Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’École normale de l’an III. Vol. 3, Leçons de physique, de chimie, d’histoire naturelle

 | 
Étienne Guyon

Leçons de chimie de Berthollet

Quatrième leçon

2 ventôse/20 février

Texte intégral

1La lumière n’agit pas seulement sur l’organe de la vue, elle n’est pas soumise aux seules lois de la réflexion et de la réfraction pour produire toutes les couleurs, mais elle contribue encore à un grand nombre de phénomènes chimiques ; elle détermine plusieurs combinaisons et plusieurs décompositions. Elle ne forme pas seulement les tableaux mobiles de la nature, mais elle sert à la vivifier.

  • 1 Isaac Newton (1642-1727) expose sa théorie de la lumière, de la réflexion, de la réfraction dans O (...)

2Nous laisserons à Newton, et à ceux qui suivent ses traces, l’explication des phénomènes dus à la réflexion, à la réfraction, à la séparation des rayons de la lumière, et nous ne nous occuperons que des phénomènes chimiques auxquels son action concourt1. Mais pendant qu’une des théories qui honorent le plus l’intelligence humaine soumet à une analyse exacte les effets physiques de la lumière, je n’ai à vous présenter que quelques aperçus encore vagues, quelques conjectures incertaines, toutefois importantes, parce qu’elles peuvent conduire à un grand nombre d’observations intéressantes, comme un faible crépuscule peut annoncer un jour éclatant.

  • 2 Berthollet considère l’acide muriatique oxygéné (futur chlore) comme formé d’oxygène et du radical (...)

3Si l’on expose à la lumière du soleil un flacon rempli d’acide muriatique oxygéné2, dans lequel on sait que l’oxygène n’a perdu qu’une partie de son élasticité et n’adhère que faiblement à l’acide, on voit bientôt se dégager un grand nombre de bulles qui, recueillies dans un appareil convenable, présentent toutes les propriétés du gaz oxygène ou de l’air vital, et lorsque l’opération est finie, la liqueur qui est dans le flacon ne possède plus que les propriétés de l’acide muriatique ordinaire : si à côté du même flacon, et dans les mêmes circonstances, on en place un autre qui soit couvert d’un papier noir qui intercepte les rayons de la lumière, l’oxygène ne se dégage point de l’acide muriatique oxygéné qui conserve toutes ses propriétés.

4Ce n’est point la chaleur, mais la lumière qui a produit cet effet ; car le flacon, couvert d’un papier noir, reçoit un plus grand degré de chaleur que celui qui conserve sa transparence ; et même si l’on expose le vase à un degré de chaleur plus considérable, mais sans lumière, l’acide muriatique oxygéné se sépare de l’eau et prend l’état élastique, mais sans se décomposer.

5Le muriate d’argent, exposé à la lumière, noircit : une partie de l’oxygène s’en dégage, ce qui n’a pas lieu par l’action seule de la chaleur.

6Lorsqu’on expose l’acide nitrique à la lumière, il s’en dégage de l’oxygène, qui prend l’état élastique, et il se forme du gaz nitreux, qui reste en dissolution dans la liqueur, qui par là devient jaune. Ces effets ne sont pas produits par la chaleur ; au contraire, si l’on expose à la chaleur l’acide nitreux devenu jaune par l’action de la lumière, le gaz nitreux en est chassé, et l’acide redevient blanc.

  • 3 Muriate oxygéné de potasse. Ce sel formé par la combinaison de l’acide muriatique oxygéné et de la (...)

7Conformément aux observations précédentes, lorsqu’on décompose le nitre et le muriate oxygéné de potasse par l’action de la chaleur, la lumière qui traverse les vaisseaux entre probablement pour beaucoup dans le développement du gaz oxygène3.

8Lorsqu’une plante est placée dans l’obscurité, elle croît, mais sans vigueur ; elle ne se colore point, mais elle est blanche ; elle devient, ce qu’on appelle, étiolée ; elle est beaucoup moins combustible que les mêmes plantes qui ont joui de la lumière.

