Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’École normale de l’an III. Vol. 3, Leçons de physique, de chimie, d’histoire naturelle

 | 
Étienne Guyon

Leçons d'histoire naturelle de Daubenton

Première leçon

3 pluviôse/22 janvier

Texte intégral

1Sur la définition et les limites de l’histoire naturelle

  • 1 Daubenton parle en tant que garde et démonstrateur de l’ancien Cabinet d’histoire naturelle. Le fo (...)

2Nous sommes ici tous rassemblés par un goût décidé pour l’histoire naturelle. L’heureuse liberté dont nous jouissons a levé les entraves qui captivaient nos études et nos écrits. L’égalité est compagne inséparable de la liberté, fille de la nature et amie des naturalistes. Si la durée d’une longue vie et la jouissance d’une grande collection d’objets d’histoire naturelle1 m’ont fait acquérir des connaissances qui vous manquent, tâchons de rétablir l’égalité entre nous : je m’efforcerai de mettre de la clarté et de la précision dans les leçons. Je vous invite, de tout mon cœur, à les recevoir avec attention : la confiance que vous voudrez bien me donner me soutiendra dans une entreprise qui est peut-être au-dessus de mes forces. Je sais combien il est difficile d’énoncer et d’expliquer les éléments d’une science ; mais j’ai été encouragé par l’honorable choix des représentants du peuple, et par la satisfaction que j’ai de pouvoir, dans mes vieux jours, être de quelque utilité à ma patrie.

3Les éléments d’une science sont l’exposition abrégée de ses principes et de ses préceptes, et leur application aux objets principaux de l’étude ou de l’enseignement de cette science. Sous ce point de vue, un traité d’éléments est très différent d’un cours élémentaire, qui n’est qu’un sommaire des leçons d’un cours complet.

  • 2 Daubenton définit le concept de nature, en liaison avec un créateur : il conserve l’idée grecque d (...)

4Pour savoir quelles sont les choses qui appartiennent à l’histoire naturelle, il faut connaître la signification du mot nature. On doit entendre par ce mot un agent aussi actif que puissant, qui exécute la volonté de l’Être suprême, qui a fait l’univers et qui le dirige par des lois auxquelles la nature est soumise2.

5L’histoire naturelle comprend les observations qui ont été faites sur les productions de la nature. Le naturaliste considère les êtres bruts et organisés dans les différents états où ils passent successivement, depuis leur formation ou leur naissance jusqu’à leur destruction. Il décrit leur structure et leur organisation. Il tâche d’en découvrir l’origine, et les causes des changements qui arrivent dans tous les temps de leur existence.

6On voit déjà, par cet exposé, que l’histoire naturelle diffère beaucoup de l’histoire civile, dont le principal objet consiste dans le récit des actions mémorables des hommes et des événements extraordinaires et remarquables dans les cours de la nature. Les limites de ces deux sciences ne sont pas équivoques ; l’une ne peut guère anticiper sur l’autre. Mais il n’est pas si facile d’indiquer les bornes qui séparent l’histoire naturelle et les sciences physiques, dont elle est le principal fondement.

7Si nous avions acquis toutes les connaissances de physique dont nous sommes susceptibles, elles se réuniraient en un corps de science complet, qui formerait la science de la nature. L’histoire naturelle en serait le récit ; elle s’étendrait à tous les corps qui sont à portée de nos sens, et renfermerait toutes les idées qu’ils pourraient faire concevoir à l’esprit humain : la physique aurait toute la perfection qu’il est possible aux hommes de lui donner.

8Alors, la science de la nature serait indivisible : l’histoire naturelle exposerait tous ses objets dans l’ordre le plus convenable à leurs qualités et à leurs propriétés. Pour les connaître à fond, et pour en tirer une plus grande utilité, il a fallu les travailler, les soumettre à des épreuves, en faire des essais, les mêler et les combiner les uns avec les autres. Tant d’objets d’étude sont devenus les sujets de sciences particulières qui ont partagé la science de la nature : les principales sont la chimie, la métallurgie, la botanique, l’agriculture, l’anatomie, la médecine et l’art vétérinaire. Les objets de ces sciences leur sont communs avec l’histoire naturelle ; mais le naturaliste, le chimiste, le métallurgiste, le botaniste, l’agriculteur, l’ana-tomiste, le médecin et l’artiste vétérinaire doivent les considérer sous divers aspects et avec des vues différentes.

