Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’École normale de l’an III. Vol. 3, Leçons de physique, de chimie, d’histoire naturelle

 | 
Étienne Guyon

Leçons d'histoire naturelle de Daubenton

Cinquième leçon

7 ventôse/25 février

Texte intégral

1Sur les couches du globe de la terre

2L’homme a beaucoup fait, avec peu de moyens ; son génie a suppléé ce qui lui manquait de puissance. Placé dans un coin de l’univers, l’homme a mesuré l’intervalle immense qui le séparait du soleil ; il a reconnu la position, le poids, le mouvement de ce bel astre sans en être ébloui. Il a déterminé le cours des planètes et les a distinguées, par leur opacité, des étoiles et du soleil qui sont les astres lumineux, etc.

  • * La Terre a 3 000 lieues de diamètre et les mines les plus profondes ne descendent qu’à 400 toises. (...)

3Cependant l’homme a eu moins de succès pour connaître la terre, où sa demeure est fixée, et qui n’est qu’une planète de médiocre grandeur. Il n’en a pas encore parcouru, à beaucoup près, toute la surface ; à peine a-t-il pénétré à la quarante-millième partie de son demi-diamètre*. L’homme ne connaît, pour ainsi dire, que l’écorce du globe qu’il habite. Cependant, si la surface de la Terre, et la très petite épaisseur qu’elle couvre, n’avaient pas éprouvé de très grands changements, plusieurs fois réitérés, on pourrait peut-être avoir des connaissances plus exactes de leur structure. Tant de changements arrivés successivement en différents temps jettent la plus grande obscurité sur les causes qui ont pu les produire et sur les choses qu’ils ont changées. Il paraît que la principale de ces causes est l’action du cours de l’eau : le feu des volcans et la force du vent sont aussi des agents puissants, mais ils n’ont pas autant d’effet que l’eau.

  • 1 Daubenton reprend ici Buffon qui imagine le fond de la mer analogue au paysage terrestre. La terre (...)

4On présume que les mers couvrent plus de la moitié de la surface de la Terre ; par toutes les observations que l’on a pu faire, par le moyen de la sonde, on a reconnu que la surface de la Terre couverte par les eaux est dans le même état que la partie qui est à découvert. Il y a donc au fond de la mer comme sur les continents, des vallons et des monticules, des plaines et des montagnes, dont les plus hautes surmontent le niveau de l’eau par leurs sommets, qui sont des îles1.

5Les corps bruts ou minéraux sont les mêmes sous la mer que sur la terre ; il y a aussi des végétaux à de petites profondeurs et une immense multitude d’animaux. On trouve sur la surface de la Terre et dans et dans son intérieur, quelquefois à la profondeur de mille et douze cents pieds, une très grande quantité de corps marins, jusque dans les lieux les plus éloignés de la mer. Ces corps marins sont principalement des coquilles, des madrépores, des oursins, des os de poissons, des empreintes de ces animaux, quelquefois avec leurs arêtes et leurs écailles, des crustacés, etc.

6Ces corps marins répandus, en si grande quantité et de tant d’espèces différentes, sur la surface des continents et enfouis dans la terre, incrustés dans les pierres calcaires, prouvent que la mer a fait un très long séjour sur les continents et qu’elle les a quittés. Mais comment la mer aurait-elle pu abandonner un terrain pour en occuper un autre ? Les anciens, tels qu’Hérodote, Platon, Strabon, etc., pensaient déjà que la mer avait été sur tous les lieux où se trouvent des corps marins ; quelques auteurs ont objecté que ces corps n’étaient que des jeux de la nature, ou qu’ils avaient été transportés par des hommes ou des animaux. A présent que l’on a plus de connaissances en histoire naturelle, on ne peut pas douter que ces corps ne soient vraiment marins, et que par conséquent la mer n’ait séjourné dans tous les lieux où ils se trouvent : elle aura donc été sur tous les continents, puisqu’ils ont tous des corps marins.

7Une seconde preuve, c’est que le fond de la mer ressemble, comme je l’ai déjà dit, à la surface des continents, et que l’on a trouvé dans les endroits qui ont été sondés les mêmes terres, les mêmes schistes, les mêmes pierres, etc.

  • 2 Les vents réglés s’opposent aux vents irréguliers tels les ouragans ou les trombes. On y regroupe (...)

8Mais par quels moyens ce grand déplacement de la mer a-t-il pu se faire ? Les connaissances acquises en physique nous l’ont appris. Le déplacement de la mer se fait journellement par le moyen des marées et du mouvement continuel de la mer de l’orient vers l’occident et par l’effet des vents réglés qui vont aussi d’orient en occident2.

  • 3 Du latin in. dans, et tumescere, se gonfler : augmentation du volume d’un corps.

9Comme l’intumescence3 qui cause le flux se fait successivement dans la direction de l’orient à l’occident, il y a un mouvement continuel des eaux de la mer dans cette direction.

10La cause des vents réglés est une dilatation de l’air par la chaleur du soleil ; cette dilatation se propage dans la direction du cours du soleil, les vents qui soufflent d’orient en occident accélèrent le mouvement des eaux de la mer dans cette même direction.

