Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’École normale de l’an III. Vol. 3, Leçons de physique, de chimie, d’histoire naturelle

 | 
Étienne Guyon

Leçons d'histoire naturelle de Daubenton

Troisième leçon

22 pluviôse/10 février

Texte intégral

1Sur la nomenclature méthodique de l’histoire naturelle

2Plus on est instruit, mieux on observe la nature, parce que toutes les sciences s’aident mutuellement, par les rapports qu’elles ont entre elles, pour faire de bonnes observations sur les différents états où se trouvent les productions de la nature pendant la durée de leur existence. Cette connaissance ne peut être fondée que sur les différences qui sont entre les productions naturelles. La principale différence est celle d’un corps brut à un corps organisé : un corps brut ne présente que des parties intégrantes, qui ne forment qu’une simple structure, sans apparence d’organisation propre à entretenir la vie.

3Les végétaux et les animaux ont une organisation ; ils naissent et ils meurent ; la durée de leur vie dépend de la durée de leurs organes, en état de faire leurs fonctions. On ne peut donc pas confondre, dans l’histoire naturelle, les corps bruts avec les corps organisés ; il faut les considérer séparément, parce qu’il n’y a aucune production de la nature qui ait assez d’analogie avec les corps bruts et les corps organisés, pour faire un passage des uns aux autres.

4On distingue les végétaux des animaux, mais ils diffèrent moins entre eux que des minéraux ; cependant, ces trois parties de l’histoire naturelle ont été mises au même rang sous le nom de règnes.

  • 1 Les notions de brut et d’organisé sont précisées dans les paragraphes qui suivent.

5Je n’ai vu dans Aristote, ni dans Pline, ce mot employé dans le sens que lui donnent les naturalistes modernes ; aussi les anciens, n’ayant point de nomenclature méthodique, n’avaient pas besoin d’une expression particulière pour énoncer les grandes divisions des productions de la nature : ils n’employaient que des dénominations de minéraux, de végétaux et d’animaux. Il paraît que les modernes, en faisant des distributions méthodiques en classes, genres, espèces, etc., auront cherché un mot pour signifier une collection de classes, comme la classe embrasse des genres, et le genre des espèces. Aujourd’hui, nous savons que la première division des productions de la nature se réduit à deux branches qui sont les êtres bruts et les êtres organisés ; ainsi les règnes de la nature ne seraient que deux, le brut et l’organisé1.

  • 2 Terme employé notamment par Linné.

6Je ne sais en quel sens on pourrait prendre le mot règne2 dans une distribution méthodi-que des productions de la nature. Il ne peut convenir comme synonyme de l’autorité et de l’administration d’un prince souverain, parce qu’il n’y a pas dans la nature d’autre gouvernement que celui de l’Être Suprême, dont elle exécute les lois. Ainsi, aucune branche de la division de ses productions ne peut être appelée règne. Pour ne plus revenir à ce mot règne, il faut encore parler d’une autre signification qu’il a eue. On a dit qu’une chose était en règne, pour dire qu’elle était en vogue ; par exemple, cette mode est en règne ; cette façon de parler est en règne. Dans cette acception le mot règne ne peut avoir aucun rapport avec nos méthodes ; car les naturalistes sont bien au-dessus des caprices de la mode, parce qu’ils ne jugent des productions de la nature qu’en raison de leur structure, leur organisation ou leurs propriétés. Je ne sais en quel temps on a commencé à dire le règne minéral, le règne végétal, le règne animal ; mais il est certain que le mot règne est déplacé en histoire naturelle ; il y est impropre et inintelligible. En les supprimant, et en disant simplement, minéraux au lieu de règne minéral, végétaux au lieu de règne végétal, et animaux au lieu de règne animal, on aura d’aussi bonnes dénominations pour les corps bruts et les corps organisés.

  • 3 Daubenton emprunte l’expression à Pallas, comme il le rappelle dans la dix-septième leçon.

