Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’École normale de l’an III. Vol. 3, Leçons de physique, de chimie, d’histoire naturelle

 | 
Étienne Guyon

Leçons d'histoire naturelle de Daubenton

Douzième leçon

12 germinal/ 1er avril

Texte intégral

1Sur la nomenclature méthodique des plantes

  • 1 Daubenton cite les principaux botanistes grecs. L’œuvre d’Hippocrate (v. 460-v. 377) et de ses élè (...)

2Il y a plus de deux mille ans que les Grecs ont commencé à jeter les premières idées qui ont servi de fondement à la botanique1. Hippocrate nous laissa les noms de deux cent trente-quatre plantes différentes et, dans le même temps, Cratevas fit, en quelque façon, les descriptions des mêmes plantes. Environ cent ans après ces deux derniers auteurs, Théophraste, disciple d’Aristote, connaissait les noms de plus de cinq cents plantes. Il nous laissa même des traités sur la végétation et sur la culture de ces plantes. La botanique n’était alors qu’au berceau, ou plutôt elle n’était pas encore née.

  • 2 Mithridate VI, roi du Pont (123-63 av. J.-C). contrôla l’essentiel de l’Asie mineure avant d’être (...)
  • 3 Parmi ces Romains. Dioscoride et Galien ont écrit en langue grecque les deux principales œuvres mé (...)

3Les Romains n’écrivirent sur les plantes qu’après la défaite de Mithridate2. Parmi les dépouilles de ce grand roi, fameux d’ailleurs par la connaissance qu’il avait des plantes et des antidotes qu’il savait, dit-on, en tirer, Pompée trouva des manuscrits dans lesquels Mithridate avait rassemblé tout ce qui était connu de son temps, sur les propriétés des plantes. Ce recueil donna de l’émulation aux Romains3 et Caton fut le premier qui écrivit sur l’agriculture. Mais les progrès de la botanique furent si lents que dans le commencement du premier siècle il n’y avait encore que six cents plantes connues. Dioscoride en découvrit quatre cent dix et il donna seulement les noms des autres. Peu de temps après, Pline le naturaliste donna plusieurs livres sur les plantes, mais c’était plutôt une compilation des ouvrages des autres qu’un ouvrage nouveau. Galien fit des recherches plus utiles que celles de Pline, il trouva des choses nouvelles sur les plantes : ce grand médecin travaillait plutôt à l’avancement de la médecine qu’à celui de la botanique ; il cherchait les propriétés médicinales, il tâchait de les expliquer, mais n’ayant pas eu l’attention de décrire les plantes, on a peine à les reconnaître aujourd’hui. Dans le iii siècle, Oribase, médecin de Julien l’Apostat, et dans le cinquième siècle, Ætius et Paul d’Égine, écrivirent sur la botanique, mais leurs ouvrages ne furent d’aucune utilité pour cette science ; ces auteurs suivirent aveuglément Galien. Ils connaissaient par la tradition les plantes dont il avait parlé, ils se mirent peu en peine de les décrire pour assurer cette connaissance à la postérité.

  • 4 Daubenton passe aux auteurs arabes qui transmettent les traités grecs et apportent d’importantes n (...)
  • 5 Guillaume Postel (1510-1581) devint, après cette mission, professeur de mathématiques et de langue (...)
  • 6 Melchisédech Thévenot (1620-1692), académicien physicien, voyageur et garde de la bibliothèque du (...)