9Toutes ces sciences ont entre elles de grands rapports ; elles s’aident mutuellement, elles sont nécessaires les unes aux autres ; cependant, elles ne peuvent être confondues toutes ensemble sans se nuire. Il n’est que trop difficile de s’instruire de l’une de ces sciences dans tous ses principes et dans tous ses détails ; il serait impossible à un seul homme de les embrasser dans toute leur étendue. Pour avoir une idée nette et précise de ces sciences, il est donc nécessaire d’en connaître les limites : je vais commencer par rechercher celles qui distinguent l’histoire naturelle de la chimie et la métallurgie.

10L’objet de la chimie est de reconnaître les parties intégrantes des minéraux, des plantes et des animaux. Le chimiste emploie les moyens les plus ingénieux et les agents les plus puissants pour parvenir à son but. Le feu semble obéir à sa volonté pour l’analyse des corps ; il sépare successivement les parties les plus volatiles ; il enflamme, il brûle, il calcine et il vitrifie les parties les plus fixes. Ces opérations produisent des liquides aqueux et huileux, et d’autres qui ont assez d’activité et de force pour dissoudre des matières très dures : c’est par ces dissolutions que le chimiste fait ses opérations les plus merveilleuses. Il est parvenu à connaître le degré de sympathie, d’affinité, d’attraction qui dispose certaines substances à s’unir ensemble, ou à se quitter pour s’attacher à d’autres. Par ce moyen surprenant d’unir et de séparer diverses substances, le chimiste fait toutes sortes de combinaisons ; il mêle différentes matières pour les disposer les unes par les autres à manifester leurs qualités essentielles.

11Au contraire, le naturaliste considère un objet dans son entier, et sans aucun mélange de substance étrangère ; il l’éprouve par le tact, l’odorat et le goût ; il le compare à d’autres objets ; s’il l’entame, c’est seulement pour voir sa cassure, sa dureté avec la lime, il y cherche des étincelles avec le briquet, et une effervescence en y versant quelques gouttes de liqueurs acides ; il l’expose à différents degrés de chaleur pour savoir si ce corps se convertira en plâtre, en chaux ou en verre. Tels sont les principaux moyens que le naturaliste emploie pour ses observations sur les minéraux. Il ne réduit donc pas ses observations aux caractères extérieurs des minéraux, comme on le dit vulgairement ; tandis qu’au contraire, le naturaliste examine les minéraux dans leur intérieur comme à l’extérieur ; il observe leur poids, leur dureté, leur cassure, leur grain et toutes leurs qualités, dans l’état naturel, sans avoir brisé leur structure, ni altéré leur nature par l’action du feu. On peut voir par cet exposé qu’il y a autant de différence entre l’histoire naturelle et la chimie qu’entre la nature et l’art.

12Pourquoi le naturaliste s’en tient-il à des observations si simples, sans employer les moyens que lui indique le chimiste pour connaître son objet plus à fond, et pour y découvrir des substances qui ne sont pas sensibles aux yeux ?

13C’est parce que l’objet de l’histoire naturelle est fort différent de celui de la chimie, dans l’état présent de ces deux sciences. Le naturaliste observe les productions de la nature telles qu’il les aperçoit ; il les éprouve telles qu’elles sont ; il ne se propose pas de les décomposer, de les dissoudre, ni de les détruire pour en rechercher les éléments. Dès que les parties d’une production de la nature sont désunies ou mêlées avec d’autres substances, cette production a disparu aux yeux du naturaliste ; elle a perdu son existence, lorsqu’elle n’est plus dans son état naturel ; sa destruction est le point de partage entre l’étude du naturaliste et celle du chimiste. C’est là que commencent les opérations de la chimie, dont l’objet n’est pas d’observer les corps dans leur état naturel, ni de les décrire pour les faire connaître, ni de rechercher leur structure ou leur organisation. Au contraire, le chimiste se propose de changer leur état actuel, pour séparer leurs parties élémentaires les unes des autres : ce procédé sera étranger à l’histoire naturelle, tant que l’on admettra une différence entre cette science et celle de la chimie.

14On ne sera donc pas surpris que le naturaliste se refuse à toute opération qui peut altérer et changer l’état naturel des corps si l’on fait attention que, dans ce cas, l’objet de ses recherches ne serait plus une production de la nature, mais un produit de l’art.

  • 3 Ces substances non visibles sont les gaz susceptibles de se dégager lors de réactions chimiques ou (...)

