Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’École normale de l’an III. Vol. 3, Leçons de physique, de chimie, d’histoire naturelle

 | 
Étienne Guyon

Leçons d'histoire naturelle de Daubenton

Deuxième leçon

7 pluviôse/26 janvier

Texte intégral

1Sur la rédaction de l’histoire naturelle

  • 1 Daubenton cite la première phrase de l’article « Histoire » de l’Encyclopédie méthodique, op. cit.

2L’histoire est le récit des faits donnés pour vrais, au contraire de la fable, qui est le récit des faits donnés pour faux1. » L’histoire naturelle doit être encore plus vraie que l’histoire civile, puisque la plupart des faits dont elle doit être composée existent réellement dans la nature : on est rarement dans le cas de remonter à la tradition, ou de consulter les anciennes chroniques, les vieux titres, les vieilles chartes, etc. Les matériaux de l’histoire naturelle sont dans les productions de la nature : c’est là où il les faut voir, et d’où il faut les tirer par bonnes observations, et avec toute la confiance que donne la vérité. Si le naturaliste est obligé de lire des livres ou d’entendre des relations, c’est alors qu’il doit vérifier, autant qu’il est possible, les faits qu’il emprunte, ou examiner au moins s’ils ne sont pas trop éloignés de la vraisemblance.

3Le style de l’histoire naturelle doit être simple comme la nature ; si l’on en veut peindre la magnificence et si l’on prend un style élevé, que jamais il ne s’écarte de l’exacte vérité. Le style pompeux est sujet à l’erreur, il entraîne le naturaliste dans des expressions exagérées qui donnent des idées fausses. Lorsque ce mot propre choque l’oreille, on en substitue un autre plus harmonieux, mais dont la signification est équivoque ; on craint que ce haut style ne s’abaisse ; de peur qu’il ne languisse, on néglige le détail des nuances dans les qualités de productions de la nature, les modifications pour l’affirmative ou la négative, le doute dans l’indication des lieux, des temps et des autres circonstances de la relation des faits et des événements. L’éloquence n’hésite jamais, elle agrandit son sujet, pour faire valoir la magie du style : peu importe que la vérité y perde, si les tableaux que fait l’orateur sont plus frappants, et les images plus belles.

  • 2 Gérard van Spaendonk (1746-1822) occupe la chaire de « peintre en miniature » au Muséum depuis 178 (...)

4Homère, Fénelon et beaucoup d’autres auteurs ont mis des portes à l’Orient, et les ont fait ouvrir par l’aurore aux doigts de roses. L’idée de ces charmantes fleurs rend la fiction plus agréable, mais on imite les roses : Van Spasndonck2 en fait qui nous paraissent, au premier coup d’œil, aussi belles que celles de la nature, par la perfection de la forme et la force du coloris. Où est l’artiste qui peindra l’arc-en-ciel et tous les effets de la réfraction des rayons du soleil à son lever ou à son coucher, ou dans son image colorée, que l’on appelle le spectre solaire ? Qui pourra imiter un diamant, un rubis, une émeraude ? Voltaire a bien fait valoir ces objets, lorsqu’il a personnifié le soleil dans sa sublime épître sur la philosophie de Newton. Que de talent, que de génie, pour exprimer en beaux vers des choses si difficiles !

  • 3 Ces vers sont extraits du poème de dédicace à madame du Châtelet qui ouvre les Éléments de la phil (...)

Il [Newton] découvre à mes yeux, par une main savante
De l’astre des saisons la robe étincelante
L’émeraude, l’azur, le pourpre, le rubis
Sont l’immortel tissu dont brillent ses habits3.

5Dans ces quatre vers, le poète a revêtu le soleil du produit des découvertes du physicien.

  • 4 Feldspath calcosodique (plagioclase). originaire notamment du Canada, à reflets métalliques irisés (...)
  • 5 Il y a peut-être là une référence implicite à Rousseau.

6Mais les naturalistes feraient fort mal d’imaginer des tissus pour habiller le soleil ; ils ont assez de beaux et grands objets pour orner leurs descriptions : les réfractions de la lumière, les pierres précieuses, la pierre de Labrador4, les mines de cuivre gorge-de-pigeon, et queue-de-paon, etc., peuvent tout décorer. Le poète gagnera toujours à employer les objets de la nature ; mais elle serait travestie, déguisée, masquée, dégradée par son historien, s’il mêlait aux beautés naturelles, les fictions de l’art et de la fable5.