4Dans les trois siècles suivants, c’est-à-dire jusqu’au viiie siècle, la botanique ne fut point cultivée ; au moins il ne nous en reste aucune notion. Les Arabes4 s’appliquèrent à cette science après les Grecs. En 742, Sérapion compila 79 auteurs pour composer ses ouvrages : cependant on ne voit rien dans ses livres qui ne se trouve dans ceux de Dioscoride et de Galien. Dans le xe siècle, Rhazès qui vivait du temps d’Almanzor roi de Cordoue ; dans le xiie siècle, Mesué en Arabie, Averroès en Espagne, Abenbirtar, sur la fin du même siècle, tous médecins arabes, travaillèrent beaucoup sur la botanique : cependant ils ne donnèrent aucune règle sur la connaissance des plantes. Il ne suffisait pas de rapporter leurs noms et leurs propriétés, il aurait encore fallu en donner les descriptions. Chaque plante avait déjà plusieurs noms parce que chaque auteur l’avait nommé différemment ; il n’y avait point de descriptions exactes, on ne pouvait donc pas rapporter à une plante les noms qui lui appartenaient, et par conséquent lui attribuer les propriétés qu’on lui avait connues. Ainsi les travaux des Grecs, des Romains et des Arabes sont presque entièrement infructueux pour nous. On a cru cependant que les ouvrages d’Abenbitar pourraient nous donner quelques lumières sur ceux de Dioscoride, de Galien et d’Oribase. François Ier envoya Postel5 en Orient pour y chercher l’ouvrage : Thévenot6, de l’Académie des sciences, avait projeté de le traduire ; il serait à souhaiter qu’il eût exécuté son projet.

  • 7 Dans ce sévère tableau du Moyen Âge occidental. Daubenton mentionne Hildegarde de Bingen, mystique (...)

5L’ignorance fut si grande dans le xiiie, le xive et le xve siècles, que les sciences étaient à peine connues : la botanique fut entièrement négligée. L’abbesse Hildegarde, Arnaud de Villeneuve, Jacques de Dondis, Pierre de Crescent de Bologne, Cuba, etc. donnèrent des ouvrages qui prouvent la profonde ignorance de ce temps-là7. On oublia tout ce que la tradition avait conservé sur la connaissance des plantes.

  • 8 Théodore Gaza, lettré grec réfugié en Italie au xve siècle, est connu pour sa traduction latine de (...)

6Sur la fin du xve siècle, les sciences commencèrent à sortir du profond oubli où elles avaient été ensevelies ; on s’appliqua à la botanique, mais il fallut un long temps pour la mettre seulement au point où les Grecs l’avaient portée. Pendant que les philosophes traduisaient et commentaient Aristote, les botanistes faisaient des traductions de leurs anciens auteurs. Théodore Gaza traduisit Théophraste du grec en latin ; Hermolaus Barbarus, Marcellus Virgilius et Ruel donnèrent la traduction de Dioscoride ; on passa la plus grande partie du xvie siècle à ramasser, à commencer, à critiquer ces anciens auteurs8.

  • 9 Les grands botanistes de la seconde moitié du xvie siècle figurent ici : Conrad Gesner (1516-1565) (...)

7Sur la fin du xvie siècle, on commença à croire qu’il était inutile de s’occuper uniquement des anciens auteurs. Il y eut des botanistes qui joignirent l’étude de la nature à l’étude des livres ; ils reconnurent qu’ils pouvaient tirer plus d’avantage de leurs propres observations que de celles des auteurs qui les avaient précédés. Ces botanistes quittèrent leur cabinet pour visiter la campagne ; ils ne se contentèrent pas de parcourir les pays voisins du leur, ils voyagèrent dans les parties du monde les plus reculées, d’où ils rapportèrent un grand nombre de plantes. C’était le seul moyen d’avancer la botanique, les anciens Grecs l’avait suivi, quelques-uns d’entre eux avaient fait de longs voyages : les botanistes du xvie siècle les imitèrent et leur science commença dès lors à faire des progrès. Sur la fin de ce siècle et au commencement du xviie, la botanique fut cultivée par Gesner, Belon, Rauwolf, Dodoens, l’Écluse, Cesalpino, Lobel, Colonna, Prospero Alpino, les Bauhin, etc.9