15Tout produit de l’art est suspect d’altération ; dès que l’on a mêlé plusieurs substances ensembles, celles qui en résultent ne sont plus dans leur état naturel ; les chimistes en conviennent, puisqu’ils ont pour axiome que tout précipité tient du dissolvant. Il est à présumer que l’action du feu opère des changements dans les productions de la nature que l’on a calcinées, dissoutes, sublimées ou distillées ; cette action peut y produire des substances qui n’y existaient pas avant la calcination, la dissolution, la sublimation ou la distillation : les naturalistes doivent se défier des effets de ces opérations, surtout lorsqu’il en résulte des substances invisibles3, dont l’existence et les propriétés ne se manifestent que par leur mélange avec d’autres substances. Des procédés qui causent tant de changements dans les parties intégrantes d’une production naturelle peuvent les falsifier et répugnent aux naturalistes, qui veulent voir la nature dans toute sa pureté et observer ses productions sans aucun autre mélange que ceux qu’elle opère elle-même.

16Cependant, le naturaliste profite souvent des connaissances du chimiste. S’il expose du cristal de roche à la plus grande chaleur que l’on ait pu produire jusqu’à présent, cette belle matière y résiste ; il en conclut qu’elle n’est pas vitrifiable. Le chimiste la fond à l’aide de l’air vital ou par le mélange d’un sel, et par ces procédés, il apprend au naturaliste que cette substance est fusible. Il a converti le cristal de roche et le sel en verre : mais ce verre est un objet étranger au naturaliste, parce qu’il n’y voit plus le cristal de roche.

17Le verre est un produit de l’art ; si les naturalistes font des vitrifications, c’est toujours sans aucun mélange chimique. Leur objet n’est pas de faire du verre, mais de savoir si une matière résiste au feu, si elle est fusible, ou si elle se calcine en chaux ou en plâtre : ils abandonnent toutes ces substances factices dès qu’ils les ont aperçues.

  • 4 On donnait le nom de demi-métaux à des substances métalliques cassantes et volatiles comme l’arsen (...)
  • 5 La docimasie consiste à tester un minerai à petite échelle pour déterminer la qualité et la quanti (...)
  • 6 Buffon a lui-même publié des mémoires sur les miroirs ardents. Voir J. Roger, Buffon : un philosop (...)

18Les métaux et les demi-métaux4 que l’on tire des mines par la docimasie5 et par la métallurgie sont des produits de l’art, mais la nature forme par elle-même des métaux et des demi-métaux, que l’on appelle natifs ou vierges ; on peut les fondre par le moyen du feu ou du miroir ardent6, sans employer l’art de la chimie. Lorsqu’ils se refroidissent, leur structure naturelle se manifeste par une cristallisation qui prend dans chaque métal ou demi-métal une figure régulière. Par cette opération, le naturaliste ne détruit ni ne mélange les matières métalliques. C’est là le dernier terme de ses observations sur les métaux et sur les demi-métaux ; il les abandonne ensuite aux chimistes et aux métallurgistes.

  • 7 Cette notion de la lenteur de la nature dans ses processus se trouve déjà dans l’œuvre de Buffon.
  • 8 Le kermès minéral est un produit pharmaceutique obtenu en faisant bouillir dans de l’eau du sulfur (...)
  • 9 Cyanure de fer utilisé comme pigment. Son nom vient de sa production à Berlin.

19Il y a une chimie naturelle indépendante de l’art ; la nature l’exerce par le moyen des différentes substances que l’air transporte, que l’eau charrie, et que la chaleur volatilise, calcine et vitrifie. Le laboratoire de la nature est aussi étendu que la région des nuages et que le globe de la terre ; il est dans son sein, dans la profondeur des mines, sous les eaux des fleuves et de la mer, et dans les gouffres des volcans. La nature travaille en secret et à l’aide du temps ; elle décompose les pierres ; elle forme les sels et les minéraux ; elle les détruit et les recompose par les différentes propriétés de ses agents. Le naturaliste observe leurs différents états et leurs divers effets ; mais la plupart de ces agents sont cachés, et leur action est trop lente pour être aperçue7. Le chimiste est plus prompt dans ses procédés lorsqu’il peut employer des agents plus puissants. Quelquefois, il imite les opérations de la nature sans les connaître. On faisait le kermès minéral8 et le bleu de Prusse9 longtemps avant que l’on eût découvert qu’ils étaient formés naturellement dans le sein de la terre en Toscane et en Sibérie.

  • 10 Le mot mine est employé ici dans le sens de minéral renfermant des métaux. Il faut donc entendre u (...)
  • 11 Daubenton renvoie aux célèbres expériences réalisées par Priestley (1733-1804) et Lavoisier.

20D’autres fois les chimistes, après avoir décomposé un corps, parviennent à le recomposer avec les mêmes substances qu’ils en ont tirées. La mine d’argent vitreuse donne, par l’analyse, du soufre et de l’argent ; on fait une nouvelle mine d’argent vitreuse en mêlant du soufre avec de l’argent en fusion10. On réduit l’eau en hydrogène et en oxygène ; avec de l’hydrogène et de l’oxygène on fait de l’eau : ces opérations paraîtraient incroyables sans la confiance que méritent leurs célèbres auteurs11.