7Il est prouvé qu’il y a, dans la nature, un point de séparation entre les minéraux et les corps organisés ; mais on ne sait pas encore s’il y a des productions de la nature qui aient assez de rapports avec les végétaux et les animaux pour faire une liaison entre ces deux parties de l’histoire naturelle. On a remarqué de l’analogie entre ces deux grandes parties ; mais il me semble qu’on l’a portée trop loin, puisque l’on a donné à certaines productions de la nature la dénomination d’animal végétant, animal vegetans3. Il y a tant de différence entre l’économie végétale et l’économie animale, que l’on ne peut concevoir comment ces deux économies pourraient s’accorder dans le même sujet. Cette question mérite d’être discutée plus au long ; j’y reviendrai dans la suite.

8Quoique les productions de la nature aient déjà été divisées en trois parties, qui sont, les minéraux, les végétaux et les animaux, chacune de ces parties contient un très grand nombre d’objets ; l’imagination ne pourrait pas se les représenter en détail. Pour éviter toute confusion, les naturalistes ont inventé un art fort ingénieux ; ils sont parvenus à ranger les noms des productions naturelles sur des tableaux, par séries où ces noms sont éloignés ou rapprochés les uns des autres, suivant les différences ou les ressemblances qui se trouvent entre les objets qu’ils désignent : les naturalistes ont donné à cet ordre les noms de système, de méthode ou distribution méthodique : dans le système, les mêmes parties de chaque objet déterminent la place que son nom doit occuper. Par exemple, dans le système des plantes de Linné, ce sont le nombre et la situation des étamines. Dans la méthode, on emploie différentes parties ou différentes qualités des objets dont on veut ranger les noms méthodiquement.

9Dans les productions de la nature, chacune de leurs qualités est un caractère ; par exemple, dans un cheval, le pied n’a qu’un seul doigt : c’est un caractère ; le tronçon de la queue a des crins sur toute sa longueur : c’est un autre caractère ; la couleur du poil, un troisième, etc.

10Les caractères de plusieurs objets étant comparés et contrastés les uns aux autres indiquent les ressemblances et les différences qui sont entre ces objets ; c’est par ce moyen que l’on fait les divisions en classes, genres et espèces ou sortes, qui forment un système ou une méthode.

  • 4 Pour Daubenton comme pour Buffon. l’espèce et elle seule a une existence naturelle, ce qui ne veut (...)

11Un être organisé, végétal ou animal, est appelé individu parce que l’on ne peut le diviser sans le défigurer et le démembrer ; par exemple, une branche d’arbre n’est pas un arbre, quand elle n’a plus de tronc ni de racines, tandis que dans un être brut chacune de ses parties représente le tout : une parcelle d’un morceau d’or n’en diffère qu’en ce qu’elle a moins de volume ; ce n’est donc pas un individu. Plusieurs individus, qui se ressemblent plus entre eux qu’aux autres, constituent une espèce réellement existante dans la nature, indépendamment des conventions des hommes4. Il n’y a point d’espèces pour les minéraux, puisqu’ils ne sont pas des individus ; il faut substituer le mot sorte, au mot espèce.

12Un genre est la réunion de plusieurs espèces ou de plusieurs sortes, qui ont des rapports communs relatifs au genre, et des différences qui les distinguent entre elles.

13De même, une classe comprend plusieurs genres rassemblés par des rapports communs ; ils ont aussi des différences qui les distinguent des autres genres de la même classe, et d’autres différences qui les séparent des genres des autres classes.

  • 5 J. Pitton de Tournefort. Éléments de botanique, ou méthode pour connaître les plantes, Paris. Impr (...)

14Le caractère d’un genre devrait se trouver exactement le même dans toutes les espèces. Tournefort, voulant représenter par des figures les caractères génériques de sa méthode, a été obligé de les faire dessiner sur une espèce particulière de chaque genre, puisqu’il n’avait point de modèle qui pût convenir à toutes les espèces du même genre5. Ainsi, lorsque l’on compare le caractère d’une des espèces d’un genre avec la figure que Tournefort en a donnée, on y trouve de la différence, à moins que l’on ne soit tombé sur celle qui a servi de modèle au dessinateur. Ces différences mettent de l’incertitude sur les rapports de l’espèce à son genre et prouvent qu’il n’a point de caractère générique dans la nature.

  • 6 Il s’agit du botaniste et voyageur Michel Adanson (1727-1806), dans Les Familles des Plantes (1763 (...)