  • 4 Joseph Priestley (1733-1804) fut le champion de l’étude des gaz absorbés et dégagés par les réacti (...)
  • 5 Jàn Ingenhousz, (1730-1799), médecin d’origine néerlandaise, a une dimension vraiment européenne p (...)
  • 6 Jean Senebier ou Sennebier (1742-1809). pasteur protestant, puis bibliothécaire de la République d (...)

9Mais lorsqu’une plante est exposée à la lumière, il s’en dégage du gaz oxygène, phénomène qui a donné lieu, dans ces derniers temps, à plusieurs observations importantes, qui sont dues à Priestley4, à Ingenhousz5, à Senebier6 ; la plante prend alors une couleur verte, et ses fleurs se parent de différentes nuances : placée dans l’obscurité, elle cesse de donner de l’air vital.

10La lumière agit donc ici comme sur l’acide muriatique oxygéné, sur l’acide nitrique, sur l’oxyde d’argent : elle rend l’élasticité à l’oxygène qui était dans un état de combinaison.

11Quelle est la combinaison qui vient d’être décomposée dans la plante ? Il paraît certain que l’eau éprouve cette décomposition ; car la partie qui colore les plantes en vert a toutes les propriétés des résines ; elle contient donc beaucoup d’hydrogène. La lumière, en occasionnant la production de la substance verte, a donc accumulé de l’hydrogène ; elle a, d’un autre côté, dégagé de l’oxygène : nous retrouvons là les deux principes de l’eau.

12Il est probable que l’acide carbonique éprouve une décomposition par l’action de la lumière, et par l’action simultanée des autres principes qui se trouvent dans les plantes, et que de là vient une partie du charbon qui entre dans la composition des plantes.

13C’est l’action de la lumière qui est surtout utile à l’accroissement et au bien-être des arbres, qui lorsqu’ils s’ombragent mutuellement, se nuisent, non parce que l’air n’a pas un accès facile, comme on le croit communément, mais parce qu’ils se privent mutuellement de l’influence des rayons solaires, et la qualité des bois paraît dépendre, en grande partie, de la manière dont les arbres ont été situés. Les montagnes sont probablement plus propres aux arbres résineux que les plaines, parce que ces arbres ont besoin d’un ciel plus pur pour composer leurs sucs résineux de l’hydrogène, qui doit leur être fourni abondamment par la décomposition de l’eau. Par la même raison, les plantes aromatiques des montagnes ont plus de parfum que celles des plaines exposées à la même température. Il est probable que plusieurs plantes ne croissent pas dans un climat qui a une température à peu près égale à celle d’un autre, parce que ce climat est plus brumeux, moins riche en lumière que le dernier. Mais la vivacité de la lumière, qui favorise en général la végétation, peut aussi nuire à des espèces de plantes qui ne demandent, pour être dans le meilleur état, qu’un degré modéré de son action.

14La lumière exerce aussi son influence sur les animaux : elle brunit la peau de l’homme ; car celui qui exerce à l’abri de la lumière un art qui exige une grande chaleur, n’éprouve pas la même altération dans le teint, que celui qui est exposé au soleil. L’insolation est peut-être l’une des causes qui contribuent à donner de la vigueur aux organes de la jeunesse des campagnes, et qui concourent à la distinguer de la jeunesse étiolée que la mollesse a cherché à garantir du soleil.

  • 7 Saussure a fait d’importantes observations et des mesures (surtout d’hygrométrie) lors de ses nomb (...)

15L’action de la lumière est même si vive dans les hautes montagnes, dans le moment où le thermomètre est peu élevé, qu’on est obligé de s’en préserver le visage avec une gaze noire, comme l’a éprouvé Saussure, dans son voyage à la cime du Mont-Blanc7.