21Sur l’exposé de ces faits et sur les progrès que la chimie fait chaque jour, nous devons espérer qu’elle contribuera beaucoup à l’avancement de nos connaissances ; mais on la distinguera toujours de l’histoire naturelle, comme l’on distinguera les produits de l’art des productions de la nature.

22La botanique a des rapports beaucoup plus intimes que la chimie et la métallurgie avec l’histoire naturelle. Si elle embrassait toutes les connaissances que l’on peut avoir sur les plantes, elle comprendrait toutes les parties de leur histoire, comme la zoologie contient celle des animaux, et la minéralogie l’histoire des minéraux. On ne pourrait détacher la botanique du corps de l’histoire naturelle sans défigurer celle-ci par le retranchement d’un de ses principaux membres. Mais les botanistes se sont principalement appliqués à la nomenclature méthodique des plantes. La plupart des auteurs qui ont écrit sur la botanique étaient médecins. Ils ont ajouté les propriétés médicinales des végétaux à leur nomenclature, par préférence aux autres usages que l’on en peut faire : ainsi cette science paraît s’être réduite aux systèmes de nomenclature et aux vertus médicinales des plantes. Leur nomenclature appartient en entier à l’histoire naturelle ; cependant, elle semble en avoir été séparée par un préjugé mal fondé : on a mis quelque différence entre le naturaliste et le botaniste, parce que les divisions méthodiques ou systématiques n’étaient pas la partie la plus importante de l’histoire des végétaux.

23Distinguer quinze mille espèces de plantes par des caractères constants et évidents sur leurs individus est une assez grande entreprise pour faire l’objet d’une étude particulière.

  • 12 Référence aux importants progrès réalisés au cours du xviiie siècle dans le domaine de l’agronomie (...)

24Sans doute que l’agriculture a devancé l’histoire naturelle et tous les genres d’industrie12. Cet art de première nécessité est le soutien de tous les autres arts et de toutes les sciences : ils lui doivent tous le tribut des connaissances qui peuvent le perfectionner. Il convient donc aux naturalistes de s’occuper de l’amélioration que l’agriculture et le jardinage ont déjà faite des productions de la nature, pour la subsistance des hommes et des animaux domestiques. Une des parties les plus importantes de l’histoire des végétaux est donc celle qui a rapport aux herbes, aux arbrisseaux et aux arbres, qui entrent dans nos aliments, qui nourrissent le bétail, qui forment les plantations, et qui servent aux arts. L’histoire naturelle doit faire mention de toutes les propriétés que l’on a reconnues dans les plantes, soit pour l’utilité, soit pour l’agrément.

25L’homme et les animaux sont les objets de l’histoire naturelle et de l’anatomie. Le naturaliste observe la conformation et les proportions des parties extérieures et intérieures de leur corps, pour les comparer entre eux, pour les caractériser et pour les distinguer les uns des autres. Il examine les différents moyens que la nature emploie pour le mouvement, la nutrition et la génération des animaux de diverses espèces. L’anatomiste considère peu la forme extérieure du corps ; il divise et subdivise toutes ses parties ; il les distingue par leurs différents degrés de consistance et par tous leurs usages dans l’économie animale ; il recherche leur texture et leur structure jusqu’à la moindre fibre qu’il est possible d’apercevoir ; il considère les différentes sortes de liquides, qui coulent dans les vaisseaux, et qui se trouvent dans les viscères. L’anatomie nous conduit à la connaissance du mécanisme du corps animal, qui est le chef-d’œuvre des productions de la nature.

26L’exposition anatomique du corps humain n’est pas éloignée du point de perfection que nos sens et notre industrie peuvent y mettre, mais il y reste beaucoup à désirer pour l’avancement de la physiologie. Il y a lieu d’espérer que l’anatomie des animaux, comparée à celle de l’homme, y répandra de nouvelles lumières, qui éclaireront le mécanisme de l’économie animale. Plus il sera connu, moins il y aura de difficulté à réparer ses dérangements par les secours de la médecine.

27Cet enchaînement de connaissances appartient en entier à la science générale de la nature. Mais il semble que, par la division qui a été faite de ce grand objet en différentes sciences, on peut trouver un point de partage entre l’histoire naturelle et l’anatomie, tandis que l’anatomie, la physiologie et la médecine ont des rapports mutuels et nécessaires, qui sont indivisibles.

