Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pour une histoire de l’École normale supérieure

 | 
Pascale Hummel

Histoire administrative de l’École normale supérieure

Texte intégral

1Pour éclairer le cadre dans lequel s’inscrivent les documents analysés dans cet inventaire, le présent exposé liminaire se contentera de retracer les grandes lignes de l’histoire administrative de l’École normale supérieure, sans entrer dans le détail de ses nombreux autres aspects dont l’examen eût requis un projet plus ambitieux.

2Les deux siècles d’histoire que compte aujourd’hui l’École normale supérieure dissimulent, si l’on y regarde de près, des fractures et des parenthèses qui permettent de la rajeunir de quelque deux décennies ou, pour mieux dire, successivement d’une décennie et demie et d’un lustre. Les deux « trous noirs » que constituent les années 1795 à 1808 et 1822 à 1826 appartiennent trop étroitement aux débuts de cette institution pour qu’on ne les évoque pas en premier. La première cassure invite à distinguer l’histoire de l’École normale proprement dite et sa protohistoire incarnée par l’École normale de l’an III ; quant à la seconde, elle valut à l’École de porter pour un temps, après 1826, le nom d’École préparatoire de Paris.

3Créée le 9 brumaire an III (30 octobre 1794), l’École normale, pourvue de structures incertaines et fragiles, ne connut qu’une existence brève avant d’être supprimée le 7 floréal an III (avril 1795). Plongeant ses racines dans l’entreprise de restructuration du système éducatif au lendemain de l’expulsion des jésuites en 1762, l’École normale de l’an III incarnait les rêves égalitaires et utopistes de l’idéologie des Lumières. Trop précoce et idéaliste pour ne pas être éphémère, elle dut attendre le vaste projet napoléonien d’organisation de l’Université impériale pour voir se matérialiser l’espoir d’une renaissance durable. Fondée par les décrets des 17 mars et 17 septembre 1808, elle fut dotée de cadres solides par le statut du 30 mars 1810 et ses premiers élèves firent leur entrée en novembre de la même année. La première décennie de son existence fut marquée par la transformation progressive d’un recrutement aléatoire et informel en véritable concours, la mise en place de structures éducatives et pédagogiques propres à une authentique scolarité interne et la désignation d’un corps enseignant spécifique.

4Mais les soupçons que son libéralisme éveilla auprès des acteurs politiques de la Restauration valurent à l’École normale le châtiment exemplaire d’une pure et simple suppression décidée par Mgr Frayssinous, ministre de l’Instruction publique et des Cultes, et rendue effective par l’ordonnance du 6 septembre 1822. La fermeture de l’École normale s’accompagna de la création d’écoles normales partielles qui devaient être établies dans les collèges royaux de Paris et le collège royal du chef-lieu de chaque académie, comme le stipulait déjà l’ordonnance du 27 février 1821. Dans l’incapacité où l’on fut de mettre en œuvre de manière effective ce nouveau système, les écoles normales partielles furent vouées à une existence fantomatique.

5La nécessité de pourvoir l’enseignement secondaire en professeurs de qualité explique le rétablissement, sous le nom d’École préparatoire, de l’institution normalienne par l’ordonnance du 9 mars 1826, prolongée par les règlements des 5 septembre et 19 décembre. Le changement de nom qui marqua cette nouvelle création traduisait la finalité professionnelle assignée aux écoles préparatoires — dont seule vit le jour en définitive celle qui fut établie près le collège royal de Louis-le-Grand — destinées à contribuer au recrutement du personnel « universitaire ».

6Rétablie par le Grand Maître même qui avait été l’instigateur de sa suppression et trouvant grâce auprès des acteurs du pouvoir, l’École fit partie des institutions que favorisa le gouvernement libéral issu de la Révolution de 1830. Retrouvant son nom originel d’École normale par l’ordonnance du 6 août 1830, elle fut dotée, par l’entremise de Victor Cousin qui en fut le principal inspirateur, d’une organisation solide réglementée par l’arrêté du 30 octobre 1830, et reçut ainsi ses caractéristiques propres et pour ainsi dire définitives qui devaient survivre bien au-delà du règne de Louis-Philippe. La monarchie de Juillet, qui mit en place et consolida par des perfectionnements successifs le régime de l’École normale, lui attribua également son nom actuel d’École normale supérieure par l’ordonnance du 6 décembre 1845. C’est ce nom qui fut inscrit au-dessus de la porte des bâtiments nouveaux de la rue d’Ulm où l’École fut installée en 1847, selon la décision contenue dans la loi de 1841.