8Jusqu’alors cette science était sans principe, on n’avait pas encore établi ses fondements. Les ouvrages de tant d’auteurs ne laissaient, pour ainsi dire, que de l’incertitude. On nommait les plantes, on les décrivait, mais sans aucune règle certaine ; ces noms et ces descriptions avaient jeté une grande confusion dans la botanique. On ne savait où retrouver dans les auteurs, le nom et la description d’une plante que l’on voyait croître sur la Terre : il y avait autant de difficulté à retrouver la description en voyant la plante qu’à reconnaître la plante en lisant la description. Il fallait donc établir des lois fondamentales pour faire les descriptions des plantes ; il fallait pour cela trouver dans les plantes des caractères assez marqués et assez sûrs pour les distinguer les unes des autres. Ces caractères, étant bien développés et exactement rendus dans les descriptions, devaient nécessairement faire connaître les plantes par les descriptions et les descriptions par les plantes. Gesner et Colonna donnèrent l’idée de ce principe de la botanique ; ils indiquèrent les vrais caractères par lesquels on pourrait donner des lois à cette science. Tous ceux qui les avaient précédés n’avaient eu en vue que la figure et la substance des feuilles, la hauteur et la grosseur du tronc et des branches, la forme et l’étendue des racines, etc., pour caractériser les plantes dans les descriptions. Gesner et Colonna reconnurent que ces caractères étaient trop incertains ; ils en trouvèrent un bien plus constant et bien plus sûr, c’est la fructification de la plante, c’est-à-dire la fleur et le fruit.

  • 10 Daubenton, qui procède chronologiquement, mentionne ici les principaux botanistes taxinomis-tes du (...)

9Un seul homme peut bien faire une découverte, mais il en faut plusieurs pour la perfectionner : l’idée de Gesner et de Colonna fut suivie par les botanistes qui vinrent après eux. Cesalpino, qui était même leur contemporain, arrangea sur ce plan un système de botanique ; Morison, Ray, Knauth, Hermann, Rivin travaillèrent sur la même matière ; Tournefort mit ce système dans un degré de perfection10.

10Il y a beaucoup de plantes connues, on en compte à présent jusqu’à 15 000, et peut-être plus : on ne pourrait en savoir le nombre si les naturalistes n’avaient inventé l’art des divisions méthodiques. Sans les méthodes, il ne serait pas possible de reconnaître les plantes, chacune en particulier, et de les distinguer les unes des autres.

  • 11 Ces trois auteurs ont en effet organisé leurs ouvrages selon un ordre naturel et non de manière al (...)
  • 12 Charles de L’Écluse (1526-1609), Rariorum aliquot stirpium per Hispanias observatarum historia, li (...)
  • 13 Adam Zaluzanski, Methodi herbaria libri tres, Prague, G. Daczicenus, 1592.
  • 14 Les amentacées sont des arbres à chatons, aujourd’hui réunis sous le nom d’amentifères.
  • 15 Daubenton renvoie sans doute ici à l’un des volumes de l’Historia plantarum de John Ray (Londres, (...)
  • 16 Les flosculeuses sont des composées dont les fleurs ont uniquement des fleurons, comme la centauré (...)
  • * Voyez Adanson, Famille des plantes, première partie, préface.

11Dès que les botanistes ont commencé à faire des tentatives pour distribuer les plantes méthodiquement par classes ; dès que Tragus, Lonicer et Dodoens11 eurent fait des essais dans ce genre d’étude, depuis 1532 jusqu’à 1570, un assez grand nombre de graminées, de palmiers et de mousses semblèrent se rassembler, comme d’eux-mêmes, sous les yeux de Lobel, pour former trois classes bien caractérisées. En 1576, l’Écluse établit la classe des champignons, et Cesalpino, celle des ombellifères12 ; en 1592, Zaluzianski forma les classes des malvacées et des cucurbitacées13 ; en 1596, Gaspard Bauhin établit les classes des bulbeuses, des fougères et des plantes légumineuses ; en 1680, Magnol forma la classe des amentacées14 ; en 1687, Ray celle des verticillées15 ; enfin, en 1694, Tournefort établit les classes des labiées, des crucifères, des rosacées, des semi-flosculeuses, des flosculeuses16 et des radiées* : ces trois dernières classes ont été réunies par Vaillant en une seule classe, sous le nom de composées.