11Dans le temps du flux, les eaux de la mer sont agitées jusqu’au fond, dont elles détachent différentes substances, qu’elles entraînent avec elles et qu’elles répandent sur le rivage. Les mêmes eaux, en se retirant par le reflux, remportent une partie des substances qu’elles ont apportées, mais on voit bien qu’il en reste beaucoup sur le rivage. Toutes les eaux de la mer, étant agitées par le flux et le reflux, se chargent de molécules terreuses et pierreuses, qu’elles déposent au fond de la mer, lorsque leur mouvement est ralenti, et lorsqu’elles sont en repos. De plus, les eaux qui ont heurté contre les dunes et les rochers des bords occidentaux de la mer, où le flux est le plus violent, en arrachent des parties qui restent étendues sur le rivage ou entraînées et déposées par le reflux au fond de la mer.

12Les marées étant moindres sur les rivages orientaux que sur les occidentaux y laissent moins de matières tirées de la mer. Cependant elles y en laissent, chaque fois, qui forment, avec le temps, des couches horizontales ; et la mer perd à l’orient autant de terrain qu’elle en gagne à l’occident par la violence de ses marées.

13Les tempêtes ont pour cause les vents irréguliers. Elles agitent les eaux de la mer jusqu’à la plus grande profondeur ; les vagues semblent porter jusqu’aux nues les vaisseaux qui sont exposés à une grande tempête et les plonger ensuite dans des abîmes : on a vu des flots s’élever jusqu’à deux cents pieds contre des rochers, il y a de ces dunes qui ont 700 ou 800 pieds de hauteur. Ces flots doivent s’étendre au loin sur des rivages qui ont peu de pente, et y porter beaucoup de substances du fond de la mer. Ce grand mouvement des eaux de la mer augmente beaucoup la force des marées contre les rochers et contre les côtes élevées.

  • Voyez l’Histoire naturelle, générale et particulière. Théorie de la terre et preuves de la théorie (...)

14Buffon prétend que les montagnes doivent leur formation aux courants de la mer : les courants sont excités par les vents et par les marées, et dirigés par les inégalités du fond de la mer ; il faut donc que ces inégalités soient formées avant qu’il y ait des courants. L’auteur explique cette formation de la manière suivante.

15Le reflux emporte une partie des matières que le flux a apportées sur le rivage et de celles qu’il en a arrachées ; les eaux du reflux déposent les matières les plus pesantes dont elles sont chargées lorsque leur mouvement est ralenti à un certain point ; ces matières déposées forment une couche fort mince horizontale ou inclinée, suivant la disposition du fond de la mer dans cet endroit. Un autre reflux ajoute de nouvelles matières aux premières, et de même à tous les flux qui se succèdent ; de sorte qu’il se forme, avec le temps, une élévation, et dans la suite des siècles une montagne ; cette montagne sera donc composée de couches successives horizontales, ou inclinées, qui contiendront différentes matières de terres, de pierres, de coquilles et autres corps marins, etc., que le flux aura apportées du fond de la mer, ou arrachées de la côte, et qui auront été rapportées par le reflux.

  • On présume que les grandes profondeurs de la mer vont jusqu’à une lieue.

16Les marées, le mouvement continuel des eaux de la mer d’orient en occident, les vents, qui causent les tempêtes, etc. agitent la mer jusque dans ses plus grandes profondeurs : les eaux ainsi agitées détachent des matières du fond de la mer, les mêlent avec celles qui y sont gisantes, telles que les coquilles et les autres corps marins, et les transportent souvent à de grandes distances, où elles les déposent. Avec le temps, ces matières sont recouvertes successivement et forment des élévations, disposées par couches, en différents endroits du fond de la mer : ces éminences peuvent devenir des collines qui, dans une longue étendue de terrain, se trouvent, comme les ondes qui les produites, dirigées du même sens et forment peu à peu une chaîne de montagnes.

17Dès qu’il y a deux élévations ou monticules à une certaine distance l’une de l’autre, l’eau de la mer étant resserrée entre ces deux obstacles à son cours, son mouvement s’accélère et fait un courant, dont la grandeur et la force sont proportionnées à l’intervalle qui est entre les deux monticules ou les deux montagnes ; un courant creuse nécessairement le vallon qui est entre les deux monticules, et les rend d’autant plus élevés, tandis que les dépôts de l’eau qui les surmonte ajoutent encore à leur élévation.

18Lorsqu’il y a un grand intervalle entre deux élévations, ou deux monticules, ou deux montagnes, il s’y forme une vallée, parce que le mouvement des eaux de la mer n’y trouve point d’obstacle. Ce grand espace s’élève peu à peu en recevant les différentes matières que la mer y dépose par couches successives et horizontales ; il y a aussi des couches inclinées sur les pentes des monticules et des montagnes.

19Le mouvement de la plupart des courants vient de l’action du flux et du reflux et des vents. La direction des courants dépend des inégalités du fond de la mer ; ils suivent régulièrement les marées ; ils changent de direction à chaque flux et à chaque reflux. Dans les endroits où les marées sont les plus violentes, les courants y ont aussi le plus de rapidité.

20Les courants produits par les vents suivent, comme ceux qui dépendent du flux et du reflux, les collines des montagnes opposées entre lesquelles ils coulent.

  • 4 Louis Bourguet (1678-1740), né à Nîmes, mathématicien et naturaliste, correspondant de Leibniz. Bu (...)
  • § Voyez un mémoire de Bourguet imprimé à Amsterdam, avec ses Lettres philosophiques, en 1729. [Ce mé (...)

21Bourguet4 a été le premier qui ait observé sur la terre que les angles des monticules et des montagnes§ qui bordent un vallon ou une vallée se correspondent, s’il y a d’un côté un angle saillant, de l’autre côté est un angle rentrant ; la direction de la vallée ou du vallon, change conformément à ces deux angles.