7Au rapport du naturaliste orateur, les propriétés de certaines plantes seront merveilleuses ; les animaux auront des vices et des vertus, tandis qu’ils ne font que ce que leur conformation permet, et ce que leurs besoins exigent. Le style pompeux séduit la plupart des lecteurs ; on y applaudit, mais ceux qui examinent le fond, reconnaissent bientôt que la nature y est apprêtée et déguisée : alors, l’historien perd la confiance des naturalistes.

  • 6 Daubenton se livre ici à une critique en règle de Buffon, non sans un zeste de mauvaise foi. Si ce (...)

8Par exemple, un orateur très célèbre et très moderne, grand philosophe et grand écrivain dans le genre sublime, n’a pu faire l’histoire du lion sans se livrer à des préjugés qu’il énonce avec une force et un agrément qui séduisent presque tous les lecteurs. Il présente le lion comme le roi des animaux6. « La figure de cet animal est imposante, dit l’auteur, son regard assuré, sa démarche fière, et sa voix terrible ; sa colère est noble, son courage magnanime, et son naturel sensible [...] L’espèce du lion est une des plus nobles, etc. » Voilà certainement le lion peint en beau, mais voyons sans préjugé de quelle valeur sont toutes ces assertions.

  • * Quoique ces feuilles ne doivent rendre compte que des discours, et non de leurs effets, le beau mo (...)
  • 7 On distingue bien aujourd’hui plusieurs espèces de lion.

9Le lion n’est pas roi des animaux : il n’y a point de roi dans la nature*. Tous les animaux sont frappés de terreur à l’aspect du lion ; aucun ne lui obéit ; tous le fuient ; aucun ne le flatte pour obtenir sa faveur ; il n’a point de courtisans. Donc le lion n’est pas roi. Sa figure n’est plus imposante que celle du chat que par sa grande taille et sa vaste crinière, car ces deux animaux ont à peu près la même figure, les mêmes attitudes et les mêmes allures. Si l’on dit que le lion a la tête grosse, il faudra le dire aussi de la tête du chat : cela est prouvé par les dimensions que j’ai prises sur ces animaux, lorsque je les ai décrits et disséqués. Le regard du lion n’est pas trop assuré, puisqu’au rapport même de l’auteur, on a remarqué que la grande lumière du soleil paraît incommoder le lion, et qu’il marche rarement dans le milieu du jour. La voix du lion est plus forte, plus rauque, plus rude, que terrible : c’est un rugissement qui a le ton plaintif d’un animal hors d’haleine ou souffrant ; il se fait entendre par des sons entrecoupés, dont la force diminue successivement et s’éteint. Lorsque le lion n’a pas besoin de manger, il ne cherche point de proie ; lorsqu’il est affamé, il dévore le premier animal qu’il rencontre : il n’y a là ni colère noble ni courage magnanime. Il se cache et se tapit sur le ventre comme un chat, pour attendre sa proie au passage ; il s’élance avec tant de force qu’il la saisit souvent au premier bond. L’auteur dont je discute les opinions au sujet du lion prétend que l’espèce de cet animal est une des plus nobles, parce qu’elle n’a pas dégénéré en plusieurs races. Cependant les anciens et les modernes ont fait mention de lions assez différents les uns des autres pour distinguer des races7. L’auteur veut que le lion soit noble en ce que son espèce est constante et variable. Tous les animaux seraient donc nobles, parce que les caractères spécifiques sont essentiels à tous les animaux de même espèce.

10L’éloquent auteur dont il s’agit a préféré les caractères moraux ; il a fait le chat infidèle, faux, pervers, voleur, souple, et flatteur comme les fripons. Voilà une grande opposition à la noblesse et la magnanimité du lion, et aussi de bons moyens pour faire briller les charmes du style... Je n’ai insisté sur ces prestiges que pour vous mettre en garde contre les écrits des naturalistes qui mêlent la magie de l’éloquence à la vérité simple de l’histoire naturelle.

  • 8 Buffon juge les méthodes utiles pour les espèces nombreuses et difficiles à différencier, mais rid (...)