7Si rien de fondamental ne fut modifié dans les mois qui suivirent immédiatement la fin de la monarchie de Juillet, divers remplacements et démissions dans le personnel administratif et enseignant de l’École normale préludèrent aux mesures restrictives qu’allait adopter le ministre Fortoul. Bien que leur incidence ait été limitée aux seules premières années du second Empire, les infléchissements décidés par ce ministère montrent que la position de l’École normale était régulièrement soumise aux aléas du pouvoir et des idéologies dominantes. Pour des raisons comparables à celles qui avaient motivé la suppression de l’École en 1822, le décret du 10 avril 1852, suivi et prolongé par le règlement du 15 septembre, affirma la vocation exclusivement professionnelle de l’École normale supérieure. Le frein que la politique de Fortoul avait constitué temporairement pour l’École fut levé après la mort du ministre en août 1856 et son successeur Rouland s’engagea dans une politique de complet retour en arrière, qui ramena l’École à sa situation antérieure.

8Les dernières décennies du xixe siècle furent jalonnées de mesures diverses concernant l’organisation du concours et de la scolarité qu’il ne nous appartient pas d’évoquer ici. En revanche, le début du xxe siècle signifia pour l’École normale supérieure un tournant capital. Le décret du 10 novembre 1903, qui portait réorganisation de l’École, rattachait l’institution normalienne à l’Université et la dépouillait ainsi de son corps propre de maîtres de conférences qui se trouvaient affectés à la Sorbonne. Autres mutations importantes qui intervinrent au milieu du siècle, l’attribution en 1954 de la qualité de fonctionnaire stagiaire, en remplacement de celle de boursier, à tous les élèves de l’École normale supérieure et celle de la personnalité civile et de l’autonomie financière à l’établissement de la rue d’Ulm (respectivement 20 mars et 10 avril 1954).

9Assurant simultanément dès le xixe siècle la préparation pédagogique à l’enseignement et la formation scientifique à la recherche, avec une fortune et une latitude diverses selon les époques et les régimes politiques, l’École normale supérieure reçut officiellement, par le décret du 3 octobre 1962, mission de préparer ses élèves à l’enseignement et à la recherche. La même année, la circulaire du 28 novembre appliqua l’obligation de l’engagement décennal non plus aux seules carrières de l’enseignement, mais à tous les secteurs du service public. Les grands corps de l’État furent ouverts dans les années 1970 aux normaliens qui y bénéficient, depuis, d’un nombre de places réservé.

  • 1 Il convient de rappeler que le nom d’École normale supérieure se trouve appliqué aux établissement (...)
  • 2 L’apparente simplicité de cette synthèse chronologique ne doit pas masquer la complexité de l’évol (...)

10Enfin, après le décret du 24 juillet 1985 sur les Écoles normales supérieures1 qui réalisa la fusion de l’École de la rue d’Ulm et de celle du boulevard Jourdan (ex-Sèvres), créée en 1881 et réservée aux jeunes filles, le décret du 26 août 1987 édictait les statuts de la nouvelle École normale supérieure mixte2.

Notes

1 Il convient de rappeler que le nom d’École normale supérieure se trouve appliqué aux établissements suivants : ENS Paris (Lettres et Sciences), ENS Lyon, ENS Cachan, ENS Fontenay- aux-Roses et Saint-Cloud.

2 L’apparente simplicité de cette synthèse chronologique ne doit pas masquer la complexité de l’évolution propre de chacune des facettes de l’institution. L’Inventaire des textes réglementaires concernant l’École normale supérieure (1794-1994), que Pascale Hummel a réalisé et que la bibliothèque des lettres de l’École met à la disposition des chercheurs, fournit la liste des textes officiels publiés qui intéressent tous les domaines de la recherche historique. Les historiens sont invités à s’y reporter parallèlement à la consultation du présent guide.

© Éditions Rue d’Ulm, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540