  • 5 Buffon, Histoire naturelle..., op. cit., « Sur les inégalités de la surface de la terre », 1749, t (...)

22Buffon explique dans sa théorie de la terre cette correspondance d’angles rentrants et saillants par les différentes directions d’un courant entre deux élévations du fond de la mer ; il compare les courants à deux fleuves ; les angles, qui forment les bords d’un fleuve, se correspondent, changent la direction de son lit, et par conséquent de ses eaux. L’ingénieux auteur en conclut que les montagnes et les vallons des continents ont été formés dans la mer par les inégalités de son fond et par le mouvement de ses courants5.

23La correspondance des angles des montagnes n’est pas la seule preuve que donne Buffon du séjour de la mer sur les continents ; il en apporte d’autres qui sont les couches horizontales ou inclinées des vallées et des montagnes, les fentes perpendiculaires et les coquilles mêlées dans les couches et incrustées dans les pierres, etc.

24Les couches horizontales ou inclinées n’ont pu être formées que par le dépôt des eaux de la mer sur ses bas-fonds et sur ses élévations ; les coquilles qui s’y trouvent en sont une preuve. On découvre ces coquilles non seulement dans des couches de terres, de sables, de pierres tendres, mais aussi dans l’intérieur des blocs de pierres dures, telles que les pierres calcaires. La cavité de la coquille est remplie de la matière de la pierre, qui s’est aussi moulée sur la surface extérieure ; voilà un noyau au dedans de la coquille et une empreinte au-dehors : ce qui prouve que la substance de la pierre était molle lorsqu’elle a enveloppé la coquille, et qu’elle venait d’un sédiment des eaux de la mer. Ce qui le prouve encore, c’est que les carrières de pierres calcaires sont composées de bancs horizontaux ou inclinés, séparés les uns des autres par des joints ; ces bancs sont des vraies couches.

25Elles sont divisées par des fentes verticales, nouvelle preuve qu’elles ont été dans un état de mollesse. Ces couches n’ont pu se dessécher sans diminuer de volume et se fendre ; le poids des couches supérieures empêchait que les fentes ne fussent horizontales ; elles devaient donc être verticales, comme elles le sont en effet. Ces fentes verticales divisent les bancs des carrières en blocs. Les pierres que l’on prend dans ces blocs pour les bâtiments doivent nécessairement être placées dans le même sens où elles étaient dans la carrière ; si on les délitait, elles seraient sujettes à s’écailler et à se fendre, sans doute parce qu’elles sont composées de petites couches qui étaient horizontales dans la carrière, se détacheraient les unes des autres : ces petites couches indiquent autant de sédiments des eaux de la mer.

26Considérons à présent la surface des continents ; discutons les observations qui ont été faites dans l’intérieur de la terre, jusqu’à la petite profondeur où l’on a pénétré ; tâchons de reconnaître les parties qui auraient été formées sous les eaux de la mer, et les parties déplacées par le cours de l’eau des ruisseaux, des rivières et des fleuves, et par la force des ventes.

27Au premier aspect nous voyons, sur les continents, des vallons et des monticules, des vallées et des montagnes, dont les sommets se perdent dans les nues. Leur hauteur nous paraît immense, et nous étonne : cependant la montagne Cayambe Orcou au Pérou, qui est la plus élevée de toutes celles qui ont été mesurées, n’a que 3 030 toises ; cette mesure est bien courte, en comparaison de celle du diamètre de la Terre, qui a 3 000 lieues, puisque l’élévation de la montagne de Cayambe Orcou ne ferait pas la sixième partie d’une ligne, sur un globe de deux pieds et demi de diamètre.

  • 6 Volcan éteint des Andes culminant à plus de 6 000 m. Orthographe moderne : Chimborazo.

28Les montagnes qui ne sont pas composées de couches horizontales ont été produites par des volcans ; celle de Chimborosa ou Chimboraço, qui fait partie de la cordillère des Andes au Pérou, a 3 220 toises de hauteur : c’est une des plus grosses montagnes du monde, et peut-être la plus haute6.

  • ** Voyez les Voyages des Alpes, t. 1, p. 98 sq.

29Suivant les observations de Pallas et Saussure, célèbres naturalistes-voyageurs, les sommets des plus hautes montagnes de l’Europe, de l’Asie et de l’Afrique sont de granit ; et l’on a trouvé que cette même pierre s’étendait, dans leur axe, jusqu’à la profondeur où l’on a pu parvenir. On a donné à ces montagnes de granit la dénomination de primitives, dans la persuasion où l’on était qu’elles n’avaient pas des couches horizontales ou inclinées, comme les autres montagnes. Mais, suivant Saussure, observateur autant infatigable qu’habile, les carrières de granit sont composées de bancs presque aussi réguliers que dans des carrières de pierres, où ils sont fort apparents. « Dans les blocs même de granit roulés, les plus considérables, dit Saussure, et à plus forte raison dans les petits, on ne voit aucun vestige de ces couches, parce que chaque morceau est un fragment d’un seul lit. Les bancs de cette pierre sont ou trop épais, ou trop peu cohérents entre eux pour rouler ensemble à de grandes distances sans se séparer**. »

30Si les montagnes de granit étaient composées de bancs, de lits, ou de couches, comme les autres montagnes qui ont cette structure, il n’y aurait pas lieu de croire que leur formation eût été plus ancienne ; ainsi, elles seraient toutes dans le cas d’être appelées primitives.