11Le même auteur veut jeter du ridicule sur les naturalistes qui ont mis le lion avec le chat sous un même genre. Il fait dire à Linné que le lion est un chat à crinière et à queue longue8. Certainement, le chat n’est pas un lion ; aussi ce n’est pas ce que Linné a voulu dire. L’auteur qui le critique n’a pas bien entendu la méthode de Linné : s’il avait seulement parcouru les espèces rapportées sous le genre appelé felis, chat, dans cette méthode, il y aurait trouvé l’espèce du lion et celle du chat dans deux articles séparés, avec leurs caractères distinctifs, ce qui prouve bien clairement que Linné n’avait pas confondu le lion avec le chat. Cette équivoque est venue d’une mauvaise manière de dénommer les genres, dans la plupart des méthodes, en leur donnant le nom de l’une des espèces qu’ils comprennent : il en résulte nécessairement une répétition du même nom, pour l’espèce dont on a pris la dénomination pour la donner au genre. Lorsqu’on cite une espèce, on commence par mettre le nom du genre, ensuite les caractères et le nom de l’espèce. Par exemple : felis, chat, cauda elongata, annulata, catus, chat, Linné.

12Il est facile d’éviter cet inconvénient, en donnant au genre un nom différent de ceux de ses espèces.

13J’ai fait entrer dans la leçon sur la rédaction de l’histoire naturelle l’article précédent, parce que le ridicule que l’on a voulu jeter dans certains écrits sur quelques naturalistes est une sorte de rédaction qu’il est bon de combattre, lorsqu’elle est mal fondée.

14Le débit des leçons est le résultat d’une rédaction, soit qu’elles aient été écrites, soit qu’on les ait composées de mémoire.

15Les leçons récitées sont les plus agréables pour les élèves, lorsque l’instituteur est doué du don de la parole, avec une mémoire heureuse ; mais s’il hésite, il cause aux auditeurs une inquiétude qui leur donne des distractions continuelles. Les leçons qui se font par une lecture sont froides ; les gestes et la déclamation leur manquent : mais je crois que ce n’est pas un mal. Une leçon d’histoire naturelle ne doit pas être un discours oratoire ; ce n’est qu’un simple récit d’observations faites sur les productions de la nature : la clarté du style et le choix des expressions y sont plus convenables que les fleurs et les figures de rhétorique. L’orateur, en s’échauffant dans son débit, ne trouve pas toujours les termes propres à exprimer ses idées. Il est sujet à perdre le fil de son discours s’il ne l’a pas écrit d’avance pour le retenir de mémoire : il suspend l’attention de ses auditeurs par le charme de l’éloquence. L’instituteur qui lit son propre écrit est sûr de le transmettre exactement, comme il l’a composé, et, sans détourner l’attention de ses auditeurs, il exprime tranquillement des idées qui restent dans leur tête.

16Il y a de l’avantage et du désavantage dans ces deux manières de faire des leçons ; j’en préfère une troisième, qui tient des deux. C’est de lire les leçons, afin d’être sûr de les transmettre exactement comme elles ont été écrites, et d’en interrompre la lecture à chaque article pour le commenter, comme on fait un thème en deux façons. Ce commentaire donne à l’instituteur le moyen de faire mieux comprendre ses idées, en les énonçant en différents termes, par différentes tournures de phrases et par de nouvelles explications et de nouvelles preuves. Les élèves qui n’ont pas compris une chose à la lecture de l’instituteur, ceux qui se sont mépris sur le sens de quelques phrases, se rectifient tous, retiennent mieux la chose dont il s’agit parce qu’ils en ont été occupés plus longtemps.

17Les élèves sont les meilleurs juges de leurs instituteurs ; ce n’est pas en les entendant parler qu’ils apprécient leurs talents pour l’enseignement, c’est en sortant de leurs leçons : celles qu’ils ont le mieux retenues leur paraissent les meilleures, et le sont en effet, de quelque façon qu’elles aient été composées et débitées. Il me semble que chaque instituteur doit suivre ses dispositions naturelles pour la manière de débiter ses leçons ; en exposant ses idées comme il les pense, il les fait mieux entendre à ses élèves que par un discours apprêté. Le charme du style peut faire illusion, mais il ne fixe pas les idées de l’instituteur dans le souvenir des élèves.

  • 9 Les contributions de Daubenton à l’Encyclopédie méthodique montrent l’importance qu’il accorde à c (...)

18Les productions de la nature sont en si grand nombre dans la plupart de leurs classes qu’il faut les compter par milliers d’espèces ; il est difficile de les distinguer au milieu de cette multitude. L’art ingénieux des divisions méthodiques, par classes, genres, espèces, est déjà d’un grand secours ; il sera encore plus utile si l’on dispose ces divisions sur des tableaux : c’est un très bon moyen de voir d’un coup d’œil une branche de l’histoire naturelle9. Pour s’assurer que l’on sait bien une partie d’une science, il faut l’avoir réduite et clairement exprimée sur une simple feuille : ces tableaux sont de la plus grande utilité dans la rédaction de l’histoire des productions de la nature. Au lieu de la diviser en livres, parties, chapitres, sections, etc., on peut faire ces partitions par des tableaux qui sont plus concis et plus méthodiques que des sommaires ; on ne doit pas craindre de les multiplier ; toutes les fois qu’ils paraîtront, ils expliqueront la suite de l’ouvrage en l’annonçant.

