Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’École normale de l’an III. Vol. 3, Leçons de physique, de chimie, d’histoire naturelle

 | 
Étienne Guyon

Leçons d'histoire naturelle de Daubenton

Programme

3 pluviôse/22 janvier

Texte intégral

1Pour donner une idée juste de l’histoire naturelle, le professeur expliquera ce que l’on doit entendre par le mot nature. Il exposera les rapports de l’histoire naturelle avec les sciences qui en dérivent, et les limites qui l’en séparent. Il indiquera les différences qui doivent être entre les recherches du naturaliste, celles des anatomistes, des botanistes, des chimistes, des agriculteurs, des officiers de santé, etc.

2Le professeur donnera les règles de l’art ingénieux que les naturalistes modernes ont inventé pour distinguer les différentes productions de la nature. Cet art qui manquait aux anciens est très nécessaire pour faciliter l’étude ; il semble diminuer le nombre des êtres bruts et des êtres organisés, en les distribuant en classes, genres et espèces. Mais il est sujet à des erreurs qui demandent la plus grande attention, en composant ces méthodes et en les mettant en pratique.

3La discussion des caractères distinctifs, qui sont le fondement des méthodes, est très importante et conduit à la grande question de l’ordre direct, pour savoir si les productions de la nature peuvent être rangées par les rapports qu’elles ont entre elles sur une ligne continue, de manière que chacune ait plus de ressemblances avec celles qui l’avoisinent qu’avec toute autre. On traitera fort au long cette importante question.

4Il sera nécessaire de donner des conseils pour la rédaction de l’histoire naturelle, par rapport au style, et des règles sur la manière d’observer les productions de la nature et sur les recherches qu’on est obligé de faire dans les écrits des naturalistes et dans les relations des voyageurs.

5Il y a aussi beaucoup de choses à considérer pour rendre les voyages utiles à l’avancement de l’histoire naturelle, et à l’instruction des voyageurs : on les dirigera pour les études qu’ils doivent faire avant de voyager, pendant leurs voyages, et après qu’ils en sont de retour. On fera voir le bien et le mal qui résultent pour les auteurs et pour la science, des hypothèses et des théories générales sur les opérations de la nature. On fera entendre aux naturalistes qu’il est plus sage et plus sûr de ne tirer que des inductions et des conséquences des faits d’observation qui concourent à former de bonnes preuves.

6Ce qui vient d’être dit a rapport à l’histoire naturelle générale. Avant de passer aux êtres bruts et aux êtres organisés, considérés en particulier, on parlera de ce qui concerne les instituteurs des écoles primaires, pour la manière d’enseigner l’histoire naturelle à des enfants, et surtout pour répondre à leurs questions.

7On donnera des règles pour l’étude et l’enseignement des corps bruts, qui sont les minéraux, en traitant les articles suivants : la description de chaque minéral, les caractères distinctifs, la dénomination, la position ou la gangue et le pays, l’origine, la formation, l’accroissement, le dépérissement, et les différents états successifs, autant qu’il est possible, suivant les connaissances que l’on a sur chacun des minéraux.

8On a constaté sept classes principales de substances minérales, par des caractères évidents ou faciles à connaître, sans changer leur état naturel par des opérations de l’art. Ces sept substances sont : le quartz, l’argile, la matière crétacée, la baryte, les sels, les matières combustibles et les substances métalliques : on exposera leurs caractères distinctifs, qui sont les éléments de la science.

9La discussion des substances minérales demande un exposé des faits les mieux observés sur la formation des couches de la terre où elles résident. On rassemblera ces faits, et l’on en tirera les conséquences qui résultent du mélange des corps marins avec les terres des continents.

  • 1 La huitième leçon est largement consacrée à ce suc lapidifique, solution aqueuse à laquelle on att (...)

10Le suc lapidifique1 fait de grands effets parmi les minéraux : il durcit les pierres ; il forme les dépôts, les concrétions, les stalactites, les cristallisations, les pétrifications, etc. On distinguera toutes ces modifications des substances minérales.

11Des auteurs célèbres ont recherché des rapports entre les corps bruts et les corps organisés, des êtres intermédiaires qui fissent une liaison, un passage des uns aux autres. Ce préjugé pour l’ordre direct subsiste encore ; on tâchera de le détruire par des preuves qui ne permettent point de réplique.

12Les botanistes ne se sont occupés que de la nomenclature des plantes ; ils ont négligé les recherches qu’ils auraient pu faire sur leur organisation intérieure, et qui auraient donné les connaissances les plus intéressantes sur les végétaux et sur la végétation. Il est vrai que la nomenclature méthodique de quinze mille espèces de plantes est une grande affaire de détail ; mais elle ne doit entrer dans l’enseignement de l’Ecole normale que pour faire voir les tentatives que les botanistes ont faites, afin d’évaluer les caractères distinctifs des plantes, dans la vue de parvenir au but chimérique d’un système naturel.