31La structure des montagnes secondaires n’a pas une disposition régulière par couches : ces montagnes ne sont que des amas de débris des montagnes primitives.

  • 7 Substance présente chez un grand nombre de végétaux mais que l’on extrait spécialement du blé trit (...)
  • 8 Brèche : projection volcanique grossière contenant des morceaux de serpentine, qui se présente sou (...)

32On a donné le nom de tertiaires à des montagnes composées des fragments de diverses substances agglutinées et rassemblées en blocs par les molécules d’autres matières charriées par les eaux et déposées entre ces fragments, comme une sorte de gluten7 ou de ciment, qui les réunit en masses : telles sont les brèches, les poudingues, etc8.

33Les granits diffèrent de ces pierres en ce qu’ils ne sont pas composés de fragments liés par un gluten. Les trois ou quatre pierres qui les forment, ont été toutes réunies ensemble en même temps par une cristallisation simultanée, suivant Saussure.

34Je ne conçois pas comment une cristallisation simultanée de plusieurs substances, quelque confuse qu’elle soit, ait pu se faire dans la mer en masses aussi immenses que celles du granit, qui se trouve dans les plus longues et les hautes chaînes des montagnes.

  • 9 La pierre de corne est le nom donné par des mineurs allemands (Hornblende) à des silex en lames qu (...)

35Les granits sont composées de spath étincelant, de quartz et de mica ou de schorl ; dans plusieurs granits, il y a du mica et du schorl, avec le quartz et feld-spath. Il n’est que fréquent qu’il s’y trouve quelques autres substances, comme du schiste, appelé aussi pierre de corne9. Comment peut-il se faire que l’eau de la mer entraîne trois ou quatre substances, presque toujours les mêmes, et qu’elle les dépose dans les mêmes lieux ? Comment une cristallisation quelconque peut-elle s’opérer, malgré le mouvement continuel des eaux de la mer, quelquefois très violent, et former des masses continues de granit fort élevées.

  • 10 Saussure décrit la pierre de corne dans son Voyage dans les Alpes, Neuchâtel, S. Fauche, 1780, t. (...)

36Saussure fait mention de bancs, de lits, de couches dans les montagnes de granit ; il ne dit pas en avoir vu d’horizontaux, mais seulement de verticaux, ou un peu inclinés sur une ligne verticale, comme les écailles d’un artichaut, ou courbés de manière qu’ils s’étendaient d’un bout à l’autre de la montagne, en passant par le sommet. Saussure fait remarquer qu’il se trouve, à côté des tables verticales de granit, des bancs de pierre calcaire et des feuilles de schistes, qu’il nomme pierre de corne, dans une position verticale il dit que l’on ne peut guère douter qu’ils n’aient tous été formés dans une position horizontale, et que le grand changement n’ait été causé par la destruction, les affaissements et le bouleversement qui se sont faits aux sommets des montagnes de granit10.

37Saussure convient qu’avec la plus grande attention, il n’a point vu de coquilles, ni d’autres corps marins, dans le granit. Il ne peut accorder cette observation avec l’opinion qu’il a que le granit s’est formé dans la mer ; qu’en supposant que dans le temps de cette formation, il n’y avait point encore de coquilles, ni d’autres corps organisés, dans l’océan. Avec de telles suppositions, on tranche de grandes difficultés. Dans ce cas les montagnes de granit mériteraient, ajuste titre, la dénomination de primitives.

38Toutes ces considérations me confirment dans l’opinion où je suis qu’il est arrivé trop de changements au globe de la Terre, au moins dans la petite profondeur que nous connaissons dans son intérieur, pour qu’il soit possible de reconnaître la nature des accidents qui ont causé ces changements et les effets que chacun d’eux a produit.

39Le cours des ruisseaux, des rivières et des fleuves cause de grands changements sur la terre, comme le mouvement des marées et des courants en fait sur le fond de la mer. L’eau est un agent puissant qui, avec le temps, produit les grands effets. Lorsqu’elle est tranquille, elle s’insinue lentement, mais continuellement dans les terres, et même dans les pierres qu’elle approche ; lorsqu’elle reçoit un mouvement impétueux, elle renverse de grands obstacles.

40Ces prodigieuses montagnes de granit, dont la substance est si dure et si compacte, dont les racines n’ont jamais été découvertes et dont les sommets disparaissent dans les nues, ne sont pas à l’épreuve de l’action de l’eau. Lorsqu’elle peut arriver à des substances moins dures qui soutiennent la base de ces masses énormes, d’abord elle s’y imbibe et les détrempe, ensuite elle les entraîne ; alors une partie de la montagne, n’ayant plus d’appui, porte à faux. Si le poids de cette partie est assez fort pour rompre sa liaison avec le reste de la montagne, elle s’en détache et tombe, ou au moins elle s’en sépare. De là viennent ces fentes, plus ou moins larges et profondes, que l’on voit sur les montagnes.

41Ces intervalles entre des rochers ont une cause très différente de celle des fentes verticales, qui viennent de la diminution du volume des couches horizontales par le dessèchement. Il y a des intervalles entre des rochers qui sont des précipices et des abîmes, comme il s’en trouve dans les Alpes, et dans bien d’autres montagnes. Quelques-uns de ces intervalles n’ont seulement que des pieds d’ouverture, d’autres ont plusieurs toises. Ces cavités sont, pour la plupart, très profondes, et les torrents, qui s’y engouffrent, leur donnent encore plus de profondeur.