12Les plantes comprises dans chacune des classes dont je viens de faire mention ont plus de rapports, c’est-à-dire de caractères communs, entre elles qu’avec les autres plantes. Magnol est le premier botaniste qui ait fait remarquer dans les plantes « une affinité suivant les degrés de laquelle, dit-il, on pourrait les ranger en diverses familles, comme on range les animaux ; ces familles ont des signes distinctifs certains ».

  • Idem, p. 11.

Cette relation entre les animaux et les végétaux m’a donné occasion de réduire les plantes en certaines familles, par comparaison aux familles des hommes ; et comme il m’a paru impossible de tirer les caractères de ces familles de la seule fructification, j’ai choisi les parties des plantes où se rencontrent les principales notes caractéristiques, telles que les racines, les tiges, les fleurs et les graines : il y a même dans nombre de plantes une certaine similitude, une affinité qui ne consiste pas dans les parties considérées séparément, mais en total.

13En effet, l’opinion de Magnol est très bien fondée. Pour caractériser une plante à l’exclusion des autres, on est le plus souvent obligé d’employer toutes sortes de moyens ; on s’expose à de grands inconvénients lorsque l’on s’astreint dans un système de botanique, à ne l’établir que sur des caractères tirés de quelques parties des plantes.

14Les parties de la fructification étaient connues, dès le temps des Grecs, avant Théophraste.

  • 17 J. P. de Tournefort, Éléments de botanique, Paris. Imprimerie royale, 1694.

Quoique cette découverte ait été citée par Pline : reconnue, en 1592, par Zaluzianski ; en 1650, par J. Bauhin ; prouvée, en 1676, par Grew et Malpighi ; par Ray en 1682 ; par Camerarius, en 1694 ; par Waldchmied, en 1705 ; par Gakenholtz, en 1706 ; par Vaillant, en 1717.
Quoique Boerhaave ait employé, dès l’an 1710, la considération des étamines et des pistils pour caractériser ces genres, comme Linné en convient ; quoique l’idée d’une méthode fondée sur le sexe des plantes soit due à Burkhard, néanmoins l’exécution de cette méthode est neuve et due à Linné : c’est même, de toutes les méthodes que nous connaissons, celle qui mérite le plus le nom de système, parce qu’elle suit plus son objet, ne portant dans la distribution des classes que sur une seule partie, les étamines17.

15Linné a été le premier, que je sache, qui ait regardé les familles des plantes, comme naturelles. Cette idée était bien d’accord avec celle qu’il avait de son système de nomenclature, qu’il donnait pour être le système de la nature, systema naturae. Le rassemblement des plantes, qui composent chacune de ces familles, ne peut être regardé comme naturel que par la convenance qui se trouve entre ces plantes, en ce qu’il y a plus de ressemblances que de différences. Mais si l’on ne considère que les différences, leur rassemblement n’est pas naturel : il n’y a que la collection des individus d’une même espèce qui soit vraiment naturelle, parce qu’ils sont tous essentiellement semblables.

  • 18 Ici encore. Daubenton souligne le caractère artificiel de la classification linnéenne. Le caractèr (...)

16Cependant, de tous les arrangements que l’on a imaginés pour les distributions méthodiques des plantes, il n’y en a point de plus naturel que celui des familles, dans le sens que j’ai indiqué18.

17Les familles des plantes sont encore un des meilleurs moyens de reconnaître le degré de perfection d’un système ou d’une méthode de botanique : plus ils conservent de familles de plantes dans leur entier, sans démembrement, plus ils sont réguliers, et plus ils s’approchent de la nature ; moins il y a d’exceptions dans les systèmes et les méthodes, moins ils sont défectueux et fautifs. Enfin, ils sont d’autant meilleurs que l’application des caractères sur lesquels ils sont établis est plus facile pour l’étude.

