Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Claude Debussy, jeux de formes

 | 
Maxime Joos

Troisième partie. Écriture et mouvement

Debussy ou le paradoxe de la discontinuité

Maxime Joos

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’œuvre de Debussy est souvent perçue comme une musique de la discontinuité1. Avant toute chose, il s’agit de définir le plus précisément possible ce terme. On peut procéder de deux manières : à l’aide des synonymes ou par le biais des antonymes. La discontinuité en musique serait-elle de l’ordre de la juxtaposition, de l’hétérogénéité, de la rupture, de l’interruption, de la suspension du discours ? La discontinuité s’opposerait-elle à la continuité, à l’homogénéité, à la transition ? Dès lors qu’elle s’oppose à la continuité (étymologiquement tenir ensemble), est-elle la marque d’une absence d’emprise homogénéisante sur le temps ?

Tout bien considéré, on peut dire, à la suite de Christian Accaoui2, que la discontinuité musicale offre des solutions de continuité, autrement dit qu’elle ne se résume pas à de simples interruptions, à des séparations ou à l’absence d’un principe d’enchaînement. À cela s’ajoute le fait que la définition spécifiquement temporelle n’est pas suffisante, car...

Auteur

© Éditions Rue d’Ulm, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540