujet ? Il aurait été plus sage de rechercher les êtres qui seraient organisés différemment de la plupart des animaux et des végétaux. Charles Bonnet aurait certainement trouvé le polype qui lui a causé tant d’embarras. Il a fini par le regarder comme un animal qui a plus de rapports avec les plantes que les autres animaux : cette définition n’est pas bonne parce qu’elle n’a point de précision. Commençons par rendre nos divisions méthodiques des êtres organisés aussi exactes qu’il est possible. Examinons quels sont ceux que nous devons appeler du même nom d’animal ou de plante. Cette discussion nous donnera un caractère distinctif entre les plantes et les animaux. Les êtres organisé auxquels ce caractère ne conviendra pas auront une autre dénomination, parce qu’ils ont des organes différents.

  • 13 La classification de Linné comprenait six classes (en 1758) : les mammifères, les oiseaux, les « a (...)
  • 14 Daubenton plaide donc pour la distinction entre vertébrés et invertébrés, déjà établie par Aristot (...)
  • 15 Les quadrupèdes vivipares comprennent les mammifères à l’exception des cétacés. Les quadrupèdes ov (...)

21Cette discussion est déjà fort avancée. On a divisé les animaux en huit classes13. L’organisation des animaux des deux dernières classes est trop différente de celle des animaux des six premières pour qu’elle ne soit pas distinguée par des caractères particuliers14. Les insectes et les vers diffèrent des quadrupèdes vivipares15, des cétacés, des oiseaux, des quadrupèdes ovipares, des serpents et des poissons, en ce qu’ils n’ont point de squelette, de narines, d’oreilles, point de cœur ni de sang proprement dits, etc. Les animaux des septième et huitième classes ayant moins d’organes que les autres, relativement à nos cinq sens de nature, devraient être regardés comme des animaux d’une section différente ; alors on n’aurait plus à considérer les rapports que les vers peuvent avoir avec les plantes, lorsqu’on voudrait distinguer un chat d’un rosier, puisque le rosier n’a pas un squelette, les sens de l’odorat et de l’ouïe, un cœur et des poumons, etc.

22Je n’ai insisté sur les raisonnements métaphysiques de Charles Bonnet, dans sa Contemplation de la nature, que parce qu’il a de la célébrité et que les erreurs d’un auteur renommé ont beaucoup de partisans, qui reculent les sciences au lieu de les avancer. D’ailleurs, Charles Bonnet a fait de très bonnes observations sur plusieurs objets de l’histoire naturelle ; mais les conséquences qu’il en tire ne sont pas toutes bien fondées. Cet exemple peut servir ; il doit mettre les naturalistes en garde contre un penchant auquel on ne se livre que trop souvent. On se hâte de tirer des inductions et des conséquences d’observations que l’on a faites ou de faits qu’on a recueillis ; on s’empresse d’expliquer des phénomènes de la nature avant d’avoir fait assez de réflexions pour s’assurer de la vérité.

  • 16 Algue marine, unicellulaire mais de bonne taille (plusieurs centimètres) ressemblant à un champign (...)
  • 17 Algues filamenteuses d’eau douce.

23Il y a parmi les animaux et parmi les végétaux des différences assez grandes pour les distinguer en deux sections. Je vais encore plus loin ; je demande si les polypes, l’acétabule, les animaux des infusions16, etc., n’ont pas une organisation assez différente de celle de la plupart des animaux pour avoir un autre nom ? Je demande si les conferves17, les champignons, les moisissures, les lichens, etc., sont de vraies plantes ? Je pourrais rapporter ici beaucoup d’autres observations qui tendent à prouver qu’il y a une très grande quantité d’êtres organisés qui ne sont ni de vraies plantes, ni de vrais animaux. Mais j’en ai assez dit pour attirer l’attention des naturalistes sur cet objet, qui est un des plus importants et des plus difficiles de l’histoire naturelle. Ce n’est qu’en l’approfondissant à force d’observation et de méditations que l’on pourra distinguer clairement les vraies plantes et les vrais animaux des autres êtres organisés qui en diffèrent assez pour avoir une autre dénomination et un autre rang dans la division méthodique des productions de la nature.

  • 18 Linné, qui ne s’intéresse guère au monde microscopique (traité en quelques lignes), range dans le (...)
  • 19 Les « animalcules de la farine et de la colle » sont des vers nématodes ; le « protée » est une am (...)

24Linné paraît avoir senti qu’il y avait de la confusion dans les genres des zoophytes de son Système de la nature, car il a donné le nom de chaos au dernier genre des zoophytes18. Les caractères génériques des animaux de ce genre consistent en ce qu’ils ont le corps isolé, uniforme, renaissant, privé de membres et d’organes de sens extérieur. Les espèces qu’il comprend sont les animalcules de la farine et de la colle, celui que l’on appelle protée, parce qu’il change continuellement de forme, les semences des champignons, la poussière du charbon dans certaines plantes, les animalcules des infusions et peut-être aussi les molécules vivantes des fièvres, du venin de la petite vérole, les vers spermatiques, la poussière des étamines et les molécules de la putréfaction19.

25Linné dit qu’il faut laisser ce chaos à débrouiller par la postérité ; il pouvait parler ainsi, parce qu’il avait beaucoup travaillé. Je vous exhorte, citoyens, à contribuer à ce grand ouvrage toutes les fois que vous en trouverez l’occasion. Des observations faites sur tous les êtres qui ont des rapports avec les plantes et les animaux peuvent donner des connaissances plus exactes que celles que nous avons sur l’économie végétale et sur l’économie animale.