18Lorsque le caractère qui désigne une classe ou un genre manque dans quelques-unes des espèces qui y sont comprises, on dit que c’est une exception. C’est une grande faute dans le système ou dans la méthode, puisque l’espèce où le caractère fondamental manquant ne peut pas être rapportée à sa classe ou à son genre.

19Lorsqu’il est difficile de reconnaître sur les plantes les caractères distinctifs indiqués dans le système ou dans la méthode, c’est un grand embarras pour les étudiants, qui peut les dégoûter, ou au moins qui leur donne plus de peine, et leur prend plus de temps que si le système ou la méthode eussent été moins difficiles dans la pratique.

20Appliquons ces trois moyens de juger du mérite des systèmes ou des méthodes.

21La méthode de Tournefort est divisée en vingt-deux classes établies, pour la plupart, sur la corolle, c’est-à-dire, sur les pétales ou feuilles de la fleur ; les caractères des genres sont tirés du fruit. Cette méthode conserve presque toutes les familles naturelles des plantes sans démembrement. Elle n’est sujette qu’à un petit nombre d’exceptions, il est très facile de reconnaître ses caractères sur les plantes.

  • 19 Le système de Linné s’est construit à travers les éditions successives du Systema naturae..., entr (...)

22Le système de Linné19 est composé de vingt-quatre classes établies sur le nombre, la proportion, la connexion et la position des étamines. Les ordres ou sous-divisions des classes sont fondés sur le nombre des styles, excepté dans les vingt-unième, vingt-deuxième et vingt-troisième classes qui renferment les plantes unisexuelles ou dont les étamines sont séparées des pistils. L’auteur a employé alors le nombre des étamines pour établir ses ordres. Les genres ou sous-divisions des ordres le sont sur l’ensemble des parties de la fructification.

23Ce système ne conserve que quatre familles naturelles sans démembrement. Il est sujet à beaucoup d’exceptions et difficile dans la pratique à cause de la petitesse d’un très grand nombre de fleurs.

24La méthode de Jussieu est fondée sur les lobes, ou cotylédons, et sur l’insertion des étamines sous le pistil, au calice et sur le pistil. Les caractères des ordres ou familles sont pris de toutes les parties des plantes considérées dans leur ensemble et ceux des genres sont tirés des organes de la fructification.

25Cette méthode a l’avantage de conserver toutes les familles des plantes, chacune dans son entier, sans démembrement. Mais elle est sujette à beaucoup d’exceptions, et souvent difficile dans la pratique pour reconnaître l’insertion des étamines et le nombre des lobes dans les très petites graines, lorsqu’on ne les voit pas lever.

  • 20 Elle est exposée dans les Éléments de botanique, op. cit.

26La méthode de Tournefort20 est préférable au système de Linné en ce qu’elle conserve plus de familles entières, qu’elle a moins d’exceptions et qu’elle est plus facile. Cette méthode est au-dessous de la méthode de Jussieu par le démembrement de quatre familles naturelles. Si on les rétablit dans leur entier, comme il est possible, alors cette méthode sera la meilleure, puisqu’elle a moins d’exceptions et qu’elle est plus facile dans la pratique.

  • 21 La méthode d’Antoine de Jussieu est publiée après sa mort par son neveu Antoine-Laurent de Jussieu (...)

27La méthode de Tournefort est plus intéressante que le système de Linné et que la méthode de Jussieu21 par les objets attrayants qu’elle nous présente, des fleurs et des fruits. La plus belle partie de la fleur, la corolle, plaît aux yeux en fixant l’attention sur les caractères distinctifs des classes. La diversité des fruits charme l’ennui que pourraient donner les nombreuses suites de genres. Tournefort avait autant de goût que de savoir ; il a répandu sur l’étude des plantes un agrément qui attire les commençants et un plaisir qui soutient leur zèle ; il présente des roses en écartant les épines. C’est ainsi qu’il faudrait ouvrir la carrière de toutes les sciences, en aplanissant les obstacles qui pourraient arrêter les étudiants.

