Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’École normale de l’an III. Vol. 3, Leçons de physique, de chimie, d’histoire naturelle

 | 
Étienne Guyon

Leçons de chimie de Berthollet

Deuxième débat

7 ventôse/25 février

Texte intégral

1Berthollet. La chaleur et la lumière sont l’objet de la discussion.

2Dessuleau. Le calorique et la lumière sont les deux principaux agents de la nature : on ne peut les séparer, et lorsqu’on croît que la chaleur agit seule, il se trouve encore de la lumière sensible à des organes plus délicats que les nôtres. Les phénomènes donc que l’on attribue au calorique peuvent être dus à la lumière : je demande si la chimie a trouvé le moyen de séparer ces deux agents, pour distinguer ce qui est dû à l’un ou à l’autre.

3Berthollet. Le seul moyen que nous ayons consiste à observer les effets qui sont produits, lorsque à une chaleur égale, la lumière agit avec beaucoup plus d’intensité, ou lorsque à lumière égale, l’intensité de la chaleur est fort augmentée : la différence des phénomènes ne peut être attribuée qu’à celui des deux principes, dont l’action est devenue prépondérante. C’est là la méthode dont je me suis servi.

  • 1 André Aude né en 1765. prêtre depuis 1790 en Avignon mais non assermenté. Il est nommé par le dist (...)

4Aude1. Vous nous avez dit que lorsque les liquides passaient à l’état solide, il s’en dégageait de la chaleur. Si cela est, je ne conçois pas comment la glace peut se former, car lorsque l’eau est au zéro du thermomètre, elle prend la forme de glace, il doit donc s’en dégager de la chaleur, c’est-à-dire qu’elle s’élève au-dessus du terme de la glace.

5Berthollet. L’eau ne gèle pas aussitôt qu’elle arrive au zéro du thermomètre, mais elle baisse quelquefois 5 à 5 degrés au-dessous, et alors une légère agitation, un faible mouvement détermine la congélation. Si l’on tient un thermomètre plongé dans l’eau, on aperçoit que, descendu de plusieurs degrés au-dessous du zéro avant que la glace se forme, il remonte au zéro lorsque la glace est déterminée à se former par l’agitation, et la quantité de glace se proportionne au degré du froid, de sorte que cette quantité est limitée par la température qui doit être ramenée dans tout le liquide au terme de la congélation.

6Latapie. Vous dites, page 446 : le calorique peut donc être considéré comme un fluide élastique qui se combine avec les molécules des corps. Vous aviez dit, page 444 : aucune méthode ne peut conduire à connaître la quantité totale de calorique qui existe dans un corps.

7Tous les chimistes se sont accordés à dire jusqu’à présent que leurs analyses étaient très exactes ; voilà cependant un principe qui se trouve dans tous les corps, et dont on ne peut connaître, selon vous, la quantité.

8Berthollet. L’exactitude des analyses chimiques ne peut être portée à un point de précision qui puisse justifier les prétentions dont vous parlez : non seulement on ne peut déterminer la quantité de calorique contenue dans les corps, mais les autres déterminations ne doivent être considérées que comme des approximations plus ou moins grandes, plus ou moins précises. C’est à quoi doivent se borner les prétentions des chimistes.

9Duchesne. Le soleil paraît dans plusieurs circonstances être nécessaire à la production des couleurs ; mais il paraît dans d’autres les détruire. Ainsi le chanvre doit sa couleur verte à l’action de la lumière ; mais la couleur que retient le chanvre, lorsqu’il est réduit en fil, est ensuite détruite par l’action de la lumière : ces deux effets paraissent contradictoires.

10Berthollet. L’observation nous apprend que l’action de la lumière contribue à la production de la partie verte qui colore les végétaux ; mais cette même partie éprouve ensuite, par le concours de l’action de la lumière et de l’air, une combustion lente qui change ses propriétés ; celle qui est dans le fil devient par là soluble dans l’alcali des lessives ; c’est ainsi qu’en alternant les lessives et l’exposition sur les prés, on blanchit les fils et les toiles.