28Les maladies sont des dérangements de la mécanique du corps de l’homme et des animaux : on ne pourrait les traiter qu’à l’aveugle si l’on n’avait point de connaissances de l’économie animale ; et il est impossible d’en avoir aucune idée juste, sans connaître le détail des parties du corps par l’anatomie.

29Au contraire, l’histoire naturelle peut être distinguée de l’anatomie, qui est la base de la physiologie, et par conséquent de la médecine. Le naturaliste doit visiter les parties intérieures du corps des animaux et tâcher d’en reconnaître les qualités et les usages, sans détruire les formes et sans rendre les objets méconnaissables par toutes les dissections nécessaires pour l’anatomie. Les recherches du naturaliste finissent dès que les parties du corps ont perdu leur figure et leurs proportions.

30Les rapports de l’histoire naturelle avec la médecine ne sont pas immédiats : il y a entre elles des sciences intermédiaires qui semblent les éloigner l’une de l’autre. Quoique les médicaments soient tirés des productions de la nature, cependant l’histoire et la description des choses qui y sont employées, leur qualité, leur préparation et leurs propriétés, ont été détachées de l’histoire naturelle, et appartiennent à la botanique, à la matière médicale et à la pharmacie.

  • 13 Daubenton oppose clairement l’art vétérinaire à l’histoire naturelle en invoquant la finalité util (...)

31Dans l’art vétérinaire, on doit rechercher les moyens de rendre les animaux domestiques de plus en plus utiles, en améliorant leurs différentes races13, en mêlant ces races pour leur en faire produire de nouvelles, et en réduisant à l’état de domesticité les animaux sauvages dont on pourrait tirer quelque utilité. C’est dans ces différents objets que consiste l’économie vétérinaire. La médecine vétérinaire a beaucoup de rapport avec celle de l’homme mais elle en diffère autant qu’il y a de différence entre l’homme et les animaux pour la conformation du corps et pour ses fonctions. Tous les changements qui arrivent aux animaux par les effets de la domesticité sont étrangers à l’histoire naturelle ; mais le naturaliste doit distinguer les différentes races des animaux sauvages, comme leurs espèces, et communiquer aux artistes les caractères distinctifs qui se trouvent entre les diverses espèces d’animaux.

  • 14 Agronome latin du Ier siècle.

32L’art vétérinaire se rapprocherait de l’histoire naturelle, si on le rétablissait dans l’état où il était chez les Anciens, au temps de Pline et Columelle14. On comprenait le cheval, l’âne, les mulets et le bœuf sous le nom générique veterina. On appelait vétérinaires non seulement les hommes chargés du soin de ces animaux, mais aussi toutes les choses qui les concernaient. C’est pourquoi les gens qui conduisaient les bêtes de charge et de trait et qui les soignaient en état de santé, étaient nommés vétérinaires ; ceux qui traitaient ces mêmes animaux dans leurs maladies étaient des médecins vétérinaires. On distinguait donc anciennement dans l’art vétérinaire deux parties, dont la première était le gouvernement des animaux en santé et la seconde le traitement de leurs maladies.

33Je donne à la première partie la dénomination d’économie vétérinaire, en prenant le mot économie dans le même sens où il est reçu pour l’économie rurale et l’économie rustique.

34L’économie vétérinaire n’est pas bornée aux bêtes de charge et de trait, elle doit s’étendre à toute espèce de bétail, à tous les animaux domestiques utiles à l’homme, de quelque classe qu’ils soient, quadrupèdes, oiseaux, insectes : la carpe dans le vivier, l’abeille dans le rucher, le ver à soie dans la magnanerie, sont dans un état de domesticité qui les retient sous nos yeux et qui les soumet à notre industrie.

35L’objet de la science de l’économie vétérinaire est d’exposer les moyens de maintenir les animaux domestiques dans les bonnes qualités qu’ils ont acquises par nos soins et de faire des tentatives pour rendre ces animaux encore plus utiles qu’ils ne l’ont été jusqu’à présent. Il faut tâcher de soumettre à l’état de domesticité des espèces d’animaux sauvages dont nous puissions tirer du service et de l’utilité.

36Il y a beaucoup d’animaux des pays étrangers, qui pourraient être d’une utilité en France, si l’on parvenait à les y naturaliser. Le zèbre, ce bel animal d’Afrique, est d’une figure presque aussi élégante que le cheval, et le surpasse de beaucoup par la distribution symétrique des couleurs de son poil. On n’a pas encore parfaitement apprivoisé le zèbre ; mais nous pourrions le dompter comme l’onagre et le cheval sauvage, et nous aurions une nouvelle bête de somme et de trait plus forte que l’âne et plus belle, toute nue, que le cheval le plus magnifiquement harnaché.