  • †† Voyez l’Histoire naturelle de la province de Stafford, en Angleterre.
  • ‡‡ Voyez Varenius, Géographie générale, p. 46.

42Plot a fait mention d’une espèce de gouffre, dans la province de Stafford, en Angleterre, qui a été sondé jusqu’à la profondeur de 2 600 pieds, sans que l’on ait trouvé le fond††. Un autre trou, dans la province de Derby est peut-être encore plus profond. Une mine d’or, près de la ville de Chemnitz, en Hongrie, a 170 brasses de profondeur. On a creusé un puits à Amsterdam jusqu’à 232 pieds‡‡. Cette fouille s’est trouvée dans un lieu favorable pour faire connaître les couches de la terre ; on a fait état de l’épaisseur des couches qui se sont trouvées dans la fouille du puits d’Amsterdam, et de leur nature ; voilà près de 40 toises dans un sol qui est de plusieurs toises au-dessous de la mer : on dit que des mines de cuivre de Suède pourraient être fouillées jusqu’à plus de 400 toises de profondeur.

43Les couches parallèles de terre et de pierre que l’on a vues dans l’intérieur du globe de la Terre, s’étendent à de grandes distances. On a reconnu que les mêmes couches se correspondaient sur les collines de chaque côté d’un vallon, et de la même hauteur. On a fait la même observation de chaque côté des détroits de la mer ; par exemple, on voit de chaque côté du détroit de Gibraltar, sur la côte d’Afrique et sur celle d’Espagne, les mêmes lits de pierres, les mêmes couches de terre, composés des mêmes matières et à la même hauteur. On a fait les mêmes observations, de chaque côté du canal de la Manche, sur les côtés de la France et de l’Angleterre.

44L’eau des pluies et de la fonte de neiges, la gelée et le dégel, toutes les injures de l’air ont altéré la surface des montagnes, au point que le sommet de la plupart présente l’aspect d’une ruine.

45Les ravines, qui descendent le long des montagnes, y creusent des sillons qui forment des ravins ; les torrents, par leur impétuosité, entraînent de plus en plus les terres, approfondissent les ravins et découvrent plusieurs des couches de la terre ; ces excavations épargnent du temps et de la dépense aux minéralogistes et facilitent leurs observations.

46Les terres et les pierres détachées des montagnes par le cours des eaux se sont amoncelées autour de leur base et ont fourni les matériaux des montagnes secondaires, que d’autres cours d’eaux ont séparées des primitives. Une partie de toutes ces eaux se répand dans les plaines, et y dépose les molécules terreuses, pierreuses, etc. dont elles sont chargées ; la plus grande partie des eaux entre dans les rivières et les fleuves, qui sortent quelquefois de leur lit, inondent les plaines et contribuent, par leurs sédiments, à les exhausser.

47Il est certain que le cours des eaux abaisse peu à peu les montagnes et élève les plaines. La surface des continents perdrait donc ses inégalités dans la suite des temps : ce serait un grand malheur ; car il n’y aurait point de sources ni de fontaines, point de ruisseaux, de rivières, ni de fleuves sur les continents. Mais ce malheur n’arrivera jamais si la mer s’empare des continents actuels et en abandonne de nouveaux, où ses courants auront nécessairement formé des montagnes.

48Des matières, entraînées par des ravines et des torrents, entrent dans les rivières et dans les fleuves, qui y joignent d’autres matières en creusant leur lit et en détruisant leurs bords : tous ces débris sont charriés jusque dans les mers ; les plus pesants restent aux embouchures des fleuves et des rivières.

49On voit, par cet exposé, que l’eau contribue, plus que toute autre cause, au déplacement des rochers, et au transport des terres.

Récapitulation

50Par les rapports des plongeurs, qui vont à 20 brasses de profondeur dans la mer, et par les expériences de la sonde, qui descend jusqu’à 150 brasses, on a reconnu que le fond de la mer est disposé comme la superficie des continents : il y a des vallons, des monticules et des montagnes, on y a trouvé des terres et des pierres de même nature que celles que nous voyons sous nos pas. Les courants de la mer forment des inégalités sur son fond, en y creusant des vallons. Par un mouvement continuel d’orient en occident, la mer anticipe sur les côtes occidentales, et abandonne peu à peu les côtes orientales. Les débris des côtes entraînés dans la mer par le reflux, les matières qui y sont apportées par les rivières et les fleuves, élèvent des barres, des bancs et des écueils dans la mer, et son fond s’élève par les dépôts des parcelles terreuses, pierreuses, etc. charriées par ses eaux. On sait que la terre, dans son intérieur, même dans les montagnes, est disposée par couches horizontales ou inclinées. Il est certain que ces couches n’ont pu se former ainsi que par le sédiment des eaux ; elles ont diminué de volume par le dessèchement ; de là viennent les fentes verticales qui les traversent. De plus, on trouve dans les couches de la terre des coquilles et d’autres corps marins : il y a des coquilles dans des blocs de pierre ; elles y sont remplies de matière pierreuse et les pierres qui les entourent portent l’empreinte de leur figure extérieure. Ces coquilles se trouvent dans les montagnes, jusqu’à la hauteur de 1 500 et 2 000 toises. On peut conclure de tous ces faits que les eaux de la mer ont couvert les continents et que, dans la suite des temps, le vaste océan les couvrira de nouveau, lorsqu’il aura quitté peu à peu l’espace immense qu’il occupe présentement.