16Nous avons vu que la lumière tendait à donner de l’élasticité à l’oxygène et à le dégager des combinaisons où il se trouve faiblement retenu ; mais il est d’autres combinaisons où l’oxygène est déterminé par l’action de la lumière à entrer en union plus intime avec l’hydrogène et à former de l’eau. Il paraît que c’est ainsi que le soleil contribue à blanchir la cire, à la rendre plus dure et à détruire ses parties colorantes ; c’est ce dernier effet qui a donné lieu à l’expression vulgaire : le soleil mange les couleurs.

17Tous ces effets, et plusieurs autres qu’on pourrait encore y joindre, sont différents de ceux de la chaleur ; et cependant la lumière, quand elle est vive, est toujours accompagnée de chaleur. Examinons en quoi peut consister sa différence avec le calorique.

18Si on noircit la boule d’un thermomètre, la liqueur monte beaucoup plus que si on lui laisse sa blancheur transparente : les corps noirs s’échauffent beaucoup plus que les corps blancs. Les corps qui réfléchissent la lumière, placés au foyer d’une lentille, reçoivent beaucoup moins de chaleur et se fondent beaucoup moins facilement que ceux qui l’absorbent. Ces effets ne paraissent-ils pas prouver que la lumière, lorsqu’elle est absorbée par un corps, entre en combinaison avec lui, produit les mêmes effets que la chaleur et se convertit en calorique ?

  • 8 Scheele a isolé et identifié de nombreux « airs », notamment l’oxygène qu’il nommait Feuer-luft. V (...)

19Il n’y aurait donc de différence entre la lumière et le calorique, si ce n’est que la lumière serait douée d’une vitesse extrême ; et le calorique serait le même principe privé de ce mouvement progressif, comme Scheele l’a conjecturé, et comme plusieurs considérations ingénieuses ont conduit Monge à le penser8.

20Cette supposition explique en effet la plupart des propriétés qui distinguent la lumière du calorique, dans leur manière d’agir.

21La lumière échauffe peu les corps transparents, parce qu’elle ne s’y fixe qu’en petite partie ; elle échauffe davantage les corps opaques, parce que la partie qui n’est point réfléchie devient fixe ; elle les échauffe plus, s’ils sont noirs, parce qu’alors elle s’y fixe en entier ; elle les échauffe moins, s’ils sont blancs, parce qu’une partie en est réfléchie.

22Peut-être trouvera-t-on des rapports plus intimes entre les phénomènes de la chaleur produite par le soleil dans les corps transparents et les propriétés physiques de la lumière, comme Newton l’a déjà fait en concluant de la réfraction opérée par l’eau, que ce liquide devait contenir une substance inflammable, vérité que les chimistes ont établie un siècle après.

23Un corps dont la température est au-dessus de celle des corps voisins, donne, comme nous l’avons vu, des émanations de chaleur rayonnante qui s’élancent à travers l’atmosphère, mais qui sont arrêtées, même par les corps transparents, si le corps est plus échauffé, mais surtout si la chaleur s’en dégage avec vivacité ; alors elle est accompagnée de lumière, qui seule traverse les corps transparents.

24Il paraît donc qu’il n’y a entre la chaleur rayonnante et la lumière, qu’une différence semblable à celle qui se trouve entre le calorique combiné et la chaleur rayonnante : de manière qu’une chaleur rayonnante forte produirait déjà l’effet de la lumière sur un organe plus sensible que le nôtre. Il paraît donc que la chaleur rayonnante est un état moyen entre le calorique combiné et la lumière.

25Nous pouvons déterminer à présent comment la lumière peut produire, sur les combinaisons, des effets différents de ceux de la chaleur : rappelons-nous que les substances agissent quelquefois par une affinité collective des principes dont elles sont composées et quelques fois par les affinités isolées de ces principes ; rappelons-nous encore que la chaleur détermine souvent cette action isolée des principes d’une substance : nous n’avons qu’à accroître cette circonstance, et nous verrons que le calorique doué d’un mouvement progressif rapide, au lieu de se combiner avec la substance composée, pourra n’être fixé que par le principe avec lequel il a une forte affinité ; ainsi au lieu de se combiner avec l’acide muriatique oxygéné et de le séparer de l’eau, en le réduisant en fluide élastique, comme le fait la chaleur, il se combinera immédiatement avec l’oxygène qui a plus d’affinité avec lui que l’acide muriatique, et il lui restituera ce qui lui manque d’élasticité pour se séparer de l’acide ; car l’air vital ne peut se combiner avec l’acide muriatique. Cette explication peut s’appliquer à tous les autres cas.