  • 15 On voit poindre ici l’idéal d’acclimatation d’espèces lointaines et l’optimisme quant aux possibil (...)

37Aucun des animaux de l’Amérique n’est aussi grand que le tapir ; aussi dit-on qu’il est l’éléphant de cette partie du monde. Cependant les tapirs n’ont que la grandeur d’une petite vache : les plus gros pèsent environ quatre cents livres. Lorsqu’ils sont jeunes, leur chair est excellente à manger ; elle ressemble à celle du veau. Si l’on naturalisait cet animal en France, nous aurions non seulement une nouvelle viande de boucherie, mais encore un nouvel objet de commerce, parce que le cuir du tapir est meilleur que celui du bœuf15.

  • 16 Sorte de cochon sauvage d’Amérique centrale.
  • 17 Cervidé du Nouveau Monde qui apparaît dans les additions à l’Histoire naturelle générale et partic (...)
  • 18 Grand rongeur sud-américain mentionné par Buffon (Histoire naturelle..., op. cit., t. 10, p. 269).
  • 19 Autre gros rongeur sud-américain, proche parent du paca.
  • 20 Rongeur de Guyane et d’Amérique centrale proche de l’agouti, mais plus petit et avec une queue, d’ (...)

38Il y a beaucoup d’autres d’animaux en Amérique, dont la chair est très bonne à manger et très saine. Le pécari16 est une espèce de cochon ; le cariacou17 ne diffère pas beaucoup du chevreuil ; le paca18 est un des meilleurs gibiers de l’Amérique. On a comparé l’agouti19 à notre lièvre, et l’akouchi20 à notre lapin. Il y a des tatous dont la chair est blanche et aussi bonne que celle du cochon de lait. Tous ces animaux mériteraient que l’on fît des tentatives pour les avoir en France et pour les réduire à l’état de domesticité.

39Les recherches à faire pour l’économie vétérinaire ne se bornent pas aux animaux quadrupèdes ; elles doivent s’étendre aux oiseaux et aux autres classes d’animaux.

  • 21 Varron et Columelle sont deux des agronomes latins dont les écrits sont réunis sous le titre de De (...)

40On voit par les écrits de Varron et de Columelle sur l’économie rurale21 que les anciens avaient non seulement des oiseaux domestiques, mais qu’ils savaient aussi réduire à l’état de domesticité pour un temps plusieurs espèces d’oiseaux sauvages, qu’ils engraissaient par milliers dans de grandes volières. Varron cite une maison de campagne où l’on avait engraissé cinq mille grives en un an.

  • 22 La canepetière est une petite outarde.
  • 23 Espèce de canard sauvage. Buffon donne le nom de « rouge » au canard souchet.
  • 24 Il s’agit ici du tétras lyre.
  • 25 Le tadorne (le mot est maintenant masculin) est un autre oiseau nommé au xvie siècle par Pierre Be (...)

41Nous pourrions aussi introduire dans nos basses-cours l’outarde et la canepetière22. L’outarde se trouve dans le Poitou et la Champagne, sa chair est excellente. La canepetière passe dans la Beauce, le Maine et la Normandie ; sa chair est noire, d’un goût exquis, et meilleure que celle du petit coq de bruyère. On dit aussi que ses œufs sont très bons pour la cuisine. Le rouge et le pilet23, le faisan de montagne24, et surtout le coq de bruyère, feraient de très bonnes volailles. La tadorne25 a produit, avec la cane domestique, des métis que l’on a trouvé très bon à manger.

42Les anciens Romains n’avaient point de faisans ni de dindons. Le dindon nous est venu d’Amérique, dans le xvie siècle. On a découvert depuis peu le coq et la poule sauvages, dans les grandes Indes. Ils ont été portés de là dans tout le monde habité.

  • 26 Reprise de Buffon, qui décrit cette sorte de faisan ou de dindon appelée marail à Cayenne (Histoir (...)
  • 27 Gallinacé nocturne des forêts vierges d’Amérique du Sud.
  • 28 Oiseau domestiqué proche des gallinacés possédant un éperon (Palamedea).

43Il y a en Amérique, et surtout dans la Guyane, plusieurs oiseaux qui rendraient les volailles dans nos basses-cours plus nombreuses et plus diversifiées. On prétend que la chair du marail26 est plus délicate, meilleure et plus succulente que celle du faisan, avec lequel il a beaucoup de rapport. Le hocco27 est presque aussi gros que le dindon ; il s’apprivoise aisément et la chair en est très bonne lorsqu’elle a été gardée. Le camoucle28 est plus gros et plus charnu qu’un dindon ; sa chair est noire et très bonne à manger.