15Les genres et les classes ne sont fondés que sur des caractères tous arbitraires, et la plupart provisoires. Lorsqu’on parcourt plusieurs distributions méthodiques des mêmes productions de la nature, on voit que les caractères des classes et des genres varient de l’une à l’autre de ces méthodes ; que les mêmes objets sont tantôt dans un même genre, et tantôt dans des genres différents. Un botaniste célèbre a proposé soixante-cinq systèmes d’arrangements méthodiques sur les plantes6, ce qui prouve que les caractères des classes et des genres sont arbitraires.

16Les caractères des classes et des genres sont provisoires, par deux raisons. D’abord, parce que ces caractères n’ont été établis que sur des parties extérieures des êtres organisés, sans avoir assez d’égard aux parties intérieures ; en second lieu, parce que l’on ne peut pas douter que l’on ne découvre à l’avenir de nouvelles espèces d’animaux et de plantes, avec des caractères qui mettront en désordre ceux qui servaient de fondement aux classes et aux genres déjà établis.

17Cependant, la plupart des méthodes prétendent, dès à présent, avoir rassemblé plusieurs espèces assez ressemblantes entre elles pour former des familles naturelles ; mais elles ne sont que des familles de convenance ; car il n’y a de familles naturelles que les espèces, parce qu’elles ne comprennent que des individus semblables.

18Plusieurs naturalistes ont des prétentions bien plus fortes ; ils assurent qu’il y a, pour l’arrangement méthodique des productions de la nature, un ordre par lequel on pourrait les placer toutes sur une même ligne, de manière que chacune aurait plus de rapports avec ses voisines qu’avec toutes les autres, et qu’elles formeraient une chaîne continue. Cette idée est séduisante, mais il est fâcheux qu’elle soit chimérique : la nature la dément. Dès que l’on travaille à la mettre en exécution, on s’aperçoit bientôt que des espèces qui semblent faites pour se mettre ensemble et pour s’éloigner des autres, se placent aisément en ligne, et forment une partie de la chaîne, par des caractères à peu près semblables. Mais ces espèces, que l’on éloigne si aisément des autres, on ne peut les en rapprocher, pour continuer la chaîne, qu’en forçant la nature ; on est obligé d’admettre des espèces dont les caractères répugnent à une pareille liaison ; ainsi l’on peut dire que les familles naturelles sont mal nommées, puisqu’elles s’opposent plus à l’ordre direct qu’elles ne le favorisent.

19Il n’y a guère lieu d’espérer que l’on découvre, dans la suite, des espèces inconnues quant à présent, dont les caractères seront plus d’accord avec ceux des prétendues familles naturelles, de manière qu’il n’y ait plus d’interruption dans la chaîne ; il y a lieu de croire, au contraire, que de nouvelles espèces, placées dans ces interruptions, formeront deux lacunes au lieu d’une.

20Toutes les tentatives que l’on a faites pour l’arrangement des productions de la nature, en raison des différences et des ressemblances qui se trouvent entre elles, ont eu peu de succès, parce que les caractères sur lesquels on veut établir un ordre direct, un système ou une méthode, n’ont pas assez de précision.

  • 7 Dans sa Flore française (Paris, Imprimerie royale. 1778), Lamarck propose un système de coefficien (...)

21Lorsque l’on compare ensemble trois objets qui diffèrent peu les uns des autres, il est le plus souvent très difficile, et même impossible, de déterminer lequel des trois ressemble le plus à l’un des deux autres. On s’est proposé d’établir des règles pour lever cette difficulté. Dans le système de botanique, fondé sur les parties sexuelles des plantes, chaque partie de la fructification a son caractère particulier. L’auteur de la Flore française7 a donné à chacun de ces caractères une valeur proportionnée à l’importance des fonctions de la partie à laquelle il appartient.

22Le caractère d’une partie du plus grand nombre de plantes, doit avoir le plus de valeur.