26Lorsque dans une combinaison complexe, se trouveront l’oxygène et l’hydrogène avec d’autres principes fixes, la lumière tendra à redonner l’état élastique à l’hydrogène et à l’oxygène ; ces deux principes tendront par là à se séparer des principes fixes, et alors ils se trouveront dans une situation plus favorable pour se réunir ensemble, ils se réuniront et formeront de l’eau ; c’est ce qui me paraît arriver lorsque le soleil détruit les parties colorantes des fleurs ou des étoffes, et lorsqu’il blanchit la cire.

27On ne peut objecter que la cire blanchit par le seul contact de la lumière et sans contact de l’air, car la cire contient de l’oxygène qui, quoique privé d’une partie de son élasticité, n’est cependant que faiblement combiné et agit encore d’une manière isolée ; ce qui le prouve, c’est que la cire dissout un peu de cuivre dans l’état métallique, et qui lui donne une couleur verte ; ce qui n’arrive pas avec les huiles qui n’ont pas été exposées à l’air, telle que l’huile récente d’amandes douces, qui ne peut dissoudre sans le contact de l’air que l’oxyde de cuivre.

28Nous considérerons donc la lumière comme le calorique doué d’une vitesse extrême et jouissant de toute son élasticité, et la chaleur rayonnante, comme le calorique qui recouvre son élasticité, mais avec une vitesse beaucoup moins vive.

29Lorsque le calorique combiné est dégagé d’un corps, une partie produit les effets de la chaleur sensible et passe dans le corps dont la température est moins élevée ; une autre partie devient chaleur rayonnante ; enfin une autre portion peut acquérir les propriétés de la lumière.

30Ces effets se proportionnent aux circonstances qui accompagnent le dégagement du calorique.

31Ainsi la lumière du soleil, en rendant l’état élastique à l’oxygène de l’acide muriatique oxygène, devient calorique combiné ; lorsqu’elle est absorbée par un corps noir elle devient sensible, et celle-ci devient chaleur rayonnante, selon les rapports du corps noir avec ceux qui sont dans son voisinage.

  • 9 Berthollet admet ici comme un fait établi la théorie corpusculaire de la lumière que Newton, souci (...)

32Si la conversion de la lumière en calorique est établie, on a une preuve directe que le calorique est une substance, car personne ne peut douter que les rayons de la lumière ne soient une substance9.

33Dans cette même supposition, il doit se trouver plusieurs circonstances où la chaleur, surtout la chaleur rayonnante, produira les mêmes effets que la lumière, ce qu’en effet on observe souvent : il doit s’en trouver où il suffira d’augmenter l’action de la chaleur, pour qu’elle se conduise comme la lumière ; en voici un exemple : si on expose à l’action de la lumière une dissolution de prussiate de potasse, dans laquelle on a mêlé un peu d’acide, la dissolution est promptement décomposée ; l’acide prussique est dégagé, parce qu’il reprend l’état élastique : mais la dissolution n’éprouve presque point de décomposition, lorsqu’elle est exposée au même degré de chaleur sans lumière ; si, au contraire, on lui fait subir l’ébullition, elle est décomposée, comme elle l’aurait été par la lumière.

34Examinons à présent les applications économiques des propriétés que nous avons observées dans la chaleur et dans la lumière.

35Des propriétés que nous avons reconnues dans la chaleur, celle qui mérite le plus d’être considérée pour les usages économiques, c’est celle de se transmettre plus ou moins facilement à travers les corps de différente nature.