11Petetin. Après avoir exposé les lois des affinités, vous nous avez présenté leurs anomalies ; mais il y a un fait dont l’explication demande des éclaircissements particuliers. Parmi les différentes tentatives qui ont été faites pour décomposer le sel marin et en extraire la soude, on a observé que la chaux, secondée de l’acide carbonique de l’atmosphère, avait cette propriété ; cependant l’acide carbonique a une forte tendance pour la chaux, et au lieu de favoriser sa combinaison avec l’acide muriatique, il devrait la contrarier. Je vous prie de me dire comment on peut rendre raison de ce fait.

12Berthollet. La décomposition dont vous parlez est réellement du petit nombre de faits qu’on ne peut expliquer clairement par les lois connues des affinités ; et je ne vous présente que comme probable l’explication que je vais vous en donner.

13Le muriate de chaux a une forte affinité pour l’eau : de sorte que dans l’estimation des affinités qui concourent à la décomposition du muriate de soude, il faut faire entrer l’affinité du muriate de chaux pour l’eau ; et effectivement Scheele a observé que pour que cette décomposition se fît, il fallait que le mélange fût humecté, et que le muriate de chaux qui se formait, se rassemblait dans la partie inférieure du mélange, tandis que le carbonate de soude s’effleurissait à la surface ; mais dès qu’il y a une assez grande quantité d’eau, pour que tous les principes qui agissent en soient saturés, on n’aperçoit plus que le résultat de leurs propres affinités, et le muriate de soude cesse d’être décomposé.

14Libes. Dans l’ensemble de vos leçons, vous commencez par la division des affinités, en affinités simples, affinités complexes et affinités électives.

15Pour bien réduire toutes les espèces d’affinités chimiques à l’affinité simple, l’affinité complexe et l’affinité élective, il me semble que ces trois espèces d’affinités devraient les renfermer toutes. On ne pourrait remplacer l’affinité d’agrégation par l’affinité simple, puisque, d’après la définition de l’affinité simple, elle s’exerce entre deux principes, qui n’agissent cependant que par une force collective.

16Quand les substances sont composées de principes différents, je ne vois pas qu’on puisse porter à l’affinité simple ce que nous appelons affinité d’agrégation et, par conséquent, ne distinguer que trois espèces d’affinités renfermant toutes les affinités chimiques. Voilà pour ma première observation.

17Berthollet. J’ai dit que la force d’agrégation tenait les molécules d’un solide dans un état d’union, et que cette force était un résultat de l’affinité que ces molécules de même nature exerçaient les unes sur les autres.

18Les principes qui composent les molécules intégrantes des corps peuvent agir par une affinité simple ou par une affinité complexe ; mais dans l’agrégation, je ne considère que la force par laquelle les molécules intégrantes, qui peuvent être composées de plusieurs principes, adhèrent les unes aux autres, quelle que soit l’espèce d’affinité qui les unit.

19Libes. Vous appelez chaleur, non seulement la sensation, mais l’action même des corps qui est indiquée par le thermomètre.

20Il me semble que, par respect pour les anciennes dénominations, vous donnez à ce mot un double sens ; ce qu’on devrait éviter dans les sciences exactes, et surtout dans la chimie telle qu’elle est aujourd’hui.

21Vous confondez et la cause et l’effet qui produit la sensation. Vous appelez chaleur l’action du calorique, et la sensation qui est l’effet de cette action. Il faudrait, à mon avis, deux noms différents pour distinguer l’effet de la cause.

22Berthollet. Il m’a paru qu’il n’y avait point d’équivoque en se servant du même mot pour exprimer la chaleur sensation et la chaleur cause de sensation ; comme il n’y en a point entre le son cause de sensation et le son considéré comme sensation, le goût considéré comme cause de sensation et le goût sensation, la couleur est elle-même prise dans les deux sens, et il n’y a point d’équivoque. J’ai préféré, de plus, l’expression de chaleur spécifique à celle de calorique spécifique, parce que cette dernière expression paraît plutôt indiquer la quantité comparative de la totalité du calorique contenu dans les corps, que ce qu’on entend par chaleur spécifique.

Notes

1 André Aude né en 1765. prêtre depuis 1790 en Avignon mais non assermenté. Il est nommé par le district de Romans mais après la signature du concordat en 1802 il se retrouve sans fonction.

© Éditions Rue d’Ulm, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540