51Un auteur très célèbre en tout genre de poésie, historien très agréable dans l’histoire civile, mais n’ayant aucune teinture de l’histoire naturelle, a cependant écrit sa façon de penser sur les coquilles de mer qui se trouvent dans les continents et sur la formation des montagnes. Cet illustre auteur a été notre contemporain. Son style est plein d’agréments toujours animé par des plaisanteries fines, pour la plupart, et souvent ironiques. Comme les ouvrages de cet auteur sont entre les mains de tout le monde, il est à craindre que ceux de vous, citoyens, qui n’ont pas encore assez d’expérience pour que leurs opinions soient bien décidées, puissent être induits en erreur par la grande célébrité de l’auteur dont il s’agit. Je crois qu’il est nécessaire que je vous fasse voir la fausseté et le ridicule de ses prétentions.

52Je ne donnerais qu’une idée très imparfaite des opinions de cet auteur et de la manière de les prouver si je ne citais que des passages de ses ouvrages ; il est nécessaire de rapporter quelques chapitres en entier : ils sont fort courts. D’ailleurs, le style charmant de l’auteur fera toujours plaisir.

  • §§ Mélanges de littérature, etc. [Voltaire, Les Singularités de la nature, par un académicien de Lond (...)
  • 11 L’agathe arborisée ou herborisée est un quartz à l’aspect non vitreux dans lequel se dessine une f (...)

Chapitre xiii : « Amas de coquilles »§§
Mille endroits sont remplis de mille débris de testacés, de crustacés, de pétrifications. Mais remarquons encore une fois que ce n’est presque jamais ni sur la croupe ni dans les flancs de cette continuité des montagnes dont la surface du globe est traversée ; c’est à quelques lieues de ces grands corps ; c’est au milieu des terres ; c’est dans des cavernes, dans les lieux où il est très vraisemblable qu’il y avait de petits lacs qui ont disparu, de petites rivières dont le cours est changé, des ruisseaux considérables dont la source est tarie. Vous y voyez des débris de tortues, d’écrevisses, de moules, de limaçons, de petits crustacés de rivière, de petites huîtres, semblables à celles de Lorraine. Mais de véritables corps marins, c’est ce que vous ne voyez jamais. S’il y en avait, pourquoi n’y aurait-on jamais vu d’os de chiens-marins, de requins, de baleines ?
Si on songeait seulement que, dans une année pluvieuse, il y a plus de limaçons, dans dix lieues de pays, que d’hommes sur la Terre, on pourrait se dispenser de chercher ailleurs l’origine de ces fragments de coquilles dont le bord du Rhône, et ceux d’autres rivières, sont tapissés dans l’espace de plusieurs milles. Il y a beaucoup de limaçons dont le diamètre est de plus d’un pouce. Leur multitude détruit quelquefois les vignes et les arbres fruitiers. Les fragments de leurs coques endurcies sont partout. Pourquoi donc imaginer que des coquilles des Indes sont venus s’amonceler dans nos climats, quand nous en avons chez nous par des millions ? Tous ces petits fragments de coquilles, dont on fait tant de bruit pour accréditer un système, sont pour la plupart si informes, si usés, si méconnaissables qu’on pourrait également parier que ce sont des débris d’écrevisses ou de crocodiles, ou des ongles d’autres animaux. Si on trouve une coquille bien conservée dans le cabinet d’un curieux, on ne sait d’où elle vient ; et je doute qu’elle puisse servir de fondement à un système de l’univers.
Je ne nie pas, encore une fois, qu’on ne rencontre à cent milles de la mer des huîtres pétrifiées, des conques univalves, des productions qui ressemblent parfaitement aux productions marines ; mais est-on bien sûr que le sol de la terre ne peut enfanter ces fossiles ? La formation des agathes arborisées ou herborisées ne doit-elle pas nous faire suspendre notre jugement11 ? Un arbre n’a point produit l’agathe qui représente parfaitement un arbre ; la mer peut aussi n’avoir point produit ces coquilles fossiles, qui ressemblent à des habitations de petits animaux marins : l’expérience suivante en peut rendre témoignages.

53Que d’erreurs dans un chapitre fort court ! L’auteur prétend qu’il n’y a des pétrifications qu’à quelques lieues des montagnes, et jamais sur leurs croupes. Cependant il est bien certain que l’on y en trouve jusqu’à la hauteur de 1 500 toises.

54L’auteur croit que les fragments de coquilles que nous voyons dans nos terres ne sont que des débris des coquilles de nos escargots. Il ne savait donc pas que l’on trouve, au milieu des continents, et dans la terre et dans la pierre, des coquilles entières et marine, que l’on distingue aisément des coquilles de terre et d’eau douce.

55L’auteur convient que l’on rencontre, à cent milles de la mer, des productions qui ressemblent parfaitement aux productions marines. Mais est-on bien sûr, dit-il, que le sol de la terre ne peut enfanter ces fossiles ? Il n’avait donc pas les premières notions des sciences naturelles, puisqu’il soupçonnait que la terre pouvait enfanter des corps organisés, tandis qu’il ne s’y forme que ces corps bruts.

  • 12 Le Royer de la Sauvagère (1707-1781) est un correspondant de Voltaire. Le cours imprimé écrit par (...)
  • 13 Coquillages fossiles.
  • 14 Petit coquillage bivalve de la famille des Chamidae (s’orthographie aujourd’hui chame).
  • 15 Bivalves regroupés aujourd’hui dans le genre Tellina.
  • 16 Coquillage bivalve de la famille des Cardidae dont la forme en vue antérieure a donné le nom vulga (...)