19Les descriptions des productions de la nature sont une des parties les plus importantes de leur histoire, et qui exige le plus d’exactitude dans la rédaction. Les corps bruts ou minéraux de même sorte ne se ressemblent pas les uns aux autres, quoiqu’ils soient composés de plusieurs substances apparentes ou faciles à reconnaître. Par exemple, il est rare de voir deux morceaux d’un marbre de plusieurs couleurs, deux morceaux de granit ou de porphyres, où il n’y ait pas des différences marquées de l’un à l’autre ; ces différences consistent dans le nombre et les proportions des substances dont ces minéraux sont composés ; dans l’intensité et l’étendue de leurs contours et leur effet agréable ou déplaisant sur les yeux. Les minéraux sont sujets à beaucoup de variétés de formes, même ceux qui sont cristallisés et que l’on croit être régulièrement figurés ; il s’en trouve qui ont des facettes de plus ou de moins. Le naturaliste doit entrer soigneusement dans tous ces détails en décrivant des minéraux, parce que ces êtres bruts n’ont pas des qualités aussi intéressantes que les corps organisés.

20Les descriptions des plantes ont pour objet principal les organes de la génération : ils sont essentiels pour la conversation de l’espèce et pour la multiplication de ses individus ; ils sont les plus agréables par leurs fleurs, les plus utiles par les comestibles qu’ils produisent ; ils sont aussi employés avec succès dans l’art des distributions méthodiques. On a décrit les diverses figures des racines, des écorces, des feuilles ; et en général l’on a beaucoup observé l’extérieur des plantes, mais la description des organes intérieurs a été trop négligée. Il faut remonter à plus d’un siècle pour trouver les auteurs des principales découvertes sur l’organisation et l’accroissement des plantes : il est donc nécessaire, pour la description des végétaux, d’insister autant sur les parties intérieures que sur les extérieures. La description des caractères distinctifs des plantes est moins importante pour le bien de la société que celle des graines bonnes à semer, des fruits bons à manger et à garder, des bois de service, etc. : par exemple, on ne peut trop faire connaître les bonnes qualités que doit avoir le froment pour les semailles, les meilleurs fruits pour les saisons où ils sont le plus rares, les bois les plus convenables pour la charpente, la menuiserie, la mâture, etc.

  • 10 Daubenton préconise la méthode d’exposition appliquée par Aristote dans son Histoire des animaux ( (...)

21La description des animaux demande d’autres considérations que celle des plantes ; il y a des animaux qui ont des organes peu différents de ceux de l’homme, et plus développés, parce que l’animal est plus grand ; d’autres animaux ont des organes très différents de ceux de l’homme, mais qui produisent à peu près les mêmes effets. Dans ces deux cas, il est nécessaire de suivre un même plan de description, pour le corps humain et pour celui des animaux10, afin de pouvoir faire une comparaison exacte des descriptions, pour tâcher de découvrir dans les animaux ce que l’on n’a pu apercevoir dans l’homme, ou de reconnaître les différents moyens que la nature emploie dans l’exécution d’une même fonction de l’économie animale. Voilà les objets les plus importants de la description des animaux.

  • 11 Daubenton accorde une grande importance aux prises de mesures dont ses travaux sont remplis.

22On les remplira plus complètement si l’on y ajoute les dimensions des principales parties extérieures et intérieures du corps de l’homme et de celui des animaux ; les anatomistes ne se sont pas occupés de ces dimensions, cependant elles sont nécessaires dans plusieurs circonstances11.

23Les dessins des cristallisations, ceux des plantes et des animaux, éclairassent ce que les descriptions peuvent avoir d’obscur. On représente les cristallisations au trait en perspective. Il faut tâcher d’avoir les plantes dans leur plus grand accroissement pour bien rendre leur port. Les parties de détail, surtout celles de la fleur et du fruit, doivent être figurées à part et sur une plus grande échelle, s’il est nécessaire.

