Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Claude Debussy, jeux de formes

 | 
Maxime Joos

Première partie. L’imaginaire créatif

Pelléas et Mélisande. Du texte de Maeterlinck à la musique de Debussy

Christian Accaoui

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

[…] la musique manque d’infini1.

C’est au contact intime de la poésie que Debussy, au fil d’une évolution progressive et lente, de recherches laborieuses et multiples s’étendant sur une vingtaine d’années, élabore son esthétique et en arrive à bouleverser trois genres musicaux : la mélodie, l’opéra, la musique symphonique2. Dans chaque cas, il a le souci constant de coller au plus près des textes choisis, particulièrement dans Pelléas et Mélisande, dont la musique est modelée jusque dans le détail par la volonté de rendre fidèlement le monde et la poésie de la pièce de Maeterlinck. C’est cette traduction fidèle de la poésie du texte en poésie de la musique qui fait l’objet du présent article. Je ne traite donc pas ici de la musique en général de Pelléas mais de ce qui en elle répond au texte de Maeterlinck et répond de lui. Je commente d’abord la pièce, puis le drame lyrique, mais le lecteur s’il le veut, peut, scène après scène, passer alternativement de l’une à l’autre de ces deux ...

© Éditions Rue d’Ulm, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540