28On blâme Tournefort d’avoir séparé les arbres et les arbrisseaux des autres plantes. J’aimerais mieux le louer d’avoir présumé que l’organisation d’un arbre devait être assez différente de celle d’une herbe pour faire une division des classes de sa méthode. Il paraît que l’auteur n’a été déterminé à cette division que par instinct ; car on ne trouve dans ses institutions que de courtes notions des organes intérieurs des plantes. Il est à souhaiter que les botanistes s’occupent, plus qu’ils ne l’ont fait jusqu’à présent, de ces organes. Ils en tireront des caractères distinctifs qui contribueront, avec les caractères extérieurs, à déterminer les divisions méthodiques.

  • 22 M. Adanson, Familles des plantes, op. cit.

29Il est à propos d’exposer ici l’opinion du citoyen Adanson sur le mérite de la méthode de Tournefort. Je vais rapporter les propres termes de ce célèbre botaniste, tels qu’il les a publiés en 1763 dans son livre intitulé Familles des plantes, première partie, page 10022.

  • 23 Rivinus a publié plusieurs traités de classifications. Daubenton pense peut-être à une présentatio (...)

Si l’on convient qu’il ne faut qu’une méthode pour mettre de l’ordre dans nos connaissances, en étudiant la botanique, et que de deux ou plusieurs méthodes également bonnes, il faut choisir la plus facile et la plus commode, il n’est pas douteux que celle de Tournefort ait ces qualités, et étant d’ailleurs plus parfaite que toutes les autres, ne mérite la préférence sur elles. Elle est plus parfaite, si elle est plus conforme à la nature, en conservant plus de classes naturelles, et c’est ce qu’on a suffisamment démontré. Du degré de bonté d’une méthode ne s’ensuit pas pour cela un égal degré de facilité ; cela dépend moins de sa perfection, que de sa simplicité : celle de Rivin23 est beaucoup plus facile que vingt autre, parce qu’elle est beaucoup plus simple dans son principe. On peut dire la même chose de celle de Tournefort ; elle peut se passer plus aisément que toute autre de l’usage du microscope, et elle n’exige que la connaissance de quatorze figures de corolles pour la distinction de ses vingt-deux classes, qu’on peut réduire à dix-sept, comme je l’ai fait autrefois pour mon usage. Il n’appartient pas tant au raisonnement de prouver la bonté d’une méthode, qu’à la commodité, la clarté, et peut-être aussi à un certain agrément qu’on y trouve ; et c’est sur ces principes que le public peut juger de celle de Tournefort. Il est vrai qu’elle n’est pas universelle ; il y a des plantes qui n’ont ni fleurs, ni fruits, ou qui les ont invisibles. Et comme, dans une méthode, il faut des marques sensibles et manifestes aux yeux, il désigne les classes de ces plantes par l’absence de ces parties : mais ces plantes sont en petit nombre et ne font qu’une petite brèche à l’universalité de sa méthode, qui se trouve encore plus universelle qu’aucune autre, parce que, comme nous l’avons dit, toutes souffrent des exceptions semblables, qui ne diffèrent que du plus au moins. Tournefort n’a pas prétendu suivre ou imiter la nature, qui ne paraît pas trop s’être mise en peine d’un système ; car un système naturel aurait des règles sans exceptions : il s’est contenté d’un système artificiel, et d’établir un ordre arbitraire le moins défectueux qu’il fût possible.
Tous ces motifs pesés et balancés avec équité, la méthode de Tournefort nous paraît mériter la préférence pour l’étude de la botanique ; et ce qui doit nous inspirer plus d’estime et de confiance, c’est de voir que depuis près d’un siècle elle ait conservé une supériorité singulière sur toutes celles qui ont paru depuis. D’où il est aisé de juger combien ce grand homme avait devancé et laissé derrière lui les premiers botanistes de son temps, et qu’il n’y avait qu’un botaniste aussi consommé et aussi pénétrant, qui pût présenter une science très vaste et très confuse, dans un tableau aussi clair et aussi abrégé qu’il a fait.