24Il faut que le naturaliste voie les animaux dans leur état de repos pour reconnaître l’habitude de leur corps, les proportions de leurs membres et les traits de leur face, et pour les comparer à d’autres animaux ; ils ne seraient pas reconnaissables si on les représentait dans les attitudes forcées et dans les mouvements auxquels ils se livrent lorsqu’ils sont excités par leurs besoins, ou quand ils sont en fureur ; on ne voit plus les traits de leur face tels qu’ils étaient dans l’état de tranquillité, comme nous ne voyons plus sur le visage d’un homme transporté de colère, les traits de sa physionomie ordinaire.

25Les animaux ont aussi leur physionomie, c’est-à-dire qu’en comparant les principaux traits de leur face avec les traits qui caractérisent les physionomies des hommes, on y trouve une sorte de ressemblance éloignée ; et quelque grossière que soit cette ressemblance, elle suffit pour nous rappeler, en voyant la face des animaux, les idées de finesse ou de stupidité, de douceur ou de férocité, etc. que nous donnent les physionomies de certains hommes. Les traits qui varient le plus dans les animaux sont ceux qui dépendent de la longueur de la mâchoire et des os du nez, et de la distance des yeux : ces mêmes traits influent beaucoup sur la physionomie des hommes ; aussi a-t-on prétendu que chaque homme avait une ressemblance particulière avec quelque animal, dont le caractère influait sur le sien. De telles chimères sont si absurdes qu’on n’en doit rien conclure, si ce n’est que, indépendamment de la ressemblance grossière qui est entre la face des animaux et le visage de l’homme, il y a encore une sorte de rapport entre les principaux traits de la physionomie, rapport purement matériel, qui ne suppose dans les animaux que des passions produites par leur instinct et par leur tempérament, et qui peuvent être comparées à celles qui ne dépendent que de la partie animale de l’homme.

26C’est la physionomie des animaux, prise dans ce sens, qu’il est très difficile de saisir et de rendre : l’expression de ce portrait est d’une exécution bien fine et bien délicate ; aussi voyons-nous la plupart des dessinateurs et des peintres exprimer parfaitement tous les traits de la face d’un homme ou d’un animal, sans donner cependant le caractère de la physionomie. Il y a moins de difficulté à faire des tableaux ; les passions qui y dominent ne peuvent guère être équivoques ; aussi les peintres ont-ils un très grand avantage à représenter les animaux dans des chasses ou des combats : il n’y a que les grands maîtres qui réussissent à en faire de simples portraits, tels qu’il faudrait les avoir pour accompagner la description des animaux considérés dans l’état de repos. Mais la finesse de ces portraits rendus au naturel échappe à la plupart des connaisseurs, parce qu’ils n’ont pas assez observé dans la nature les caractères de la physionomie des animaux, qui sont si sensibles, comme la finesse du renard, la timidité du chevreuil, l’imbécillité du cochon, etc. On est bien plus frappé à l’aspect d’un tableau où l’on reconnaît la fierté d’un taureau qui se défend contre l’opiniâtreté d’un dogue, ou la férocité d’un sanglier blessé par les chiens : cependant cet air de fierté dans le taureau et de férocité dans le sanglier est l’expression d’un état violent et forcé, et très différent de l’état de repos, dans lequel le taureau ne nous paraît qu’un animal grossier, et le sanglier un animal stupide. Le portrait qui les représenterait dans cet état serait le moins recherché, quoique le plus nécessaire pour la vraie connaissance du caractère de ces animaux ; de même, la description d’un animal vu dans l’état de repos ne sera intéressante que pour ceux qui voudront étudier la nature, parce que cette description est inséparable d’une sorte de sécheresse dans les détails, toujours déplaisante pour ceux qui ne sont flattés que de l’agrément et qui négligent leur instruction.

  • 12 La suite du passage montre que Daubenton nomme enluminures les gravures coloriées par opposition a (...)

27C’est ainsi que les enluminures12 plaisent à tout le monde et sont recherchées même par des naturalistes ; c’est une sorte de dédommagement, lorsqu’on ne peut pas avoir des miniatures, qui seraient fort chères en comparaison du prix des enluminures. Aussi, tous les exemplaires des miniatures, lorsqu’il y en a plusieurs pour le même sujet, sont faits d’après nature, suivant les règles de l’art, par des peintres qui expriment, autant qu’il est possible, les nuances des couleurs ; au contraire, il n’y a que la première enluminure qui soit faite par un peintre : elle sert de modèle pour toutes les copies que l’on tire. Ces exemplaires ne peuvent pas être faits avec autant d’exactitude que le modèle parce que leur prix est de beaucoup au-dessous. Les enluminures ne méritent donc pas la confiance des naturalistes ; mais elles sont agréables en ce qu’elles ont des couleurs.