Le pistil et les étamines se trouvent dans presque toutes les plantes, et
peut-être dans toutes, l’auteur représente leur valeur par le nombre 30.
La semence, par le même nombre 30.
Le pistil, par 15.
Les étamines, par 15.
Le péricarpe ne se trouvant que dans environ les quatre-cinquième des
espèces des plantes, est évalué par le nombre 24.
La corolle n’étant pas bien décidée dans 1/15 des plantes, il n’y a pour la
valeur de cette partie que le nombre 28.
Le calice ne se trouvant pas dans environ un quart des 14/15 plantes qui
restent, sa valeur ne va qu’au nombre 21.

23L’auteur de ces règles convient lui-même qu’elles ne sont bonnes que dans les cas extrêmes, lorsque les caractères se ressemblent entièrement, ou lorsqu’il n’y a point du tout de ressemblance entre eux. Mais l’application de ces règles est fautive, et même impossible dans les cas où la ressemblance entre les objets à comparer est à différents degrés, sans être complète. Y a-t-il dans deux espèces de plantes des parties absolument semblables, puisque sur le même arbre on ne trouve pas deux feuilles qui se ressemblent entièrement ?

  • 8 Daubenton utilise le terme de quadrupède vivipare plutôt que celui de mammifère, introduit par Lin (...)

24J’ai fait aussi beaucoup de recherches et de tentatives pour savoir s’il était possible, ou non, de ranger sur une ligne continue les productions de la nature, de manière que chacune eût plus de rapports avec ses voisines qu’avec aucune autre. Dans cette vue, j’ai choisi les animaux quadrupèdes vivipares8, parce que leurs espèces sont peu nombreuses, en comparaison de celles de la plupart des autres classes. Je n’ai admis, pour caractères distinctifs, que les parties du corps, qui existent, ou qui manquent dans différentes espèces ; par exemple, les variétés dans le nombre des doigts, des dents, des côtes, etc., le défaut ou l’existence de certaines parties, comme le caecum, la vésicule du fiel, etc. Il n’y a presque point de modifications dans ces caractères ; on ne connaît que certains individus dans l’espèce du chien, dont les phalanges du pouce des pieds de derrière varient pour le nombre, des chevaux qui ont cinq ou six vertèbres lombaires, etc.

  • 9 Ces résultats sont développés dans le Cours de zoologie où Daubenton énumère ces quinze caractères (...)

25Ces caractères, tirés de la conformation des animaux quadrupèdes, étaient au nombre de quinze9. Je les ai combinés de toutes manières ; je les ai considérés sous toutes sortes de rapports, cependant, je n’ai découvert aucune suite continue d’une espèce de quadrupèdes aux autres, aucun ordre direct, aucune progression de caractères qui pût indiquer la place que chaque espèce devrait occuper, relativement aux autres, pour être toutes rangées sur une même ligne. Mais j’ai vu clairement plusieurs lignes qui tenaient les unes aux autres par différents points. Ainsi j’ai tout lieu de croire, après ces recherches, qu’il n’y a point d’ordre direct, ni de suite continue, pour les productions de la nature ; mais ces suites partielles peuvent entrer dans la composition des systèmes et des méthodes.

26Pour faire des divisions méthodiques qui fussent précises, et qui ne laissassent aucune incertitude dans la pratique, il faudrait pouvoir établir les divisions méthodiques sur des caractères distinctifs, qui ne fussent sujets à aucune exception. Ces caractères sont rares ; il semble que la nature en soit avare. De plus, on ne peut employer que des caractères évidents, ou faciles à reconnaître ; voilà deux raisons pour que les méthodes soient incomplètes et fautives.

  • 10 Attaque discrète de Linné qui affirme brutalement en 1758 que la division naturelle des animaux es (...)

27On dit communément que l’histoire naturelle ne présente que des caractères extérieurs ; cette assertion est fausse, et n’a aucun fondement. Les naturalistes ont à leur disposition, et doivent employer les caractères de l’intérieur, comme ceux de l’extérieur10, des productions de la nature, considérées dans leur état naturel.

28Ils cassent les minéraux pour voir leur structure intérieure, ils distinguent leurs cassures vitreuses, écailleuses, fibreuses, lamelleuses, etc. Par cette opération, ils n’anticipent pas sur celles des chimistes qui, avant d’opérer, détruisent toujours l’état naturel en pulvérisant, calcinant, etc. : ce qui prouve qu’il y a autant de différence entre l’histoire naturelle et la chimie, qu’entre la nature et l’art.

