Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Passé présent

 | 
Nathalie Koble
, 
Mireille Séguy

Première partie. Tables rases et recyclages

Céline, prophète des Apocalypses. Le Moyen Âge de Guignol’s Band

Virginie Lérot

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il y a quelque chose de paradoxal à étudier les traces ou fantasmes médiévaux chez un auteur qui se voulait essentiellement en rupture avec la littérature française et semble incarner une vision absolument contemporaine de l’écriture. Comment celui qui s’est construit une image de réfractaire à l’histoire et à la connaissance des lettres pourrait-il sciemment utiliser le Moyen Âge comme référent et réservoir pour son œuvre ? Pourtant, il semble à qui lit scrupuleusement les romans céliniens que, dans cet effort novateur, Céline se rapproche davantage de la création médiévale, avec son effervescence et sa liberté, son goût pour le mélange et la bigarrure, le monstrum, que de tout ce que l’on a produit en France depuis le xviie siècle, et qu’il abhorre. La fertilité extraordinaire de l’anachronisme dans la création artistique des novateurs du xxe siècle trouve donc dans Guignol’s Band une expression particulièrement vive. Céline ne mentionne que rarement ses lectures d’œuvres médiéval...

Auteur

Virginie Lérot est ancienne élève de l’École normale supérieure et agrégée de lettres classiques. Enseignant-chercheur à l’université de Bourgogne, elle est aussi collaboratrice pour les éditions Diane de Selliers. Ses recherches portent sur les relectures et les récritures du mythe de Médée au Moyen Âge dans la littérature en langue vernaculaire et latine.

© Éditions Rue d’Ulm, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540