36Lorsqu’on dégage de la chaleur par le moyen des combustibles, on a pour but, ou de conserver la chaleur concentrée dans un espace, ou de la disséminer et de la distribuer entre les corps voisins ; ainsi, l’on fait du feu sous une chaudière, dans le dessein de produire l’évaporation d’une liqueur, ou quelque autre effet, en concentrant la chaleur dans ce vase ; ainsi, l’on fait du feu dans un fourneau, dans le dessein de porter toute l’action de la chaleur sur les matières qu’on y a renfermées ; alors, les parois du vase, de même que celles du fourneau, doivent être de nature à ne pas laisser transsuder la chaleur, mais à la retenir par leur qualité non conductrice.

37Black ne se contenta pas de fonder la théorie de la chaleur, mais il en fit une application aussi exacte qu’utile. Ayant observé que le charbon est très mauvais conducteur de chaleur, il construisit un fourneau dont les parois sont contenues par une lame de tôle, et composées d’un mélange de charbon et d’argile ; les couches extérieures sont de charbon presque pur ; mais les proportions d’argile vont en croissant, et la couche intérieure est entièrement d’argile, pour que le feu ne puisse l’attaquer. Les ouvertures qui donnent l’entrée à l’air peuvent être plus ou moins resserrées par des cercles de cuivre qui s’enchâssent les uns dans les autres : enfin il se servait d’un charbon de terre réduit en coak, dont il avait déterminé la qualité combustible. Il ne perdait point de chaleur, il faisait la plus petite dépense qu’il désirait, et pendant la durée dont il avait besoin. Cet exemple remarquable peut trouver une foule d’applications dans les arts.

  • 10 Reineke ou Reinke. chimiste et mécanicien allemand mort en 1820. inventeur d’un procédé pour écono (...)

38Reineke a imaginé des chaudières de bois dans le fond desquelles on établit un petit poêle de métal10 ; la chaleur qui se dégage dans ce poêle est toute absorbée par la liqueur, et la conférence de bois ne lui permet pas d’échapper au-dehors. Il est à désirer que cette invention utile s’applique à quelques arts.

39Dans le cas qu’on vient d’exposer, le but qu’on doit se proposer est de retenir, autant qu’il est possible, la chaleur qui se dégage, soit en faisant circuler la flamme, soit en s’emparant de toute la chaleur que la fumée et l’air qui a passé à travers le feu emportent ; de manière qu’il ne lui en reste que ce qu’il faut, pour maintenir le courant nécessaire.

40Lorsqu’on veut disséminer la chaleur, échauffer, par exemple, un appartement, il faut se conduire de même relativement à la conduite du feu : il faut brûler complètement, et cependant avec le plus petit courant d’air possible, le corps combustible, et tâcher de consumer tout ce qui, dans la combustion imparfaite, se réduit en fumée et en suie ; mais la chaleur qui s’est dégagée de la combustion, et dont il ne faut laisser emporter à l’extérieur que le moins possible, ne doit pas être contenue par des obstacles non conducteurs : son foyer ne doit, au contraire, être resserré que par les corps qui transmettent le plus facilement la chaleur à ceux qui les environnent.

41Dans nos cheminées, nous ne profitons que d’une partie de la chaleur rayonnante ; mais la plus grande partie de la chaleur qui se dégage, et qui échauffe l’air et les vapeurs qui passent dans le foyer, ou qui s’y forme, est perdue pour nous.

42Dans nos arts et dans nos usages domestiques, nous consommons donc inutilement une grande quantité de combustibles, et nous ne profitons souvent que d’une partie de leur effet.