Chapitre xiv : « Observation très importante sur la formation des pierres et des coquillages »
Monsieur Le Royer de la Sauvagère12, ingénieur en chef, et de l’académie des belles-lettres de La Rochelle, seigneur de la terre des Places en Touraine, auprès de Chinon, atteste qu’auprès de son château, une partie du sol s’est métamorphosée deux fois en un lit de pierre tendre, dans l’espace de quatre-vingts ans ; il a été témoin lui-même de ce changement. Tous ses vassaux et tous ses voisins l’ont vu. Il a bâti avec cette pierre, qui est devenue très dure, étant employée. La petite carrière dont on l’a tirée recommence à se former de nouveau. Il y renaît des coquilles qui d’abord ne se distinguent qu’avec un microscope, et qui croissent avec la pierre. Ces coquilles sont de différentes espèces ; il y a des ostracites13, des gryphites qui ne se trouvent dans aucune de nos mers, des cames14, des tellines15, des cœurs16 dont les germes se développent insensiblement, et s’étendent jusqu’à six lignes d’épaisseur.
N’y a-t-il pas là de quoi étonner du moins ceux qui affirment que tous les coquillages qu’on rencontre dans quelques endroits de la terre y ont été déposées par la mer ?
Si on ajoute à tout ce que nous avons déjà dit ce phénomène de la terre de Places, si d’un autre côté, on considère que le fleuve de Gambie et la rivière de Bissao sont remplis d’huîtres ; que plusieurs lacs en ont fourni autrefois, et en ont encore, ne sera-t-on pas porté à suspendre son jugement ? Notre siècle commence à bien observer. Il appartiendra aux siècles suivants de décider : mais probablement on sera un jour assez savant pour ne décider pas. »

56En effet, les naturalistes sont bien étonnés d’entendre l’auteur parler de coquilles qui naissent dans une pierre, et qui croissent à mesure qu’elle se forme, et un ingénieur en chef qui atteste qu’un terrain s’est métamorphosé en pierre deux fois en quatre-vingts ans. L’ingénieur ne savait donc pas comment se forme le travertin, qui est la pierre dont les édifices de Rome sont construits, et toutes les pierres calcaires, formées par le dépôt de molécules pierreuses, charriées par l’eau, il n’y a point là de métamorphose, dont la supposition est aussi absurde que la naissance et l’accroissement d’une coquille dans une pierre.

  • 17 Les glossopètres sont des dents fossiles de sélaciens. L’étymologie (langue pétrifiée) renvoie à l (...)

Chapitre xv : « De la grotte des Fées »
Les grottes où se forment les stalactites et les stalagmites sont communes. Il y en a dans presque toutes les provinces. Celle du Chablais est peut-être la moins connue des physiciens, et qui mérite le plus de l’être. Elle est située dans des rochers affreux, au milieu d’une forêt d’épines, à deux petites lieues de Ripaille, dans la paroisse de Feterne. Ce sont trois grottes en voûte, l’une sur l’autre, taillées à pic par la nature, dans un roc inabordable. On n’y peut monter que par une échelle, et il faut s’élancer ensuite dans ces cavités en se tenant à des branches d’arbres. Cet endroit est appelé par les gens du lieu les grottes des Fées. Chacune a. dans son fond, un bassin, dont l’eau passe pour avoir la même vertu que celle de Sainte-Reine. L’eau qui distille dans la supérieure, à travers le rocher, y a formé, dans la voûte, la figure d’une poule qui couvre des poussins. Auprès de cette poule est une autre concrétion, qui ressemble parfaitement à un morceau de lard, avec sa couenne, de la longueur de près de trois pieds.
Dans le bassin de cette même grotte, où l’on se baigne, on trouve des figures de pralines, telles qu’on les vend chez les confiseurs ; et à côté, la forme d’un rouet, ou tour à filer, avec la quenouille. Les femmes des environs prétendent avoir vu, dans l’enfoncement, une femme pétrifiée au-dessous du rouet. Mais les observateurs n’ont point vu en dernier lieu cette femme. Peut-être les concrétions stalactites avaient dessiné autrefois une figure informe de femme ; et c’est ce qui fit nommer cette caverne la grotte des Fées. Il fut un temps qu’on n’osait en approcher ; mais depuis que la figure de la femme a disparu, on est devenu moins timide.
Maintenant qu’un philosophe à système raisonne sur ce jeu de la nature, ne pourrait-il pas dire : voilà des pétrifications véritables ; cette grotte était habitée, sans doute, autrefois par une femme : elle filait au rouet, son lard était pendu au plancher ; elle avait auprès d’elle sa poule avec ses poussins ; elle mangeait des pralines, lorsqu’elle fut changée en rocher, elle et ses poulets, et son lard, et son rouet, et sa quenouille, et ses pralines, comme Edith, femme de Loth, fut changée en statue de sel. L’Antiquité fournit de ces exemples.
Il serait bien plus raisonnable de dire : cette femme fut pétrifiée, que de dire : ces petites coquilles viennent de la mer des Indes ; cette écaille fut laissée ici par la mer, il y a cinquante mille siècles ; ces glossopètres17 sont langues de marsouins, qui s’assemblèrent un jour sur cette colline pour n’y laisser que leurs gosiers ; ces pierres en spirale renfermaient autrefois le poisson nautilus que personne n’a jamais vu.