29Les naturalistes recherchent les caractères des végétaux sur des coupes transversales et longitudinales de leurs tiges et de leurs troncs, non pour en faire l’anatomie, mais pour avoir l’aspect de leur organisation.

30Ils ouvrent le corps des animaux pour voir le nombre, la forme et la position de leurs viscères, sans leur faire perdre l’état naturel, comme les dissections anatomiques.

31Les caractères tirés de l’intérieur des végétaux et des animaux ne peuvent être cités dans les méthodes, parce qu’ils ne sont pas évidents au-dehors. Mais il est nécessaire que l’auteur de la méthode les connaisse, pour savoir que certains êtres organisés qui se ressemblent à l’extérieur, ont des caractères différents à l’intérieur. Ces caractères, cachés au-dedans, sont des garants des caractères évidents au-dehors.

32Quelques précautions que l’on prenne pour la composition des systèmes et des méthodes, ils seront tous incomplets et fautifs, parce que leurs caractères distinctifs seront sujets à beaucoup d’exceptions. Les méthodes le sont moins que les systèmes, parce qu’en employant plus de caractères différents, on a plus de moyens pour approcher de la nature, mais on ne l’imitera jamais par l’art des distributions méthodiques de ses productions. Cependant, les méthodes sont utiles, commodes et nécessaires pour l’étude de l’histoire naturelle.

33Elles sont utiles, en ce qu’elles nous font remarquer les caractères qui y sont employés.

34Les méthodes sont commodes, parce qu’elles nous présentent des tableaux où nous voyons un ordre tracé, qui nous conduit, au milieu d’une multitude d’objets, à celui que nous voulons connaître.

35Elles sont nécessaires, en ce qu’elles soulagent, qu’elles exercent et qu’elles rappellent la mémoire. Ceux qui apprennent à connaître les productions de la nature retiennent plus aisément les noms et les caractères lorsqu’ils sont rangés méthodiquement sous leurs yeux ; ceux qui sont instruits s’affermissent dans leurs connaissances ; enfin ceux qui les ont oubliées se les rappellent. Il faut donc se servir des méthodes telles qu’elles sont, pour faciliter l’étude de l’histoire naturelle.

36Il résulte de ce que je viens de dire sur les méthodes que, loin de mériter le titre fastueux de système de la nature, elles n’en sont qu’un vain simulacre. C’est une faible lueur qui ne peut que nous disposer à recevoir la lumière de la science par nos propres observations ; il ne faut pas leur donner trop de confiance.

37Il manque un grand principe pour l’histoire naturelle des êtres organisés : on n’a point de moyen certain pour reconnaître les individus d’une même espèce ; on ne connaît pas ce qui peut faire un caractère spécifique. Ce défaut met beaucoup d’incertitude dans la composition de toute distribution méthodique des productions de la nature. Des individus qui ne sont que des races ou des variétés d’une espèce déjà constatée peuvent être pris pour des espèces particulières, comme il n’arrive que trop souvent. Cette méprise est déjà la cause d’une grande erreur, puisqu’elle présente des espèces imaginaires qui ne sont pas dans la nature.

  • 11 Buffon estime qu’ils sont d’espèces différentes, malgré les rares témoignages d’interfécondité, et (...)
  • 12 Après avoir d’abord échoué lui-même à provoquer un accouplement chien-louve, Buffon a suivi pendan (...)

38Si l’on n’admettait pour individus de la même espèce ceux qui peuvent engendrer leurs semblables par un produit fécond, on aurait rarement cette certitude. Des animaux de races de mêmes espèces peuvent contracter des qualités qui leur donnent de l’aversion les uns pour les autres. Le chien, le loup, et le renard nous en donnent un exemple frappant : ces trois animaux sont de même espèce11 ; ils peuvent s’accoupler ensemble ; les anciens naturalistes n’en doutaient pas, et l’on a vu, il y a peu d’années, un chien s’accoupler avec une louve et avoir un produit fécond. La louve avait été nourrie d’aliments sains, dès son premier âge, avec le chien dans la même maison ; sans doute elle n’avait pas la mauvaise odeur que les aliments corrompus donnent aux loups et aux renards, qui vivent de charognes : cette mauvaise odeur et la férocité de ces animaux peuvent bien empêcher les chiens de s’accoupler avec eux12.