43Nous tâcherons donc pour diriger l’emploi économique de la chaleur : premièrement, de réunir les circonstances les plus propres à brûler complètement le combustible ; 2) de produire cet effet avec la plus petite quantité d’air, pour que la portion de l’air, qui n’a fait que s’échauffer sans contribuer à la combustion, n’emporte pas inutilement une partie de la chaleur ; 3) de retenir, par une enveloppe non conductrice, la chaleur dans l’espace où nous voulons concentrer son effet ; le charbon surtout, l’argile, le bois ont cette propriété ; 4) de ne contenir, au contraire, le foyer et le courant qui s’en échappe, que par de bons conducteurs, lorsqu’on veut disséminer la chaleur : les métaux remplissent ce dernier objet, et alors les tuyaux d’évacuation doivent être disposés et prolongés, de manière que presque toute la chaleur puisse se déposer dans l’espace qu’on veut échauffer.

44On peut encore guider l’emploi des combustibles relativement à la lumière qui s’en dégage : pour remplir ce but, il faut réunir les circonstances qui accélèrent et qui complètent le plus la combustion.

  • 11 Le Genevois Ami Argand (1750-1803), élève de Saussure, avait mis au point vers 1780 une lampe donn (...)

45C’est ce qu’on a exécuté d’une manière ingénieuse dans les lampes connues sous le nom de leurs inventeurs Argand, Lange et Quinquet11.

46La mèche qui s’imprègne d’huile est exposée à un courant extérieur d’air, de sorte que les parties combustibles sont en contact dans leurs deux surfaces avec l’air qui opère la combustion ; mais la couche extérieure de l’air est contenue par un cylindre de verre : sa température doit donc être fort élevée, condition qui favorise la combustion ; aussi le calorique, qui se dégage avec impétuosité, se réduit en très grande partie en lumière, et presque tout ce qui est combustible est consumé sans former de fumée.

47L’économie domestique peut tirer d’autres avantages des propriétés de la lumière : quelques plantes légumineuses, telles que la chicorée, sont plus douces et plus tendres, lorsqu’elles sont étiolées et privées de leur substance colorante : pour produire cet étiolement, sans nuire à leur croissance, on n’a qu’à les priver de la lumière, par le moyen d’un corps noir.

48La lumière qui est absorbée produit les effets de la chaleur ; si donc l’on veut obtenir une chaleur plus considérable sous un châssis ou dans une serre, il faut que les rayons solaires soient reçus sur un corps noir ; si l’on veut qu’un mur communique beaucoup de chaleur à un espalier, il faut le peindre en noir ; enfin, si une production a besoin de chaleur dans le commencement de sa croissance, on peut lui en procurer en mêlant à la terre un corps noir ; c’est peut-être par là qu’agit l’espèce d’engrais, dont on se sert dans quelques départements sous le nom de houille. On peut, pour un effet contraire, se servir de la couleur blanche.

49Vous visiterez souvent les ateliers des artistes avec vos élèves ; vous y trouverez de nombreux objets d’instruction ; mais vous pourrez aussi y répandre des connaissances utiles ; il vous sera très facile de faire entendre aux hommes les moins familiarisés avec la réflexion, qu’il faut tirer avantage de toute la chaleur qu’on obtient des combustibles, que la laine et la soie ne conservent notre chaleur qu’en s’opposant à sa dissémination ; que de même il faut retenir celle qui doit agir dans les fourneaux et dans les chaudières, que rien n’est moins propre à remplir son objet que nos cheminées, qui retiennent dans leur massif ou qui laissent entraîner par le courant la plus grande partie de la chaleur.

50Vous apprendrez au distillateur que le but de ses opérations étant d’employer la chaleur à réduire en vapeur la liqueur qu’il veut obtenir, et de la remettre après cela dans l’état liquide, il doit donner le passage le plus libre à cette vapeur, et ensuite la concentrer, moins par un serpentin de difficile construction, que par le contact renouvelé de l’eau froide, et que par ces moyens simples, il obtiendra des liqueurs moins altérées par la chaleur, et à moins de frais.

51Vous indiquerez au teinturier beaucoup de réformes à faire dans ses fourneaux et ses chaudières ; vous lui ferez sentir qu’il doit préserver ses teintures humides du contact de la lumière.