13Les plus sages ont composé des familles qu’ils ont appelées naturelles, en rassemblant sous des dénominations particulières, les espèces des plantes qui ont plus de rapports entre elles qu’avec les autres. On tirera de ce travail les moyens de reconnaître parmi les méthodes de nomenclature les plus connues, celle qui devrait être préférée aux autres.

14Pour rappeler l’étude de l’organisation des plantes, on donnera une exposition anatomique des principaux organes du bois.

15Un des objets les plus intéressants, relativement aux caractères distinctifs, est la différence qui se trouve dans l’organisation des tiges des plantes ; on en donnera les exemples les plus remarquables.

16La sève est un des agents les plus puissants de la végétation : les opinions sont partagées sur son cours dans les vaisseaux ligneux, qui sont aussi appelés lymphatiques. On rapportera les observations et les expériences qui ont été faites à ce sujet, et qui semblent prouver que la sève ne circule pas dans les plantes comme le sang dans les animaux, mais qu’elle a un cours ascendant, descendant, transversal et oblique dans tous les sens. On n’est pas plus d’accord sur l’origine des couches ligneuse et corticale, qui se forment tous les ans entre l’aubier et l’écorce des arbres. Il paraît que cette production vient de la liqueur qui se répand au printemps entre l’écorce et l’aubier, et qui s’épaissit et durcit dans la suite : elle a le nom de cambium. On donnera des preuves de l’activité de cette substance, par l’opération de la greffe et par la réunion des plaies des arbres.

  • 2 Le terme d’économie désigne ici le fonctionnement général d’un organisme.

17Il y a certainement des rapports entre la physiologie des plantes et celle des animaux ; mais il est à craindre de tomber dans l’erreur en les étendant trop loin, comme il est souvent arrivé. On discutera les comparaisons que des auteurs célèbres ont faites, des parties des plantes aux parties des animaux qu’ils prétendaient avoir les mêmes fonctions. Les méprises à ce sujet sont un grand obstacle à l’avancement de l’économie végétale et de l’économie animale2.

18Les partisans de l’ordre direct ont fait de grands efforts pour trouver des êtres intermédiaires, qui participassent de la nature des végétaux et de celle des animaux, afin de faire un passage entre ces deux grandes classes des êtres organisés. Y a-t-il une limite entre ces deux classes ? Y a-t-il des êtres qui passent de l’une à l’autre par des caractères équivoques ? On exposera les raisons sur lesquelles ces deux opinions sont fondées. On verra qu’il a plus d’intervalle entre les corps organisés et les corps bruts, qu’entre les animaux et les plantes, si l’on regarde tous les êtres organisés comme des plantes ou des animaux.

19Il faut remonter jusqu’au temps d’Aristote pour trouver les premiers principes de la distribution méthodique des animaux en différents ordres. Cette distribution a été perfectionnée jusqu’à présent ; cependant le professeur d’histoire naturelle s’est vu obligé d’y faire des changements. Au lieu de n’établir que six ordres d’animaux, il en fera huit, et il exposera les raisons qui l’ont déterminé à ce changement. Les cétacés étaient réunis dans le même ordre avec les quadrupèdes vivipares ; il les en a séparés, parce qu’une baleine et un éléphant sont assez différents l’un de l’autre, pour n’être pas placés dans le même ordre. Celui des amphibies du système de la nature de Linné contenait des animaux qui n’étaient pas amphibies, et qui d’ailleurs différaient trop des autres pour être mis dans un même ordre. Ce qui sera le plus à remarquer dans la nouvelle distribution méthodique des animaux, en huit ordres, est une nouvelle ligne de démarcation qui a été mise entre l’ordre des poissons et celui des insectes : les motifs qui ont fait établir cette ligne seront déduits dans les leçons de l’École normale.

20L’Homme est debout, sans contrainte ; son corps et sa tête le soutiennent en ligne verticale sur ses jambes : dans cette belle attitude, il voit le ciel et la terre d’un clin d’œil. L’Être suprême a donné à l’homme cette prérogative qui le distingue des animaux par sa conformation. On exposera le mécanisme qui soutient l’homme dans son attitude naturelle.

21On donnera les proportions du corps humain, les extrêmes de la taille et les couleurs les plus remarquables des hommes, des observations sur les différents âges et sur la durée de la vie, sur les causes de la mort naturelle, et enfin les changements qui arrivent aux cadavres dans le tombeau.

Notes

1 La huitième leçon est largement consacrée à ce suc lapidifique, solution aqueuse à laquelle on attribuait un rôle majeur dans la formation des minéraux.

2 Le terme d’économie désigne ici le fonctionnement général d’un organisme.

© Éditions Rue d’Ulm, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540