  • 24 Dernier coup de griffe à Linné dont le système est de mieux en mieux accueilli en France.

30Jusqu’en 1763, temps auquel le citoyen Adanson publiait son opinion sur la méthode de Tournefort, cette méthode était gardée comme la meilleure, qui méritait plus d’estime et de confiance que toute autre méthode de botanique. A présent, celle de Tournefort n’est pas moins bonne qu’elle n’était alors ; cependant, elle est dominée par le système de Linné qui est le plus en vogue. Cette préférence est venue de ce que Linné a substitué dans son système de bonnes descriptions aux phrases de la méthode de Tournefort, et qu’il a indiqué chaque espèce de plante par une seule dénomination qu’il appelle mal à propos le nom trivial, tandis qu’il est le plus important et le plus commode pour les étudiants. La méthode de Tournefort est susceptible de tous ces avantages24.

Notes

1 Daubenton cite les principaux botanistes grecs. L’œuvre d’Hippocrate (v. 460-v. 377) et de ses élèves est connue par les fragments du Corpus hippocratum ; Théophraste (v. 387-v. 287) a laissé plusieurs traités dont les Recherches sur les plantes.

2 Mithridate VI, roi du Pont (123-63 av. J.-C). contrôla l’essentiel de l’Asie mineure avant d’être battu par Pompée. Il passe pour avoir abondamment étudié les plantes et s’être immunisé contre les poisons (mithridatisation).

3 Parmi ces Romains. Dioscoride et Galien ont écrit en langue grecque les deux principales œuvres médicales de l’Antiquité. Caton l’Ancien est le premier des agronomes latins. Quant à Pline, son Histoire naturelle reste une formidable accumulation de données. Oribase. médecin grec du ive siècle proche de l’empereur Julien, est l’auteur d’une vaste compilation médicale dont une vingtaine de livres a été conservée. Ætius, né en Mésopotamie, pratiquait à Alexandrie au ve siècle. C’est l’un des premiers médecins chrétiens. Paul d’Égine, médecin grec, est actif à Alexandrie au viie siècle.

4 Daubenton passe aux auteurs arabes qui transmettent les traités grecs et apportent d’importantes nouveautés. Voir R. Rashed (dir.), Histoire des sciences arabes, qui consacre une section à la botanique. Deux médecins arabes sont nommés Sérapion ; la date de 742 correspond mieux à Sérapion l’Ancien. Rhazès (v. 850-v. 923), fut médecin de l’hôpital de Bagdad. Mésué (Jahiah Ibn Masouia, mort en 855) enseigna la médecine à Bagdad et supervisa les traductions en arabe de nombreux textes grecs et syriaques. Aben-Bitar. nommé aussi le Vétérinaire, fut médecin et botaniste voyageur, auteur d’un important recueil de simples. Averroès (Ibn Roschd), né à Cordoue, fut médecin à la cour des Almohades et réunit dans une vaste encyclopédie l’ensemble de l’héritage grec possédé par les Arabes.

5 Guillaume Postel (1510-1581) devint, après cette mission, professeur de mathématiques et de langues orientales au Collège de France.

6 Melchisédech Thévenot (1620-1692), académicien physicien, voyageur et garde de la bibliothèque du roi.

7 Dans ce sévère tableau du Moyen Âge occidental. Daubenton mentionne Hildegarde de Bingen, mystique allemande, pour sa Physica ; le médecin et astronome parisien du xiiie siècle Arnaud de Villeneuve : Jacques de Dondis, médecin Padouan mort en 1350, auteur d’un Promptuarium medicinae ; Pierre de Crescent, agronome bolonais de la fin du xiiie siècle. Jean de Cuba, médecin francfortois, est l’auteur du Gart der Gesundheit, traité de botanique médicale de la fin du xve siècle, à l’origine de l’Hortus sanitatis latin.