52Vous ferez apercevoir à la ménagère, qu’un réchaud de métal laisse perdre beaucoup plus de chaleur qu’un petit fourneau de brique. Vous chercherez partout à rendre les sciences utiles, et c’est le but qu’elles doivent toujours se proposer.

53La composition de l’eau et sa décomposition seront l’objet de la prochaine séance.

Notes

1 Isaac Newton (1642-1727) expose sa théorie de la lumière, de la réflexion, de la réfraction dans Opticks or a Treatise of the Reflexions, Refractions, Inflexions and Colours of Light (Londres, 1704 ; éd latine par S. Clarke augmentée, 1706 ; trad. fr. M. Coste. Paris. 1722). Que Berthollet écarte l’optique de son cours de chimie, cela paraît légitime mais on remarquera que celle-ci n’est pas abordée par Haüy dans les leçons de physique. D’où une lacune assez étonnante dans le plan de formation de l’École normale.

2 Berthollet considère l’acide muriatique oxygéné (futur chlore) comme formé d’oxygène et du radical muriatique, suivant la théorie lavoisienne des acides qu’il discute dans la douzième leçon. Berthollet a lui-même réalisé cette expérience en 1786 avec ce qui s’appelait encore « l’acide marin déphlogistiqué ». Voir « De l’influence de la lumière », Mémoire lu en séance publique à l’Académie de médecine, le 15 juillet 1786, Observations sur la physique, 29. 1786. p. 81-85.

3 Muriate oxygéné de potasse. Ce sel formé par la combinaison de l’acide muriatique oxygéné et de la potasse fut caractérisé par Berthollet dans les années 1780. Il peut correspondre au chlorure de potassium ou au chlorate de potassium.

4 Joseph Priestley (1733-1804) fut le champion de l’étude des gaz absorbés et dégagés par les réactions chimiques, les plantes et les animaux durant les années 1770. Ce domaine, souvent désigné comme la « chimie pneumatique », est situé à la croisée de la chimie, de la physiologie et de la médecine. Priestley se donnait lui-même le titre d’aerial philosopher. Il a interprété chacune de ses expériences dans le cadre de la théorie du phlogistique. En 1771, il a observé que les feuilles des plantes peuvent rétablir jusqu’à un certain point l’air vicié par la respiration d’une souris et le rendre de nouveau propre à la respiration. Reprenant ses expériences en 1772. il fait l’hypothèse que les plantes absorbent une partie du phlogistique dont l’air est vicié et se demande plus loin si « cette matière phlogistique ne serait pas la partie la plus essentielle de la nourriture et du soutien des végétaux et des animaux ». (Experiments and Observations on Different Kinds of Air, 3 vol., Londres, J. Johnson, 1774-1777 ; trad. fr. M. Gibelin, 5 vol. Paris, Nyon, 1777-1780, t. 1. p. 112-120 et p. 182).

5 Jàn Ingenhousz, (1730-1799), médecin d’origine néerlandaise, a une dimension vraiment européenne puisqu’il a vécu en Angleterre, en Autriche et en France. En 1779. il travaillait à Londres sur la variole quand il prit connaissance des expériences de Priestley sur la restauration de l’air par les plantes. Il entreprend alors une série d’expériences quantitatives d’où il conclut 1) que seules les parties vertes de la plante restaurent l’air ; 2) que ce phénomène se produit sous l’action du soleil, 3) que cette action provient de la lumière et non de la chaleur solaire. Il établit en outre la respiration des plantes – de jour et de nuit – et montre que la quantité d’air déphlogistiqué (oxygène) consommé par la respiration des plantes est inférieure à la quantité produite par le phénomène qu’on appelle désormais photosynthèse (voir Experiments upon vegetables discove-ring their great power of purifying common Air in the sunshine and of injuring it in the shade and al night, to which is joined a new method of examining the accurate degree of salubrity of the atmosphere, Londres. 1779 ; trad. fr. Paris, 1780).