  • 18 Du latin Ammonis cornu, coquillage fossile caractéristique de l’ère secondaire. Tient son nom de l (...)

57Il aurait été inutile d’avertir l’auteur que les glossopètres étaient des dents de requin et la coquille pétrifiée, que l’on appelle corne d’ammon18, une espèce de nautile. Il avait trop peu de connaissances en histoire naturelle pour profiter de cet avis ; il lui convenait mieux de faire des contes bleus sur cette science ; il avait tous les talents nécessaires pour les rendre agréables. Citoyens, ne les lisez que pour vous amuser, et n’en croyez rien.

Notes

1 Daubenton reprend ici Buffon qui imagine le fond de la mer analogue au paysage terrestre. La terre étant considérée comme autrefois immergée, ce sont les courants marins qui auraient façonné les reliefs.

2 Les vents réglés s’opposent aux vents irréguliers tels les ouragans ou les trombes. On y regroupe moussons, fœhn et autres phénomènes cycliques, leur attribuant une grande importance, sans en saisir les causes. Buffon y consacrera un article de l’Histoire naturelle..., op. cit. : « Des vents réglés », t. 1, 1749, p. 458-477.

3 Du latin in. dans, et tumescere, se gonfler : augmentation du volume d’un corps.

4 Louis Bourguet (1678-1740), né à Nîmes, mathématicien et naturaliste, correspondant de Leibniz. Buffon écrit à son propos qu’il lui manque « la métaphysique qui rassemble les idées particulières », mais s’inspire largement (Histoire naturelle..., op. cit., 1749, t.1, article IX) de sa théorie de la correspondance des angles des montagnes que Daubenton reprend ici. Voir Lettres philosophiques sur la formation des sels et des cristaux, et sur la génération et le mécanisme organique des plantes et des animaux, à l’occasion de la pierre belemnite et de la pierre lenticulaire, avec un mémoire sur la théorie de la terre, Amsterdam, March-Michel Rey, 1729.

5 Buffon, Histoire naturelle..., op. cit., « Sur les inégalités de la surface de la terre », 1749, t. 1, p. 308-332.

6 Volcan éteint des Andes culminant à plus de 6 000 m. Orthographe moderne : Chimborazo.

7 Substance présente chez un grand nombre de végétaux mais que l’on extrait spécialement du blé triticum.

8 Brèche : projection volcanique grossière contenant des morceaux de serpentine, qui se présente sous la forme de conglomérat fait de fragments anguleux, ce qui lui vaut son nom. Poudingue : de pudding, gâteau : roches volcaniques liées entre elles par une pâte. Peut servir d’ornement : peau de panthère, peau de tigre.

9 La pierre de corne est le nom donné par des mineurs allemands (Hornblende) à des silex en lames qui, par leur couleur brune et leur transparence, pouvaient faire penser à des cornes. Depuis Walerius. le terme (Corneus spathosus) désigne des schistes spathiques plus ou moins calcaires. Voir Buffon, « Des pierres composées de substances vitreuses et de calcaire », Histoire naturelle des minéraux, 1783, t. 1, p. 370.

10 Saussure décrit la pierre de corne dans son Voyage dans les Alpes, Neuchâtel, S. Fauche, 1780, t. 1, p. 77, 433, 531 et 533.

11 L’agathe arborisée ou herborisée est un quartz à l’aspect non vitreux dans lequel se dessine une forme végétale.

12 Le Royer de la Sauvagère (1707-1781) est un correspondant de Voltaire. Le cours imprimé écrit par erreur Le Roger.

13 Coquillages fossiles.

14 Petit coquillage bivalve de la famille des Chamidae (s’orthographie aujourd’hui chame).

15 Bivalves regroupés aujourd’hui dans le genre Tellina.

16 Coquillage bivalve de la famille des Cardidae dont la forme en vue antérieure a donné le nom vulgaire.

17 Les glossopètres sont des dents fossiles de sélaciens. L’étymologie (langue pétrifiée) renvoie à la croyance selon laquelle saint Paul a enlevé aux serpents tout pouvoir de nuire et a fait de leur langue une pierre alexipharmaque. En précisant la nature fossile des glossopètres, Leibniz leur conserve des attributs médicaux comme... dentifrices.

18 Du latin Ammonis cornu, coquillage fossile caractéristique de l’ère secondaire. Tient son nom de la forme qui fait penser à des cornes de bélier, animal associé au dieu Ammon.

Notes de fin

* La Terre a 3 000 lieues de diamètre et les mines les plus profondes ne descendent qu’à 400 toises. Voyez Boyle’s Works, vol. III, p. 232.

** Voyez les Voyages des Alpes, t. 1, p. 98 sq.

§ Voyez un mémoire de Bourguet imprimé à Amsterdam, avec ses Lettres philosophiques, en 1729. [Ce mémoire sur la théorie de la terre décrit notamment les préceptes de la science nouvelle qu’est la géologie.]

§§ Mélanges de littérature, etc. [Voltaire, Les Singularités de la nature, par un académicien de Londres, de Boulogne, de Petersbourg, de Berlin, etc., Genève, Cramer, 1768.]

Voyez l’Histoire naturelle, générale et particulière. Théorie de la terre et preuves de la théorie de la terre, art. 13.

†† Voyez l’Histoire naturelle de la province de Stafford, en Angleterre.

On présume que les grandes profondeurs de la mer vont jusqu’à une lieue.

‡‡ Voyez Varenius, Géographie générale, p. 46.

© Éditions Rue d’Ulm, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540