44L’édredon est un duvet précieux, qui nous vient d’Irlande, de Gotland et des îles de Feroé. Le canard qui le porte a aussi le même nom, il s’apprivoise facilement : si on le transportait en France, on y ferait des récoltes d’édredon aussi bonnes que celles qui se font dans les pays du Nord.

  • 29 Oiseau d’Amérique du Sud, élevé en basse-cour et parfois apprivoisé par les Indiens, pour jouer le (...)

45L’agami29 est le plus intéressant de tous les oiseaux par les éloges que l’on en fait : on le compare au chien pour l’intelligence et la fidélité ; on lui donne une troupe de volailles et même un troupeau de moutons à conduire, et il se fait obéir, quoiqu’il ne soit guère plus gros qu’une poule. L’agami est aussi curieux qu’utile, il mérite de trouver place dans toutes les basses-cours.

  • 30 Il s’agit ici de Frédéric Ier, roi de Suède de 1720 à 1751, et du sterlet (Acipenser ruthenus), pe (...)

46Il y a plusieurs exemples de poissons transportés et multipliés dans des pays où ils n’étaient pas connus. Il n’y avait point de carpes en Angleterre avant la fin du xvie siècle ; on cite en Suède comme un événement du règne de Frédéric Ier l’importation de l’esturgeon sterlet de Russie, dans le lac Meler, près d’Upsal30. Les beaux poissons dorés qui ont été apportés de la Chine sont déjà communs en France.

  • 31 L’omble-chevalier, autochtone dans les lacs Léman et du Bourget, a été introduit ailleurs. Nous mo (...)
  • 32 Le lavaret (Coregonus sp.), poisson à la chair savoureuse originaire du lac Léman et du lac du Bou (...)

47Pourquoi y a-t-il des poissons particuliers à certaines mers et à quelques lacs ? On n’a jamais tenté de transporter des poissons de l’Océan dans la Méditerranée, ou de cette mer dans l’Océan. N’est-il pas possible de naturaliser en France, dans des eaux courantes, l’omble ou l’ombre chevalier31, qui n’a été jusqu’à présent que dans le lac de Genève ? Et le lavaret, qui n’est que dans le lac du Bourget et d’Aiguebelette en Savoie32 ?

  • 33 Daubenton fait ici allusion aux écoles vétérinaires, créées à Lyon en 1763 pour la première, puis (...)

48J’ai insisté sur le rétablissement de l’art vétérinaire dans son entier33, pour faire voir que les rapports qu’il aurait avec l’histoire naturelle seraient plus utiles que ne l’est à présent sa relation avec la médecine. Car il y a moins à espérer de l’animal qui a été guéri, que de celui qui n’a pas été malade. Les animaux sauvages, farouches ou étrangers, dont on espérait tirer du profit ou de l’agrément, seraient indiqués et remis aux vétérinaires pour les dompter, les apprivoiser, et les dresser aux usages auxquels on voudrait les accoutumer.

49Voilà les limites qui me paraissent les mieux établies entre l’histoire naturelle et les sciences qui y ont le plus de rapports. Toutes les sciences s’aident mutuellement pour étendre nos connaissances. Mais il y a une différence entre l’avancement des sciences en général et l’étude d’une science en particulier, et l’enseignement que l’on donne. Lorsqu’on embrasse plusieurs sciences à la fois, c’est une curiosité indiscrète ; une sorte de libertinage d’esprit, qui fait qu’on ne les approfondit pas, et que l’on ne peut en donner de bonnes instructions. Votre principal objet, citoyens, dans vos études à l’École normale, est de bien reconnaître les limites des sciences que l’on y professe, afin d’éviter toute équivoque, et de mettre la plus grande précision dans l’enseignement que vous devez transmettre aux instituteurs des écoles primaires.

Notes

1 Daubenton parle en tant que garde et démonstrateur de l’ancien Cabinet d’histoire naturelle. Le fort développement des grandes collections au xviiie siècle apparaît décisif dans l’essor de la discipline.

2 Daubenton définit le concept de nature, en liaison avec un créateur : il conserve l’idée grecque d’une nature régie par des lois ordonnées à une fin. La nature de Daubenton est plus que l’ensemble des choses naturelles. Voir R. Lenoble, Histoire de l’idée de nature.

3 Ces substances non visibles sont les gaz susceptibles de se dégager lors de réactions chimiques ou bien d’éventuels « fluides » (calorique, etc.).