28Il faut exposer dans la rédaction de l’histoire naturelle :

  1. Le caractère distinctif, la description de chaque chose, à l’exclusion de toute autre chose, les variétés des végétaux, et les races des animaux ;
  2. La manière dont les êtres bruts se forment et dont les êtres organisés se perpétuent ;
  3. Les substances qui font accroître les êtres bruts et qui nourrissent les êtres organisés ;
  4. La décomposition des minéraux et le dépérissement des végétaux et des animaux ;
  5. Les propriétés utiles ou nuisibles de chaque production de la nature ;
  6. Les mœurs des animaux ;
  7. Les singularités remarquables dans quelques productions de la nature ;
  8. Le pays où se trouvent les minéraux et les climats où naissent les végétaux et les animaux.

29Ces huit articles comprennent les connaissances les plus importantes à acquérir sur chaque production de la nature ; les faits qu’ils contiennent sont les vrais éléments de l’histoire naturelle : j’expliquerai ces articles lorsque je parlerai des minéraux en particulier, ou des plantes, ou des animaux ; parce qu’il doit se trouver autant de différence dans l’histoire de ces êtres que dans leur nature.

Notes

1 Daubenton cite la première phrase de l’article « Histoire » de l’Encyclopédie méthodique, op. cit..

2 Gérard van Spaendonk (1746-1822) occupe la chaire de « peintre en miniature » au Muséum depuis 1780.

3 Ces vers sont extraits du poème de dédicace à madame du Châtelet qui ouvre les Éléments de la philosophie de Newton, mis à la portée de tout le monde de Voltaire (Amsterdam, E. Ledet et Compagnie, 1738).

4 Feldspath calcosodique (plagioclase). originaire notamment du Canada, à reflets métalliques irisés dans le bleu ou dans le vert.

5 Il y a peut-être là une référence implicite à Rousseau.

6 Daubenton se livre ici à une critique en règle de Buffon, non sans un zeste de mauvaise foi. Si ce dernier construit tout son chapitre sur le thème de la noblesse de l’animal, il n’emploie qu’une seule fois le terme de roi des animaux au détour d’une phrase.

7 On distingue bien aujourd’hui plusieurs espèces de lion.

8 Buffon juge les méthodes utiles pour les espèces nombreuses et difficiles à différencier, mais ridicules pour des êtres de « premier rang », comme il l’explique à propos du lion : « Classer l’homme avec le singe, le lion avec le chat ; dire que le lion est un chat à crinière et à longue queue, c’est dégrader, défigurer la nature, au lieu de la décrire ou de la dénommer. » Daubenton défend plus bas le système de nomenclature binomiale (genre/espèce) de Linné tout en proposant quelques aménagements.

9 Les contributions de Daubenton à l’Encyclopédie méthodique montrent l’importance qu’il accorde à ce type de tableaux.

10 Daubenton préconise la méthode d’exposition appliquée par Aristote dans son Histoire des animaux (I. 6).

11 Daubenton accorde une grande importance aux prises de mesures dont ses travaux sont remplis.

12 La suite du passage montre que Daubenton nomme enluminures les gravures coloriées par opposition aux miniatures, peintures originales.

Notes de fin

* Quoique ces feuilles ne doivent rendre compte que des discours, et non de leurs effets, le beau mouvement auquel cette phrase a donné lieu mérite, sans doute, de passer dans l’âme de tous ceux qui n’étaient pas à la séance. Jamais, peut-être, une aussi importante vérité n’était sortie d’une bouche plus respectable, et n’a obtenu, d’un auditoire aussi nombreux, une conviction plus intime et plus prompte, une démonstration plus évidente et plus complète. Les mains, les yeux, les physionomies, les acclamations, les attitudes, rendaient à l’envi la même opinion ou plutôt, le même sentiment exprimé d’avance dans le fond de tous les cœurs. C’était vraiment l’esprit public qui jaillissait dans toute sa pureté et toute sa force, du foyer de l’instruction. Jamais la haine de la royauté ne s’est manifestée avec plus d’énergie, et l’amour de la République avec plus d’éclat. Ceux qui ne veulent pas de rois, même au milieu des bêtes féroces, ne les souffriront pas au milieu d’eux-mêmes.

© Éditions Rue d’Ulm, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540