39Toutes les difficultés qui se trouvent dans l’étude de l’histoire naturelle ne sont pas dans la nature ; il y en beaucoup qui viennent des naturalistes. Les principales causes de celles-ci consistent dans les dénominations trop multipliées des productions de la nature, et dans les mauvaises descriptions qui en ont été faites. Non seulement les nomenclateurs méthodistes ont écrit plus de noms qu’il n’y a de choses réellement existantes ; mais encore ils ont donné plusieurs noms à une même chose. Lorsque la dénomination d’une production de la nature est suivie d’une bonne description de cet objet, ou d’un caractère propre à le faire distinguer de tout autre, alors le nom est indifférent ; quel qu’il soit, on peut reconnaître la chose dénommée. Mais on a donné peu de descriptions exactes, et encore moins de caractères distinctifs sans équivoque. On est donc obligé de perdre beaucoup de temps à comparer de mauvaises descriptions faites par différents auteurs, pour tâcher de reconnaître les objets qu’ils ont voulu décrire, et les différents noms qu’ils ont donnés à un même objet.

40La plupart des naturalistes se sont attribué le droit de changer les noms des productions de la nature, et d’en substituer de nouveaux. Ils ont abusé de cette licence, en introduisant des mots qui n’ont aucun rapport avec la chose dénommée, et qui sont difficiles à lire, à prononcer, à écrire et à retenir de mémoire. Lorsque ces noms, aussi incommodes que superflus, se répandent, il faut les substituer à ceux qui leur correspondent dans un grand nombre de livres : c’est une vaine et fastidieuse étude de mots.

  • 13 Par exemple la Synonymia piscium graeca et latina de Peter Artedi.

41Pour dispenser de cette étude de nomenclature, ou au moins pour la faciliter, on a été obligé de faire des listes de dénominations synonymes ; les livres qui les contiennent, portent le titre de synonymies13. Ce genre d’ouvrage est fort difficile et toujours fautif, quelque habile que soit l’auteur, parce qu’il n’est pas possible de reconnaître l’objet d’une mauvaise dénomination, sur des caractères équivoques et des figures mal exprimées.

42Ces grands inconvénients d’une nomenclature mal conçue et trop multipliée doivent rendre les naturalistes très circonspects lorsqu’il s’agit de donner un nom à une chose qui n’a jamais été nommée, ou de changer un nom usité. Il est certain que ceux qui sont en usage appartiennent au public, qui s’en est mis en possession, et qu’ils ne sont pas à la disposition des naturalistes : aussi combien y a-t-il de ces nouveaux noms qui ne sont pas sortis des livres où ils ont été inscrits ?

43Il ne faut donc composer de nouveaux noms que dans une nécessité absolue. Par exemple, dans le cas où la même dénomination aurait été donnée à deux choses différentes, il faut nécessairement un nouveau nom pour que chacune ait le sien. Lorsqu’on découvre une chose nouvelle, il faut aussi lui donner un nom : mais le choix n’en est pas indifférent.

  • 14 Il s’agit du rhinolophe fer à cheval (Rhinolophus ferrumequinum). Il existe aussi un Myotis dauben (...)

44Un nom peut être instructif, lorsqu’en indiquant l’objet dénommé, il a une autre signification qui donne quelque idée d’une qualité ou d’une propriété de cet objet. Par exemple, j’ai donné le nom de fer à cheval à une des chauves-souris que j’ai découvertes dans ce pays-ci14 ; ce nom désigne non seulement une espèce du genre des chauves-souris, mais encore la figure d’un fer à cheval qui est sur son museau, et qui suffit pour la faire distinguer des autres chauves-souris.

  • 15 Ce nom n’a malheureusement pas été retenu par la postérité.