8 Théodore Gaza, lettré grec réfugié en Italie au xve siècle, est connu pour sa traduction latine de la zoologie d’Aristote et de la botanique de Théophraste. Ermolao Barbaro (1454-1493) a laissé d’importants commentaires sur Pline. Marcello Virgilio publia une traduction latine du De materia medica de Dioscoride en 1523 et Jean Ruel (1474-1537). médecin humaniste et chanoine de Notre-Dame de Paris, en 1527.

9 Les grands botanistes de la seconde moitié du xvie siècle figurent ici : Conrad Gesner (1516-1565), Pierre Belon (1517-1564), Leonhard Rauwolf († 1596), Rembert Dodoens (1517-1585), Andrea Cesalpino (1519-1603), Matthias De Lobel (1538-1618), Fabio Colonna (1567-1650), Prospero Alpino (1553-1616), Jean (1541-1613) et Gaspard Bauhin (1560-1624).

10 Daubenton, qui procède chronologiquement, mentionne ici les principaux botanistes taxinomis-tes du xviie siècle : Robert Morison (1620-1683), qui reprit le système de Césalpin en l’inversant, John Ray (1627-1705), Christoph Knaut (1638-1694), Paul Hermann (1646-1695), professeur et directeur du jardin botanique de Leyde, Rivinus (Augustus Quirinus Bachmann, 1652-1723) et Joseph Pitton de Tournefort (1656-1708).

11 Ces trois auteurs ont en effet organisé leurs ouvrages selon un ordre naturel et non de manière alphabétique comme cela se pratiquait couramment. Daubenton renvoie ici au De stirpium (Strasbourg, 1552) de Hieronymus Bock (dit Tragus), à l’Historia naturalis d’Adam Lonicer (Francfort, 1651) et à l’Histoire des plantes de Rembert Dodoens (1654).

12 Charles de L’Écluse (1526-1609), Rariorum aliquot stirpium per Hispanias observatarum historia, libris duobus expressa, Anvers, officine de C. Plantin, 1576. Cesalpino. Andrea (1524-1603), De Plantis libri XVI, Florence, G. Marescotti, 1583.

13 Adam Zaluzanski, Methodi herbaria libri tres, Prague, G. Daczicenus, 1592.

14 Les amentacées sont des arbres à chatons, aujourd’hui réunis sous le nom d’amentifères.

15 Daubenton renvoie sans doute ici à l’un des volumes de l’Historia plantarum de John Ray (Londres, 1686-1704, 3 vol.).

16 Les flosculeuses sont des composées dont les fleurs ont uniquement des fleurons, comme la centaurée. Les semi-flosculeuses ont des fleurs à demi-fleurons (ou fleurons liguleux), comme le pissenlit. Les fleurs des radiées comportent des fleurons au centre et des demi-fleurons à la périphérie, comme la marguerite.

17 J. P. de Tournefort, Éléments de botanique, Paris. Imprimerie royale, 1694.

18 Ici encore. Daubenton souligne le caractère artificiel de la classification linnéenne. Le caractère naturel des familles obtenues est utilisée comme critère pour tester les différentes méthodes.

19 Le système de Linné s’est construit à travers les éditions successives du Systema naturae..., entre 1735 pour la première et 1758 pour la dixième, retenue comme référence.

20 Elle est exposée dans les Éléments de botanique, op. cit.

21 La méthode d’Antoine de Jussieu est publiée après sa mort par son neveu Antoine-Laurent de Jussieu : « Exposition d’un nouvel ordre de plantes adopté dans les démonstrations du Jardin royal », Mémoires de l’Académie des sciences, 1774, p. 175-197.

22 M. Adanson, Familles des plantes, op. cit.

23 Rivinus a publié plusieurs traités de classifications. Daubenton pense peut-être à une présentation d’ensemble comme l’Introductio generalis in rem herbariam, Leipzig, C. Guntherus, 1690.

24 Dernier coup de griffe à Linné dont le système est de mieux en mieux accueilli en France.

Notes de fin

* Voyez Adanson, Famille des plantes, première partie, préface.

Idem, p. 11.

© Éditions Rue d’Ulm, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540