Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Passé présent

 | 
Nathalie Koble
, 
Mireille Séguy

Première partie. Tables rases et recyclages

Désoubli. Rencontre avec Valère Novarina1

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les références au Moyen Âge sont multiples dans vos œuvres, et très diverses. Pour un médiéviste, elles provoquent des effets de résonance esthétique : avec vous, on pourrait qualifier le théâtre médiéval d’« espace furieux ». Quels sont les textes qui vous ont particulièrement nourri ?

J’ai eu à réparer ce qu’on nous avait inculqué à l’école : le dédain du Moyen Âge, l’oubli de Byzance (mille ans sur lesquels les élèves passaient une après-midi en cinquième et c’est tout). Étudiant, je lisais beaucoup plus de textes de littérature médiévale que de littérature contemporaine. Ma grande lecture était Dante. La Divine Comédie est une architecture de mots, un livre se déployant dans l’espace, dont on peut faire une cartographie. C’est aussi un drame, presque toujours à trois personnages. Plus tard, j’ai découvert les auteurs du Moyen Âge avec émerveillement. J’ai lu Étienne Gilson et son Histoire de la philosophie médiévale, qui m’a ouvert une caverne d’Ali Baba, jusque-là soigneusement ...

© Éditions Rue d’Ulm, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540