45Mais de tels caractères se trouvent très rarement. La plupart des animaux nouvellement découverts, auxquels on est obligé de donner un nom parce qu’on ne leur en connaît point, n’ont que des caractères qui leur sont communs avec d’autres animaux, et qui par conséquent ne peuvent pas donner lieu à une bonne dénomination : dans ce cas, on ne sait quel nom donner à l’animal qui en manque. Je me suis trouvé souvent dans cet embarras ; pour m’en tirer, j’ai pensé qu’en prenant les noms des deux animaux qui ressemblaient le plus à celui que je voulais nommer, je pourrais trouver dans ces deux noms la dénomination que je cherchais. Par exemple, on a envoyé de Madagascar un signe dont je ne savais pas le nom ; ayant vu que ce signe avait beaucoup de ressemblance avec l’orang-outang, surtout avec le jocko, je lui ai donné le nom de jogou, que j’ai tiré de jocko et outang15. Il serait bon qu’il y eût autant d’analogie entre les noms qu’il y aurait de ressemblance entre les animaux qui les porteraient.

  • 16 Le nomen triviale, souvent un qualificatif, caractérise l’une des espèces d’un genre.

46La plupart des naturalistes nomenclateurs ont rassemblé plusieurs caractères pour désigner chacune des espèces d’un même genre, et ils ont donné à cette sorte de description le nom de phrase. Il y en a de fort longues, qui n’en sont pas plus exactes. Linné les a réduites à un seul mot, qu’il donne comme un nom vulgaire : nomen triviale16. Ce prétendu nom vulgaire se trouve dans l’exemple déjà cité de la chauve-souris fer à cheval. Le mot chauve-souris est le nom du genre, c’est comme un nom de famille. Le mot fer à cheval exprime le caractère d’une espèce de ce genre ; c’est un surnom, qui doit exprimer un caractère propre à l’espèce qu’il désigne, et exclusif de toute autre espèce du même genre. Il me paraît que Linné n’a pas eu une idée juste de ces surnoms en les donnant pour des expressions vulgaires ; je pense, au contraire, qu’ils doivent être bien choisis pour ne laisser aucune équivoque. Il y a beaucoup de ces surnoms pour lesquels il ne faudrait qu’un seul mot ; d’autres ne pourraient être énoncés avec précision qu’en plusieurs mots, parce qu’il serait nécessaire d’exprimer deux ou trois caractères pour rendre le surnom exclusif. Par exemple, l’orang-outang est un singe sans queue et sans callosité, et le gibbon est un singe sans queue avec des callosités ; quand ces singes seraient les seuls qui n’eussent point de queue, ils ne seraient pas désignés exclusivement, chacun en particulier, par le défaut de cette partie, puisqu’elle manque à tous les deux. Ils ne sont distingués l’un de l’autre que par les callosités des fesses, qui ne sont pas sur l’orang-outang, et qui se trouvent sur le gibbon, et sur beaucoup d’autres singes, que l’on ne peut cependant pas confondre avec le gibbon, parce qu’ils ont une queue.

47La plupart des surnoms que Linné a ajoutés à chacune des espèces d’un même genre sont inutiles, parce qu’ils ne signifient rien qui puisse désigner les espèces auxquelles on les a donnés. Par exemple, quelle idée peut-on prendre de simia satyrus, simia lar, simia sylvanus, etc. ? Ces surnoms n’indiquent aucun caractère distinctif pour faire reconnaître les singes qui les portent : si l’on savait de mémoire la méthode de Linné, on pourrait seulement se rappeler que le singe lar de Linné, est celui qui a les jambes de devant d’une longueur démesurée ; j’aimerais mieux un numéro que le surnom lar, parce qu’il serait plus aisé de le retenir qu’un mot. Les jambes de devant très longues seraient un bon caractère distinctif ; mais on ne veut qu’un mot pour les surnoms, or il est impossible de distinguer soixante espèces de singes chacune par un seul mot.

  • 17 Daubenton semble injuste dans la mesure où les noms linnéens qu’il critique reprennent justement d (...)