4 On donnait le nom de demi-métaux à des substances métalliques cassantes et volatiles comme l’arsenic ou le bismuth.

5 La docimasie consiste à tester un minerai à petite échelle pour déterminer la qualité et la quantité des métaux qu’il contient. Elle s’oppose à la métallurgie, pratiquée à grande échelle.

6 Buffon a lui-même publié des mémoires sur les miroirs ardents. Voir J. Roger, Buffon : un philosophe au Jardin du roi, p. 83.

7 Cette notion de la lenteur de la nature dans ses processus se trouve déjà dans l’œuvre de Buffon.

8 Le kermès minéral est un produit pharmaceutique obtenu en faisant bouillir dans de l’eau du sulfure d’antimoine en poudre et du carbonate de soude cristallisé. Il était utilisé pour des affections de la poitrine.

9 Cyanure de fer utilisé comme pigment. Son nom vient de sa production à Berlin.

10 Le mot mine est employé ici dans le sens de minéral renfermant des métaux. Il faut donc entendre un minerai d’argent à l’éclat vitreux.

11 Daubenton renvoie aux célèbres expériences réalisées par Priestley (1733-1804) et Lavoisier.

12 Référence aux importants progrès réalisés au cours du xviiie siècle dans le domaine de l’agronomie en liaison avec le mouvement des physiocrates. Depuis 1783, Daubenton donne un cours d’économie rurale à l’École vétérinaire d’Alfort.

13 Daubenton oppose clairement l’art vétérinaire à l’histoire naturelle en invoquant la finalité utilitaire directe du premier. Il y a d’ailleurs directement contribué par ses recherches sur l’acclimatation en région parisienne et l’amélioration des moutons mérinos d’origine espagnole.

14 Agronome latin du Ier siècle.

15 On voit poindre ici l’idéal d’acclimatation d’espèces lointaines et l’optimisme quant aux possibilités de domestication. Ces efforts prolongent ceux de l’Académie des sciences pour la promotion de la pomme de terre et la recherche de nouvelles plantes vivrières. Il faut resituer ces considérations dans le contexte de guerre et de famine qui affecte alors la France.

16 Sorte de cochon sauvage d’Amérique centrale.

17 Cervidé du Nouveau Monde qui apparaît dans les additions à l’Histoire naturelle générale et particulière de Buffon. Daubenton y décrit un individu femelle.

18 Grand rongeur sud-américain mentionné par Buffon (Histoire naturelle..., op. cit., t. 10, p. 269).

19 Autre gros rongeur sud-américain, proche parent du paca.

20 Rongeur de Guyane et d’Amérique centrale proche de l’agouti, mais plus petit et avec une queue, d’après l’Histoire naturelle..., op. cit., de Buffon. Le rapprochement avec le lièvre et le lapin est établi par les habitants de Cayenne.

21 Varron et Columelle sont deux des agronomes latins dont les écrits sont réunis sous le titre de De re rustica.

22 La canepetière est une petite outarde.

23 Espèce de canard sauvage. Buffon donne le nom de « rouge » au canard souchet.

24 Il s’agit ici du tétras lyre.

25 Le tadorne (le mot est maintenant masculin) est un autre oiseau nommé au xvie siècle par Pierre Belon.

26 Reprise de Buffon, qui décrit cette sorte de faisan ou de dindon appelée marail à Cayenne (Histoire naturelle..., op. cit., faisans étrangers).

27 Gallinacé nocturne des forêts vierges d’Amérique du Sud.

28 Oiseau domestiqué proche des gallinacés possédant un éperon (Palamedea).

29 Oiseau d’Amérique du Sud, élevé en basse-cour et parfois apprivoisé par les Indiens, pour jouer le rôle de chien de garde, d’où son nom d’oiseau-trompette.

30 Il s’agit ici de Frédéric Ier, roi de Suède de 1720 à 1751, et du sterlet (Acipenser ruthenus), petit esturgeon des cours d’eau et des grands lacs d’Europe orientale.

31 L’omble-chevalier, autochtone dans les lacs Léman et du Bourget, a été introduit ailleurs. Nous modernisons l’orthographe de Daubenton qui écrit « umble ».

32 Le lavaret (Coregonus sp.), poisson à la chair savoureuse originaire du lac Léman et du lac du Bourget, a été introduit dans d’autres lacs de Savoie, du Jura, du Massif central et des Alpes. La Savoie, occupée depuis 1792, est considérée ici comme étrangère.

33 Daubenton fait ici allusion aux écoles vétérinaires, créées à Lyon en 1763 pour la première, puis à Alfort en 1766, à l’initiative de Claude Bourgelat, écuyer du roi.

© Éditions Rue d’Ulm, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540