Notes

1 Ibid., p. 3. La « glaire de l’œuf » est le blanc.

2 Ibid., p. 4.

3 Cette expression de « vaisseaux mammaires » avait été introduite par Bonnet pour désigner les vaisseaux des cotylédons qui conduisent une sorte de « lait végétal » vers la plantule.

4 Ch. Bonnet, Contemplations de la nature, op. cit., t. 4 (2e partie), 10e partie, p. 58-62.

5 Daubenton combat ici l’ovisme, conception défendue notamment par Bonnet, et selon laquelle l’organisme est préformé dans l’œuf maternel. Il se rattache plutôt, comme Buffon, à une théorie de type épigénétique.

6 Ch. Bonnet, Contemplations de la nature, op. cit., t. 4 (2e partie), 10e partie, p. 62-71.

7 L’intussusception. Terme très utilisé par Buffon (et corollaire de sa notion de molécule organique) décrit le mode de croissance des êtres vivants : les substances incorporées à l’organisme ne le sont pas par simple juxtaposition, comme dans le cas des cristaux, mais par imbibition de la matière organique déjà présente, qui incorpore les nouveaux éléments en son sein.

8 C’est ainsi que l’on appelait alors l’hydre d’eau douce, dont les étonnantes facultés de régénération avaient été mises en évidence par Abraham Trembley (1700-1784) dans les années 1740. La couleur verte de cet animal appartenant à l’embranchement des enidaires provient des algues symbiotiques qu’il abrite dans ses tissus, mais elle contribuait à jeter le trouble au sujet de sa nature, animale ou végétale.

9 La « liqueur prolifique » désigne le sperme.

10 Ch. Bonnet, Contemplations de la nature, op. cit., vol. 4 (2e partie), 10e partie, p. 80.

11 Ibid., p. 175-177.

12 Les zoophytes (étymologiquement « animaux-plantes ») désignent. d’Aristote au début du xixe siècle, des organismes jugés intermédiaires entre les animaux et les végétaux. Certaines découvertes (le polype, etc.) remettent le terme au goût du jour au xviiie siècle. Dans ce groupe variable selon les auteurs, figuraient des animaux (éponges, anémones de mer, corail, etc.) et, parfois, des végétaux (algues calcifiées, acétabulaire, etc.).

13 La classification de Linné comprenait six classes (en 1758) : les mammifères, les oiseaux, les « amphibies » (amphibiens et reptiles), les poissons, les « insectes » et les « vers ». D’autres auteurs, comme Jacques Brisson (1723-1806), faisaient des cétacés (longtemps compris parmi les poissons) une classe particulière, distincte des mammifères (réduits alors aux « quadrupèdes vivipares »). D’autre part, Linné lui-même divisait la classe des amphibies en « reptiles » (amphibiens, lézards, etc.) et « serpents », que d’autres naturalistes (comme Lacepède) considéraient comme deux classes à part entière. La formation des classes dans leur acception actuelle ne se réalisera qu’au début du xixe siècle.

14 Daubenton plaide donc pour la distinction entre vertébrés et invertébrés, déjà établie par Aristote (sur la base de la couleur du sang) mais abandonnée par Linné. C’est Lamarck qui introduira et diffusera les termes actuels.

15 Les quadrupèdes vivipares comprennent les mammifères à l’exception des cétacés. Les quadrupèdes ovipares sont les amphibiens et les reptiles.

16 Algue marine, unicellulaire mais de bonne taille (plusieurs centimètres) ressemblant à un champignon, avec un pied et un « chapeau ». On a longtemps considéré cette algue comme un « polypier ». Les « animaux des infusions », c’est-à-dire des bouillons de culture, sont les protozoaires (infusoires, etc.) et autres microorganismes observés depuis l’invention du microscope.

17 Algues filamenteuses d’eau douce.

18 Linné, qui ne s’intéresse guère au monde microscopique (traité en quelques lignes), range dans le genre Chaos (terme associé à l’idée d’un état confus et indécis) les amibes (« protées »), des champignons parasites comme le charbon du blé, des nématodes, et les « infusoires » et autres « organismes » de petite taille difficiles à classer. Cf. von Linné, Systema naturae..., op. cit., t.1, 1767, p. 1326-1327.

19 Les « animalcules de la farine et de la colle » sont des vers nématodes ; le « protée » est une amibe, ainsi nommée pour sa faculté de changer de forme ; les « semences des champignons » sont les spores, et la « poussière du charbon » correspond aux spores d’un champignon parasite (Uredo). Les « molécules vivantes des fièvres et du venin de la petite vérole ». de même que les « molécules de la putréfaction ». sont un emprunt à la théorie des molécules organiques de Buffon, pour qui les êtres vivants sont des agrégats de particules de matière vivantes indestructibles. Les « vers spermatiques » sont les spermatozoïdes, dont le rôle n’était pas clair à l’époque (la fécondation ne sera observée que dans les années 1870). La « poussière des étamines » est le pollen.

Notes de fin

* Contemplation de la nature, t. 1, in-8°, 10e partie, chap. XXXIV.

© Éditions Rue d’Ulm, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540