48Linné donne à presque tous les genres le nom d’une de leurs espèces, par exemple, le genre felis contient lefelis leo, le felis tigris, le felis catus, etc. Pourquoi le lion sera-t-il un chat-lion ? Pourquoi le tigre sera-t-il appelé chat-tigre, tandis qu’il y a réellement un chat-tigre qui est un autre animal que le tigre ? Pourquoi nos chats seraient-ils des chats-chats ? Je crois que les espèces des animaux méritent bien d’avoir chacune leur nom particulier comme c’est l’usage dans tous les pays et de tout temps. Le public ne sera jamais d’accord avec les naturalistes pour changer ces noms17. D’ailleurs la suppression des noms particuliers des espèces pour y substituer ceux de leurs genres ne facilite pas plus l’étude que l’addition des surnoms ; on n’est pas dispensé de parcourir les caractères de la classe, du genre et de l’espèce, pour s’assurer que cette espèce est celle dont il s’agit.

49L’intelligence de la nomenclature de l’histoire naturelle dépend uniquement de la précision des caractères distinctifs des différentes productions de la nature. Si l’on n’a qu’une connaissance vague de ces caractères, il est très difficile de distinguer deux objets qui ont beaucoup de rapports l’un avec l’autre, et de donner à chacun sa vraie dénomination. Cette difficulté est la même pour expliquer dans un livre les motifs par lesquels on s’est déterminé à nommer telle chose de tel nom ; on ne cite que des caractères équivoques, qui rendent cette nomenclature inintelligible. On perd le fruit de son travail, parce que l’objet d’une observation étant mal nommé, et les caractères distinctifs qu’on lui attribue n’étant pas exclusifs, on ne peut reconnaître cet objet, ni par le nom ni par la description.

Notes

1 Les notions de brut et d’organisé sont précisées dans les paragraphes qui suivent.

2 Terme employé notamment par Linné.

3 Daubenton emprunte l’expression à Pallas, comme il le rappelle dans la dix-septième leçon.

4 Pour Daubenton comme pour Buffon. l’espèce et elle seule a une existence naturelle, ce qui ne veut pas dire qu’elle soit facile à appréhender, comme il le montre plus loin avec l’exemple du chien et du loup. Voir l’annexe « Classifications des êtres vivants », p. 612.

5 J. Pitton de Tournefort. Éléments de botanique, ou méthode pour connaître les plantes, Paris. Imprimerie royale. 1694. Daubenton revient sur Tournefort dans la douzième leçon.

6 Il s’agit du botaniste et voyageur Michel Adanson (1727-1806), dans Les Familles des Plantes (1763).

7 Dans sa Flore française (Paris, Imprimerie royale. 1778), Lamarck propose un système de coefficients pour hiérarchiser les caractères, que Daubenton refuse ici.

8 Daubenton utilise le terme de quadrupède vivipare plutôt que celui de mammifère, introduit par Linné dans la dixième édition du Systema naturae, per regna tria naturae, secundum classes, ordines, genera, species cum characteritibus, differentiis, synonymis, locis (Stockholm, Salvius, 1767).

9 Ces résultats sont développés dans le Cours de zoologie où Daubenton énumère ces quinze caractères et justifie son scepticisme : Bibliothèque centrale du MNHN, ms. 807, f. 7v-9r.

10 Attaque discrète de Linné qui affirme brutalement en 1758 que la division naturelle des animaux est indiquée par leur structure interne : « Divisio naturalis animalium ab interna structura indicatur », Systema naturae..., op. cit., 1758, 10e éd., p. 11.

11 Buffon estime qu’ils sont d’espèces différentes, malgré les rares témoignages d’interfécondité, et ironise sur des appellations de Linné qui tiennent compte de la forme de la queue. Voir l’annexe « Classification des êtres vivants », p. 614.

12 Après avoir d’abord échoué lui-même à provoquer un accouplement chien-louve, Buffon a suivi pendant quatre générations la descendance d’une portée hybride.

13 Par exemple la Synonymia piscium graeca et latina de Peter Artedi.

14 Il s’agit du rhinolophe fer à cheval (Rhinolophus ferrumequinum). Il existe aussi un Myotis daubentoni, nommé en l’honneur de notre auteur.

15 Ce nom n’a malheureusement pas été retenu par la postérité.

16 Le nomen triviale, souvent un qualificatif, caractérise l’une des espèces d’un genre.

17 Daubenton semble injuste dans la mesure où les noms linnéens qu’il critique reprennent justement des appellations latines communes. Son hostilité à ce que les genres reprennent des noms d’espèce conduirait à des néologismes.

© Éditions Rue d’Ulm, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540