6 Jean Senebier ou Sennebier (1742-1809). pasteur protestant, puis bibliothécaire de la République de Genève, s’est fait connaître comme traducteur des travaux de Spallanzani en français. En 1779, il entreprend ses propres expériences consacrées à l’action de la lumière sur la végétation visant à établir les proportions d’air fixe (dioxyde de carbone) et d’air déphlogistiqué (oxygène) absorbées et produites. Voir Expériences sur l’action de la lumière solaire dans la végétation, Genève, 1788.

7 Saussure a fait d’importantes observations et des mesures (surtout d’hygrométrie) lors de ses nombreux voyages d’étude dans le Jura, les Vosges, les Alpes. Son voyage au Mont-Blanc constitue l’un des tomes de Voyages dans les Alpes, 4 vol., Neuchâtel, 1779-1796.

8 Scheele a isolé et identifié de nombreux « airs », notamment l’oxygène qu’il nommait Feuer-luft. Vers 1775, il a étudié l’action de la lumière sur les sels d’argent et s’est interrogé sur ses rapports avec le calorique. Voir The Collected Papers of Carl Wilhelm Scheele, Londres, 1931. Gaspard Monge (1746-1818). qui fut professeur de géométrie descriptive à l’Ecole normale, a aussi mené des recherches expérimentales en dialogue étroit avec ses confrères académiciens, Lavoisier et Laplace. Ses travaux portaient principalement sur les nouveaux gaz. d’où la synthèse de l’eau effectuée en 1783 (voir cinquième leçon), sur les propriétés du fer et sur le calorique. Voir G. Monge. « Sur la théorie du calorique », Journal gratuit, 14 (1790) p. 26-32. 41-44, 49-53, 65-67, 81-83 : R. Taton. « À propos de l’œuvre de Monge en physique », Revue d’histoire des sciences, 3, 1950, p. 174-79 ; L’Œuvre scientifique de Gaspard Monge, Paris, PUF, 1951, p. 324-325.

9 Berthollet admet ici comme un fait établi la théorie corpusculaire de la lumière que Newton, soucieux de ne pas avancer d’hypothèse sur la nature de la lumière dans son Opticks, présenta sous forme d’une question : « Question XXIX : Les rayons de la lumière ne sont-ils pas formés de très petits corpuscules lanvés par les corps lumineux ? » Comme le modèle corpusculaire sous-tendait néanmoins toutes les propositions expérimentales de l’Opticks cette hypothèse fut adoptée comme solidaire des théories de la réflexion et de la réfraction. Cette conception substantialiste de la lumière s’inscrit dans un cadre général commun à la physique et à la chimie de la fin du xviiie siècle que l’historien John Heilbron nomme le « standard model ». Voir J. Heilbron, Weighing Imponderables and Other Quantitative Science around 1800. Berkeley, University of Cali-fornia Press, « Historical Studies in the Physical and Biological Sciences », supplement to vol. 24, part 1, 1993.

10 Reineke ou Reinke. chimiste et mécanicien allemand mort en 1820. inventeur d’un procédé pour économiser le combustible : il a dû travailler à Paris à l’Arsenal (voir Lavoisier. lettre du 26 octobre 1786, Correspondance, t. 4, p. 261).

11 Le Genevois Ami Argand (1750-1803), élève de Saussure, avait mis au point vers 1780 une lampe donnant une flamme intense et très chaude : il activait la combustion d’une mèche de coton imbibée d’huile par un courant d’air obtenu par un dispositif à double cylindre. La demande de privilège pour la fabrication de ces lampes, faite par le marchand épicier Ambroise-Bonaventure Lange, associé au pharmacien Antoine-Arnaud Quinquet (1745-1803). avait entraîné une vive controverse. Voir lettre de Lavoisier à Quinquet, 17 juiller 1790, Correspondance, t. 6, p. 152 et M. Schr0der, The Argand Burner : Its Origin and Development in France and England, 1780-1800, Odense, Odense University Press. 1968.

© Éditions Rue d’Ulm, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540